Union Européenne, une construction dans la tourmente
7.1K views | +0 today
Follow
Union Européenne, une construction dans la tourmente
L'Union Européenne à travers l'actualité, les réflexions et les débats.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Il pourrait changer la face de l'Europe : le traité transatlantique décodé

Il pourrait changer la face de l'Europe : le traité transatlantique décodé | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le traité TAFTA, négocié dans le secret par Bruxelles et Washington, a pour but de constituer un marché commun de 820 millions de consommateurs, qui représenterait la moitié du PIB mondial.

 

Un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne, préparé depuis une dizaine d’années, et officiellement négocié depuis l’été 2013. Il a pour but de constituer un marché commun de 820 millions de consommateurs, qui représenterait la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux : pour ses défenseurs, il pourrait faire gagner jusqu'à 0,05 points de PIB par an aux économies américaine et européenne, boostant les échanges et les créations d'emplois.

Quatre rounds de négociation rassemblant à chaque fois une centaine de personnes ont déjà eu lieu à Bruxelles et Washington. Les négociations, menées par la Commission européenne de ce côté de l’Atlantique, sont censées aboutir en 2015. Le traité devra alors être validé par les Vingt-Huit Etats-membres de l’Union européenne, puis voté par le Parlement européen.

 

Le traité devait originellement s’appeler TAFTA, pour Transatlantic Free Trade Area (zone de libre-échange transatlantique). Il a été depuis rebaptisé TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), car son nom ressemblait trop à celui du traité ACTA, rejeté par le Parlement européen en 2012 à l’issue d’un long combat politique. En français, cela donne PTCI : le « partenariat transatlantique de commerce et d'investissement ». Pour autant, ses adversaires, rassemblés depuis plusieurs mois sous l'étendard #STOPTAFTA, ont décidé de continuer à utiliser son nom original...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

UE-Etats-Unis : La vraie crise de confiance transatlantique

UE-Etats-Unis : La vraie crise de confiance transatlantique | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Vu d'Europe, le scandale des écoutes de la NSA sape la crédibilité et le prestige des Américains. Mais de l'autre côté de l'Atlantique, c'est l'incapacité chronique des Européens de mettre un terme à la crise qui inquiète le plus les décideurs.

 

Il ne fait guère de doute que l'indignation des Européens contre les écoutes américaines embarrasse Washington. Mais à New York, où la frontière entre le pragmatisme et le cynisme est extrêmement ténue, l’écho de la crise diplomatique s’est aussitôt fracassé sur les murs de Wall Street : chez les opérateurs de marché et les banquiers d’investissements, dont beaucoup sont passés par West Point ou ont servi dans les Marines et dans les services de renseignements avant d’entrer dans la finance, la nouvelle polémique au cœur de laquelle se trouvent les Etats-Unis est non seulement jugée “inutile” (il n’existe pas sur cette planète de gouvernement qui ne cherche pas à espionner les faits et gestes de son voisin), mais également considérée comme “une énième tentative de masquer les vrais problèmes de l’Europe”.

“De qui ont-ils peur, en Allemagne ?", s’interrogeait hier un trader d’une grande société de courtage internationale. “Auraient-ils peur qu’après avoir écouté les prédictions téléphoniques d’Angela Merkel sur l’avenir de l’euro, le Trésor américain nous ordonne de vendre vos obligations séance tenante ?”. Evidemment, c’est une boutade. Pour autant, ce cynisme dissimule une réalité objective qui – de notre point de vue – mériterait la même attention que l’on accorde à cette affaire d’espionnage : les grands gestionnaires de portefeuille de la finance américaine, les spéculateurs, mais aussi les économistes et les analystes de Wall Street, voient s’enraciner en eux la conviction que l’Europe se remet à avancer en ordre dispersé, que la zone euro a perdu l’élan qui la faisait avancer vers l’union politique et que le vent des réformes structurelles, qui avait permis aux pays périphériques de se lancer dans un programme de modernisation économique et institutionnelle, est en train de retomber aujourd’hui, faute d’intérêt.

 

Or, l’équation est connue : qui dit problèmes de gouvernance, dit gain potentiel élevé. L’ennui, c’est que ce sont toujours les plus faibles qui en font les frais. Dans ce contexte, un des problèmes majeurs est que cette partie de poker qui se joue aux dépens des gouvernements et des épargnants européens n’a ni jury pour fixer les règles, ni arbitre pour les faire appliquer. Aujourd’hui, le marché européen, contrairement au marché américain, a des airs de no man’s land dans lequel règne seule la loi du plus fort. Prenons la taxe Tobin sur les transactions financières : seuls 11 pays de la zone euro ont décidé de l’adopter créant ainsi les conditions d’un énième déséquilibre concurrentiel sur un marché financier qui est pourtant commun sur le papier.

