ACTUALITÉ
383.5K views | +5 today
Follow
ACTUALITÉ
Chronique d'une prise de conscience - Revue de presse alternative épinglée par http://activeast.free.fr
ACTIVEAST mail
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scoop.it!

Agnès Buzyn : ministre VRP des vaccins

Source : Journal de TV Libertés du mercredi 5 juillet 2017

 

No comment yet.
Scoop.it!

L’ex-ministre démissionnaire Sylvie Goulard touchait 10 000 euros par mois d’un think tank américain pro-UE

L’ex-ministre démissionnaire Sylvie Goulard touchait 10 000 euros par mois d’un think tank américain pro-UE | ACTUALITÉ | Scoop.it

""Avec pour mission de faire la promotion de l’Union européenne, le Council on the Future of Europe a employé l’eurodéputée durant deux ans, pour plus de 270 000 euros. Cette révélation survient peu après son départ du gouvernement.

Pour des revenus supérieurs à 10 000 euros par mois, Sylvie Goulard a occupé un poste de «conseiller spécial» pour le think tank «Council on the Future of Europe», peut-on lire sur sa déclaration d’intérêts financiers au Parlement européen de Strasbourg, révélée par le JDD le 25 juin.

Cet institut, qui «fait la promotion de l'Union européenne et contribue au débat d'idées», selon l’ancienne ministre des Armées, l’aurait rémunéré d’octobre 2013 à janvier 2016, précise l’hebdomadaire.

Cela représenterait au total des émoluments d’au moins 270 000 euros, versés par l’organisme basé en Californie à celle qui était alors député européenne.

«Tout était déclaré et ces sommes étaient brutes», souligne un proche de Sylvie Goulard cité par le JDD, alors que l’ex-ministre parle pour sa part d’un «non-sujet».

Fondé en septembre 2011 à l’initiative de personnalités comme l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair, l’ancien ministre de l’Economie français Jacques Delors ou encore l’économiste Alain Minc, le Council on the Future of Europe fait partie de l’Institut Berggruen, un think tank américain spécialisé dans la gouvernance. Il milite pour davantage d’intégration européenne.

Le 20 juin, Sylvie Goulard a annoncé dans un communiqué son départ du gouvernement d’Edouard Philippe.

Dans le JDD, le 25 juin, l’ancienne ministre laisse entendre que c’est l'enquête sur les assistants parlementaires du Modem, où son nom est cité, qui l’a conduite à quitter l’Elysée : «Vous imaginez un acte judiciaire me concernant en pleine opération militaire ou terroriste ? J'ai estimé que ce n'était pas possible. C'est tout.»"

No comment yet.
Scoop.it!

La ministre française des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, quitte le gouvernement

La ministre française des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, quitte le gouvernement | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Ces démissions interviennent alors que le MoDem fait l'objet d'une enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires européens, qui son soupçonné d'avoir travaillé exclusivement pour le parti.

Le MoDem n'est plus représenté au sein du gouvernement. Mercredi 21 juin, le garde des Sceaux, François Bayrou, et la ministre des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, ont quitté l'équipe gouvernementale, dont la nouvelle composition doit être annoncée dans la journée.

Le garde des Sceaux annonce sa démission. A l'AFP, le ministre de la Justice a annoncé qu'il ne participerait pas au deuxième gouvernement d'Edouard Philippe. "J'ai pris la décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement. Je donnerai une conférence cet après-midi à 17 heures", a déclaré le président du MoDem sans donner davantage de précisions à ce stade. En tant que garde des Sceaux, François Bayrou était notamment chargé de présenter une loi sur la transparence de la vie publique.

Marielle de Sarnez prendra la présidence du groupe MoDem. Susceptible d'être inquiétée par la justice dans l'affaire des assistants parlementaires du MoDem, la ministre des Affaires européennes a également quitté le gouvernement, selon le parti, afin de prendre la tête du groupe MoDem à l'Assemblée nationale.

Un remaniement plus important que prévu. Après la ministre des Armées, Sylvie Goulard, et le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, ce remaniement se révèle d'une ampleur plus importante que prévu. Cet exercice, qui ne devait initialement être qu'un simple "respect de la tradition républicaine" à l'issue des élections législatives, a pris un tournant politique quand le ministre sortant de la Cohésion des territoires, fragilisé par une enquête judiciaire, a accepté lundi de briguer la présidence du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée. Le lendemain, la ministre des Armées a décidé de ne pas participer au prochain gouvernement afin d'être en mesure de démontrer sa "bonne foi" si elle venait à être entendue dans l'enquête sur les assistants parlementaires au Parlement européen du MoDem."

No comment yet.
Scoop.it!

La concurrente de Valls, Farida Amrani, affirme avoir des preuves de tricherie

La concurrente de Valls, Farida Amrani, affirme avoir des preuves de tricherie | ACTUALITÉ | Scoop.it

"La candidate de la France insoumise qui était opposée à Valls, conteste les résultats du second tour des législatives. Un recours devrait être déposé.

Farida Amrani, candidate de La France insoumise conteste la victoire de l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls. Les deux candidats se sont affrontés dans l'Essonne, dimanche soir, pour le second tour des législatives.

"Nous contestons les résultats d'hier et nous revendiquons la victoire. On a passé une semaine très difficile entre les deux tours, (...) avec des intimidations. Dès vendredi, nous avons fait appel à Amnesty International, pour qu'ils puissent être présents dans les bureaux et faire leur travail d'observateur.", explique Farida Amrani au micro de BFMTV.

