Life Sciences Université Paris-Saclay
416.0K views | +60 today
Follow
 
Scooped by Life Sciences UPSaclay
onto Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

Des états excités de l’ADN produits par les rayonnements ionisants

Des états excités de l’ADN produits par les rayonnements ionisants | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La radiobiologie et la photobiologie étudient toutes deux l'interaction des rayonnements avec la matière vivante. La première traite des rayonnements ionisants (rayons X et particules de haute énergie, capables d'ioniser les atomes de la matière). La seconde traite plutôt des effets de lumière, en particulier celle de haute énergie dans le domaine ultraviolet. Il est communément admis que les différences de réponse biologique à ces deux types de stress trouvent leurs sources dans les processus physicochimiques qui suivent immédiatement l’exposition aux rayonnements : les rayonnements ionisants produisent des radicaux libres, qui peuvent provoquer des dommages à l’ADN, tandis que la lumière ultraviolette crée de plus des états électroniques excités dans l’ADN, qui évoluent vers la formation de photoproduits spécifiques.

 

C'est par le développement spécifique d'un canon électronique qu'une collaboration entre l’IRAMIS, l’ISMO, le LPGP et la start up ITeox, a pu conduire une expérience originale (voir article paru dans Scientific Reports) combinant dans un même instrument des impulsions courtes et synchrones d’électrons et de lumière UV-C. L'impulsion d'électrons est de durée picosecondes et comprend typiquement une centaine d'électrons d'énergie de l'ordre de 4 keV. L'impulsion de lumière à 266 nm, dans la gamme de l'ultraviolet, dure une centaine de femtosecondes (~ 10-13 s, avec une intensité de 70 fJ).

 

Par cette méthode on montre que les rayonnements ionisants forment autant d’états excités de l'ADN que les rayonnements UV. Les deux stress présentent donc plus de similarités qu’on ne le pensait jusqu’à présent. Cependant, les états produits par les électrons accélérés sont de plus basse énergie et de plus courte durée de vie que ceux produits par les UV. La nature bien distincte de ces états excités et leurs impacts biologiques restent donc à étudier.

 

Contact : jean-philippe.renault@cea.fr ou marie.geleoc@cea.fr

No comment yet.
Life Sciences Université Paris-Saclay
BioSphERa • Life Sciences and Health • Health and Drug Sciences • Santé Publique • Sport Mouvement et Facteur Humain
Your new post is loading...
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

FOCUS PLATEFORME : Un tout nouvel équipement en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude)

FOCUS PLATEFORME : Un tout nouvel équipement en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude) | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Un tout nouvel équipement vient de se mettre en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS (CIAMS / Plateforme Hill) : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude) associée au système Alti i6 altitude generator (Altipeak™ International Ltd, Dublin, Irlande).

 

Mais pourquoi faire ? Un tel dispositif permet de simuler une altitude comprise entre 1700 mètres et 4500 mètres. Dans la réalité, une situation hypoxique induite par l’altitude (e.g., en montagne) est causée par une baisse de pression barométrique environnementale créant ainsi une moindre présence d’oxygène (O2) dans un même volume d’air. Avec la tente à hypoxie (ou chambre d’altitude), l’altitude est créée artificiellement via une extraction des molécules d’oxygène dans l’air, sans modifier la pression barométrique. Dans les deux cas (i.e., baisse de pression atmosphérique ou extraction de l’O2 de manière artificielle), une exposition dans un environnement hypoxique engendre une diminution de l’apport en oxygène dans les tissus. Des adaptations physiologiques à court terme, moyen terme et long terme vont pouvoir être observées (e.g., stimulation de l’hématopoïèse et donc la création de cellules sanguines).

 

L’entraînement à hypoxie est très populaire dans le haut niveau. Aussi, des TP sont déjà mis en place afin de permettre aux étudiants du Master STAPS / EOPS de mieux appréhender ses effets mais aussi les modalités d’utilisation. Il existe également des recherches sur l’optimisation de la performance avec un entrainement en hypoxie.

 

Contacts : Marie Gernigon (marie.gernigon@universite-paris-saclay.fr) et Jean Jeuvrey (jean.jeuvrey@universite-paris-saclay.fr)

Plug In Labs Université Paris-Saclay : cliquer ICI

 

CIAMS / Plateforme Hill. Les activités de la plateforme Hill du CIAMS (EA 45 32) s'intéressent à l'évaluation de la performance et au développement des qualités physiques chez le participant entraîné, sédentaire ou en situation de handicap. Cette plateforme a pour vocation l'exploration des réponses cardio-vasculaires et respiratoire à l'effort ainsi que le développement de méthodes et outils d'analyse dans le domaine de l'entraînement, de la réathlétisation et/ou de l'activité physique adaptée. De plus, la plateforme CIAMS / Plateforme Hill permet l’évaluation de l’aptitude physique de personnes entraînées et d’émettre des conseils d’aide à l’optimisation de l’entraînement.

 

A propos du CIAMS. Le CIAMS est un laboratoire multidisciplinaire (SDV et SHS) en sciences du mouvement et facteurs humains. Il contribue notamment au réseau Neurosciences, Mouvement, Handicap des unités de recherche en Sciences de la Vie de l'Université Paris-Saclay. Le CIAMS est un membre fondateur de la Fédération Demenÿ-Vaucanson (FéDeV), une Structure Fédérative de Recherche impliquant une quinzaine d’unités de recherche, dont la mission est de structurer la communauté scientifique de Paris-Saclay dans le domaine des sciences du mouvement.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Alimentation pro-végétale saine et moins saine, évolution des symptômes d’asthme et médiation par l’indice de masse corporelle chez les femmes âgées de l’étude française Asthma-E3N

Alimentation pro-végétale saine et moins saine, évolution des symptômes d’asthme et médiation par l’indice de masse corporelle chez les femmes âgées de l’étude française Asthma-E3N | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans le contexte de réflexion sur l’alimentation « durable », les scores alimentaires « healthy Plant-Based Diet Index » (hPDI) et « unhealthy Plant-Based Diet Index » (uPDI) permettent d’évaluer les effets sur la santé d’une alimentation pro-végétale saine et moins saine. Alors que les protéines animales semblent avoir un effet délétère sur le risque d’asthme, et que les végétaux complets auraient plutôt un effet bénéfique, on ignore l’effet des produits raffinés issus des végétaux. De plus, l’obésité pourrait moduler les associations entre types d’alimentation et asthme.