Mais on pourrait aussi parler de l’euro : si, d’un côté, la finance américaine soutient que la monnaie européenne risque une nouvelle fois de boire le bouillon d’ici l’été prochain, de l’autre, la manœuvre orchestrée par la Fed et du Trésor américain en faveur d’un dollar faible permet aux cambistes de spéculer avec de bonnes chances de gain sur l’euro fort, artificiellement maintenu à un cours élevé au vu de la santé de l’économie européenne et des analyses qui diagnostiquent à l’Europe une crise profonde. Si un système est sur le point de sauter, la monnaie (ou la dette) chute : en l’occurrence, l’ordre naturel des choses est inversé. Le cours des bonds du Trésor américain est le reflet de cette situation : plus il était question, ces dernières semaines, d’un défaut des Etats-Unis, et plus les titres d’Etat américains montaient, comme si le risque de défaillance ne les concernait pas, ou presque....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Exception culturelle : Et si l'Europe cédait à l'Amérique ?

Exception culturelle : Et si l'Europe cédait à l'Amérique ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

L’"exception culturelle" est fondamentale pour assurer l'avenir du cinéma européen. Sans subventions, la production européenne cessera d'exister, s'inquiètent des réalisateurs du Vieux continent, alors que Bruxelles s'apprête à négocier sur la question avec Washington.       Par Paweł T. Felis

 

Annoncées depuis le début de l'année, les négociations entre l'Union européenne et les Etats-Unis sur la création d'une zone de libre-échange suscitent l'enthousiasme, mais aussi des doutes. "Cet accord permettra de créer des emplois et de stimuler la croissance économique des deux côtés de l'Atlantique", a annoncé le président du Parlement européen Martin Schulz, soutenu par la majorité des ministres de l'économie de l'UE. La signature de l'accord est une quasi certitude : la culture européenne pourrait en être la première, et la plus grande, victime.

En 1998, la Commission européenne a harmonisé les règles grâce auxquelles les œuvres cinématographiques et audiovisuelles européennes bénéficient d'un traitement particulier, basé sur la règle de "l'exception culturelle". Autrement dit, chaque état membre peut soutenir sa production nationale de films et de la musique selon le principe que "la promotion de la culture est l'une des principales fonctions de la communauté européenne". Or selon les termes du futur accord de libre-échange, les films et la musique deviendraient une marchandise comme une autre. Quelles en seraient les conséquences ?

 

Premièrement, on risque de voir disparaître les institutions nationales qui accordent des subventions à la majorité des films européens (en Pologne, ce rôle revient à l'Institut Polonais de l'Art Cinématographique, ou PISF). La raison d'être de ces institutions est justement la mise en oeuvre de la protection culturelle. Le problème majeur n'est cependant pas l'absence de ces institutions mais de l'argent qu'elles récoltent sur le marché (en Pologne, les fonds proviennent notamment de la vente des places de cinéma et des chaînes de télévision). Sans ces fonds, les films de Smarzowski, Jakimowski, Krauze, ou Holland, mais aussi ceux de Haneke, des frères Dardenne et de Cristian Mungiu, n'auraient jamais vu le jour.

La menace pèse également sur le système des quotas européens, selon lesquels chaque station de télévision européenne a l'obligation de réserver au moins 50 % de sa programmation à la production européenne. Finalement, c'est tout le fonctionnement des médias publics qui est remis en question, comme l'est aussi celui de la redevance télévisuelle. Les petits cinémas investis dans la promotion de films européens et subventionnés par les institutions de l'Union, ne pourront plus prétendre aux aides, au même titre que les créateurs de musique polonaise. Conformément à la loi sur la radio et la télévision actuellement en vigueur, chaque station de radio doit consacrer au moins 33 % de sa programmation musicale à la musique polonaise. Selon les termes de l'accord de libre-échange, de telles réglementations n'auront plus lieu d'être....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Washington affiche sa préférence pour un Royaume-Uni dans l'Union européenne

Washington affiche sa préférence pour un Royaume-Uni dans l'Union européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Un partenaire doté d'un statut comme celui de la Suisse et de la Norvège, évoqué par les eurosceptiques britannique, n'a aucun intérêt pour l'administration de Barack Obama.

