ACTUALITÉ
373.6K views | +63 today
Follow
ACTUALITÉ
Chronique d'une prise de conscience - Revue de presse alternative épinglée par http://activeast.free.fr
ACTIVEAST mail
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scoop.it!

Que va faire Polony chez Ardisson avec Jeremstar ?!!

Que va faire Polony chez Ardisson avec Jeremstar ?!! | ACTUALITÉ | Scoop.it

"C’est avec ce genre d’info que l’on comprend que plus rien n’est sauvable dans ce pays, c’est bien trop tard. On peut sauver un corps frappé d’un arrêt cardiaque depuis quelques secondes mais par un cadavre en phase avancée de décomposition, c’est définitivement trop tard… On a tous cru que Natacha Polony commençait à comprendre certaines choses, qu’elle s’éveillait à la réalité de ce monde ! C’est raté. Il ne reste plus à la Polony que de réaliser ses ITW politiques dans la baignoire de Jeremstar !"
--------------------

"Ce sera l’un des événements de la rentrée.

« Salut les terriens » sera déclinée avec une version dominicale qui sera diffusée tous les dimanches à 19h, c’est à dire face à « Sept à Huit » sur TF1 et face à la nouvelle émission d’information de Laurent Delahousse sur France 2. Ce nouveau rendez-vous sera très différent de celui du samedi, car il s’agira en fait d’une bande de chroniqueurs qui viendront chaque dimanche avec leurs chroniques, leur reportages, leurs caméra-cachées…

Ce matin, jeanmarcmorandini.com peut vous révéler en exclusivité la liste complète de ceux qui vont rejoindre l’équipe de Thierry Ardisson. Sept chroniqueurs ont ainsi été recrutés :

– Eric Brunet (RMC-BFM TV).
– Raquel Garrido (Les insoumis).
– Hapsatou Sy (C8).
– Franz-Olivier Giesbert.
– Gilles-William Goldnadel (Avocat).
– Jeremstar (Blogueur).
– Natacha Polony (LCI)…"

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Pour #MouloudAchour, s'interroger sur le 11-Septembre c'est "franchir des lignes" et parle d' "antisémitisme"

Pour #MouloudAchour, s'interroger sur le 11-Septembre c'est "franchir des lignes" et parle d' "antisémitisme" | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Le 8 juin, la web-tv Clique a diffusé une interview de l'acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz.

L'interviewer : Mouloud Achour, ex-animateur de MTV, salarié de Canal+ et soutien du CCIF.

Pour aborder le rejet de la version officielle du 11-Septembre affiché depuis 2009 par Kassovitz, Achour l'interroge en ces termes :

« Des fois, y a des lignes qui sont franchies.
Je me rappelle tes propos sur le 11-Septembre...
Y a quand même quelqu'un qui disait que tu reproduisais un discours antisémite...
C'est quoi, le problème avec le 11-Septembre? »

En juin 2016, sur France Inter, Achour affirmait -sans le moindre argument- que toute remise en question de la version officielle du 11-Septembre était « grave ».

Rappel : hostile à toute exposition des zones d'ombre du 11-Septembre (une opération israélo-américaine sous faux drapeau islamiste), Achour a récemment suscité la polémique en prenant la défense de Gad El Maleh et Kev Adams, humoristes pro-israéliens qui furent accusés d'avoir joué un sketch raciste sur les Asiatiques.

{SOURCES :
*https://youtu.be/3eBSFi2IzfE?t=4m20s
*http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/25/attaque-pour-ses-propos-sur-le-11-septembre-mathieu-kassovitz-poursuit-en-diffamation_1245352_3224.html
*https://youtu.be/8D5rHJILh6Q
*https://youtu.be/HG_aXfrNqgY?t=11m28s
*http://www.panamza.com/12122013-dieudo-soral-fils-de-putes-kassovitz-quenelle/
*http://www.liberation.fr/france/2016/12/22/monsieur-achour-le-racisme-n-est-pas-un-jeu-mais-un-enjeu_1536918
*https://www.facebook.com/panhamza/photos/a.259863080821062.1073741827.258337060973664/590899124384121
*https://youtu.be/7RP4lJVYmgs}"

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Pérennisation de l'état d'urgence: même le New York Times attaque Macron

Pérennisation de l'état d'urgence: même le New York Times attaque Macron | ACTUALITÉ | Scoop.it
Moins d'un mois après son arrivée, Le Monde a révélé que le gouvernement d'Édouard Philippe souhaitait mettre l'état d'urgence dans le droit commun. Celui-ci a déjà été reconduit à quatre reprises, depuis les attentats de novembre 2015. La dernière fois, c'était en décembre dernier pour une prolongation jusqu'en juillet prochain. Mais avec ce nouveau projet de loi antiterroriste, quasiment toutes les mesures entreraient dans le droit commun (seulement pour des questions de terrorisme).

«Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermetures de lieux de culte, zones de protection et de sécurité, toutes ces mesures emblématiques du régime d’exception créé en 1955 pendant la guerre d’Algérie et étoffé par touches successives depuis les attentats du 13 novembre 2015, devraient se retrouver dans la loi ordinaire avec quelques modifications marginales. Elles ne pourront néanmoins s’appliquer qu’à la matière antiterroriste. [...] La marque de fabrique de cette transposition est que l’autorité judiciaire est maintenue à l’écart. Toutes ces mesures resteront l’apanage du ministère de l’Intérieur et des préfets, sans l’intervention d’un juge judiciaire.»

Plusieurs personnes et autorités s'inquiètent de ce choix de la part du premier gouvernement Philippe. Les magistrats ont d'ailleurs protesté et plusieurs associations réclament le retrait du projet de loi antiterroriste qui doit être examiné en conseil des ministres dans une semaine, le 21 juin.
Une République plus répressive

Il faut désormais y ajouter le comité de rédaction du New York Times. Dans un éditorial publié ce 12 juin, il rappelle la large victoire du parti d'Emmanuel Macron au premier tour des législatives et son imposante majorité si les projections venaient à se confirmer dimanche prochain, lors du second tour. Mais il tient ensuite à avertir des tentations d'abus de pouvoir, avant de s'inquiéter du projet de loi antiterroriste «qui légaliserait de façon permanente l'état d'urgence décrété par le président François Hollande, peu après les attentats terroristes à Paris, en novembre 2015».

«L'absence d'un rôle pour le judiciaire qui pourrait contrôler le pouvoir général de l'exécutif est troublante. Encore plus alarmant consiste à consacrer l'état d'urgence dans le droit ordinaire, ce qui donne un coup de frein permanent aux droits constitutionnels des citoyens français. [...] De telles mesures n'ajoutent pas grand chose à la législation antiterroriste déjà existante qui a peu contribué à la lutte contre le terrorisme, tout en faisant du mal aux droits des citoyens.
La seule chose qui peut empêcher le projet de loi de devenir loi peut être le Conseil constitutionnel. [...] Il ne doit pas permettre ce qui devait être une suspension extraordinaire et temporaire des droits des citoyens de devenir permanente. Sinon, la promesse du nouveau départ de M. Macron pour la France pourrait aboutir à une république plus répressive et préparer la voie à d'autres abus du pouvoir exécutif au-delà de son mandat.»

Le New York Times avait déjà publié un éditorial au vitriol en mars 2015. C'était alors pour s'en prendre au projet de loi renseignement, qui avait finalement été voté moins de deux mois plus tard.
more...
No comment yet.
Scoop.it!

François Lenglet, un « journaliste » d'état au Bilderberg (#mdr)

François Lenglet, un « journaliste » d'état au Bilderberg (#mdr) | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Surpris par une caméra lors de son arrivée aux États-Unis, le Monsieur Économie de France 2 a prétendu faire son «travail de journaliste» en se rendant au rassemblement ultra-secret du Bilderberg.

Le 02.06.2017


Jeudi 1er juin, Panamza rapportait le démarrage des conférences du Bilderberg, réseau fondé par l'ex-espion militaire David Rockefeller, qualifié de «terroriste» par un haut-magistrat italien et composé notamment d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe.

À l'aéroport de Chantilly, en Virginie, une équipe de vidéastes-reporters a capturé l'arrivée de certains participants.

À 2', on peut reconnaître François Lenglet, rédacteur en chef de France 2, chroniqueur vedette de l'Émission politique et animateur de l'Angle Éco.

D'inclinaison néolibérale, l'homme salarié par le service public audiovisuel a prétendu venir faire son «travail de journaliste» et «rapporter» ce qu'il verra après «vérifié les règles».

Balivernes : la confidentialité absolue est la règle du Bilderberg."

 

(Accès aux liens et à la vidéo réservés aux adhérants)

 

Connexe : Les Dessous du groupe Bilderberg

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Une semaine à regarder la fange télévisuelle française depuis la Suisse (Hanouna & co)

Une semaine à regarder la fange télévisuelle française depuis la Suisse (Hanouna & co) | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Intrigué par l’affaire Hanouna, un journaliste suisse s’est risqué à observer les chaînes françaises pendant sept jours. Il découvre, atterré, un mélange de vulgarité, de réalité trafiquée et d’imposture.
Nos services

Il y a quelques jours, on m’a invité à plonger dans un monde pour moi étrange et inconnu : le nouveau paysage audiovisuel français. Un cloaque. Pourquoi moi, zappeur vieillissant ? Parce que je ne suis plus dommage ? “Va, tant qu’il est temps, et découvre cette télévision dont on parle !” J’ai eu le malheur d’accepter. C’est un cloaque.