 

Des chercheurs de l’Équipe d’Épidémiologie Respiratoire Intégrative du CESP (UMR-S 1018 INSERM/UVSQ/UPSaclay, Villejuif) ont étudié les relations entre ces deux scores alimentaires (hPDI et uPDI) et l’évolution des symptômes d’asthme, et l’effet médiateur potentiel de l’indice de masse corporelle (IMC).

 

Chez 5700 femmes (âge moyen 63 ans) de la cohorte E3N, une alimentation pro-végétale saine (hPDI ; riche en céréales complètes, fruits, légumes) était associée à une incidence plus faible de symptômes d'asthme, un tiers de cette association étant médié par l'IMC ; et une alimentation pro-végétale moins saine (uPDI ; riche en pain, pâtes, riz blancs) était également associée à une incidence plus faible de symptômes d'asthme mais l’association était presque entièrement médiée par l'IMC.

 

Ces résultats publiés dans Nutrients suggèrent un effet positif sur les symptômes d’asthme d’une alimentation pro-végétale par rapport à une alimentation riche en produits animaux. Cependant seule l’alimentation pro-végétale saine, riche en végétaux complets a un effet propre, celui d’un régime pro-végétal moins sain étant entièrement médié par son effet sur la réduction de l’IMC.

 

Contact : raphaelle.varraso@inserm.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

La radiothérapie pour augmenter l’efficacité des CAR-T cells dans les tumeurs solides : une synthèse de la littérature

La radiothérapie pour augmenter l’efficacité des CAR-T cells dans les tumeurs solides : une synthèse de la littérature | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les CAR-T cells (Chimeric antigen receptor T cell) sont des lymphocytes qui, après modification génétique, sont capables d’exprimer un récepteur spécifique d’un antigène tumoral donné. Les thérapies à base de CAR-T cells sont à l’origine d’avancées majeures dans des pathologies hématologiques réfractaires de mauvais pronostic (leucémie aiguë lymphoblastique, lymphome B diffus à grandes cellules).

 

Cependant, malgré ces résultats prometteurs en hématologie, les principaux essais expérimentant les CAR-T cells dans les tumeurs solides se sont révélés infructueux. La raison de cette inefficacité est à rechercher dans les particularités des tumeurs solides par rapport aux pathologies hématologiques : une plus grande hétérogénéité des antigènes tumoraux et un microenvironnement tumoral immunosuppressif qui restreint l’efficacité des effecteurs cellulaires.

 

Ces conditions délétères constituent un frein à la fois pour l’attraction, la rétention et l’efficacité des CAR-T cells au sein de la tumeur. La radiothérapie, en plus de son action cytotoxique directe, est capable de modifier le microenvironnement des tumeurs et de le polariser en un phénotype pro-inflammatoire et anti-tumoral. Ainsi, par la délivrance de radiations ionisantes de manière focalisée sur des lésions cancéreuses, nous pourrions augmenter l’efficacité pour l’instant décevante des CAR-T cells dans cette indication.

 

C’est ce que montrent les chercheurs de l’unité de Radiothérapie Moléculaire et Innovation Thérapeutique (UMR-S 1030 INSERM/UPSaclay/Gustave Roussy, Villejuif) dans une revue parue dans OncoImmunology où ils expliquent, sur la base des connaissances actuelles, de quelle manière la radiothérapie pourrait améliorer l’efficacité des CAR-T cells chez les patients souffrant de tumeurs non-hématologiques afin qu’eux aussi puissent bénéficier de cette innovation thérapeutique majeure.

 

Contact : pierre.laurent@gustaveroussy.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Le catabolisme de la proline contrôle la qualité de la graine chez Arabidopsis en assurant une remobilisation efficace du carbone et de l’azote

Le catabolisme de la proline contrôle la qualité de la graine chez Arabidopsis en assurant une remobilisation efficace du carbone et de l’azote | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La remobilisation des nutriments chez les plantes est un phénomène qui a lieu lors de la mise en place de la phase reproductive. Il s’agit d’un transport longue distance des ressources azotée et carbonées, telles que les acides aminés et les sucres, depuis les feuilles en sénescence vers les graines en formation. Ce processus permet d’alimenter la graine en énergie et en précurseurs pour la synthèse de composés de réserve.

 

Ces dernières années, plusieurs études ont démontré l’importance du catabolisme de la proline dans la sénescence foliaire. Récemment, les travaux réalisés par les équipes de Arnould Savouré à iEES-Paris (Sorbonne Université) et de Céline Masclaux-Daubresse à l’Institut Jean-Pierre Bourgin – IJPB (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Versailles) ont mis en évidence un important défaut de remobilisation de l’azote et du carbone chez un mutant KO pour le gène codant la Pyrroline-5-carboxylate déshydrogénase, deuxième enzyme impliquée dans le catabolisme de la proline. Des expériences de marquage avec l’isotope lourd 15N de l’azote révèlent un défaut de flux azoté entre les feuilles, les hampes florales et les graines. Ce défaut de remobilisation induit la production de graines déformées qui présentent de très faibles capacités germinatives.

 

Ce travail, publié dans Journal of Experimental Botany, montre le rôle important du catabolisme de la proline dans l'efficacité de la plante à réutiliser l'azote et le carbone qui sont essentiels au rendement et à la qualité des graines. Il ouvre de nouvelles perspectives pour améliorer ou créer des variétés utilisant mieux l’azote et/ou produisant des graines de meilleure qualité.

 

Légende Figure : Représentation schématique du défaut de remobilisation de l’azote de la rosette et des hampes florales vers les graines chez le mutant p5cdh d’Arabidopsis.

 

Contact : corentin.dourmap@laposte.net, arnould.savoure@sorbonne-universite.fr ou celine.masclaux-daubresse@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Caractérisation et classification des lésions aiguës et chroniques de la sclérose en plaques à l'aide de l’intelligence artificielle

Caractérisation et classification des lésions aiguës et chroniques de la sclérose en plaques à l'aide de l’intelligence artificielle | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par l'apparition de lésion dans le système nerveux central, notamment dans le cerveau. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de localiser ces lésions ; l’examen IRM révèle ainsi la distribution spatiale des lésions de SEP a un instant donné, mais ne permet cependant pas de distinguer les lésions formées récemment (dites « aiguës ») des lésions présentes depuis un certain temps (dites « chroniques »). Cette distinction est pertinente pour la prise en charge clinique des patients atteints de SEP, chez qui la mise en évidence d'une activité récente de la maladie peut informer le pronostique et orienter le choix du traitement.