Dimanche soir, Manuel Valls a annoncé sa victoire avec 50,3% des voix, après un recomptage. Soit 139 bulletins de plus que sa concurrente. Immédiatement, son équipe a contesté ce résultat.
Un recours sera déposé

Aussi, un recours sera déposé devant le Conseil constitutionnel. Les points litigieux portent sur quatre bureaux, dont un où elle dit avoir de gros soupçons. Au micro de BFMTV, la candidate FI raconte avoir des témoignages sur cette triche présumée. Elle dit avoir "assisté à des choses graves dans un bureau", et évoque des photos, des vidéos. Tout en restant vague." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Plainte déposée contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République

Plainte déposée contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République | ACTUALITÉ | Scoop.it
Une plainte a été déposée contre Manuel Valls devant la Cour de Justice de la République pour avoir tenté de contrer la loi Alur de Cécile Duflot, censée encadrer le paiement des loyers dans les grandes villes, selon une information de France Inter.

Le 16 juin au matin, France Inter a fait savoir sur ses ondes qu'une plainte avait été déposée contre Manuel Valls devant la cour de Justice de la République [une juridiction d'exception chargée de juger les ministres qui auraient commis un délit dans l'exercice de leurs fonctions au gouvernement], pour «entrave à l'application d'une loi». Explication.

Le 15 mars 2017, le conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, a annulé la décision du gouvernement de Manuel Valls de ne limiter qu'aux seules villes de Paris et Lille l'encadrement des loyers, qui constituait une des mesures phares de la loi Alur, mise en place par Cécile Duflot.

Cette loi devait à l'origine être appliquée dans plus de 1 000 communes françaises, mais le Premier ministre Manuel Valls y était particulièrement réticent. Par ce geste, il entendait surtout faire un pied de nez à l'ex-ministre du logement Cécile Duflot, démissionnaire quelques mois plus tôt. Tenante d'une ligne de gauche, Cécile Duflot s'était à de multiples reprises opposée à ce qu'elle considérait comme une dérive droitière du gouvernement Valls, et les relations avec son Premier ministre étaient des plus tendues.
No comment yet.
Scoop.it!

Mediapart révèle une nouvelle affaire Ferrand

"Le site d’information Mediapart révèle que Richard Ferrand a revendu en septembre 2016 un bout de sa permanence parlementaire au PS local, alors qu’il venait de rejoindre En Marche. La question se pose de savoir s’il l’avait acquise avec des fonds publics…

Richard Ferrand est impliqué dans plusieurs affaires, sans que cela n’ait empêché le ministre de la Cohésion des territoires de bénéficier de la vague Macron au premier tour des élections législatives. Mais Mediapart révèle ce mardi une nouvelle affaire sur l’ancien député socialiste. Sa compagne n’est pas impliquée, mais il s’agit encore d’une transaction immobilière louche.
“Si c'était le cas, l'actuel ministre de la cohésion des territoires aurait ainsi réussi une sacrée culbute”

En septembre 2016, alors qu’il vient de quitter le PS pour rejoindre le parti d’Emmanuel Macron, le député revend à la section locale du Parti socialiste un bout de sa permanence parlementaire. Prix de la transaction : 40 000 euros. Le site d’information précise qu’une grande partie de la somme lui revient puisqu’il a alors presque remboursé l’intégralité de son emprunt initial. La question se pose alors : pour acquérir cette permanence et rembourser les mensualités, Ferrand avait-il utilisé son indemnité parlementaire pour frais de mandat (IRFM) ? Il se serait alors personnellement enrichi grâce à l’utilisation de fonds publics.
Sur le même sujet
Affaire Ferrand : La défense très légère de Benjamin Griveaux

“Si c'était le cas, l'actuel ministre de la cohésion des territoires aurait ainsi réussi une sacrée culbute : acquérir un bien immobilier avec l'aide de fonds publics, en conserver une partie à la fin de son mandat, en revendre une autre à des concurrents politiques, écrit Mediapart. Une opération certes légale mais pas bien éthique”. Interrogé par le site d’information, le ministre n’a pas souhaité répondre. L’article précise également qu’en 2012, l’Assemblée nationale n’interdisait pas aux députés d’utiliser l’IRFM pour payer des remboursements. La règle a changé en 2015. Il est désormais interdit d’utiliser l’indemnité parlementaire pour une “dépense afférente à une nouvelle acquisition de biens immobiliers”."

No comment yet.
Scoop.it!

Montpellier : la candidate LREM Stéphanie Jannin visée par une enquête

Montpellier : la candidate LREM Stéphanie Jannin visée par une enquête | ACTUALITÉ | Scoop.it

"La candidate aux législatives a été auditionnée la semaine dernière avec son conjoint dans une affaire présumée de prise illégale d'intérêts.

Il fallait que cela tombe en pleine campagne des législatives. Stéphanie Jannin, candidate (LREM) sur la 2e circonscription, a été entendue la semaine passée par la police judiciaire dans l'affaire de la construction de 63 logements sociaux sur Las Rébès. Cela fait suite à une plainte déposée il y a un an par l'association Les enfants de la Colline qui entendaient défendre cet espace vert.

“Mme Jannin et son concubin (Cyril Outrebon, NDLR) ont été entendus la semaine dernière au SRPJ, dans le cadre d'une enquête qui a été ouverte par le parquet de Montpellier il y a plusieurs mois, confirme le procureur de Montpellier, Christophe Barret. Cette enquête avait été ouverte à la suite d'un courrier qui nous avait été adressé dénonçant des faits. Comme à chaque fois dans ce type de situation, une enquête a été menée pour savoir ce qu'il en était.”" (...)

No comment yet.
Scoop.it!