 

A l'instar du Commonwealth, la "relation particulière" (special relationship) transatlantique permet au Royaume-Uni de boxer au-delà de sa catégorie pugilistique. C'est souvent au nom de ce lien privilégié que Londres a fait entendre sa différence en matière de défense, de coopération policière ou d'échange de renseignements au sein de l'Union européenne.

La glorification de ces rapports par les premier ministres britanniques est une constante de la diplomatie du royaume. Or voilà que le projet de David Cameron d'organiser un référendum sur l'adhésion de son pays à l'Union européenne provoque la zizanie dans le vieux couple Washington-Londres. La mise en garde adressée le 10 janvier par Philip Gordon, le sous-secrétaire d'Etat américain aux affaires européennes, comme quoi les Etats-Unis souhaitent que le Royaume-Uni reste au sein de l'Union et qu'il y garde une "réelle influence" a mis directement au défi l'hôte du 10 Downing Street.

Cet avertissement intervient alors que le premier ministre doit prononcer prochainement un discours expliquant comment il compte obtenir le rapatriement de certains pouvoirs de Bruxelles en cas de réélection lors du scrutin général de 2015. La question européenne divise à nouveau le parti conservateur, aux mains des eurosceptiques, comme aux pires heures du gouvernement de John Major, entre 1992 et 1997.

Traditionnellement pro-européen, le parti libéral-démocrate associé aux tories au sein de la coalition au pouvoir ne manquera pas de souligner que la relation spéciale serait dévaluée aux yeux de l'administration Obama si le Royaume-Uni quittait l'Union européenne ou même renégociait les termes de son adhésion...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les entreprises américaines se préparent à la sortie de la zone euro

Les entreprises américaines se préparent à la sortie de la zone euro | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
GRÈCE - Rentrée de la Banque centrale européenne (BCE), annonce de nouvelles coupes budgétaires pour économiser 11,5 milliards d'euros d'ici à 2014...

La Grèce se prépare à une rentrée de feu cette semaine, toujours suspendue à l'éventualité d'une sortie de l'euro.Et le pessimisme est, semble-t-il, de mise. Selon le New York Times, de nombreuses banques et entreprises américaines auraient déjà anticipé le retrait de la Grèce de l'union monétaire. "Certaines entreprises ont des questions très pratiques", indique Peter Frank, conseiller chez Pricewaterhouse. Par exemple: "Si un communiqué sur la sortie de la Grèce tombe un vendredi soir, que faisons-nous ?". "Certains plans d'urgence sont déjà prêts", précise cet expert. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les moyens imaginés sont impressionnants.

Jugez plutôt:

*Bank of America Merrill Lynch aurait étudié la possibilité d'acheminer à la frontière grecque des camions remplis d'argent, afin de payer ses employés et ses fournisseurs locaux. Et "'certaines entreprises envisagent déjà de mandater quelqu'un pour prendre un train avec 50.000 euros pour payer leurs employés à Athènes" témoigne Peter Frank, conseiller chez Pricewaterhouse

*Ford, le constructeur automobile, aurait quant à lui configuré ses systèmes informatiques, pour qu'ils puissent immédiatement gérer une nouvelle monnaie...

*JPMorgan a créé de nouveaux comptes bancaires pour une poignée de multinationales, en cas d'introduction d'une nouvelle drachme, ou d'une autre monnaie.

*MasterCard n'est pas en reste, avouant pouvoir se retourner "en un jour ou deux", pour mettre à jour ses systèmes.

*Visa a déclaré être capable d'accompagner "une transition rapide vers une nouvelle monnaie avec le minimum de perturbations."

*Juniper Networks, une entreprise américaine spécialisée dans les réseaux, a déjà commencé à retirer ses fonds des banques de la zone euro. Mais tout en veillant à ce qu'il y ait assez de liquidités pour les employés et les fournisseurs basés en Europe....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Liberté religieuse: Washington épingle la France et l'Europe

Liberté religieuse: Washington épingle la France et l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans leur rapport annuel publié lundi, les États-Unis regrettent que «de plus en plus de pays en Europe, dont la Belgique et la France, restreignent le code vestimentaire», ce qui pénalise des musulmans.

Une allusion aux lois antiburqa.

 

La France n'est pas un élève exemplaire en matière de liberté religieuse, estiment les États-Unis, qui ont publié lundi leur rapport annuel sur la question. Le mémorandum, rédigé par le département d'État, porte un regard sévère sur la situation en Europe, mettant en cause la France pour sa législation antiburqa. Les «pays européens sont de plus en plus divers en termes ethniques, raciaux et religieux» mais «ces évolutions démographiques s'accompagnent d'une augmentation de la xénophobie, de l'antisémitisme et de sentiments antimusulmans», déplore Washington.

