DEFENSE NEWS
914.6K views | +814 today
Follow
DEFENSE NEWS
Principaux articles concernant le monde de la Défense, de ses industriels et des armements et technologies.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Titus : découvrez l'incroyable camion blindé de la BRI

VIDEO - Titus : découvrez l'incroyable camion blindé de la BRI | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Voici Titus, le tout nouveau véhicule qui servira aux brigades d'intervention françaises. Il vient de faire son entrée dans les rangs de la BRI (brigade de recherche et d'intervention).

Ce blindé a été mis au point par le constructeur français Nexter. Il a été dévoilé pour la première fois au salon du Bourget en novembre dernier. Ses premiers états de service sur le terrain ont eu lieu lors de la COP21, mais il a aussi largement contribué comme PC mobile durant les assauts du Bataclan et de l'Hypercacher.

Un prototype pour la BRI

Il fait désormais son entrée dans la BRI. Cependant, l'engin avec lequel les agents s'entraînent n'est pour le moment qu'un prototype, comme en atteste ce témoignage d'un gradé de la brigade, recueilli par Paris Match : "On vient de le toucher, mais pour l’instant ce n’est qu’un prêt, on le teste avant d’avoir la version finale."

Une machine de guerre

Sur le papier Titus ressemble à une vraie machine de guerre et il n'en fallait pas moins pour mériter le même nom qu'un grand empereur romain, célèbre pour la prise de Jérusalem en 70. Ce véhicule à 2,4 millions d'euros est équipé de six roues motrices et de caméras un peu partout. Côté moteur, celui du Titus affiche 500 chevaux qui lui permettent d'atteindre une vitesse maximale de 100 km/heure, ce qui n'est pas trop mal quand on pèse 23 tonnes. Avec ses trois mètres de hauteur et ses huit mètres de long, il peut accueillir jusqu'à 11 hommes, tous bien protégés dans ce blindé qui résiste aux attaques balistiques, nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.
Publié par Marc Durel, le 11 mai 2016
more...
Orfrance's curator insight, Today, 11:54 AM

Publié par Marc Durel, le 11 mai 2016

Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Ces inventions militaires qui finissent dans le civil

Actualités HIGH-TECH : La semaine prochaine en France, se tiendra le forum de l'innovation de la Direction générale de l'armement. Il s'agit, en quelque sorte, de la grand messe des inventions pour les militaires, qui souvent, trouvent des applications dans le civil.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

C'est Noël pour les comandos du COS

C'est Noël pour les comandos du COS | DEFENSE NEWS | Scoop.it
En visite en province ce matin, le ministre de la Défense a pu rouler quelques mètres à bord du PLFS,
le nouveau véhicule des commandos du COS, qui remplacera le vaillant VLRA.
Le remplacement des VLRA mais aussi des P4Patsas et VPS était attendu dès le début de la décennie. Annoncé comme urgent en 2013, qui voit les commandos du COS réaliser des milliers kilomètres au Sahel, le contrat n'a été signé que le 30 décembre 2015 pour 202 PLFS et 241 VLFS.
Extérieurement, le PLFS ressemble à un Sherpa, mais la DGA, le COS et la STAT l'ont profondément fait modifier.
Les 25 premiers véhicules devaient être livrés en septembre, mais le fabricant avait expliqué qu'il y aurait du retard. Et il faudra attendre encore plus pour les PLFS, dont le choix a été fait de développer un véhicule nouveau.
Le précédent GCOS, actuellement SCOPS à l'EMA avait expliqué, lui, que des opérations en BSS avaient dû être annulées faute de matériel idoine, roulant ou aérien, ce qui montre bien les insuffisances d'investissement dans ce domaine pourtant jugé prioritaire -comme le rens- par deux présidents successifs, et deux livres blancs.
Deux commandos du COS (un du 1er RPIMa, un du CPA 10) ont été tués au Sahel lors d'explosions d'IED ou de mines depuis 2013, et plusieurs dizaines d'autres blessés.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Washington offre 21 véhicules de combat à l'armée camerounaise

Washington offre 21 véhicules de combat à l'armée camerounaise | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Doté d’une technologie automobile de pointe, les 21 «Peacekeeping Support Véhicules» (PKSV) offert par Washington ont déjà fait leurs preuves sur d’autres théâtres d’opérations comme en Afghanistan, en Iraq et en Syrie.

Au nom du Gouvernement américain, l’Ambassadeur des États-Unis au Cameroun S.E Michael S. Hoza a procédé le 6 décembre dernier à la remise d’un important matériel au Gouvernement camerounais. Les engins réceptionnés par le Ministre Délégué à la défense, Joseph Beti Assomo, devraient servir à l’Extrême-Nord du Cameroun où la Force Mixte Multinationale vient de lancer un assaut dans la forêt Sambisa, considéré comme le quartier général de la secte Boko Haram.

