Les Livres de Philosophie
35.7K views | +0 today
Follow
Les Livres de Philosophie
Actualités des livres et revues philosophiques de langue française
Curated by dm
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by dm
December 18, 2013 4:38 PM
Scoop.it!

Ce que social veut dire - Tome 1 : Le déchirement du social. Axel Honneth

Ce que social veut dire - Tome 1 : Le déchirement du social. Axel Honneth | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Gallimard - Novembre 2013

 

Ce que social veut dire est un ouvrage en deux tomes, destiné au seul lecteur français. Il entend permettre à ce dernier de comprendre, à travers quelque vingt-cinq textes échelonnés sur vingt ans, l'évolution théorique d'Axel Honneth, représentant de la troisième génération de l'École de Francfort. Le premier volume (Le déchirement du social) rassemble les contributions dans lesquelles Honneth, à travers la confrontation avec des auteurs classiques (Kant, Fichte, Hegel) ou contemporains et la philosophie sociale (Sartre, Lévi-Strauss, Merleau-Ponty, Castoriadis, Bourdieu, Boltanski et Thévenot), précise les caractères constitutifs de la "lutte" sociale pour la "reconnaissance".
Le second (Les pathologies de la raison, à paraître) appliquera la théorie de la reconnaissance au vaste domaine du diagnostic des injustices et des pathologies sociales (confrontations avec Adorno, Benjamin, Neumann, Mitscherlich, Wellmer, mais aussi la psychanalyse et la théorie de la justice). Ces deux aspects de l'évolution théorique, éclairer les causes des conflits sociaux et étudier comment ils peuvent être justifiés et jugés sur le plan normatif, sont ici distingués en deux volumes pour un souci de lecture, bien qu'ils se soient toujours chevauchés et mutuellement fécondés, dans un projet global très précis : rapporter toute vie sociale au désir des sujets de valoir aux yeux de leurs semblables comme des personnes à la fois dignes de considération et dotées d'une individualité unique.
Ce qui exige que nous comprenions toujours les régulations centrales de la vie sociale comme des ordres de la reconnaissance, mais aussi comme la manifestation sociale d'un devoir-être moral. Prises ensemble, ces deux idées signifient également que la sociologie et la philosophie pratique ne peuvent s'exercer indépendamment l'une de l'autre.

 

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/NRF-Essais/Ce-que-social-veut-dire2

No comment yet.
Scooped by dm
December 18, 2013 4:26 PM
Scoop.it!

L'Homme sans contenu. Giorgio Agamben

L'Homme sans contenu. Giorgio Agamben | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Circé - Novembre 2013

 

L'art et la terreur, l'origine du bon goût et ses rapports à la perversion, rentrée de l'art au Musée et dans les collections, la séparation entre artistes et spectateurs, génie et goût, l'apparition du jugement critique, - autant de questions à partir desquelles Giorgio Agamben analyse la naissance de l'esthétique moderne.

No comment yet.
Scooped by dm
December 18, 2013 4:05 PM
Scoop.it!

L'embryogenèse du monde et le Dieu silencieux. Raymond Ruyer

L'embryogenèse du monde et le Dieu silencieux. Raymond Ruyer | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Malgré un titre qui peut paraître imposant et intimider, le lecteur trouvera dans ce livre le condensé, particulièrement clair et élégant, que Raymond Ruyer voulut donner de sa pensée au soir de sa vie, en un ultime effort de présentation et d'actualisation. L'ouvrage, entièrement achevé, était jusqu'à ce jour inédit, ce qui fait de sa publication un événement. La pensée de Ruyer a retenu l'attention de nombre des penseurs les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle (comme Merleau-Ponty, Canguilhem, Deleuze ou Lacan), qui n'hésitaient pas à la placer au plus haut. La publication du dernier manuscrit philosophique de Ruyer représente l'occasion de se familiariser avec sa pensée et de lui accorder enfin la place qu'elle mérite.
L'objectif du philosophe de Nancy a consisté à construire un système métaphysique ajusté aux découvertes de la science contemporaine. S'il est bien question ici de "Dieu", ce n'est pas dans la perspective d'une révélation : le Dieu de Ruyer est un Dieu spéculatif, comme celui d'Aristote ou de Whitehead, et nous sommes loin des considérations sur "le savant et la foi". D'autre part, "l'embryogenèse du monde" n'est pas une rêverie incontrôlée sur quelque Oeuf primordial, mais une tentative argumentée de constituer un panpsychisme à la manière de Leibniz, selon ce que Ruyer appelle lui-même une "monadologie corrigée".

 

Klincksieck - Novembre 2013

No comment yet.
Scooped by dm
December 12, 2013 6:05 PM
Scoop.it!

Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain, sous la direction de Marc Silberstein

Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain, sous la direction de Marc Silberstein | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Éditions Matériologiques, Décembre 2013, 1010 pages --

 

Le matérialisme est une position philosophique au destin paradoxal : c’est la conception d’arrière-plan de toutes les sciences abouties – il semble même aller de soi ou n’avoir besoin que de se révéler qu’en filigrane –, tout en étant dans le même temps dénigré, malmené, incompris par nombre de nos contemporains. Même dans le pays de Diderot, d’Holbach, La Mettrie… Entre indifférence et péjoration, ce terme, que certains évacuent pudiquement au profit des mots « naturalisme » ou « physicalisme », nous semble ainsi devoir être sans cesse revendiqué. C’est la raison d’un tel livre et de ce titre : Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain. Dans la filiation des matérialistes français des Lumières et dans l’attention permanente envers les acquis des sciences actuelles et la philosophie qui a pris le parti d’écouter ses enseignements, ce livre propose un aperçu d’idées expressément matérialistes dans six domaines cruciaux, selon l’organisation thématique suivante :
(1) Philosophie du matérialisme ;
(2) Matérialisme, réductionnisme, émergence ;
(3) Philosophie de la physique ;
(4) Philosophie de la biologie ;
(5) Anthropologie philosophique ;
(6) Philosophie de l’esprit et des sciences cognitives, plus un intermède historique, soit 27 chapitres.

Ce terme de « matériaux » au début du titre indique précisément qu’il s’agit là non pas d’une somme close et injonctive, mais d’un ensemble de textes pouvant servir à comprendre la constitution perpétuelle d’un champ de recherche, d’un domaine de pensée et d’une conception du monde idoines pour saisir les enjeux ontologiques et épistémologiques actuels. La communauté savante, parfois hésitante quant à ses fondements ontologiques, prise entre des formes aseptisées de positivisme (la pseudo-neutralité des sciences) et des crispations idéalistes, a résolument besoin, pour qui veut produire une science qui pense ou une philosophie qui ne divague pas, de ces matériaux conjointement philosophiques et scientifiques. 

-

Auteurs : Luc Faucher, Marc Silberstein, Michael Esfeld, Michel Paty, Charles T. Wolfe, Delphine Blitman, François Athané, Jean Bricmont, Edouard Machery , Pierre Poirier, Christian Sachse, Thibault Racovski, Martin Mahner, Pascal Ludwig, Gilbert Lechermeier, Max Kistler, Laurent Jodoin, Filipe Drapeau Vieira Contim, Pierre Deleporte, Chomin Cunchillos, Hugo Cousillas, Gérard Chazal, Mathieu Charbonneau, Mario Bunge, Reinaldo J. Bernal Velásquez, Mathieu Aury

No comment yet.
Scooped by dm
December 12, 2013 5:46 PM
Scoop.it!

Hughes Choplin : Chercher en silence avec Maurice Blanchot. A partir de la pensée française contemporaine

Hughes Choplin : Chercher en silence avec Maurice Blanchot. A partir de la pensée française contemporaine | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Décembre 2013 - L'Harmattan, "Nous, les sans-philosophie" - Deux enjeux déterminent cet ouvrage. Il s'agit d'abord de montrer combien l'oeuvre théorique et narrative de Blanchot se soustrait à l'épreuve contemporaine de l'événement. Il s'agit ensuite de forger les catégories positives de la recherche ainsi indiquée. Loin de reconduire la pensée au nihilisme ou à un silence impensable- indicible typiquement contemporain, la problématisation, avec Blanchot, de la pensée française contemporaine introduit à une recherche qui, ni déconstructrice ni non-philosophique, engage l'enfance de la philosophie.
No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 5:00 PM
Scoop.it!

Dostoïevski Le roman du corps. Par Michel Eltchaninoff

Dostoïevski Le roman du corps. Par Michel Eltchaninoff | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Millon - Novembre 2013 - La postérité philosophique de Dostoïevski repose sur un malentendu. Ses romans ont été lus, de Nietzsche à Levinas en passant par Berdiaev ou Camus, comme de vastes débats d'idées sur le mal, la rationalité, autrui, la liberté, Dieu - ses personnages extrêmes et ses intrigues policières échevelées servant surtout d'alibi. Quelques-uns, comme le théoricien de la littérature Mikhaïl Bakhtine, ont critiqué cette approche. 
Mais ils n'en ont pas tiré les conséquences. Aussi, à rebours de l'idée suivant laquelle, chez Dostoïevski, plus les idées abondent et plus la vie concrète des personnages s'efface, faut-il revenir au texte russe et saisir la révolution que l'écrivain fait subir à la notion de corps ? Si l'apparence physique des personnages n'est pas précisément décrite ; si Raskolnikov une caricature de beau ténébreux et Mychkine une image d'Epinal du mystique souffreteux ; si l'on ne sait pas à quoi ressemble Ivan Karamazov, le corps est-il absent ? Non, il est au contraire exploré par Dostoïevski, mais sur un mode que nous appelons inobjectif : ni objectif. 
ni subjectif, mais inapparent et omniprésent. A travers la maladie, la violence, la parole, fils directeurs de ses romans, vecteurs privilégiés de la corporéité, il s'agit, avec les outils de la phénoménologie, de redéfinir le phénomène humain comme articulation du corps et du sens. La voie du corps inobjectif induit une conception originale du rapport à autrui, de l'imagination, de la perception spatio-temporelle. 
Elle permet également de jeter un regard neuf sur les romans de Dostoïevski. En quoi consistent le crime et le châtiment de Raskolnikov ? Pourquoi la mission christique de l'idiot échoue-t-elle ? Pourquoi les nihilistes des Démons s'emparent-ils si facilement de toute la société ? Qu'est-ce que la "vie vivante" promue dans L'Adolescent ? Comment définir la culpabilité des frères Karamazov ? Avec cette lecture inédite, on comprend que le romancier demeure plus que jamais notre contemporain.

