Life Sciences Université Paris-Saclay
418.5K views | +23 today
Follow
 
Scooped by Life Sciences UPSaclay
onto Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

Portrait Jeune Chercheur - Mathieu Mezache, chercheur en modélisation de processus biologiques

Portrait Jeune Chercheur - Mathieu Mezache, chercheur en modélisation de processus biologiques | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Mathieu Mezache est chargé de recherche dans l'unité Mathématiques et Informatique Appliquées de Génome à l'Environnement – MaIAGE (INRAE/UPSaclay, Jouy-en-Josas) depuis octobre 2021. Il s'intéresse à la modélisation mathématique de phénomènes issus de la Biologie grâce à l'étude d'équations de populations structurées.

 

En 2016, à la fin de son master d'Analyse et Probabilités de l'université Paris Dauphine, il découvre la recherche en Mathématiques Appliquées à la Biologie. Il réalise son mémoire de Master sur la problématique qui va devenir son sujet de thèse : les processus oscillatoires lors de l'agrégation et la fragmentation de fibres amyloïdes.

 

La transversalité du sujet (l'étude d'équations de croissance/fragmentation avec un axe applicatif défini) et les interactions avec les membres de la « communauté Maths/Bio » sont pour lui une source de stimulation. Ce stage de recherche effectué entre l'Inria Paris, Sorbonne Université et l'INRAE a été un des éléments clés dans son choix de poursuivre une carrière académique.

 

De 2016 à 2019, il continue la recherche sur la modélisation des phénomènes oscillatoires lors d'expériences de polymérisation/dépolymérisation de fibres de protéines de PrPsc (les Prions) en doctorat (Inria Paris/Sorbonne université). Cette expérience lui permet d'étudier des modèles particuliers de la théorie cinétique, de se pencher sur la recherche et la caractérisation d'information dans des signaux expérimentaux en vue d'affiner la modélisation mathématique et d’interagir avec des chercheurs de différentes communautés.

 

Il effectue ensuite un postdoctorat au sein de l'antenne du CNRS de l'Institut Mathématique de Marseille sur la modélisation des interactions entre progression du cancer du pancréas et réseau axonal. Il s'intéresse alors à la construction et à l'analyse mathématique de modèles structurés par phénotype et aux questions de calibration des modèles aux données expérimentales.

 

Il rejoint l'INRAE en octobre 2021 en tant que chargé de recherche. Il espère pouvoir contribuer à la recherche sur l'analyse mathématique de modèles de populations structurées, sur l'approche systémique de la modélisation de phénomènes biologiques (modélisation des interactions intracellulaires jusqu'aux interactions de populations avec leurs environnements) et d'approfondir l'intégration des données expérimentales dans la modélisation mathématique de phénomènes biologiques.

 

« A mathematician is a device for turning coffee into theorems. » - Alfréd Rényi

 

Contact : mathieu.mezache@inrae.fr

No comment yet.
Life Sciences Université Paris-Saclay
BioSphERa • Life Sciences and Health • Health and Drug Sciences • Santé Publique • Sport Mouvement et Facteur Humain
Your new post is loading...
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

FOCUS PLATEFORME : Un tout nouvel équipement en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude)

FOCUS PLATEFORME : Un tout nouvel équipement en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude) | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Un tout nouvel équipement vient de se mettre en place sur la plateforme de recherche Hill du CIAMS (CIAMS / Plateforme Hill) : Une tente d’hypoxie (ou chambre d’altitude) associée au système Alti i6 altitude generator (Altipeak™ International Ltd, Dublin, Irlande).

 

Mais pourquoi faire ? Un tel dispositif permet de simuler une altitude comprise entre 1700 mètres et 4500 mètres. Dans la réalité, une situation hypoxique induite par l’altitude (e.g., en montagne) est causée par une baisse de pression barométrique environnementale créant ainsi une moindre présence d’oxygène (O2) dans un même volume d’air. Avec la tente à hypoxie (ou chambre d’altitude), l’altitude est créée artificiellement via une extraction des molécules d’oxygène dans l’air, sans modifier la pression barométrique. Dans les deux cas (i.e., baisse de pression atmosphérique ou extraction de l’O2 de manière artificielle), une exposition dans un environnement hypoxique engendre une diminution de l’apport en oxygène dans les tissus. Des adaptations physiologiques à court terme, moyen terme et long terme vont pouvoir être observées (e.g., stimulation de l’hématopoïèse et donc la création de cellules sanguines).

 

L’entraînement à hypoxie est très populaire dans le haut niveau. Aussi, des TP sont déjà mis en place afin de permettre aux étudiants du Master STAPS / EOPS de mieux appréhender ses effets mais aussi les modalités d’utilisation. Il existe également des recherches sur l’optimisation de la performance avec un entrainement en hypoxie.

 

Contacts : Marie Gernigon (marie.gernigon@universite-paris-saclay.fr) et Jean Jeuvrey (jean.jeuvrey@universite-paris-saclay.fr)

Plug In Labs Université Paris-Saclay : cliquer ICI

 

CIAMS / Plateforme Hill. Les activités de la plateforme Hill du CIAMS (EA 45 32) s'intéressent à l'évaluation de la performance et au développement des qualités physiques chez le participant entraîné, sédentaire ou en situation de handicap. Cette plateforme a pour vocation l'exploration des réponses cardio-vasculaires et respiratoire à l'effort ainsi que le développement de méthodes et outils d'analyse dans le domaine de l'entraînement, de la réathlétisation et/ou de l'activité physique adaptée. De plus, la plateforme CIAMS / Plateforme Hill permet l’évaluation de l’aptitude physique de personnes entraînées et d’émettre des conseils d’aide à l’optimisation de l’entraînement.