En remettant ledit matériel, l’ambassadeur Michael S. Hoza a loué la détermination des troupes camerounaises au front qui ont su anéanti la secte Boko Haram en détruisant la majorité de ses fiefs au Nigéria.

Parmi les 21 PKSV se trouvent quatre engins dotés de matériel de communications et de transmission, 15 véhicules pour le transport des troupes, 2 camions-ateliers et 3 conteneurs de 40 pieds de pièces de rechange.

Ce matériel militaire qui est doté d’une technologie de pointe protège contre les mines. La gamme de ces véhicules a déjà fait ses preuves sur d’autres théâtres d’opérations où les troupes américaines sont engagées comme en Afghanistan, en Iraq et en Syrie.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

De nouvelles unités d’assaut amphibies pour la marine russe

De nouvelles unités d’assaut amphibies pour la marine russe | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Version russe du CB90 suédois, de nouveaux patrouilleurs d’assaut Raptor rejoignent la flotte russe. En mai dernier, Moscou annonçait que 10 unités de ce type devraient être livrées d’ici 2018, l’armée russe précisant désormais que 6 bateaux sont attendus en 2017 et 2018. La tête de série est sortie en 2014 du chantier Pella de Saint-Pétersbourg.

Développés dans le cadre du Projet 0360, les Raptor peuvent transporter 20 soldats en plus de leur équipage, et son conçus pour s’échouer sur une plage et y débarquer hommes et matériel au moyen d’une rampe. Ils sont utilisés comme patrouilleurs rapides et unités d’assaut lors d’opérations amphibies.

Officiellement, le chantier suédois Dockstavarvet, concepteur du CB90, n’est pas impliqué dans le programme Raptor. Mais la ressemblance avec ses bateaux, dont différents modèles sont en service dans les marines suédoises, norvégienne, mexicaine et américaine, ainsi que dans la police fluviale allemande, est évidemment frappante.

Pour mémoire, le Combat Boat 90 est un engin de 16 mètres capable datteindre la vitesse de 40 nœuds.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Koweit va commander 300 véhicules lourds à Renault Trucks Defense pour 270 M EUR (Le Drian)

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé jeudi la prochaine commande par le Koweït de 300 véhicules lourds fabriqués par Renault Trucks Defense pour 270 millions d'euros.

"Lors de mon déplacement au Koweït en août, j'avais pu évoquer avec mon homologue le contrat pour la livraison de 300 véhicules Sherpa pour un montant de 270 million d'euros (...) Cela m'a été confirmé par le ministre avant-hier au téléphone", a indiqué M. Le Drian lors d'un déplacement sur le site de l'entreprise dans la Nièvre.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

3 700 VLTP-ND (véhicules légers tactiques polyvalents) pour la France et 300 Sherpa pour le Koweït

3 700 VLTP-ND (véhicules légers tactiques polyvalents) pour la France et 300 Sherpa pour le Koweït | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Ford (bis). Pour remplacer les P4, l'armée française va acheter 3 700 véhicules légers à Renault Trucks Defense (RTD) pour plus de 500 millions d'euros.

Les véhicules commandés par l'armée française sont des 4x4 de type VLTP-ND (véhicules légers tactiques polyvalents). Mais ils sont montés sur un châssis Ford et équipés d'un système radio et d'armement.

Il s’agit donc de la militarisation d'un véhicule civil renforcé (durcissement du châssis et des suspensions en particulier) de type Station Wagon, sur laquelle RTD procédera à l’intégration des éléments opérationnels. Le véhicule de 150 CV pèsera 3,5 tonnes et aura une capacité d’emport de 900 kg.

Les 500 premiers seront livrés en 2017, suivis de 1 000 en 2018. "Cela représente quatre années de charge pour l'usine de Saint-Nazaire. Cela va occuper plus de la moitié du personnel sur quatre ans", a-t-on précisé chez RTD.

Sherpa. Le Koweït, pour sa part, va acheter 300 véhicules lourds pour 270 millions d'euros. "Cela m'a été confirmé par le ministre avant-hier au téléphone", a précisé Jean-Yves Le Drian lors de son déplacement sur le site de RTD de Fourchambault dans la Nièvre. Il s'agit de Sherpa fabriqués à Saint-Nazaire par Acmat.