 

Dans une étude publiée dans NeuroImage, les chercheurs de Biogen Digital Health (Biogen, Cambridge, MA, USA), du Montreal Neurological Institute (McGill University, Montreal, QC, Canada), de NeuroRx Research (Montreal, Canada), de CentraleSupélec (UPSaclay, Gif-sur-Yvette) et de TheraPanacea (Paris) ont développé un algorithme d’intelligence artificielle (IA) afin d’identifier les lésions de SEP apparues au cours des 6 mois précédents un examen IRM conventionnel.

 

Dans un premier temps, un algorithme d’inpainting génère, à partir d’une image IRM provenant d’un patient atteint de SEP, une nouvelle image IRM synthétique dans laquelle les lésions de SEP sont remplacées par du tissu non-lésionnel. Cette image synthétique offre une référence « saine » (qui ne contient pas de lésions) avec laquelle l’image « malade » (qui contient des lésions) peut être comparée dans un second temps via une analyse radiomique visant à détecter des indices texturaux permettant de distinguer les lésions aiguës des lésions chroniques.

 

Ainsi, à partir de 16 mesures radiomiques identifiées par cette méthode, les lésions aigues peuvent être distinguées des lésions chroniques avec une précision supérieure à 74%.

 

Légende Figure : Classification d’une lésion de sclérose en plaque selon son âge (aiguë, 6 mois ; chronique >6 mois) à partir d’une image IRM « malade » et de son équivalent synthétique « sain ».

 

Contact : bastien.caba@biogen.com

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

L’activité de liaison de BRCA2 à l’ADN double brin permet de prévenir les gaps de réplication

L’activité de liaison de BRCA2 à l’ADN double brin permet de prévenir les gaps de réplication | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le stress réplicatif est un obstacle à l'intégrité génomique et est particulièrement critique dans les cellules en division constante, telles que les cellules cancéreuses.

 

Dans une étude parue dans Nature Communications, les chercheurs de de l’UMR 3348 (CNRS/UPSaclay/Institut Curie, Orsay) révèlent que la fonction de liaison à l'ADN double brin de la région N-terminale de BRCA2 est nécessaire pour prévenir/réparer les « ssDNA gaps » à la fourche de réplication bloquée. Des mutations de BRCA2 identifiées chez les patientes atteintes d'un cancer du sein altèrent cette fonction, suggérant sa pertinence clinique.

 

Contact : acarreira@cbm.csic.es

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

MXD4/MAD4, une cible d’intérêt pour la préservation des cellules souches ex vivo

MXD4/MAD4, une cible d’intérêt pour la préservation des cellules souches ex vivo | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’efficacité clinique de greffons de peau produits par bio-ingénierie est directement liée à leur contenu en cellules souches fonctionnelles. Dans une étude publiée dans Journal of Investigative Dermatology, le Laboratoire de Génomique et Radiobiologie de la Kératinopoïèse - LGRK (iRCM ; CEA-Jacob, Evry) a identifié le facteur de transcription MXD4/MAD4 comme étant un nouvel élément du réseau de régulation qui contrôle le maintien du statut de cellule souche et la capacité de régénération cutanée de ces cellules. Ainsi, ce facteur constitue une nouvelle cible moléculaire pour optimiser la préservation des cellules souches cutanées durant la phase d'expansion cellulaire ex vivo préalable à l’étape de reconstruction cutanée tridimensionnelle.

 

Lire la suite de l’Actu du CEA-Jacob ICI.

 

Contact : nicolas.fortunel@cea.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Julien Bouvier, lauréat de l’AAP ERC Consolidator Grants

Julien Bouvier, lauréat de l’AAP ERC Consolidator Grants | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le Conseil européen de la recherche (ERC) vient d’annoncer les nouveaux lauréat.es des bourses Consolidator, qui soutiennent chaque année de nombreux projets de scientifiques en milieu de carrière. Cinq projets lauréats sont portés par des chercheurs et enseignants-chercheurs de l’Université Paris-Saclay.

 

Les bourses Consolidator Grants du Conseil européen de la recherche (ERC), d'un montant maximum de deux millions d'euros et d'une durée pouvant aller jusqu'à cinq ans, s'adressent à des chercheurs ayant obtenu leur thèse de huit à douze ans auparavant. Elles visent des projets de recherche ambitieux et risqués, aux frontières de la connaissance et répondant à des enjeux ou verrous scientifiques innovants.

 

Parmi les cinq projets lauréats hébergés par l’Université Paris-Saclay, un projet en sciences de la vie, celui de Julien Bouvier, directeur de recherche CNRS à l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (NeuroPSI - Université Paris-Saclay, CNRS). Il a obtenu un financement pour son projet ReticulOme - Multi-omics characterization of descending motor circuits in the brainstem (Caractérisation multi-omique des circuits moteurs descendants dans le tronc cérébral).

 

Comment les neurones de notre cerveau et de notre moelle épinière communiquent-ils pour contrôler notre capacité à se mouvoir et en particulier à marcher ? Cette question inspire particulièrement Julien Bouvier. Après un doctorat portant sur la neurobiologie du système respiratoire obtenu en 2010, il se concentre sur la motricité au sens plus large lors d’un postdoctorat en Suède, puis au sein de sa propre équipe qu’il crée en 2018 à l’Institut NeuroPSI. Il y développe notamment, chez la souris, des méthodes de traçages de connectivité nerveuse, d’optogénétique et d’analyse du comportement, qui permettent d’observer l’anatomie des neurones, d’en modifier l’activité et d’en déduire le rôle. Ses recherches contribuent ainsi à mieux comprendre l’organisation des circuits dont le dérèglement ou l‘altération est responsable des pertes d‘autonomie motrice dans des contextes post-traumatiques ou neurodégénératifs.

 

Multi-omics characterization of descending motor circuits in the brainstem - ReticulOme

 

L'exécution de mouvements coordonnés et adaptatifs est la manifestation finale de pratiquement tous les processus cérébraux. Une motricité altérée est d’ailleurs une caractéristique de presque toutes les conditions qui affectent le système nerveux. Ce projet apportera de nouvelles informations sur les bases neurales des mouvements, en mettant l'accent sur les neurones dits réticulospinaux. En effet, ces cellules de la partie la plus postérieure du cerveau, par leurs projections directes vers la moelle épinière, sont essentielles pour le contrôle des membres et du tronc. La classification des neurones réticulospinaux est jusqu’alors restée approximative mais nos travaux récents suggèrent qu’il en existerait beaucoup de types différents. Chaque type pourrait contrôler un groupe musculaire, donc un type de mouvement, bien spécifique. Ce programme vise ainsi à caractériser et comprendre cette spécialisation des neurones réticulospinaux selon des critères nouveaux, y compris anatomiques (leur position et leur connexion vers le reste du cerveau), fonctionnels (le type de mouvement qu’ils contrôlent) et génétiques (les gènes qu’ils expriment). Ces nouvelles données combinées devraient permettre, à terme, d’examiner et d’agir sur des types cellulaires pertinents dans des contextes post-traumatiques ou neurodégénératifs.