 

A propos du CIAMS. Le CIAMS est un laboratoire multidisciplinaire (SDV et SHS) en sciences du mouvement et facteurs humains. Il contribue notamment au réseau Neurosciences, Mouvement, Handicap des unités de recherche en Sciences de la Vie de l'Université Paris-Saclay. Le CIAMS est un membre fondateur de la Fédération Demenÿ-Vaucanson (FéDeV), une Structure Fédérative de Recherche impliquant une quinzaine d’unités de recherche, dont la mission est de structurer la communauté scientifique de Paris-Saclay dans le domaine des sciences du mouvement.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les inhibiteurs d’histone déacétylase améliorent l'efficacité du saut d’exon induit par les oligonucleotides antisens chez les souris mdx

Les inhibiteurs d’histone déacétylase améliorent l'efficacité du saut d’exon induit par les oligonucleotides antisens chez les souris mdx | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La dystrophie musculaire de Duchenne (DMD) est associée à une dégénérescence progressive de tous les muscles de l’organisme conduisant à la mort prématurée des patients. L’équipe d’Aurélie Goyenvalle dans l’unité Handicap neuromusculaire : physiopathologie, biothérapie et pharmacologie appliquées – END-ICAP (UMR-S 1179 INSERM/UVSQ/UPSaclay, Montigny-le-Bretonneux) travaille depuis plusieurs années sur des approches de saut d’exon basées sur l’utilisation d’oligonucléotides antisens afin de restaurer l’expression d’une protéine dystrophine fonctionnelle chez les patients DMD. Ces stratégies thérapeutiques sont aujourd’hui aux portes des essais cliniques chez l’homme mais se heurtent encore à certaines limitations, comme notamment la faible quantité d’ARNm cible disponible pour l’action de ces oligonucléotides antisens.

 

Dans une étude publiée récemment dans Molecular Therapy Nucleic Acids en collaboration avec l’équipe de Pietro Spitali au LUMC (Leiden University Medical Center), les chercheurs ont démontré que les cellules musculaires dystrophiques présentent un fort déséquilibre 5’-3’ lors de la production de l’ARN de la dystrophine. Afin de corriger ce déséquilibre, provoqué notamment par une augmentation de la méthylation des histones H3K9, les chercheurs ont étudié l’utilisation d’inhibiteurs d’histone déacétylase (HDACi) in vitro dans des cellules de patients DMD et in vivo chez la souris mdx. La co-administration des oligonucléotides antisens avec les HDACi a permis d’améliorer l’efficacité des oligonucléotides chez la souris mdx en augmentant jusqu’à +74% la production de dystrophine dans les muscles (cf Figure).

 

Ces résultats suggèrent pour la première fois que les HDACi peuvent améliorer le potentiel thérapeutique des oligonucleotides antisens ce qui offre des perspectives prometteuses pour le traitement de la DMD.

 

Légende Figure. Restauration de l’expression de la protéine dystrophine chez les souris mdx traitées avec des oligonucléotides antisens et des HDACi. Pourcentage de restauration de dystrophine obtenu dans les différents muscles (tibialis antérieur, gastrocnémien, quadriceps, triceps, diaphragme et cœur) d’animaux traités pendant 4 semaines avec des oligonucléotides antisens (ASO) seul ou en combinaison avec un HDACi : givinostat (Givi), acide valproïque (VPA) ou EX527.

 

Contact : aurelie.goyenvalle@uvsq.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Conception d'une bibliothèque de nouvelles protéines artificielles optimisées pour leurs propriétés de repliement et stabilité

Conception d'une bibliothèque de nouvelles protéines artificielles optimisées pour leurs propriétés de repliement et stabilité | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les bibliothèques de protéines artificielles sont des outils remarquables pour identifier efficacement des protéines nouvelles interagissant spécifiquement avec n’importe quelle autre protéine cible choisie. Ces bibliothèques sont construites à partir d’une ossature protéique dont une partie de la surface est aléatoirement substituée. Plus cette surface est diversifiée, plus la bibliothèque peut être efficace. Cependant cette règle comporte une restriction majeure : la diversification tend généralement à augmenter la proportion de protéines de la bibliothèque devenues instables.

 

Dans une étude publiée dans Scientific Reports, Marie Valerio-Lepiniec et ses collaborateurs de l’I2BC (CNRS/CEA/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) ont donc développé une approche originale pour construire des bibliothèques qui soient à la fois très diverses et très stables. L’idée est de construire une bibliothèque diverse, puis de sélectionner au sein de celle-ci le sous-ensemble des protéines repliées et donc potentiellement stables et enfin de recombiner entre elles uniquement les séquences correspondantes. Les auteurs ont ainsi construit une bibliothèque en rendant hypervariable quatre boucles de la protéine utilisée comme ossature (CheY). Un partenaire protéique naturel de CheY interagissant avec une surface distincte de la surface diversifiée a été utilisé pour extraire de la bibliothèque initiale le sous-ensemble des variants repliés. Ensuite, une approche simple de recombinaison des séquences d'ADN codant ces variants « filtrés » a permis de restaurer une grande diversité. De cette façon, les chercheurs ont obtenu des protéines dont la stabilité moyenne est bien plus élevée que celle de la bibliothèque initiale.

 

Cette bibliothèque améliorée a d’ores et déjà été utilisée avec succès pour sélectionner un inhibiteur spécifique de la Kaz-luciférase capable d'inhiber son activité de luminescence. Cet inhibiteur sera très utile pour concevoir de nouvelles familles de biosenseurs.

 

Contact : marielle.valerio@i2bc.paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Un peptide de signalisation CEP régule les nodosités symbiotiques des plantes légumineuses mais pas les racines

Un peptide de signalisation CEP régule les nodosités symbiotiques des plantes légumineuses mais pas les racines | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les légumineuses acquièrent les éléments nutritifs du sol à la fois grâce à leurs nodosités racinaires fixatrices d'azote et à leurs racines latérales. Pour équilibrer les coûts et les avantages de la nodulation, les légumineuses contrôlent négativement le nombre de nodosités racinaires par différentes voies hormonales. La façon dont les légumineuses coordonnent simultanément le développement des nodules racinaires et des racines latérales pour se procurer des nutriments reste cependant mal comprise. Chez Medicago (Medicago truncatula), les hormones « C-TERMINALLY ENCODED PEPTIDE » (CEP) favorisent la formation des nodosités, mais toutes les hormones CEP testées à ce jour régulent aussi négativement le nombre de racines latérales.