La proposition avait une origine : tout ce bruit autour de TPMP. Maintenant, je sais traduire : Touche Pas à Mon Poste (C8). J’ai sauté dans la galaxie Hanouna, et ce n’est pas joli à voir, ni agréable à sentir. Naturellement, depuis qu’une menace de sanction plane sur son contrat de 50 millions d’euros l’an, l’animateur barbu, vociférant et hystérique – Cyril de son prénom – montre un poil de prudence : il ne se risquera pas de sitôt à humilier, comme il l’a fait à la mi-mai, un jeune gay en se faisant passer, au téléphone, devant la France entière, pour le client d’un site de rencontres ; son complice et patron, Vincent Bolloré, rustre milliardaire, ne veut pas mettre en péril son empire digital en construction.
Hanouna ou le vertige de la vulgarité

Ces petites précautions dictées par l’incident homophobe ne changent pourtant rien au fond : TPMP est en permanence une entreprise obscène et rentable de décervelage. Mais en écrivant cela, un grand trouble me prend. Plus de 1 million de francophones regardent chaque jour ce spectacle dégradant. Que pensent-ils, tous ces “chéris”, comme les nomme (moi donc y compris) Hanouna, quand un de ses comparses raconte qu’il a pissé sur la voiture d’un ami, et qu’un autre s’esclaffe en disant qu’il a pété dans la loge de sa voisine – charmée : “pet avoué est à moitié pardonné” ?" (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Paris Première ne reconduit pas "Polonium", préférant programmer "des choses moins intellectuelles"

"Isabelle Ithurburu recevait Natacha Polony ce samedi 10 juin dans Le Tube, pour dresser un bilan de cette année de télévision, durant laquelle la journaliste a officié sur Paris Première, LCI, Europe 1, Le Figaro et sur sa propre plateforme Polony TV. En plein mercato média et contre toute attente, la journaliste a annoncé l’arrêt de son émission "Polonium" sur Paris Première. 

Une décision prise "par la chaîne", a expliqué Natacha Polony, à l'évidence insatisfaite de cette décision.

 

"Je pense qu'il y a toujours une place pour des émissions comme ça. Parfois, les chaînes de télévision veulent aller vers des choses moins intellectuelles. Je pense pourtant qu'il y a beaucoup de gens qui aspirent à du débat d'idées et qui ont un appétit pour la réflexion", a expliqué la journaliste.

Natacha Polony a précisé qu'elle a "d'autres projets", mais pas sur Paris Première. Interrogée sur son avenir dans la matinale d'Europe 1, qui en septembre verra l'arrivée de Patrick Cohen, elle a répondu de manière sibylline : ""Tout cela va se mettre en place, on va voir. Moi, j'ai envie d'aller partout où j'ai de la liberté, partout où on me permet d'exercer mon travail tel que je crois devoir le faire"."

more...
No comment yet.
Scoop.it!

David Pujadas avouait fin 2016 qu'il existe une «idéologie cachée» à l'œuvre dans son (ex) journal télévisé

David Pujadas avouait fin 2016 qu'il existe une «idéologie cachée» à l'œuvre dans son (ex) journal télévisé | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Rejetant l'accusation selon laquelle son JT serait «de droite», David Pujadas s'est livré à un mea culpa pour le moins inédit dans une interview : son journal véhiculerait «l'idée que le salut et le bonheur résident dans la consommation».

«Oui, il y a une idéologie cachée.» C'est en ces termes que David Pujadas, le journaliste «le plus crédible de France» selon une récente enquête d'opinion, concède que la vision du monde reflétée par son journal télévisé de 20 heures sur France 2 serait biaisée.

Interrogé par le magazine Society dans sa dernière édition de décembre, le présentateur vedette réfute l'idée selon laquelle son journal serait de droite, avant de se lancer dans une confession étonnante. «Je vais faire un mea culpa : oui, le journal véhicule une vision du monde, [selon laquelle] le salut et le bonheur résident dans la consommation, ou l'accumulation de richesses», a précisé le journaliste.

Il a reconnu qu'il orientait lui-même ses questions en ce sens lorsqu'il reçoit des personnalités politique. Mais David Pujadas admet pourtant que «cette vision matérialiste et productiviste du monde» ne sera plus, selon lui, «aussi évidente dans 30 ans».

Concédant que «la croissance non mesurée, l'attention portée aux autres, tout ce temps que l'on passe à échanger des services» sont des thèmes qui ne sont jamais abordés dans son journal télévisé, David Pujadas y voit pourtant autant d'éléments «essentiels dans une société»."

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Affaire Hanouna : C8 frappée directement au portefeuille

Affaire Hanouna : C8 frappée directement au portefeuille | ACTUALITÉ | Scoop.it

"La moitié des revenus publicitaires de la cinquième chaîne française dépendent de l'animateur.

Il aura suffi d'un nouveau dérapage de Cyril Hanouna pour déclencher une énième procédure de sanction par le CSA en même temps qu'un vaste incendie publicitaire. Et ce brasier pourrait bien consumer C8 en même temps que son animateur star. Après la polémique suscitée par une séquence de «Touche pas à mon poste» jugée homophobe, plus d'une trentaine de marques ont décidé de déserter l'émission phare de la chaîne gratuite du groupe Canal+. Chanel, Disneyland, Guerlain, PSA, Bosch, Orange, SFR, Pampers, Flunch, Decathlon, Petit Navire, Thomson, Bouygues Immobilier, Groupama, Nestlé, RedBull, PMU, Cofidis ou encore la Maaf viennent en effet de zapper purement et simplement le programme. Et la liste continue de s'allonger... Il aura fallu attendre que le boycott des annonceurs de «TPMP» lancé sur Twitter commence à produire ses effets pour que Cyril Hanouna admette avoir «commis une erreur».