L’ancien roi des Belges Albert II atteint par l’onde de choc du Kazakhgate

L’ancien roi des Belges Albert II atteint par l’onde de choc du Kazakhgate | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Il ne manquait plus qu’un monarque dans la riche galaxie des personnalités citées dans le Kazakhgate, ce vaste scandale politico-judiciaire secouant la France et la Belgique sur fond de ventes d’hélicoptères et de satellites au Kazakhstan, en 2010. L’ex-roi Albert II, qui a régné sur la Belgique de 1993 à 2013, est désormais atteint par l’onde de choc. Le voici, par la grâce d’une écoute téléphonique, suspecté d’avoir tenté de favoriser en sous-main les desseins d’un homme d’affaires belge au parcours tumultueux, le milliardaire George Forrest.

Nous sommes là à la périphérie du dossier judiciaire instruit par le juge parisien Roger Le Loire. Celui-ci suspecte un préfet, Jean-François Etienne des Rosaies, chargé de mission à l’Elysée sous Nicolas Sarkozy, d’avoir monté une cellule officieuse, avec l’aval de Claude Guéant, alors secrétaire général, afin d’arranger les affaires judiciaires en Belgique de trois hommes d’affaires belges originaires du Caucase. Il aurait notamment été question, en exerçant de subtiles pressions sur quelques hommes politiques belges, de voter une loi d’exception, en Belgique, en 2011, afin de permettre une transaction pénale avec ces richissimes hommes d’affaires. En échange de quoi Paris aurait obtenu de juteux contrats au Kazakhstan.
Satisfaire le citoyen Forrest

Placé sur écoute téléphonique, M. des Rosaies, l’homme au cœur du dispositif, s’est montré fort loquace. Apparaissent ses liens avec l’industriel George Forrest, déjà détecté par les radars de la justice française pour avoir versé une commission occulte de 5 millions de dollars au député et maire (LR) de Levallois-Perret, Patrick Balkany, dans le cadre d’un dossier africain… Dans le dossier du Kazakhgate, c’est également George Forrest qui aurait versé 95 000 euros à M. des Rosaies en échange… de son intervention auprès du roi de Belgique pour obtenir un titre de baron ! Une interception téléphonique, opérée le 6 mars 2014, vient éclairer cet épisode" (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Les casseroles du gouvernement français

Les casseroles du gouvernement français | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Mediapart a fouillé dans le passé des nouveaux ministres, et personne n’est épargné. A commencer par le Premier ministre. En 2014, Edouard Philippe n’a pas joué le jeu de la transparence. Il n’a pas indiqué la valeur de ses biens immobiliers dans sa déclaration, que tous les députés devaient remplir. Il a écopé d’un blâme de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Gerard Collomb, ministre de l’Intérieur, traîne lui une vieille affaire. Dans les années 90, il est député du Rhône et conseiller municipal d’opposition à Lyon. Il est entendu en 2006 par la justice comme témoin dans une affaire de détournement de subventions. Fondateur de l’association mise en cause, il ne sera finalement pas inquiété.
"PenelopeGate" version Le Maire

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a eu son petit "PenelopeGate" ! En 2013, il est accusé d’avoir rémunéré sa femme en tant qu’assistante parlementaire pendant 6 ans, sans qu’elle n’ait jamais vraiment travaillé.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail est quant à elle concernée par une enquête de l’Inspection générale des finances. En cause, une soirée à Las Vegas en 2016 en l’honneur d’Emmanuel Macron. Cette fête qui a coûté 381 000 euros était organisée par Business France, dont Muriel Pénicaud était directrice générale à l’époque. Il y aurait donc eu un manquement au code des marchés publics."

No comment yet.
Scoop.it!

Pas avant le deuxième tour – Nicolas Grégoire sur Bayrou

Pas avant le deuxième tour – Nicolas Grégoire sur Bayrou | ACTUALITÉ | Scoop.it

"En dénonçant Bayrou, je voulais changer la politique. Censuré, espionné, cambriolé, j’ai découvert que je ne pouvais pas gagner.
Tout se passe comme prévu.

Le 2 avril, j’ai décrit dans une tribune mon parcours dans les bas fonds de la politique. Emplois fictifs, extorsion, agressions sexuelles, tout y était, version François Bayrou. Plus de soixante-dix mille lecteurs plus tard, j’ai découvert les dessous d’une élection ou tout s’accordait, jusqu’au sommet de l’Etat, pour protéger Emmanuel Macron. Chronique d’un échec annoncé. Et d’une France qui n’est pas la nôtre.
Maintenant ou jamais

“Bonjour ! Je m’appelle Nicolas Grégoire, j’ai eu deux emplois fictifs à l’UDF pour François Bayrou. Et aujourd’hui, je balance”

C’était le bon moment : un mois avant le premier tour. Dans une élection qui s’annonçait serrée. Avec un bon texte, des preuves et une campagne sur les réseaux sociaux, tout le monde m’entendrait. Les médias, d’abord réticents, finiraient par relayer. Et François Hollande, soucieux de sa réputation et peu enclin à protéger ennemis et traîtres, resterait neutre.

En lisant mon brouillon, mes amis découvrent un Nicolas inconnu, un peu inquiétant. “Tout est vrai, sauf le rez-de-chaussée. Je préfère qu’on ne sache pas à quel étage j’habite”. Après quelques jours de relecture, ma souris reste comme suspendue au-dessus de Publier. Le temps ralentit. Avec l’angoisse des grandes décisions, mon doigt s’écrase sur le bouton.
Quinze minutes de célébrité

“Si vous devez lire une chose aujourd’hui, lisez-ça. Vraiment” — quelqu’un sur Twitter

D’abord partagé par trois personnes, Fictif(s) se propage sur les réseaux sociaux. De programmeur en programmeur. Puis un journaliste informatique. Puis France Culture. Puis Cécile Duflot. Puis tout le monde. Pendant deux jours je regarde, fasciné, mon histoire sillonner la France. Et faire le tour des rédactions.