Vente de RTD. Renault Trucks Defense (RTD), qui possède les marques RTD, Acmat et Panhard, devrait être mis en ventte par Volvo. "Je serai extrêmement vigilant pour que le processus de cession qui va se dérouler prenne bien en considération l'avenir de RTD (...) Ce processus ne m'inquiète pas", a insisté le ministre sans prendre position. A suivre donc.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La Corée du Nord peut lancer un missile nucléaire

La Corée du Nord peut lancer un missile nucléaire | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La Corée du Nord est désormais capable de lancer un missile nucléaire mais ne maîtrise pas encore la manière dont la tête nucléaire rentre dans l'atmosphère pour frapper sa cible, a indiqué jeudi un responsable américain de la défense.

Les Nord-Coréens "ont la capacité aujourd'hui même d'envoyer" un missile nucléaire, "mais ils ne sont juste pas sûrs de l'entrée" dans l'atmosphère et de l'arrivée jusqu'à la cible, a expliqué ce responsable. "Ils ont entrepris d'essayer de résoudre" ce problème, a-t-il estimé.

La Corée du Nord a mené cinq essais nucléaires, dont le dernier a eu lieu le 9 septembre, et mené de nombreux tests de missiles balistiques.

Le missile Musudan à portée intermédiaire, d'une portée théorique de 2.500 à 4.000 kilomètres, a déjà été testé huit fois cette année, dont une fois avec succès.

Mais malgré ces nombreux échecs, les experts estiment que le programme progresse à allure soutenue.

La Corée du Nord a été soumise à cinq séries de sanctions depuis son premier essai nucléaire de 2006.

"Nous sommes désormais dans une situation très tendue, sur laquelle nous n'avons pas beaucoup de moyens d'agir, pas beaucoup de marge de manoeuvre en terme de négociation", a estimé le responsable américain.

"Vous pouvez vous imaginer" que les militaires américains "préparent des scénarios d'urgence adaptés à la situation", a-t-il dit

"Nous nous préparons à tout ce qui peut sortir de ce comportement très, très provocant", a-t-il estimé.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Allemagne: le NH90 navalisé fait son baptême de l'air

Allemagne: le NH90 navalisé fait son baptême de l'air | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Ce 8 décembre, la version navalisée de l'hélicoptère allemand NH90 Sea Lion, a réalisé son vol inaugural à Donauwörth.

Les premiers NH90 Sea Lion sont attendus fin de 2019. En attendant, la Marine allemande se prépare à ce nouvel hélicoptère, avec des formation et de nouvelles infrastructures. Ils seront mis en œuvre sur la base aérienne navale de Nordholz.

Les missions comprendront le sauvetage (SAR), la reconnaissance maritime, forces spéciales et bien sûr de transport. Il évoluera depuis les frégates types 702. Les forces armées allemandes (Bundeswehr) ont commandé 18 de ces hélicoptères, dont le dernier devrait entrer en service en 2022. Le deuxième NH90 Sea Lion est actuellement en assemblage final, la production en série doit débuter à l'été 2017.

Il remplacera la flotte de Sea King Mk41 de la Bundeswehr.

Au total 129 hélicoptères NH90 version maritime (NFH) ont été commandés.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Update: Ukraine commissions two new Gurza-M patrol craft as it rebuilds naval combat capability

Key Points

Ukraine set to commission first two of nine planned Gurza-M patrol craft
Navy is seeking to re-constitute its force in the wake of the 2014 Crimea crisis

The Ukrainian Navy commissioned two Project 58155 Gurza-M missile-capable riverine patrol boats on 6 December, following lengthy acceptance trials designed to resolve some technical challenges.

The commissionings are part of a wider Ukrainian programme to rebuild its naval force structure after the loss of nearly two-thirds of its fleet during Russia's annexation of Crimea in March 2014. The navy is moving forward with the aim of creating what is termed a 'mosquito fleet' - made up of about 30 small- and medium-sized combatants - at the centre of a new naval force structure it aims to have in place by 2020.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Elta, Airbus offer C295 operators AEW conversion

Current operators of the Airbus Defence & Space C295 are being given the option to convert some of their aircraft into an airborne early warning and control (AEW&C) configuration developed with Israel Aerospace Industries' Elta Systems subsidiary.

In recent months, the combination of the C295 with an Israeli-made radar and other sensors has been offered to a "great number" of potential customers, says Igo Licht, Elta's vice-president of marketing and sales.

Airbus has previously flown one of its C295 development aircraft with a 6m (19.7ft)-diameter radome installed above its fuselage for aerodynamic testing purposes.

"As the C295 is used by many air forces, we have built a conversion proposal that will be a very cost-effective for many of the potential clients," Licht says.

