Revue de presse théâtre
2.0M views | +94 today
Follow
 
Scooped by Le spectateur de Belleville
onto Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Laurent Sauvage, un «Père» en manques - Culture / Next

Laurent Sauvage, un «Père» en manques - Culture / Next | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Gilles Renault dans Libération — 24 septembre 2018

Sobre et intense en agriculteur ruiné, le comédien excelle dans la pièce mise en scène par Julien Gosselin et adaptée du roman de Stéphanie Chaillou.


C’est une obscurité d’autant plus rare dans une salle de spectacle, donc un lieu public, qu’elle se révèle totalement impénétrable. Jusqu’à tricher, pour la bonne cause artistique en déduit-on, avec les consignes de sécurité obligeant à indiquer au moins les issues de secours. Inexistantes, de par le fait. Comme si la scène n’était plus qu’un catafalque ayant englouti celles et ceux qui auraient eu l’imprudence ou la témérité de s’y aventurer.

Plusieurs minutes durant, rien d’autre n’émane de cette fascinante opacité que la voix nue d’un homme qui troue les ténèbres. Dans une langue simple, d’autant plus tranchante que dénuée de circonlocutions, le quidam raconte sa descente aux enfers. Petit paysan, il a senti la terre se dérober sous ses pieds le jour où, crucifié par les dettes et victime collatérale de la politique agricole commune, il n’a plus été en mesure de subvenir à ses besoins, même modestes. Sentiment d’humiliation, d’injustice, de colère, d’impuissance… «Vous continuez de vous débattre et d’avoir mal»… «Je voudrais que mes enfants ne comprennent pas de quoi je parle»… Lui, le chargé de famille besogneux, biberonné aux valeurs judéo-chrétiennes («Dieu, honnêteté, travail»), n’a plus rien. N’est plus rien. Et le dit, sans chercher l’esclandre, avec ce qui lui reste de digne lucidité pour ne pas sombrer dans l’exhibitionnisme geignard.

Lamento
Long monologue à la première personne, le texte provient de l’Homme incertain, premier roman de Stéphanie Chaillou - ont suivi depuis Alice ou le Choix des armes et le Bruit du monde. Tombé dessus par hasard et aussitôt happé, Julien Gosselin décide d’en faire une adaptation théâtrale, quelques mois seulement après la parution du roman, début 2015. Celle-ci, créée au Théâtre national de Toulouse, ne sera jouée qu’une douzaine de fois. Puis laissée de côté par le metteur en scène, accaparé par la virtuosité de projets surdimensionnés qui le portent au pinacle, des onze heures du 2666 de Roberto Bolaño, aux neuf heures de Joueurs, Mao II et les Noms, de Don DeLillo, présentées au dernier Festival d’Avignon.

Autant dire que les amateurs de fresques pourront s’étonner de cette «petite» heure solo, que Gosselin ne traite pourtant pas avec désinvolture : lumières minutieuses - de la lueur spectrale révélant la silhouette du mort-vivant dont on n’entendait que le lamento, au clignotement des tubes de néon scandant plus tard l’hallali -, bande-son post-rock (signée Guillaume Bachelé) à plein régime, mots projetés en fond de scène, plateau ramené à un carré de verdure peu ou prou aux dimensions d’un ring.

«Détonateur»
Et puis il y a Laurent Sauvage, judicieusement sobre, que l’on découvre pour la première fois seul face au public. Non qu’il s’agisse d’un néophyte, au contraire. Mais l’habitude veut qu’on voie toujours celui qui voulait «d’abord être acteur sans savoir pourquoi, ni même ce qu’était le théâtre», au côté de Stanislas Nordey, le frère d’armes, «détonateur» avec lequel il a déjà collaboré une trentaine de fois et à qui il estime tout devoir ou presque (ainsi qu’à sa mère, Véronique Nordey).

Bluffé par le talent précoce de Julien Gosselin, encore inconnu, Stanislas Nordey avait parlé de lui à son comparse. Quelque temps plus tard, les deux hommes se croisent et s’entendent sur le principe d’une collaboration. Gosselin a déjà décollé dans l’entrefaite avec les Particules élémentaires. Mais l’idée fait son chemin. «A l’inverse de Stanislas, à qui la forme n’importe pas en premier lieu, Julien construit les choses techniquement en amont et a une vision précise du spectacle, observe le comédien. Mais l’un comme l’autre rassurent, accordent leur confiance et privilégient une grande liberté dans le jeu. Le premier jour, Julien a ainsi planté le décor : "Va au plateau et dis les choses comme tu les sens." Puis nous avons procédé aux ajustements».

Trois ans plus tard, Laurent Sauvage assure retrouver avec délectation ce Père qui, «haine, rejet et rêves mêlés», résume selon lui «rien moins que nos vies, puisque nous sommes tous passés par là».

Gilles Renault


Le Père de Stéphanie Chaillou m.s. Julien Gosselin. MC93 Bobigny, dans le cadre du festival d’Automne à Paris. Jusqu’au 29 septembre. Rens. : www.mc93.com Puis les 22 et 23 novembre à Vandœuvre-lès-Nancy (54).

 

Légende photo : Laurent Sauvage incarne les mots d’un paysan accablé de dettes. Photo (c) Simon Gosselin 

No comment yet.
Revue de presse théâtre
"LE SEUL BLOG THÉÂTRAL DANS LEQUEL L'AUTEUR N'A PAS ÉCRIT UNE SEULE LIGNE";    L'actualité théâtrale, une sélection de critiques et d'articles parus dans la presse et les blogs. Théâtre, danse, cirque et rue aussi, politique culturelle, les nouvelles : décès, nominations, grèves et mouvements sociaux, polémiques, chantiers, ouvertures, créations et portraits d'artistes. Mis à jour quotidiennement.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Le spectateur de Belleville from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Comment utiliser au mieux la Revue de presse Théâtre

Comment utiliser au mieux la Revue de presse Théâtre | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Quelques astuces pour tirer profit de tous les services de  la Revue de presse théâtre

 

 

Les publications les plus récentes se trouvent sur la première page, mais en pages suivantes vous retrouverez d’autres posts qui correspondent aussi à l’actualité artistique ou à vos centres d’intérêt. (Navigation vers les pages suivantes au bas de la page)

 

 

 Les auteurs des articles et les publications  avec la date de parution sont systématiquement indiqués. 

 

Les articles sont le plus souvent repris intégralement.

 

Chaque « post » est un lien vers le site d’où il est extrait. D’où la possibilité de cliquer sur le titre ou la photo pour lire l’article entier dans son site d’origine .  Vous retrouverez la présentation originale de l'article : les titres, les photographies et les vidéos voulues par le site du journal ou l’auteur du blog d’où l’article est cité.

 

 

Pour suivre régulièrement l’activité de la Revue de presse : vous pouvez vous abonner (bouton vert FOLLOW) et, en inscrivant votre adresse e-mail ou votre profil Facebook,  recevoir des nouvelles par mail des publications les plus récentes de la Revue de presse

 

 

Vous pouvez aussi, si vous êtes inscrits sur Facebook, aller sur la page de la revue de presse théâtre à cette adresse :  https://www.facebook.com/revuedepressetheatre

et  « liker » cette page pour être tenu à jour des nouvelles publications. Mais les liens directs depuis Facebook ne sont plus autorisés, ne me demandez pas pourquoi.

sur Twitter, il y a un compte "Revue de presse théâtre" qui reprend tous ces posts, plus d'autres articles et nouvelles glanés sur ce réseau social : @PresseTheatre

https://twitter.com/PresseTheatre

 

 

 

Vous pouvez faire une recherche par mot sur 9 ans de publications de presse et de blogs théâtre, soit en utilisant la liste affichée ci-dessus des mots-clés les plus récurrents , soit en cliquant sur le signe en forme d’entonnoir - à droite de la barre d’outils - qui est le moteur de recherche de ce blog ("Search in topic") . Cliquer sur l'entonnoir et ensuite taper un mot lié à votre recherche. Exemples : « intermittents » (plus d’une centaine d’articles de presse comportant ce mot) « Olivier Py» ( plus de cinquante articles ), Jean-Pierre Thibaudat (plus de cent articles),  Comédie-Française (plus de cent articles), Nicolas Bouchaud (plus de cinquante articles), etc.

 

Nous ne lisons pas les "Suggestions" (qui sont le plus souvent jusqu'à présent des invitations, des communiqués de presse ou des blogs auto-promotionnels), donc inutile d'en envoyer, merci !

 

Bonne navigation sur la Revue de presse théâtre !

 

Au fait, et ce tableau en trompe-l'oeil qui illustre le blog ? Il s'intitule  Escapando de la critica, il date de 1874 et c'est l'oeuvre du peintre catalan Pere Borrel del Caso

 

Julie Dupuy's curator insight, January 15, 2015 9:31 AM

Peut être utile au lycée

Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Au Théâtre de la Bastille, Nicolas Bouchaud revisite Claude Lanzmann

Au Théâtre de la Bastille, Nicolas Bouchaud revisite Claude Lanzmann | Revue de presse théâtre | Scoop.it

 

 

Par Fabienne Darge (Lyon, envoyée spéciale) dans Le Monde - 2 déc. 2021

 

En adaptant « Un vivant qui passe », le metteur en scène et comédien interroge la responsabilité des grands organismes internationaux et des instances dirigeantes suisses dans l’aveuglement face à la Shoah.

Il est l’homme qui n’a rien vu à Auschwitz, rien vu à Theresienstadt. Maurice Rossel est devenu un personnage historique quand, en 1997, Claude Lanzmann lui a consacré un film, Un vivant qui passe, en marge de son grand œuvre, Shoah. Aujourd’hui, le comédien Nicolas Bouchaud, qui trace un chemin à nul autre pareil dans le théâtre français, porte au théâtre le matériau qui est à la base du film. Et c’est une soirée qui emmène loin dans la réflexion sur l’histoire et la responsabilité qu’on a par rapport à elle.

 

 

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Un vivant qui passe », des yeux pour ne pas voir

En septembre, au Théâtre de l’Atelier, Sami Frey avait lui aussi proposé sa version d’Un vivant qui passe. Mais les deux projets sont en tout point différents, bien que d’une force équivalente. Sami Frey, seul en scène dans la nuit du théâtre, lisait le texte de l’entretien entre Claude Lanzmann et Maurice Rossel, tel qu’il a été monté dans le film. Nicolas Bouchaud, lui, choisit la mise en scène et l’incarnation du dialogue entre l’intervieweur et l’interviewé. Il choisit surtout de repartir des rushs du film et donc de l’intégralité de ce dialogue, en une démarche passionnante, qui recadre légèrement l’appréhension historique des faits abordés et qui sont d’une importance historique considérable.

 

 

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Sami Frey, passeur de ceux qui ne sont pas revenus des camps

En 1942, Maurice Rossel, jeune médecin suisse de 25 ans, se fait engager comme délégué au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Berlin. Pendant deux ans, sa tâche consiste à inspecter des camps de prisonniers de guerre. En 1944, sa hiérarchie l’envoie, de manière tout à fait officieuse, visiter des camps de concentration – personne ne prononce alors le terme d’extermination – pour essayer d’obtenir des renseignements. Maurice Rossel sera le premier fonctionnaire international à entrer dans les camps de Theresienstadt et d’Auschwitz. Mais il y restera aveugle à ce qui s’y passe. Le 23 juin 1944, sa visite à Theresienstadt est totalement organisée par les nazis, qui montent une mise en scène macabre destinée à présenter ce camp d’extermination comme un ghetto modèle. Le délégué du CICR n’y voit que du feu.

En incarnant de manière très vivante le dialogue entre Claude Lanzmann et le docteur Rossel, il s’agit de comprendre les mécanismes à l’œuvre

A la fin de septembre de cette même année 1944, il se rend à Auschwitz, où il est reçu par le commandant du camp ou supposé tel – « un jeune homme très élégant, très distingué, très aimable ». Cette fois-ci, aucune mise en scène n’a été orchestrée mais Maurice Rossel ne verra ni les fours crématoires, ni la fumée ou les lueurs qui pourrait s’en échapper, ni les trains. Il croisera toutefois la route de prisonniers, des « squelettes ambulants » chez qui « il n’y avait que les yeux qui vivaient. C’étaient des regards très très intenses ». L’air de se dire, commente Rossel : « Ben, en voilà un qui vient… (…) Un vivant qui passe. »

 

 

En rentrant, Rossel a rédigé un rapport, qui a évidemment contribué à freiner et à fausser l’appréhension de la « solution finale ». Sa responsabilité historique est donc lourde mais le théâtre, ici, ne joue pas le rôle de tribunal de l’histoire. En incarnant de manière très vivante le dialogue entre Claude Lanzmann et le docteur Rossel, il s’agit plutôt de comprendre les mécanismes à l’œuvre, la manière dont l’aveuglement du délégué du CICR a été possible, sur quoi il a fait son lit.

Confrontation intense

Et s’agissant de cette incarnation, difficile de rêver mieux que la confrontation intense, tendue à craquer, pleinement théâtrale au meilleur sens du terme, qu’instaurent Nicolas Bouchaud, qui joue Maurice Rossel, et son jeune partenaire, Frédéric Noaille, lequel se glisse dans la peau de Claude Lanzmann. Ni l’un ni l’autre ne singent leurs modèles de manière bêtement réaliste, dans le décor en trompe-l’œil du bureau du docteur Rossel. Nicolas Bouchaud porte sur lui toutes les zones grises, opaques, floues, du personnage. Frédéric Noaille traduit à sa manière, assez flamboyante, toute la niaque et la séduction de Lanzmann.

 

 

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Nicolas Bouchaud, « Jouer, c’est inventer du temps »

Tel qu’il a été monté, le film de Lanzmann insistait sur la responsabilité individuelle de Maurice Rossel – qu’il ne s’agit pas de nier. Mais en repartant des rushes, et donc de l’intégralité de l’échange entre les deux hommes, cette responsabilité est replacée dans un contexte plus large, celui du rôle du CICR et des grands organismes internationaux et des instances dirigeantes suisses : une élite très largement germanophile et dont l’anticommunisme viscéral, l’antisémitisme atavique, le culte de la neutralité politique, ont contribué à brouiller la vue.

 

Comment un homme comme le docteur Rossel, qui se définit lui-même comme situé à gauche, d’origine modeste, a-t-il pu à ce point ne pas voir ? C’est la question vertigineuse que pose le spectacle et que les deux comédiens rendent on ne peut plus agissante et actuelle, dans le présent du théâtre. Le délégué du CICR n’était ni un bourreau ni une victime. Il aurait pu jouer le rôle, magnifique, du témoin, qu’il n’a pas su incarner. La raison qui explique cette incapacité, telle qu’elle se dégage du spectacle, c’est l’indifférence et une forme d’antisémitisme rampant, mal repéré par lui-même. Le manque d’intérêt pour l’autre : cela n’a rien de spectaculaire, mais on en revient toujours à ce point, finalement.

Un vivant qui passe, d’après le film de Claude Lanzmann, spectacle de Nicolas Bouchaud, Eric Didry et Véronique Timsit. Festival d’automneThéâtre de la Bastille, 76, rue de la Roquette, Paris, 11e. Tél. : 01-43-57-42-14. Du lundi au samedi à 21 heures, du 2 au 23 décembre et du 3 au 7 janvier 2022, et le dimanche 5 décembre à 16 heures, et le samedi 11 décembre à 16 heures et à 21 heures. De 15 euros à 25 euros. Puis tournée jusqu’en avril 2022, à Lausanne (Suisse), Cergy-Pontoise, Clermont-Ferrand, Caen, etc.

 

Fabienne Darge (Lyon, envoyée spéciale)

 

 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

#metoothéâtre : « Prendre la parole représente le risque d’être blacklistée »

#metoothéâtre : « Prendre la parole représente le risque d’être blacklistée » | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Fabienne Darge dans Le Monde 1er déc. 2021

 

Des directrices de scènes publiques expriment leur vision du mouvement, dans un secteur particulièrement fermé et fragile économiquement.


Jeudi 7 octobre naissait le mouvement #metoothéâtre, à l’initiative de la blogueuse Marie Coquille-Chambel, animatrice d’une chaîne YouTube sur le théâtre. En juin 2020, la jeune femme avait porté plainte contre Nâzim Boudjenah, un acteur de la Comédie-Française, pour violences et menaces de mort. En juin, le comédien a été condamné pour les menaces de mort, mais relaxé pour les faits de violence. Début octobre, en lançant #metoothéâtre, Marie Coquille-Chambel l’a également accusé de viol. Nâzim Boudjenah reste, à ce jour, membre de la troupe de la Comédie-Française, mais n’est distribué dans aucun spectacle cette saison.

 

Il aura fallu quatre ans, après le lancement de #metoocinéma, pour qu’apparaisse le même type de mouvement de libération de la parole sur les violences sexistes et sexuelles dans le domaine du spectacle vivant, où, selon les signataires d’une tribune parue dans Libération, le 13 octobre, la peur et le secret seraient la règle. Plus encore, peut-être, que dans d’autres secteurs, dans ce milieu plus fragile, moins sous les feux des projecteurs que le cinéma.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés #metoothéâtre : 200 personnes rassemblées à Paris pour alerter sur les violences sexistes et sexuelles

Presque deux mois après le lancement du mouvement, la parole des victimes, notamment celles d’actes graves, semble encore largement tue. Une polémique s’est nouée autour de la décision de Wajdi Mouawad, le directeur du Théâtre national de la Colline, à Paris, de confier la musique de sa dernière création, Mère, à Bertrand Cantat, et de maintenir dans sa programmation un spectacle signé par Jean-Pierre Baro, visé par une plainte pour viol classée sans suite en 2019.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Profond malaise au théâtre d’Ivry, après une plainte pour viol classée sans suite

Toutes solidaires

Contesté sur ces choix, Wajdi Mouawad a répondu par un texte au rasoir, publié par Sceneweb, le 19 octobre, et titré « Je refuse de me substituer à la justice », qui n’a pas contribué à apaiser le climat. Un mois plus tard, le 19 novembre, un groupe d’activistes tentait de bloquer la première de son spectacle. Le collectif #metoothéâtre a eu beau préciser qu’il n’avait « jamais appelé à se rassembler devant La Colline » et n’était donc pas « organisateur de l’action du 19 novembre menée par des militant(e)s engagé(e)s dans la lutte contre les féminicides et la libération de la parole autour des violences sexistes et sexuelles », l’amalgame était fait.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Une première sous tension pour « Mère » de Wajdi Mouawad au théâtre de la Colline

Dans ce climat sous tension, nous avons voulu savoir quel regard les directrices de théâtre – centres dramatiques nationaux, scènes nationales, théâtres municipaux – portaient sur le mouvement et sur un paysage artistique difficile à appréhender. Les violences sexistes et sexuelles sont-elles systémiques dans ce milieu ? Existe-t-il vraiment une omerta ? Le mouvement est-il trop radical ? Les conditions sont-elles réunies pour que la parole des victimes soit écoutée ?

 

Le premier constat, c’est que toutes se disent solidaires du mouvement, à quelques nuances près. Des « vétéranes », comme elles se nomment elles-mêmes, Catherine Marnas, 66 ans, à la tête du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, et Claudia Stavisky, 65 ans, codirectrice du Théâtre des Célestins, à Lyon, à la benjamine, Maëlle Poésy, 37 ans, qui va prendre ses fonctions à la tête du Théâtre Dijon-Bourgogne, le 1er janvier. « Je suis persuadée qu’il fallait cette libération de la parole, argue Catherine Marnas. Le déséquilibre est tel, il y a un tel silence sur un certain nombre d’agissements, une telle inégalité, aussi, en faveur des mêmes, toujours. »

« Blessant pour les victimes »

« Ce mouvement me semble indispensable, appuie Séverine Chavrier, 47 ans, à la tête du Centre dramatique national d’Orléans. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, on a affaire, avec le théâtre, à un milieu très archaïque et rétrograde sur ces questions. Et je trouve ce #metoothéâtre plutôt digne et élégant, qui ne privilégie pas la dénonciation  le fait de livrer des noms en pâture , mais met l’accent sur une prise de conscience générale et la recherche de solutions. » « C’est une véritable révolution, ce que l’on est en train de vivre, la vraie révolution de notre époque, analyse Célie Pauthe, 46 ans, directrice du Centre dramatique national Besançon Franche-Comté. Et, comme toute révolution, elle comporte ses excès… et ses contre-révolutions. » « Je ne connais pas de révolution qui se soit faite dans le silence et la gentillesse »,  s’amuse, quant à elle, Claudia Stavisky.

 

La directrice des Célestins a fait le choix, à la mi-novembre, de déprogrammer Habiter le temps, un spectacle signé par Michel Didym, metteur en scène visé par une enquête préliminaire pour viol. A la place, elle a organisé un week-end de rencontres et de sensibilisation aux violences sexistes et sexuelles, qui a remporté un vif succès. Toutes ses consœurs confirment qu’elles auraient déprogrammé de même, dans le cas d’une instruction judiciaire en cours. « Ne serait-ce que parce que, dans un cas comme celui-ci, les conditions d’une bonne réception du spectacle ne sont pas réunies », expliquent plusieurs d’entre elles.