Très vite, les demandes d’interviews arrivent. En choisissant mes mots, je leur dis la même chose. Oui, la politique, c’est vraiment ça : les avantages, les passe-droits. La vie en première classe. Oui, les emplois fictifs sont répandus. Dans tous les partis. “Ah bon, François Bayrou ne me connaît pas ? Pourtant, quand il y avait une coquille dans le journal du parti, il savait où me trouver !” J’insiste sur l’urgence de changer la vie politique avant que, demain ou après-demain, Marine Le Pen gagne l’Elysée. “François Bayrou a l’amnésie pratique. Je ne crois pas qu’il aura l’honneur d’admettre. Oui, il faut moraliser la vie politique. Mais Bayrou ne peut en être ni la caution, ni l’instrument”.

Le jour de la parution de Fictif(s), je reçois un email d’un journaliste de Marianne. “Compte-tenu de sa qualité, seriez-vous intéressé pour une éventuelle reprise sur le site de Marianne ?” J’accepte. Deux jours plus tard, je relance. Aucune réponse. Le lendemain, Marianne publie deux pages d’interview exclusive de François Bayou.

Mediapart, qui n’avait pas voulu de mon papier, le publie maintenant sans mon autorisation. En signant “la rédaction de Mediapart”. Mes mails de protestation et de demande d’accès abonné n’ont pas de réponse.

Très vite, la qualité de mes conversations téléphoniques avec les journalistes est particulièrement mauvaise. Après deux ou trois minutes, les voix se hachent, deviennent métalliques. “Vous voyez, j’habite dans une zone où ça capte plutôt mal. Ça va, mais je capte tout juste. Et là, clairement, quand j’appelle certaines personnes, de la bande passante s’échappe quelque part”.

Je contacte le Canard Enchaîné, dont je connais le rédacteur en chef, Erik Emptaz. “Le Canard vous remercie d’avoir pensé à lui, me répond la secrétaire de rédaction. Votre message est transmis à Erik Emptaz”. Soulagé, je réponds “vous vous réveillez enfin, c’est bien. Je commençais à me demander si vous protégiez Bayrou”. Le Canard ne publiera rien. Et enchaînera les révélations sur Fillon et Le Pen.

Les interviews s’enchaînent. On m’enregistre. On prend note. J’avertis : “Attention, il va y avoir des pressions !” Et toujours la même réponse. “Ah mais Bayrou et ses amis ne font pas la loi chez nous !” Et le sujet ne sort pas.

6 avril. Pour répondre aux demandes des médias et faire taire les mauvaises langues, je publie toutes mes preuves sur Twitter. Et mets les originaux en lieu sûr. Corinne Lepage, qui avait avant moi dénoncé les emplois fictifs chez François Bayrou, retweete immédiatement. Deux minutes plus tard, elle se rétracte.

22h. Dans un appartement éteint et silencieux, je lis à côté de ma fille qui dort à poings fermé. Mon chien bondit en direction de la porte d’entrée en poussant des hurlements. Exactement comme il y a huit ans, quand on essayait de me cambrioler. Je me lève. “Qu’est ce qui se passe, mon chien ?” J’entends quelqu’un dévaler l’escalier. Je reste là, une bonne minute. Le doute s’installe. Dans quoi me suis-je foutu." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Dupont-Aignan dévoile les SMS de Serge Dassault lui demandant de renoncer, par la menace

Dupont-Aignan dévoile les SMS de Serge Dassault lui demandant de renoncer, par la menace | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Le candidat Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan a profité de son invitation sur le plateau de France 2 pour mettre directement en cause le propriétaire du Figaro et soutien de François Fillon, Serge Dassault, qui lui a demandé par SMS de se retirer en faveur du candidat de la droite.

C’est un coup de théâtre, devenu signature. Comme lors de ses derniers passages sur les plateaux de télévision à grande écoute, le candidat Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan s’est assuré un buzz jeudi soir en mettant directement en cause le propriétaire du Figaro, Serge Dassault, lors de son intervention dans l’émission 15 minutes pour convaincre sur France 2.



Le député-maire de Yerres a assuré en direct que l’industriel et soutien de François Fillon lui avait demandé de se retirer de la présidentielle, en échange d'une levée de «censure» dans son journal. «J'ai parlé de pressions insupportables pour m'inciter à renoncer à ma candidature parce que je devrais renoncer à mes convictions (...). Est-ce que je peux vous lire ce que m'a envoyé un grand patron de presse français industriel au service d'un candidat ?», a-t-il lancé." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

François Fillon est soupçonné de ne pas avoir rendu les bons costumes

François Fillon est soupçonné de ne pas avoir rendu les bons costumes | ACTUALITÉ | Scoop.it

"La police a engagé des vérifications sur les costumes de luxe offerts, fin 2016, à François Fillon par l’un des derniers survivants des vieux réseaux de la Françafrique, l’avocat Robert Bourgi. Les enquêteurs soupçonnent le candidat LR de ne pas avoir restitué les bons.

Il n’a pas rendu l’argent, et ce n’étaient pas forcément les bons costumes. La police judiciaire a engagé des vérifications sur les embarrassants costumes de luxe offerts, fin 2016, à François Fillon par l’un des derniers survivants des vieux réseaux de la Françafrique, l’avocat Robert Bourgi. Les enquêteurs soupçonnent le candidat des Républicains à la présidentielle de ne pas avoir restitué les bons costumes de la marque Arnys (propriété du groupe LVMH), selon des informations de Mediapart."