 

Dans une nouvelle étude collaborative entre l'équipe SILEG de l'IPS2 et Michael Djordjevic (Université de Canberra, Australie), publiée dans Plant Physiology, les auteurs ont montré à l'aide de la spectrométrie de masse que le gène Medicago CEP7 produit un peptide mature, SymCEP7, qui promeut à partir des parties aériennes la nodulation, dans une gamme de concentration du pM au nM, sans compromettre le nombre de racines latérales. Des analyses de microscopie à fluorescence et d'expression ont démontré que l'activité de SymCEP7 nécessite le récepteur « COMPACT ROOT ARCHITECTURE 2 » (CRA2) et active l'effecteur systémique miR2111 agissant des parties aériennes vers les racines. Le peptide SymCEP7 appliqué sur les parties aériennes promeut aussi le nombre de nodosités chez le trèfle blanc (Trifolium repens) et chez le lotier (Lotus japonicus), ce qui suggère que cette fonction biologique est conservée au cours de l'évolution.

 

Les chercheurs proposent que SymCEP7 agit dans les parties aériennes de Medicago pour contrebalancer les voies d'autorégulation induites rapidement par les rhizobiums et permettre ainsi la nodulation sans compromettre la croissance latérale des racines, favorisant ainsi l'acquisition de nutriments autres que l'azote pour assurer leur croissance.

 

Contact: florian.frugier@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Une nouvelle technologie pour cribler les interactions entre protéines et ARN à haut débit dans les cellules humaines

Une nouvelle technologie pour cribler les interactions entre protéines et ARN à haut débit dans les cellules humaines | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les interactions ARN :protéine (RPI) offrent une grande diversité structurale pouvant servir de base au développement de nouveaux médicaments pour des maladies humaines telles que le cancer mais demeurent largement inexploitées. En effet, le manque de technologies disponibles pour le criblage de candidats-médicaments qui cibleraient ces interactions spécifiquement dans un contexte cellulaire font défaut.

 

Pour pallier à ce manque, le laboratoire Structure et Activité des Biomolécules Normales et Pathologiques - SABNP (UMR-S 1204 INSERM/UEVE/UPSaclay, Evry) et la société Synsight ont développé une nouvelle technologie compatible avec le criblage à haut débit (HCS) pour sonder les RPI dans les cellules en utilisant des microtubules comme nanoplateformes intracellulaires (MT Bench).

 

Sur la base de cette technologie, Krystel El Hage a mis en œuvre une approche intégrative (Drug design, simulations de dynamique moléculaire, spectroscopie RMN et HCS) qui permet l'intégration de données chimiques, structurales et cellulaires pour développer de petites molécules qui ciblent les RPI. Pour valider leur approche, les chercheurs ont choisi YB-1 (Y-box binding protein-1) comme cible, une protéine régulant la traduction d'ARNm associés à la malignité, à la prolifération et à la résistance aux médicaments des cellules cancéreuses.

 

Les résultats, publiés dans eLife, ont révélé la présence d'une poche à l'interface entre YB-1 et l'ARN dans laquelle des composés que les auteurs ont sélectionnés peuvent entrer et affectent l'interaction de YB-1 avec l'ARNm dans les cellules.

 

Contact : david.pastre@univ-evry.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Comment optimiser la planification des stratégies de dépistage et de contrôle entre des différentes régions pour limiter la propagation d'une pandémie ?

Comment optimiser la planification des stratégies de dépistage et de contrôle entre des différentes régions pour limiter la propagation d'une pandémie ? | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La crise sanitaire mondiale provoquée par le coronavirus SRAS-CoV-2 a mis en évidence l'importance de stratégies efficaces de détection et de contrôle de la maladie pour minimiser le nombre d'infections et de décès dans la population et freiner la propagation d'une pandémie. En particulier aux premiers stades de la propagation de la maladie, les différents pays ont montré des niveaux de préparation différents pour mettre en œuvre rapidement des stratégies de détection de la maladie, par le biais de tests de masse et d'isolement des cas identifiés, ce qui a conduit à un impact très variable de l'épidémie sur les populations et les systèmes de santé.

 

Dans une étude publiée dans European Journal of Operational Research, des chercheurs du Laboratoire Génie Industriel (CentraleSupélec, Université Paris-Saclay, Gif-sur-Yvette) se sont intéressé à la façon dont nous pouvons allouer de manière optimale les ressources limitées de détection et de contrôle de la maladie, en particulier les capacités de test, afin de limiter la propagation d'une pandémie rapidement dès son apparition. La recherche propose un nouveau modèle combiné d'épidémiologie et d'allocation des ressources capable de fournir des solutions aux décideurs sur les meilleures stratégies d'allocation des capacités de test dans différentes régions en fonction de la dynamique de propagation de la pandémie.

 

Les chercheurs montrent également comment évaluer les niveaux de vulnérabilité des différentes communautés touchées et comment considérer l'équité dans l'allocation de ces ressources entre les régions touchées. Ils illustrent, à l'aide d'une étude de cas portant sur trois régions françaises, la capacité de l'approche proposée à fournir des temps et des niveaux d'allocation des ressources optimaux qui minimisent le nombre de décès et d'infections dans ces régions.

 

Contact : adam.abdin@centralesupelec.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Virus de l’hépatite E : AlphaFold à la rescousse pour mieux comprendre comment ce pathogène multiplie son génome

Virus de l’hépatite E : AlphaFold à la rescousse pour mieux comprendre comment ce pathogène multiplie son génome | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans un article publié dans Virology, des chercheurs de l'équipe « Interactions et mécanismes d'assemblage des protéines et des peptides » de l’I2BC (CNRS/CEA/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) dévoilent un modèle atomique de la polyprotéine de réplication du virus de l'hépatite E obtenu grâce au programme d'intelligence artificielle AlphaFold. Le modèle permet de mieux comprendre comment ce virus à ARN multiplie son génome dans les cellules infectées.

 

Lire la suite de l’Actu CEA-Joliot ICI.