Le rapport met notamment en exergue «la Belgique et la France, qui ont des lois restreignant le code vestimentaire qui pénalisent des musulmans». Une allusion aux législations contre le voile intégral. Ces critiques américaines ne sont pas nouvelles. L'interdiction de la burqa a toujours été un sujet de contentieux entre Paris et Washington, qui ne manque pas une occasion de le rappeler.

La France est aussi épinglée sur le sujet de l'antisémitisme. «Il y a une poussée mondiale, qui se manifeste par du révisionnisme, la négation ou la glorification de l'Holocauste, l'opposition à Israël ou des actes de vandalisme», constate le rapport. Sont mentionnés les profanations de synagogues en Égypte et en Ukraine, les mouvements antisémites aux Pays-Bas et au Venezuela, ainsi que le parti antisémite hongrois Jobbik. Budapest est aussi violemment critiquée pour avoir adopté une loi régulant les organisations religieuses....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A Divided Europe Focuses on Growth After Elections

A Divided Europe Focuses on Growth After Elections | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
After the Greek and French elections, growth is now a priority in Europe, but significant change may depend on how far Germany is willing to budge from austerity.

...

François Hollande, who defeated President Nicolas Sarkozy in Sunday’s runoff election in France, has provided a rallying point for those across Europe who support stimulus spending to promote short-term growth as the way out of the crisis. But he will face a difficult path if he cannot budge Chancellor Angela Merkel of Germany away from her insistence on austerity.

“By himself, Hollande cannot change the world,” said Peter Bofinger, a prominent economist on Ms. Merkel’s independent council of economic experts. “There are laws of economic gravity, and if he alone says, ‘I’m willing to accept higher deficits,’ the risk is high that the markets will force him to give in.”....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

CIA Secret Prison: Polish Leaders Break Silence About Black Site

CIA Secret Prison: Polish Leaders Break Silence About Black Site | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
WARSAW, Poland — For years, the notion that Poland could allow the CIA to operate a secret prison in a remote lake region was treated as a crackpot idea by the country's politicians, journalists and the public.

 

A heated political debate this week reveals how dramatically the narrative has changed.

In a string of revelations and political statements, Polish leaders have come closer than ever to acknowledging that the United States ran a secret interrogation facility for terror suspects in 2002 and 2003 in the Eastern European country.

Some officials recall the fear that prevailed after the Sept. 11, 2001, attacks, and defend the tough stance that former U.S. President George W. Bush took against terrorists. But the debate is sometimes tinged with a hint of disappointment with Washington, as if Poland's young democracy had been led astray – ethically and legally – by the superpower that it counts as a key ally, and then left alone to deal with the fallout....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une nouvelle vague d'immigration réanime "Little Greece", à New York

Une nouvelle vague d'immigration réanime "Little Greece", à New York | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Comme dans les années 1960, les Grecs fuient leur pays en crise pour aller aux Etats-Unis.

Il y a tout juste un an, quand Michaelis Klouvas est revenu vivre à Astoria, le quartier grec de New York, situé dans le Queens et appelé aussi "Little Greece", il a trouvé la ville changée. L'influence de son pays, autrefois si présente, s'est estompée, selon lui. L'endroit est devenu plus métissé, plus latino. "Avant, il y avait des restaurants grecs, des magasins grecs, des pancartes en grec, partout", raconte-t-il. Depuis, les gens ont gagné de l'argent et sont partis vivre dans la banlieue chic de Long Island ou dans le New Jersey... D'autres sont rentrés au pays. Comme lui.

"L'erreur de ma vie, pense-t-il aujourd'hui. Mais ma femme voulait que la famille soit réunie." C'était en 1988. Après avoir rejoint vingt ans plus tôt son père charpentier, immigré aux Etats-Unis pour faire fortune, M. Klouvas, qui se fait maintenant appeler "Mike", avait décidé comme nombre de ses compatriotes exilés de retourner au pays. La situation économique y étant devenue plus florissante, pourquoi rester loin des siens ? "...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Européens devraient se souvenir de la Grande Dépression – et de Keynes | Slate

Les Européens devraient se souvenir de la Grande Dépression – et de Keynes | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Avec ses politiques d’austérité, l’Europe va au «désastre». C’est le New York Review of Books qui l’écrit. «Les responsables européens doivent en finir avec leur obsession d’éliminer les déficits». S’ils ne veulent pas «fortement ralentir la croissance pour un bon moment», ils doivent au contraire autoriser pour un temps des «déficits afin de faire redémarrer la croissance»....