(La lecture des articles est réservée aux abonnés. )

No comment yet.
Scoop.it!

Pendant que Fillon, Le Pen, Ferrand courent toujours, Poutou est condamné pour dégradation

Pendant que Fillon, Le Pen, Ferrand courent toujours, Poutou est condamné pour dégradation | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Les faits remontent à 2012 et 2014. Par deux fois, des ouvriers de Ford Blanquefort ont collé des autocollants, jeté des confettis et sont montés sur des voitures lors de manifestations contre la suppression des emplois sur le site de Blanquefort, aux Salon de l’automobile de Paris. La justice a donné raison à la direction de Ford Europe, qui a déposé plainte pour « dégradations en réunion » contre Phillipe Poutou et trois de ses collègues. Résultat : Philippe Poutou est condamné à 431 euros d’amende, les trois autres ouvriers à 231 euros, et tous écopent d’une inscription au casier judiciaire.

« Ça n’a rien d’anecdotique. En plus, par rapport aux autres collègues, j’ai pris 200 euros de plus sans justification supplémentaire. Ils m’ont sans doute pris pour le meneur, » a déclaré l’ex-candidat à la présidentielle à Rue89 Bordeaux. En effet, cette condamnation est loin d’être anecdotique : non seulement connu pour son combat contre la suppression de postes à Ford Blanquefort, avoir été candidat NPA aux présidentielles à deux reprises, Philippe Poutou est le candidat qui a dénoncé les multiples affaires en cours des candidats face à lui, qui a répondu à Marine Le Pen que l’immunité ouvrière n’existait pas face à l’immunité parlementaire. Dans ce contexte, Poutou est devenu une cible de choix pour cette justice de classe et la classe dominante qu’elle sert." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

François Bayrou quitte déjà le navire : « Je choisis de ne pas exposer » le gouvernement et Macron

François Bayrou quitte déjà le navire : « Je choisis de ne pas exposer » le gouvernement et Macron | ACTUALITÉ | Scoop.it

"LES FAITS
SUIVEZ LE LIVE DE L'ÉVÉNEMENT

 

Après Richard Ferrand et Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez ont quitté le gouvernement ce matin. Une enquête préliminaire vise le MoDem sur l’emploi de ses assistants parlementaires européens. L'ancien ministre de la justice doit tenir une conférence de presse à 17 heures."
------

 

No comment yet.
Scoop.it!

Déplacement de Macron à Las Vegas : perquisitions chez Havas et Business France

Déplacement de Macron à Las Vegas : perquisitions chez Havas et Business France | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Des perquisitions ont été menées ce mardi matin au siège du groupe publicitaire Havas et de l'agence nationale Business France dans le cadre de l'enquête sur l'organisation d'un déplacement en janvier 2016 à Las Vegas d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, ont indiqué des sources proches de l'enquête.

Une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel de favoritisme avait été ouverte à la mi-mars par le parquet de Paris, après des soupçons de dysfonctionnements dans l'organisation de cette opération aux États-Unis.

Elle avait été confiée au géant Havas, sans appel d'offres, par Business France, l'organisme dépendant de Bercy chargé de l'aide au développement international des entreprises françaises, alors dirigé par l'actuelle ministre du Travail Muriel Pénicaud .

Les policiers de l'office anti-corruption (Oclciff) ont mené simultanément les perquisitions dans les locaux d'Havas à Puteaux (Hauts-de-Seine) et ceux de Business France à Paris, ont ajouté ces sources proches." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Un candidat parisien En Marche visé par une plainte pour détournements de fonds

Un candidat parisien En Marche visé par une plainte pour détournements de fonds | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Un enquête préliminaire vient d'être ouverte sur Buon Tan, candidat En Marche aux élections législatives dans la 9e circonscription.

La lettre de trois pages est arrivée au parquet de Paris dans le courant de la semaine dernière. L'enquête préliminaire qui en découle risque d'alourdir le climat des législatives dans la 9e circonscription de Paris (XIIIe arrondissement). Le candidat de la République en marche, Buon Tan, figure charismatique de la communauté asiatique et élu municipal du XIIIe, est en effet visé par une plainte émanant de la vice-présidente du Conseil représentatif des associations asiatiques de France (Craaf), une association qu'il a présidée jusqu'en 2014.

Le courrier dénonce un possible «détournement de fond», via deux chèques émis en mai 2014. «Le premier de 13 500 euros» aurait été signé en blanc par l'ancien trésorier à la demande de Buon Tan et encaissé par une association culturelle. «Le second d'un montant de 3 000 euros» aurait aussi été utilisé dans une grande opacité, au profit d'une association locale de tennis de table. La polémique couvait au sein du Craaf depuis au moins deux ans semble-t-il, provoquant des tensions internes, mais elle n'avait jusqu'à présent pas transpiré en dehors. Des lettres recommandées auraient été adressées aux principaux intéressés." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Le parquet ouvre une enquête préliminaire sur Corinne Vignon, candidate En Marche! à Toulouse

Le parquet ouvre une enquête préliminaire sur Corinne Vignon, candidate En Marche! à Toulouse | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Le parquet de Toulouse a été saisi par les services fiscaux de la Haute-Garonne sur le cas de la candidate de la République en Marche sur la troisième circonscription de la Haute-Garonne sur laquelle pèsent des soupçons de travail dissimulé portant sur ses activités de voyante.