Ce qui a changé? Cette fois, C8 est frappée directement au portefeuille. L'an dernier, la chaîne a engrangé quelque 160 millions d'euros de recettes publicitaires au total, selon un bon connaisseur du dossier. Or près de la moitié de ce chiffre, soit environ 80 millions d'euros net, est générée par «Touche pas à mon poste» et ses rediffusions quotidiennes le matin ainsi qu'en soirée. Cela représente, dans les grandes masses, entre 200.000 et 250.000 euros net par jour. Plus d'un million par semaine... Le poids de l'émission dans les revenus de la chaîne est colossal. Et il faudrait encore y ajouter l'ensemble des programmes produits ou présentés par la principale icône jeune du PAF.

Contrat de 250 millions

«S'il est effectivement trop tôt pour parler d'accident industriel, la Hanouna-dépendance de la chaîne est telle que cela peut vite devenir un gros problème»

S'attaquer à Cyril Hanouna, c'est donc viser au cœur le réacteur financier de C8. Vincent Bolloré, le patron de Canal +, le sait mieux que personne. Il a signé un chèque de 250 millions d'euros sur cinq ans à la société de production de l'animateur, H2O. «Il s'agit seulement de quelques annonceurs qui se retirent de l'émission et de l'antenne. Je remercie les 200 annonceurs qui restent», a tempéré Franck Appietto, le directeur général de C8 sur Europe 1." (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Elysée : l'équipe Macron veut échapper aux journalistes politiques

Elysée : l'équipe Macron veut échapper aux journalistes politiques | ACTUALITÉ | Scoop.it

"L'Elysée entend choisir quel journaliste de chaque rédaction suivra le chef de l'Etat lors de ses déplacements. "Il n’y a pas de raison pour que l’Elysée soit systématiquement suivi par la presse politique", explique l'entourage d'Emmanuel Macron.

Premier point presse ardu pour le nouveau porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, ce jeudi 18 mai. A peine avait-il terminé son compte-rendu du premier conseil des ministres de l’ère Macron qu’il a dû faire face à une volée de questions de journalistes remontés contre les conditions de travail que leur impose la nouvelle équipe de l’Elysée.

D’abord, les journalistes et photographes présents à l’Elysée ce jeudi matin ont été évacués de la cour du palais après l’arrivée des ministres. Ils n’ont donc pas pu filmer la sortie du conseil, ni interroger les nouveaux membres du gouvernement, contrairement à l’usage habituel. « Ce n’est absolument pas une volonté de verrouiller la communication », a assuré Christophe Castaner, qui a invoqué « une raison pratique » : l’organisation de la photo de famille du gouvernement, prise à l’intérieur de l’Elysée. « Il fallait pour cela une certaine liberté d’organisation », a-t-il expliqué, assurant que la sortie du conseil des ministres serait réouverte à la presse « dès la semaine prochaine »." (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

«Le temps est venu d'assassiner Assad», déclare un ministre israélien tout naturellement

«Le temps est venu d'assassiner Assad», déclare un ministre israélien tout naturellement | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Le ministre israélien du Logement Yoav Galant a appelé, ni plus ni moins, à tuer le président syrien Bachar el-Assad lors d'une conférence à Jérusalem, à la suite des allégations américaines sur de prétendus crimes de guerre perpétrés par Damas.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas mâché ses mots. «A mon avis, nous sommes en train de franchir une ligne rouge. Et pour moi, le temps est venu d'assassiner Assad. C'est aussi simple que cela», a déclaré le 16 mai Yoav Galant, ministre du Logement du gouvernement de Benjamin Netanyahou.

«La réalité de la situation en Syrie est qu'ils sont en train d'exécuter des gens, en menant des attaques chimiques contre eux, et maintenant, ils brûlent leurs cadavres, quelque chose que nous n'avons pas vu en 70 ans», a assuré le ministre en référence à l'Holocauste.

Et de poursuivre, toujours avec la même assurance : «Quiconque assassine un peuple et brûle les corps des victimes n’a pas sa place dans ce monde», avant d'accuser finalement le président Assad de perpétrer un «génocide» contre les Syriens." (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Pujadas éjecté : la victoire du Crif

Pujadas éjecté : la victoire du Crif | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Aujourd'hui écarté du JT de 20h, David Pujadas faisait l'objet d'une campagne de dénigrement orchestrée par le lobby sioniste. Sa remplacante est l'épouse d'un publicitaire lié à Israël.

La question taraude aujourd'hui la rédaction effondrée de France 2 : pourquoi, après presque 16 ans de bons et loyaux services, David Pujadas a-t-il été séchement débarqué du journal télévisé de 20h au profit d'Anne-Sophie Lapix?" (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Asselineau : Entretien spécial premier gouvernement d'Édouard Philippe et premiers jours de Macron

"Entretien spécial premier gouvernement d'Édouard Philippe et premiers jours de Macron"

 

Connexe :

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Le régime israélien débranche la radiotélévision publique

Le régime israélien débranche la radiotélévision publique | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Mardi soir, Nétanyahou a coupé le son de la chaîne de télé et de la radio d’Etat. Elles seront remplacées lundi prochain par des antennes qui ne diffuseront pas d’informations.

