DEFENSE NEWS
1.9M views | +573 today
Follow
DEFENSE NEWS
Revue de presse quotidienne des principaux articles concernant le secteur de la Défense, de ses industriels, des armements et technologies.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus, Dassault, Leonardo : le drone MALE européen sur la piste de décollage

Airbus, Dassault, Leonardo : le drone MALE européen sur la piste de décollage | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement a lancé le 31 octobre un appel d'offres portant sur le développement, la production et la phase initiale de maintien en condition opérationnelle du drone MALE européen.

Le drone MALE européen est sur la piste de décollage. Le système européen de drone de moyenne altitude et longue endurance MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aerial System) a franchi le 22 novembre dernier une nouvelle étape importante avec la réalisation de la revue de conception préliminaire, ont annoncé jeudi les trois industriels Airbus, Dassault Aviation et Leonardo. D'ici le milieu de la prochaine décennie, le MALE RPAS, conçu pour opérer dans l'espace aérien non ségrégué, pourra être déployé dans le monde entier pour des missions de renseignement, surveillance, acquisition de cible et reconnaissance (ISTAR).

"Ce succès majeur intervient après le lancement par l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d'Armement (OCCAR) le 31 octobre d'un appel d'offres portant sur le développement, la production et la phase initiale de maintien en condition opérationnelle du programme", ont précisé les trois industriels dans le communiqué.

Cette nouvelle étape permettra aux nations et aux industriels partenaires de commencer le développement du système avec des spécifications harmonisées et une vision claire de sa conception globale. Surtout, la question du prix va être importante mais pas déterminante pour le lancement du programme s'il y a bien sûr toujours une volonté politique. D'autant que l'Allemagne se serait engagée à prendre à son compte les surcoûts liés à la motorisation du MALE. Mi-2017, les pays partenaires avaient conclu un accord sur la configuration du drone, optant in fine pour un système biturbopropulseur. Résultat, la facture pourrait s'élever à plus de 2 milliards d'euros, soit plus du double de l'estimation d'un projet précédent (1 milliard d'euros).
Airbus, maître d'oeuvre

Désigné comme futur maître d'œuvre, Airbus Defence and Space coordonnera la réponse industrielle à l'appel d'offres avec les principaux sous-traitants : Airbus Defence and Space, Dassault Aviation SA et Leonardo. Airbus va passer un test grandeur nature, le groupe n'a jusqu'ici pas particulièrement brillé dans la conduite de certains grands programmes militaires, dont il a eu la maîtrise d'oeuvre (A400M, drone SIDM, hélicoptère NH90...). Et plus spécifiquement quand le groupe européen a lui-même dû développer des missions de défense dans ces programmes.

Selon le communiqué, cet appel d'offres témoigne de la volonté des nations partenaires (France, Allemagne, Italie et Espagne) de poursuivre le programme "à l'issue d'une phase extrêmement fructueuse d'alignement des exigences et d'une démonstration convaincante de la qualité et de l'adéquation de la conception proposée à l'usage prévu". La revue de conception préliminaire du système conclut avec succès l'étude de définition de deux ans lancée en septembre 2016 par les nations partenaires. Trois d'entre elles avaient signé en mai 2015 une déclaration d'intention en vue du développement commun d'un système de drone européen MALE, puis l'Espagne a rejoint le programme en 2016.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Sukhoi Su-57 attendu pour début 2019 !

Le Sukhoi Su-57 attendu pour début 2019 ! | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Ce sera probablement l’un des avions qui fera couler le plus d’encre l’année prochaine. L’avion de combat russe de nouvelle génération Sukhoi Su-57 doit entrer en service au cours du premier semestre de l’année 2019. Car actuellement il faut savoir que les avions en dotation dans l’aviation russe ne sont pas en service mais en cours d’expérimentation finale au titre de la présérie. Sauf qu’actuellement on ignore le nombre réel de ces avions qui entreront en service.

Car la seule commande connue de Sukhoi Su-57 ne concerne que douze exemplaires de série. Des machines qui permettront cependant à la Russie d’annoncer officiellement devenir en 2019 une nation qui met en ligne des avions de combat disposant d’une technologie furtive. Ce qui objectivement n’a plus rien de très original puisque outre les États-Unis des pays comme l’Australie ou bien encore l’Italie en mettent également en œuvre ou se préparent à le faire très prochainement. C’est l’effet F-35 Lightning II !

Et bien sûr les comparaisons risquent d’exister entre les deux avions. Même si en fait ils sont très différents puisque l’avion américain a été conçu afin de satisfaire au plus grand nombre alors que l’avion russe ne répond réellement qu’aux vœux nationaux.
Pour autant Sukhoi espère encore pouvoir exporter son avion de combat afin de damer le pion à Lockheed-Martin. Gageons que ce n’est pas gagné, aux vues du nombre de Lightning II déjà vendus à une dizaine de clients étrangers.

Dernier écueil dans l’aventure du Su-57, l’annonce par l’avionneur de son intention d’armer l’avion de missiles de croisières Kh-47M2. Cette arme considérée comme hypersonique (car supposée atteindre la vitesse de Mach 10 après tir) est dérivée du missile sol-sol 9K720 alias SS-26 Stone pour l’OTAN. Utilisé pour la destruction des sites de défense anti-aérienne le missile Kh-47M2 est actuellement en dotation sur bombardiers Tupolev Tu-22M3 et plus marginalement sur chasseur lourd Mikoyan MiG-31K.
Seul petit souci, mais de taille et c’est le cas de le dire : ce missile est trop grand et trop lourd (7.30 mètres pour près de 3850kg) pour entrer dans les soutes à armement du chasseur furtif ! De ce fait l’arme devra être adaptée, au risque de perdre de son efficacité.

Donc d’ici quelques semaines la Russie pourra enfin faire voler ses Su-57 comme bon lui semble, et notamment dans ses opérations extérieures. Un peu plus que deux avions envoyés en Syrie par exemple. En tous cas pour nombres de passionnés d’aviation ce sera un vrai plaisir de voir cet avion de combat de nouvelle génération voler… enfin si bien sûr les délais annoncés sont respectés. Seul le proche avenir nous le diras.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Kosovo va avoir son armée au grand dam de Belgrade

Le Kosovo va avoir son armée au grand dam de Belgrade | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le parlement du Kosovo vote vendredi la création d'une armée, attribut à la souveraineté revendiquée par Pristina, mais motif supplémentaire de tensions avec la Serbie qui ne reconnaît pas l'indépendance de son ex-province.