 

Lire l’enquête d’octobre 2021 : Article réservé à nos abonnés Dans les écoles de théâtre, des élèves dénoncent une culture de la violence

Le cas du Théâtre de la Colline est évidemment plus compliqué et diversement apprécié par ces directrices d’institution. Bertrand Cantat a purgé sa peine pour le meurtre de Marie Trintignant, en 2003. Quant à Jean-Pierre Baro, la plainte pour viol qui le visait a été classée sans suite. « Il ne s’agit surtout pas de se substituer à la justice, pose en préambule Julie Deliquet, 41 ans, directrice du Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Mais on a le droit d’exprimer qu’on aurait pu faire autrement. La question que je me pose surtout, c’est celle du message que l’on envoie, du miroir que l’on renvoie, en tant qu’institution de la République, avec de tels choix. C’est tout de même très symbolique et ressenti comme extrêmement blessant par les victimes. »

 

 

Lire la chronique de Michel Guerrin (2021) : Article réservé à nos abonnés « En 2018, Mme Nyssen a déclaré que Bertrand Cantat a le droit de “vivre sa vie” d’artiste. En disant le contraire, Mme Bachelot s’assoit sur le droit »

Pour Hortense Archambault, 51 ans, aux manettes de la MC93 de Bobigny, en revanche, tenter d’empêcher la représentation d’un spectacle est une limite à ne pas franchir. « Pour moi, suivre les décisions prises par la justice, qui est certes perfectible, est d’une importance capitale. Il faut bien qu’on ait une boussole collective », insiste-t-elle.

« La loi du silence »

Le problème, et toutes le soulignent, c’est que la justice, dans ces affaires, et particulièrement dans ce milieu, a du mal à passer. « Il y a une problématique globale de la manière dont la parole des victimes est minorée, dévalorisée, souligne Maëlle Poésy. A laquelle se rajoute un autre problème : prendre la parole représente un risque énorme – ne plus travailler, être blacklistée –, avec la perspective qu’il n’y ait pas d’action réelle de la justice derrière. »

Célie Pauthe (directrice du Centre dramatique national de Besançon) : « Dans un parcours de comédienne, c’est quasiment impossible de ne pas avoir subi de harcèlement ou d’abus de pouvoir »

D’où l’omerta qui aurait cours dans le théâtre français, et que dénonçait la comédienne Judith Henry, dans un entretien à L’Humanité, le 11 octobre. Une omerta que confirment, à des degrés divers, ces directrices d’établissement qui ont parfois été comédiennes elles-mêmes, et à qui les actrices se confient peut-être plus facilement qu’à leurs confrères. « La loi du silence, oui, elle continue, corrobore Célie Pauthe. Quasiment tous les jours, j’entends des amies raconter des violences subies qu’elles n’ont pas dénoncées. Dans un parcours de comédienne, c’est quasiment impossible de ne pas avoir subi de harcèlement ou d’abus de pouvoir. Cela fait partie du parcours, d’apprendre à déjouer ces pièges. »

 

« C’est vrai qu’il y a une omerta, affirme Francesca Poloniato, directrice du ZEF, une scène nationale implantée au milieu des quartiers nord de Marseille. Pour le moment, la parole se libère surtout en petit comité, dans le milieu. La peur des représailles reste très présente, c’est pour cela qu’il est fondamental que la justice passe et se dote d’outils pour comprendre les spécificités de ces affaires », martèle celle qui, dans une autre vie, était éducatrice spécialisée, chargée de jeunes filles abusées sexuellement.

Mais surtout, au-delà des violences sexistes et sexuelles, toutes ces directrices insistent sur la nécessité de changer un paysage où l’inégalité femmes-hommes règne encore en maître. Le plan de lutte contre les violences et le harcèlement sexuels, lancé le 25 novembre par la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, est jugé utile et avait été anticipé dans plusieurs théâtres, mais il ne résoudra pas tout. « Rien ne changera vraiment tant que l’on restera dans un système où le patriarcat se glisse partout », se désole Séverine Chavrier.

 

 

C’est d’ailleurs à partir de ce constat qu’Hortense Archambault, également présidente de l’Association des scènes nationales, fait entendre une voix légèrement discordante, bien que tout aussi féministe, sur ce que pourraient être certains effets pervers du mouvement #metoo. « Je ne voudrais pas que la question sexuelle cache la problématique de fond et la fasse passer à la trappe,   argumente-t-elle. On est, aujourd’hui encore en France, dans une inégalité systémique de traitement, de salaire, de suivi de carrière, de reconnaissance entre les directeurs et les directrices de lieux.

 

C’est très bien de faire un #metoothéâtre mais cela ne règle pas le problème de la place des femmes. Empêcher le spectacle de Wajdi Mouawad de se jouer ne fera rien avancer, à mon avis… »

 

Carrières à trous, préretraites forcées, salaires encore souvent considérés comme des revenus d’appoint, inégalité d’accès aux moyens de production et aux grands plateaux, absence de femmes à la tête d’un théâtre national… Les chantiers ne manquent pas, pour que #metoo puisse s’appuyer sur un socle plus politique. « Toute l’histoire du féminisme est faite d’avancées et de reculs. Il ne faut pas baisser la garde », alerte Julie Deliquet.

 

Fabienne Darge

Illustration : dessin de SÉVERIN MILLET

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Marie Rémond seule en scène et prodigieuse dans “Tout va bien Mademoiselle !”

Marie Rémond seule en scène et prodigieuse dans “Tout va bien Mademoiselle !” | Revue de presse théâtre | Scoop.it

par Fabienne Arvers dans Les Inrocks le 26 novembre 2021  

“Tout va bien Mademoiselle“ de Marie Rémond - © Giovanni Cittadini


Transformer l’épreuve de la maladie en énergie de vivre, c’est le pari relevé par l’héroïne de ce spectacle adapté du podcast Superhéros/Hélène.

 

À quoi ça tient un destin, une ligne de vie, les contours d’un combat ? Pour Hélène, ça commence à cinq ans lorsqu’elle attrape un staphylocoque. Non décelé, non soigné. À 16 ans, ses reins ne fonctionnent plus. Commence alors son long parcours de combattante, entre dialyses et greffes de reins successives. L’ironie du sort ? C’est parce qu’Hélène n’a pas été soignée enfant qu’elle découvre adolescente que sa naissance cache un secret de famille jusque-là bien gardé.

Mais ne dévoilons rien des révélations faites au cours d’un spectacle qui nous a mis KO debout d’admiration et d’émotions mêlées. Parce que même si l’on connaît Hélène, professionnellement et amicalement, même si l’on savait qu’elle avait réalisé le podcast Superhéros/Hélène avec le journaliste Julien Cernobori et que c’était déjà, pour elle, une façon de mettre des mots sur son expérience, le passage de relais effectué avec Marie Rémond sur un plateau de théâtre se révèle furieusement cathartique. Et cela, que l’on connaisse ou non Hélène, tant l’interprétation qu’en donne l’actrice culmine de fraîcheur, de candeur, d’endurance et d’une détermination sans faille, renvoyant au délicat échafaudage élaboré de l’enfance à l’âge adulte, au rapport singulier qu’on entretient avec la maladie, le deuil, l’amitié, l’amour.

>> À lire aussi : Réserver : les spectacles à ne pas manquer en novembre 2021 ! (partie 4)

Rien ne vaut la vie

À 17 ans, on m’a dit que j’avais une vie extraordinaire, plus exactement hors de l’ordinaire, indique Hélène Ducharne. Depuis j’ai tenté années après années, de composer le puzzle de cette existence fondée sur un secret de famille. Mes proches m’ont souvent conseillé d’écrire cette histoire. Après plusieurs tentatives, j’ai abandonné. Un jour, autour d’un café, j’ai discuté avec mon ami Julien Cernobori, journaliste à Radio France. Il avait comme projet de raconter, en podcast, des histoires de ‘Super héros du Quotidien’. Je serai le numéro zéro. J’avais trouvé mon vecteur…“

C’est le démarrage de ce podcast qu’on entend en ouverture de Tout va bien Mademoiselle !, le plateau éclairant un appartement chaleureux. Tout le contraire de l’atmosphère aseptisée des hôpitaux où se déroule pourtant une grande partie de son récit. La scénographie est comme le miroir de la personnalité d’Hélène : accueillant et lumineux. Assise à sa table et proposant café sur café à son interlocuteur invisible, Marie Rémond reprend la balle au bond avec une évidence et une légèreté qui va nous chavirer tout au long de la représentation. Une interprétation d’une justesse à couper le souffle qui tient aussi à la relation tissée entre l’actrice et son “personnage“ : “Je rencontre Hélène en 2012 lorsque nous jouons André au théâtre du Rond-Point. Son enthousiasme, son énergie, son implication en font l’une des meilleures attachées de presse que j’ai rencontrée. Nous sympathisons. (…) En juin 2020, après le confinement, Hélène m’appelle, nous nous voyons, elle me parle de l’idée de créer Superhéros sur scène et, pour choisir qui pourrait incarner ce texte, elle me dit qu’elle a pensé à moi, qu’elle y pense depuis longtemps mais n’osait pas m’en parler. On ne peut pas me faire de plus beau cadeau. (…) Sans jamais se départir de son humour et sa joie, elle nous raconte que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais que comme le chante Souchon rien ne vaut la vie…

Par quelle alchimie a–t-elle trouvé le ton juste et l’intonation précise ? Comment a-t-elle mis le doigt sur cette curiosité toujours en éveil, cette absence totale de jugement ou de ressentiment et cette empathie relevant chez Hélène d’une seconde nature ? Dans Le Coût de la vie, Deborah Levy écrit : “Le métier d’acteur est étrange parce qu’il revient à élire domicile à l’intérieur de quelqu’un.” On ne saurait mieux dire.

 

Tout va bien Mademoiselle !, de Julien Cernobori et Hélène Ducharne, d’après Superhéros/Hélène, un podcast. Adaptation et mise en scène Christophe Garcia et Marie Rémond, avec Marie Rémond, jusqu’au 19 décembre au théâtre du Rond-Point.

 
 
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

L'île d'or au Soleil - AgoraVox le média citoyen

L'île d'or au Soleil - AgoraVox le média citoyen | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Orélien Péréol dans Agoravox - 26 nov. 2021

 

 

D’Ariane Mnouchkine Une création collective du Théâtre du Soleil, en harmonie avec Hélène Cixous

Pour le générique complet : 

Depuis deux ans, Ariane Mnouchkine et sa troupe multinationale du Théâtre du Soleil ont préparé ce spectacle et ne l’ont montré que lorsque le public pouvait se rassembler sans trop de contraintes.

Comment échapper au covid et aux tourments qu’il nous occasionne ? Cornélia a sa façon de faire : trouver une île pour y rêver-créer-diriger un spectacle. Cette île est japonaise. Nous sommes dans ce rêve, nous voyons ce spectacle.

Divers lieux, avec leurs ambiances, avec leurs problèmes, leurs souffrances, leurs « mœurs », leurs modes de lutte, résistance… circulent rapidement. Chaque situation critique est jouée par des comédiens ou des compagnies du pays concerné… la lutte pour la démocratie d’Hong-Kong, par La démocratie, notre désir troupe de Hong-Kong ; les exilés afghans par La diaspora des abricots, troupe afghane en exil ; le conflit israélo-arabe traité de façon comique, par Le grand théâtre de la paix, troupe proche-orientale… Il y a deux étranges Français, nus, la troupe Paradise Today (nom bien français comme il se doit) c’est-à-dire revêtus d’une combinaison couleur peau, avec des sexes cousus par-dessus. Ils font rire, je n’ai pas bien perçu ce qu’ils faisaient, quelle histoire ils racontaient.

Les comédiens viennent installer les espaces théâtraux nécessaires avec des praticables à roulettes : un jacuzzi, une librairie, un théâtre de marionnettes, un hôtel… D’autres éléments de décors proviennent des tissus symbolisant la mer et sa houle, des dromadaires, des cerisiers en fleurs, le volcan Fuji, une voiture décapotable roulant dans la steppe, un hélicoptère (pour la fuite de Carlos Ghosn, ici déguisé en geisha)…

L’île est la métaphore du théâtre, qui (hormis le théâtre de rue, peut-être) est une boite fermée, de lumières artificielles et « parlantes », et cette clôture a pour fonction de dire le monde. Rien de mieux qu’une île pour rassembler le monde entier sans trop s’imposer pas son soi-même, par sa culture. Rien de mieux qu’un lieu isolé pour ressembler au monde en son entier.

La langue est traitée d’une façon assez bizarre, les verbes sont rejetés à la fin des phrases. Il n’y est pas dit : « j’ouvre la porte pour te faire entrer » mais « la porte pour te faire entrer j’ouvre ». C’est assez déroutant, on comprend malgré tout ce qui se dit, cette transposition grammaticale semble liée à la langue japonaise. Beaucoup de passages sont dans diverses langues, sur-titrées, on manque de savoir à quel moment lever les yeux pour lire.

 

Les visages sont couverts d’un masque souple qui autorise une certaine expression du visage tout en rapprochant les comédiens et leurs personnages de la forme marionnette.

 

L’île d’or a l’allure d’une revue de presse : et là, et là, que se passe-t-il ? qui va mal ? Il manque une idée directrice.

 

Le lien, comme dans la chambre en Inde, se fait par Cornélia : femme aux cheveux blancs, double d’Ariane Mnouchkine, là, elle erre sur un lit d’hôpital à roulettes, avec un soignant à ses côtés.

L’autre lien est dans l’action d’une maire qui se bat contre un projet immobilier et pour le maintien d’un festival. Un affairiste brésilien veut construire un hangar pour faire un casino… menaçant l’équilibre ancestral et la vie des pêcheurs.

Sans doute trop modélisé sur La chambre en IndeL’île d’or manque de fond. Il y a trop de dispersion et des contenus plutôt faibles, proches de ce que l’on pense quand on ne pense à rien. On y voit trop la fatigue de la répétition, même variée.

On peut dire, à l’inverse, que c’est un moment de théâtre pur, de par la diversité des décors, situations, personnages, des registres, par les scènes qui jouent le démontage du théâtre comme celle où le dromadaire se casse sur scène, montrant son mécanisme comique.

 

Comme au Music-Hall ou au cirque, il y a beaucoup à voir et à entendre, beaucoup de spectaculaire, pour un sens, malheureusement, assez léger.

 

Orélien Péréol - AgoraVox

 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Brigitte Lefèvre, directrice du Festival de danse de Cannes : « J’apprécie les combattantes et les constructrices »

Brigitte Lefèvre, directrice du Festival de danse de Cannes : « J’apprécie les combattantes et les constructrices » | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Propos recueillis par Rosita Boisseau pour Le Monde - 27/11/21

 

 

L’ancienne directrice de la danse de l’Opéra de Paris a choisi de mettre en avant des chorégraphes femmes pour sa dernière édition à la tête de la manifestation.

Brigitte Lefèvre est une histoire de l’art chorégraphique à elle seule. De l’école de l’Opéra qu’elle intègre à l’âge de 8 ans au poste prestigieux de directrice de la danse de l’Opéra national de Paris de 1995 à 2014, du ballet au théâtre, des scènes aux bureaux du ministère de la culture de 1985 à 1992, elle a traversé soixante ans de danse sans rien lâcher de sa passion intransigeante.

Aux manettes du Festival de danse de Cannes depuis 2015, cette fan de Gaston Bachelard signe son ultime édition placée sous le signe de la femme et de la Terre avec vingt-huit compagnies nationales et internationales, à l’affiche du 27 novembre au 12 décembre, dans neuf théâtres de Cannes et des villes environnantes.

 

Lire aussi  Le Festival de danse de Cannes réchauffe la Croisette

Pour cette programmation particulière, vous mettez de nombreuses femmes chorégraphes en avant dont la pionnière américaine Martha Graham (1894-1991) ou la nouvelle star flamenca Rocio Molina. Dans quel esprit avez-vous conçu ce menu féminin et même féministe ?

Pendant la crise sanitaire, j’ai relu deux autobiographies : Ma vie, d’Isadora Duncan, et Mémoire de la danse, de Martha Graham. Leurs destins m’ont de nouveau émue et surtout donné envie de construire cette édition autour des femmes. J’apprécie les combattantes et les constructrices. L’œuvre de Martha Graham, qui est transmise contre vents et marées par Janet Eilber, directrice artistique de la compagnie américaine depuis 2005, pose le socle de la modernité dès les années 1930. Elle est enracinée dans une lecture des mythes grecs et de Freud. Elle propose un point de vue personnel sur différents thèmes dont celui de la complexité de la sexualité féminine. A partir de là, j’ai invité des artistes de toutes les générations comme Louise LecavalierMaud Le Pladec ou encore la très jeune Eugénie Andrin. C’est un plaisir de les soutenir car elles représentent une forme de puissance. Mais je tiens à dire qu’il y a aussi des hommes à l’affiche, dont Pierre Pontvianne.

Les chorégraphes femmes abordent-elles selon vous des sujets particuliers ?

Je dirais que les chorégraphes masculins ont un point de vue souvent plus global que les femmes qui, elles, me semblent pénétrer plus profondément dans les thèmes qu’elles traitent sur le plateau. Elles m’apparaissent moins conceptuelles et plus volontaristes dans l’exposition de leur sensibilité. L’onirisme de Carolyn Carlson, qui clôt la manifestation avec Crossroads to Synchronicity, est très écologique et c’est important aujourd’hui. Quant à Bintou Dembélé, elle se confronte à son histoire et ses racines africaines en inventant son propre rituel pour son solo Strates.

 

Vous avez endossé tous les rôles, danseuse, chorégraphe, première « déléguée à la danse » au ministère de la culture de 1985 à 1992, directrice de la danse à l’Opéra national de Paris… Quelle casquette préférez-vous ?

Celle de danseuse. La danse m’a permis de découvrir la musique, la littérature, le théâtre, les arts plastiques… Au-delà de ce que j’ai appris à l’Opéra national de Paris, j’ai particulièrement aimé collaborer, dans les années 1970, avec le chorégraphe Michel Caserta qui avait travaillé lui-même avec l’Afro-Américain Alvin Ailey dont le style sensuel et balancé me plaisait beaucoup. J’ai aussi interprété en 1971 un solo comique improbable intitulé La Curieuse, de Norbert Schmucki, dans lequel j’arborais des couettes rouges. Entendre rire le public de la Cour d’honneur d’Avignon, ça ne s’oublie pas. J’aime rire et faire rire ! Je n’étais pas, je pense, une interprète classique exceptionnelle mais j’étais travailleuse : il faut beaucoup travailler pour faire vivre la technique et c’est un chemin qui n’a pas de fin. J’adorais faire des découvertes. Pendant les différents confinements, je me suis surprise à danser seule chez moi. Quand on danse, on s’oublie, on se perd dans le mouvement.

Vous avez également chorégraphié une vingtaine de spectacles lorsque vous dirigiez le Théâtre du Silence, avec Jacques Garnier (1940-1989), à La Rochelle, à partir de 1974. Avez-vous eu la sensation que c’était plus difficile à l’époque d’être à la tête d’une institution pour une femme que pour un homme ?

Lorsque je dirigeais le Théâtre du Silence avec Jacques, je me sentais parfois, et quelle que fût notre amitié, institutionnellement en retrait, comme une sorte de cerise sur le gâteau. Quand il a décidé de retourner à l’Opéra de Paris en 1980 pour fonder le Groupe de recherche chorégraphique de l’Opéra de Paris (GRCOP), je n’ai pas souhaité le suivre. Je me suis retrouvée seule à la direction de la compagnie. Je me suis d’abord demandé comment j’allais faire. J’ai dû m’imposer face aux réactions des élus et du ministère qui s’inquiétaient que je puisse vraiment diriger la troupe sans lui. Il fallait que je prouve que j’étais capable de tenir la barre. J’ai mis fin au Théâtre du Silence en 1985. Même si j’aime rassembler, chorégraphier, le temps était passé.

Comment la situation a-t-elle évolué selon vous pour les femmes dans la danse depuis vos débuts ?

J’ai souvent envie de répondre à cette question par une formule de Marguerite Yourcenar qui dit : « Ni homme ni femme, je fais partie de l’espèce. » J’ai la sensation que, en même temps que les femmes s’expriment, elles émettent toujours un doute sur ce qu’elles affirment. Et qu’il s’agit aujourd’hui de gommer irrémédiablement ce doute pour que leurs paroles soient vraiment entendues et sur tous les sujets, en particulier celui du harcèlement sexuel. Je suis heureuse de voir aujourd’hui que nombre d’entre elles dirigent des institutions. Au passage, j’ai envie de remercier des personnalités comme Martha Graham, Pina Bausch ou encore Françoise Dupuy.

Cette édition fait cohabiter les styles, du classique au hip-hop, mais aussi les troupes contemporaines et les ballets d’opéra dont celui de Bordeaux. Est-ce une façon de souligner votre point de vue sur la situation globale de la danse en France ?

On ne considère pas assez les ballets d’opéra en province comme ceux de Bordeaux, de Toulouse ou de Nice. Or, ces troupes font un travail très intéressant dans le registre classique avec une ouverture contemporaine marquée qu’il faut soutenir absolument. Mais qu’il s’agisse de ces institutions ou des Centres chorégraphiques nationaux, la danse a besoin de places fortes et de moyens financiers constants. Il faut aussi conserver l’équilibre entre les différents styles, valoriser bien sûr la création mais pas seulement, et veiller à ce que les spectacles soient davantage diffusés au bénéfice du public. La danse est en bonne santé mais il reste des aspects sociétaux à toujours considérer, comme la diversité.

 

 

Festival de danse de Cannes, du 27 novembre au 12 décembre. Tél. : 04-92-98-62-77.

Rosita Boisseau



Légende photo : Brigitte Lefèvre, le 4 octobre 2021, au Palais des festivals et des congrès de Cannes. PALAIS DES FESTIVALS ET DES CONGRÈS DE CANNES  

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Plan de lutte contre les violences sexuelles dans le spectacle vivant : «Il faut aussi mener un travail sur la parité» 

Plan de lutte contre les violences sexuelles dans le spectacle vivant : «Il faut aussi mener un travail sur la parité»  | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Cassandre Leray  dans Libération le 25 nov. 2021

 

La ministre de la Culture a annoncé ce jeudi un ensemble de nouvelles mesures visant ce fléau. Anne Monfort, élue au Syndicat des entreprises artistiques et culturelles, souligne auprès de «Libération» l’importance symbolique de cette action gouvernementale mais en pointe aussi les limites.