In addition to an Elta-developed active electronically scanned array AEW radar, the adapted medium transport could also be equipped with communications intelligence and signals intelligence sensors, identification friend-or-foe equipment and a self-protection suite. Onboard operator stations would support AEW&C and other command and control tasks, with the platform also featuring satellite communications and secure datalinks.

Flight Fleets Analyzer records 147 C295s as being in current operational service with 21 nations.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Trois H215 pour la police fédérale allemande

Trois H215 pour la police fédérale allemande | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La police fédérale allemande (Bundespolizei) a signé un contrat avec Airbus Helicopters relatif à l'achat de trois H215 via le minsitère fédéral de l'intérieur allemand.

Les appareils se verront confier un certain nombre de missions, parmi lesquelles figurent les opérations de secours en mer ainsi que les missions de police. Les machines devraient être livrées au début de l'année 2019.

La Bundespolizei opère actuellement 19 hélicoptères de la famille Super Puma. Les appareils volent 365 jours par an au gré de missions aussi diverses que le transport de personnel sur de grandes distances et dans des conditions météorologiques difficiles.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La mort de Claude Riffaud, père des nageurs de combat

L’Amicale des Nageurs de Combat nous informe du décès, mercredi après-midi, de Claude Riffaud, « NC 1bis », c’est-à-dire premier nageur de combat (NC) au côté de Bob Maloubier, lui aussi récemment disparu.

Né en 1924, résistant à 17 ans, entré dans la Marine en 1944, capitaine d’un sampan en Indochine à 25 ans, Claude Riffaud passe par les commandos marine, François puis Hubert (parachustiste). En 1951, enseigne de vaisseau, il suggère à l’Etat-Major de la Marine la création d’un corps de nageurs de combat... qui accepte. Pour ce faire, il est détaché à Arzew (Algérie) au Centre Interarmées des Opérations Amphibies afin d’y créer une unité de nageurs de combat. Auparavant, il part se former chez les NC italiens puis britanniques du SBS.

Il commande le commando Hubert, devenu l’unité des nageurs de combat de la marine, de 1953 à 1958 , puis l’ « Elie Monnier », bâtiment de plongée profonde du groupe d’études et de recherches sous-marines (GERS). Il rejoint ensuite le service action du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE) en charge de la collecte des renseignements stratégiques aux Etats-Unis. Revenu dans la Marine, il, est commandant en second du porte-avions "Clemenceau" et revient à la plongée comme , cocréateur du Centre National pour l’EXploitation des Océans (CNEXO) - futur Ifremer - en charge du programme de plongée profonde, avec l’ « Archimède », bathyscaphe de la Marine française qui atteint un record à – 9 500 mètres).

Revenu à la vie civile, il publie de nombreux livres, dont des romans et une célébre « Grande aventure des hommes sous la mer ».

Son portrait sur le site des anciens de l’Ecole navale.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Canada a choisi l’Airbus C-295W

Le Canada a choisi l’Airbus C-295W | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Otawa, l’information transpirait depuis hier déjà, le gouvernement canadien a confirmé aujourd’hui le choix de l’Airbus C-295W comme plateforme de son nouvel avion de recherche & sauvetage (FWSAR). Cet appareil doit venir remplacer la flotte actuelle composée de Havilland Canada CC-115 « Buffalo » et de CC-130H « Hercules ».

Une liste réduite :

Le groupe de travail engagé dans le processus de recherche du futur avion de sauvetage travaillait depuis le début de cette année avec une liste réduite composée de l’Embraer KC-390, de l’AleniaAermacchi C-27J «Spartan » et l’Airbus C-295W.

Airbus fournira 16 appareils de type C-295W qui seront repartir sur quatre bases dans tout le Canada. L’avion sera employé pour les missions de recherche et sauvetage depuis l'Arctique jusqu'à la frontière sud avec les États-Unis. Le contrat est estimé à près de coûtait 2,4 milliards de dollars. Les livraisons auront lieu entre 2019 et 2022. Le C-295W est le plus petit et le plus lent des trois soumissionnaires, Airbus a mis l'accent sur l'efficacité et l'expérience du C-295 et notamment ses coûts d‘exploitation particulièrement faibles. L'appareil est notamment en service au sein des Gardes Côtes américains sous la dénomination HC-144A. Les équipements ne sont pas encore précisés, mais les C-295W canadiens seront doté d'un FLIR aisni que d'un radar qui permettront aux équipages de localiser plus facilement les personnes en détresse, même dans l'obscurité et dans des conditions météorologiques difficiles.