C'est autant de politique que de défense qu'il s'agit. Selon les analystes kosovars, près d'une décennie devrait s'écouler jusqu'à l'établissement effectif de cette armée, chargée d'assurer l'intégrité d'un territoire protégé par une force internationale menée par l'Otan depuis la guerre de 1998-99 (plus de 13.000 morts).

Aujourd'hui, à côté de la police, les 2.500 membres des forces de sécurité du Kosovo (KSF), légèrement armés, sont surtout chargés de missions de sécurité civile.

Le budget de quelque 57 millions d'euros prévus en 2019 pour commencer à les transformer, et les 5.000 soldats (plus 3.000 réservistes) qu'elles compteront au final, n'en feront pas une force comparable à l'armée serbe, avec ses quelque 30.000 militaires, ses blindés et ses avions de chasse.

Mais sa création intervient dans une atmosphère exécrable, illustrée par l'instauration en novembre par le Kosovo d'une barrière douanière sur les importations serbes.

Le dialogue est au point mort et chaque crise donne lieu à une escalade verbale. En préalable à toute normalisation, Pristina exige une reconnaissance de son indépendance proclamée en 2008, quand la Serbie inscrit dans sa constitution sa tutelle sur son ancienne province majoritairement peuplée d'Albanais.

- "Chasser le peuple serbe" -

Derrière les droits de douane et la création d'une armée, le président serbe Aleksandar Vucic décèle une volonté "de chasser le peuple serbe du Kosovo". Quelque 120.000 Serbes y vivent toujours.

Sa Première ministre Ana Brnabic a espéré que la Serbie n'ait "jamais à utiliser (son) armée" mais prévenu qu'il s'agissait d'"une des options sur la table" car Belgrade ne pourrait "pas observer quelqu'un procéder à un nouveau nettoyage ethnique".

Les tabloïds serbes pro-pouvoir y sont allés de leur rhétorique, prédisant en une que "la guerre commence le 15 décembre", au lendemain du vote, ou le 31 selon un autre.

L'issue du vote de vendredi, boycotté par les dix élus de la minorité serbe, ne fait aucun doute: tous les partis du Kosovo sont unanimes sur le sujet.

La presse kosovare célèbre depuis plusieurs jours cette "semaine de l'armée", occasion pour le gouvernement de redorer son blason après des échecs dans la libéralisation des visas avec l'Union européenne ou l'adhésion à Interpol.

Au Kosovo comme en Serbie, l'hypothèse d'une intervention militaire qui serait "sur la table" à en croire Ana Brnabic, n'est pas jugée crédible. Elle "n'est pas réaliste actuellement", relève l'analyste militaire serbe Aleksandar Radic.

"La Serbie n'oserait jamais envoyer son armée au Kosovo. Un seul soldat américain serait suffisant" pour la repousser, a réagi le Premier ministre kosovar Ramush Haradinaj.

Il explique que la future armée n'est pas dirigée contre la Serbie, mais destinée à épauler les forces internationales sur des terrains comme l'Irak ou l'Afghanistan. "Personne n'a besoin d'instabilité" dans les Balkans, a-t-il dit.

Pour un spécialiste des questions militaires belgradois, Milan Karagaca, la rhétorique de part et d'autre relève de la "manoeuvre pour être dans une meilleure position lors de futures négociations".

- Soutien américain -

L'hostilité serbe s'explique "par des raisons politiques, pas militaires", écrit Augustin Palokaj, éditorialiste du quotidien kosovar Koha Ditore. "Cette armée ne représente une menace pour personne. Mais elle donne un élément de souveraineté au Kosovo, ce qui est inacceptable pour eux", poursuit-il.

L'Otan, dont quatre membres ne reconnaissent pas le Kosovo (Espagne, Grèce, Roumanie et Slovaquie), ne dit rien de précis sur l'adaptation de son dispositif à la création d'une armée kosovare. Mais pour son secrétaire-général Jens Stoltenberg, l'initiative arrive "au mauvais moment".

Pristina a toutefois reçu le seul soutien public qui lui importe, celui des États-Unis, où s'est récemment rendu le président Hashim Thaçi.

Le patron des KSF, Rrahman Rama, a assuré que la décision de bâtir cette armée avait été prise "en coopération avec nos partenaires" et précisé qu'elle serait équipée par les États-Unis.

Quant à sa composition, elle sera "multi-ethnique", affirme Rrustem Berisha, ministre des KSF. Il semble toutefois illusoire d'imaginer l'engagement de Serbes du Kosovo, dont la fidélité va à Belgrade.

Le Kosovo revendique avoir été reconnu par quelque 115 pays. Belgrade assure que douze sont revenus sur cette décision, ce que Pristina conteste. Sa route pour entrer à l'Onu est barrée par la Russie et la Chine.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le drone Falco EVO de Leonardo au service de l'agence européenne Frontex

Leonardo va réaliser des missions de surveillance maritime avec son drone MALE Falco EVO. Ces missions seront conduites dans le cadre d'un programme d'essais dirigé par Frontex.

Le 6 décembre, Leonardo a annoncé que son drone MALE Falco EVO allait mener des missions de surveillance maritime pour le compte de Frontex. L'agence européenne de garde-frontières et garde-côtes mène des essais afin d'évaluer l'apport des drones dans la conduite des missions de surveillance maritime.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Pour Washington, une nouvelle offensive turque contre les milices kurdes syriennes serait "inacceptable"

Pour Washington, une nouvelle offensive turque contre les milices kurdes syriennes serait "inacceptable" | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Peu importe, pour le président turc, Recep Tayyip Erdogan, que les milices kudes syriennes [YPG] soient impliquées dans l’offensive visant à réduire les dernières positions tenues par l’État islamique [EI ou Daesh] à l’est de l’Euphrate, dans la province de Deir ez-Zor… Les considérant comme « terroristes » à cause de leurs liens avec le Parti des travailleur du Kurdistan [PKK], à l’origine du sanglante guérilla en Turquie, il entend en effet lancer une offensive « dans les prochains jours » afin de les chasser des zones qu’elles occupent dans le nord de la Syrie, soit à la frontière turque.