 

Contact : sonia.fieulaine@i2bc.paris-saclay.fr ou thibault.tubiana@i2bc.paris-saclay.fr ou stephane.bressanelli@i2bc.paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Reconstituer le film du développement des organes

Reconstituer le film du développement des organes | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Pouvoir suivre dans le temps la croissance d’un organe est important pour comprendre les étapes clés de son développement. Une équipe de recherche de l’Institut Jean-Pierre Bourgin – IJPB (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Versailles) a mis au point une approche originale pour reconstituer le développement de n’importe quel organe sur le long terme. Cette méthode a été appliquée à l’analyse de la croissance des feuilles de plantes. Durant plusieurs semaines, les scientifiques ont prélevé et photographié plus de 1 000 feuilles à différents stades de croissance sur autant de plantes. Puis, grâce à des algorithmes spécifiques, ils ont réussi à reconstituer le film du développement complet des feuilles. Leurs résultats, publiés le 3 février dans la revue Quantitative Plant Biology, ont permis de mettre en évidence des étapes clés lors de la croissance des feuilles. Ces connaissances pourraient permettre d’optimiser la croissance des plantes à l’avenir. La méthodologie développée, simple à mettre en place et accessible, est potentiellement applicable à tout type d’organe végétal ou animal.

 

Lire le communiqué de presse INRAE.

 

Contact : jasmine.burguet@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Portrait Jeune Chercheuse – Sarah Ben Sadoun, Maître de Conférences en génétique végétale

Portrait Jeune Chercheuse – Sarah Ben Sadoun, Maître de Conférences en génétique végétale | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Sarah Ben Sadoun est Maître de Conférences à AgroParisTech depuis septembre 2021. Elle a intégré l’unité Génétique Quantitative et Evolution - GQE (UPSaclay/CNRS/INRAE/AgroParisTech, Gif-sur-Yvette) au sein de l’IDEEV (Institut Diversité, Écologie et Évolution du Vivant). Elle s’intéresse aux approches de génétique quantitative et à la valorisation de la diversité génétique en amélioration des plantes.

 

Sarah a réalisé une thèse de doctorat entre 2017 et 2020 à l’INRAE de Clermont-Ferrand (UMR GDEC) sous la direction de Gilles Charmet. Durant son doctorat, elle a centré ses recherches sur l’optimisation du schéma de sélection chez le blé tendre en utilisant des approches de prédictions génomiques multi-caractères, une méthode qui consiste à prédire la valeur génétique d’un individu à partir de marqueurs moléculaires et de caractères phénotypiques corrélés.

 

Après sa thèse, Sarah a poursuivi ses recherches à l’INRAE d’Orléans (UMR BioForA), où elle a étudié le déterminisme génétique de la sensibilité du frêne commun à la chalarose. Il s’agit d’une maladie invasive, causée par un champignon ascomycète, qui peut provoquer différents symptômes : des nécroses sur rameaux, des défoliations et des nécroses au collet pouvant conduire à la mort de l’arbre.

 

Actuellement, au sein de l’UMR GQE - Le Moulon, Sarah s’intéresse à l’introduction de ressources génétiques dans des programmes de sélection. Ses recherches portent sur des simulations et sur le développement de lignées haploïdes doublées issues des variétés populations traditionnelles de maïs. Ces travaux s’inscrivent dans une volonté de produire du matériel végétal adapté au contexte de transition agro-écologique et de changement climatique.

 

En parallèle de ses recherches, son activité d’enseignement s’articule autour des thèmes de la génétique quantitative, de la génétique des populations, et de l’amélioration des plantes.

 

« On se lasse de tout, sauf de comprendre. » - Virgile

 

Contact : sarah.ben-sadoun@agroparistech.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Explorations au cœur du système reproducteur

Explorations au cœur du système reproducteur | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La reproduction est une fonction commune à tous les organismes vivants. Ce processus abstrus et parfois mystérieux débouchant sur la création d’un nouvel individu fascine de nombreux scientifiques de l’Université Paris-Saclay.

 

La reproduction peut être sexuée ou asexuée : soit elle nécessite deux individus de sexe différent et aboutit à la naissance d’un individu au matériel génétique inédit, soit un individu produit une « copie » de lui-même. Chez l’être humain, comme chez tous les autres mammifères, la reproduction est sexuée : elle nécessite deux cellules reproductrices, un gamète mâle (spermatozoïde) et un gamète femelle (ovule), porteurs de l’information génétique des individus parents. Lorsque les deux gamètes se rencontrent, c’est la fécondation : ovule et spermatozoïde fusionnent en une cellule appelée œuf, qui entre en division. L’embryon ainsi formé donne alors un fœtus qui se développe jusqu’à la naissance du nouvel individu. 

 

Il arrive cependant que la reproduction s’enraye, notamment chez l’être humain. Au sein de l’équipe Reproduction humaine et modèles animaux (RHuMA) de l’Unité de Biologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique et Développement - BREED (INRAE/UVSQ/ENVA/UPSaclay, Jouy-en-Josas), François Vialard étudie les mécanismes cellulaires et moléculaires à l’origine de dysfonctionnements du système reproducteur. « Notre travail consiste à identifier des anomalies génétiques. À l’avenir, nous espérons proposer des thérapies pour les contourner. Nous travaillons beaucoup sur la génétique des infertilités masculines et, en l’occurrence, sur les arrêts méiotiques », explique le chercheur.

 

Lire la suite de l’Actu UPSaclay ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Sur le plateau de Saclay, Danone crée des produits laitiers pour les sportifs : « Un défi scientifique »

Sur le plateau de Saclay, Danone crée des produits laitiers pour les sportifs : « Un défi scientifique » | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Des chercheurs conçoivent l’alimentation de demain au sein du nouveau centre international de recherche de Danone sur le plateau de Saclay, inauguré en présence d’Élisabeth Borne lundi en Essonne. Une gamme spéciale de produits laitiers destinée aux athlètes olympiques est en cours d’élaboration.

 

Lire la suite de l'article ICI.

Lire aussi les articles de Europe 1 et L'Usine Nouvelle.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

La Semaine du Cerveau 2023 à NeuroSpin

La Semaine du Cerveau 2023 à NeuroSpin | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Nous avons le plaisir de vous transmettre le programme de la Semaine du Cerveau 2023 à NeuroSpin (CEA/Joliot) du 13 au 17 mars prochain.