L’Airbus C-295W :

Doté d’ailettes marginales (winglets) et de moteurs modernisés de série, le nouveau modèle fournira aux opérateurs des performances accrues dans toutes les phases de vol. Il est particulièrement adapté aux missions réalisées en altitude et par temps chaud, pour lesquelles il promet une augmentation de charge utile d’au moins 1 000 kg. L’appareil est équipé de turbopropulseurs de Pratt & Whitney, qui motorisent toutes les versions du C295. De nouvelles procédures récemment certifiées au Canada et en Espagne permettent aux opérateurs d’augmenter la puissance, lors des phases ascensionnelles et de croisière. Outre les performances en altitude et par temps chaud, ces procédures améliorent les opérations sur des reliefs très élevés, comme la Cordillère des Andes ou l’Himalaya, avec des répercussions minimes sur les coûts de maintenance.

Ce contrat porte à 185 le nombre de C295 vendus par Airbus dans le monde depuis les débuts de ce programme en 1997.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Remplacement des F16: avec le Gripen E, Saab veut rivaliser avec les géants de l'armement

Remplacement des F16: avec le Gripen E, Saab veut rivaliser avec les géants de l'armement | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Au Sud-Ouest de la Suède, c’est dans la ville de Linköping que le constructeur Saab a établi ses lignes de production du Gripen. Depuis des mois, le constructeur suédois s'est engagé dans une compétition ardue. Une compétition pour remplacer les F-16 belges vieillissants.

Malgré les jeux d'influences et les campagnes pour critiquer ce chasseur, la compagnie suédoise présente le Gripen dans sa nouvelle version. Un avion annoncé comme un chasseur intelligent, un smartfighter.  "Ce que nous avons essayé de faire avec le Gripen E c'est de le rendre simple. Simple pour les mises à jour. Simple pour introduire de nouvelles fonctions pour les clients et pour les forces aériennes. Nous pouvons aussi introduire de nombreuses fonctions sous forme d'applications et on peut le faire en quelques semaines", explique Lars Ydreskog, chef des opérations chez Saab.

Petit, mais vaillant

De l'aveu même de Saab, entre le nouvel avion et sa version précédente, on ne voit peu de différences de l'extérieur. Mais c'est bien à l'intérieur du chasseur que les changements ont eu lieu. Développé depuis dix ans, le Gripen E est plus grand, plus puissant et dispose désormais de nouveaux radars, logiciels, et capteurs de dernière génération.  

"Il peut transporter plus de charges et plus d'armes dont j'ai besoin en mission et pour me protéger aussi. Les capteurs peuvent désormais me donner beaucoup plus d'informations ce qui m’aide à mieux comprendre et voir ce qui m'entoure. Je peux  être un meilleur pilote dans l'arène et assurer de meilleures missions avec ce chasseur", raconte Mikael Olsson, pilote test chez Saab.

Petits prix pour convaincre

Le Gripen E de Saab est certainement l’avion le plus modeste parmi les candidats retenus par la Défense belge pour remplacer les F-16. Avec cette nouvelle version du Gripen, Saab veut rivaliser avec les géants de l’armement que sont Lockheed Martin (F-35) ou encore Dassault (Rafale). La compagnie suédoise affute son argument numéro un : son prix.

Comptez 110 millions d'euros l'unité pour le Gripen. Ses concurrents directs sont 10 à 40% plus cher. Sur les lignes de productionsde Saab, on aime à dire que ce n'est pas le moins cher, mais le plus abordable. Un prix bas qui s'explique par un développement de l'appareil au départ virtuel, entièrement en 3D. "

Nous avons dessiné et créé tout l'avion dans un environnement informatique. De cette manière, à partir des dessins, nous avons pu de façon anticipée identifier les risques et éviter les surcoûts. Nous avons construit cet avion sans matériel au départ. Et lorsque nous développions l’engin, nous savions que tout était en place pour la production", avance Matti Olsson, le directeur de la stratégie de marché.

Pas de bombes nucléaires

La maintenance et les heures de vol seraient aussi moins chères. Mais malgré ces prix très attractifs, pour de nombreux observateurs, le Gripen n'aurait aucune chance de remplacer les F-16. Car l'avion suédois peut techniquement transporter la bombe nucléaire, mais n'est pas pour l'instant autorisé à le faire.

C'est un choix politique. La Suède a signé le Traité de non-prolifération nucléaire. "Si la Suède décide de ne pas nous autoriser à vendre le Gripen avec cette capacité-là. Eh bien, ça pourrait, bien sûr, être un désavantage. Mais le Gripen est plus que capable de transporter ce type d'armements", précise tout de même Jerker Ahlqvist, vice-président du département marketing de Saab.

Promesses de retours sur investissements

Le constructeur suédois espère convaincre le gouvernement fédéral en promettant de nombreux retours sur investissements en Belgique. Et pas seulement dans le secteur de l'aéronautique.