« Nous disons que notre opération pour sauver l’est de l’Euphrate de l’organisation terroriste séparatiste va commencer dans les prochains jours », a en effet affirmé M. Erdogan, en faisant référence aux YPG.

Pourtant, en « étroite relation » avec Ankara, Washington a établi des postes d’observation le long de la frontière afin de prendre en compte les préoccupations exprimées par les autorités turques. Et d’empêcher ainsi une nouvelle opération militaire [qui serait la troisième, ndlr] contre les milices kurdes syriennes, dont l’apport dans le combat contre l’EI est capital pour la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis.

Et l’on pouvait penser que ces mesures allaient tempérer l’ardeur de la Turquie, alors que, en octobre, son artillerie avait bombardé des positions kurdes près de Kobané, tout en évoquant l’imminence d’une opération militaire dans ce secteur. Conséquence : les YPG, et plus largement les Forces démocratiques syriennes, dont elles constituent l’épine dorsale, décidèrent de suspendre leur offensive anti-EI dans le secteur de Hajine.

D’où la réaction du Pentagone aux derniers propos tenus par M. Erdogan. « Une action militaire unilatérale de toute partie dans le nord-est de la Syrie, plus particulièrement dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante », a affirmé capitaine Sean Robertson, un porte-parole. « Nous considérerions une telle action comme inacceptable », a-t-il même insisté.

De son côté, Youssef Hammoud, le porte-parole de la coalition syrienne de groupes rebelles al-Jaich al-Watani, soutenue par la Turquie, a précisé que l’opération en cours de planification à Ankara concernerait « toutes les régions [du nord de la Syrie], de Manbij à Tal Abyad, sans exception. » Et d’ajouter : « Les factions du Jaich al-Watani ont été mises au courant il y a un moment » et des entraînements sont actuellement « supervisés par des officiers turcs. »

La question du soutien de la coalition anti-jihadiste [et des États-Unis] est l’un des points de friction récurrents entre Washington et Ankara [tous deux membres de l’Otan]. En août 2016, alors que la Turquie venait de lancer l’opération « Bouclier de l’Euphrate » en direction de Manbij, le Pentagone avait déjà qualifié « d’inacceptables » les combats menés par les troupes turques [ou soutenues par la Turquie] contre les milices kurdes syriennes.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Taiwan awards contract for 11 corvettes

Taiwan awards contract for 11 corvettes | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Taiwan awarded a TWD16.4 billion ($541 million) contract for 11 ‘High-Performance Ships’, otherwise known as the Tuo Chiang-class corvette, to Lung Teh Shipbuilding earlier this month.

With construction commencing next year, the Republic of China Navy (ROCN) will receive all 11 wave-piercing catamaran hulls before 2026 via two ...
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Et si la Grande-Bretagne achetait le missile anti-navire Exocet ?

Et si la Grande-Bretagne achetait le missile anti-navire Exocet ? | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Pour combler un trou capacitaire en matière de missiles anti-navires entre 2023 et 2030, la Grande-Bretagne pourrait sélectionner l'Exocet MM40 Block 3 de MBDA. Londres étudie également d'autres pistes.

Incroyable mais vrai... Le ministère de la Défense britannique étudie l'achat du missile Exocet MM40 Block 3 de MBDA pour remplacer sur une période transitoire de sept à dix ans ses missiles Harpoon, qui arrivent en fin de vie à l'horizon 2023. Ce qui permettrait à la marine britannique de combler un trou capacitaire et d'attendre l'arrivée en 2030 du programme franco-britannique FMAN/FMC. Ce programme a pour objectif de renouveler les capacités anti-navires (Exocet et Harpoon) et de frappe dans la profondeur (Scalp/Storm Shadow) de la France et de la Grande-Bretagne.

Interrogé en juillet dans le cadre de la mission d'information sur le programme Futur missile anti-navires/Futur missile de croisière (FMAN/FMC) menée conjointement avec la Chambre des Communes du Royaume-Uni, le chef d'état-major de la marine, l'amiral Christophe Prazuck a confirmé que ce sujet a été abordé avec la Royal Navy. "Je crois savoir qu'il s'agit en effet d'une hypothèse envisagée par la Royal Navy", a-t-il précisé. La France est d'ailleurs prête à vendre l'Exocet à la marine britannique. "Nous sommes tout à fait prêts à le proposer afin de combler ce trou capacitaire, en lieu et place du Harpoon", en service depuis 1984, a expliqué en juillet le Délégué général pour l'armement Joël Barre.
Londres réfléchit à plusieurs autres solutions

Pour autant, les Britanniques étudient plusieurs solutions sans avoir une ligne budgétaire pour réaliser un tel achat sur étagère. Outre l'Exocet MM40 Block 3, qui a déjà été en service dans la Royal Navy jusqu'en 2002, le Lieutenant-général Sir Mark Poffley, sous-chef d'état-major de la Défense (capacité militaire) au ministère de la défense, a également évoqué le missile Harpoon Block II, le système RBS15, produit par Saab ou encore l'Otomat Mk2 Block 4 de MBDA Italie. La Grande-Bretagne, qui n'avait pas pris sa décision cet été pour résoudre ce trou capacitaire, devrait prendre très rapidement une décision. Sans une solution de court terme, la Royal Navy dépendra entre 2023 et 2030, d'une capacité de missiles anti-navires à partir de ses hélicoptères (Sea Skua, puis Sea Venon, qui doit entrer en service en 2020), de torpilles lancées par des sous-marins et des canons sur ses frégates et ses destroyers.