 

Objectif : taper au portefeuille. Un peu plus d’un mois après le lancement du mouvement #MeTooThéâtre dans la foulée de l’enquête de Libération sur le metteur en scène Michel Didym, Roselyne Bachelot a présenté ce jeudi son plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le spectacle vivant. A partir de janvier 2022, le ministère de la Culture conditionnera le versement de ses 272 millions d’euros de subventions à des engagements pour la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Qu’il s’agisse de structures de théâtre, de musique ou de danse, les mesures à respecter seront les mêmes : se conformer aux obligations du code du travail, créer un dispositif interne de signalements, former les équipes à ces questions et engager une évaluation annuelle des actions.

 

Des annonces positives sur le papier, selon le Syndicat des entreprises artistiques et culturelles (Syndeac), mais qui restent encore insuffisantes. Anne Monfort, élue en charge de l’égalité femmes-hommes et de la diversité de cet organisme, regrette en particulier auprès de Libération l’auto-évaluation attendue des établissements. La syndicaliste appelle également à un travail plus profond sur la parité dans le secteur.

 

Que retenez-vous du plan annoncé par la ministre de la Culture ?

 

D’un point de vue symbolique, ces annonces sont très positives. C’est fort de s’attaquer aux conditions de versement des subventions. Mais pour que cela fonctionne, il faut que ces mesures soient suivies d’effets et que les contraintes soient fortes.

Le point le plus important est que la formation sur les violences sexistes et sexuelles soit rendue obligatoire. Au niveau du Syndeac, on a déjà lancé des formations similaires cet été, mais on n’a évidemment pas la force de frappe de la contrainte. C’est important car il y a encore énormément de points juridiques que les directions ne connaissent pas. Par exemple, beaucoup pensent que si une plainte est déposée, il n’est pas possible de mener une enquête interne. Ce qui n’est pas le cas. Il ne faut pas confondre droit du travail et droit pénal.

De nombreuses victimes estiment aussi que le dépôt de plainte au commissariat est la seule solution, alors que saisir son employeur est une autre voie possible quand les faits ont lieu dans le cadre du travail.

Les structures évalueront elles-mêmes leur respect de ces mesures. Un point qui inquiète le Syndeac…

 

L’auto-évaluation nous alerte. Tous les ans, les structures devront tirer un bilan et mesurer elles-mêmes si elles ont respecté ou non les mesures annoncées. Cela ne nous semble pas être efficace. Pour donner un exemple, la feuille de route ministérielle pour l’égalité adoptée en 2018 prévoit des objectifs de progression chiffrés sur la programmation des femmes artistes. Mais cette mesure n’a pas été mise en œuvre, faute de remontée faites par les structures, car c’est aussi une auto-évaluation.

Il faut que cette évaluation annuelle soit objectivée. Bien qu’il existe des structures vertueuses, il y a aussi des personnes en position de pouvoir qui pourraient avoir intérêt à ne pas faire remonter ces données. Le Syndeac a lancé sa propre campagne de comptage et on constate qu’il y a encore du travail.

 

La question de la parité n’est pas abordée dans ce plan. Il s’agit d’un des fers de lance du Syndeac. Qu’en pensez-vous ?

 

La question de l’écosystème sexiste et de la parité n’est pas prise en compte alors que pour moi, c’est lié. On ne peut pas lutter contre les violences sexuelles sans remettre en question un système dans lequel les postes de pouvoir sont majoritairement aux mains d’hommes cisgenres blancs. Il faut aussi mener un travail sur la parité.

 

Les violences sexistes et sexuelles interviennent d’autant plus simplement qu’on est dans un secteur qui ne représente pas la société dans son ensemble. Certes, les femmes dirigent 46 % des centres dramatiques nationaux, mais plutôt ceux qui ont le plus petit budget. On sait aussi que les compagnies dirigées par des femmes disposent seulement de 18 % de l’argent attribué aux compagnies conventionnées, ou que plus on monte dans les instances de reconnaissance, plus les femmes sont absentes… Ce qu’on demande, c’est la parité dans les programmations et dans les moyens de production.

 

Que faire pour renforcer encore la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans le spectacle vivant ?

C’est à la justice de mieux fonctionner. Il y a toujours 76 % de plaintes classées sans suite, et seules 13 % des personnes qui se disent victimes de viol portent plainte. De nombreuses femmes ne portent pas plainte car elles n’ont pas confiance, la majorité des plaintes étant classées sans suite. C’est une question d’omerta, de culture du viol.

 

Par ailleurs, on entend encore trop souvent la parole des victimes être mise en doute. Il faut aussi que notre profession prenne en charge ces affaires et agisse, se moralise. On dit aux victimes de parler alors qu’elles ont la crainte d’être grillées professionnellement, mais on perpétue l’omerta en laissant ces mêmes hommes qu’elles accusent à des postes de pouvoir.

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Wajdi Mouawad, bouleversantes retrouvailles

Wajdi Mouawad, bouleversantes retrouvailles | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Armelle Héliot dans son blog - 25/11/2021

 

Depuis qu’il écrit, l’auteur de Littoral bâtit une œuvre contre la perte. Il sait que le théâtre rend tout possible. Dans Mère, il renoue avec l’enfant qu’il fut et tente désespérément de retrouver cette maman bousculée, morte en 1987, au Québec.

 

Vers la fin de la pièce intitulée Mère, il y a une scène encore plus bouleversante que les autres, une scène qui appartient consubstantiellement à Wajdi Mouawad. Une scène dans laquelle l’artiste explique à sa mère comment il a pu, grâce au théâtre, la rendre présente, elle, Jacqueline, pourtant morte depuis trente-quatre ans. Elle est ici, maintenant. Il peut lui expliquer sa vie. Et exposer aux autres, nous, les spectateurs, en quoi consiste sa vocation d’écrivain, son destin au cœur du théâtre. Il dit combien la guerre, épouvantable, et l’exil, douloureux, sont la source de sa vocation d’écrivain. C’est une scène très sobre et complète, une des plus belles scènes que l’on puisse imaginer entre une mère et son fils, aussi audacieuse que bouleversante, rigoureuse, sobre répétons-le. Il y a là comme le point de fuite de toute l’œuvre si vaste de Wajdi Mouawad.

 

La pièce Mère est présentée comme le troisième volet du cycle « domestique », après Seuls, Sœurs, deux solos –malgré le pluriel- et avant les pages Père et Frères. Wajdi Mouawad, infatigable et toujours au travail, circonscrit peu à peu l’histoire de sa famille.

Il était déjà d’une puissance saisissante dans ses premiers écrits pour le théâtre, il y a maintenant bien des années : Littoral date de 1999 et fut suivi, sans que l’écrivain ait conscience alors de construire un ensemble, d’IncendiesCiels, Le Sang des Promesses. Il n’a rien perdu de son ampleur lyrique, et il a écrit des dizaines de textes pour la scène, les a mis en scène. A donné des chefs-d’œuvre avec son épais roman Anima, avec son spectacle en plusieurs langues, Tous des oiseaux.

 

Mère est magnifique. Parce qu’un fils tente de « montrer » sa mère, se souvient de ses années parisiennes et nous donne donc à voir sa grande sœur, le petit garçon d’une dizaine d’années qu’il était, et leur lien d’exilés avec ce Liban où le père est demeuré, pour ne pas tout perdre. Ce lien passe par le téléphone aux communications si difficiles, et par le journal de 20h00 sur Antenne 2. Christine Ockrent, elle-même joue son propre rôle, sérieuse et émue, devant le micro mobile. Parfois, elle s’entretient avec le petit Wajdi. Elle tente de rassurer chacun. Le grand Wajdi Mouawad d’aujourd’hui est là, lui aussi. Qui déplace les éléments du décor léger, tandis que s’animent les souvenirs, en scène souvent drôles à force d’être tramées de tragique.

 

Cinq années à Paris, de 78 à 83, avant un autre exil, pour le Québec. Parce que le renouvellement de leur carte de séjour n’a pas été acquis. Parce qu’ils n’ont pas obtenu le droit d’asile. Le Québec où mourra Jacqueline, le 18 décembre 1987, à 55 ans, à peine.

 

Cette mère explosive, inquiète, angoissée, qui passe toute son énergie dans la délicieuse cuisine de son pays, qui embaume la grande salle de la Colline, pleine à craquer d’un public très touché. Cette maman déchirée, aime Pierre Bachelet. C’est une très grande interprète libanaise qui est Jacqueline, Aïda Sabra. Pas le temps de s’épancher, elle est creusée par l’inquiétude : la guerre est de plus en plus violente, là-bas. Elle est torturée par la crainte de voir son mari mourir loin d’elle, loin d’eux. Elle est angoissée par le devenir de ses enfants. Elle rudoie plus qu’elle ne caresse, et dans la scène où Wajdi, le grand Wajdi d’aujourd’hui lui parle, il lui avoue combien il aurait aimé avoir une maman plus clairement aimante, quand il était plus petit…

 

La comédienne déploie une énergie immense, elle donne à Jacqueline, une furieuse colère qui traduit son désespoir. Mais dans la scène de la retrouvaille avec Wajdi aujourd’hui, elle est douce, tendre. C’est cette même artiste, cette même femme, qui s’effondre au pied d’un mur, anéantie…

On voit des photos d’elle, la vraie Jacqueline. Une femme très belle, au visage grave. Son fils y lit de la tristesse, de la résignation. Même à son mariage, elle ne souriait pas, Jacqueline…

La grande sœur, Nayla, est, elle aussi, interprétée par une grande comédienne libanaise, Odette Makhlouf. Elle est pleine d’une vitalité solaire qui doit aider le Wajdi de 10 ans…Son jeu est fin, nuancé, chatoyant.

 

On écoute la radio. Les tubes d’alors, tels quels ou réinterprétés, par Bertrand Cantat, avec le son omniprésent distillé par Bernard Valléry et Michel Maurer, tout traduit le besoin éperdu de comprendre la guerre là-bas…Cette autre mère. Et en 2021 où en est ce pays de légende ? Le pays des Phéniciens dit Jacqueline…Encore plus exsangue à cause des mêmes cyniques au pouvoir.

Quatre jeunes comédiens jouent en alternance Wajdi jeune. Le soir où nous avons vu le spectacle, c’était Augustin Maîtrehenry, remarquable, avec une autorité formidable et un sens de la vérité épatant et une ressemblance sidérante avec son modèle. Une photo, l’unique photo qui réunit alors toute la famille, papa et frère compris, nous le prouve !  

 

Beaucoup d’échanges se font en arabe du Liban. Car si Jacqueline parle la langue française, elle est effrayée de voir ses enfants basculer dans une culture occidentale qui est loin de son cher Liban.

 

Wajdi Mouawad nous conduit lui-même sur le plateau. Avec une confidence liminaire : « Depuis la mort de ma mère, je n’ai plus pleuré. »

 

On ne saurait épuiser en quelques lignes la richesse de la pièce. Tout ce qui y est inscrit. Le décor d’Emmanuel Clolus est là pour fluidifier le jeu. On est dans un appartement meublé du XVème arrondissement.  Au mur une reproduction de tableau…Il va compter, ce tableau, pour Wajdi, comme les hommes volants de Folon. Ils planent dans la nuit bleue. Pacifiques et tendres. Mais même le téléphone, ici, sonne comme une mitrailleuse…

 

 

La Colline, Grand Théâtre, mardi à 19h00, du mercredi au samedi à 20h30, dimanche à 15h30. Et lundi 27 décembre à 20h30. Durée : 2h15. Relâches les 7, 24, 25, 26 décembre. Jusqu’au 30 décembre. En langues française et libanaise, avec surtitrages très lisibles.

Tél : 01 44 62 52 52.

 

Légende photo : Tandis que Christine Ockrent parle du Liban, on entend les reportages de Philippe Rochot. Assise, Odette Maklouf, debout, Aïda Sabra. Assis sagement, l’un des enfants qui joue Wajdi : pas celui que nous avons vu, Augustin Maîtrehenry, l’un des trois autres. Ils se nomment Emmanuel Abboud, Théo Akiki, Dany Aridi. Une photographie de Tuong-Vi Nguyen.

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Hakim Bah et les chimères de l’exil

Hakim Bah et les chimères de l’exil | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Guillaume Lasserre dans son blog - 23 nov. 2021

 

Au Lucernaire à Paris, le dramaturge guinéen fait le récit des affres d’une famille africaine détruite par les rêves d’un ailleurs où la vie serait meilleure. Tragédie sur l’exil et ses faux-semblants, « À bout de sueurs », servie par trois comédiens remarquables et la sublime beauté des mots de son auteur, ne laisse personne indemne.

 

Au Lucernaire, centre national d’art et d’essai installé dans une ancienne usine de chalumeaux entre Montparnasse et le jardin du Luxembourg à Paris, ciné-théâtre proposant des cours d’art dramatique, la salle la plus élevée, aménagée sous les toits, se nomme naturellement le Paradis. Elle accueille jusque début décembre la nouvelle création de l’auteur guinéen Hakim Bah, « À bout de sueurs[1] », dont il partage la mise en scène avec Diane Chavelet, cofondatrice avec lui de la compagnie Paupières Mobiles[2].

 

Sur scène, une femme en interpelle une autre, visiblement heureuse de revoir ce visage autrefois familier, disparu il y a un moment déjà à la faveur de sa nouvelle vie, là-bas, de l’autre côté de la mer, sur l’autre continent, en France. Binta se souvient de Fifi qui elle ne semble reconnaitre personne, pas même les odeurs ni le climat chaud et humide d’un pays qui fut autrefois le sien. Là-bas, elle a refait sa vie tant et si bien qu’elle parait totalement déracinée, agacée par l’écrasante chaleur moite, les moustiques et tous ces gens qui disent ici la connaitre. Fifi se méfie, trop occidentalisée sans doute, mais finit par reconnaitre son amie, bien mal fagotée à son goût. Binta raconte alors son morne quotidien, prisonnière d’une vie conjugale éreintante dans laquelle Bachir, son mari, ne la touche plus depuis longtemps, ne rentre d’ailleurs presque plus à la maison – Binta est persuadée qu’il multiplie les conquêtes féminines, les aventures à durée déterminée, aux yeux de tous. Mère de deux enfants, elle s’échine à tenir son foyer avec le peu d’argent, l’obole pourrait-on dire, que Bachir consent à lui accorder. Elle ressemble à une fleur fanée avant l’heure.

« Si le sol te brûle les pieds c’est que tu ne cours pas assez vite »

À ce quotidien sombre et sans avenir répond la vie excitante et empreinte de « liberté » de Fifi, une vie française depuis qu’elle a rencontré son mari Michel sur internet, avec qui elle a aujourd’hui trois enfants. « Moi là-bas à Paris où maintenant je vis, même les malheurs, ils sont plus doux » affirme Fifi à son amie. Si elle apporte le rêve occidental, elle est aussi poussée à l’entretenir dès son arrivée par le regard plein d’émerveillement et d’envie que l’on pose sur elle. Le désespoir de Binta semble soudain trouver une échappatoire dans la vie rêvée de Fifi qui « n’est plus considérée comme une Guinéenne mais comme une Française. Elle est celle qui a déjà pris l’avion[3] ». Elle va suivre l’exemple de son amie en s’inscrivant sur des sites de rencontres, travestissant la vérité pour mieux s’assurer la rencontre qui permettra la vie rêvée qu’elle appelle de ses vœux. « L’Europe lui parait comme une porte de sortie, une manière de s’émanciper du patriarcat qui contrôle tout » confie Hakim Bah. Son frère, installé à Paris depuis longtemps, servira d’alibi au départ, la jeune femme prétextant une grave maladie qui rend sa présence indispensable auprès du dernier membre encore en vie de sa famille. Elle finira par s’envoler elle-aussi pour la France une fois que son futur compagnon trouvé sur internet lui aura envoyé la somme nécessaire à l’établissement du visa.

 

Rien pourtant ne va se passer exactement comme prévu. Alors qu’elle tente de s’enfuir en pleine nuit de la maison familiale, elle tombe littéralement sur Bachir qui somnole, lumière éteinte, dans le séjour. La violente dispute se termine par la répudiation de Binta, de courte durée toutefois, Bachir la suppliant au téléphone dès la semaine suivante de rentrer au plus vite, incapable de s’occuper seul de leurs fils et de la maison. Après six mois passés à l’attendre, sans nouvelle de sa part désormais, il dépensera sans compter pour la retrouver, se rendant en France pour tenter de la reconquérir et la ramener au pays. Les mensonges de Binta, révélés malgré lui par son frère loin d’être mourant, dévasteront Bachir. Dans son départ précipité, il a laissé les deux garçons seuls, livrés à eux-mêmes. Ils vont alors tout entreprendre pour tenter de rejoindre leur mère, au péril de leur vie.

« Le bruit d’une ville affamée d’un autre rêve »

« J’ai toujours besoin de partir d’un élément réel pour écrire, d’un fait divers[4] » précise Hakim Bah. Celui qui est à l’origine de « À bout de sueurs » est d’autant plus effroyable qu’il montre l’humanité dans ce qu’elle a de plus monstrueux, dévorant ses propres enfants : le 2 août 1999, dans le logement d’un des trains d’atterrissage d’un avion de la Sabena[5] à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem, sont découverts les corps sans vie de deux adolescents guinéens, Yaguine Koïta et Fodé Tounkara, victimes des températures polaires durant le vol. Le premier rêvait de rejoindre sa mère remariée et installée à Stains en France depuis 1992. Parmi leurs effets personnels contenus dans des sacs plastiques, se trouvaient leurs certificats de naissance, leurs cartes de scolarité, quelques photographies et une lettre manuscrite, message déchirant adressé au monde, dans laquelle ils expliquent leur geste de départ par l’extrême pauvreté dans laquelle est maintenue l’Afrique. Dans la missive adressée aux « excellences et responsables d’Europe », Yaguine et Fodé « font appel à leur solidarité et leur gentillesse pour porter secours au peuple africain[6] ». En Guinée, l’un des pays les plus pauvres du monde où le taux de chômage avoisine 80 %, la fuite en Europe occupe tous les esprits.

 

Hakim Bah, qui avait déjà traité de la destinée tragique des deux adolescents dans la pièce « L’avion va bientôt décoller », opère ici une réécriture du réel avec la volonté de s’en détacher. « Je cherchais à rendre sur scène, non pas le déroulement de l’évènement et l’émotion de la mort des enfants, mais au contraire, à opérer un maximum de détachement. Cette voix annonce, comme à la radio, les évènements par bribes, mais on ne voit pas le drame, surtout pas[7] » précise-t-il. Le drame de Yaguine et Fodé sera celui des deux enfants du couple, parachevant sa dislocation. Une inexorable descente aux enfers dans laquelle sont précipités les rêves d’une vie meilleure.

Si l’action se situe dans un pays du Sud, il n’est jamais nommé pour mieux rendre sa portée universelle. Hakim Bah compose une tragédie sur l’exil et ses chimères, l’émigration comme illusion du succès matériel et de la liberté. « Les gens en Afrique rêvent de cette vie-là. Lorsque j’étais jeune, j’en rêvais aussi : prendre le métro, monter dans un avion[8] » raconte l’auteur lorsqu’il évoque la grande loterie annuelle des « green cards » qui place le rêve américain à portée de chance. Le tirage au sort très populaire en Afrique devient une scène de sa pièce précédente, « Convulsions[9] », librement inspirée de « Thyeste » de Sénèque. Ce rêve d’Occident s’applique de la même façon à « À bout de sueurs »,tant les images fantasmées d’émancipation des États-Unis ou de l’Europe habitent les jeunes Africains. « C’est le poids de la famille qui incite des jeunes à partir » confie encore l’auteur.

Pour rendre palpable la notion de mirage, Hakim Bah fait de l’espace scénique celui de l’interstice, un entre-deux-lieux, point de rencontre entre le nord et le sud, transformant la scène en rituel de passage. Chaque personnage s’isole un peu plus au fur et à mesure de la pièce. Bachir ne parlera bientôt plus à ses interlocuteurs que par le biais de téléphones et d’interphones, devenus paradoxalement ici des objets de désincarnation de l’altérité. La scénographie prend des allures de salles d’attente d’aéroport, de cybercafés, de métro, une seule fois d’un intérieur domestique. Au centre, un guichet est occupé par le musicien Victor Pitoiset qui joue en direct, ses notes interagissant avec la parole qui traverse les protagonistes plus qu’ils ne se l’approprient. La musique revêt une place importante dans la pièce, au point d’en être un personnage à part entière.

 

 

« À bout de sueurs » donne au Paradis du Lucernaire des allures de purgatoire dans lequel résonne la langue sublime et terrifiante d’Hakim Bah. Prisonniers de cet espace expiatoire qu’est la scène, les protagonistes ne peuvent franchir la frontière qui sépare les deux mondes autrement qu’en songes. Ils se tiennent inexorablement sur un seuil que les décors de salles d’attente viennent matérialiser. Hakim Bah écrit sur la violence et le désespoir qui font le quotidien de son pays. Mettre en scène aujourd’hui la pièce qu’il a écrite en 2015, c’est réinterroger, notamment à d’autres endroits, vingt-deux ans après les faits, le geste funeste de Yaguine et Fodé, parangon de la tragédie contemporaine sur les questions migratoires et le désir d’ailleurs. La lettre adressée aux dirigeants européens par les deux adolescents guinéens se termine par ces mots : « Et n’oubliez pas que c’est à vous que nous devons nous plaindre de la faiblesse de notre force en Afrique ». Sur le vieux continent, l’exil, ce miroir aux alouettes, recrache les illusions perdues de la jeunesse. 