 

Contact : julien.bouvier@cnrs.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Didier Samuel, un hépatologue à la tête de l’Inserm

Didier Samuel, un hépatologue à la tête de l’Inserm | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans les tout prochains jours, Didier Samuel sera nommé à la tête de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). La nomination de cet hépatologue a été approuvée, jeudi 26 janvier, par le Parlement (30 voix pour, 18 voix contre). Mais députés et sénateurs se sont opposés : les premiers ont voté pour, les seconds contre, dénonçant « un nouveau fait du prince venu de l’Elysée », Emmanuel Macron ayant refusé de reconduire Gilles Bloch pourtant candidat à un second mandat. Dans un tweet, le sénateur des Hauts-de-Seine Pierre Ouzoulias (Parti communiste) a tenu à préciser que « ni la personne de Didier Samuel ni ses compétences ne sont remises en cause » par ce vote. Sa nomination devrait être entérinée lors d’un prochain conseil des ministres.

 

Lire la suite de l'article paru dans Le Monde.

Lire le communiqué de presse.

No comment yet.
Rescooped by Life Sciences UPSaclay from Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

Séminaire Hub PASREL : « Innovations technologiques en santé : quelles attentes, quels écueils, quels soutiens ? » - 21 mars 2023 – Fontenay-aux-Roses

Séminaire Hub PASREL : « Innovations technologiques en santé : quelles attentes, quels écueils, quels soutiens ? » - 21 mars 2023 – Fontenay-aux-Roses | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans le cadre de sa première assemblée générale, ouverte à toutes et tous, le Hub PASREL organise un séminaire intitulé « Innovations technologiques en santé : quelles attentes, quels écueils, quels soutiens ? ». Le programme de ce séminaire est construit pour répondre aux questions fréquemment rencontrées par les porteurs de projets que le Hub PASREL accompagne.

 

Ce séminaire est organisé en partenariat avec Vallée Sud BIO PARC et se tiendra dans leurs locaux, à Fontenay-aux-Roses, le mardi 21 mars de 13h30 à 17h30.

 

Retrouvez toutes les informations et inscrivez-vous (inscription gratuite mais obligatoire) ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les "Lundis de l'IPSIT" - Lundi 13 mars 2023 à 9h15

Les "Lundis de l'IPSIT" - Lundi 13 mars 2023 à 9h15 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Séminaire des Lundis de l'IPSIT le :

Lundi 13 mars 2023, de 9h15 à 12h15,
Université Paris-Saclay - Bâtiment Henri Moissan - 17, avenue des Sciences, 91400 ORSAY
(Salle 4000 - HM1 recherche - 4e étage) 

Thème : Photochimie, composés «cagés»


Pour vous inscrire : envoyer un mail à  : nadine.belzic@inserm.fr


Organisatrice : Christine Tran (MCU, Laboratoire BioCIS, Equipe CoSMIT, UMR 8076, ORSAY - 91)

 

Intervenants :

  • Alexandre SPECHT (Directeur de recherche au CNRS, Laboratoire de Conception et Application de Molécules Bioactives, Équipe CNM, UMR 7199 CNRS/Unistra, ILLKIRCH - 67)
  • Ludovic JULLIEN (PASTEUR, Département de chimie, École normale supérieure, PSL University, Sorbonne Université, CNRS, Paris 5e - 75)
  • Laetitia MONY(Chargée de Recherche, INSERM, Institute of Biology, École Normale Supérieure, INSERM U 1024, CNRS UMR 8197, Paris 5e - 75)
No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

SAVE THE DATE ! "Breaking Barriers in Chemical Science" - mardi 14 février 2023 9h30 à Henri Moissan

SAVE THE DATE ! "Breaking Barriers in Chemical Science" - mardi 14 février 2023 9h30 à Henri Moissan | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it
La Graduate School Chimie et la Graduate School Health and Drug Sciences vous invitent à partager un petit-déjeuner sur le thème "Breaking Barriers in Chemical Science". 
 
Dans le cadre de la journée mondiale organisée par IUPAC "Global Women's Breakfast", nous vous donnons RDV le mardi 14 février 2023 à partir de 9h30 en amphithéâtre A2 - bâtiment Henri Moissan - 17 avenue des Sciences - 91400 - Orsay. 
 
Cette matinée est ouverte à toutes et tous et l'inscription est obligatoire.
 
Date limite d'inscription : 11 février 2023

 

Plus d'information ICI.

 

La Graduate School Chimie et la Graduate School Health and Drug Sciences
No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Résultats de l’appel à projet «Maturation / Pré-maturation» de France 2030

Résultats de l’appel à projet «Maturation / Pré-maturation» de France 2030 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’ETAT ALLOUE 275 M€ A 17 CONSORTIA

« MATURATION – PREMATURATION »

DONT 9 AUXQUELS LA SATT PARIS-SACLAY PARTICIPE.

 

 

 

Le 9 janvier 2023, Sylvie Retailleau, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et Roland Lescure, ministre délégué à l’Industrie ont annoncé les nouvelles actions du gouvernement pour accélérer l’émergence de start-up issues de la recherche.

 

Parmi ces mesures, l’attribution via les résultats de l’appel à projet « Maturation / Pré-maturation » de 275 M€ à 17 consortiums portés par les SATT et leurs partenaires pour intensifier l’accompagnement de projets d’innovation à fort potentiel et accélérer leur transfert vers le monde socio-économique, au bénéfice des stratégies nationales d’accélération.

 

La SATT Paris-Saclay a le plaisir d'être partie prenante de 9 consortia lauréats de cet appel dont 1 en tant que leader maturation : le projet ASTRAGAL porté par l'INRAE et axé sur la Stratégie Nationale d'Accélération (SNA) "Alimentation durable et favorable à la Santé". 

 

Lire la suite ICI

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

La protéine P du virus de la rage se lie à la kinase TBK1 et interfère avec la formation de condensats liquides liés à l'immunité innée

La protéine P du virus de la rage se lie à la kinase TBK1 et interfère avec la formation de condensats liquides liés à l'immunité innée | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les virus doivent surmonter la réponse antivirale médiée par l'interféron (IFN) pour se répliquer et se propager dans leur hôte. Ainsi, la phosphoprotéine P du virus de la rage (RABV) est connue pour inhiber l'induction de l'interféron en bloquant la phosphorylation du facteur de transcription IRF3.