Mais si Londres optait pour l'Exocet, tristement célèbre en Grande-Bretagne pour avoir touché et coulé le destroyer britannique HMS Sheffield durant la guerre des Malouines en mai 1982, ce serait une décision très pragmatique et symbolique d'une volonté de poursuivre la coopération étroite avec la France dans le domaine très sensible des missiles.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le F-35C certifié « safe for flight » sur l’USS Carl Vinson

Le F-35C certifié « safe for flight » sur l’USS Carl Vinson | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Publié le 14/12/2018 par Vincent Groizeleau

La dernière des trois variantes du F-35, celle conçue pour être mise en œuvre sur les porte-avions américains, a franchi cette semaine une nouvelle étape. Le nouvel avion de combat, à l’occasion d’une campagne à bord de l’USS Carl Vinson, a reçu sa certification « safe for flight ».
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'Eurodrone franchit l'étape de la revue de conception préliminaire

Airbus Defence & Space, Dassault Aviation et Leonardo annoncent que le programme Euromale (MALE 2025 ou Eurodrone) a franchi l'étape de la revue de conception préliminaire le 22 novembre dernier, trois semaines après le lancement d'un appel d'offre par l'OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) pour le développement, la production et la phase initiale de MCO de l'Euromale. Prochaine étape, la signature d'un contrat ferme, attendue en 2019.

Le projet de drone MALE de conception européenne avait émergé en amont du salon du Bourget de 2013, lorsque les trois industriels avaient fait part de leur volonté de coopérer dans ce domaine, afin de s'affranchir de la dépendance américaine sur ce segment. Une déclaration d'intention avait été signée deux ans plus tard, en mai 2015 à Bruxelles, pour lancer la phase d'étude de définition avant la fin de l'année. Le lancement du programme a pris un peu de retard, puisque cette phase n'a débuté qu'en septembre 2016. En février dernier, l'OCCAR a achevé la revue des critères relatifs au système et une feuille de route sur les besoins militaires communs avait été signée cet été entre les nations participantes à ce programme, l'Allemagne, l'Espagne, la France et l'Italie. Une maquette grandeur nature avait par ailleurs été dévoilée lors du salon aéronautique ILA de Berlin en avril.

Le vecteur aérien, développé sous l'égide d'Airbus Defence & Space comme maître d'oeuvre, sera un bimoteur, une exigence allemande, résultant « de leur réglementation propre au-dessus du territoire national », comme nous l'expliquait récemment le colonel David, à la tête de la division ISR de l'état-major de l'armée de l'air. Le drone devrait également être « ITAR-free », afin de permettre d'éventuelles campagnes à l'export. Le MALE 2025 est présenté comme un drone ISTAR, qui permettra son déploiement pour des missions de reconnaissance, de surveillance, de renseignement et d'acquisition de cibles.

Le calendrier initial prévoit le vol inaugural d'un prototype en 2023 et une mise en service à l'horizon 2025, afin d'anticiper la déflation des flottes de drones MALE actuels, MQ-9 Reaper pour l'Espagne, la France et l'Italie, Heron TP pour l'Allemagne. L'objectif affiché par la France est de disposer de huit systèmes de drones MALE en 2030.

Parmi les réflexions en cours entre les nations impliquées, des synergies dans le domaine de la formation, de l'entraînement et du MCO.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Des « Advanced Hawkeye » supplémentaires pour l’USN

Des « Advanced Hawkeye » supplémentaires pour l’USN | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Northrop-Grumman s'est vu attribuer un contrat de 49,9 millions de dollars par la marine américaine pour la production de deux avions E-2D « Advanced Hawkeye » additionnels. Les avions devraient être achevés d’ici décembre 2023 et seront financés par des fonds d’achat pour l’exercice 2019.

L'US Navy prévoit d'acheter 75 exemplaires de l’apapareil. Jusqu'à présent, il en a déjà 33 en service et 18 en commande. Au cours de l'exercice 2020, l'USN prévoit d'atteindre la capacité opérationnelle initiale pour le ravitaillement en vol à bord du E-2D « Advanced Hawkeye ». Les aéronefs étant actuellement limités à cinq heures de vol, le ravitaillement en vol permettra aux groupes de transporteurs de bénéficier d’une surveillance plus longue.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain, en s’intégrant totalement dans les nouveaux systèmes, mis en oeuvres par l’US Navy. Que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le F-35.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne de type mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La France commande trois ravitailleurs Airbus A330 MRTT

La France commande trois ravitailleurs Airbus A330 MRTT | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La direction générale de l'armement (DGA) a passé commande auprès d'Airbus pour trois ravitailleurs A330 MRTT supplémentaires.

Airbus a annoncé le 13 décembre avoir reçu une commande de la part de la DGA pour trois ravitailleurs A330 MRTT supplémentaires. Ces appareils s'ajoutent aux neuf ravitailleurs d'ores et déjà commandés, dont le premier exemplaire a été livré en octobre dernier. Ce contrat constitue « la troisième et dernière tranche d'un contrat pluriannuel signé en 2014 par le Ministère de la Défense », rapporte Airbus. La réception des 11 prochains A330, y compris les trois venants d'être commandés, devrait s'effectuer d'ici fin 2023. Le calendrier a ainsi été accéléré à la demande des armées françaises. Il était initialement prévu que les livraisons puissent s'étendre jusqu'en 2025. Par ailleurs, trois appareils supplémentaires devraient être commandés dans les prochaines années par le Ministère des Armées. En effet, la LPM 2019-2025 a fixé une cible de 15 appareils pour 2030.

Les A330 MRTT français, qui seront opérés par les FAS (forces aériennes stratégiques), seront intégrés au sein de la composante aéroportée de dissuasion nucléaire. Outre leur capacité de ravitaillement, ces appareils peuvent « être aménagés de multiples façons et transporter jusqu'à 272 passagers. En version d'évacuation sanitaire, ils peuvent emporter le module de soin intensif français « Morphée » ainsi que dix patients et 88 passagers », détaille Airbus.

Trente-quatre A330 MRTT ont d'ores et déjà été livrés à travers le monde. L'Australie, le Royaume-Uni, les Emirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite, Singapour et la Corée du Sud ont ainsi réceptionné le ravitailleur. Au total, 60 commandes fermes ont été enregistrées par Airbus.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Hawkeye : Les yeux de la flotte

Hawkeye : Les yeux de la flotte | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Publié le 13/12/2018 par Vincent Groizeleau

En plus de ses Rafale Marine, le Charles de Gaulle embarque habituellement deux avions de guet aérien lors de ses déploiements. Il s’agit d’E-2C Hawkeye, des avions radar de conception américaine. L’aéronautique navale française en compte trois, regroupés au sein de la flottille 4F, basée à Lann-Bihoué, près de Lorient. Achetés aux Etats-Unis, ils ont été respectivement livrés par l’avionneur américain Northrop Grumman en 1998, 1999 et 2004. Le troisième avait été réceptionné a
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

À bord du Charles de Gaulle pour sa remontée en puissance

À bord du Charles de Gaulle pour sa remontée en puissance | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La semaine dernière, nous avons pu embarquer à bord du Charles de Gaulle, actuellement en phase de remontée en puissance. L'occasion de voir à l'oeuvre l’école de l’aviation embarquée (ÉAE) et de constater les évolutions intervenues au cours du second Arrêt Technique Majeur (ATM) du porte-avions, qui s’est officiellement terminé début novembre.