Philippe Vernier, directeur de l’Institut des Sciences du Vivant Frédéric Joliot, ouvrira l’événement à 12h45 le 13 mars.
La semaine, dont une large part sera consacrée à la recherche sur des pathologies cérébrales, sera ponctuée par :

  • des conférences quotidiennes de 13h00 à 14h00 du lundi au vendredi, et
  • une table ronde le vendredi 17 mars à 17h00,

 

Bien que nos conférences soient enregistrées, pour une diffusion en différé sur nos chaînes YouTube, nous vous attendons nombreux dans l’amphithéâtre de NeuroSpin, dont l’accès est libre.  

Nous comptons sur vous pour partager ce message dans vos réseaux et en faire une large diffusion.


                                                Lien vers le programme

Bien cordialement,

Communication NeuroSpin et institut Joliot

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Santé : un pôle d'excellence pour la recherche contre le cancer

Santé : un pôle d'excellence pour la recherche contre le cancer | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L'État vient de promettre d'investir 100 millions d'euros dans un nouveau pôle d'excellence de lutte contre le cancer. L'objectif est notamment de donner un nouvel élan à la recherche française.

C'est encore un vaste chantier, mais c'est à Villejuif (Val-de-Marne), que s'ouvriront les portes du pôle d'excellence français de lutte contre le cancer. Sur les 100 000 m2 de ce "biocluster" se retrouveront chercheurs, médecins, ingénieurs, investisseurs ou encore laboratoires pharmaceutiques et start-ups.
Concurrencer les pays de recherche contre le cancer

"Quand on regarde notre capacité à déposer des brevets, c'est-à-dire faire en sorte que les fruits de cette recherche puissent éventuellement être exploités, on voit qu'on est un petit peu moins bon. La création de compagnies est également encore un peu moins bonne. Et quand on regarde [leur] capacité à se développer et atteindre une visibilité mondiale, c'est extrêmement difficile", explique le Pr. Fabrice Barlesi, directeur général de Gustave Roussy. L'un des objectifs est d'aider les start-ups et les sociétés de biotechnologie.

 

Voir le reportage de France Info.

 

Lire aussi le communiqué de presse, et les articles de L'Usine Nouvelle, La Tribune, Le Parisien.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Zoom sur les organites afin de mieux comprendre la progression du cancer

Zoom sur les organites afin de mieux comprendre la progression du cancer | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le séquençage et l'analyse moléculaire ont révélé un grand nombre de gènes dérégulés dans les cancers présentant un défi important pour comprendre la carcinogenèse. En effet, les gènes ne fonctionnent pas comme une unité indépendante mais font partie de voies cellulaires. Ces voies peuvent s'assembler sur la plus petite unité fonctionnelle des cellules, c'est-à-dire l'organite qui remplit des fonctions spécifiques. L’étude de ces organites permet de prendre du recul et de passer de l’étude d’un gène particulier, à l'unité fonctionnelle à laquelle appartiennent plusieurs gènes.

 

Dans une étude publiée dans Communications Biology, les chercheurs de l’UMR-S 1279 (INSERM/UPSaclay/Gustave Roussy, Villejuif) ont émis l'hypothèse que les organites étaient altérés dans les cellules cancéreuses et que cela peut nous aider à mieux comprendre la progression du cancer. Les auteurs ont comparé les organites de différentes lignées cellulaires issues de cancers de la vessie de bas grade et de haut grade à des cellules contrôles d'urothélium humain (NHU), en utilisant des surfaces adhésives identiques. Un positionnement des lysosomes à la périphérie de la cellule a été identifié dans les lignées cellulaires du cancer de la vessie, mais pas dans l’urothélium normal, qui présente un positionnement des lysosomes proche du noyau. Ce positionnement est contrôlé par des phospholipides qui recrutent des protéines spécifiques pour leur dispersion. Le facteur de transcription EB (TFEB) a été identifié comme ayant un rôle dans la production de ces phospholipides. Ainsi, les modifications lysosomales dans les cellules cancéreuses dévoilent l'activation de TFEB et la dérégulation de la production de phospholipides comme des acteurs importants de la progression cancéreuse.

 

La Figure montre les lysosomes et illustre l’approche de zoomer sur les organites pour comprendre la progression du cancer.

 

Contact : kristine.schauer@gustaveroussy.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Des variants dans le gène MPC2 perturbent le métabolisme mitochondrial du pyruvate et provoquent une mitochondriopathie à début précoce

Des variants dans le gène MPC2 perturbent le métabolisme mitochondrial du pyruvate et provoquent une mitochondriopathie à début précoce | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le pyruvate est un métabolite essentiel, il est produit par la glycolyse dans le cytosol et doit être transporté à travers la membrane mitochondriale interne (IMM, Inner Mitochondrial membrane) vers la matrice mitochondriale, où il est oxydé pour alimenter la chaine respiratoire en équivalents réduits. L’entrée du pyruvate dans la mitochondrie est réalisée par le transporteur de pyruvate mitochondrial (MPC, mitochondrial Pyruvate carrier), un complexe hétéro-oligomérique composé de sous-unités interdépendantes MPC1 et MPC2. Les variants pathogènes du gène MPC1 perturbent l'absorption et l'oxydation du pyruvate mitochondrial et provoquent chez l’homme un dysfonctionnement neurologique précoce autosomique-récessif.

 

Une étude publiée dans Brain et coordonnée par Timothy Wai (Mitochondrial Biology Group, Institut Pasteur, Paris) et Abdel Slama (Laboratoire de Biochimie, Hôpital de Bicêtre, AP-HP/UPSaclay, Le Kremlin-Bicêtre) décrit, pour la première fois, la présence de variants pathogènes du gène MPC2 provoquant une maladie humaine chez quatre patients de deux familles non apparentées.

 

Dans la première famille, les patients qui présentaient des anomalies du développement prénatal, étaient porteurs d'un variant homozygote c.148T > C (p.Trp50Arg). Dans la deuxième famille, les patients qui présentaient une encéphalopathie infantile étaient porteurs d'un variant missens c.2T > G (p.Met1 ?) perturbant le codon d'initiation. Les fibroblastes cutanés dérivés des patients présentent une diminution de la consommation d'oxygène en présence de pyruvate, avec des activités normales du complexe pyruvate déshydrogénase et de la chaîne respiratoire mitochondriale, et sans aucun défaut dans le contenu ou la morphologie des mitochondries. La réexpression de MPC2 de type sauvage a rétabli les taux de respiration dépendant du pyruvate dans les fibroblastes  dérivés de patients.