 

Dans un article publié dans Cell Reports, les chercheurs de l’équipe Rhabdovirus de l’I2BC (CNRS/CEA/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) et de la plateforme Imagerie Gif ont étudié les bases moléculaires de cette inhibition. Pour cela, ils ont profité du phénotype distinct de deux souches de RABV (SAD et CVS) par rapport à leur capacité à inhiber l'induction d'IFN. Ils ont démontré que P-SAD, mais pas P-CVS, inhibe l'induction de l'IFN. Une seule substitution de résidu d'acide aminé en position 179 est responsable de la différence de phénotype observée entre les deux souches. Par conséquent, un virus recombinant SAD-S179P (dans lequel P-SAD est remplacée par sa version S179P non inhibitrice) présente un défaut de croissance dans des cellules productrices d'IFN.

 

En utilisant la spectrométrie de masse, les chercheurs ont identifié TBK1 comme une protéine qui interagit préférentiellement avec les formes inhibitrices de P. TBK1 est la kinase qui phosphoryle IRF3, elle se situe au carrefour de nombreuses voies d'induction d'interféron. Les mutations des sites de phosphorylation de TBK1 abolissent sa liaison à la protéine P.

 

Plus important encore, ils démontrent que lors d'une infection par RABV ou d'une détection d'ARNdb par les senseurs de l'immunité innée, TBK1 et ses protéines adaptatrices NAP1 et SINTBAD forment des condensats cytoplasmiques dynamiques qui ont des propriétés liquides. Ces condensats peuvent former des agrégats plus grands ayant des structures annulaires dans lesquelles NAP1 et TBK1 présentent un mouvement localement restreint. La liaison de P à TBK1 interfère avec la formation de ces structures.

 

Ce travail démontre que les protéines de la voie de signalisation induisant l’IFN forment de façon transitoire des condensats liquides pouvant être ciblés par des virus.

 

Contact : yves.gaudin@i2bc.paris-saclay.fr ou cecile.lagaudriere@i2bc.paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Etude de la tolérance à la chaleur des bovins par l’étude des interactions entre génotype et indice température-humidité sur la production et la santé de la mamelle chez les bovins laitiers

Etude de la tolérance à la chaleur des bovins par l’étude des interactions entre génotype et indice température-humidité sur la production et la santé de la mamelle chez les bovins laitiers | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’évolution du climat attendue dans les prochaines décennies dans les zones tempérées va modifier fortement les conditions d’élevage : température, systèmes alimentaires, nouvelles pathologies... Elle va ainsi induire des stress de chaleur, aigus ou chroniques, en élevage, en particulier pour les bovins. Des travaux au sein de l’UMR GABI (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Jouy-en-Josas) et l’UMT eBIS ont permis d’estimer l'effet de l'indice température-humidité (THI) sur la production et la santé de la mamelle des vaches laitières mais aussi d’identifier les animaux les mieux adaptés pour faire face aux hausses des températures attendues.

 

Pour chacun des caractères étudiés les performances de plus 50 000 vaches laitières ont été associées au THI moyen des trois jours précédant le jour de contrôle laitier dans la commune de l’exploitation et analysées grâce à des modèles de normes de réaction.

 

Ces travaux ont montré que le THI permettant les performances optimales varie selon le caractère considéré mais qu’il est toujours inférieur ou égal à 55 (soit une température moyenne quotidienne comprise entre 12 et 13°C). L’étude des interactions entre génétique et THI montre qu’il y a peu de variabilité dans la réponse individuelle aux différents THI, la corrélation génétique entre conditions de THI dépassant 0,9. Néanmoins, en condition de stress thermique (THI élevé), quelques reclassements entre animaux ont été mis en évidence, indiquant que certains animaux seraient plus adaptés que d’autres à produire malgré des températures élevées.

 

Ces travaux, publiés dans Genetics Selection Evolution, utilisent la base Safran de Météo France et ont été financés par l’Union Européenne et par Apis-Gene.

 

Légende Figure : Effet moyen de l’indice température-humidité (THI) sur la quantité de lait produite par jour en première et deuxième lactation en race Montbéliarde.

 

Contact : aurelie.vinet@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Evolution des chromosomes sexuels : des mutations délétères peuvent s’accumuler près de locus de type sexuel même sous autofécondation

Evolution des chromosomes sexuels : des mutations délétères peuvent s’accumuler près de locus de type sexuel même sous autofécondation | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les chromosomes sexuels sont souvent très différenciés, comme chez l’être humain, à cause de la suppression de recombinaison entre le chromosome X et le chromosome Y. Une nouvelle étude théorique étaye une théorie récente permettant d’expliquer l’arrêt de la recombinaison entre chromosomes sexuels, basée sur l’abritement des mutations délétères qui ségrègent naturellement dans les génomes, plutôt que sur les différences entre mâles et femelles. Cet article a été publié dans Peer Community Journal et recommandé par Peer Community in Evolutionary Biology. Il résulte d’une collaboration entre les laboratoires Ecologie Systématique et Evolution - ESE (CNRS/AgroParisTech/UPSaclay, Gif-sur-Yvette, Evo-Eco-Paléo (CNRS, Université de Lille) et MAP5 (CNRS, Université Paris Cité).

 

Il est connu depuis longtemps que, chez les mammifères et d’autres animaux, les chromosomes sexuels déterminant le sexe (mâle ou femelle) sont fortement différenciés, le Y étant très réduit. Cependant, la raison de cette forte différenciation est toujours débattue. Une hypothèse se basant sur les caractères sexuels secondaires différents entre mâles et femelles a prévalu pendant plusieurs décennies. Les nombreuses études sur le sujet n’ont cependant pas réussi à valider cette théorie. De plus, cette hypothèse n’explique pas l’existence de chromosomes de type sexuel différenciés chez les champignons, car ils ne sont pas associés à des fonctions mâles ni femelles. Une nouvelle théorie a été développée pour expliquer l’évolution des chromosomes sexuels, basée sur l’abritement des mutations délétères par la sélection d’inversions chromosomiques qui suppriment la recombinaison et assurent une hétérozygotie permanente quand elles sont liées à un gène de détermination du sexe ou du type sexuel (Jay et al. 2022). Les mutations délétères capturées par l’inversion sont alors maintenues à l’état hétérozygote, ce qui limite leur expression.