Ce chantier prévu tous les 9/10 ans, consiste en un grand entretien du bâtiment (peinture, révision du système de stabilisation COGITE, de
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Vers une reprise des opérations de la Force conjointe du G5 Sahel ?

Vers une reprise des opérations de la Force conjointe du G5 Sahel ? | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Barkhane: Le général Lecointre annonce la reprise prochaine des opérations de la Force conjointe du G5 Sahel

L’attentat commis le 29 juin dernier contre son quartier général à Sévaré, Mali, a mis un coup d’arrêt aux efforts de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) pour être pleinement opérationnelle, alors qu’elle aurait dû l’être quelques mois plus tôt. Cette attaque, revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM ou JNIM), a coûté sa place au général malien Didier Dacko, lequel a été remplacé par le général mauritanien Hanena Ould Sidi, assisté par le général tchadien Oumar Bikimo.

Pour rappel, la mise en place de cette force conjointe est un élément essentiel de la stratégie française pour la bande sahélo-saharienne. Devant compter 7 bataillons déployés selon trois fuseaux – soit 5.000 hommes fournis par le Mali, le Niger, le Tchad, la Mauritanie et le Burkina Faso -, sa mission est de lutter à la fois contre le terrorisme, le crime organisé et le trafic d’êtres humains.

Après l’attaque de Sévaré, la FC-G5S a établi un nouveau quartier général à Bamako. Et il a fallu à son nouveau commandant procéder à des évaluations afin de définir « l’orientation stratégique et géographique de celle-ci, de manière à déterminer la nature, la localisation et le calendrier de ses opérations, une fois qu’elles auront repris », a expliqué le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans un rapport publié en novembre.

Ce travail est-il terminé? Sans doute… En effet, d’après le général français François Lecointre, le chef d’état-major des Armées, « la force conjointe du G5 Sahel s’apprête à reprendre ses opérations très prochainement. »

« Le général Hanena Ould Sidi sait qu’il peut relancer des opérations et il va le faire sans doute dès le début de l’année prochaine et éventuellement avant la fin de l’année », a déclaré le général Lecointre, ce 13 décembre, en marge d’un sommet interparlementaire G5 Sahel organisé à l’Assemblée nationale. (…)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Modern Israeli infantry fighting vehicle shows its anti-tank capability

Modern Israeli infantry fighting vehicle shows its anti-tank capability | DEFENSE NEWS | Scoop.it
The Ministry of Defense of the government of Israel has released video of a recent trial of the Remotely Controlled Weapon Station (RCWS) for the Namer and Eitan infantry fighting vehicle.

The Israeli Defense Ministry released video showing an anti-tank
capabilities of new infantry fighting vehicle version of the Namer, which fitted with an unmanned turret armed with a 30 mm cannon and modern Spike-MR anti-tank missiles.

A defense ministry spokesperson stated the installation “will enable Israel Defense Forces soldiers to fire missiles from within the vehicles, while they are still protected, which will significantly increase the attack range of the vehicles”.

According to a report of the Israeli Defense Ministry, the the Spike anti-tank missiles currently serve as a primary anti-tank weapon system in 30 militaries worldwide, with more than 30,000 missiles delivered to date. Spike is an electro-optically guided missile offering a “Fire-and-Forget” and “Fire-and-Observe” capabilities.

Also added that the automated launch pod with Spike anti-tank missiles will also be fitted to the turret of the Eitan wheeled armoured fighting vehicle.

New Israeli infantry fighting vehicles will be fitted with a Trophy active protection system and other, specialized protective systems.

The Trophy is a fully autonomous hard-kill system designed to neutralise all types of current and known future threats, including anti-tank guided missiles, all rocket-propelled grenade types, and all types of recoilless rifle munitions.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Pentagone a ouvert une enquête sur l'accident qui a coûté la vie à un soldat français au Niger

Le Pentagone a ouvert une enquête sur l'accident qui a coûté la vie à un soldat français au Niger | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Dans le communiqué annonçant le décès, au Niger, du brigadier-chef Karim El-Arabi [2e Régiment de Hussards], le ministère des Armées a seulement précisé que le militaire avait été victime d’un accident sur la base d’Aguelal, alors qu’il n’était « pas engagé dans une activité opérationnelle ».

Plus tard, le New York Times et l’Army Times ont donné plus de détails sur ce drame. Ainsi, un membre des forces spéciales américaines a également été gravement blessé dans cet accident qui a coûté la vie au brigadier-chef El-Arabi. Il a été évacué vers l’Europe pour y être soigné.

A priori, ce militaire américain – un « béret vert » du 3e Special Forces Group – conduisait le véhicule impliqué, alors qu’il était probablement sous l’emprise de l’alcool. Du moins, c’est ce qu’ont affirmé deux responsables du Pentagone au New York Times.

D’où l’ouverture d’une enquête par l’US Army pour établir les circonstances de l’accident et « vérifier » si la consommation d’alcool y « a joué un rôle ».

« Nous avons ouvert une enquête sur l’ensemble des circonstances », a en effet confirmé un responsable militaire américain auprès de l’AFP.

Si les forces spéciales américaines engagées en Afrique sont régies par « l’ordre général n°1« , lequel interdit la consommation d’alcool, le commandant Casey Osborne, le porte-parole de l’U.S. Special Operations Command-Africa, a indiqué à l’Army Times que deux boissons alcoolisées par tranche de 24 heures sont autorisées.

Par ailleurs, et d’après les sources du New York Times, après l’accident, le commandant de l’US AFRICOM, le général Thomas Waldhauser, a adressé un courrier électronique au général J. Marcus Hicks, le chef des forces spéciales américaines en Afrique pour lui faire part de ses préoccupations au sujet de l’indiscipline des troupes qui sont sous ses ordres.