Par F. Valéry et L. Dubois Publié le 15/06/2017 à 11:30 Mis à jour le 15/06/2017 à 19:14
Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête préliminaire après le signalement par l'administration fiscale du cas de Corinne Vignon, la candidate de la République en Marche sur la 3ème circonscription de la Haute-Garonne, a indiqué le parquet, confirmant les informations de France 3 Midi-Pyrénées.

Corinne Vignon est arrivée largement en tête dimanche au soir du premier tour des élections législatives et est opposée au second tour à la députée sortante LR Laurence Arribagé.

Ce signalement de l'administration fiscale de Haute-Garonne a été engagé au titre de l'article 40 du code de procédure pénale qui stipule que tout fonctionnaire a l'obligation de signaler à la justice les infractions qui sont portés à sa connaissance.

L'administration fiscale a relevé une possible dissimulation de revenus lié à une activité de voyance astrologique dont nous avions révélé l'existence sur le blog politique. Nous y expliquions notamment qu'elle facturait 90 euros la consultation.

Le parquet indique donc qu'une "enquête préliminaire confiée au service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse du chef de travail dissimulé, infraction susceptible d'avoir été commise entre 2012 et 2014 dans le cadre de l’exercice d’une activité dissimulée d’astrologie"." (...)
------

Connexe : Candidate En marche et astrologue à 90 euros la séance: le parquet ouvre une enquête

 

Pour d'autres malaises avec "la ripoublique en marche dans le mur", consulter le hashtag #LREM

No comment yet.
Scoop.it!

Législatives françaises : tous les macronistes visés par la justice ont été plébiscités

Législatives françaises : tous les macronistes visés par la justice ont été plébiscités | ACTUALITÉ | Scoop.it
Les affaires n'auront eu aucun impact sur le premier tour des élections législatives. Les candidats d'En Marche qui ont déjà eu maille à partir avec la justice ou qui l'intéressent aujourd'hui ont tous fait de très bons scores.

C'est l'un des enseignements les plus étonnants de ce scrutin. Alors que la moralisation de la vie publique a constitué un des thèmes forts de la campagne législative à l’initiative d’Emmanuel Macron, la vague du premier tour a tout emporté, même les affaires de ses candidats. Dans les urnes, les impétrants macronistes qui se trouvent dans le viseur de la justice, voire qui ont déjà condamnés, ont tous été plébiscités.

Les deux cas les plus médiatiques sont évidemment ceux des ministres Richard Ferrand et Marielle de Sarnez. Visés chacun par une enquête préliminaire, respectivement pour des combines présumées autour des Mutuelles de Bretagne et pour des soupçons d'emploi fictif, ils terminent tous deux en tête dans leur circonscription. Richard Ferrand réunit 34,1% des voix dans la sixième du Finistère, tandis que Marielle de Sarnez dépasse les 40% à Paris.
Lire aussi
boLégislatives : les ministres de Macron largement en tête... sauf celle qui officiait déjà sous Hollande
Carton plein pour ceux qui subissent une enquête…

Même constat concernant des candidats moins connus. A Paris, Buon Tan, visé par une enquête préliminaire pour détournement de fonds, arrive premier dans l'ancienne circonscription de Jean-Marie Le Guen, avec 36,4% des voix. Dans les Pyrénées-Orientales, Romain Grau est sous le coup d'une enquête pour "harcèlement moral", en tant que dirigeant de New Eas, une société d'aéronautique. Lui aussi se classe devant avec 31,75% des suffrages. Idem pour Emilie Guérel dans les Bouches-du-Rhône : elle réunit 31,55% des voix tout en étant poursuivie par un autre candidat pour fraude à l'assurance maladie. Elle aurait profité de son congé maladie pour faire campagne.

Seule Véronique Avril ne vire pas en tête, à Saint-Denis : sous le coup d'une enquête pour avoir loué un logement insalubre au-dessus du prix du marché, elle est tout de même qualifiée avec 20,7% des voix et affrontera au second tour Stéphane Peu, de la France insoumise (27,7%).
…comme pour ceux qui ont déjà été condamnés

On pourrait se dire que les électeurs de La République en marche (LREM) sont particulièrement attachés à la présomption d'innocence. Mais le constat est aussi valable pour les candidats condamnés par le passé, qui réalisent de très bons scores. Houmria Berrada, candidate dans le Nord condamnée en 2011 pour "faux et usage de faux" après avoir falsifié un diplôme de droit, termine en tête de sa circonscription, avec 22,5% des voix ; elle affrontera Ugo Bernalicis (19,16%), candidat de la France insoumise, au second tour. En Haute-Garonne, Pierre Cabaré est plébiscité, avec 33,7% des voix. Il a pourtant vu son investiture En Marche suspendue car il a été condamné en 2002 à un an d'inéligibilité en raison de l'irrégularité de ses comptes de campagne. LREM, la République en miséricorde ?
No comment yet.
Scoop.it!

L'étonnant coup de fil de François Bayrou à Radio France concernant leur enquête de corruption au MoDem

L'étonnant coup de fil de François Bayrou à Radio France concernant leur enquête de corruption au MoDem | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Cela ressemble à une forme de pression sur notre rédaction : le ministre de la Justice a personnellement contacté notre cellule investigations, en pleine enquête sur son parti.
François Bayrou lors de la presentation de la loi de moralisation de la vie publique le 1er juin 2017

Tout s'est passé mercredi après-midi, quelques heures avant la diffusion par France Inter de révélations sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens au MoDem, le parti mené par François Bayrou, devenu garde des Sceaux depuis. Jacques Monin, directeur de la cellule investigations de Radio France, reçoit un coup de téléphone du ministre lui-même : "Il s'est plaint auprès de moi en expliquant que des journalistes de la direction de l'investigation auraient des méthodes inquisitrices, qu'ils jetteraient le soupçon sur des salariés du MoDem en les interrogeant de manière abusive. Il explique qu'il voit passer dans son bureau des salariés qui pleurent, et qu'il se doit de les protéger..."