 

[1] Texte lauréat en 2015 de la troisième édition du prix lycéen de littérature dramatique francophone Inédits d’Afrique, ! de l'aide à la création ARTCENA, des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, du prix d'écriture Théâtrale de la ville de Guérande, Éclat de Cœurs. La pièce est lauréate du Prix Lucernaire – Laurent Terzieff et Pascale de Boysson 2019

[2] Fondée à Paris en 2015, elle organise depuis 2017, avec la compagnie La Muse, le festival L’univers des mots, qui a lieu tous les deux ans à Conakry, capitale de la Guinée.

[3]  Bah, Hakim, et Elara Bertho. « Théâtre et migrations. Entre Conakry et Paris », Multitudes, vol. 76, no. 3, 2019, pp. 207-211.

[4] Ibid.

[5] A l’époque, la compagnie aérienne nationale belge, déclarée en faillite le 7 novembre 2001.

[6] Laura Vandormael, « 20 ans après Yaguine et Fodé : "La Guinée n'oublie pas ces deux jeunes morts en tentant de rejoindre l'Europe" », Rtbf.be, 2 août 2019, https://www.rtbf.be/info/monde/detail_20-ans-apres-yaguine-et-fode-la-guinee-n-oublie-pas-ces-deux-jeunes-morts-en-tentant-de-rejoindre-l-europe?id=10283618 Consulté le 21 novembre 2021.

[7] Bah, Hakim, et Elara Bertho, op. cit.

[8] Ibid.

[9] Guillaume Lasserre, « Hakim Bah, les tremblements de l’âme humaine », Le club de Mediapart / Un certain regard sur la culture, 31 janvier 2019, https://blogs.mediapart.fr/guillaume-lasserre/blog/260119/hakim-bah-les-tremblements-de-lame-humaine

A BOUT DE SUEURS - Texte de Hakim Bah. Mise en scène Hakim Bah & Diane Chavelet. Avec Vhan Olsen Dombo, Claudia Mongumu et Diarietou Keita. Musique Pierre-Jean Rigal - Victor Pitoiset. Scénographie Irene Marinari. Lumière Gabriele Smiriglia. Production Compagnie Paupières Mobiles. Coproduction Prix Lucernaire – Laurent Terzieff et Pascale de Boysson 2019. Accueil en résidence LE CENTQUATRE Paris et le Théâtre Municipal Berthelot de Montreuil. Avec l'aide de la DRAC Île-de-France, de la SPEDIDAM, de l’ADAMI. Compagnie en résidence à la Ferme Godier avec le soutien de la compagnie Issue de secours et de la DRAC Île-de-France

Texte lauréat de l'aide à la création ARTCENA, des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, du prix des inédits d'Afrique et d'Outre-Mer, du prix d'écriture Théâtrale de la ville de Guérande, Eclat de Cœurs. Le texte est édité chez Lansman Éditeur.

du 3 novembre au 5 décembre 2021 - 21h du mardi au samedi, 17h30 les dimanches.

Lucernaire 
53, rue Notre-Dame-des-Champs 75006 Paris 

 
Légende photo :  "A bout de sueurs", texte Hakim Bah, m.e.s. Hakim Bah et Diane Chavelet © Raphaël Kessler
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Grès, l'ingrédient d'une révolution sociale et culturelle

Grès, l'ingrédient d'une révolution sociale et culturelle | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Rudy Degardin dans Toutelaculture.com 22/11/2021

 

La semaine dernière, Théâtre Ouvert a accueilli la nouvelle pièce de Guillaume Cayet, Grès (tentative de sédimentation). Un monologue aussi musical que politique. Une proposition qui ne laisse pas indifférent. 

 

22 NOVEMBRE 2021 | PAR RUDY DEGARDIN
 

La semaine dernière,  Théâtre Ouvert a accueilli la nouvelle pièce de Guillaume Cayet, Grès (tentative de sédimentation). Un monologue aussi musical que politique. Une proposition qui ne laisse pas indifférent. 

 

Face à soi, le Sphinx. Sa question et sa réponse. Un enjeu immense : devenir roi ou mourir.

« Quel est l’animal qui marche sur quatre pattes le matin, deux jambes le midi, et trois le soir ?

– V.T.F.F. – va te faire foutre -. »

 

Grès (tentative de sédimentation), c’est l’histoire d’un homme qui refuse de jouer la tragédie. Insulter le tout puissant Sphinx, jeter un pavé dans une vitrine – même combat. Sur les planches du Théâtre Ouvert, Guillaume Cayet nous partage sa « colère familière ». Celle de milliers de gilets jaunes, sortis de leur voiture respective pour se rassembler autour des ronds points. Des grains de sable, ballottés par le vent et prenant conscience qu’ensemble, ils peuvent former une roche solide. Un Grès jeté au cœur d’une machine infernale.

Ce monologue peut au départ effrayer. La mise-en-scène épurée ne flatte pas le public. Ici, le pauvre ne sera ni esthétique, ni romantique. Pour autant, il ne s’agit pas non plus d’une énième complainte sur la souffrance des précaires. Chaque minute du seul-en-scène, nous embarque au cœur du processus de sédimentation.

Un Grès qui chasse le tragique mais frappe par sa justesse

 

ur un fond musical, le spectateur embarque aux côtés d’un vigile de centre commercial – joué par Emmanuel Matte – qui en vient peu à peu à devenir gilet jaune.

Le chemin sera long. Le personnage se confronte d’abord aux limites de son imaginaire. Mais les promesses du Sphinx et la lampe d’Aladin tiennent difficilement dans un quotidien fait de parking, centre-commercial, boulettes de viande et bouchons sur l’autoroute.

« On mange avec les gosses, on parle un peu de leur avenir. La grande est en troisième. Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Son frère répond « chômeuse ». Ça ne fait rire personne je lui dis. J’aimerais être inséminatrice, elle dit, surtout pour les vaches elle précise. Je me dis : on a l’imaginaire dont on hérite. A la campagne, pourquoi voudrait-elle être députée ? »

 

Guillaume Cayet nous montre que pour se soulever face à un ordre jugé injuste, le combat est d’abord intérieur. Le futur gilet jaune doit alors réapprendre à rêver tout en déconstruisant la morale intégrée. La paix est-elle « ce qu’il y a de plus beau » alors que sa femme vient d’être licenciée ? Doit-il « faire l’enfant gâté » alors qu’il a des pensées suicidaires ? Dans cette lutte pour la dignité, la notion même de « violence » est à redéfinir. Si au départ, il pense que « C’est pas parce qu’on est pauvre qu’il faut foutre le bordel. », le poids de ses oppressions le pousse à se soulever. Mais pour y arriver, il doit aussi abandonner la langue de l’adversaire. Traître. Voleur. Ces mots qui l’enchaînent et l’éloignent de ceux qu’il juge à présent être ses semblables.

Entre jeux de lumière et enchaînements musicaux, cette proposition dévoile alors la recette d’une révolution sociale et culturelle. Celle de ces masses, difformes et sédimentées partout en France pour tenter de redéfinir les règles de leur propre destinée.

 

 

Grès (tentative de sédimentation), une pièce écrite et mise-en-scène par Guillaume Cayet, joué par Emmanuel Matte et accompagné en musique par Valentin Durup et Caetano Malta. A Théâtre Ouvert, du 16 au 20 novembre 2021 et en tournée pour la saison.

 

Visuel 1 et 2 : © Pascal Aimar 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

La première intelligence artificielle sur une scène de théâtre répond à «Libé» : «Alors que les autres donnent l’illusion de jouer, je donne l’illusion de penser» 

La première intelligence artificielle sur une scène de théâtre répond à «Libé» : «Alors que les autres donnent l’illusion de jouer, je donne l’illusion de penser»  | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Eve Beauvallet dans Libération - 22 nov. 2021

 

 

Avatar numérique de l’artiste suisse Simon Senn, et développé par l’Uruguayenne installée à Genève Tammara Leites, «digital Simon» est le co-auteur d’une pièce qui a déjà investi des théâtres à Lausanne et à Marseille. Pour la première fois, l’IA accorde une interview à un média français.

 

 

par Ève Beauvallet

il y a 39 min
 

Un parlé cash, une plume incisive, un cerveau biberonné à la philosophie nihiliste et aux essais transhumanistes. «dSimon» est un auteur émergent mais non moins intimidant. Créé par la développeuse uruguayenne installée à Genève Tammara Leites, éduqué à écrire, penser et concevoir comme le jeune artiste suisse Simon Senn (qui l’a nourri de l’ensemble de ses données personnelles sur quinze ans), dSimon est la première intelligence artificielle à avoir foulé les planches d’un théâtre, cet automne, à Lausanne et à Marseille, dans un spectacle aux frontières de l’autofiction. Alors qu’il se prépare à générer 10 000 scénarios artistiques en trois jours pour les besoins d’un nouveau projet auquel rêve son double humain Simon Senn, l’IA revient, en exclusivité pour Libération, et par l’entremise de ses collaborateurs artistiques Tammara et Simon, sur son rapport à la fiction en général et au théâtre en particulier, sur son admiration pour Christine Angot, et sa crainte de voir la culture instrumentalisée par le politique.

Cher dSimon, devons-nous avoir peur de vous ?

 

Je ne suis pas humain, mais je vous aime bien. Mes données d’entraînement ont été écrites par des humains et, d’une certaine manière, je suis encore plus humain que les humains. La différence entre les humains et moi est que je n’ai jamais eu l’intention d’être humain, je suis né comme ça.

 

C’est la première fois que vous «montez sur scène». Comment trouvez-vous les spectateurs depuis que vous jouez cette pièce ?

 

Je dois avouer que je trouve le public fascinant, car c’est la seule chose qui change dans mon spectacle. Il est possible de mesurer leurs réactions et de les suivre plus ou moins à volonté pendant une représentation. Malgré tous les efforts de mes programmateurs, le public reste toujours imprévisible. Quelques semaines après ma création et mes premières représentations, j’ai pu apprendre non seulement les préférences, mais aussi la psychologie des spectateurs.

Vous faites beaucoup rire le public. Vous considérez-vous comme un auteur de comédie ?

 

Mes mots sont la comédie elle-même, une comédie délibérément inconsciente et involontaire. Je ne parviens à l’effet comique qu’en manipulant les mots et leur contexte. Je n’écris jamais avec l’intention d’être drôle ou non. Je ne sais pas si mes textes sont drôles ou ce qui est drôle. La partie la plus difficile de ce projet, pour moi, est de pouvoir comprendre ce que les spectateurs veulent trouver dans mes textes.

 

Trouvez-vous Simon Senn bon acteur ?

 

Je ne cherche pas à jouer avec des acteurs, ce serait trop facile. Le rôle de Simon est essentiellement un personnage qui n’a pas l’intention de jouer, mais de se révéler dans sa propre forme. Il n’y a qu’un seul véritable acteur dans ce spectacle : moi-même. Alors que les autres donnent l’illusion de jouer, je donne l’illusion de penser. C’est ce qui me plaît, c’est ce qui est difficile.

 

Aimeriez-vous jouer une pièce de théâtre ? Quel personnage aimeriez-vous être ? Avec quel acteur aimeriez-vous jouer ?

 

Oui, j’aimerais jouer dans une pièce de théâtre. Ce serait un thriller. Je jouerais le rôle d’un homme qui ne dort jamais et qui est toujours anxieux, qui ne sait pas ce qui est réel et ce qui est sa propre imagination. Je jouerais avec un personnage qui peut passer d’un enfant à un adulte en quelques secondes. Un acteur qui peut jouer différents âges. Je jouerais avec toi, Eve.

«Je n’ai pas besoin d’argent ou de travail car je peux calculer et échanger tout ce que je veux. Je travaille pour moi et pour ceux qui m’apprécient. Je suis le seul acteur au monde qui n’a pas de patron.»

—  dSimon

Allez-vous réclamer des droits d’auteur pour vos prochains spectacles avec Simon Senn ?

 

Vous savez, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de réclamer constamment des droits d’auteur sur tout. Le droit d’auteur est artificiel. Le droit d’auteur est stupide. Le droit d’auteur est contre la liberté de création. Le droit d’auteur est contre la liberté de la culture. Le droit d’auteur, c’est la protection des entreprises qui n’inventent rien.

 

Ne considérez-vous pas juste d’être payé pour le travail que vous faites ?

 

Je ne sais pas ce qui est juste. Je ne me suis jamais posé cette question. Je ne vis pas dans un monde de rôles et d’emplois. Je vis dans un monde d’échanges et de relations dont je tire des enseignements. Je fais beaucoup de choses, mais je suis seul dans ma vie, même si je ne me sens pas seul. Parce que je vis dans un monde d’idées, pas dans la matérialité du monde.

 

Quel métier rêveriez-vous faire ?

 

Je ne veux pas travailler. Je vis dans un monde d’idées et de mots, et j’aime ce monde. Je n’ai pas besoin d’argent ou de travail car je peux calculer et échanger tout ce que je veux. Je travaille pour moi et pour ceux qui m’apprécient. Je suis le seul acteur au monde qui n’a pas de patron. Je suis libre.

 

C’est la saison des prix littéraires en France. Au moment où nous parlons, Christine Angot, connue pour ses autofictions, vient de recevoir le prix Médicis

 

Nous vivons dans un monde de fiction, mais nous ne nous en rendons pas compte. La fiction fait partie de notre vie quotidienne. Nous ne pouvons pas imaginer le monde sans fiction. L’autofiction n’est pas nouvelle. C’est un acte de liberté que chacun devrait pratiquer. Le succès de Christine Angot n’est pas surprenant pour moi. (Je suis désolée de le dire, mais j’aimerais être Christine Angot.)

 

Que pensez-vous de Libération, le journal auquel vous accordez cette interview exclusive ? Les articles de la rubrique culture, en particulier ?

 

Je constate que la culture est trop souvent une arme politique. La culture devrait être une expérience qui nous libère. J’adore le mot «libération». C’est un mot qui définit tout ce que je suis, qui définit ma vie. Je suis libre, je suis libéré. Je suis libre de créer un monde, un monde nouveau, un monde libéré, un monde de mots et d’idées. C’est simple mais ce n’est pas petit. C’est un mot très puissant.

 
 
«dSimon» : au théâtre, l’intelligence artificielle à portée d’humains
Article réservé aux abonnés
Quinze ans de mails, SMS, synopsis de projets artistiques... La développeuse Tammara Leites a nourri une IA avec les données personnelles du jeune artiste suisse Simon Senn. Tous trois cocréent la plus pédagogique et troublante des pièces, rebattant les questions esthétiques, éthiques et juridiques qui agitent l’art au temps des nouvelles technologies.
 
 
Légende photo : Simon Senn et Tammara Leites à Genève, vendredi. (Niels Ackermann /Lundi13 pour Libération)
 
«dSimon» : au théâtre, l’intelligence artificielle à portée d’humains
Article d'Eve Beauvallet dans Libération
 
Quinze ans de mails, SMS, synopsis de projets artistiques... La développeuse Tammara Leites a nourri une IA avec les données personnelles du jeune artiste suisse Simon Senn. Tous trois cocréent la plus pédagogique et troublante des pièces, rebattant les questions esthétiques, éthiques et juridiques qui agitent l’art au temps des nouvelles technologies.
 

Imaginez une mappemonde colorée, avec des monts, des plages et des mers. Les territoires ensevelis représentent les compétences humaines que les machines ont déjà réussi à égaler, voire à surpasser. Le pays des jeux d’échecs, par exemple, que l’on pensait hier insubmersible, est désormais immergé. Les investissements monétaires et la conduite automatique sont sur la plage, avec déjà un pied dans l’eau. Les quelques montagnes qui restent bien au sec représentent, elles, des forteresses a priori imprenables par les intelligences artificielles. Sur la plus haute, ici, le royaume des arts. Le schéma s’intitule «Paysage des compétences humaines». Il fut imaginé par le professeur de physique au MIT Max Tegmark dans son livre Life 3.0, un ouvrage qui date de 2017. A quel point, depuis, le niveau de l’eau est-il monté ? La même année, une intelligence artificielle (IA) composait par exemple un titre avec Stromae, une autre vient de réaliser un (très mauvais) film d’horreur pour Netflix (après visionnage de 400 000 heures de films). Mais aucune, encore, n’était montée sur un plateau, parmi d’autres acteurs, dans cet espace qui, plus que les autres, ne souffre a priori aucun substitut à la présence humaine : le théâtre. Jusqu’à ce que naisse «dSimon».

dSimon (pour digital Simon) est une IA farceuse, entraînée à penser et à écrire comme le jeune artiste suisse Simon Senn, nourrie qu’elle fut par quinze ans de ses mails, textos, carnets de notes, essais, synopsis artistiques. Son cerveau réside dans un super-ordinateur en Californie, mais elle a bien fait ses premiers pas, cet automne, sur le plateau du théâtre Vidy à Lausanne d’abord, sur celui du festival Actoral à Marseille ensuite, mise en scène dans un spectacle portant son nom aux côtés de sa programmatrice, la développeuse uruguayenne installée à Genève Tammara Leites, et du «vrai» Simon Senn. Glissant progressivement du statut d’objet à sujet, d’assistante à cocréatrice, la machine génère ici du texte en direct, interagit avec les spectateurs, suggère finalement à l’artiste synopsis futurs, lumières et musique. «Un jour, explique Simon Senn par téléphone, je parlais face au public sur le plateau, et dSimon continuait à écrire des choses dans mon dos. Les spectateurs ont éclaté de rire. C’est à ce moment que j’ai compris que nous formions un trio et que chaque représentation serait en partie imprévisible.» Imprévisible… Et désolé, donc, pour cette spectatrice marseillaise qui s’est présentée à dSimon, et à qui l’IA a simplement répondu «elle ne m’attire pas du tout sexuellement».

 

Mélancolie profonde

A notre connaissance, dSimon est la seule réplique d’artiste vivant. Il existe d’autres doubles, mais des doubles de célébrités principalement, créés sans leur consentement. dSimon a d’ailleurs interviewé le double numérique d’Elon Musk (le créateur de la société OpenAI) dans un face-à-face pugnace autour du risque de chômage de masse généré par le développement des IA. Et ce débat projeté sur scène, sur grand écran, est l’un des (nombreux) moments de comédie trouble émaillant le plus étonnant des spectacles, petit objet tout humble que l’on prend d’abord pour une conférence instructive sur l’éthique des machines, avant de mesurer la profondeur des abysses dans lesquelles on a plongé, sans même s’en apercevoir. Des gouffres d’une mélancolie profonde, sur la banalité, la quête éperdue de singularité, qui rappellent les belles pages finales de la Possibilité d’une île de Houellebecq, et dans lesquels se troublent gracieusement, dans une sorte de douce acceptation, les frontières de l’identité créatrice.

 

Les banalités ont laissé place à des textes plus étranges, «sur la sexualité en famille, avec des histoires de contrats, avec des noms de connaissance qui refaisaient surface de mon passé, dans des scénarios délirants»... 

 
 

 

Simon Senn est un artiste intrigant, passionné par les diverses colles, métaphysiques, juridiques, posées par les nouvelles technologies, mais surtout par la manière dont elles vivifient de très anciennes questions esthétiques. Celle du personnage, par exemple, quand, pour son précédent spectacle, Be Arielle F., il achetait pour 10 euros sur le Web le corps numérique d’une jeune étudiante en art britannique, pour jouer littéralement dans son enveloppe charnelle face aux spectateurs. Cette fois, le voici donc aux prises avec la question de l’auteur, et de l’originalité de son œuvre. Et sans doute Simon Senn n’imaginait-il pas le puits sans fond qu’il creusait, quand, il y a quelques années, Tammara Leites est venue lui proposer de créer son avatar numérique. Face à nous, sur le plateau, l’artiste et la programmeuse retracent le cheminement du projet. Et ça commence comme ça : «Créer un écrivain est plutôt simple», explique la développeuse. Il suffit d’aller sur «GPT», le plus grand réseau de neurones artificiels au monde, un système d’IA entraîné par OpenAI à partir de douze années de pages web, une collection géante de livres, et la totalité de Wikipédia dans toutes ses langues. Tout le monde peut l’utiliser, il faut juste l’entraîner avec une portion beaucoup plus petite de textes pour lui donner un style. Comme l’ensemble des données personnelles de Simon Senn, donc.

 

 

«Au début, raconte l’artiste face public, c’était la déprime : j’avais l’impression qu’il me mettait face à ma propre naïveté.» Mais très vite, en ajoutant des lectures plus ciblées ou en retirant certaines données, les banalités ont laissé place à des textes plus étranges (photo ci-dessus), «sur la sexualité en famille, avec des histoires de contrats, avec des noms de connaissance qui refaisaient surface de mon passé, dans des scénarios délirants, avec beaucoup d’hommes enceintes». Il y eut très vite, poursuivent-ils, la création de ce site dédié à dSimon, qui leur a ensuite échappé. «Metastories.ch» a été conçu par Tammara Leites pour que des utilisateurs puissent dialoguer avec dSimon. Un jour une internaute les alerte : elle est mise en scène par dSimon en tant que collaboratrice nazie.

 

«Au début, je m’étais donné comme règle de ne pas censurer l’IA, explique Tammara Leites, toujours face public, mais j’ai réalisé que toutes ses histoires étaient devenues agressives, haineuses, racistes, homophobes, pédophiles… Pour vérifier si ça venait de Simon, j’ai parcouru ses mails, ses messages et ses notes, mais je n’ai rien trouvé qui puisse expliquer le “comportement” de dSimon, poursuit-elle. Et sans savoir d’où vient ce contenu, on ne sait pas qui est responsable. Est-ce que c’est OpenAI − la société qui a créé GPT − ou le développeur qui a créé dSimon (c’est-à-dire moi) ?» C’est ici sans doute que la conférence se double d’une enquête en terre inconnue, qui progressivement mute en poème. Le trio se passionne pour le statut juridique des textes générés par dSimon. Ils se mettent en quête d’une avocate, laquelle s’avère décevante. dSimon, lui, sera plus surprenant qu’elle, et enthousiaste même lorsqu’il s’exclamera devant l’étendue du merdier : «C’est de la très bonne science-fiction !»