No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:44 PM
Scoop.it!

Alain Brossat : Le plébéien enragé - Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey

Alain Brossat : Le plébéien enragé - Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Ed. Passager clandestin - Novembre 2013 - On trouvera dans des romans comme Le Rouge et le Noir, Les Hauts de Hurlevent ou L'amant de Lady Chatterley, sinon ce qu'on y cherche, du moins ce qui va s'accorder au plus près avec l'attente de chacun : donc plus souvent la fable "éternelle" des amours contrariées que celle du plébéien moderne, rebelle voire enragé. Pourtant, c'est bien cette dernière figure qu'Alain Brossat va dépeindre dans son nouvel essai, en revisitant ces "classiques" et quelques autres, et ce point de vue critique permet d'appréhender tout un pan de la littérature moderne et d'écrire une véritable contre-histoire de la modernité. 

Loin de cette lecture aseptisée qui cherche à "immuniser" les chefs-d'œuvre littéraires des contaminations du domaine politique (comme si un chef-d'oeuvre ne pouvait s'inscrire que dans l'immuable et l'atemporel), l'auteur du Serviteur et son maître (Léo Scheer, 2003) et du Grand dégoût culturel (Seuil, 2008) privilégie pour sa part une lecture explicitement politique. Il ne s'agit en aucun cas de classer les œuvres (roman prolétarien, bourgeois etc.), mais de les rétablir dans leur pleine condition de "politicité". 
Ces œuvres ensablées, statufiées, sur lesquelles on a même souvent baillé au collège, Alain Brossat les fait sortir du patrimoine pour retrouver ce qui faisait et fait encore aujourd'hui, pour une bonne part, leur force et leur vitalité. Le plébéien évoqué par Brossat (Jean-Jacques des Confessions, Julien Sorel, Heathcliff, Mellors...) est une singularité rétive, et, à ce titre, un fauteur de trouble et de désordre. 
Son activisme tend à saper les fondements prétendument naturels de l'ordre établi. Il est une force en marche dont les talents, souvent éminents, vont se perdre au fil de ses affrontements dramatiques avec l'Histoire et la société. Il est l'ingouvernable, figure dangereuse par excellence, singulièrement dans les sociétés modernes. Cette figure surgit dans la littérature comme un personnage de la vie renouvelée, foisonnante, en l'aube rayonnante de la modernité, avant de se muer en tout autre chose : un vaincu de l'Histoire, plus ou moins résigné à son sort. 
Il est le symptôme d'un effondrement celui, pour aller vite, qui s'est produit entre les promesses des Lumières et les déceptions et désillusions de la modernité. Les épreuves morales par lesquelles passe le plébéien du fait de ses origines sociales se "recodent" chez lui en une sorte de programme politique général combattre l'injustice, les injustices, par tous les moyens dont il pourra disposer, y compris la violence. 
L'Histoire lui a donné l'impression que les choses avaient changé, qu'il pouvait trouver sa place dans la société ; mais la guerre à mort des espèces se poursuit, la règle du jeu immémoriale n'a pas changé. Et au final, le plébéien sera toujours sacrifié sur l'autel du rétablissement de l'ordre. C'est ici un trait distinct de la société moderne qui se dessine : non pas, et même pas du tout, l'institution de l'égalité entre tous, mais le fait que les possibilités d'égalisation y sont infinies. 
Les possibilités seulement. L'enjeu de l'égalité peut surgir à chaque instant, sur un mode inopiné plutôt que prévisible mais l'issue est toujours la même. A travers la figure du plébéien, c'est donc une contre-histoire de la modernité qui s'écrit. Face aux promesses trahies de l'"idéal démocratique", le plébéien est celui qui s'acharne à en demander les comptes. En des temps où abondent les odes au Progrès, les hymnes à la Science, à l'Histoire, à l'Humanité une et indivisible, le plébéien est une figure centrale de la politique moderne, celle de la non-coïncidence entre les réels fondements de l'ordre social et symbolique et les principes sur lesquels est supposé s'établir le régime démocratique. 
Il est ce subalterne ombrageux, ce lutteur infatigable qui s'active en faveur de l'égalité, contre les logiques inflexibles de la reproduction sociale. Figure politique de la modernité, il perpétue, des premiers temps du salariat à l'ère du capitalisme mondialisé, le différend sans issue entre le serviteur et son maître. Et le plébéien contemporain est peut-être ce subalterne qui n'a pas le choix, qui doit plier pour échapper au chômage et à la misère... 
A moins que l'avenir nous montre des plébéiens enfin unis parvenant à faire renaître une politique vive, et composant une force irréductible et riche de toutes les diversités.

No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:16 PM
Scoop.it!