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Europa
Scoop.it!

Le Tea Party contre le « bail out » de l’Europe

Le Tea Party contre le « bail out » de l’Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

A la veille du sommet européen de la der-de-der-nière chance, le Tea Party a fait savoir qu'il était opposé à ce que les travailleurs américains paient pour renflouer les "bureaucrates européens qui prennent leur retraite à 50 ans" avec tous leurs avantages sociaux.


Via Machina Speculatrix
more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from L'actualité du webdocumentaire
Scoop.it!

Un webdocumentaire sur la relation entre les Etats-Unis et l'Union européenne

Un webdocumentaire sur la relation entre les Etats-Unis et l'Union européenne | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Intitulé "The European Union and the United States : global partners, global responsibilities", ce dispositif proposé par le Service européen de l'Action extérieure" (l'embryon de service diplomatique de l'Union européenne, dirigé par la britannique Catherine Ashton) se propose de croiser les points de vue entre acteurs diplomatiques et membres de la société civile des deux côtés de l'Atlantique. Beaucoup de données complémentaires (documents, infographies, liens, frise chronologique) viennent enrichir les interviews vidéos, chapitrées par thématiques. Au menu : économie, sécurité et politique étrangère, défis globaux). Un beau dispositif à l'occasion du sommet transatlantique du 28 novembre à Washington, où l'on peut juste regretter que les étudiants portent aussi des costumes cravates. A noter, le 9 novembre, l'UE avait également mis en ligne un webdocumentaire du même type sur ses relations avec la Chine : http://eeas.europa.eu/china/flash/index.html


Via Simon Loubris
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Dette: l'Europe n'est pas la cause des problèmes américains - LExpress.fr

Dette: l'Europe n'est pas la cause des problèmes américains - LExpress.fr | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

BERLIN - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a estimé mardi que "les problèmes de l'Europe (n'étaient pas) la cause des problèmes des Etats-Unis", et ce "même si (le président américain Barack) Obama pense le contraire".

more...
No comment yet.
Rescooped by Vincent DUBOIS from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

La CNIL se fait épingler par le Parlement européen

La CNIL se fait épingler par le Parlement européen | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

“Le Parlement européen vient de publier une étude sur les programmes de surveillance menés par les Etats-Unis. Son auteur, Caspar Bowden, y souligne les effets sur les droits des citoyens de l’UE et reproche au passage à la CNIL d’avoir apporté son soutien à des mécanismes de protection qui pouvaient être contournés (…)

 

Caspar Bowden met aussi en avant que le recours au cloud, en pleine croissance, « fragilise la protection des données » en échappant à la réglementation de l’UE sur la protection des données. L’expert formule plusieurs recommandations, dont la mise en place d’un secteur européen pour le cloud afin de réduire l’exposition des données des citoyens européens...

 

 


Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

"Les diplomates ne sont pas des terroristes"

"Les diplomates ne sont pas des terroristes" | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
INTERNATIONAL - La Maison-Blanche n'a pas encore réagi, mais l'Union européenne ne devrait pas se contenter très longtemps de ce silence.

 

Premier pays européen à réagir officiellement, l'Allemagne. Berlin a exigé dimanche des explications immédiates des autorités américaines. "Il faut que du côté américain on nous explique immédiatement et en détail si ces informations de presse à propos d'écoutes clandestines totalement disproportionnées par les Etats Unis dans l'Union européenne sont exactes ou non", a déclaré la ministre de la Justice Sabine Leutheusser-Schnarrenberge dans un communiqué.

Évoquant les révélations du journal allemand Der Spiegel, le président du Parlement européen, l'Allemand Martin Schulz, a estimé que "si cela se confirme, il s'agit d'un immense scandale". "Cela nuirait considérablement aux relations entre l'UE et les Etats-Unis", estime-t-il.

Un peu plus tard dans la matinée, l'Union européenne a indiqué qu'elle avait interrogé les autorités américaines. "Nous avons pris contact immédiatement avec les autorités américains à Washington et à Bruxelles et les avons mis face aux informations de presse. Ils nous ont dit qu'ils vérifiaient l'exactitude des informations publiées hier et qu'ils reviendraient vers nous", a ajouté la Commission européenne dans un communiqué.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Dix défis pour Obama II [2/10]: Sauver la Grèce, sauver l'Europe | Slate

Dix défis pour Obama II [2/10]: Sauver la Grèce, sauver l'Europe | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Obama veut que l'on se souvienne de lui comme d’un président d’importance. Quel meilleur moyen de passer à la postérité que de se faire l'héritier des Démocrates ayant initié le projet européen: Franklin D.