Une réaction surprenante qui ne s'arrête pas là, explique Jacques Monin.

Le garde des Sceaux ajoute qu'il étudie, avec ses avocats, la possibilité d'une qualification de harcèlement.

Une qualification pénale, qui pourrait être interprétée comme une pression directe sur les journalistes de la cellule, ce que lui rappelle son directeur."Je lui explique que la description qu'il fait du comportement des journalistes de la cellule investigations ne correspond pas à ce que je sais de leur manière de travailler. Et qu'en tout état de cause, il était hors de question de leur demander d'arrêter leur enquête." Bien entendu, il assure aussi François Bayrou que "si notre travail devait le concerner, nous lui proposerions, comme nous le faisons toujours, de s'exprimer".

Une pression à peine déguisée ? Le ministre de la Justice balaie l'accusation : "Ce n’est pas une menace, ni de l’intimidation", explique-t-il à nos confrères de Mediapart. "J’ai seulement dit que je trouvais cela choquant. Ce n’est pas le ministre de la Justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen."

Fin mai, le ministre de la Justice avait déjà provoqué une vive émotion chez les magistrats en reprenant sur son compte Twitter un communiqué de Marielle de Sarnez sur une enquête la visant, ce qui pouvait là encore ressembler à une pression, le parquet étant directement sous l'autorité du ministre. Le cabinet de François Bayrou avait alors déjà assuré qu'il s'agissait d'un soutien strictement personnel, indépendamment de ses nouvelles fonctions. Ces dernières avaient d'ailleurs été rapidement effacées de la description de so" (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Solidarité avec les anarchistes du Venezuela

(...) "En bref, voici résumé de ce que l’anarchisme local dit aujourd’hui. L’actuelle conjoncture met en évidence la nature fasciste du régime de Chavez – et sa séquence avec Maduro -, les gouvernements militaristes réactionnaires que nous avons toujours dénoncés dans notre journal El Libertario. Ce système a toujours été lié au crime, au trafic de drogue, au pillage, à la corruption, à la prison pour les opposants, aux tortures, aux disparitions en dehors de la gestion désastreuse au niveau économique, social, culturel et éthique. Chavez a réussi à impacter avec son leadership messianique et charismatique financé par la hausse du prix du pétrole. Mais après sa mort et la fin de l’abondance, le soi-disant processus bolivarien s’est dégonflé car il était soutenu par des bases faibles. Cette « révolution » a suivi la tradition rentière historique initiée au début du XXe siècle avec le dictateur Juan Vicente Gómez, poursuivie par le militaire Marcos Perez Jimenez, et qui ne cessa pas dans l’ultérieur régime démocratique représentatif." (...)

No comment yet.
Scoop.it!

Voici une « ferme à clics », dans laquelle on élève du like et de l’avis positif certifiés 100 % non-bio

Voici une « ferme à clics », dans laquelle on élève du like et de l’avis positif certifiés 100 % non-bio | ACTUALITÉ | Scoop.it
Dans les océans que sont l’AppStore et Google Play, bon nombre de développeurs éprouvent de grandes difficultés pour que leur application se démarque des centaines de milliers d’autres déjà présentes. Pour sortir du lot, certains n’hésitent pas à faire appel à une « ferme à clics ».

Bien souvent hébergé dans des pays en voie de développement, ces lieux tenus secrets emploient, pour un salaire dérisoire, des travailleurs chargés de multiplier les likes, les faux avis positifs ou encore les clics sur une page ou une application. Le but étant de booster la popularité de cette dernière, pour qu’elle remonte dans le classement des stores, et bénéficie d’une meilleure visibilité. Comme on vous le disait plus tôt, le mystère nimbe ces fermes à clics. Beaucoup connaissent leur existence, mais peu savent à quoi elles ressemblent.
Made in China

Lors d’une visite en Chine, un citoyen russe affirme avoir filmé une « ferme à clics ». Sur sa vidéo, partagée par zerohedge.com, on peut apercevoir des centaines de smartphones rangés sur des étagères et programmés pour laisser des bonnes notes ainsi que des commentaires positifs sur une application. Selon l’auteur de la séquence, cette ferme est composée d’environ 10 000 téléphones.
No comment yet.
Scoop.it!

L’Arabie Saoudite rejoint la Commission de la condition de la femme de l’ONU [Si si, c'est pas du "Gorafi"]

L’Arabie Saoudite rejoint la Commission de la condition de la femme de l’ONU [Si si, c'est pas du "Gorafi"] | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Et non, vous ne rêvez pas ! A partir de 2018, l’Arabie Saoudite rejoindra la Commission de la condition de la femme des Nations unies, selonl’ONG UN Watch.

Dans un communiqué publié samedi 22 mars, le président de l’ONG UN Watch, Hillel Neuer a résumé la situation : « C’est comme désigner un pyromane, chef des pompiers de la ville ». L’Arabie Saoudite intégrera donc cette commission dédiée « à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes ». Selon l’ONG, 15 des 45 Etats membres auraient voté pour inclure l’Arabie Saoudite de 2018 à 2022. Douze autres pays rejoignent la Commission : l’Algérie, l’Irak, le Congo, le Ghana, le Kenya, les Comores, le Turkménistan, l’Équateur, le Nicaragua, Haïti, le Japon et la Corée du sud.
Une nomination qui a suscité de vives réactions sur Twitter

« J’aurais aimé pouvoir trouver les mots pour exprimer ce que je ressens maintenant. Je suis Saoudienne et je me sens trahie », a notamment réagi une jeune femme sur son compte Twitter.