Georges Bataille, la politique de l'impossible - L'intellectuel entre révolte et engagement. Par Jean-Michel Besnier

Georges Bataille, la politique de l'impossible - L'intellectuel entre révolte et engagement. Par Jean-Michel Besnier | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Cécile Defaut Ed. - Novembre 2013 -Brouillage des identités politiques, perte des repères intellectuels et moraux, oscillation entre la révolte et la résignation : à qui veut saisir le vertige des temps de crise, les années trente offrent tout cela. Honni ou adulé, Nietzsche s'y révèle maître à penser sans interdire à Kojève d'imposer alors l'autorité de Hegel et l'incroyable démonstration de La fin de l'Histoire. Rien ne mobilise autant que la conviction de l'irrémédiable. 
Mais plus qu'à l'engagement pour quelque cause universelle, l'époque pousse à s'immerger dans les combats de l'heure, pour en capter l'exaltation collective. Le modèle de l'intellectuel sartrien paraîtra bien fade au regard de la frénétique volonté d'agir, même sans perspectives, qui dévore en France, à la veille de la guerre, nombre de gens de lettres. Jean - Michel Besnier montre ici à quel point Georges Bataille est exemplaire de cette volonté qui le destine, pense - t - il, à l'impossible. 
Son itinéraire connaît la violence des orages et l'obstination silencieuse des désirs. Les années trente sonnent le glas de " la volonté d'être tout " que philosophes hégéliens, marxistes et fascistes ont peu ou prou cultivée, jusqu'à l'absurde et au monstrueux. Jean - Michel Besnier présente et confronte dans ce livre les destins intellectuels de ceux qui ont donné à l'époque sa tonalité. L'auteur mêle l'histoire des idées, la critique philosophique de la notion d'engagement et la réflexion politique sur le rôle des intellectuels, offrant ainsi d'une période qui nous hante encore l'image d'un désarroi de combat.
No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:24 AM
Scoop.it!

BLOCKBUSTER, PHILOSOPHIE ET CINÉMA sous la direction de Laura Odello

BLOCKBUSTER, PHILOSOPHIE ET CINÉMA sous la direction de Laura Odello | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Ed. Les prairies ordinaires. Novembre 2013 - Le blockbuster, c’est de l’explosif.
À l’origine du mot, une bombe utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, capable de détruire tout un pâté de maisons. Et il n’y a sans doute pas d’image plus typique du blockbuster que celle d’une gigantesque explosion.
Les déflagrations dont il s’agit dans ce livre ne sont pas uniquement celles que racontent les films. Produit grand public, confectionné grâce à d’immenses investissements financiers, le blockbuster s’apparente à une bombe à fragmentation, pulvérisant l’objet filmique dans des contextes de consommation qui n’ont plus rien à voir avec le cinéma, se diffractant sur le marché mondial sous forme de produits dérivés, T-shirts, figurines et autres gadgets.
Sept auteurs, philosophes et critiques, se sont penchés sur quelques blockbusters de leur choix. À chaque fois, les films dynamitent la pensée et l’entraînent dans des directions inattendues : les Gremlins sabotent les écrans et contaminent les images, Godzilla et King Kong se font machines à échanger les regards, Batman devient le théâtre d’une déconstruction du politique, Alien met en scène les métamorphoses d’un récit qui ne change jamais, et Titanic coule comme cette industrie lourde qu’est le cinéma lui-même…

No comment yet.
Scooped by dm
November 29, 2013 1:57 PM
Scoop.it!

Diogo Sardinha, "L'émancipation de Kant à Deleuze"

Diogo Sardinha, "L'émancipation de Kant à Deleuze" | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Hermann - Novembre 2013 - Plus que jamais, sans doute, nous avons besoin de stratégies critiques pour l’émancipation. Or, lisant la philosophie des deux derniers siècles, on découvre les attitudes les plus contrastées dans ce domaine. Kant, qui définit les Lumières comme « la sortie de l’homme de la minorité dont il est lui-même responsable », incite son lecteur à devenir adulte. Par contre, Deleuze (seul ou avec Guattari) met en avant un devenir-mineur et insiste sur un devenir-enfant qui soit un devenir-force.
En même temps, cette opposition immédiate de Kant et Deleuze esquive tout ce qui a mené de l’un à l’autre. Lorsqu’on reprend le fil qui les lie, des figures inattendues surgissent : Sartre, Bataille et Foucault deviennent alors les personnages d’une histoire tissée autour de Baudelaire, par rapport auquel les trois philosophes écrivains prennent des positions radicalement divergentes. Si on veut donc comprendre ce qui semble être le renversement du devenir-majeur kantien par le devenir-mineur deleuzien, c’est ce parcours qu’il devient nécessaire de reconstituer. À la fin, on aura reconstruit quelques stratégies émancipatrices, utiles pour nous aujourd’hui.

No comment yet.
Scooped by dm
November 22, 2013 4:41 PM
Scoop.it!

Tracés, n°25/2013, Éducation : émancipation ?

Tracés, n°25/2013, Éducation : émancipation ? | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Alors que, face au reflux des projets de démocratisation scolaire, l'école semble plus que jamais prise dans la contradiction entre reproduction indéniable des inégalités scolaires et sociales et persistance d’une ambition à former des citoyens libres et égaux, ce numéro choisit de réinterroger l’articulation classique entre éducation et émancipation. L’accent y est tout d’abord mis sur les discours et dispositifs qui organisent les parcours des élèves, depuis le principe même de l’obligation scolaire (Elsa Roland) jusqu’aux mécanismes d’orientation (Fabien Truong) et aux réformes qui individualisent l’encadrement des élèves (Camille Giraudon). Tout autant que les dispositifs eux-mêmes, ce sont les appropriations de ces derniers par les acteurs – élèves, enseignants, autorités – et les interprétations qu’ils en donnent qui sont analysées pour mettre en évidence des conceptions antagonistes de l’émancipation, des logiques qui président aux parcours scolaires des élèves, enfin les programmes politiques et pédagogiques qui sous-tendent les politiques éducatives. (...)
No comment yet.
Scooped by dm
November 15, 2013 1:40 AM
Scoop.it!