Le gouvernement israélien débranche la radiotélévision publique

Sans préavis, la première chaîne de la télévision publique israélienne, l’équivalent de France 2, a définitivement cessé d’émettre mardi soir. En pleurs, Geoula Cohen, la présentatrice de Mabat (le journal télévisé de 20 heures), a lu le communiqué officiel informant les téléspectateurs qu’ils ne verraient plus que des vieux clips dès la fin de son émission. Au même moment, Kol Israël, la France Inter de l’Etat hébreu, annonçait que ses programmes prendraient fin le lendemain, et que la radio publique ne diffuserait plus que de la musique, entrecoupée d’un petit bulletin d’information à chaque top horaire.

C’est donc de manière aussi inattendue que violente que se sont éteintes les voix de la Rechout Hachidour, la radiotélévision publique israélienne, dont Benyamin Nétanyahou et ses ministres voulaient la peau. «Pour la réformer», selon leur entourage. «Parce qu’ils la trouvaient persifleuse, incisive et indocile», rétorquent les syndicats de journalistes. En lieu et place de l’institution défunte apparaîtra une nouvelle structure censée prendre l’antenne à partir de lundi. Mais ces radios et chaînes de télé ne diffuseront pas d’informations. Elles seront traitées par un nouvel organisme aux contours extrêmement flous. Tout ce que l’on sait, c’est que le gouvernement y aura des représentants. Au cœur de Tel-Aviv, à proximité de l’état-major de l’armée et du centre commercial Sarona, on pouvait croiser mercredi après-midi d’anciens techniciens et présentateurs de la Rechout Hachidour en état de choc. Certains tournaient en rond dans le jardin public, d’autres étaient attablés face à un café déjà froid.
«Lépreux»

«D’abord baptisée Kol Yerushalayim ["la voix de Jérusalem"], Kol Israël existait depuis quatre-vingt-un ans. Quant à la télévision, elle émettait depuis quarante-neuf ans. Avec toutes leurs imperfections, [ces médias] ont toujours représenté la démocratie israélienne. J’ai peur pour la suite, affirme Dalia Yaïri, retraitée de la radio. Lorsque je suis entrée à Kol Israël, nous avions l’ambition d’en faire la BBC du Proche-Orient. Ce qui se passe aujourd’hui me fait mal. J’aurais aimé que mes collègues puissent se séparer dignement de leur public, mais ils quittent la scène comme des lépreux, preuve du mépris du pouvoir à leur égard.»

Si Nétanyahou a publié un communiqué déplorant la brutalité employée pour en finir avec la Rechout Hachidour, le Premier ministre ne cache pas l’aversion que lui inspirent les journalistes en général, et les programmes d’investigation en particulier. Quant à la ministre de la Culture, Miri Regev (Likoud), elle s’est prononcée en faveur du contrôle de l’audiovisuel public par le pouvoir, à l’occasion d’une réunion organisée par son parti. Une ligne proche de celle du député David Bitan, coordinateur des partis de la majorité à la Knesset, pour qui «les journalistes bénéficient de trop de libertés dans le pays».

«Ce n’est donc pas seulement notre sort personnel qui est en jeu dans cette affaire, mais celui de l’avenir de la liberté d’expression, lâche Keren Neubach, animatrice d’une grande matinale radio traitant des problèmes sociaux de l’Etat hébreu. On veut nous transformer en porte-parole du pouvoir, en porte-micro ou en perroquets. Nous devrons être forts pour résister à ce qui s’annonce.»
«Kommissar»

Déficitaire et mal gérée, la Rechout Hachidour aurait sans doute dû être réformée de longue date. A partir des années 80, des commissions ont été créées pour envisager son avenir, mais leurs conclusions sont toujours restées sans suite. C’est pourquoi Nétanyahou avait décidé de la dissoudre en 2013, et de créer le Taagid. Avant de changer d’avis, estimant qu’il fallait sauver la première et supprimer la seconde… parce que ses dirigeants étaient moins favorables au pouvoir qu’il ne l’imaginait. En fin de compte, c’est un mélange des deux structures qui sera mis en ondes à partir de lundi. Mais avec moitié moins de personnel et l’ombre du gouvernement planant sur les émissions informatives.

Cette nouvelle configuration inquiète également le président de l’Etat hébreu, Reuven Rivlin, qui a, au micro de Kol Israël, mis en garde le public contre l’influence des kommissar, expression hébraïque signifiant «commissaire politique». Mais sa voix ne porte guère face à la volonté du gouvernement et à la Knesset, où les partis de la majorité soutiennent à fond la réforme. Mercredi, les députés se préparaient à entériner ce nouveau statut de l’audiovisuel public par un vote, prévu dans la nuit."