« Le monde devient subitement sourd et aveugle lorsqu’on parle de l’Arabie saoudite. Nous connaissons l’horrible réalité (le pétrole passe en priorité) », réagit un autre internaute." (...)

L'Esprit Du Moment's insight:

Connexe : 

No comment yet.
Scoop.it!

Croyant sa visite chez Deezer plus sûre, Fillon s'y fait troller à la puissance mille

Croyant sa visite chez Deezer plus sûre, Fillon s'y fait troller à la puissance mille | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Après avoir fui l'impertinence de l'École 42, François Fillon se prend exactement la même chez Deezer. Génies.

Ce matin, tout le monde s'est plus ou moins fendu la gueule devant l'annulation express de la visite de François Fillon dans les locaux de l'École 42. On le comprend. Les petits génies de l'informatique étudiant dans l'école avaient en effet prévu de lui administrer une bonne dose de trolling intensif pour immortaliser dans le sang cette journée si spéciale : fonds d'écran Penelope Fillon sur tous les ordis de l'école, gros messages : "Rends l'argent François" sur le portique d'accueil, etc. Un petit jet de farine intempestif a même été évoqué, encore un.

Horrifié à l'idée de vivre une telle humiliation en direct, le candidat de la droite et du centre s'est donc tourné vers des contrées plus tranquilles sans changer fondamentalement l'objectif de cette journée de campagne : se poser comme le candidat du numérique, après avoir affirmé qu'il était l'homme grâce auquel Internet était arrivé en France. Qui de mieux que Deezer, licorne française, start-up high-tech capitalisée à plus d'un milliard d'euros à son entrée en bourse, pour coller avec ce discours de pionnier 2.0 ? Au pied levé, la visite est donc déplacée dans leurs locaux et, l'espace d'un instant, la sérénité s'installe chez les responsables com' de la campagne de Fillon.

Mais l'art du trolling ne connaît pas de frontières, a fortiori quand on imagine que les étudiants de l'École 42 iront grossir les rangs de boîtes comme Deezer d'ici quelques années. Alors forcément, chez la plateforme de streaming aussi, l'accueil du candidat s'est fait à base de bons gros fonds d'écran : "Rends l'argent François". Après avoir creusé la tombe des taxis et des vidéo-clubs, le numérique vient de creuser celle de l'expression : "L'herbe est plus verte dans le pré d'à côté." RIP." (images & tweets)

No comment yet.
Scoop.it!

Costumes : Robert Bourgi accuse François Fillon de l'avoir fait mentir

Costumes : Robert Bourgi accuse François Fillon de l'avoir fait mentir | ACTUALITÉ | Scoop.it

"L'avocat-bienfaiteur Robert Bourgi, qui a offert les fameux costumes de François Fillon, raconte avoir été intimidé par le candidat de la droite quand l'affaire est sortie dans les médias, afin qu'il se taise.

Robert Bourgi a retrouvé la voix. Muet depuis le début de "l'affaire des costumes", qui porte sur ses deux cadeaux de chez Arnys à François Fillon au lendemain de la primaire de la droite, l'avocat aux réseaux troubles a accordé un entretien à Mediapart ce jeudi 13 avril. Sans langue de bois…

Tout au long de l'interview, cette incarnation vivante de la Françafrique éreinte François Fillon. Il affirme que le candidat et sa directrice de la communication l'ont appelé à plusieurs reprises dans les jours qui ont précédé et suivi les révélations du JDD sur ces cadeaux à 13.000 euros et ce, afin qu'il... nie être le bienfaiteur du candidat de la droite à l'élection présidentielle. "Pendant six jours, du samedi ayant précédé les révélations du 'Journal du dimanche' au vendredi suivant, François Fillon et sa très grande papesse de la communication, Anne Méaux, ont souhaité que je ne dise rien concernant l’identité de la personne qui a offert les costumes : moi. L’un et l’autre m’ont appelé dès le samedi après-midi (la veille de la publication du 'JDD', ndlr) pour que je ne dise pas que c’était moi", raconte Robert Bourgi.

L'homme d'affaires explique en outre que, pour le convaincre de se taire, François Fillon aurait fait appel à... sa sensibilité gaulliste. "A plusieurs reprises, il a fait appel à ma solidarité de gaulliste". Une intimidation à laquelle Robert Bourgi a cédé dans un premier temps : "J’ai été contraint pendant une semaine de mentir". Un temps, car quand Le Monde l'a appelé pour vérifier la rumeur, il a finalement avoué être le mystérieux bienfaiteur.
"Il en avait d'ailleurs été très touché"

L'avocat donne par ailleurs plusieurs détails sur ce fameux cadeau. Il affirme par exemple que François Fillon avait beaucoup apprécié l'attention : "J’ai offert à François Fillon, pour sa victoire à la primaire de la droite, deux costumes, que j’ai payés 13.000 euros. Il en avait d’ailleurs été très touché." Il raconte que c'est la maison Arnys qui a pris directement contact avec le candidat pour que celui-ci choisisse "l'étoffe" de ces onéreux costards.

Sur leur relation, Robert Bourgi décrit François Fillon en homme "secret" et assure qu'il sollicite "souvent" ses conseils sur "la politique africaine" et ce, depuis les années 1970 : "François Fillon est un ami de très longue date". Enfin, l'avocat a sa petite idée sur l'issue du scrutin présidentiel. Pour lui, son "ami" Fillon va perdre car les sarkozystes ont juré sa perte :" (...)

No comment yet.