L'HOMME SURPRIS - Vers une phénoménologie de la morale, Jean-Marc Rouvière

L'HOMME SURPRIS - Vers une phénoménologie de la morale, Jean-Marc Rouvière | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Préface de Roland Vaschalde Ouverture Philosophique L'Harmattan 11/2013 La morale est une création discontinuée. Elle n'est pas codifiable dans de gros livres moralisateurs. Elle n'est rien avant qu'une conscience humaine ne la suscite par des occasions qui la font exister en singularité ici et maintenant. Cet ouvrage désigne la morale non comme une manière possible d'agir que l'on devrait ou non confirmer par l'action mais comme la réponse de principe que donne, dans un réflexe mental, tel homme en prise à tel cas de conscience.
COMMON GOOD FORUM's curator insight, November 21, 2013 10:24 AM

Intéressant pour bien distinguer les notions de Morale et de bien commun.

En effet, prise en compte de la notion de discontinuité, d'équilibre en mouvement. Vision non statique et prise en compte de la praxis, de l'expérience. Théorie de l'action.

COMMON GOOD FORUM's curator insight, June 12, 2014 3:17 AM

Intéressant pour bien distinguer les notions de Morale et de bien commun.

En effet, prise en compte de la notion de discontinuité, d'équilibre en mouvement. Vision non statique et prise en compte de la praxis, de l'expérience. Théorie de l'action.

Scooped by dm
November 13, 2013 3:42 AM
Scoop.it!

Eric Pommier : Jonas

Eric Pommier : Jonas | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Hans Jonas (1903-1993), philosophe juif allemand, élève de Husserl, Heidegger et Bultmann, ami de Hannah Arendt, successivement établi en Palestine, au Canada et à New-York, a élaboré une pensée originale, trop souvent reçue dans la dispersion. On le connaît tantôt pour ses travaux sur la Gnose, tantôt pour son livre Le Concept de Dieu après Auschwitz, ou encore sa « biologie philosophique », ou enfin « le principe responsabilité » qu'il a formulé.
On se propose ici d'exposer les grands thèmes de cette œuvre – le nihilisme gnostique, l’enracinement dans le monde matériel, la refondation éthique – en prenant le concept de vie pour fil directeur parce qu’il donne à cette œuvre plurielle son foyer et son unité. C’est en effet la découverte d’un air de famille entre l’esprit de la Gnose et la pensée heideggerienne de l’existence qui conduit Hans Jonas à prendre conscience de l’oubli de la vie par la philosophie et à en repenser le concept dans un dialogue avec les données de la biologie. Fort d’une philosophie de la vie ainsi conçue, il peut alors prendre en charge les défis contemporains lancés par la technique en proposant une éthique de la responsabilité, qui fixe des obligations à l’égard de la vie et des générations futures.

 Les Belles Lettres, novembre 2013
No comment yet.
Scooped by dm
December 18, 2013 4:31 PM
Scoop.it!

L'individu sujet de lui-même - Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit

L'individu sujet de lui-même - Vers une socio-analyse de la relation sociale. Guy Bajoit | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Armand Colin - Novembre 2013

 

D'où vient cette conviction que l'individu doit être maître de sa vie ? A partir d'une enquête sociologique, l'histoire personnelle de neuf individus de notre société est analysée pour comprendre avec eux ce qu'ils font pour échapper à la destinée sociale assignée par leur socialisation et être davantage sujets et acteurs de leur existence personnelle. Ces tranches de vie s'ouvrent sur la construction d'une théorie et d'une méthode que l'auteur appelle la socio-analyse des relations sociales.

No comment yet.
Scooped by dm
December 18, 2013 4:23 PM
Scoop.it!

Journal posthume. Georg Simmel

Journal posthume. Georg Simmel | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Circé - Novembre 2013

 

"Je sais que je mourrai sans héritiers spirituels (et c'est bien ainsi). Mon héritage est semblable à une somme d'argent que l'on partage entre un grand nombre d'héritiers ; chacun transforme sa part en un bien quelconque, qui correspond à sa nature à lui : un bien dont on ne reconnaît pas qu'il provient de cet héritage-là".

 

http://circeberlin.com/tag/journal-posthume

No comment yet.
Scooped by dm
December 18, 2013 3:48 PM
Scoop.it!

Espace et métaphysique de Gassendi à Kant. Luc Peterschmitt (dir.)

Espace et métaphysique de Gassendi à Kant. Luc Peterschmitt (dir.) | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

A paraître - Janvier 2014 - Hermann

 

La question de l'espace est, à l'âge classique, centrale. Renouvelée notamment par les découvertes mathématiques et scientifiques, elle occupe une place de premier ordre dans toutes les élaborations philosophiques des XVIIe et XVIIIe siècles. L'espace existe-t-il ? Et si tel est cas, quel est son statut ontologique ? L'espace peut-il être subsumé sous les catégories de substance ou d'accident ? Comment l'espace est-il perçu ou appréhendé ? L'homme peut-il avoir une pensée non spatialisée ? La réponse à ces questions n'est pas aisée car elle a, en plus des enjeux scientifiques évidents, des répercussions d'ordre théologique, nettement mis en valeur par la controverse entre Leibniz et Clarke : Dieu agit-il sur ou dans le monde ? Pour comprendre et présenter l'importance majeure de cette problématique, la présente anthologie rassemble les textes les plus importants de la période (de Gassendi à Kant), dont un grand nombre est édité ou traduit en français pour la première fois.