"Nous voulons que les industries belges prennent la responsabilité de la maintenance et des réparations globales. Ceci est directement lié à la plateforme du Gripen. En parallèle à cela, nous sommes prêts à ouvrir le réseau commercial et le portefeuille de Saab à l'industrie belge. Pour trouver une bonne future collaboration et avoir une bonne situation de win-win", ajoute Per Alriksson, le directeur de campagne pour la Belgique de chez Gripen Saab.

Bien que le Gripen E soit toujours en développement et qu'il n'ait pas encore effectué son premier vol. Saab veut réellement saisir sa chance et déjouer les pronostics en plaidant pour le choix d'un avion européen. Le chasseur suédois est bel et bien parti à la conquête de la suédoise belge.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

RTD: une autre carte à jouer que celle de la consolidation via Nexter?

Ce jeudi (8 décembre), Jean-Yves Le Drian sera à 9h à Nevers pour une visite de l’entreprise Renault Trucks Defense. A l’occasion de cette visite, le ministre de la Défense célébrera le dixième anniversaire de la reprise de ce site de la défense, ancienne base de soutien de l’armée de terre, par RTD.

Comme le rappelle le ministère de la Défense, 90% des véhicules de l’armée de terre française est produit par RTD. Forte de 1 300 salariés, l'entreprise compte trois marques en France (RTD, Acmat, Panhard), 5 usines de production (Limoges, Fourchambault, Saint-Nazaire, Marolles-en-Hurepoix et Saint-Germain-Laval), et 2 centres dédiés à la Recherche et développement (Versailles et Lyon).

Cette visite n'a rien d'anodin puisque Volvo a fait savoir qu'il comptait se séparer de son pôle Défense (voir mon post du 4 novembre ici).

Les grandes manoeuvres ont démarré sans attendre que Volvo mette formellement en vente RTD.

Le président du Gicat (et président de Nexter), Stéphane Mayer a été auditionné par la commission de la Défense de l'Assemblée nationale. Voir la vidéo ici.

Interrogé par le député Daniel Boisserie, il n'a pas caché que le rapprochement entre Nexter et l'allemand Krauss-Maffei n'était qu'un premier pas dans la consolidation européenne, "le but étant d'accueillir d'autres acteurs". Et il a rappelé que RTD et Nexter sont "partenaires" et "complémentaires" dans le programme Scorpion. CQFD.

Pourtant, d'autres noms d'acheteurs potentiels circulent. Saab, Rheinmetall ou CMI Defence montreraient un intérêt certain pour le dossier. Et tenteraient de se faire entendre.

Le ministre de la Défense va-t-il insinuer que les jeux sont faits? Comme le confiait un industriel et acteur de la filière: "Après tout, le marché est le marché, et la BITD devrait avoir une certaine liberté de manœuvre sans se voir imposer des choix politiques".
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Suisse, Guy Parmelin manœuvre-t-il pour avoir des Rafales?

Le gel du projet de défense sol-air (BODLUV pour Bodengestützte Luftverteidigung) ne passe toujours pas auprès de certains à Berne. Au point d'imaginer que Guy Parmelin voudrait sacrifier le projet afin de récupérer les fonds pour acheter des Rafales, explique l'Aargauer Zeitung dans son édition du 8 décembre.

BODLUV est revenu sur le devant de la scène à la faveur du rapport du groupe de travail des Commissions de gestion (CdG). Il s'agit d'établir si le patron du DDPS a eu raison de tout geler en mars dernier.

Ledit rapport doit être publié le 20 décembre mais selon un lobbyiste de l'industrie d'armement, il sera «dévastateur pour Guy Parmelin, qui cherche maintenant à le désamorcer». Le groupe de travail dirigé par le conseiller aux Etats Claude Janiak (PS/BL) est présenté comme favorable à BODLUV et critique envers le ministre vaudois.

Le retour du Rafale?

L'enjeu porte sur des milliards et l'orientation du futur programme d'armement car il n'y aura pas assez de fonds pour le projet de défense sol-air et le nouvel avion de combat des Forces aériennes suisses. Les partisans de BODLUV soupçonnent donc Guy Parmelin de vouloir réserver les fonds pour acquérir un appareil multi-rôles.

C'est le cas du conseiller national Hans-Peter Portmann (PLR/ZH), et accessoirement colonel en défense contre avions (DCA). Il craint de ne voir qu'une défense sol-air réduite à des canons anti-aériens afin d'acheter un avion très cher «et de préférence français».