Par Georges Papandreou

 

C'était une époque différente, avec un autre leadership américain sur le sol européen. Avec leurs diplomates et leurs dollars, les Etats-Unis avaient mis en place un audacieux projet politique; il visait à mettre un terme à la guerre et à instaurer une période de prospérité. La menace des chars soviétiques se faisait toujours sentir de l'autre côté du Rideau de fer; on pensait que la prospérité européenne permettrait de mettre un frein à l'expansion communiste; qu'elle rééquilibrerait le pouvoir soviétique à l'Est.

Le projet porta ses fruits –mais si ses retombées furent principalement économiques, ses fondements étaient des plus politiques. Ce projet était né d'un consensus auquel se ralliait la majorité des intéressés: les guerres européennes devaient prendre fin, et les horreurs de la Seconde Guerre mondiale ne devaient plus jamais se reproduire. C'était là un idéalisme tempéré par la logique de la Guerre froide –et ce fut la plus grande victoire de la diplomatie américaine au XXe siècle.

Ce projet européen est aujourd'hui menacé, et la situation nécessite un retour du leadership américain. L'Europe est certes la seule à disposer des moyens nécessaires pour sortir de la crise, mais durant son second mandat, le président Obama doit lui venir en aide –et ce en la protégeant d'elle-même.

Il faudra avant toute chose sauver la Grèce. Mon pays a souvent consenti à appliquer la doctrine de l'austérité drastique qui prédomine en Europe; mais pour les marchés obligataires mondiaux, les coupes opérées dans le budget grec ne sont visiblement jamais assez profondes.

La Grèce est ici victime d'une crise de confiance: les incertitudes qui planent sur notre maintien au sein de l'eurozone ont paralysé notre économie. Elles ont fait disparaître toute perspective d'activité commerciale d'ici la résolution du problème –ce qui garantit presque sa non-résolution. L'Europe doit être claire: «La crise prend fin, ici et maintenant. La Grèce fait partie de l'eurozone –point final.»

Cependant, pour qu'une telle déclaration soit crédible, elle doit recevoir l'appui de la puissance économique la plus importante et la plus dynamique du monde. Et c'est là qu'Obama doit intervenir. Le président américain peut contribuer à résoudre la crise en usant d'une diplomatie économique habile –habileté qui a certes fait défaut à son administration jusqu'ici.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Obama-Europe, même combat

Obama-Europe, même combat | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Le président fraîchement réélu et ses homologues européens font face au même défi, estime l’éditorialiste en chef du Soir : prouver qu’une société tolérante et solidaire est toujours possible.

 

Les Américains ont (re)choisi mardi un président qui leur propose une société tolérante et solidaire. Cette société dont les Européens ont fait leur modèle depuis des décennies, et dont ils revendiquent la paternité. Aujourd’hui, par un curieux concours de l’histoire, les deux camps doivent livrer le même combat et relever le même défi : prouver que ce projet de société est réaliste, et toujours jouable.

Le président américain devra se battre pour imposer cette solidarité à une grande partie de la société américaine, qui ne veut pas d’un filet de sécurité institutionnalisé pour tous et qui préfère les gratifications au mérite. Les Européens, eux, doivent se démener, pour conserver leur système de sécurité sociale pour tous, dont on rabote les modalités, pays par pays.

Obama et les leaders européens ont tout intérêt à unir leurs forces et leurs réflexions pour trouver une manière de préserver leur projet politique : cette société solidaire où, comme le dit Obama, chacun a sa chance, peu importe qu’il soit riche ou pauvre, Noir ou Blanc, malade ou bien portant, homo ou hétéro.

Leurs ennemis sont identiques : des déficits budgétaires abyssaux, une crise économique profonde et structurelle, la “romneysation” de nos sociétés.

L’individualisme, nourri par la crise économique, vit désormais de la même manière des deux côtés de l’Atlantique, poussant au tri dans l’attribution des “avantages” sociaux, entre ceux qui les méritent (les travailleurs) et les autres (les “assistés”)...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le chant du cygne des agences de notation | Bakchich

Le chant du cygne des agences de notation | Bakchich | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

A force de rabaisser les Etats, les agences de notations ont dégradé leur réputation.