Scooped by dm
December 12, 2013 5:31 AM
Scoop.it!

Cahiers de l'Herne : BENJAMIN

Cahiers de l'Herne : BENJAMIN | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

OCTOBRE 2013 - CAHIERS DE L'HERNE -

 

Le présent volume, qui s’organise autour de l’interrogation sur les matériaux biographiques et historiques avec lesquels Walter Benjamin a façonné sa pensée, cherche à accomplir une reconstruction historique à laquelle viennent s’ajouter des lectures attentives aux formes de présentation qu’il a adoptées.Cette enquête collective qui porte à la fois sur la grammaire historique et sur l’individualité de sa réinvention discursive, qui s’intéresse aussi bien aux sources de Benjamin qu’à son style, ne délaisse pas pour autant la fécondité théorique de l’oeuvre.
L’entrée en matière par les formes d’expression autobiographique qui permettent d’exploiter la tension entre ses dimensions philosophique et littéraire, est en cela stratégique : elle ouvre la voie à des réflexions très actuelles autour de la problématique de l’image, notamment sur son rôle dans le discours théorique, et sur l’ouverture de l’art à la théorie.
La progression qui part des traces de la vie vers l’étude des sources et des corrélations de l’oeuvre tend un arc qui cherche à se fermer pour décrire un cercle. Car l’entrée par le biographique nous renvoie sans cesse aux matériaux historiques avec lesquels Benjamin a façonné sa pensée dans un style inégalable. » Dirigé par Patricia Lavelle.Textes de Walter Benjamin traduits par Jean Lacoste, Pierre Rusch, Didier Renault, Olivier Mannoni et Marc de Launay.
No comment yet.
Scooped by dm
December 9, 2013 5:08 PM
Scoop.it!

Hourya Benis Sinaceur : Cavaillès

Hourya Benis Sinaceur : Cavaillès | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Les Belles lettres - Novembre 2013 -

Le nom de Jean Cavaillès évoque pour les uns le héros de la Résistance, le combattant intrépide fusillé à 40 ans par les Allemands, pour les autres le philosophe brillant qui a proposé une conception neuve de la pensée logique. Cet homme ne fait pourtant qu'un, l'unité de la pensée abstraite et de l’action concrète s’arrimant chez lui dans une même disposition éthique, disposition à prendre des risques, à vivre le risque - théorique ou pratique - comme la solution exigée par un problème rationnellement posé.

Or ce chemin qui va de la position d’un problème théorique à l’invention de sa solution, le philosophe Cavaillès se demande s’il est nécessaire ou contingent. L’apparition de la théorie des ensembles de Cantor par exemple est-elle le fruit nécessaire du développement de la mathématique ou bien un événement contingent qui aurait non seulement pu ne pas se produire mais se produire selon une autre modalité? Mais si plusieurs mathématiques différentes peuvent coexister, n’est-ce pas le modèle le plus rigoureux du savoir qui perd d’un coup son unité et sa nécessité?

Le problème de Cavaillès est de trouver comment d’un univers ancien peut sortir un nouvel univers, comment on peut allier la continuité de la démarche rationnelle et la rupture des concepts.

Ce sont les voies utilisées par Cavaillès pour résoudre cette question que le livre d’Hourya Benis Sinaceur dégage avec une grande clarté. Loin de perdre le lecteur profane dans des considérations mathématiques et logiques qui le dépasseraient, l’auteur s’emploie à cerner l’originalité de la pensée philosophique de Cavaillès, en montrant comment il fait jouer les unes contre les autres les sources philosophiques auxquelles il puise pour construire une histoire du sens absolument singulière, irréductible à l’une ou l’autre des philosophies qui l’alimentent pourtant. Entre Frege et Bolzano du côté d’une conception objectiviste des idées, et Hegel et Husserl du côté d’une logique subjectiviste, c’est-à-dire de la conscience, Cavaillès tisse une « voie moyenne »: une dialectique matérielle (du contenu) sans sujet.

No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:53 PM
Scoop.it!