 

Cette théorie est corroborée par une corrélation observée entre suppression de recombinaison et cycle dicaryotique plutôt qu’haploïde chez les champignons, ce qui permet d’abriter les mutations délétères à l’état hétérozygote. Cependant, ces champignons montrant une suppression de recombinaison autour de leurs gènes de types sexuels sont aussi auto-fécondants, ce qui devrait aider à purger les mutations délétères efficacement, et ainsi déjà limiter leur effet. Une nouvelle étude théorique, basée sur des processus stochastiques, démontre cependant que les mutations délétères peuvent en fait être maintenues étonnamment longtemps dans les populations avant d’être purgées, et pourraient donc s’accumuler près des gènes de type sexuel, où elles sont en partie abritées de la sélection (Tezenas et al. 2023). C’est particulièrement le cas sous un mode particulier d’autofécondation, l’automixie ou auto-fécondation intra-tétrade, qui est justement le mode de reproduction des champignons montrant une suppression de recombinaison autour de leurs gènes de type sexuel.

 

Cette étude apporte donc des éléments en faveur de l’hypothèse d’abritement des mutations délétères pour expliquer l’évolution des chromosomes sexuels et de types sexuels.

 

Contact : tatiana.giraud@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Le registre REISAMIC de Gustave Roussy rapporte une nouvelle catégorie d'événements indésirables avec les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire : les œdèmes généralisés immuno-médiés

Le registre REISAMIC de Gustave Roussy rapporte une nouvelle catégorie d'événements indésirables avec les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire : les œdèmes généralisés immuno-médiés | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Une étude du registre REISAMIC, un registre de pharmacovigilance crée à Gustave Roussy pour surveiller les effets secondaires des immunothérapies anticancéreuses, et des cas étudiés et rapportés à Gustave Roussy pour l’aide de la gestion des toxicités liées à l’immunothérapie (RCP immunotox), à porté sur plus de 6000 patients. Au total, 20 patients ont été identifiés avec un œdème généralisé lié à l’immunothérapie (immune-related generalized edema ; ir-GE). Selon le registre prospectif REISAMIC, la fréquence des ir-GE était de 0,19% des patients traités par immunothérapie (3 cas sur 1598 patients dépistés). Les 20 patients avec ir-GE avaient un âge médian (intervalle) de 62 (26–81) ans, les types de tumeurs les plus courantes étaient le mélanome (n=9 ; 45%) et le cancer du poumon (n=6 ; 30%). Les localisations les plus fréquentes de l'œdème étaient les membres périphériques (n=17 ; 85%), pleurales (n=13 ; 65%) et péritonéales (n=10 ; 50%). Une polysérite a été observée chez 11 (55%) patients. Le gain de poids médian (fourchette) par patient était de 9 (2–30) kg (cf Figure).

 

Les signes et symptômes associés répondaient aux critères du syndrome de fuite capillaire (n=4 ; 20%), du syndrome d'obstruction sinusoïdale/maladie veino-occlusive (SOS/MVO) (n=3 ; 15%) ou d’un syndrome auto-immun ou dysimmunitaire sous-cutané (n=2 ; 10%). Des corticoïdes ont été administrés à 15 patients ; parmi eux, 10 (67%) se sont améliorés cliniquement après corticoïdes. D'après l’échelle de sévérité internationale CTCAEV5.0, la gravité la plus élevée d'ir-GE était de grade ≥ 4 chez 11 (55%) patients et quatre (20%) patients sont décédés des suites d'ir-GE.

 

Cette étude, publiée dans European Journal of Cancer, montre que l'œdème généralisé lié au système immunitaire est une nouvelle catégorie d'événements indésirables à considérer avec les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire et est souvent associé à une sévérité significative. La physiopathologie peut dans certains cas être liée à des dysfonctionnements endothéliaux, tels que les obstructions sinusoïdale/maladie veino-occlusive (SOS/MVO) ou le syndrome de fuite capillaire.

 

Contact : Jean-marie.michot@gustaveroussy.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Régulation de voies phytohormonales par le stress oxydant

Régulation de voies phytohormonales par le stress oxydant | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les ROS (Reactive Oxygen Species) comme le H2O2 font partie intégrante des réponses des plantes aux stress, conditions contraignantes qui altèrent la croissance végétale et affectent les rendements agricoles. Longtemps vus comme des « molécules-voyou » qu’il faut contrôler voire éliminer complètement, les ROS sont maintenant considérés comme des signaux cellulaires indispensables aux nécessaires modulations en réponse à divers stimuli. Pour accomplir ce rôle, les ROS interagissent notamment avec des messagers plus stables comme les phytohormones.

 

Dans un article paru dans Free Radical Biology and Medicine, Caroline Lelarge-Trouverie, Mathias Cohen et collaborateurs rapportent que l’augmentation de la teneur en H2O2 dans les feuilles d’Arabidopsis provoque une activation des voies associées à deux phytohormones qui interviennent dans la défense des plantes contre beaucoup d’agents pathogènes, à savoir l’acide salicylique et l’acide jasmonique. En conjuguant une approche transcriptomique et une étude de profilage métabolique (voir figure), l’article met en évidence la fine complexité de la régulation des voies phytohormonales induites par le H2O2. Il démontre notamment qu’une induction d’enzymes spécifiques permet de limiter les conséquences délétères pour la plante d’une activité biologique excessive des deux phytohormones en les convertissant en divers métabolites transformés ou conjugués.

 

Cette étude est issue d’une collaboration entre une équipe de l’Institute of Plant Sciences Paris-Saclay - IPS2 (CNRS/INRAE/UEVE/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) et des chercheurs du VIB-UGent Center for Plant Systems Biology (Belgique). Elle identifie plusieurs gènes candidats méritant des analyses approfondies lors d’études ultérieures, afin d’établir leur importance biologique ainsi que leur potentiel en tant que cible dans le but d’améliorer la gestion des stress par les plantes.