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Zapping ERTV Juin 2017 - 1ère quinzaine

"Le zapping bimensuel d’ERTV, ou quand l’actualité politico-médiatique prend une tout autre couleur que dans l’œilleton mainstream"

more...
No comment yet.
Scoop.it!

L'agence Ruptly «plus la bienvenue» à l'Elysée: la présidence Macron s'attaque à nouveau à la presse

"L'agence de presse Ruptly s'est vu refuser l'entrée au palais de l'Elysée par l'équipe du président de la République le 13 juin, alors que Theresa May devait y rencontrer Emmanuel Macron. Une décision sans précédent dans l'histoire du média."

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Après Paris Première, Natacha Polony est virée d’Europe 1

Après Paris Première, Natacha Polony est virée d’Europe 1 | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Coup dur pour Natacha Polony qui – après avoir été remerciée par Paris Première la semaine dernière – vient de se faire virer d’Europe 1 par courrier. La journaliste accuse le coup.

La saison 2016-2017 se termine de façon plutôt brutale pour Natacha Polony. La semaine dernière, la journaliste qui n’a jamais eu sa langue dans sa poche, se voyait remerciée par Paris Première. Son émission Polonium n’étant pas reconduite à la rentrée. Aujourd’hui, ce sont nos confrères de Puremedias qui nous apprennent que c’est son autre employeur, Europe 1, qui vient de sèchement lui envoyer une lettre de licenciement sans entretien préalable. Contactée par les journalistes, l’ex-tête à clash d’On n’est pas couché accuse le coup. « Je suis surprise d’avoir reçu ce courrier, a-t-elle déclaré. Je m’explique difficilement cette décision. On discutait, on m’avait juste dit que la revue de presse (qu’elle animait tous les matins aux côtés de Thomas Sotto, lui aussi viré ndlr) allait continuer mais avec quelqu’un d’autre. » En interne, chez Europe 1, il se dit que la porte n’est pas totalement fermée à Natacha Polony. « Nous avons mis un terme à la plupart des contrats de la grille en cours », s’est justifié un cadre de la radio.

Sur le carreau pour la rentrée, Natacha Polony s’avoue désarmée… « Pour l’instant je suis sans rien, a-t-elle conclu. Je cherche du travail. » Une déclaration qui sera entendue en cette période de mercato ? Très certainement ! Des bruits courent annonçant l’arrivée de Natacha Polony sur C8 aux côté de Thierry Ardisson et sa bande du dimanche…"

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Polony et Taddéï débarqués : à quand Élise Lucet ?

Polony et Taddéï débarqués : à quand Élise Lucet ? | ACTUALITÉ | Scoop.it

"C’est parti ! À peine le président Trouducul élu, on apprend le limogeage de deux journalistes qui tranchaient avec la doxa mainstream : Natacha Polony vient de perdre son émission Polonium sur Paris première, et Frédéric Taddéï vient d’annoncer l’arrêt total de ce qui lui restait d’émission, Hier, aujourd’hui, demain, version mensualisée en 2016 du mythique Ce soir (ou jamais !). On attend des nouvelles d’Élise Lucet (Cash investigation, Envoyé spécial)…

(Précisons tout de même que France 2 n’a pas limogé Frédéric Taddeï. Elle lui a proposé de passer son émission de 22:30 à minuit… et sans bande-annonce préliminaire ! Autant dire un enterrement de 1ère classe en catimini.)

Ceci dit, on ne s’étendra pas en vaines lamentations. Qu’attendre de plus d’un roitelet de l’Élysée dont la première décision a été de trier sur le volet les journalistes autorisés à fréquenter sa cour. Qu’attendre de ses milliardaires qui possèdent la totalité de ce qui ose encore s’appeler des médias et qui ont montré ce qu’ils savaient faire en matière de propagande pendant toutes ces campagnes électorales (si vous n’avez rien à faire, recomptez donc pour voir leurs couvertures consacrées à Macron avant le 23 avril 2017) ?

Une suggestion : regrouper les chaînes d’infos alternatives pour y retrouver nos petits

Par contre, j’aurais bien une suggestion à faire pour débroussailler un peu le paysage médiatique alternatif.

On assiste depuis quelques temps à une prolifération de webTV : @rrêt-sur-image, Là-bas si j’y suis, Polony TV… Toutes plus intéressantes les unes que les autres, bien sûr, mais aussi payantes, ce qui se conçoit, et sans doute impossibles à toutes rentabiliser pour cause d’éparpillement anarchique, les citoyens intéressés ne sachant plus où donner de la tête et surtout du porte-monnaie.

Une idée en passant : pourquoi toutes ces chaînes ne se fédèreraient-elles pas (selon affinités) en un, voire deux ou trois groupes maxi ?

Je suis persuadé :

  1. que la ou les chaîne(s) fédérative(s) y trouveraient une meilleure lisibilité et partant une meilleure rentabilité ;
  2. que les virés présents et à venir du paysage médiatique officiel y trouveraient un espace ou s’exprimer plus librement ;
  3. que les lecteurs frustrés par la propagande trouduculissime y retrouveraient leurs petits et leur compte (y compris financier).

Vous voyez le succès d’un media qui proposerait dans son bouquet d’interventions Lucet, Mermet, Polony, Taddéï… ?"