La réalité physique. Par Alain Séguy-Duclot

La réalité physique. Par Alain Séguy-Duclot | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Hermann - Novembre 2013 - Ce livre est le fruit de dix ans de travail. Il repose sur un contact direct avec les productions scientifiques, notamment en théorie des probabilités, physique statistique, thermodynamique, physique relativiste et physique quantique. Bien qu’il y soit essentiellement question de physique, il n’est pas réductible à un ouvrage d’épistémologie de la physique : sa problématique s’inscrit en effet dans une interrogation philosophique plus large, au cœur de laquelle se trouve le concept d’information. 
Comprendre que la communication en général, dont le langage humain n’est qu’une espèce remarquable, repose sur la notion mathématique d’information – définie par Shannon en 1948 de façon statistique indépendamment du sens – conduit à mettre au premier plan de l’interrogation philosophique non plus la notion de sens mais celle d’information. Ce renversement théorique a conduit dans les années 1950 à l’édification, sous l’impulsion de Norbert Wiener, d’un nouveau modèle général pluridisciplinaire de la connaissance, sous le primat du concept d’information. 
Or, ce modèle – que l’on peut appeler le « paradigme informationnel classique », et qui constitue l’une des sources principales du structuralisme par la médiation de Roman Jakobson – est considéré désormais comme un échec. Ce livre met au jour deux raisons principales à cet échec : le paradigme informationnel classique était réductionniste, d’une part, et d’autre part, il n’était pas assez général. 
Pour lever ces obstacles théoriques et élaborer un nouveau paradigme informationnel, deux tâches théoriques sont entreprises : 1. Surmonter ce réductionnisme. Pour ce faire, on analyse le sens pluriel du probabilisme en physique et on étudie l’entrelacement complexe entre aléatoire et déterminisme, en sorte de délivrer les notions d’incertitude, de désordre, de complexité et d’émergence de leur confusion native, laquelle interdit de construire une théorie non réductionniste véritablement opérationnelle. 
2. Opérer une généralisation de la théorie de l’information, à partir non plus de la théorie de l’information classique au sens de Shannon (qui repose sur l’opposition binaire du 0 et du 1), comme dans les années 1950, mais de la toute nouvelle théorie de l’information quantique, développée à la suite des intuitions de Feynman – ce qui suppose une analyse de la théorie quantique. La théorie de l’information quantique constitue actuellement la théorie de l’information la plus générale que l’on puisse penser : elle engage non seulement toutes les valeurs intermédiaires entre 0 et 1 (comme c’est déjà le cas dans la logique floue de Zadeh), mais également des nombres complexes, dont la représentation spatiale engage non plus, comme les nombres réels, une dimension mais deux. 
Le but de cet ouvrage est d’ouvrir sur un nouveau modèle relativiste et transdisciplinaire de la connaissance, engageant, par-delà l’opposition du rationalisme au scepticisme, une nouvelle rationalité non-linéaire et pragmatique, qui permette de penser l’émergence non de l’être, dans son absoluité, mais de la réalité objective, dans sa pluralité, sa relativité et son hétérogénéité irréductibles.

No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:37 PM
Scoop.it!

Une vie en lettres 1873-1913. Ferdinand de Saussure

Une vie en lettres 1873-1913. Ferdinand de Saussure | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Cécile Defaut Ed. - Novembre 2013 - Témoignages spontanés d’un vécu étonnant et complexe, les quelques 500 lettres écrites par Ferdinand de Saussure à divers correspondants, rassemblées dans cet ouvrage, offrent un abord nouveau au savant reconnu comme le père du structuralisme et le fondateur de la science du langage. Proposant un regard sur l’intimité de l’homme, sans autre intermédiaire que sa propre écriture singulièrement limpide, cette Vie en lettres dévoile un Saussure en lui-même et par lui-même. 
La lecture de ces lettres, rigoureusement datées et brièvement annotées, génère en effet, grâce à leur suite chronologique, une sorte d’autobiographie épistolaire, d’autant plus authentique qu’elle n’a pas été voulue. Loin de l’icône célèbre, c’est un homme d’une personnalité exquise, au coeur simple et généreux, qui se dévoile dans son historicité, dans son être social, dans ses valeurs, préjugés et désirs, autant que dans son admirable pensée linguistique. 
Sorte de kaléidoscope dessinant une vie sous de multiples aspects, la lecture de ces archives inédites est ainsi une expérience où, au plaisir du partage épistolaire avec l’autre, se mêle la découverte d’un certain mode de vie, celui de la petite aristocratie de la Suisse romande et du monde linguistique parisien de la fin du XIXe siècle.

No comment yet.
Scooped by dm
December 5, 2013 4:06 PM
Scoop.it!

Cahiers d'Etudes Lévinassiennes N° 12 La nature. Gilles Hanus, Carine Brenner (dir.)

Cahiers d'Etudes Lévinassiennes N° 12 La nature. Gilles Hanus, Carine Brenner (dir.) | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Verdier - Novembre 2013 - La notion de nature apparaît si rarement dans les textes de Lévinas qu'on pourrait l'en croire absente. Il n'en est cependant rien. On l'y trouve en réalité sous d'autres noms. Étymologiquement, "nature" renvoie au fait de la naissance, que Lévinas pense en termes de filialité, de fécondité ou de "créaturialité". La créature est-elle un être "naturel" ? De quelle naissance s'agit-il le cas échéant ? Comment l'être né, ou créé, se rapporte-t-il au monde qui l'entoure et le précède ? Dans l'horizon de la philosophie politique, c'est la question de l'anthropologie : quelle est la nature de l'homme ? Sur quoi l'ordre collectif se fonde-t-il ? Quelles sont les structures lui permettant d'exister ? Qu'en est-il, en d'autres termes, du "droit naturel" ? Par extension, nature désigne également l'ensemble de ce qui existe indépendamment de l'action humaine, quelque chose comme un donné. 
En ce sens, elle renvoie à ce que Lévinas appelle l'élémental dont nous vivons et jouissons en-deçà de toute représentation. Mais celui-ci n'est pas encore nature : il ne le devient selon Lévinas que pour le sujet qui l'aborde comme matériau s'offrant à sa prise, à son travail. En ce sens, la nature offre à l'homme l'occasion d'éprouver, par le travail et la technique, sa puissance sur ce qui l'entoure et de transformer la nature en monde humain. 
Comment penser cette activité de transformation ? Faut-il concevoir la nature comme un pur matériau s'offrant à la prise de l'homme ou bien importe-t-il de la penser positivement ? C'est l'ensemble de ces questions (nature du sujet, nature de la société, rapport de l'homme au monde qui l'entoure) que soulève ce numéro des Cahiers d'études Iévinassiennes.