Le conseiller national cite sans le nommer le Rafale du groupe français Dassault, qui avait été recalé face au Gripen suédois en raison de son prix, bien qu'il soit sorti en tête durant les essais d'évaluation.

Pas d'avis sur le Rafale

Guy Parmelin s'est pourtant montré très clair la semaine passée dans une interview publiée par la Nordwestschweiz. «Je n'ai pour le moment aucune opinion à ce sujet. Ce qui m'intéresse, c'est ce dont nous avons exactement besoin». Interrogé sur BODLUV, il avait répondu qu'une défense sol-air était «probablement nécessaire». Des propos qui n'ont pas rassuré les défenseurs du projet.

Ces derniers espèrent que le rapport du 20 décembre infléchira le patron du DDPS. «BODLUV doit voir le jour comme prévu et contrairement à ce que veut Guy Parmelin», assène un membre de la CdG. Ce rapport doit aussi servir à taper sur les doigts du ministre vaudois, de telle sorte qu'il «s'en souvienne à l'avenir».

UDC zen

Une menace que le conseiller national Adrian Amstutz (UDC/BE) prend avec philosophie. «Militaire, administration, industrie ou encore adversaires, tous diront qu'ils ont fait tout juste avec BODLUV et que Parmelin a fait tout faux. Mieux vaut donc que le conseiller fédéral se taise afin qu'il puisse continuer à travailler.»

Mais le chef du groupe UDC au parlement se dit également convaincu que Guy Parmelin «ne se laissera pas intimider. Il continuera à examiner et à intervenir le cas échéant.» (nxp)
(Créé: 08.12.2016, 11h03)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Russian Army eyes MBT upgrades

Russian Army eyes MBT upgrades | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Russia may upgrade parts of its T-72 and T-90 main battle tank (MBT) fleets with the automatic target tracker (ATT) and fire control computer (FCC) installed in the Armata T-14 MBT, which is now entering production at UralVagonZavod's Nizhny Tagil facility.

The installation of the ATT and the FCC from the T-14 Armata will improve the first round hit capability of the older T-72 and T-90 MBTs under adverse battlefield conditions, as well as reducing the workload on the gunner.

Once locked on, the ATT constantly tracks the target and lays on the 125 mm smoothbore gun as well as taking into account inputs from the sensors, such as the speed and direction of the platform, condition of the gun, and ambient weather. The gunner then decides when to engage the target.

The T-72B3 and T-90 MBTs selected to be upgraded will be those already fitted with the Kalina computerised fire control system (FCS), the latest version of which is installed in the T-14 Armata.

The T-72B3 has been deployed on operations on the Russia/Ukraine border where it has demonstrated a high level of survivability because it is fitted with the latest generation Kontakt-5 explosive reactive armour (ERA), which provides protection not only against missiles and rockets fitted with a high-explosive anti-tank (HEAT) warhead, but also kinetic energy projectiles.

The decision to further enhance the capabilities of at least part of its existing MBT fleet could indicate that Russia will not replace the T-72 and subsequently the T-90 MBTs with the T-14 Armata on a one-for-one basis in the near term, and will continue to deploy a mixed MBT fleet.

Russia has already decided to upgrade part of its T-80BV turbine-powered MBTs to extend their operational life, with the first of these to be handed over in 2017 from UralVagonZavod's Omsk facility.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Lockheed showcases T-X readiness in South Carolina

Lockheed Martin offered a vivid glimpse on 8 December of the company’s preparations to win US Air Force’s hotly-contested contract to supply 350 trainers to the US Air Force.

A newly-converted factory in Greenville, South Carolina, was opened for to the press for the first time to give journalists a tour of the company’s proposed final assembly line, suite of ground-based training system demonstrators and even a brief flying display of the first of two Lockheed/KAI F/A-50s to arrive in the USA for risk reduction activity.

“We are ready now to start building T-50As in support of the [advanced pilot training] programme,” says Don Erickson, Lockheed’s site director in Greenville.

The four-way competition between Lockheed’s T-50A, Boeing/Saab’s T-X, Northrop Grumman’s Model 400 and Raytheon/Leonardo’s T-100 remains up to a year away from a conclusion. Lockheed expects the USAF to release a final request for proposals by the end of the year, starting a 90-day clock for the bidders to submit their proposals. The USAF evaluation could take months, but Lockheed expects to hear the service’s decision by the end of 2017.

In the meantime, the bidders are pursuing different strategies for promoting their bids. Raytheon will host the company’s first public event on 12 December on the site of a greenfield factory in Meridian, Mississippi. Boeing hosted a highly publicized unveiling of the first T-X prototype in a September ceremony in St. Louis, but since then has gone quiet. Northrop allowed its prototype Model 400 to be photographed by passers-by at the company’s flight test base in Mojave, California, but has almost no other public statements about details of their bid.