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Les Français réclameraient une dictature, selon Barbier

Les Français réclameraient une dictature, selon Barbier | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Lundi soir, sur France 5, BFMTV, CNews, LCI et France 2, tout le monde s’accorde à dire que l’attentat de Londres est le résultat d’un abominable laxisme communautariste. Heureusement, les Français sont plus raisonnables : ils préfèrent renoncer à leurs libertés pour être protégés par un Etat policier.

« Les opinions sont devenues très dures sur le sujet du terrorisme », assure Christophe Barbier. Invité lundi d’un C dans l’air dont le titre, « Attentats de Londres : “Trop c’est trop” », reprend une citation de Theresa May, l’éditorialiste fait profiter les téléspectateurs de France 5 de son intime connaissance des « opinions ». « Elles veulent des moyens et elles veulent qu’on durcisse le ton, les actes face aux terroristes. » C’est vrai, il faut cesser de cajoler les terroristes. « Bien entendu, elles acceptent de voir des militaires au coin de rues, ça rassure. » Je ne franchis jamais un coin de rue sans m’être assuré d’être couvert par des soldats, ça me rassure.

« Et puis pour éviter que les terroristes ne passent à l’acte, l’opinion a accepté qu’on puisse décréter l’état d’urgence et donc des perquisitions et des interpellations administratives… » Les arrestations et les détentions arbitraires, ça rassure. « … Et puis qu’on puisse surveiller tout le monde en écoutant des téléphones, en surveillant Internet. » De me sentir surveillé, je suis rassuré. « La culture a beaucoup bougé en peu de temps. » La culture de Christophe Barbier, pas tellement. C’est rassurant.

« Ceux qui viennent dire : “Attendez, c’est pas normal qu'on puisse espionner une messagerie Internet”, ils se font regarder comme s’ils étaient les complices des terroristes. » Par Christophe Barbier. « Vraiment, l’opinion a basculé du côté sécurité, avant la liberté. » Marre de la liberté, mieux vaut une dictature rassurante. « C’est le cas aussi en Grande-Bretagne ? », s’inquiète la présentatrice, Caroline Roux. « Oui, depuis les attentats à Londres en 2005 », répond Sophie Pedder, correspondante en France pour The Economist.

« On est au stade suivant, maintenant, l’interrompt Christophe Barbier. L’opinion est prête à accepter que par exemple on arrête des gens de manière préventive. Il y a 12 000 à 15 000 fichés S, y en a 3 000 jugés dangereux, pourquoi on ne les arrête pas ? » Et pourquoi on ne les fusille pas ? Ça me rassurerait énormément. « On l’a toujours, cette question, intervient Caroline Roux. A chaque fois qu’on fait une émission sur le terrorisme, on a toujours des gens qui nous interrogent en disant : “Mais pourquoi on n’interpelle pas tous ceux dont on sait qu’ils ont eu des contacts avec les réseaux ?” » C’est peut-être parce qu’à chaque fois qu’on fait une émission sur le terrorisme, on a toujours Christophe Barbier pour invité…

… Ainsi que l’éminent criminologue Alain Bauer. Et Didier Leschi, ancien chef du bureau des cultes au ministère de l’intérieur, pour qui la lutte contre le terrorisme ne nécessite pas seulement la mise en place de l’Etat policier réclamé par Christophe Barbier mais « dépend aussi de la capacité interne au monde musulman à construire un discours alternatif au djihadisme ».

Caroline Roux pointe le grand responsable des attentats de Londres, Internet, qu’entre initiés on appelle « la Toile » : « Je reviens sur cette guerre que Theresa May veut lancer sur la Toile en disant : “On ne peut plus laisser les gens avoir accès à cette idéologie maléfique.” Elle va être suivie ou c’est juste parce qu’on est à trois jours d’un vote qui s’annonce difficile, sur cette nécessité de réguler cet espace qu’est Internet… » La nécessité de bâillonner Internet résistera-t-elle à la démagogie électoraliste ? « Facebook et Twitter ont fait des progrès, certifie Christophe Barbier, le geek de L’Express. Il reste le mystère Telegram, cette messagerie cryptée est encore beaucoup utilisée par les terroristes. » Seule façon d’éclaircir le mystère, l’arrestation préventive de tous les usagers de Telegram. Pour rassurer l’opinion, bien sûr." (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Vincent Lapierre : "Nous allons détrôner les médias dominants"

"Vincent Lapierre a répondu aux questions d’ERTV à propos du lancement de son financement participatif.

 

------------------------

https://federationdesmediasresistants.wordpress.com

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Faurisson contre-attaque : procès en diffamation contre Le Monde et Ariane Chemin

"Le 9 mai 2017, à la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, se déroulait un procès pour diffamation intenté par Robert Faurisson à l’encontre d’Ariane Chemin et du journal Le Monde."

 

more...
No comment yet.
Scoop.it!