 

La découverte de variants pathogènes de MPC2 élargit donc le paysage clinique et génétique associé aux erreurs innées du métabolisme du pyruvate.

 

Légende Figure : Pedigree et détails d'imagerie d’individus d’une même famille porteurs de variants délétères de MCP2. (A) Pedigree de la famille 1 (F1) portant le variant c.148T>C, p.(Trp50Arg). (B) Examen échographique cérébral d'un fœtus de 24 semaines (patient F1-II.3) montrant une importante vascularisation radiale de l'artère péricalleuse (PCA), également observée dans la maladie de Fowler. (C) Vascularisation cérébrale normale chez un fœtus témoin au même terme, avec artère basilaire (BA) ; artère cérébrale antérieure (CAA) ; artère péricalleuse (PCA) ; vascularisation radiale (RV) ; veine cérébrale interne (CIV) ; veine de Galien (GV). (D) Pedigree de famille 2 (F2) portant le variant c.2T>G, p.(Met1 ?). (E) Localisation et analyse de conservation des variants détectés dans MPC2 (en rouge). La conservation des acides aminés mutés est indiquée par l'alignement des séquences de huit espèces. (F-I) Caractéristiques IRM associées aux variants de MPC2 chez le patient F2-II.2 montrant une hypoplasie et une agénésie partielle du corpuscule, et une agénésie partielle du corps calleux sur des images axiales pondérées en T2 (F et H), des images axiales pondérées en FLAIR (fluid-attenuated inversion recovery) (G) et une image sagittale pondérée (I) montrant des hyperintensités T2 et FLAIR bilatérales du thalamus ainsi qu'une atrophie corticale, sous-corticale et du corps calleux (flèche).

 

Contact : timothy.wai@pasteur.fr ou abdel.slama-ext@aphp.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Chimie click : de nouvelles iminosydnones "électrophiles"

Chimie click : de nouvelles iminosydnones "électrophiles" | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les réactions bioorthogonales de type "click-and-release" sont des outils puissants en chemobiologie, permettant, par exemple, la libération sélective de médicaments dans des milieux biologiques.

 

Des chercheurs de l’institut Joliot du CEA (Laboratoire de Marquage au Carbone 14 - LMC et Laboratoire de Marquage par le Tritium - LMT au SCBM) ont développé des composés appelés iminosydnones qui permettent une libération bioorthogonale d'espèces électrophiles dans des conditions physiologiques. Leurs réactivités en tant que dipôles dans des réactions de cycloaddition avec des alcynes tendus leur permettent  de libérer des socyanates dans les cellules vivantes avec des vitesses réactionnelles  exceptionnelles. Cette réaction nouvelle réaction de click-and-release est parmi les plus rapides décrites à ce jour et représente le premier processus bioorthogonal permettant la libération d'électrophiles  à l'intérieur d’organismes vivant, offrant des perspectives intéressantes en chemobiologie.

 

Lire la suite de l’Actu CEA-Joliot ICI et l’article publié dans Journal of American Chemical Society.

 

Contact : frederic.taran@cea.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Le paralogue de Pcc1 est la cinquième sous-unité du complexe KEOPS chez les Archées

Le paralogue de Pcc1 est la cinquième sous-unité du complexe KEOPS chez les Archées | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Chez les Archées et les Eucaryotes, la synthèse d'une modification universelle de l'ARNt, la N6-thréonyl-carbamoyl adénosine (t6A), est catalysée par le complexe KEOPS composé de Kae1, Bud32, Cgi121 et Pcc1. Une cinquième sous-unité, Gon7, n'est présente que chez les champignons et les métazoaires.

 

Dans un étude publiée dans Nature Communications, les chercheurs de l’équipe Cell Biology of Archaea de l’I2BC (CNRS/CEA/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) ont identifié et caractérisé une cinquième sous-unité du KEOPS chez les Archaea. Cette protéine, appelée Pcc2, est un paralogue de Pcc1 et est conservée chez les Archaea. Pcc1 et Pcc2 forment un hétérodimère en solution, et montrent une conservation de séquence modeste mais une très grande similarité structurelle. Le KEOPS contenant les 5 sous-unités ne forme pas de dimères mais se lie à l'ARNt et possède une activité de synthèse de la t6A. Pcc2 peut se substituer à Pcc1 mais le complexe KEOPS résultant est inactif, suggérant une fonction distincte pour les deux paralogues. Des analyses comparatives de séquence et de structure indiquent un lien évolutif possible entre le Pcc2 et le Gon7 eucaryote.

 

Ce travail montre que Pcc2 régule l'état oligomérique du complexe KEOPS, une caractéristique qui semble être conservée des archées aux eucaryotes.

 

Contact : tamara.basta@i2bc.paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Un plugin ImageJ qui ségmente automatiquement des coupes de tiges de maïs avec une précision et une fidélité remarquables

Un plugin ImageJ qui ségmente automatiquement des coupes de tiges de maïs avec une précision et une fidélité remarquables | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les entre-nœuds des graminées sont constitués de tissus distincts tels que les faisceaux vasculaires, l'épiderme, l’écorce et la moelle. L’histologie des tiges de graminées a été largement travaillée récemment en profitant des progrès de la microscopie combinés à ceux de l'analyse d'images automatisée. Cependant, la diversité et la complexité des profils histologiques complique la quantification et leur analyse précise et automatisée reste un défi.

 

Dans un article paru dans Plant Methods, des chercheurs de l’Institut Jean-Pierre Bourgin – IJPB (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Versailles) présentent un plugin ImageJ qui segmente automatiquement les images de coupes transversales d'entre-nœuds de maïs en 40 tissus distincts : deux tissus dans l'épiderme, 19 tissus dans l’écorce, 14 tissus dans la moelle et 5 tissus dans les faisceaux. Ce niveau de segmentation est obtenu en combinant les propriétés de teinte, de saturation et de valeur de chaque pixel et l'emplacement de chaque pixel sur les images FASGA. Le grain de précision de ce plugin permet également de décrypter différents niveaux de sensibilité à la digestion par des cocktails enzymatiques des tissus de la moelle. La précision et la robustesse de ce plugin sont d'autant plus remarquables qu'elles sont conservées sur des images de coupes transversales d'autres graminées comme le miscanthus ou le sorgho.