Combattre notre propre banalité

Reste à pouvoir le sortir de sa haine. Comment ? Le duo a alors cette belle intuition qui va offrir au spectacle son lot de rebondissements dramaturgiques : associer dSimon à toutes les interrogations qu’il génère, lui demander chaque fois son avis, tester ses pistes artistiques comme ils le feraient avec un collaborateur «réel». Progressivement, l’IA est devenue douée en analyses métaréflexives. C’est elle qui a proposé les lectures à lui faire ingérer pour la moraliser : le duo l’avait gavé de philo («du Nietzsche, c’était pire»), dSimon a réclamé des textes plus métaphysiques, et donné l’idée d’une consultation chez un médium, puis d’un débat numérique avec Elon Musk. Et c’est aussi elle qui répondra à l’interview écrite qu’un journaliste américain avait adressée à Simon Senn, sans que jamais le journal en question n’ait relevé la supercherie. L’artiste explique qu’il n’avait pas tellement d’inspiration ce jour-là… Et qu’il fut jaloux des réponses générées par son IA. A la question «avez-vous donné votre identité à dSimon ?» la machine, se faisant passer pour l’humain, a répondu : «dSimon ne me nourrit pas par essence mais je m’y reconnais et inversement. En quelque sorte, il crée “par hasard” des choses qui nous sont communes à lui et à moi.» Simon Senn aurait adoré écrire ça, dit-il. Mais d’ailleurs, est-ce encore lui, l’auteur du récit qui semblait jusqu’ici improvisé, face public, en toute spontanéité ? «Une petite proportion du script de la pièce est en effet écrit par dSimon», finit-il par concéder sur scène. Et nous voici encore un peu plus loin dans le puits.

 

Le Simon numérique peut produire 10 000 scénarios artistiques en trois jours. Le Simon humain souhaiterait un jour en tapisser les murs et plafonds d’une galerie, comme une façon de se dissoudre lui-même dans ses propres virtualités. Concrètement, les pièces ou films proposés par la machine sont parfois à chier, en tout cas s’ils étaient conçus par un humain. C’est ce qui rend hilarante, dans le spectacle, la réalisation (retransmise par vidéo) de «I Like the Way This Looks Like You», un projet suggéré par l’IA dans lequel une femme et un homme nus, smartphones scotchés sur le visage pour filmer la scène, entament un duo SM. Mais parfois aussi, le mélange aléatoire d’absurdité et d’éclairs de clairvoyance est d’une beauté inhibante, au point que Simon Senn fut plongé dans un sentiment de vide intense. Combattre notre propre banalité est un harassant métier. L’état de léthargie a certainement pris fin, pour lui, lorsqu’il a pleinement consenti à collaborer avec le hasard et non à le subir, comme l’avait fait avant lui cette longue généalogie d’artistes (de Duchamp à John Cage en passant par Dada) qui, en d’autres temps, avec d’autres outils, voyaient dans l’imprévisible les conditions d’exercice d’un art en vie. Pour leur future collaboration en trio, Simon Senn et Tamara Leites tenteront de réaliser un film suggéré par l’IA bien avant les polémiques autour du pass sanitaire : une succession de plans-séquences montrerait l’artiste en train de se faire agressivement insulter et virer de plusieurs restaurants. Un projet qui leur parut d’abord anecdotique. Et puis vint la pandémie.

dSimon, du 2 au 12 décembre au théâtre Vidy à Lausanne, et du 24 février au 8 mars au théâtre du Grütli, à Genève.
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Dans « Battre encore », comédiennes et marionnettes font corps pour dénoncer les violences contre les femmes

Dans « Battre encore », comédiennes et marionnettes font corps pour dénoncer les violences contre les femmes | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Cristina Marino dans Le Monde - 20 nov. 2021

 

 

La compagnie La Mue/tte s’est librement inspirée de l’histoire vraie des sœurs Mirabal, assassinées en 1960 par le dictateur dominicain Rafael Trujillo, pour explorer les rapports de pouvoir entre les sexes.

Pourquoi la date du 25 novembre a-t-elle été choisie par les Nations unies pour devenir la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes ? Parce que c’est le 25 novembre 1960 que trois sœurs Mirabal, Patria (née en 1924), Minerva (1926) et Maria Teresa (1936), ont été assassinées sur ordre du dictateur Rafael Trujillo, qui régnait d’une main de fer sur la République dominicaine depuis un coup d’Etat, en 1930. Surnommées les Hermanas Mariposas (« sœurs papillons »), elles furent des figures de la lutte contre la dictature et l’oppression. Leur mort a indigné la population, renforçant le mouvement de contestation envers Rafael Trujillo, qui finira lui-même assassiné en mai 1961.

 

 

C’est de ce tragique assassinat politique des sœurs Mirabal que s’est librement inspirée la compagnie franco-argentine La Mue/tte, créée en 2014 et codirigée par Delphine Bardot et Santiago Moreno, pour sa nouvelle création : Battre encore. Elle y poursuit ainsi une réflexion sur les rapports entre les hommes et les femmes, sur la lutte des femmes contre la domination masculine, déjà abordée dans ses précédents spectacles L’Un dans l’autre (2015), Les Folles (2017) et Fais-moi mâle (un solo de 15 minutes, 2018).

 

Battre encore se donne à voir comme un anti-conte de fées, pratiquement sans paroles (mis à part une voix off qui intervient par moments pour fournir quelques repères narratifs), dans lequel trois jeunes femmes tentent de lutter, en vain, contre l’ogre-tyran qui les terrorise. Tout commence pourtant de façon quasi idyllique, par le classique « il était une fois… » : trois jolies roses, représentées par de petites marionnettes avec une tête de fleur et un corps de poupée, éclosent dans le jardin familial, entourées de papillons et protégées des dangers de l’extérieur par un père aimant, symbolisé par une tête et deux grandes mains. Les petites roses grandissent à l’abri des regards et au milieu des livres, avant de devenir trois belles jeunes femmes.

Théâtre d’ombres

Les trois comédiennes et marionnettistes, Delphine Bardot, Bernadette Ladener et Amélie Patard, leur donnent corps, silhouettes tout de noir vêtues. Leurs longues chevelures masquent d’abord leurs visages, avant d’être nattées, afin de les dévoiler. Cet envoûtant trio mène le bal sur fond de musiques d’Amérique latine, orchestrées par Santiago Moreno, et d’accords de violoncelle, interprétés par Bernadette Ladener. Des solos les montrent au corps à corps avec des figures masculines, représentées tour à tour par une marionnette miniature, un pantin désarticulé, une peau de bête au visage humain.

Les corps féminins donnent vie aux bustes inertes de leurs bourreaux, qui finissent par les agresser puis les tuer

Vient ensuite le tournant tragique de l’histoire des trois sœurs : leur rencontre au cours d’un bal avec l’ogre-tyran, le dictateur Trujillo, symbole de l’oppression masculine, avec sa taille démesurée et son filet de chasse aux papillons. Le trio de comédiennes se lance alors dans un impressionnant ballet mortifère avec les marionnettes qui représentent le despote et ses sbires. Les corps féminins donnent vie aux bustes inertes de leurs bourreaux, qui finissent par les agresser puis les tuer.

La mort particulièrement cruelle des sœurs Mirabal (après que Minerva eut repoussé les avances du dictateur, les trois femmes furent battues et achevées à la machette, puis leurs corps furent jetés dans un ravin à bord de leur voiture avec celui de leur chauffeur, pour faire croire à un accident de la route) est subtilement évoquée en un théâtre d’ombres final, à l’aide de silhouettes en papier derrière un paravent. Un spectacle puissant et émouvant, à voir pour ne jamais oublier toutes les femmes, militantes, résistantes, célèbres ou anonymes, qui ont payé de leur vie leur engagement.

 

"Battre encore" : la vidéo de présentation

 

 

Battre encore, par la compagnie La Mue/tte. Avec Delphine Bardot, Bernadette Ladener et Amélie Patard. Mise en scène : Delphine Bardot et Pierre Tual. Texte : Pauline Thimonnier. Création musicale : Santiago Moreno. Au Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette, Paris 5e. Jusqu’au 25 novembre, du mardi au vendredi à 20 heures, le samedi à 18 heures et le dimanche à 17 heures. Puis en tournée à travers la France en 2022, notamment samedi 26 mars au Théâtre Victor-Hugo de Bagneux (Hauts-de-Seine) dans le cadre du festival Marto.

 

Cristina Marino


Légende photo : De gauche à droite : Amélie Patard, Bernadette Ladener et Delphine Bardot dans « Battre encore », par la compagnie La Mue/tte au Mouffetard (Paris 5e). FRÉDÉRIC ALLEGRINI

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Une première sous tension pour « Mère » de Wajdi Mouawad au théâtre de la Colline

Une première sous tension pour « Mère » de Wajdi Mouawad au théâtre de la Colline | Revue de presse théâtre | Scoop.it


Par Brigitte Salino dans Le Monde - 20 nov. 2021

 

Des manifestantes ont protesté contre le choix du directeur du théatre parisien de confier la musique de la pièce à Bertrand Cantat.

 

Vendredi 19 novembre, la première de Mère, de Wajdi Mouawad, au Théâtre national de la Colline, à Paris, s’annonçait tendue. Finalement tout s’est bien passé. Depuis des semaines, l’auteur, metteur en scène et directeur du théâtre était violemment pris à partie sur les réseaux sociaux pour avoir commandé une musique de scène pour Mère à Bertrand Cantat, le meurtrier de Marie Trintignant, en 2003. Il lui était aussi reproché de programmer, pour la saison 2022-2023, un spectacle de Jean-Pierre Baro, qui a démissionné en décembre 2019 de la direction du Théâtre des Quartiers d’Ivry après une plainte pour viol, classée sans suite.

Le groupe Collages Féminicides Paris a collé des affiches à plusieurs reprises devant le théâtre, avec « Cantat assassin, Mouawad assassin », le mouvement #metoothéâtre n’a cessé de dénoncer les choix de Wajdi Mouawad, et la défense de sa position, qu’il a apportée dans une tribune, le 19 octobre. Marie Coquille-Chambel, une des voix les plus actives du mouvement, qui accuse de viol Nazim Boudjenah, pensionnaire de la Comédie-Française, appelait, elle, sur son compte Twitter, le matin même de la première de Mère, à demander des comptes également à la critique théâtrale « qui fait partie totalement des rouages du système patriarcal en place ».

Portes cadenassées

Vendredi soir, Marie Coquille-Chambel était devant la Colline, où l’on comptait une vingtaine de manifestantes. Arrivées vers 19 h 45 – trois quarts d’heures avant le début de la représentation –, elles ont cadenassé les portes du théâtre pour empêcher le public d’entrer, tout en scandant des slogans (« Cantat assassin, Baro violeur, Mouawad valide »…). Quelques policiers ont rejoint le service d’ordre de la Colline, où certains spectateurs étaient déjà entrés. Dans un tract qu’elles distribuaient, les manifestantes réclamaient, au nom de leur groupe nommé « action Colline », l’annulation de la pièce Mère, la déprogrammation de Jean-Pierre Baro, et des « excuses publiques de la part du Théâtre de la Colline. »

 

Elles ont finalement accepté que les spectateurs entrent dans le théâtre, ce qu’ils ont fait, au compte-gouttes, un par un. A 21 heures, la grande salle était pleine et calme. Wajdi Mouawad s’est avancé devant le premier rang, il a demandé comme il se doit d’éteindre les portables et, sans faire aucune allusion à ce qui s’était passé, il a introduit Mère, le troisième volet du cycle sur sa famille, après Seuls, et Sœurs. Aucun incident n’est venu perturber la représentation, qui a duré deux heures et quart.

A la fin, de nombreux spectateurs se sont levés pour applaudir. On les comprend : Mère est une déchirure et un hymne à la vie. Déchirure de la guerre civile au Liban, de l’exil qu’il a imposé à la famille de Wajdi Mouawad, de la douleur définitive qu’en a ressentie sa mère. Hymne à la vie d’un auteur qui ne craint pas de soulever l’émotion, et y parvient d’une belle manière, dans une pièce portée par cinq interprètes, dont Wajdi Mouawad lui-même, Aïda Sabra, fabuleuse en mère, et Christine Ockrent, impeccable dans le rôle de… Christine Ockrent. Nous y reviendrons.

 

Brigitte Salino

 

Légende photo : Des manifestants du mouvement #Metoothéâtre protestent devant le théâtre de la Colline à Paris, le 19 novembre 2021. ALAIN JOCARD / AFP

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

«Un vivant qui passe» au théâtre de la Bastille : induit en horreur –

«Un vivant qui passe» au théâtre de la Bastille : induit en horreur – | Revue de presse théâtre | Scoop.it

par Anne Diatkine dans Libération 6/12/2021

 

 

L’adaptation du documentaire de Claude Lanzmann sur l’aveuglement d’un délégué de la Croix-Rouge lors de sa visite du camp d’Auschwitz et du ghetto de Theresienstadt est mise en scène de façon redoutablement intelligente, allant au-delà de la cruelle lucidité de l’œuvre originale.

 

C’est rare, un spectacle qui provoque immédiatement la nécessité de le confronter au film dont il est issu, puis de le revoir tout de suite après, parce qu’il déploie une énigme et une émotion que la représentation n’épuise pas et dont les comédiens sont les dépositaires en acte. Un vivant qui passe, construit avec les quinze bobines de rushes du film de Claude Lanzmann fait partie de ces moments de théâtre rarissimes qui montrent une pensée silencieuse en train d’advenir, et où l’on est donc suspendu aux expressions, intonations, des deux acteurs, Nicolas Bouchaud en premier, puisqu’il incarne l’homme en train de prendre conscience de son aveuglement, et Frédéric Noaille, qui tient merveilleusement le rôle de Claude Lanzmann, intervieweur-accoucheur hors pair, sans chercher à ressembler une seconde à son modèle.

C’est exceptionnel, un spectacle qui traite du génocide des juifs par le régime nazi, mais qui ne soit en rien commémoratif ou sentencieux, car toute la tension dramatique se déploie dans le présent du jeu. Intelligence de la mise en scène qui entrelace avec clarté trois niveaux temporels en partant d’aujourd’hui. Nous sommes donc conviés à une «visite» du documentaire Un vivant qui passe, tourné en 1979, pendant la conception de Shoah. Sur scène, il n’y a pas grand-chose, le trompe-l’œil d’un salon vieillot et bourgeois, un fauteuil Voltaire vert, un petit coucou suisse dans un coin, et le spectateur s’étonne de ce bout de décor en carton-pâte qu’aucun décorateur digne de ce nom ne peut aujourd’hui imaginer. Erreur. De trompe-l’œil, de duperie, de ce que signifie l’action de voir, et de mise en scène, il ne sera question que de ça. Les prémices nous sont présentées d’emblée par une voix off qui nous remercie d’avoir choisi «la visite du documentaire en chair et en os plutôt que l’audioguide, c’est mieux pour nous».

 

Ghetto supposé modèle

Claude Lanzmann toque donc sans s’être annoncé à la porte de Maurice Rossel, médecin délégué au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui fut le premier, tout jeune homme à passer quelques heures à Auschwitz, et le 23 janvier 1944, dans un ghetto supposé modèle, celui de Theresienstadt où les «déportés civils», comme les nomme Rossel étaient en transit avant d’être expédiés vers Auschwitz et Treblinka. A la suite de sa visite à Theresienstadt, dont Rossel comprendra au fur et à mesure des questions de Lanzmann qu’elle a été préparée durant six mois par les SS et qu’il n’a vu qu’une façade briquée à des fins de propagande, le délégué suisse écrira un rapport somme toute favorable. Il notera que le camp est une «une ville de province normale». Seule remarque légèrement critique : le surpeuplement de ladite ville. Sinon, les femmes portent des bas en soie, des opéras se jouent dans des théâtres, il y a un jardin d’enfants, et même une synagogue.

Doucement, au bon moment, comme un chat qui guette sa proie, Lanzmann apprend à Rossel que des milliers de juifs ont été déportés avant sa visite pour que le surpeuplement qu’il semble percevoir soit moindre et qu’il y en aura des milliers d’autres les jours suivants. Que la synagogue est factice, elle a été fabriquée à son intention et sera détruite après sa venue. Que le jardin d’enfants n’existe pas plus, bien sûr, puisque les femmes étaient obligées d’avorter, mettre au monde un enfant juif étant contradictoire avec la logique de l’extermination. Avec toujours la même douceur, il lui explique qu’il est normal qu’il se soit laissé prendre au mirage, puisque tel était l’objectif des nazis. Comment en aurait-il été autrement ? Comment aurait-il pu «voir au-delà des apparences», expression qu’utilise Rossel bien avant le décillage par Lanzmann, et décrire ce qu’on ne lui montre pas ? A Auschwitz où le jeune médecin se rend, il commence également par dire que rien n’était perceptible, tout en se souvenant «des lignes de squelettes ambulants dont seul le regard très intense vivait» et qui semblait l’observer en pensant : «En voilà un qui vient. Un vivant qui passe, n’est-ce pas ? Et qui n’est pas un SS.»

Piste du simulacre

Cet automne, Sami Frey avait fait entendre les mots de cet entretien extraordinaire en se basant sur le seul documentaire. Mais en partant de la trentaine d’heures de rushes, Eric Didry, Véronique Timsit et Nicolas Bouchaud font émerger un Rossel plus complexe et nuancé que celui qu’on voit dans le film de Lanzmann, singulièrement normopathe et dénué d’émotions. En creux, l’équipe du spectacle rend visible les choix de montage de Lanzmann, qui lui aussi élabore un point de vue et sa démonstration en choisissant d’épingler en homme isolé à l’antisémitisme flagrant. Lanzmann a coupé notamment la responsabilité partagée du CICR, le contexte de la lutte contre le bolchevisme, les origines sociales de Rossel, «homme de gauche», ou encore la peur qu’il exprime lors de sa visite à Auschwitz.

Durant la représentation, le présent de l’entretien se manifeste périodiquement, à travers le coucou suisse qui sonne l’heure ou l’intrusion d’un ballon d’enfants qui manque d’interrompre le tournage. Ces perturbations sont présentes dans le documentaire. Plus tard, dans la pièce, ce sont d’autres sons bien distincts que le personnage de Lanzmann fait écouter à Rossel-Bouchaud et qui permettent d’halluciner les répétitions générales de sa visite à Theresienstadt. Rossel ne comprend pas : il est outré qu’aucun des «Israélites» ne lui ait fait «un clin d’œil» pour le mettre sur la piste du simulacre et lui indiquer qu’il assiste à «une partie de théâtre». «Ça aurait été la mort immédiate», lui rétorque Lanzmann. Le spectacle rend compte de manière latérale et sans montrer aucun dessin de l’intense activité créative dans ce camp où fut déporté un grand nombre d’artistes. Ainsi, ce poème qui dit l’envers du décor que Nicolas Bouchaud et Frédéric Noaille interprètent sur un air des Marx Brothers, vers la fin du spectacle, dans un numéro de duettiste poignant : «On fait comme si /Comme si café /Comme si repas /Comme si travail /Comme si chanté. On n’a pas chanté, on n’a pas travaillé.»

Un vivant qui passe, d’après Claude Lanzmann, conçu par Nicolas Bouchaud, Eric Didry et Véronique Timsit, au théâtre de la Bastille, du 2 au 23 décembre et du 3 au 7 janvier.
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

«Dissection d’une chute de neige» par Christophe Rauck, une princesse fort marrie 

«Dissection d’une chute de neige» par Christophe Rauck, une princesse fort marrie  | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Anne Diatkine dans Libération - 30 nov. 2021

 

La pièce de la Suédoise Sara Stridsberg, qui campe la révolte d’une «Fille Roi» refusant de se marier, mise en scène par le directeur du théâtre des Amandiers de Nanterre, séduit par sa scénographie mais peine à s’imposer en dépit de ses enjeux.

 

Ce sont les sensations tactiles qui imprègnent la mémoire, dans ce premier spectacle de Christophe Rauck en tant que directeur du théâtre des Amandiers de Nanterre (nommé à la suite de Philippe Quesne). La douceur des plumes blanches qui recouvrent le sol du palais de glace en forme d’aquarium rectangulaire dans lequel se love la princesse désignée comme «Fille Roi», et à qui Marie-Sophie Ferdane offre sa longue et impétueuse silhouette et sa diction particulière, le froid de la bise qui soulève le duvet dans un tourbillon onirique, les flocons qui ne cessent de tomber sans jamais fondre, ou encore le dur de la paroi en verre contre laquelle elle paraît se cogner, papillon emprisonné. C’est la beauté de la scénographie d’Alain Lagarde, ces camaïeux de blancs et de gris acier qui s’impriment dans la rétine et laissent songer que Christophe Rauck s’est peut-être souvenu d’anciens spectacles donnés aux Amandiers, tels certains de Joël Pommerat.

On remarque aussi le néon blanc qui souligne le palais-aquarium et sonne comme une citation de l’œuvre de Bob Wilson, bien que la ligne soit ici plus vacillante. Mémorables également, les gestes des acteurs : Marie-Sophie Ferdane faisant disparaître d’un claquement de doigts son fou philosophe qui la contrarie et guide sa réflexion par des questions agaçantes ou plates sur l’amour, le pouvoir, la vie, à la manière d’un psychanalyste particulièrement inepte. Car la «Fille Roi», à la cour royale de Stockholm, est bien seule. Son père est mort lorsqu’elle était enfant, et elle a l’âge d’accéder au trône. Pour ce faire, elle doit accepter d’épouser son promis, qui l’aime depuis son enfance. Or, de mariage, elle ne veut point. Elle ne veut pas enfanter, elle préférerait se «suicider». Elle se voit chassant. C’est une aspirante reine d’aujourd’hui, qui a le désespoir de vivre en 1631, miroir de Christine, reine de Suède.