 

O rage, ô désespoir, ô Moody’s ennemi ! L’Allemagne n’a-t-elle donc tant économisé que pour cette infamie ? …Et oui, Moody’s, en mal de publicité en cette période estivale, a tenté le coup : faire parler d’elle en menaçant de dégrader l’Allemagne comme sa rivale S&P l’avait réussi en dégradant les Etats-Unis l’année dernière.

Dans les deux cas, le motif invoqué pour revoir la note est plus politique qu’économique. S&P affirmait que la santé économique des Etats-Unis était moins en jeu que l’incapacité de l’administration Obama d’arriver à obtenir un accord du Congrès sur le relèvement du plafond d’endettement autorisé. Moody’s de même souligne que le problème de la dette allemande est moins la gestion des finances publiques germaniques ou la croissance à court terme que les incertitudes sur l’avenir de l’euro qui affectent l’avenir de l’Allemagne elle-même.

Coup d’éclat qui s’est révélé un coup d’épée dans l’eau. D’abord parce que les experts de Moody’s dans leur hâte de se faire remarquer et dans leur volonté de griller la politesse à S&P ont oublié de mettre sous surveillance la Finlande. La justification a posteriori de cet oubli a conduit certains à se demander si en fait, ces grands experts savaient que la Finlande est en zone euro … !!

Ensuite parce que les très intrigants « marchés » n’ont pas suivi et la dette allemande continue à compter parmi celles qui se placent le mieux. Enfin, parce que la première page des journaux n’a pas été mobilisée pour faire grand bruit autour de cette terrible nouvelle....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Union européenne et les Etats-Unis reconnaissent leurs produits « bio » respectifs

L'Union européenne et les Etats-Unis reconnaissent leurs produits « bio » respectifs | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
A partir d'aujourd'hui, vendredi 1er juin, les produits alimentaires estampillés « bio » en Europe sont reconnus aux Etats-Unis et inversement. Les échanges sont encore minimes mais les marchés gigantesques.

 

Jusqu'à présent, un produit certifié bio en Europe avait besoin d'un label américain pour pénétrer aux Etats-Unis. De même, un produit biologique américain avait besoin d'une certification européenne pour entrer comme tel dans l'Union. C'est fini désormais : la réciprocité est reconnue, les formalités seront donc divisées par deux pour un même produit lorsqu'il traversera l'Atlantique. Si un accord a pu être trouvé - après deux ans de palabres tout de même -, c'est que les exigences de production biologique sont quasiment semblables en Europe et aux Etats-Unis. Seules différences : aux Etats-Unis, le traitement antibiotique des poires et des pommes est autorisé lors d'une infection bactérienne généralisée dans les vergers ; en Europe, depuis 2009, ce sont les élevages qui ont droit à trois traitements antibiotiques annuels, ce qui n'est pas le cas aux Etats-Unis. Des certifications supplémentaires seront donc demandées pour ces seuls produits.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Présidentielle : le 1er tour vu par les médias étrangers

Présidentielle : le 1er tour vu par les médias étrangers | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
De l'Allemagne à la Chine, en passant par l'Italie et les États-Unis, la presse revient sur les résultats, enseignements et surprises du premier tour.

*Allemagne: les jeux ne sont pas faits......

 

*Italie: l'ouragan Le Pen....

 

*Royaume-Uni: la peur du «vide politique»....

 

*Pays-Bas: Sarkozy victime de la crise...

 

*Belgique: les vrais choix au second tour...

 

*Luxembourg: le grand écart de Sarkozy...

 

*Pour les Grecs, la France s'impose face à l'Allemagne...

 

*États-Unis: un désir de changement....

 

*Chine: pas de désintégration sociale...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Juif ou français, il faut choisir | Slate

Juif ou français, il faut choisir | Slate | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
La tuerie de Toulouse vécue par une Américaine pour qui cet acte s’explique par un antisémitisme que les Français refusent de regarder en face.

Par Rachael Levy-

...

En pratique, la laïcité française signifie que vous ne pouvez pas exprimer vos croyances religieuses en public: cela veut dire que dans les écoles publiques, les filles musulmanes n’ont pas le droit de porter le voile, les garçons juifs de mettre leur kippa et les chrétiens d’arborer ostensiblement leur croix. Et cela signifie également que lorsqu’un examen national tombe un jour férié selon votre religion, eh bien tant pis pour vous, parce que la laïcité implique qu’être français passe avant tout le reste.