Ces derniers mois, plusieurs scandales ont éclaboussé les forces spéciales américaines, comme celle de l’assassinat, au Mali, l’an passé, d’un « Béret Vert » par deux Navy SEALs et deux Marines Raiders. Ou encore celui de deux autres SEALs impliqués dans une affaire de moeurs en Somalie. Et ces entorses à « l’éthique » et au « professionnalisme » préoccupent le Congrès, qui a demandé un rapport sur ce phénomène au Pentagone.

Une semaine avant l’accident mortel du brigadier-chef El-Arabi, le chef des forces spéciales de l’US Army, le général Francis Beaudette, a diffusé un mémo dans lequel il s’inquiète de ces dérives. « Des incidents récents dans notre formation ont remis en question notre éthique et notre professionnalisme et menacent de saper la confiance que nous accordent le peuple américain et nos hauts dirigeants », a-t-il écrit.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Pour acheter des frégates françaises, la Grèce fait appel aux dons

Pour acheter des frégates françaises, la Grèce fait appel aux dons | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le ministre grec de la Défense veut acheter des FTI de Naval Group (ex-DCNS) : il a appelé les riches citoyens et les armateurs du pays à participer. Par Guerric Poncet

La scène est cocasse : au cours d'une conférence donnée à l'académie navale du Pirée (le port d'Athènes) le 6 décembre, le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos, a annoncé qu'il fera appel aux dons des particuliers pour financer l'achat de nouveaux navires pour sa marine de guerre. Dans le contexte des tensions croissantes avec la Turquie, notamment autour des îles grecques les plus proches de la côte turque, cette modernisation de la flotte de surface est cruciale. «  Je serai le premier à faire don de mon salaire pour cet effort  », a promis le ministre, le jour de la Saint-Nicolas, saint-patron de la marine grecque. «  Nous avons aujourd'hui besoin des grands donateurs et mécènes du pays  », a-t-il déclaré. L'objectif : «  financer l'acquisition de frégates et d'un navire amiral  », a-t-il encore expliqué.

Le choix des Grecs se porterait sur des navires français construits par Naval Group (ex-DCNS). «  Nous en parlons très régulièrement avec nos partenaires grecs  », confirme le cabinet de la ministre des Armées, à Paris, sans préciser quel type de navire est évoqué. Même réponse du côté de Naval Group, qui concède prudemment que «  des discussions sont en cours  ». En fait, les tractations n'ont jamais cessé depuis 2009, date des premiers échanges bilatéraux sur le sujet. Même aux pires moments de la crise de la dette grecque, l'industriel français a maintenu actif son bureau d'Athènes.

Si la frégate multimissions (Fremm) avait un temps été évoquée, les discussions porteraient aujourd'hui exclusivement sur la nouvelle frégate de taille intermédiaire (FTI), un navire ultramoderne, sorte de «  frégate numérisée » avec un équipage restreint, ou de «  Fremm compacte  » comme la décrit la marine nationale française. D'ailleurs, mi-novembre, Naval Group a reçu une délégation de journalistes grecs pour leur présenter... la FTI. Et en a profité pour leur montrer sa torpille lourde F21, qu'il espère bien exporter aussi dans le pays.
Athènes veut aussi le missile de croisière naval

Dotée des mêmes types d'équipements que sa grande sœur la Fremm (à l'exception du radar Seafire, plus moderne sur la FTI), la FTI a l'avantage d'être bien moins chère. Athènes voudrait s'en procurer quatre : deux fabriquées en France et deux fabriquées en Grèce. La piste du leasing (location avec option d'achat au bout d'une certaine durée, NDLR), évoquée un temps pour des Fremm comme l'avait révélé La Tribune, a été écartée au profit d'un achat plus traditionnel.

Les discussions en cours ne se limitent pas aux navires : les amiraux grecs veulent aussi acheter le Graal, ou presque : le missile de croisière naval (MdCN, fabriqué par MBDA, qui n'a pas souhaité faire de commentaire). L'acquisition de cet armement hautement stratégique, que la France a testé pour la première fois lors de l'opération Hamilton en Syrie en avril 2018 (avec un succès mitigé, comme souvent lors d'un premier emploi), serait un coup de maître pour Athènes face à Ankara. La Pologne est en négociation pour l'obtenir aussi, mais avec des sous-marins français Scorpène.
Une première livraison possible dès 2024

Certes, les FTI commandées par la France ne seront pas équipées du MdCN, sauf changement de doctrine. Mais la capacité avait bien été prévue par Naval Group, dans la soute à missiles, à l'avant du navire : l'industriel peut donc proposer sans gros surcoût de développement une version export adaptée à la demande grecque. «  Dans son argumentaire de vente, Naval Group insiste sur la modularité de son navire et sur la possibilité de rajouter des lanceurs  » pour le MdCN, nous confie un proche du dossier.

Côté calendrier, les FTI grecques pourraient être intégrées au planning de livraison des FTI françaises sans les retarder, car «  les chantiers de Lorient ne tournent pas à plein régime avec la seule commande française  », nous confie une autre source sous couvert d'anonymat. La première FTI, dont la livraison est prévue en 2023 à la marine nationale, pourrait donc être suivie dès 2024 par une FTI grecque... si les discussions aboutissent.
Appel aux armateurs

Selon Panos Kammenos, populiste de droite et ancien ministre de la marine (il a négocié la concession du port du Pirée aux Chinois en 2008), «  les armateurs grecs et tous les citoyens  » qui veulent participer à l'achat des navires pourront verser de l'argent sur un compte qui sera spécialement créé par le gouvernement grec le 1er janvier 2019. En faisant explicitement appel à la générosité des armateurs, le ministre appuie là où cela fait mal : ceux-ci profitent de la sécurité apportée par la marine grecque, alors qu'ils «  organisent leur évasion fiscale depuis des années  », explique l'analyste Fotios Amantides interrogé par Defense News. Le ministre de la Défense a aussi rappelé dans son discours l'exemple du «  grand philanthrope Georgios Averoff  », homme d'affaires grec qui avait largement financé au début du XXe siècle l'achat du navire amiral de la flotte grecque, le cuirassé... Georgios Averoff.