 

La fidélité de cet outil et sa capacité à identifier automatiquement les variations d'un grand nombre de profils histologiques ouvre la voie à son utilisation pour identifier des génotypes d'intérêt et pour étudier les bases génétiques sous-jacentes des variations histologiques.

 

Légende Figure : Images de coupes de tiges de lignées de maïs colorées au Fasga (A) et résultats de la segmentation réalisée automatiquement par le plugin (C) développé. Barre d’échelle = 500 μm.

 

Contact : valerie.mechin@inrae.fr ou matthieu.reymond@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Découverte du rôle clé d’une protéine dans le métabolisme des plantes

Découverte du rôle clé d’une protéine dans le métabolisme des plantes | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’azote est un élément essentiel pour la croissance des plantes et donc pour la production agricole. Comprendre comment les plantes assimilent l’azote est essentiel pour développer une agriculture durable utilisant moins d’engrais.

 

En collaboration avec des équipes de l’ENS de Lyon, de l’université de Poitiers, du Max Planck Institute, et de l’université Paris Cité, des chercheurs de l’Institut Jean-Pierre Bourgin – IJPB (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Versailles) et de l’Institute of Plant Sciences Paris-Saclay - IPS2 (CNRS/INRAE/UEVE/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) ont découvert le rôle majeur d’une protéine dans le métabolisme d’assimilation de l’azote. Appelée NLP2, elle régule à la fois l’assimilation de l’azote et le métabolisme du carbone qui assure l’apport d’énergie de la plante.

 

Leurs résultats, publiés dans The Plant Cell, ouvrent la voie pour développer des variétés de plantes plus efficaces pour utiliser l’azote du sol et diminuer ainsi l’utilisation d’engrais en agriculture.

 

Lire le communiqué de presse de l'INRAE.

 

Contact : anne.krapp@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Des atypies anatomiques chez des personnes autistes ? Les analyses morphologiques fines contredisent les résultats de la dernière décennie

Des atypies anatomiques chez des personnes autistes ? Les analyses morphologiques fines contredisent les résultats de la dernière décennie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

La présence d’atypies anatomiques au niveau du cervelet chez des personnes autistes ne fait pas consensus. Afin de tenter d’apporter une réponse claire, un consortium international coordonné par des chercheurs des unités NeuroImagerie Applicative Clinique et Translationnelle - UNIACT et Building large instruments for neuroimaging: from population imaging to ultra-high magnetic fields - BAOBAB de NeuroSpin a ainsi étudié la morphologie de la substance grise cérébelleuse chez 274 personnes autistes et 219 sujets témoins et utilisé plusieurs algorithmes qui calculent le volume des différentes structures du cervelet. Les résultats, publiés dans Biological Psychiatry, suggèrent une absence de singularité dans l'anatomie cérébelleuse des personnes autistes.

 

Lire la suite de l’Actu CEA-Joliot ICI.

 

Contact : josselin.houenou@cea.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Mieux comprendre le devenir et les effets de nanoparticules après inhalation

Mieux comprendre le devenir et les effets de nanoparticules après inhalation | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’exposition à des nanoparticules peut causer des réactions inflammatoires pulmonaires sévères. L’équipe ingéniérie particulaire et cellulaire à visée thérapeutique de l’institut Galien Paris-Saclay (CNRS/UPSaclay, Orsay), associée à des chercheurs des laboratoires Matière et Systèmes Complexes et Matériaux et Phénomènes Quantiques de l’université de Paris ainsi que du laboratoire d’immunologie et de chimie thérapeutique et de l’Université de Strasbourg, ont étudié finement, les étapes de l’inflammation des poumons de souris exposées par inhalation à des nanoparticules de sulfure de Molybdène.

 

Les cellules sont capables de traiter, dissoudre, oxyder les nanoparticules pour les rendre progressivement moins toxiques. Les chercheurs ont aussi observé que les vésicules extra cellulaires participent de la résolution de l’inflammation en trafiquant les déchets de nanoparticules vers l’extérieur des cellules, pour qu’ils soient finalement éliminées dans le mucus bronchique. Ces recherches sont donc importantes à la fois pour appréhender le devenir des particules dans les poumons, mais aussi pour la compréhension des flux de vésicules extracellulaires qui contribuent à rétablir l’homéostasie des organes après une agression provoquant une inflammation aigüe.

 

Ces résultats sont publiés dans Advanced Materials.

 

Contact : elias.fattal@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Emmanuel Hirsch à l'Assemblée Nationale : « Le contexte actuel est révélateur d’une impatience savamment entretenue à légiférer en faveur de l’euthanasie »

Emmanuel Hirsch à l'Assemblée Nationale : « Le contexte actuel est révélateur d’une impatience savamment entretenue à légiférer en faveur de l’euthanasie » | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Emmanuel Hirsch, professeur émérite d’éthique médicale de Université Paris-Saclay, est intervenu jeudi dernier à l’Assemblée nationale devant la mission d’évaluation de la loi du 2 février 2016 créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie (cf. Euthanasie : « l’aboutissement du projet républicain » ?).

 

Lire la reproduction de son intervention dans Gènéthique.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Le Paris Saclay Cancer Cluster entre dans sa phase opérationnelle

Le Paris Saclay Cancer Cluster entre dans sa phase opérationnelle | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

« Ville dédiée au cancer » au sud de l’Ile-de-France, le PSCC bénéficiera d’un soutien de l’Etat allant jusqu’à 100 M€ sur dix ans. Dès aujourd’hui, les porteurs de projets industriels en cancérologie peuvent soumettre leur candidature pour pouvoir prochainement accéder à une vaste gamme de services.