 

Contact : graham.noctor@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

ComPaRe Endométriose : comment améliorer la prise en charge du point de vue des patientes

ComPaRe Endométriose : comment améliorer la prise en charge du point de vue des patientes | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Sous l’impulsion de chercheurs et enseignants-chercheurs du Centre d’Epidémiologie Clinique (AP-HP), des unités CESP (Inserm/Université Paris-Saclay/UVSQ/Gustave Roussy) et CRESS (Inserm/Université Paris Cité), ComPaRe, la Communauté de Patients pour la Recherche de l’AP-HP, a mené une étude de science citoyenne pour recueillir les idées des patientes souffrant d’endométriose en vue d’améliorer leur prise en charge. Les 1000 participantes de l’étude ont répondu à la question suivante : « Si vous aviez une baguette magique, que changeriez-vous dans votre prise en charge ? ». 2487 idées ont été proposées et regroupées en 61 axes d’amélioration. Menée par Solène Gouesbet, doctorante à l’Université Paris-Saclay, et supervisée par le Dr Viet-Thi Tran, épidémiologiste et co-investigateur de ComPaRe (Université Paris Cité / AP-HP), l’étude a fait l’objet d’une publication scientifique dans la revue Journal of Women’s Health le 19 janvier 2023.

 

Lire le communiqué de presse UPSaclay-AP-HP-Inserm-Université Paris Cité.

 

Contact : marina.kvaskoff@inserm.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Portrait Jeune Chercheur - Pierre-Antoine Précigout, chercheur en agroécologie

Portrait Jeune Chercheur - Pierre-Antoine Précigout, chercheur en agroécologie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Pierre-Antoine Précigout est chargé de recherche INRAE dans l’équipe « Écophysiologie et physico-chimie des interactions biosphère-atmosphère » (Eco&Phy) de l’UMR Écologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes – ECOSYS (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay) depuis Septembre 2021.

 

Pierre-Antoine Précigout a suivi une formation de biologie générale à l’École Normale Supérieure de Paris, à l’issue de laquelle il a passé l’agrégation de Sciences de la Vie et de la Terre à l’Université Paris-Sud, devenue Paris-Saclay. Il s’est ensuite spécialisé en écologie puis en écologie évolutive appliquée à l’agroécologie. Son travail de doctorat, encadré par Corinne Robert (INRAE ECOSYS) et David Claessen (ENS Ulm) a porté sur les possibles réponses épidémiologiques et évolutives de la rouille brune à des variations de niveau de fertilisation du blé qu’elle attaque. Il montre que si une baisse du niveau de fertilisation permet de limiter les épidémies de rouille, ce bénéfice pourrait n’être que ponctuel car le pathogène pourrait s’adapter à ce nouvel environnement nutritif, notamment en changeant la durée de son cycle infectieux.

 

A l’issue de son doctorat en 2018, Pierre-Antoine Précigout a souhaité poursuivre son travail de recherche en écologie théorique et continuer de s’intéresser aux interactions entre les plantes cultivées et les champignons pathogènes qui les attaquent, vus comme des systèmes ressource-consommateur. Lors d’un premier post-doc en continuité de sa thèse, réalisé au Rothamsted Research Centre en Angleterre, il a montré qu’à l’échelle d’un paysage, l’hétérogénéité spatiale de niveau de fertilisation pouvait conduire à l’apparition de variants du pathogène, chacun plus adapté à un niveau de fertilisation donné. 

 

Après s’être concentré sur un pathogène, la rouille brune, et une pratique agricole, la fertilisation des cultures, il a souhaité élargir la gamme des processus pris en compte dans ses modèles. Dans un second post-doc en collaboration avec le Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive de Montpellier, il a comparé l’impact de différentes pratiques de diversification des cultures (mélanges de variétés, mosaïques de cultures, rotation de cultures) sur deux espèces de pathogènes aux cycles de vie contrastés et dans différents contextes climatiques. Dans un troisième post-doc au sein de l’UMR ECOSYS, il s’est intéressé également à la diversification des paysages agricoles, et plus spécifiquement aux services écosystémiques de régulation que peuvent fournir certains éléments semi-naturels tels que les haies. L’ensemble des résultats obtenus souligne l’importance de prendre en compte les interactions entre les caractéristiques des organismes étudiés, les conditions météorologiques et les échelles spatiales et temporelles des pratiques pour réfléchir à la diversification agroécologique de nos paysages agricoles.

 

La recherche de Pierre-Antoine Précigout au sein de l’UMR ECOSYS vise à comprendre et prédire comment, à l’échelle du paysage, la diversification des cultures et des pratiques agricoles peuvent permettre de réguler durablement les pathogènes des cultures. En combinant approches de modélisation mathématique, analyse de données, observations de terrain et expérimentation, il cherche à mieux connaître les dynamiques épidémiologiques et évolutives des pathogènes des cultures dans des contextes ou des scénarios agroécologiques diversifiés zéro-pesticides. Étudier les capacités d’adaptation des pathogènes aux pratiques agroécologiques est fondamental pour s’assurer de leur durabilité.

 

« Observer la nature est à la fois source d’émerveillement toujours renouvelé et d’inspiration pour la recherche. »

 

Contact : pierre-antoine.precigout@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Vincent Bouhier est élu Président de l'Université d'Évry Paris-Saclay

Vincent Bouhier est élu Président de l'Université d'Évry Paris-Saclay | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Vincent Bouhier est élu président de l’Université d’Évry Paris-Saclay le 31 janvier 2023. Il succède à Patrick Curmi (2015-2023). Il a été élu président dès le 1er tour de scrutin à la majorité absolue avec 23 voix sur 34.

Docteur en droit spécialisé en droit public et droit européen, doyen de l’UFR de Droit et Science Politique, Vincent Bouhier est élu au Conseil d’Administration de l’Université d’Évry dès 2014 et devient 2d vice-président Recherche en 2019.

Au sein du Centre de Recherche Léon Duguit (CRLD), il coordonne une équipe de recherche « Particuliers, Droits international et européen ».

No comment yet.
Rescooped by Life Sciences UPSaclay from I2BC Paris-Saclay
Scoop.it!

SAVE THE DATE ! Agrobacterium 2023 - 18-20 septembre 2023

SAVE THE DATE ! Agrobacterium 2023 - 18-20 septembre 2023 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Location: Institute for Integrative Biology of the Cell (I2BC), Building 21, avenue de la Terrasse, 91190 Gif-sur-Yvette, France

Scientific context: Agrobacterium and its relatives have been fascinating the scientists for more than century. These bacteria evolved a unique capacity to genetically modify the infected plants to force them to become a welcoming host. From studies on the interaction processes between Agrobacterium and its hosts, exceptional scientific advances in biology and biotechnology have emerged and some others still occur today.

Objectives: Agrobacterium 2023 is a joint event of the 43rd American Crown gall meeting and the 4th European Agrobacterium Conference. This meeting will bring together French and international scientists working in all aspect of Agrobacterium biology: from basic science to applied fields in agronomy and genome editing technologies.