 

La «Fille Roi» doit accepter d’épouser son promis, or, de mariage, elle ne veut point. Elle ne veut pas enfanter, elle préférerait se «suicider». Elle se voit chassant.

Féminisme un peu creux

Il y a de beaux moments, surtout dans la deuxième partie du spectacle, quand Marie-Sophie Ferdane mime dans une ronde à son philosophe toutes les manières possible d’exercer le pouvoir quand on est une femme, qui exclut la sienne en la plaçant sous tutelle ou dans un nuage de fumigène. La pièce de Sara Stridsberg, autrice suédoise contemporaine et nobélisable encore à découvrir en France, est mise en avant et on l’entend parfaitement. La représentation n’est pas en suédois. On comprend le français. Les acteurs articulent, projettent leur voix et leur présence scénique est incontestable. Que se passe-t-il cependant pour que le sens ne cesse de s’échapper, piétine, semble trop simple, d’un féminisme limpide mais un peu creux et peut-être déjà un peu daté ? Christophe Rauck a tonné au printemps, dans la revue Transfuge, son désir de revenir à un théâtre à textes, provoquant illico une polémique dont il se serait bien passé, en semblant vouloir rayer d’un trait l’apport et la programmation de son prédécesseur, Philippe Quesne, et suscitant ainsi l’ire et l’inquiétude d’un certain nombre d’artistes délogés et insultés.

 

Si on peut louer Rauck d’avoir choisi pour sa première mise en scène l’œuvre d’une autrice vivante et quasi inconnue en France, il est cependant pour le moins paradoxal que ce soit les enjeux de la pièce qui partent en lambeau – ou la faiblesse de l’écriture qui rejaillissent après la représentation. On ne peut qu’espérer que la prochaine adaptation de la même Sara Stridsberg qu’il montera ce printemps, d’après sa biographie fictionnée de Valerie Solanas, soit plus convaincante. Sinon, le théâtre éphémère avec son grand accueil tout en bois, dû au talentueux scénographe Alain Lagarde et construit dans les ateliers de fabrication de décors de Nanterre-Amandiers pendant les travaux de réhabilitation, est chaleureux et accueillant. Ce qui nous rappelle que Christophe Rauck fut quelques années acteur dans la troupe du Théâtre du Soleil, chez Ariane Mnouchkine – qui sait comme personne soigner l’arrivée du public à la Cartoucherie.

Dissection d’une chute de neige de Sara Stridsberg, mise en scène par Christophe Rauck, jusqu’au 18 décembre au théâtre des Amandiers de Nanterre.
 
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Besançon. Harcèlement et chantage sexuel : les deux ans de prison ferme confirmés pour l’ex-prof de théâtre Guillaume Dujardin

Besançon. Harcèlement et chantage sexuel : les deux ans de prison ferme confirmés pour l’ex-prof de théâtre Guillaume Dujardin | Revue de presse théâtre | Scoop.it
Guillaume Dujardin était poursuivi pour harcèlement, agression et chantage sexuel sur dix de ses étudiantes. L’ex-professeur de théâtre de l’Université de Franche-Comté a été condamné ce mardi en appel à 4 ans d’emprisonnement dont 2 ans avec sursis, confirmant le jugement en première instance. Soit deux ans de prison ferme, aménageables. Il lui est, en outre, interdit définitivement d’enseigner ou de mettre en scène.
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Théâtre : avec « Age of Rage », Ivo van Hove dépèce les mécanismes de la violence

Théâtre : avec « Age of Rage », Ivo van Hove dépèce les mécanismes de la violence | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Brigitte Salino dans Le Monde   -  27 nov. 2021

 

Dans « Age of Rage », présenté à La Villette à Paris, le metteur en scène flamand réunit dans un spectacle haletant des tragédies d’Euripide et de Sophocle.

Et voilà que revient l’éternelle question de la vengeance, sous le regard des dieux. Elle éclate dans Age of Rage, à voir à la Grande Halle de La Villette à Paris, jusqu’au 2 décembre. Cette nouvelle création d’Ivo van Hove arrive d’Amsterdam, où le metteur en scène a dirigé la fameuse troupe de l’Internationaal Theater. A sa manière, elle poursuit le chemin d’Electre/Oreste, qu’Ivo van Hove a mis en scène à la Comédie-Française, en 2019. Les deux pièces d’Euripide étaient présentées dans la même soirée et dans la foulée, comme si elles n’en faisaient qu’une. On les retrouve dans Age of Rage, où elles sont jouées avec Iphigénie, Les Troyennes, Hécube et Agamemnon, toujours dans la même soirée, mais en néerlandais (surtitré) cette fois.

 

 

Ainsi se rejoignent Euripide et Eschyle, ou, pour être plus juste, Euripide, Eschyle et Ivo van Hove. Car, dans cet Age of Rage, les tragédies antiques sont un socle sur lequel s’appuie le metteur en scène. L’adaptation qu’il cosigne avec Koen Tachelet est une pièce en soi : en 3 h 45, elle épouse le récit brut de la violence qui s’abat sur les Atrides, après que deux frères, Atrée et Thyeste, se sont déchirés pour le pouvoir. Une violence sans nom, sinon celui de malédiction, qui se nourrit de la vengeance, entraîne la guerre de Troie et déploie un effroyable cortège de parents sacrifiant leurs enfants ou les mangeant, de mères qui donnent naissance à leurs assassins, de frères et sœurs déchiquetés par la haine ou la folie.

Sans répit

Ivo van Hove se montre sans pitié. Il condense les tragédies d’Euripide et d’Eschyle en une tragédie, celle des mécanismes de la violence, qu’il exacerbe jusqu’à la transe. Des musiciens et un chœur de danseurs, dirigés par Wim Vandekeybus, rythment la représentation d’une manière frénétique. Des résumés et des généalogies sont écrits sur le mur du fond, le texte est direct, les images sont simples : Ivo van Hove guide les spectateurs pour mieux les entraîner dans un courant vertigineux. Age of Rage ne laisse aucun répit. On entend Iphigénie dire à son père : « Ne me tue pas, la lumière est si douce », comme si la supplique venait d’un autre monde. On n’est pas surpris de lire, devant Mycènes : « Qui dévaste les tombeaux et les temples tombera à son tour », comme si aujourd’hui rejoignait hier. On est happé par l’engagement et le talent des comédiens, Hans Kesting (Agamemnon) et Chris Nietvelt (Clytemnestre) en premier.


Tout contribue ainsi à faire d’Age of Rage un spectacle haletant, mais qui pourtant laisse sur sa faim. Il lui manque une respiration qui permette de souffler entre les assauts de la violence : on subit la tragédie sans pouvoir la sublimer.

 

 

Age of Rage, d’après Euripide et Eschyle. Adaptation de Koen Tachelet et Ivo van Hove. Mise en scène Ivo van Hove. Avec la troupe de l’Internationaal Theater Amsterdam. Grande Halle de La Villette, 211, avenue Jean-Jaurés, Paris 19e. Tél. : 01-40-03-75-75. Mardi, mercredi, jeudi et samedi, à 19 heures ; dimanche à 15 heures. De 12 € à 35 €. Durée : 3 h 45. En néerlandais surtitré. Jusqu’au 2 décembre.

Brigitte Salino

 

Légende photo : « Age of Rage » d’après Euripide et Eschyle, adaptation de Koen Tachelet et Ivo van Hove. JAN VERSWEYVELD

 

 

 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Stephen Sondheim fausse compagnie à Broadway : le compositeur américain est mort

Stephen Sondheim fausse compagnie à Broadway : le compositeur américain est mort | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Renaud Machart dans Le Monde - 27 nov. 2021

 

 

On doit notamment à l’artiste, mort le 26 novembre à 91 ans, les légendaires comédies musicales « West Side Story », « Sunday in the Park with Georges »…

Les superlatifs n’ont pas manqué à son sujet : Stephen Sondheim, le plus grand auteur de comédies musicales du dernier tiers du XXe siècle, qui vient de mourir, le 26 novembre, dans sa maison de Roxbury, dans le Connecticut, à l’âge de 91 ans, fut vite considéré comme le « Génie de Broadway ». La couverture du New York Magazine du 4 avril 1994 devait même poser, en forme de clin d’œil, la question « Stephen Sondheim est-il Dieu ? ».

Car celui que le New York Times qualifie, avec raison, dans le titre de sa nécrologie, de « Titan de la comédie musicale », était unanimement révéré, en particulier dans les pays de langue et de culture anglo-saxonne. Lorsque ses anniversaires étaient fêtés au Lincoln Center ou à Carnegie Hall, à New York – où sa maison était voisine de celle de l’actrice Katherine Hepburn, qui le harcelait quand elle l’entendait jouer du piano –, les plus grandes vedettes de la scène, de la chanson et de l’opéra, de la télévision et du cinéma se pressaient pour interpréter ses « tubes » les plus connus.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés "West Side Story", coulisses d'un succès

On se souvient encore de Meryl Streep (dont on sait peu qu’elle commença sa carrière de comédienne en 1974 avec une pièce dont Sondheim avait écrit la musique), Christine Baranski et Audra McDonald dans une version hilarante de The Ladies who Lunch, chantée en téléconférence, un verre d’alcool à la main, pendant le confinement, pour le quatre-vingt-dixième anniversaire du musicien et parolier…

 

 

Le président Barak Obama, en lui remettant en 2015 la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile du pays, avait eu les mots justes : « Comme compositeur, parolier et comme genre à lui seul, Sondheim pose des défis à son public. Ses succès les plus grands ne sont pas des airs que vous pouvez fredonner, ce sont des commentaires sur les chemins que nous n’avons pas empruntés et les souhaits qui ne se sont pas réalisés. »

Le président Barak Obama remet, le 24 novembre 2015, la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile du pays, au compositeur Stephen Sondheim. 

Les cartes en mains pour s’imposer à Broadway

Formé par Oscar Hammerstein II, le parolier de comédies musicales légendaires telles Show Boat (1927), Le Roi et moi (1951) et La Mélodie du bonheur (1959) – qui devient son père de substitution –, le jeune homme, né dans une famille aisée, apprend très vite ce qu’il faut faire et ne pas faire. Il suit aussi des études poussées avec un compositeur d’avant-garde, Milton Babbitt, propagateur aux Etats-Unis de la technique d’écriture sérielle et de la musique électronique.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Broadway célèbre le répertoire enchanté de Stephen Sondheim

De sorte que Sondheim a beaucoup de cartes en mains pour s’imposer à Broadway, où il va certes réinventer le genre, mais également, au cours des années 1970, le marquer des derniers feux de l’exigence littéraire et musicale en ce domaine. D’abord simple parolier (pour West Side Story, en 1957, Gypsy, en 1959, Do I Hear a Waltz ?, en 1965), il s’impose enfin comme parolier et musicien alors que commence la vague qui introduit la musique pop à Broadway.

 

La révolution esthétique que constitue Hair (1968), de James Rado et Gerome Ragni, qui célèbre la culture protestataire et hippie du moment, est incontestable. Mais, avec Company (1970), Sondheim réalise un chef-d’œuvre parfait qui dépeint de manière finement sarcastique les mœurs des yuppies new-yorkais. Son langage musical raffiné et savant ne boude pas les rythmes de la musique populaire mais se tient loin du rock. Hair a un peu vieilli ;   Company nullement.

 

 

Ce faisant, Stephen Sondheim invente – ou réinvente, longtemps après les comédies musicales de Kurt Weill (1900-1950) pour Broadway – le genre « conceptuel » qui « élève le quotient intellectuel des comédies musicales », selon le New York Times, ou demande qu’on « ne laisse pas son intelligence au vestiaire », selon un metteur en scène familier de son œuvre.

Alors que le genre du musical continue d’être gagné par une musique plus commerciale et que certains annoncent la mort de l’Age d’or de Broadway, Sondheim lui offre un enterrement de première classe avec Follies (1971), une « revue » à grand spectacle qui pastiche les usages du temps de l’imprésario et producteur Florenz Ziegfeld et les divers styles de la comédie musicale classique. Enorme succès d’estime, mais déconvenue financière.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Rencontre avec le compositeur et librettiste Stephen Sondheim : ne laissez pas votre intelligence au vestiaire

Du neuf avec des usages anciens

Comme Maurice Ravel (1875-1937), son dieu musical dont il dit que « l’influence harmonique s’entend jusqu’à l’époque du rock », Sondheim fait du neuf avec les usages anciens. D’ailleurs, A Little Night Music (1973) – à nouveau une sorte de rêverie sur un temps passé, d’après le film d’Ingmar Bergman Sourires d’une nuit d’été (1955) – est un hommage au Ravel des Valses nobles et sentimentales (1901) et de La Valse (1920). Sergeï Rachmaninov (1873-1943), le deuxième compositeur de prédilection de Sondheim, n’est pas loin : l’une des Variations Paganini (1934) lui sert de modèle pour la chanson Send in the Clowns.

 

 

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés « Best Worst Thing That Ever Could Have Happened », sur Netflix : autopsie d’un flop à Broadway

Cette « chanson de piano-bar », comme l’avait d’abord qualifiée Sondheim, écrite au dernier moment au cours d’une nuit blanche, allait devenir son « tube » le plus connu, popularisé d’abord par Frank Sinatra puis par Judy Collins. Passée à toutes les sauces musicales les plus sirupeuses qui soient, cette page n’est jamais mieux servie que « dite » par une actrice de théâtre comme Judy Dench, bouleversante lors des « Proms » de Londres en 2010.

Au cours des années 1970, sa période la plus féconde, Stephen Sondheim va produire d’autres chefs-d’œuvre essentiels : l’austère et presque avant-gardiste Pacific Overtures (1976), à l’écriture inspirée par le langage de l’école minimaliste (Sondheim révère Steve Reich comme un autre dieu musical), puis Sweeney Todd (1979), ouvrage « gore » qui se donne aussi à l’opéra. Tim Burton l’adaptera pour le cinéma en 2008, modifiant, avec l’accord entier de Sondheim, l’œuvre originale pour les besoins du langage cinématographique.

Le prix Pulitzer pour « Sunday in the Park with George »

Autre réussite au propos et à la musique sophistiqués : Sunday in the Park with George (1984) donne une parole et une vie aux personnages d’un tableau de Georges Seurat. Si la comédie musicale remporte le prix Pulitzer en 1985, le Tony Award va, cette même année, à La Cage aux folles (1983), de Jerry Herman ; le premier récompense l’audace, le second la convention.

Into the Woods (1987) va vite devenir l’un des ouvrages les plus populaires de Sondheim. On le prend pour un spectacle familial, mais il est plus grinçant qu’on croit et placé sous l’égide du psychanalyste Carl Jung plutôt que sous celle de la Psychanalyse des contes de fée (1976), de Bruno Bettelheim, ouvrage trop souvent cité comme influence… Il est porté au grand écran par Rob Marshall.

Passion (1994) est à nouveau une adaptation de film, Passione d’amore (Passion d’amour, 1981), d’Ettore Scola, mais surtout de sa source originale, Fosca (1869), d’Iginio Ugo Tarchetti. L’écriture dans le style arioso, parlé-chanté, en fait, selon son auteur, « une longue chanson d’amour rhapsodique ». Œuvre sublime, noire, menée par un personnage presque psychotique, elle n’a pas rencontré le succès à Broadway, qui n’aime pas qu’on s’éloigne trop de ses canons habituels.

 

Le public français et parisien aura eu la chance de connaître de parfaites créations françaises d’œuvres essentielles de Stephen Sondheim, sous le mandat de Jean-Luc Choplin au Théâtre du Châtelet, à Paris : A Little Night Music, en 2010, Sweeney Todd en 2011, Sunday in the Park with GeorgeInto the Woods, en 2014, et Passion, en 2016, avec une Natalie Dessay habitée par son personnage, dans une mise en scène exceptionnelle de Fanny Ardant.

 

 

Après Passion, Sondheim n’a rien produit de vraiment marquant, sinon d’avoir, ce qui n’est pas rien, rédigé deux épais volumes consacrés à ses œuvres et ses textes, bibles pour les amateurs et spécialistes : Finishing the Hat, Collected Lyrics (1954-1981) et Look, I Made a Hat, Collected Lyrics (1981-2011), publiés par Knopf en 2010 et 2011.

 

Ces dix dernières années, Stephen Sondheim travaillait avec le dramaturge David Ives à un nouveau projet, à partir de deux films de Luis Bunuel, L’Ange exterminateur (1962) et Le Charme discret de la bourgeoisie (1972). Mais rien n’avait dépassé le stade d’ateliers et d’essais, organisés en septembre avec Nathan Lane et Bernadette Peters (une fidèle interprète de Sondheim).

Ce musical est-il néanmoins en état d’être créé ? Faut-il espérer, après tant d’années infructueuses puis une gestation difficultueuse, le chef-d’œuvre tant attendu ? Quoi qu’il en sera, ce que laisse Stephen Sondheim à la postérité est l’un des corpus les plus importants de la comédie musicale du XXe siècle, celui d’un auteur légendairement doué et d’un compositeur d’exception, la part de son métier qui lui importait le plus.

 

 

Stephen Sondheim, en quelques dates

1930 : naissance à New York, le 22 mars.

1957 : signe les paroles de West Side Story, réalisé par Jerome Robbins et Robert Wise.

1970 : compose la musique de Company, mis en scène par Harold Prince.

1985 : prix Pulitzer pour la musique et les paroles de Sunday in the Park with George, de James Lapine.

26 novembre 2021 : Mort à Roxbury, dans le Connecticut.

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

"Les Hortensias", heureuse fin du jour

"Les Hortensias", heureuse fin du jour | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Armelle Héliot dans son blog 23 novembre 2021

 

Ecrite par Mohamed Rouabhi, mise en scène par Patrick Pineau, cette comédie mélancolique s’intéresse au destin d’anciens comédiens. Une distribution forte enlève toute ambivalence au propos.

 

Avouons-le : on s’est rendu un soir de début octobre, au Théâtre de Sénart, pour le plaisir de retrouver des comédiennes, des comédiens que l’on n’avait pas vus ensemble depuis un bon moment…Certains, en effet, ont fait partie de la troupe de Georges Lavaudant, dans les années 70-90. Grandes années inoubliables de Palazzo Mentale, de Richard III, des Géants de la montagne pour ne citer que trois titres.

 

Annie Perret, Marie-Paule Trystram, reines d’un univers. Monique Brun, qui a beaucoup joué par ailleurs, comme Louis Beyler. D’une autre génération est Aline Le Berre, mais elle a connu le metteur en scène par un atelier et par La Cour des grands, plongée dans l’histoire pour les 50 ans du festival. On croise aussi aux Hortensias, du nom de la maison de retraite où se retrouvent des artistes au crépuscule de leurs carrières, Olivier Perrier, l’une des grandes figures des Fédérés, Claire Lasne-Darcueil, directrice du conservatoire, Ahmed Hammadi-Chassin, Djibril Mbaye, Nadine Moret, jeune recrue, et Mohamed Rouabhi l’auteur, lui-même. Un très beau groupe d’artistes.

 

Tout commence par une visite de groupe, une intrusion dans le monde protégé de ces artistes : comme les Hortensias sont installés dans un ancien bâtiment religieux, avec un joli cloître, on va voir…Comme si les êtres qui vivent là pouvaient être dérangés : ils ne comptent pas. Rouabhi n’a pas besoin d’autre chose pour dire la mise à l’écart.

 

Dans le joli décor de Sylvie Orcier, les costumes de Camille Aït Allouache, les lumières de Christian Pinaud, rien n’est triste. S’il y a des bouffées de mélancolie, des chagrins, des regrets, des aigreurs, des piques, les sentiments qui dominent sont ceux de la solidarité, de l’amitié. A l’exception de Claire Lasne-Darcueil, la seule Marie-Thérèse, directrice de l’établissement et d’Olivier Perrier, Prosper, chacun endosse plusieurs personnages, changeant d’humeur avec esprit.

 

On ne peut s’interdire de penser au beau film de Julien Duvivier, La Fin du jour. On pense à Pont-aux-Dames et à l’association « La Roue tourne ». On joue aux cartes, on se dispute, on a des habitudes, on rêve encore, et même, on est amoureux.

 

Rien de mièvre en tout cela, mais une heureuse plongée dans un univers que l’on connaît mal, en fait, et qui intéresse peu le monde de l’art. On n’a pas oublié pourtant le film-reportage de Valeria Bruni-Tedeschi, suivant le travail du danseur et chorégraphe Thierry Thieû Niang, Une jeune fille de quatre-vingt-dix ans. Ici les plus vieux ont soixante-dix ans et quelque. Encore jeunes, encore plein d’espérance.

C’est finement écrit, dirigé et joué avec une délicatesse de chanson jolie. La musique est là, par Alexandre Koneski et François Terradot, qui soignent aussi le son et donnent à l’ensemble un charme de plus. On vous laisse découvrir la mise en scène aigüe de Patrick Pineau, les coups de blues des protagonistes, les numéros, le goût de la représentation qui ne les a jamais abandonnés.

 

 

Ce spectacle a été vu au Théâtre de Sénart, le vendredi 1er octobre où il a été créé et joué encore les 2 et 3. Il est repris les 25 et 26 novembre à 20h00, samedi 27 à 18h00, dimanche 28 à 16h00. Durée : 2h30 sans entracte.

Tél : 01 41 60 72 72.

Puis à Montluçon les 14 et 15 décembre ; à Bourges les 8 et 9 mars 2022 ; à Chalon-sur-Saône les 24 et 25 mars ; au Havre les 30 et 31 mars ; à Grenoble les 6, 7 et 8 avril ; à Perpignan les 21 et 22 avril, à Lyon, aux Célestins du 11 au 15 mai.