Comment « Le Monde » a inventé la « répression » au Venezuela

Comment « Le Monde » a inventé la « répression » au Venezuela | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Mettons-nous dans la peau d’un habitant de la planète qui n’aurait que les médias pour s’informer sur le Venezuela et à qui jour après jour, on parlerait de « manifestants » et de « répression ». Comment ne pas comprendre que cette personne croie que la population est dans la rue et que le gouvernement la réprime ?

Mais il n’y a pas de révolte populaire au Venezuela. Malgré la guerre économique la grande majorité de la population vaque à ses occupations, travaille, étudie, survit. C’est pourquoi la droite organise ses marches au départ des quartiers riches. C’est pourquoi elle recourt à la violence et au terrorisme, dont les foyers sont localisés dans les municipalités de droite. ll y a 90 pour cent de quartiers populaires au Venezuela. On comprend l’énorme hiatus : les médias transforment les îles sociologiques des couches aisées (quelques % du territoire) en « Venezuela ». Et 2% de la population en « population ». (1)

Le 12 mai l’ex-présidente argentine Cristina Fernández, après Evo Morales, a dénoncé « la violence utilisée au Venezuela comme méthodologie pour arriver au pouvoir, pour renverser un gouvernement » (2). Depuis l’Équateur, l’ex-président Rafael Correa a rappelé que « le Venezuela est une démocratie. C’est par le dialogue, avec les élections, que doivent se régler les divergences. De nombreux cas de violences viennent clairement des partis d’opposition » (3). C’est aussi la position du Caricom, qui regroupe les pays des Caraïbes (4)." (...)

more...
No comment yet.
Scoop.it!

« Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes »

« Monsieur le président, il n’appartient pas à l’Elysée de choisir les journalistes » | ACTUALITÉ | Scoop.it
Une quinzaine de rédactions, dont « Le Monde », signent une lettre ouverte au président de la République afin de lui « transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle ».
la suite après cette publicité

LETTRE OUVERTE. Vous effectuez demain votre premier déplacement de chef d’Etat au Mali. Avant votre décollage, nous souhaitons vous transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle qui est en train de se mettre en place depuis votre entrée en fonction.

Pour des raisons de place ou de sécurité, nous comprenons la nécessité de constituer des pools de journalistes – parfois, et à condition que toutes les rédactions y aient accès selon un roulement établi. En revanche, il n’appartient en aucun cas à l’Elysée de choisir ceux d’entre nous qui ont le droit ou non de couvrir un déplacement, quel qu’en soit le thème (défense, diplomatie, économie, éducation, social…). Ce n’est pas au président de la République, ou à ses services, de décider du fonctionnement interne des rédactions, du choix de leurs traitements et de leurs regards. Ce choix relève des directions des rédactions et des journalistes qui la composent, qu’ils soient permanents ou pigistes, JRI ou reporters, photographes ou dessinateurs.

Aucun de vos prédécesseurs ne s’est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse. Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l’information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie.

Signataires :

Les sociétés des journalistes de l’AFP, BFM TV, Europe 1, Le Figaro, France Info, France Inter, Libération, les JT de M6, Mediapart, Le Monde, Le Parisien, Le Point, RFI, RMC, Télérama, TF1

Jean-Philippe Baille, directeur de la rédaction de RTL

Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières

Guillaume Dubois, directeur de L’Express

Johan Hufnagel, directeur des éditions de Libération

Laurent Joffrin, directeur de la publication de Libération

Luc Bronner, directeur de la rédaction du Monde

Frédéric Barreyre, directeur de la rédaction de France Culture

Nassira El Moaddem, directrice du Bondy Blog

Michel Field, directeur de l’information de France Télévisions

Jean-Marc Four, directeur de la rédaction de France Inter

Eric Kervellec, directeur de la rédaction de France Info

Edwy Plenel, directeur de Mediapart
more...
No comment yet.
Scoop.it!

En pâmoison devant Macron lors de l'investiture, les journalistes repris de volée sur Twitter

En pâmoison devant Macron lors de l'investiture, les journalistes repris de volée sur Twitter | ACTUALITÉ | Scoop.it

"Durant des heures, les commentateurs politiques ont rivalisé de superlatifs pour décrire l'investiture d'Emmanuel Macron. «Fayotage», «ridicule», voire «festival de débilités» : les internautes n'en n'ont pas perdu une miette et l'ont fait savoir.

Si l'investiture d'Emmanuel Macron n'a pas rameuté les foules sur les champs Elysées, elle a en revanche été particulièrement appréciée du côté des commentateurs politiques.

«Appréciée» est même peut-être un peu faible au regard de l'état d'extase dans lequel certains – de France 2 à BFMTV – se sont retrouvés. Se laissant aller à des envolées lyriques, flirtant avec l'obséquieux, les journalistes ont accompagné Emmanuel Macron pour ses premiers pas en tant que président à grand renfort de comparaisons flatteuses et propos dithyrambiques, oubliant le filtre de la neutralité à l'entrée des studios. A tel point que les internautes ont fini par s'énerver.

Relevant «l'investiture la plus romanesque de la Ve République» évoquée sur France 2, ces utilisateurs de Twitter jugent qu'ils font face à un «festival de débilités»." (...)

more...
No comment yet.