No comment yet.
Scooped by dm
November 29, 2013 2:12 PM
Scoop.it!

Traduire Heidegger – Lacan / Refonder l’esthétique – Pierre Kaufmann - 31 | 2013

Traduire Heidegger – Lacan / Refonder l’esthétique – Pierre Kaufmann - 31 | 2013 | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Cette livraison du Portique comporte deux rééditions d’articles devenus indisponibles, la traduction d’un texte de Heidegger, Logos, par Jacques Lacan, puis un texte de Pierre Kaufmann, De l’expression de la destinée dans l’art.

No comment yet.
Scooped by dm
November 24, 2013 6:28 PM
Scoop.it!

Thomas Boccon-Gibod : Michel Foucault. Dire la vérité

Thomas Boccon-Gibod : Michel Foucault. Dire la vérité | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

CNDP - CHASSENEUIL-DU-POITOU - "Philosophie en cours - OCTOBRE 2013 - Le problème de la vérité se manifeste principalement chez Foucault de manière critique, dans une certaine mise en question de la solidité des discours qui prétendent la détenir. Toutefois, plutôt que la possibilité de dire la vérité, c’est la possibilité de fonder des actions sur la vérité que les recherches de Foucault ont pu explorer dans des champs aussi variés que la psychiatrie, la politique pénale, la sexualité ou encore le néolibéralisme.
C’est pourquoi une étude sur la vérité chez Foucault s’analyse selon deux axes fondamentaux, d’une part celui des discours, en tant qu’ils prétendent dévoiler ou renfermer la vérité, et d’autre part celui des actions, en tant que celles-ci se devraient d’être justifiées en vérité.
Alors que la vérité est habituellement comprise comme une qualité de ce qui est dit, Foucault introduit donc une perspective radicalement nouvelle : vérité du dire dans son rapport à la vie de celui qui l’énonce.



Valaf Lebu's comment, June 5, 2014 12:30 PM
Il n'est pas mal fait ce petit manuel... Quelques pistes pour en parler avec des élèves...
Scooped by dm
November 19, 2013 6:40 PM
Scoop.it!

Renaud Barbaras, Dynamique de la manifestation

Renaud Barbaras, Dynamique de la manifestation | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Vrin, 2013

L’a priori universel de la corrélation entre l’étant transcendant et ses modes de donnée subjectifs dessine le cadre minimal de toute démarche qui se revendique de la phénoménologie. Il s’agit ici de montrer qu’une analyse rigoureuse de la corrélation se déploie nécessairement à trois niveaux et que la phénoménologie est ainsi vouée à se dépasser elle-même vers une cosmologie et une métaphysique. Un premier niveau d’analyse, proprement phénoménologique, permet d’établir que la transcendance pure du monde se donne à un sujet dont le mode d’exister est un certain mouvement, que nous caractérisons comme désir. Cependant, la corrélation présuppose également un mode d’être commun aux deux pôles, fondement de l’appartenance du sujet au monde. Pour autant que le sujet est mouvement, le monde auquel il appartient doit lui-même être compris comme une réalité processuelle : notre mouvement procède de l’archimouvement du monde; la phénoménologie dynamique renvoie à une dynamique phénoménologique qui est synonyme d’une cosmologie. Dès lors, la différence du sujet, sans laquelle il n’y a pas de corrélation, ne peut que correspondre à une scission, plus originaire encore, qui affecte le procès même de la manifestation sans néanmoins en procéder. Cette scission au cœur de l’archi-mouvement doit être comprise comme un archi-événement : celui-ci fait l’objet d’une métaphysique en un sens très singulier, qui recueille l’ultime condition de possibilité de la phénoménologie elle-même.

No comment yet.
Scooped by dm
November 14, 2013 2:06 AM
Scoop.it!

J. Derrida, Penser à ne pas voir - Ecrits sur les arts du visible (1970-2004)

J. Derrida, Penser à ne pas voir - Ecrits sur les arts du visible (1970-2004) | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Textes réunis et établis par Ginette Michaud, Joana Masó et Javier Bassas. Paris : Editions de la Différence, coll. "Les Essais", 2013. Penser à ne pas voir réunit les principaux textes consacrés par Jacques Derrida à la question des arts depuis la parution, en 1978, de La Vérité en peinture. À travers ces interventions de facture diverse (études, conférences, entretiens) s’échelonnant sur vingt-cinq ans et portant autant sur le dessin et la peinture, la photographie, que le cinéma, la vidéo et le théâtre, le lecteur pourra suivre les concepts issus de la déconstruction, mieux saisir toute la cohérence de la critique de la représentation et de la visibilité à l’oeuvre dans le travail de Derrida et, surtout, prendre la mesure de ses axiomes les plus inventifs en ce qui concerne l’oeuvre d’art et son commentaire. Une bibliographie détaillée et une filmographie complètent l’ouvrage.
No comment yet.