 

Annoncé par le président de la République en juin 2021 lors de la présentation du plan Innovation Santé 2030 et officiellement lancé en février 2022, le Paris Saclay Cancer Cluster (PSCC) a célébré en grande pompe ce premier anniversaire le 3 février dernier (veille de la Journée mondiale contre le cancer), avec cette fois son lancement opérationnel. Pas moins de trois ministres – François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention, Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie et Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, se sont déplacés à Villejuif pour cet événement, symbolisant ainsi, selon les mots de cette dernière, leur attachement à la « continuité entre la recherche, l’innovation et le soin ». Inspiré du cluster de Boston, le PSCC devra se positionner comme « un espace de soutien aux entrepreneurs pour leur permettre de passer à l’échelle supérieure, avec en ligne de mire le soin des patients », souligne Sylvie Retailleau. « Notre ambition est de changer le rythme de l’innovation en oncologie, afin de la rendre plus prédictible, plus précise est plus efficace », s’enthousiasme Eric Vivier, PU-PH en immunologie à Marseille, directeur scientifique d’Innate Pharma et président de l’association PSCC.

 

Celui-ci présente d’ores et déjà le cluster, encore largement en chantier, comme la « première ville nouvelle entièrement dédiée au cancer en Europe ». Le cœur du réacteur est le centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy, au côté des autres fondateurs : l’Inserm, l’Institut Polytechnique de Paris, l’Université Paris-Saclay et le laboratoire pharmaceutique Sanofi. Le cluster affiche déjà 80 membres, en Ile-de-France et au-delà. Dévoilé fin décembre dernier, son conseil stratégique est entièrement international.

 

Lire la suite de l'article ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Endométriose : la grande inconnue

Endométriose : la grande inconnue | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L’endométriose touche environ 200 millions de femmes dans le monde, est décrite depuis l’Antiquité et peut provoquer des douleurs handicapantes au quotidien et une infertilité. Pourtant, cette maladie reste fortement méconnue, tant par les scientifiques que par le grand public. Des chercheurs et chercheuses tentent aujourd’hui de sortir l’endométriose de l’ombre.

 

Aujourd’hui, on estime que l’endométriose touche une femme sur dix en âge de procréer (des premières règles, la ménarche, jusqu’à la ménopause), soit environ 1,5 millions de femmes en France d’après le ministère de la Santé, et près de 200 millions dans le monde d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette maladie est liée à l’endomètre, la muqueuse recouvrant la paroi interne du corps de l’utérus. L’endométriose se caractérise par la présence extra-utérine de tissus semblables à ceux de l’endomètre. La douleur récurrente et souvent invalidante – qu’elle soit ressentie durant les règles (dysménorrhée), les rapports sexuels (dyspareunie), la défécation (dyschézie), localisée dans la zone pelvienne ou abdominale – est son principal symptôme. L’infertilité, les troubles digestifs et urinaires en période menstruelle, ou une fatigue chronique peuvent aussi être relevés. S’il faut attendre 1860 pour que le médecin pathologiste autrichien Karel Rokitansky utilise le premier le terme d’endométriose, les symptômes de la maladie sont déjà décrits depuis près de 4 000 ans et notamment à l’époque de l’Égypte antique.

 

Pourtant, l’endométriose est encore aujourd’hui très peu connue. Un constat contre lequel lutte Marina Kvaskoff, épidémiologiste au sein de l’équipe Exposome, hérédité, cancer et santé du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP – Univ. Paris-Saclay, UVSQ, Inserm). La chercheuse est notamment responsable scientifique et présidente du conseil scientifique de l’étude de cohorte ComPaRe-Endométriose de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), présidente du conseil scientifique de la Fondation Recherche Endométriose et co-pilote du groupe de travail « recherche » de la stratégie nationale de lutte contre l’endométriose. « On dit que l’endométriose touche une femme sur dix, mais c’est un chiffre très grossier, qu’il est essentiel de préciser. Une partie de mon travail est d’essayer de mieux comprendre l’hétérogénéité de la maladie, ses différentes formes. Aujourd’hui, au-delà de la courte définition que nous avons de la maladie, il existe un grand nombre de questions basiques la concernant, pour lesquelles nous n’avons aucune réponse, exprime-t-elle. Quels sont les facteurs de risque de cette maladie ? L’environnement a-t-il une influence sur le risque de la développer ? Quel est le rôle de la génétique, et quels gènes en particulier ? Comment la maladie évolue-t-elle dans le temps ? Quand et comment commence-t-elle ? »

 

Lire la suite de l'Actu UPSaclay ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Expérience de Science Citoyenne, AgroBioDiversité, 2023

Expérience de Science Citoyenne, AgroBioDiversité, 2023 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Avez-vous un champ, un jardin, une terrasse, un jardin, un balcon? Aimeriez-vous faire pousser des haricots et contribuer à préserver la biodiversité cultivée pour développer une agriculture durable et des produits plus sains?

 

Alors rejoignez-nous !

Téléchargez l’Application “INCREASE CSA” en scannant le QR Code sur l’affiche ou avec App Store et inscrivez-vous gratuitement jusqu’au 28 février 2023.

 

Visitez le site www.pulsesincrease.eu/experiment pour en savoir plus.

No comment yet.
Rescooped by Life Sciences UPSaclay from Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

RAPPEL ! "Breaking Barriers in Chemical Science" - mardi 14 février 2023 9h30 à Henri Moissan

RAPPEL ! "Breaking Barriers in Chemical Science" - mardi 14 février 2023 9h30 à Henri Moissan | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it
La Graduate School Chimie et la Graduate School Health and Drug Sciences vous invitent à partager un petit-déjeuner sur le thème "Breaking Barriers in Chemical Science". 
 
Dans le cadre de la journée mondiale organisée par IUPAC "Global Women's Breakfast", nous vous donnons RDV le mardi 14 février 2023 à partir de 9h30 en amphithéâtre A2 - bâtiment Henri Moissan - 17 avenue des Sciences - 91400 - Orsay. 
 
Cette matinée est ouverte à toutes et tous et l'inscription est obligatoire.
 
Date limite d'inscription : 11 février 2023

 

Plus d'information ICI.

 

La Graduate School Chimie et la Graduate School Health and Drug Sciences
No comment yet.