Après plusieurs années de rigueur, l'armée grecque, pléthorique, est aujourd'hui à bout de souffle. Le gouvernement a eu beau maintenir les dépenses militaires à un niveau élevé en pourcentage du PIB (au-dessus du standard Otan de 2 %), les crédits ont fondu à la vitesse... du PIB, passant de six milliards d'euros en 2009 à quatre milliards en 2018, comme le relève le site spécialisé Zone militaire. L'armée de l'air grecque, qui doit régulièrement intercepter des appareils turcs au-dessus de son espace aérien, a été privée d'une grande partie de la mise à niveau de ses vieux F-16 (85 au lieu de 155 appareils). Zone militaire rappelle aussi que l'idée d'un appel aux dons n'est pas une première. En 2017, le projet français Socle défense évoquait par exemple un «  plan épargne défense avenir  » ouvert uniquement aux particuliers, pour doper le budget des armées via l'épargne des Français.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Un Hawker Hunter de l'ESSD américaine ATAC s'est crashé à Hawaï

Un Hawker Hunter de l'ESSD américaine ATAC s'est crashé à Hawaï | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Mercredi, un Mk58 Hawker Hunter appartenant à l'ESSD américaine Airborne Tactical Advantage Company (ATAC) s'est crashé à 5 km de l'aéroport de Honolulu, à Hawaï. Le pilote a pu s'éjecter alors que son appareil tombait en mer (voir la photo ci-dessus).

ATAC, je le rappelle, a acheté les Mirage F1 français (voir mes posts à ce sujet dont le plus récent). En 2012 et en 2014, la société a perdu un Hawker; en 2012, elle a aussi perdu un Kfir. tous les pilotes avaient péri.

On lira ici un article sur cet accident, avec des vidéos du crash et du sauvetage du pilote de 47 ans qui a été blessé et évacué par les Coast Guards:

L'avion semble avoir été engagés dans les manoeuvres Sentry Aloha. Il se dirigeait vers la Hickam Air Force Base qui partage ses pistes avec l'aéroport international.

Sentry Aloha a démarré le 5 décembre et va durer jusqu'au 19. C'est un exercice de défense aérienne organisé par la 154th Wing de la Garde nationale de Hawaï. Cet exercice rassemble 30 avions venant de 9 Etats et 800 personnels.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

14e réunion ministérielle de l’Initiative 5+5 Défense

14e réunion ministérielle de l’Initiative 5+5 Défense | DEFENSE NEWS | Scoop.it
14e réunion ministérielle de l’Initiative 5+5 Défense

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, a représenté la ministre à la 14e réunion ministérielle des Etats membres de l’Initiative 5+5 Défense qui se tenait le mercredi 12 décembre 2018 à Rome (Italie).

Au cours de cette réunion, la secrétaire d’État a salué l’action de l’Italie, qui a assuré la présidence de l’Initiative en 2018 et a notamment organisé des activités dans des domaines d’importance tels que les forces spéciales et le cyber. Geneviève Darrieussecq a appelé à approfondir la coopération en poursuivant les activités de formation, les exercices, les rencontres et les échanges - les défis communs aux pays membres étant nombreux dans le contexte géopolitique actuel (terrorisme, crime organisé, immigration clandestine, enjeux liés au changement climatique).

Créée en 2004 sous l’impulsion de la France, l’Initiative 5+5 Défense est une enceinte de dialogue informel entre pays de la Méditerranée occidentale (France, Italie, Espagne, Portugal, Malte, Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie). Elle vise à favoriser l’échange et le partage de connaissances, à faciliter l’interopérabilité des forces armées et à développer des liens de confiance et de compréhension mutuelle sur des enjeux sécuritaires communs.

Sa réussite repose sur le respect de principes auxquels l’ensemble des partenaires est particulièrement attaché : approche pragmatique et non-institutionnelle des questions de sécurité, volontariat pour participer et organiser les activités, décision par consensus, économie des moyens. Ce partenariat reste par ailleurs complémentaire des relations bilatérales que la France entretient avec les différents Etats membres.

Après la France en 2017 puis l’Italie en 2018, c’est la Libye qui assurera en 2019 la présidence de l’Initiative 5+5 Défense.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La marine espagnole commande 5 frégates F-110 auprès de Navantia

La marine espagnole commande 5 frégates F-110 auprès de Navantia | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Un mois après l’entrée en vigueur du contrat visant à livrer cinq corvettes de type « Avante 2200 » à l’Arabie Saoudite pour 1,81 milliard d’euros, le chantier naval espagnol Navantia vient de décrocher une nouvelle commande au montant substantiel.

En effet, ce 13 décembre, la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, et le délégué du gouvernement en Galice, Javier Losada, ont indiqué que Madrid donnera le lendemain son feu vert à la commande de cinq nouvelles frégates de type F-110 pour l’Armada Española. Le montant du contrat est évalué à 4,3 milliards d’euros.

La construction de ces frégates par le chantier naval de Ferrol, permettra la création de 7.000 emplois, dont 1.300 directs et 2.000 chez les sous-traitants, a fait valoir le ministère espagnol de la Défense. « Il y a aura une valeur ajoutée directe et indirecte de l’ordre de 5,4 milliards d’euros », a précisé M. Losada.

La commande de ces cinq frégates F-110, appelées à remplacer celles de la classe « Santa Maria » livrées entre 2002 et 2012, construite il y a plus de trente ans sur le modèle des navires américains de type « Oliver Hazard Perry »et à opérer aux côtés de celles, récentes, de la classe « Álvaro de Bazán » [modèle F-100, ndlr], était attendue. Initalement, la marine espagnole espérait voir leur construction démarrer en 2017 afin de pouvoir mettre la tête de série en service en 2021.

La frégate polyvalente « furtive » F-110 sera dérivé de la classe F-100, qui a connu quelques succès à l’export dans la mesure où elle a servi de base aux frégates norvégiennes [type Nansen] et australiennes [Hobart].