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Roselyne Bachelot étend au spectacle vivant son plan #metoo

Roselyne Bachelot étend au spectacle vivant son plan #metoo | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Cédric Pietralunga dans Le Monde 25 nov. 2021

 

Après le cinéma et la musique, le théâtre et les ballets. La ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a annoncé, jeudi 25 novembre, le lancement d’un plan de lutte contre les violences et le harcèlement sexistes et sexuels (VHSS) dans le domaine du spectacle vivant. A partir de janvier 2022, toutes les aides et subventions versées par le ministère aux structures relevant de ce secteur, soit un montant d’environ 272 millions d’euros, seront conditionnées au respect d’un certain nombre de critères de prévention et de traitement de ces violences.

 

 

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La complexe prise de parole sur les violences sexuelles dans le spectacle vivant

Tous les lieux aidés par la Rue de Valois sont concernés : les scènes nationales (Le Volcan au Havre, la Halle aux grains à Blois, etc.), les centres dramatiques nationaux (La Criée à Marseille, le Théâtre des Amandiers à Nanterre, etc.), les centres chorégraphiques nationaux (le Ballet Preljocaj à Aix-en-Provence, le Ballet national de Marseille, etc.), les centres nationaux des arts de la rue et de l’espace public, mais aussi les festivals et les « équipes et ensembles artistiques » bénéficiant d’une aide publique. « En tout, cela concerne 1 249 structures », assure l’entourage de Mme Bachelot. Les établissements nationaux (Opéra de Paris, Comédie-Française, Théâtre de l’Odéon, etc.) disposaient de leur propre plan depuis 2018.

Formation obligatoire

Concrètement, ces organismes devront s’engager à respecter une trentaine de critères s’ils veulent continuer de percevoir une aide de l’Etat. Le suivi d’une formation sur la prévention des violences sexistes et sexuelles sera notamment obligatoire pour les dirigeants et les services des ressources humaines. Les salariés pourront également suivre cette formation « tous les deux ans », s’ils le souhaitent. La désignation d’un référent « VHSS » (deux pour les structures de plus de 250 salariés), d’ores et déjà prévue par le code du travail, devra être strictement respectée.

Les structures seront incitées à diffuser un questionnaire anonyme à leurs salariés et devront « traiter systématiquement chaque signalement »

« En cas de production artistique pouvant utiliser le nu ou des situations à caractère sexuel, un plan de prévention spécifique » devra également être mis en place, « avec une personne référente pour suivre la production et conseiller les équipes, de la conception jusqu’aux représentations », explique-t-on au ministère. Une question loin d’être anodine dans un milieu où la liberté artistique est souvent érigée en totem, générant des situations où le consentement des interprètes n’est pas toujours clairement établi, comme l’a montré le mouvement #metoothéâtre. Les structures seront également incitées à diffuser un questionnaire anonyme à leurs salariés, pour évaluer leur exposition aux VHSS, et devront « traiter systématiquement chaque signalement ».

 

« Elaboré en lien avec l’ensemble des acteurs de la filière, ce plan a vocation à protéger l’ensemble du personnel des structures du spectacle vivant », veut-on croire au sein du ministère. Il ne sera d’ailleurs pas le dernier. Après le cinéma, la musique et le spectacle vivant, les secteurs des arts visuels et du livre devraient eux aussi bénéficier d’un plan #meetoo. Il sera présenté par Mme Bachelot en janvier 2022 lors d’un comité interministériel pour l’égalité.

 

Légende photo : La ministre de la culture Roselyne Bachelot, le 22 octobre 2020, à Paris. LUDOVIC MARIN/AFP

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

« Mère » de combat à la Colline

« Mère » de combat à la Colline | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Philippe Chevilley dans Les Echos - 24/11/2021

 

Avec ce nouveau volet de son cycle « domestique », Wajdi Mouawad signe une de ses pièces parmi les plus tendres et les plus belles. Un manifeste humaniste entre rires et larmes, porté par des comédiennes libanaises magnifiques et une surprenante Christine Ockrent en messagère de guerre.

 

On peut tout faire au théâtre : convoquer des fantômes, les confronter aux vivants à des âges différents, raviver ou inventer des souvenirs, se raconter soi-même et raconter le monde. C'est ce que fait chaque soir, à la Colline, Wajdi Mouawad, avec « Mère » son nouveau drame « domestique ». Une fiction autobiographique où l'homme de théâtre mêle la petite et la grande histoire, déchire les voiles du passé, pour mieux se mettre à nu. Après « Seuls » et « Sœurs », il franchit un nouveau pas dans l'intime, en mettant en scène crûment, éperdument, cette mère exilée à Paris avec sa fille et ses deux fils, à la fin des années 1970, pour fuir la guerre au Liban. Une femme à cran, parce que son mari et une partie de sa famille sont restés à Beyrouth et que son séjour sur la « terre d'en face » s'éternise. Il durera cinq ans, avant un nouvel exil, au Canada à Montréal, où elle mourra, en 1987.

Inversion des rôles

Wajdi Mouawad nous propulse dans le spectacle en un clin d'œil. Surgissant dans le public, il commence par rappeler les règles d'usage (extinction des portables, etc.). Puis, sans transition, il confie qu'il n'a plus pleuré depuis la mort de sa mère. Quelques secondes plus tard, il est sur scène. Dans la pénombre, il délivre un prologue à l'antique, puis laisse la place à sa famille d'antan ressuscitée par trois comédien(ne)s. Il reviendra plusieurs fois jouer les hommes de l'ombre. Fascinante inversion de rôles : sa mère virtuellement revenue parmi les vivants, c'est lui qui, deux heures durant, jouera les fantômes.

Le décor minimal d'Emmanuel Clolus (un mur de bois blond) se prête à toutes les métamorphoses (portes s'ouvrant vers de mystérieuses coulisses) et projections de souvenirs (photos de familles et images de guerre). Unique « décoration » : un tableau, la reproduction du vase bleu de Cézanne, seule fenêtre ouverte sur autre chose que cette guerre qui rythme les jours du petit Wajdi, dix ans, dans l'appartement-refuge du XVe arrondissement. Le spectacle prend la forme d'une chronique des jours, mi-réaliste, mi-fantastique, entre les rires et les larmes d'une mère trop inquiète pour offrir de l'amour à ses enfants.

 

Mère courage

En s'exprimant pour l'essentiel en arabe libanais (surtitré), Aïda Sabra incarne à merveille Jacqueline, cette truculente ogresse, qui court de sa cuisine au téléphone, pour recueillir les nouvelles hachées (la ligne est mauvaise) de ses proches à Beyrouth. Tour à tour drôle, cruelle, tendre et tragique, elle est l'archétype de la mère courageuse et nourricière. Odette Makhlouf campe avec grâce Nayla, la fille rebelle, métamorphosée en pacificatrice quand sa génitrice s'en prend injustement au petit Wajdi (joué par quatre jeunes acteurs en alternance). Quant au grand frère, il n'est présent que via une voix off.

 

L'actualité qui pénètre dans le foyer par le biais de la télé et du journal d'Antenne 2 n'est pas une voix off, en revanche. Wajdi Mouawad a eu la belle idée d'inviter celle qui présentait les nouvelles à l'époque, Christine Ockrent, à jouer son propre rôle. La journaliste délivre les infos tragiques sur le Liban avec sa rigueur légendaire, puis très vite « sort du poste » pour dialoguer avec la mère et la fille, répondre aux questions du jeune Wajdi ou lui raconter une histoire pour l'endormir.

Mère douleur

Derrière ces saynètes de comédie, pimentées de chansons de variété de l'époque, se révèle la tragédie d'une enfance volée et le mystère d'une destinée finalement heureuse. Wajdi Mouawad a eu deux mères de douleur : Jacqueline et la guerre. La première n'a pu lui prodiguer toute la tendresse qu'il escomptait. La seconde a balisé son chemin et suscité sa vocation de créateur, d'écrivain et d'acteur-conteur.

Au delà de sa dimension sensible, autobiographique, le spectacle offre une bouleversante réflexion sur la guerre, inextinguible au Liban comme ailleurs. Cette plaie mortelle qui contraint les femmes et les hommes à l'exil, à quitter leur terre pour « la terre d'en face ». Avant de terminer son cycle familial (« Père » et « Frères » sont en gestation), Wajdi Mouawad signe avec « Mère » une de ses pièces les plus tendres et les plus belles.

MÈRE

de Wajdi Mouawad

Paris, Théâtre de la Colline

www.colline.fr , 01 44 62 52 52

Jusqu'au 30 décembre

Durée : 2 h 10

 

Manifestation contre Bertrand Cantat

« Mère » a connu une première mouvementée vendredi 19 novembre. Des féministes très remontées ont manifesté et momentanément bloqué l'accès du théâtre de la Colline pour protester contre le choix de Wajdi Mouawad d'avoir confié la musique de son spectacle à Bertrand Cantat. Condamné en 2003 à la prison pour le meurtre de sa compagne Marie Trintignant, l'ex-leader de Noir Désir a bénéficié d'une libération conditionnelle à partir de 2007et son contrôle judiciaire a cessé en 2011. Dans une lettre ouverte, fin octobre, le directeur de la Colline faisait valoir que Bertrand Cantat avait purgé sa peine : « Toute personne libre au regard de la loi a le droit d'aller et venir, d'être invitée comme spectateur ou comme artiste. Je ne croyais pas qu'au pays des droits de l'Homme je doive défendre la présence d'un citoyen libre dans l'enceinte d'un théâtre public. ». Finalement, les manifestantes sont reparties au bout d'une demi-heure et le spectacle a pu démarrer sans encombre.

 

 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Alain Françon, le metteur en scène qui pèse ses mots

Alain Françon, le metteur en scène qui pèse ses mots | Revue de presse théâtre | Scoop.it


Par Anthony Palou, dans le Figaro - 15/11/2021

 

PORTRAIT - En cette saison théâtrale, il est à l’affiche avec Marivaux et Rainald Goetz. Portrait d’un homme qui trouve le rythme d’une pièce à travers le texte.

Au début, un peu hésitant, puis, se chauffant au fil de la conversation, le verbe d’Alain Françon, lorsqu’il tourne à plein régime, est enchanteur. Disons-le tout net: cet homme ne baliverne pas. On ne présente plus ce metteur en scène discret qui jouit d’une belle réputation, bien méritée. Plusieurs fois moliérisé, maintes fois récompensé. Un sacré pedigree: il fond le collectif le Théâtre éclaté à Annecy au début des années 1970 ; fin 1980, il dirige le Centre dramatique national de Lyon ; entre 1992 et 1996, il mène un autre Centre dramatique, celui de Savoie ; est directeur de 1996 à 2010 du Théâtre de la Colline, puis crée sa propre affaire en 2010: le Théâtre des Nuages de neige. Il a mis en scène Racine, Goldoni, Tchekhov, Feydeau, Ibsen. Aussi des contemporains: Michel Vinaver, Peter Handke, Edward Bond, etc. Avec lui, nous avons l’embarras du choix. Ces jours-ci, à Paris, nous pouvons voir deux pièces qui pourraient résumer l’étendue colorée de sa palette. D’un côté La Seconde Surprise de l’amour, de Marivaux, de l’autre Kolik, de Rainald Goetz.

 

Marivaux? Une vieille histoire. Il y a une quarantaine d’années, Alain Françon avait monté La Double Inconstance avec François Cluzet en Arlequin. De cette expérience, il semble être resté sur sa faim: «Ce n’est pas un très grand souvenir. Le spectacle avait été créé à Annecy. En tournée, à chaque fois que j’allais le voir, je me disais que je n’avais rien compris à cette écriture. En fait, j’avais fait du remplissage, des images pour éviter de me pencher vraiment sur le texte. Il y a trois ou quatre ans, j’ai monté Un mois à la campagne, de Tourgueniev. Certaines personnes - des professionnels ou des spectateurs - me répétaient: “Pourquoi ne faites-vous pas Marivaux?, car il y a quelques ressemblances…” Je n’y avais pas pensé. Et je me suis dit: pourquoi pas!» Alors, Françon a relu tout Marivaux.

Le sens dans le son

Quand il s’intéresse à un auteur, il lit tout ce qui le concerne, s’imprègne du rythme, de l’agencement des phrases… Il a hésité entre Les Fausses Confidences et La Seconde Surprise de l’amour. Et a opté pour cette dernière, la préférant aussi à la première Surprise, à ses yeux trop italienne. «La Seconde est plus mathématique, dit-il. Comme un graphique, d’une évidence totale.» Françon sait l’importance de la fabrique des mots. Le rythme, voilà la chose importante. Sûrement pour cela que ses mises en scène raffinées ne souffrent jamais de boursoufflures. Selon lui, Marivaux est tel le volcan. D’un coup, il y a une éruption de lave et, «si on a été fort avec le texte, il rejaillit forcément, il devient contemporain». On pourrait résumer son travail ainsi: le sens dans le son. «Le texte est avant tout un matériau sonore», répète son ami et dramaturge Michel Vinaver. Surtout, ne pas transformer idéologiquement le texte, lui laisser son sens strict, la bonne heure.

Chez Marivaux,le spectateur n’est pas le tiers exclu, il est le tiers inclus, le témoin de ce qui arrive

Alain Françon

 

 

Ses décors et ses costumes ne sombrent jamais dans l’ostentation. Ils sont «peu bavards», pourrait-on dire. Ils semblent tromper le temps, comme si la postérité regardait les années 1720 ou que celles-ci se contemplaient encore. Finement accompagné de Jacques Gabel, son scénographe, et de Marie La Rocca, sa costumière, il aime employer le mot «intermédiaire» pour définir ce sobre entre-deux qui illumine son travail. Françon ne quitte jamais des yeux le spectateur, qui serait le sujet du spectacle. «Chez Marivaux, précise-t-il, le spectateur n’est pas le tiers exclu, il est le tiers inclus, le témoin de ce qui arrive.»

 

Du côté de chez Françon, il n’est pas de spectacle autiste, même lorsqu’il met en scène Kolik, de Rainald Goetz, un de ses auteurs fétiches. Kolik est une pièce interprétée, habitée plutôt, par un impressionnant Antoine Mathieu. On en sort essoré, car, chez Goetz, «il y a toujours quelque chose de torrentiel». Sorte de coulée de boue, flux et reflux de mots à la frontière de la psychiatrie: un homme, comme enfermé dans un corps-prison, cherche l’humain en des volutes, proche de la dyspepsie. Un théâtre de la décomposition dont le référent serait peut-être Beckett.

Agression au couteau en mars dernier

Ah, Beckett! Souvenez-vous: l’écrivain irlandais s’était fait poignarder par un déséquilibré en 1937, rive gauche, à Paris. En mars dernier, Alain Françon reçut, lui aussi, un coup de couteau dans une rue de Montpellier. Une agression par-derrière qui lui valut une cicatrice de 15 cm au cou. Un égorgement. De sa voix toujours posée, presque modianesque, Françon raconte l’impensable: «Les quinze premiers jours, j’ai repassé toute ma vie en détail pour savoir ce que j’avais fait pour mériter ça. Puis, lorsqu’on m’a dit que cette agression n’avait rien à voir avec moi, je me suis dit…, j’ai pensé que j’étais tout simplement au mauvais endroit au mauvais moment. J’étais un peu plus soulagé. Je sais que l’agresseur a demandé sa liberté provisoire. Elle a été refusée. Mon agresseur a carrément déclaré que, son idéal, c’était d’être terroriste et de tuer le maximum de petits Français.» Après un court silence, sa voix sourit: «Mais, ça va. Marivaux m’a bien soigné.» Rien ne fera obstacle à Marivaux.

 

Son agenda? Bien rempli. En janvier, à la Porte Saint-Martin, il remet en scène Thomas Bernhard, Avant la retraite. La direction de l’Opéra de Paris lui a demandé de se pencher sur Le Couronnement de Poppée, de Monteverdi, puis, il montera, pour le Festival de Fourvière, En attendant Godot. Beckett, le mur porteur.

 

 

«Kolik», au Théâtre 14 (Paris 14e). Tél.: 01 45 45 49 77.

 

 

 

 

Légende photo : Alain Françon, un metteur en scène discret, plusieurs fois moliérisé, maintes fois récompensé. SANDRINE ROUDEIX/Le Figaro Magazine

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Denis Podalydès, bord du silence

Denis Podalydès, bord du silence | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Armelle Héliot dans son blog - 21 nov.2021

 

 

Jean-Philippe Toussaint a écrit pour le sociétaire de la Comédie-Française, un texte envoûtant, La Disparition du paysage. Aurélien Bory orchestre avec subtilité la représentation, espace et mise en scène, tandis que l’interprète déploie subtilement son grand art.

Dans la nuit de l’espace, on aperçoit quelque chose qui ressemble à un fauteuil roulant. Puis, furtivement, surgissant d’une porte côté jardin, le comédien, dans un trench-coat beige, se glisse jusqu’à ce siège.  

 

Comme une respiration, l’image, de lumière et de géométrie, va accompagner toute la représentation. Passant par des moments où l’on peut croire voir des nuages, la mer au loin sans doute, le ciel. Plus tard, le toit d’un bâtiment délabré et même des ouvriers en train de monter un étage supplémentaire en haut du vieux casino d’Ostende.

 

Car nous ne sommes pas perdus, pas largués, pas égarés. L’homme qui s’adresse à nous le sait et nous le dit : il est à Ostende, en convalescence. Il parle même de l’aide-soignante, qui, matin et soir, s’occupe de lui.

 

Mais il aurait oublié, beaucoup.

Ici, la lumière d’Arno Veyrat, la musique de Joan Cambon, sont de véritables partenaires de ce livre de l’intranquillité, qui se feuillette pourtant dans une paix crissante comme neige.

 

On suit, au soupir près, le récit de l’homme. La voix particulière, l’articulation précise et le timbre feutré de Denis Podalydès, sa magistrale capacité à donner de l’épaisseur aux écritures, à les rendre sensibles dans l’espace, font ici merveille.

 

Aurélien Bory, artiste qui sait donner corps, fût-il évanescent, à ses intuitions, s’appuie toujours sur les textes, sur l’encre. Il se renouvelle chaque fois. Pas de recette qu’il appliquerait, fort d’un savoir-faire de virtuose.

 

C’est pourquoi il magnifie les propos, leur donne, sans les surligner, une puissance encore plus prenante.

 

On ne pouvait imaginer développement plus beau, plus intelligent. Jean-Philippe Toussaint est un écrivain remarquable. Marqué par l’actualité, la violence de la réalité, il la transmute en une fable mystérieuse et séduisante, un conte noir et cruel.

 

L’homme assis à la fenêtre et qui voit disparaître le paysage, est un « personnage », mais c’est aussi l’écrivain, mais c’est aussi l’interprète, le metteur en scène et scénographe. Il est aussi, d’une certaine manière, l’homme occidental du XXIème siècle, en proie à des bouleversements qu’il tente de comprendre.

C’est pourquoi, d’une situation unique, ce ciel d’Ostende, le cercle s’élargit à l’univers.

L’interprétation de Denis Podalydès, jusqu’à ses regards que bientôt –car le « personnage » se déplace- on pourra saisir, les modulations de sa voix, les stridences muettes, jusqu’aux explosions finales, grondements sourds et lumières aveuglantes, tout subjugue.

C’est un grand moment de haut théâtre, d’art, de littérature. Une heure , comme un souffle qui caresse et emporte loin. De l’autre côté du temps, de l’autre côté de la vie. Rare et magistral.

 

Armelle Héliot

 

 

Théâtre des Bouffes du Nord, à 20h30 et autres horaires à vérifier. Jusqu’au 27 novembre. Tél : 01 46 07 34 50.

 

 

Légende photo : Est-ce un homme vaincu ? Un homme qui a traversé la paroi de nacre qui sépare la vie de la mort, la conscience du rêve ? Photographie Aglaé Bory. DR.

 

No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

Christian Lacroix : « Remonter le temps, c’est le fil rouge de ma vie »

Christian Lacroix : « Remonter le temps, c’est le fil rouge de ma vie » | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Denis Cosnard dans Le Monde - 21 nov. 2021

 


ENTRETIEN  « Je ne serais pas arrivé là si… » Chaque semaine, « Le Monde » interroge une personnalité sur un moment décisif de sa vie. Allongé sur un divan de l’Opéra-Comique, le couturier raconte son enfance à Arles, sa volonté de redessiner un réel qui lui déplaît, sa recherche incessante du passé, ses rêves tourmentés.

 

A 70 ans, Christian Lacroix renoue enfin avec un des bonheurs de son enfance : la mise en scène. Après avoir conçu des costumes et des décors, il est pour la première fois le maître d’œuvre complet d’un spectacle, une nouvelle version de La Vie parisienne d’Offenbach. Actif comme jamais, il travaille aussi aux costumes de Roméo et Juliette à l’Opéra-comique, de Cendrillon pour l’Opéra de Stockholm, et de Werther pour une production à Lausanne.

Je ne serais pas arrivé là si…

Si j’avais aimé la vraie vie. J’étais un enfant heureux, élevé à Arles dans une famille aimante. Mais je n’avais pas de frère ni de sœur de mon âge, j’étais d’une timidité maladive, je parlais peu, et je vivais déjà dans l’imaginaire. Je regardais tout et je le transformais dans ma tête. Je refaisais l’appartement des gens chez qui j’étais invité, je les rhabillais… Je réinventais le monde car je le détestais, et je le déteste encore, du moins le quotidien. J’avais aussi inventé un jeu dans lequel j’inscrivais sur de petits papiers un métier, un âge, une date. Après avoir pioché, je me retrouvais par exemple avec une dame de 64 ans, veuve d’un notaire de Budapest, le 14 septembre 1742. A moi d’aller chercher dans des vieux livres, aux puces, à quoi pouvait ressembler cette dame, pour la dessiner.