Topics:

  • Pathology: plant damage and protection
  • Host-microbes signaling: cell and genome reprograming
  • Genome biology: architecture, evolutionary biology and taxonomy
    Cell biology and structural biology: molecular machineries
  • Genetic engineering: DNA delivery and recombination

 

Contact : denis.faure@i2bc.paris-saclay.fr


Via I2BC Paris-Saclay
No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Conférence "Négociations internationales sur le climat et la biodiversité, de quelle agriculture parle-t-on ?" - 6 février 2023 à 18h - Campus Agro Paris-Saclay & VISIO

Conférence "Négociations internationales sur le climat et la biodiversité, de quelle agriculture parle-t-on ?" - 6 février 2023 à 18h - Campus Agro Paris-Saclay & VISIO | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La délégation COP climat d'AgroParisTech et Marius Ruchon (jeune délégué biodiversité au Ministère de la Transition Ecologique) vous invitent à parler agriculture et négociations internationales sur le climat et la biodiversité avec des expert.e.s de divers horizons

le lundi 6 février de 18h à 19h30

à Saclay (Amphi B1-01) ou en direct sur Youtube (chaîne Les Agros à la COP & AgroParisTech Alumni)

 

Négociations internationales sur le climat et la biodiversité, de quelle agriculture parle-t-on ?

 

avec

 

Introduction par Laurent Buisson

 

Philip Roche, Directeur de recherche à l'INRAE et chargé de mission biodiversité au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

 

Morgan Ody, Coordinatrice générale de la Confédération paysanne

 

Patricia Larbouret, cheffe du bureau changement climatique et biodiversité au Ministère de l’agriculture et de l’alimentation

 

La COP15 sur la biodiversité s’est terminée à Montréal en décembre dernier après la COP27 sur le climat à Sharm-el-Sheik en novembre. Avec des expert.e.s du sujet, nous allons nous questionner sur la place du secteur agricole dans ces discussions, les connexions entre les enjeux environnementaux et l'agriculture et enfin le type d’agriculture vers lequel les pays s’engagent au travers de leurs accords internationaux.

 

Si vous souhaitez assister à la conférence sur place, inscrivez-vous sur ce lien,

 

À très bientôt !

 

Auriane Meiller, Anna Antraygues (délégations AgroParisTech COP climat) et Marius Ruchon (jeune délégué biodiversité MTE)

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les "Lundis de l'IPSIT" - Lundi 6 mars 2023 à 9h15

Les "Lundis de l'IPSIT" - Lundi 6 mars 2023 à 9h15 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it
Séminaire des Lundis de l'IPSIT le
Lundi 6 mars 2023, de 9h15 à 12h15,
Université Paris-Saclay - Bâtiment Henri Moissan - 17, avenue des Sciences, 91400 ORSAY
(Salle 4000 - HM1 recherche - 4e étage) 
Thème : CARDIO-ONCOLOGY

Pour vous inscrire, envoyer un mail à :  nadine.belzic@inserm.fr

Organisatrice : Véronique Leblais (Université Paris-Saclay, UMR-S 1180, Orsay)
No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Autour de Gustave-Roussy, le Paris Saclay Cancer Cluster se projette en référence internationale sur l’innovation en cancérologie

Autour de Gustave-Roussy, le Paris Saclay Cancer Cluster se projette en référence internationale sur l’innovation en cancérologie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Trois ministres, Sylvie Retailleau (Enseignement supérieur et Recherche), François Braun (Santé) et Roland Lescure (Industrie) ont fait le déplacement à Villejuif pour le lancement du premier « Biocluster » dédié à l’oncologie, ce 3 février. Baptisé Paris Saclay Cancer Cluster (PSCC), ce « pôle d’excellence », créé autour de Gustave-Roussy (GR), doit devenir un site de référence international dans l'innovation en cancérologie.

 

« L'idée est de regrouper toutes les compétences sur la thématique de l'oncologie », explique le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, mais aussi de « se donner les moyens de retenir les talents, d'en accueillir de nouveaux », abonde le ministère de l'Industrie. In fine, l’objectif est d’accélérer les projets industriels en oncologie pour mettre en œuvre une « conversion scientifique en valeur », est-il ajouté.

 

L’inspiration de ce rapprochement vient de l’écosystème créé à Boston aux États-Unis, qui occupe la première place mondiale en oncologie avec plus de 13 000 publications, Paris arrivant deuxième avec plus de 11 000. La création d’un écosystème similaire vise à « attirer en France les industriels autour du cancer », mais aussi à être un « levier pour améliorer l’excellence du soin », indique le cabinet de François Braun.

 

« Capitaliser sur une dynamique déjà lancée »

 

Aux côtés des cinq membres fondateurs que sont GR, l’Inserm, Polytechnique, Sanofi et l’université Paris-Saclay, le PSCC regroupe déjà 31 start-up et des laboratoires comme AstraZeneca ou Novartis. Les collaborations entre ces acteurs ne sont pas nouvelles, le pôle doit plutôt « capitaliser sur une dynamique déjà lancée  , est-il précisé. Le projet immobilier, qui représente 100 000 m², doit permettre de « changer de dimension » et d’« entraîner un effet de levier », poursuit l'entourage de François Braun.

 

L’an dernier, lors de la présentation de son plan stratégique, GR détaillait déjà son ambition de créer, à l’horizon 2030, l’hôpital 3.0 du futur. À côté de ce « Smart Hospital », connecté et digitalisé, « notre ambition est de construire “le centre” d’oncologie prospective », indiquait alors le Pr Fabrice Barlesi, directeur général de Gustave Roussy. En termes de recherche, ce cadre doit permettre d’avancer vers « l’ultrapersonnalisation des traitements » via trois axes : « élargir le champ de la cancérologie et réviser la prise en charge de nos patients ; accélérer une recherche interdisciplinaire, synergique et concentrée ; et enfin, s’appuyer sur des investissements massifs dans l’immobilier et le digital », avait-il précisé.

 

Concrètement, le PSCC hébergera des projets « structurants », et notamment un regroupement des données de sept hôpitaux « qui pourront être mises à disposition des porteurs de projet » et une plateforme de thérapie cellulaire.

 

Au total, l’investissement devrait représenter 400 millions d’euros, avec un soutien de l’État à hauteur de 100 millions d'euros sur 10 ans, dans le cadre du volet santé du programme France 2030. Autour du site de GR à Villejuif, le chantier immobilier est déjà lancé. Il devrait aboutir en 2027, avec de premières livraisons attendues dès 2025. Au final, le projet pourrait déboucher sur la création de 5 000 à 10 000 emplois.

No comment yet.