A priori, ce navire devrait mesure 145 mètres de long pour 18 mètres de large et afficher un déplacmeent de 6.000 tonnes. Mis en oeuvre par un équipage de 150 marins, elle sera doté du système de combat SCOMBA [Sistema de COMbate de los Buques de la Armada], qui reprend des briques technologiques d’origine américaine [notamment du système AEGIS], d’un sonar de coque, de radars à antenne active en bandes S et X et d’une suite de guerre électronique.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Elbit Systems aims to advance DIRCM portfolio

Israel's Elbit Systems is seeing significant interest the Direct Infrared Countermeasure (DIRCM) market, as threats from man-portable air-defence systems (MANPADS) proliferate, and is investing in research towards fibre laser, threat processing, lens, and other technologies.

At the start of 2017, NATO clients signed new procurement contracts with Elbit Systems for DIRCM systems for cargo, tanker, and special mission aircraft, with clients including Belgium, Germany, Luxembourg, the Netherlands, and Norway. Poland has also signed a procurement contract. The company expects to complete installation on the first aircraft from those NATO contracts in the first half of 2019, and it expects three to four new NATO clients to book contracts in the near future.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le programme de développement du B-21 Raider se précise

Le programme de développement du B-21 Raider se précise | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Tandis que d’autres avionneurs ne font que remettre au goût du jour des machines datant de la fin de la guerre froide Northrop-Grumman de son côté développe un bombardier de nouvelle génération. Destiné à assurer l’avenir de l’US Air Force dans le domaine du bombardement stratégique ce futur Northrop-Grumman B-21 Raider vient de clore une des phases essentiels de son développement initial : l’examen critique de conception. Désormais plus rien ne semble empêcher l’assemblage final du premier prototype de cet avion dont l’entrée en service opérationnel est prévu à partir de 2025. Un avion qui prend désormais clairement l’allure d’une aile volante dotée d’un très haut niveau de furtivité.

Car le rôle de ce futur Northrop-Grumman B-21 Raider ne sera pas des plus simples : il doit remplacer trois modèles différents de bombardiers lourds. Dans un premier temps les Boeing B-52H Stratofortress et Rockwell B-1B Lancer à l’horizon 2040-2050 puis les Northrop B-2A Spirit à celui de 2050-2055. Et oui l’US Air Force voit loin sur ce coup là ! Il faut dire qu’elle se connait et sait donc la propension qu’elle a à faire durer ses bombardiers stratégiques bien au-delà de leur date projetée de retrait.
À terme ce sont cent exemplaires de ce nouveau bombardier furtif qui sont attendus dans les rangs de l’US Air Force.

Le Pentagone vient donc d’annoncer que fin novembre ses experts ont rendu l’examen critique de conception validant ainsi les grands points du futur avion. Cette certification permet donc dès à présent à Northrop-Grumman d’entamer l’assemblage du prototype XB-21 dont le premier vol est espéré pour 2022-2023. Un avion ultra-secret dont la construction semble devoir avoir lieu au sein de l’US Air Force Plant 42, un centre industriel très sécurisé mis à disposition de Boeing, Lockheed-Martin, et Northrop-Grumman pour leurs programmes les plus confidentiels.
Il est situé en lisière de l’aéroport de Palmdale dans le sud de la Californie.

Le programme du Northrop-Grumman B-21 Raider est actuellement considéré comme prioritaire par le Pentagone. Pour des raisons évidentes aucune exportation n’est prévu donc toute la budgétisation est à la charge des contribuables américains. À l’heure actuel le coût de revient d’un exemplaire est estimé à un peu plus d’un demi milliard de dollars la pièce, et ce sans compter ce futur prototype bien sûr.
Il est à remarquer que les quelques vues d’artistes montrent une architecture qui n’est pas du tout sans rappeler le B-2A Spirit.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'armée allemande commande sept hélicoptères à Airbus

L'armée allemande commande sept hélicoptères à Airbus | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'armée allemande a commandé sept hélicoptères H145 dédiés à la recherche et au sauvetage à Airbus Helicopters, a annoncé jeudi le constructeur européen dans un communiqué.

L'armée allemande a commandé sept hélicoptères H145 dédiés à la recherche et au sauvetage à Airbus Helicopters, a annoncé jeudi le constructeur européen dans un communiqué.

Le montant de la transaction n'a pas été précisé mais il devrait être proche de "la dizaine de millions d'euros par appareil", selon Airbus, contacté par l'AFP.

Les hélicoptères seront livrés en 2020 et rempliront des missions de recherche et de sauvetage, conformément à l'accord passé avec le ministère allemand des Transports, qui leur donne également pour mission d'intervenir en cas de catastrophe.

Ils remplaceront la flotte actuelle, composée de Bell UH-1D, entrés en service au début des années 1970.

Le contrat signé avec la Bundeswehr intervient deux ans après celui passé par Airbus Helicopters avec la Garde aérienne suisse de sauvetage, cette dernière ayant à l'époque commandé six appareils de type H145 pour un montant total de 52 millions de francs suisses (48 millions d'euros au taux de change de décembre 2016).

Dix H145 avaient également été acquis par l'Ukraine dans le cadre d'un contrat signé en juillet dernier.

(avec AFP)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Caïman : la nouvelle capacité logistique, de surveillance et de combat du GAé

Caïman : la nouvelle capacité logistique, de surveillance et de combat du GAé | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Publié le 13/12/2018 par Vincent Groizeleau

L’hélicoptère Caïman Marine, version française du NH90 NFH, est le tout dernier ajout au groupe aérien embarqué (GAé) du Charles de Gaulle. Les premiers appareils de ce type sont opérationnels dans la Marine nationale depuis 2011, d’abord livrés dans un standard intérimaire (Step A). Il s’agissait de remplacer en urgence les derniers Super Frelon, hors d’âge, dans leurs missions de sauvetage en haute mer et de transport opérationnel, tout en disposant d’une première capacité d
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Rafale Marine: un avion arrivé à pleine maturité

Rafale Marine: un avion arrivé à pleine maturité | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Publié le 13/12/2018 par Vincent Groizeleau

Depuis le retrait du service des derniers Super Etendard Modernisés (SEM), à l’été 2016, la chasse embarquée française est uniquement constituée de Rafale Marine. L’aéronautique navale en aligne aujourd’hui 41. Ils sont répartis au sein des flottilles 11F, 12F et 17F, basées à Landivisiau, dans le Finistère, quelques appareils étant affectés à l’escadron de transformation de Saint-Dizier, commun avec l'armée de l'Air. S’y ajoute un 42ème avion, le M1, qui sert depuis des années d
more...
No comment yet.