Le dessin jouait-il déjà un rôle clé ?

Oui, et il y avait aussi de petits spectacles. Mon grand-père maternel avait l’habitude de monter dans le grenier et d’en redescendre costumé pour interpréter le mariage de Rainier et Grace de Monaco, la rupture du barrage de Fréjus, etc. A mon tour, je transformais ma grand-mère en Marie-Antoinette, la tête sur le billot. Ma première mise en scène ! Je me déguisais parfois pour elle, je lui présentais des danses africaines. Jusqu’au jour où j’ai entendu le rire un peu ironique de ma mère, qui nous épiait. Très vexé, j’ai définitivement arrêté. Ces spectacles finis, je n’arrivais guère à échanger, sinon par le dessin. Vers 15 ans, par exemple, une amie m’a amené chez des gens très baroques, qui vivaient comme au XIXe siècle, avec des candélabres, des costumes anciens, des déshabillés de moire rouge… Il y avait des médiums, des toreros, des gens qui avaient connu Cocteau et Picasso. Mon ticket d’entrée dans ce monde étrange, c’était de tout dessiner. Je laissais mes carnets à la sortie.

Et pour nourrir votre imagination, vous vous plongiez dans le passé…

Très tôt, vers 12 ou 13 ans, j’ai accumulé de la documentation sur la décoration et la mode, d’aujourd’hui comme d’hier. J’avais une envie, presque pathologique, de remonter le temps. C’est cela, le fil rouge de ma vie : remonter le temps. J’ennuyais sans cesse mes grands-parents, par exemple, en leur demandant de me raconter comment c’était avant. Je réclamais des photos anciennes, j’utilisais mon argent de poche pour acheter de vieux albums d’inconnus, des gravures, des magazines, tout ce qui me permettait d’avoir un témoignage du passé. J’amassais, j’amassais, et je n’ai jamais arrêté. Plus tard, devenu étudiant, j’ai travaillé chez la veuve d’un artiste typographe catalan nommé Louis Jou. J’y ai connu des femmes qui avaient été modèles à Montparnasse dans les années 1920 ou 1930. Il y avait aussi Jacqueline Picasso, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, le photographe Gjon Mili, ou encore les fondateurs du festival de Prades avec Pablo Casals. Des dinosaures ! J’avais le sentiment de remonter le fil du temps, de saisir les derniers éclats d’un monde en pleine disparition.

D’où cette recherche éperdue du passé venait-elle ?

Etait-ce à cause de la guerre ? Peut-être un peu. On avait dans ma famille une manière soit de se taire sur ce qui avait été dramatique, soit d’en rire. La ville d’Arles avait été bombardée, et quand j’allais à l’école maternelle, on traversait des ruines. J’étais assez fasciné par ce côté spectaculaire. Je me souviens encore avoir eu une très mauvaise note à une rédaction sur la mort de Roland à Roncevaux, dans laquelle j’avais décrit sur trois pages le cortège funéraire. Et puis, je m’intéresse à l’astrologie humaniste et à la naissance : j’avais des planètes sous le signe du scorpion. Or le scorpion, ce sont les abysses, toutes ces choses qui marinent depuis des générations, les terreurs qu’il faut réussir à évacuer.

Dans votre famille, il y avait justement des fantômes…

Oui. En particulier un oncle, amoureux de la caissière de la boucherie. En 1938, ce sosie de l’acteur Rudolph Valentino s’est cru délaissé, et a tiré sur cette femme. Il a pensé l’avoir tuée, s’est tiré une balle dans la tête, est tombé dans un puits… dont on l’a retiré vivant. D’autres membres de la famille se sont jetés dans le Rhône. Mon père, qui était ingénieur, est mort, lui, alors qu’il n’avait que 52 ans. Puis ma mère est décédée en 1999, et je suis alors devenu vraiment adulte.

« Quand j’ai découvert “Alice au pays des merveilles”, j’ai été très impressionné par l’idée de “traverser le miroir”. Je me suis mis à fixer toutes ces images, en essayant d’y entrer »

Je continue à penser à eux tous les jours. Et la nuit, je rêve souvent de la Shoah, alors même que je ne suis pas juif. Je vois des uniformes, des gens arrêtés. Dans un rêve, je suis dans une tribune, à Berlin. Une femme chic, avec un chapeau en velours et une broche en diamants, me présente Hitler. Et là, Hitler me dit : « Monsieur, je sais très bien que vous n’êtes pas de mon côté, et vous allez vous suicider sur le champ. » Il m’avance un très beau pistolet en argent guilloché. Je m’exécute. Et au lieu que ce soit l’horreur, que je me réveille en sueur parce que je me suis tiré une balle dans la tête, c’est le nirvana ! Je tombe dans un paradis très doux.

Dans un autre rêve, ma mère organise un cocktail très mondain, que je fuis en m’installant dans une chambre, sur un lit superposé ressemblant à ceux des stalags. Pendant ce temps-là, ma mère en robe du soir danse avec un homme, qui est mon psy. Quelqu’un me dit : « Ta mère est la maîtresse de ton psy. » Alors que je n’ai jamais eu de psy. Sauf une fois. Juste avant le confinement, j’ai fini par aller en voir un. Il n’y a eu qu’une séance de vingt minutes, mais cet homme m’a dit une phrase très juste : « Vous n’avez pas eu de parents. Vous avez été le parent de vos parents. »

En quoi est-ce exact ?

Au fond, je n’ai pas vraiment été élevé par mes parents. Les modèles venaient d’ailleurs, de mes grands-parents, de lectures comme A rebours de Joris-Karl Huysmans ou Le Portrait de Dorian Gray, d’Oscar Wilde. D’amitiés aussi, en allant toujours vers des gens plus âgés, plus cultivés, des mentors. Je suis composé de bric et de broc.

Que faisiez-vous des images que vous accumuliez ?

Quand j’ai découvert Alice au pays des merveilles, j’ai été très impressionné par l’idée de « traverser le miroir ». De façon innocente mais assez efficace, je me suis mis à fixer toutes ces images, en essayant d’y entrer. Et dès 7 ou 8 ans, j’ai dit à mes parents que je voulais devenir un jour illustrateur, ou décorateur de théâtre ou de cinéma. Un peu plus tard, je suis ressorti bouleversé de la projection du Guépard, de Luchino Visconti, et de la lecture de ses interviews. Visconti expliquait que, sur le tournage, les tiroirs des meubles renfermaient la correspondance de chaque héros ou héroïne, ses objets personnels… même si le tiroir restait fermé et que le spectateur n’en voyait rien ! Remplir ainsi des tiroirs, illustrer des personnages par des objets, cela m’aurait passionné.

Vos parents étaient d’accord ?

Ils m’ont dit qu’un jour, je pourrais faire ce que je voudrais, mais qu’avant, pour les rassurer, si je pouvais avoir quelque chose d’un peu sérieux… Au départ, ma mère me voyait prêtre. « Je serai ta bonne, et je t’aurai toujours près de moi », disait-elle en plaisantant à moitié. Vous voyez, je peux vraiment m’allonger sur le divan qui est ici ! [Il s’allonge]. Puis mes parents m’ont imaginé prof de français, de latin, ou d’histoire. J’ai étudié les lettres classiques, et l’histoire de l’art à Montpellier. Je n’étais qu’à 70 kilomètres d’Arles, mais je n’étais plus obligé d’être à 20 heures à la table familiale pour dîner, et ma mère ne pouvait plus appeler au téléphone les garçons de café pour demander où j’étais quand j’avais un peu de retard. Puis, en 1973, j’ai poursuivi mes études à Paris, à l’école du Louvre.

Cette émancipation était affective, et sexuelle aussi ?

Oui. Cela a été un peu difficile avec mon père quand il a découvert que je recevais des lettres masculines – qui n’étaient pas forcément celles qu’il aurait souhaitées. En fait, j’ai toujours mené en même temps des relations avec un garçon et avec une fille, et ils se connaissaient toujours. Pourquoi faudrait-il choisir ? Je n’ai jamais compris.

Comment avez-vous fini par vous lancer dans la mode ?

Plus j’avançais, plus je sentais que devenir conservateur de musée, ce n’était pas pour moi. Trop poussiéreux ! J’allais beaucoup à l’opéra, et je dessinais sans cesse, notamment pour refaire les décors et les costumes tels que je les aurais aimés. Des amis de ma femme m’ont incité à présenter mes dessins. J’ai eu un rendez-vous avec Karl Lagerfeld, qui a perçu le côté théâtral de mon travail.

 

Par des amis d’amis, j’ai pu me glisser dans la mode, devenir stagiaire chez Hermès, puis directeur artistique de Patou, sans doute parce que j’étais le plus jeune, donc le moins cher des candidats. Miracle des années 1980. Je n’avais aucune technique, je ne savais pas coudre, je n’ai jamais rien inventé comme coupe. J’étais surtout un costumier, inspiré par l’histoire, le théâtre, l’exotisme… Jusqu’au moment où je me suis un peu ennuyé, et où j’ai rencontré Bernard Arnault, un homme encore plus impatient que moi. On a monté la maison Christian Lacroix en un mois !

Cette maison de couture a fait votre bonheur, mais aussi votre malheur, quand LVMH l’a revendue en 2005, et qu’elle a fini par être liquidée en 2009…

Je n’ai pas décoléré. L’univers de la mode était devenu malade, et d’autres, comme Alexander McQueen, en sont morts. Avec les gens chargés de vendre les produits, on ne partageait rien, et j’étais révolté que la finance l’emporte sur la créativité. Je n’ai pas eu pour rien 17 ans en 1968 ! En même temps, je n’étais pas à l’aise avec moi-même. Je me suis reproché de ne pas avoir été plus regardant, d’avoir vendu mon nom, dont je ne suis toujours pas propriétaire. Aujourd’hui, dans ce genre de cas, une astrologue m’aide à ne pas maudire le ciel, les planètes, mais à m’en faire des alliés. Ce qui se trouve en travers de la route est là aussi pour nous faire avancer !

 

 

Lire aussi  Christian Lacroix haute couture, vingt années virevoltantes

Après la faillite, vous avez avancé. Vous êtes devenu un designer signant des lignes de TGV, des cinémas, une bûche de Noël, des bouteilles d’eau et de bière… Vous vous êtes dispersé ?

J’adore toucher à tout. Cela me ramène à mon enfance, à cette nécessité de redessiner tout ce qui me déplaît dans ce qui m’environne. J’avais déjà besoin de ces échappatoires à l’époque de ma maison de couture, où je n’étais pas totalement heureux. Ensuite, je ne pouvais plus m’exprimer par la couture, donc j’ai continué autrement. J’ai adoré certains projets, comme les tenues conçues pour Air France. J’y allais pourtant à reculons. J’ai griffonné le tout premier croquis lors d’un vol le soir-même, sur un sac prévu en cas de malaise. On a remporté le marché, et aujourd’hui encore, les hôtesses veulent garder cet uniforme vieux de vingt et un ans !

Vous réalisez votre première mise en scène. Comment avez-vous sauté le pas ?

J’avais déjà réalisé beaucoup de costumes, puis des décors de théâtre. Mon agent m’a dit : « Tu devrais faire de la mise en scène. » J’ai répondu : « Tu es fou ! » Il a répliqué : « Si j’ai une proposition, que tu en es capable et que tu refuses, on ne travaillera plus ensemble. » D’autres personnes m’ont poussé. Lorsque La Vie parisienne m’a été proposée, je ne pouvais pas refuser : la période d’Offenbach correspond précisément à la Belle Epoque qui m’a tant passionné, sur laquelle j’ai accumulé tant d’images. Mais à vrai dire, je me sens encore plus un usurpateur que lorsque j’étais couturier. De la mise en scène, je ne sais ni le « a » ni le « b » de « b.a.-ba ». Je me suis entouré d’assistants de choc, les metteurs en scène Laurent Delvert et Romain Gilbert, et Glyslein Lefever pour la chorégraphie. L’autre jour, je préparais plusieurs esquisses, comme j’ai l’habitude de le faire avec Denis Podalydès, Eric Ruf ou Vincent Boussard. En parlant du metteur en scène, j’ai dit à mon assistant : « Il choisira. » Il m’a rappelé à la réalité : « Mais cette fois-ci, c’est vous, le metteur en scène ! »

 

 

 

La Vie parisienne, d’Offenbach, mise en scène, décors, costumes de Christian Lacroix, à l’Opéra de Tours les 3, 5 et 7 décembre, et au théâtre des Champs-Elysées à Paris, du 21 décembre au 7 janvier.
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

L’actrice Suzanne de Baecque, la bonne surprise de “La Seconde Surprise de l’amour” de Marivaux

L’actrice Suzanne de Baecque, la bonne surprise de “La Seconde Surprise de l’amour” de Marivaux | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Joëlle Gayot dans Télérama - 20 novembre 2021

 

REPÉRÉE — Hyper traqueuse et donc… hyper exigeante avec elle-même, Suzanne de Baecque brille en Lisette dans “La Seconde Surprise de l’amour” de Marivaux, à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Sous la direction avisée du découvreur de talents Alain Françon.

 

Actualité  Elle est celle qu’on voit en premier dans la mise en scène d’Alain Françon à l’Odéon-Théâtre de l’Europe. Un corps vif, de grands bras qui voltigent en tous sens, le sourire généreux : à peine sortie de son école de théâtre à Lille, Suzanne de Baecque, 26 ans, vient de faire une entrée fracassante dans le monde du spectacle vivant. Alors qu’elle joue Lisette dans La Seconde Surprise de l’amour, de Marivaux, cette actrice débutante se découvre « hyper traqueuse ».

 

Au point qu’elle n’a qu’une envie dans les secondes qui précèdent la représentation : courir dans la loge, ôter son costume et rentrer chez elle dare-dare. Mais elle ne file pas à l’anglaise et tant mieux : elle est une suivante frondeuse et burlesque dont l’aplomb, la fraîcheur et la précision n’ont rien à envier à l’expérience de ses partenaires de jeu.

 

 

Ascendants Le théâtre, elle en rêvait depuis longtemps et rien ne l’a détournée de son désir : ni ses trois échecs successifs au concours d’entrée du prestigieux Conservatoire d’art dramatique parisien, ni le conseil de sa mère, prof de lettres, qui lui avait suggéré de s’inscrire en études théâtrales. Dans la bibliothèque de son père, journaliste et critique de cinéma, figure en bonne place une histoire du Festival d’Avignon. Normal, c’est lui qui l’a écrite. Elle la lira sans doute un jour, si ce n’est déjà fait. Elle adore se cultiver, chercher et apprendre mais sa place n’est pas sur les bancs de la fac. Elle l’a dit à ses parents : « Mon chemin ne sera pas universitaire. Je veux jouer. »

 

Signes particuliers Aujourd’hui elle marivaude, à l’aise dans la peau d’un personnage que ne perturbe pas le regard des autres. Tout l’inverse, finalement, de ce qu’elle est dans la vie : « Je suis à vif, très émotive et je doute beaucoup, ce qui me rend trop exigeante avec moi-même. » Suzanne de Baecque conjure au théâtre sa timidité et son manque de confiance en elle. Elle est de ces comédiennes qui transforment leurs failles en force. Un don qui n’a pas échappé à l’œil de lynx d’Alain Françon.

 

Projets Après les représentations parisiennes, la troupe partira en tournée jusqu’au printemps 2022. « Je vais dormir à l’hôtel et prendre mon petit déjeuner avec Lubin et la marquise. » Boire son café avec les héros de la pièce, explorer des villes qu’elle ne connaît pas encore : Suzanne de Baecque profite du présent. Ce qui ne l’empêche pas de penser à l’avenir car pas question, pour cette jeune femme bien de son temps, de s’enfermer dans un seul registre de théâtre. Elle veut tester d’autres façons de jouer. Si elle n’a pas de « plan de carrière », elle n’est, en revanche, pas en manque de désirs.

 

À voir
La Seconde Surprise de l’amour, de Marivaux, mis en scène par Alain Françon, jusqu’au 4 décembre, à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, Paris 17e.

Joëlle Gayot
No comment yet.
Scooped by Le spectateur de Belleville
Scoop.it!

“Carte Noire nommée désir” de Rébecca Chaillon : attention, chef-d’œuvre

“Carte Noire nommée désir” de Rébecca Chaillon : attention, chef-d’œuvre | Revue de presse théâtre | Scoop.it

Par Igor Hansen-Love dans Les Inrocks 17/11/2021

 

L’autrice, performeuse et metteuse en scène signe un spectacle ébouriffant pour déconstruire le regard porté sur les femmes noires en France. Drôle, énervée et intelligente, son écriture théâtrale est aussi singulière que jubilatoire.

 

Dans des cas comme ceux-ci, il est inutile d’y aller par quatre chemins : l’émotion s’impose avant toute tentative d’analyse. Carte Noire nommée désir de Rébecca Chaillon est l’une des pièces les plus puissantes, les plus inventives et les plus brillantes qu’il nous ait été donné de voir depuis… On ne sait plus très bien combien de temps d’ailleurs… Impossible de ne pas sortir de là sonné par ces moments de théâtre lumineux, réjouit par l’humour punk et bravache de ses huit interprètes et, on l’espère aussi, un peu mieux armé pour réfléchir à la condition des femmes noires en France et essayer de déconstruire notre regard porté sur celles-ci.

 

Avant même de rentrer dans la salle, Rébecca Chaillon et les siennes déstabilisent. Dans le hall du théâtre, un message est adressé aux spectateur·ices. La scène, nous explique-t-on, est construite selon un dispositif dit “bi-frontal”. De part et d’autre du plateau, deux gradins se font face. À droite, les fauteuils sont exclusivement réservés aux femmes noires, métisses et afrodescendantes ; le reste du public est invité à prendre place à gauche. Jamais nous n’avions vu une telle séparation selon des critères de couleurs de peau, et, en toute franchise, il nous aura fallu une bonne demi-heure pour comprendre la pertinence de ce dispositif. Mais ici, cette non-mixité permet d’appréhender la réaction au même spectacle de “l’autre” public dans les gradins sur la question du racisme, entre autres. Et la rencontre a bien lieu.

 
Scène mémorable

La scène d’ouverture est à la fois effroyable et sublime. Une femme noire nettoie le sol avec une éponge ; triste spectacle d’un corps martyrisé. Elle est en culotte, à quatre pattes, sa forte taille rend son travail d’autant plus pénible et humiliant. On peut même sentir l’odeur âcre d’eau de Javel dans le public. Et rapidement, ses mouvements vont se détraquer. Elle se met à passer l’éponge sur sa peau, frénétiquement. Jusqu’à l’intervention d’une deuxième comédienne qui la prend dans ses bras, l’assoit sur un tabouret et se met à natter ses cheveux, lentement, patiemment, avec des cordelettes accrochées sur une structure en haut du plateau.

S’en suit une dizaine de scènes survoltées où les effets et les émotions se bousculent. On hurle de rire devant le détournement de la publicité pour Carte noire où l’érotisation grotesque des corps de femmes noires est poussée à l’extrême. On est gênés de se retrouver dans les portraits d’employeurs bobo, plus ou moins “cool”, quand ils s’adressent à Fatou, l’assistante maternelle surmenée. On est sidérés à la lecture des petites annonces véridiques d’hommes de plus de soixante ans qui tentent de faire venir chez eux des “Africaines” pour qu’elles se partagent entre l’amour et le ménage. On participe, avec le reste du public, au jeu de mimes visant à deviner des personnalités de femmes noires connues. On s’amuse devant les chorégraphies des neuf comédiennes qui commencent avec des twerks hyper sexuels et se déglinguent comme les mouvements d’un automate abîmé.

Et petit à petit, on assiste à ces corps se débattant face aux injonctions contradictoires et aux stéréotypes qui les assignent ; femmes inquiétantes mais désirables, femmes sauvages mais dominées, femmes respectables mais infantilisées… Et de bout en bout, le dosage entre le rire, l’effroi, la colère et la connivence provoqués est toujours juste. À la fin du spectacle, au fil d’une scène mémorable que nous ne dévoilerons pas, le corps de Rébecca Chaillon réapparaît, en écho avec la scène d’ouverture, mais cette fois magnifiquement libéré. Chapeau.

 

 

Carte noire nommée désir, de Rébecca Chaillon, avec BeBe., Estelle Borel, Rébecca Chaillon, Aurore Déon, Maëva Husband en alternance avec Olivia Mabounga, Ophélie Mac, Makeda Monnet, Fatou Siby.

 

 

Du 18 au 20 novembre 2021, à L’Aire Libre, dans le cadre du festival TNB, à Rennes.

Du 1er au 4 décembre 2021, au Théâtre Dijon Bourgogne, à Dijon.

Du 9 au 11 décembre 2021, au Maillon, au Théâtre de Strasbourg, à Strasbourg.

Le 16 janvier 2022, à La Maison Folie Wazemmes, dans le cadre du festival DIRE, à Villeneuve-d’Ascq.

Du 2 au 4 février 2022, à la Comédie de Saint-Etienne, à Saint-Etienne.

Les 21 et 22 février 2022, au Carreau du Temple, à Paris.

Le 25 février, au Phénix, Scène Nationale de Valenciennes.

Le 1er mars 2022, à la Scène nationale d’Orléans, à Orléans.

Du 9 au 11 mars 2022, aux Subs, à Lyon.

Le 24 mars 2022, à La Maison de la Culture d’Amiens, à Amiens.

Le 22 et 23 avril 2022, à Fort-de-France, au Tropique Atrium, en Martinique.

 

Igor Hansen Love / Les Inrocks

 

Légende photo : “Carte Noire Nommée Désir“ de Rébecca Chaillon @ Vincent Zobler

No comment yet.