La laïcité s’invite régulièrement dans le débat politique. Elle est même l’un des moteurs des élections présidentielles de cette année. Ce mois-ci justement, le Premier ministre François Fillon a suggéré aux juifs et aux musulmans d’abandonner leurs «traditions ancestrales» consistant à manger de la viande casher et halal, mettant ainsi au premier plan l’opinion française selon laquelle on ne peut à la fois être quelqu’un de religieux et un bon citoyen...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un épouvantail nommé Europe

Un épouvantail nommé Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

Paradis de l’euthanasie, patrie du socialisme, berceau de la crise de la dette… Dans la campagne pour les primaires républicaines américains, l’Europe apparaît comme le contre-modèle absolu pour effrayer les électeurs américains.

Par Arie van Elshout, de De Volksktrant.

 

En Europe, on élimine les vieux décrépits, les capitaines sont les premiers à quitter le paquebot en train de couler, l’euro chancelant demeure un foyer d’infection dangereux pour le reste du monde, des Etats-providence pesants et prohibitifs asphyxient le dynamisme économique et les jeunes paient la facture de la crise.

Malgré 65 ans de plus ou moins bons et loyaux services, les anciens alliés européens en prennent plein la figure lors de ces élections primaires américaines : ils font office de tête de Turc sur laquelle les candidats républicains à la présidence prennent plaisir à cogner.

Due les politiciens s’insurgent les uns contre les autres lors des campagnes électorales fait partie du jeu. Rick Santorum n’est pas le premier conservateur qui clame, avec peu de respect pour la réalité, qu’aucun vieillard n’est plus en sécurité aux Pays-Bas depuis la légalisation de l’euthanasie. Mais dans la campagne actuelle, les choses prennent une ampleur inédite. S’y ajoute quelque chose d’encore beaucoup plus pénible pour les Européens : une certaine pitié. Comme si l’Europe n’avait plus aucune importance....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

La Fed est-elle en train de voler au secours de la zone euro sans le dire ?

La Fed est-elle en train de voler au secours de la zone euro sans le dire ? | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
Dans le Wall Street Journal, l'ancien Vice-président de la Banque Fédérale de Dallas Gerald O'Driscoll a accusé la Réserve fédérale américaine de renflouer l’Europe par "d’incompréhensibles échanges de devises".

La réalité serait plus nuancée, et les intérêts de la Fed loin d'être négligés...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Amérique reste inquiète pour l'avenir de l'Europe

L'Amérique reste inquiète pour l'avenir de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it
À ses yeux, les problèmes fondamentaux de l'euro ne seront pas résolus par l'austérité fiscale.

 

Ni félicitations ni soulagement à la Maison-Blanche après l'accord conclu à Bruxelles la semaine dernière pour réformer la gouvernance de la zone euro. Le mieux que la présidence américaine ait trouvé à dire est qu'il marquait un progrès. «Nous pensons que des signes de progrès sont bons, c'est un signe de progrès mais davantage doit manifestement être fait», a expliqué Jay Carney, le porte-parole de Barack Obama. Au regard du temps passé par ce dernier sur ce dossier au cours des mois écoulés, et après la nouvelle tournée effectuée la semaine passée par Tim Geithner en vue d'inciter les Européens à agir de manière décisive, ce commentaire n'a au mieux que valeur d'encouragement....

...les problèmes fondamentaux de l'euro ne seront pas résolus par l'austérité fiscale, surtout dans le cas des pays du sud de la zone qui ont besoin de croissance pour surmonter leur surendettement. Cet ancien haut responsable du FMI, qui multiplie les critiques brutales de la gestion de la crise en zone euro depuis des mois, juge que l'éloignement de la Grande-Bretagne peut créer un dangereux précédent. À ses yeux, c'est le premier signe du danger d'un dégoût des opinions publiques pour les sacrifices qu'impose la construction d'une Europe intégrée...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les Américains les yeux rivés sur la chute de l'Europe

Les Américains les yeux rivés sur la chute de l'Europe | Union Européenne, une construction dans la tourmente | Scoop.it

En Europe, l'unité déchirée par la déliquescence", titre USA Today, qui consacre une grande enquête sur l'écart croissant entre "les Etats les plus riches de l'UE" et leurs pauvres voisins. Que va-t-il advenir des malheureux Grecs, des pauvres Irandais qui émigrent en masse, et des "milliers d'Espagnols sans emplois", qui pourraient bientôt "se retrouver à la rue" ? , s'interroge le journal. Et combien de temps encore pourront-ils continuer à être pressurés par les Allemands "furieux" et par les Vrais Finlandais ?

Comme l'a souligné Herman Van Rompuy, l'Europe a désormais atteint le point où elle n'est plus en mesure de financer son modèle social...

more...
No comment yet.