By contrast, Lockheed is underscoring what it considers the lowest-risk approach in the competition by being flagrantly open about details of the company’s approach to winning the T-X competition. The company had considered a proposing Skunk Works-designed aircraft, but chose instead to offer an updated and improved version of the F/A-50, a light attack variant of the T-50 trainer that entered service 14 years ago. Lockheed considers the Greenville site itself as a low-risk decision, as the 11 hangars the company owns already hum with an experienced workforce that has modified thousands of US military aircraft since 1984.

While rivals hold back basic details of decided features, Lockheed officials openly acknowledge the components of their bid that remain undecided. Lockheed plans to modify the F/A-50 by removing the internal gun, adding a large area display, installing a dorsal aerial refueling tank and tweaking the cockpit ergonomics, including moving the rudder pedals back a few inches to accommodate the USAF’s broader range of requirements for pilots’ sizes.

Other decisions have yet to be made, including the supplier for the ejection seat. The Martin-Baker Mk16, which is installed in the Lockheed F-35 as the US16, is featured in South Korea’s T-50 trainer and F/A-50 fighter. But Lockheed is considering the United Technologies Aerospace Systems ACES 5 ejection seat, which is the latest version of the ACES franchise established in the Lockheed F-16, Boeing F-15 and Northrop Grumman B-2. Another item up for grabs is the supplier for the T-50A’s unique active sidestick controllers, which allow the instructor pilot in the back seat to physically see how the student pilot in the front seat is making control inputs.

Lockheed also showed off a full suite of ground-based training systems, with seven major components prepared to enter service almost immediately. A slight exception is the domed operational flight trainer. The demonstrator on site today is shown with 20-27 visual resolution. That beats 20-40 acuity of the F-35’s domed trainer, but falls short of the USAF’s 20-25 requirement. But Lockheed says they have the technology to meet the USAF’s requirements, along with the capability to upgrade as projection technology advances.

Lockheed’s test pilots, meanwhile, are getting acquainted with the aircraft itself, a pre-requisite in a competition that assigns the winning bidder with the task of training the USAF’s initial cadre of instructors. Though developed from the wing and fly-by-wire control architecture of the F-16, Lockheed’s pilots have perceived several improvements in the T-50. Compared to the F-16’s highly sensitive sidestick, the T-50’s controller is more forgiving to suit student pilots, says T-50A chief test pilto Mike “Red” Ward. The T-50 also was developed with different landing gear than the F-16, averting the latter’s reputation for bouncing too many landings, Ward adds.

The point of all this activity is to underscore that Lockheed is ready to meet the USAF’s timelines. In fact, Lockheed says the company is prepared to achieve initial operational capability in Fiscal 2023, or one year faster than the government’s latest schedule.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La France et l’Australie vont partager des informations classifiées

La France et l’Australie vont partager des informations classifiées | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le dernier Livre blanc sur la Défense publié par Canberra fait de la France un partenaire stratégique de l’Australie étant donné que ces deux pays partagent une même vision sur la plupart des grands sujets internationaux. En outre, la présence française dans le Pacifique-sud est perçue, côté australien, comme un gage de stabilité.

Au niveau militaire, un accord de coopération bilatérale, ratifié en mai 2009, prévoit ainsi l’organisation d’entraînements conjoints ainsi que l’échange de renseignements et d’informations. Et, plus récemment, sur un plan pratique, les deux pays ont convenu d’un « arrangement technique » concernant le soutien logistique mutuel en opérations, « en particulier en cas de catastrophes naturelles ou d’assistance humanitaire. »

« Les avions australiens et français travaillent en lien étroit au Moyen-Orient. Nos bâtiments de surface et nos sous-marins coopèrent plus que jamais ensemble dans l’océan Indien. Nos avions de transport, nos hélicoptères, et nos forces terrestres agissent de concert dans le Pacifique pour venir en aide à ceux que des désastres naturels ont privé de tout », avait d’ailleurs rappelé Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, le 25 avril dernier [jour de l'ANZAC, ndlr].

D’ailleurs, le lendemain, l’Australie annonçait son choix en faveur du constructeur naval français DCNS pour livrer à la Royal Australian Navy (RAN) 12 sous-marins de type « Shortfin Barracuda »… Et ce contrat contribue évidemment à resserrer davantage les liens entre les deux pays.

La preuve avec ce nouvel accord relatif « au partage d’informations classifiées », qu’ont signé, le 7 décembre, M. Le Drian et George Brandis, l’Attorney-General d’Australie.

« Cet accord viendra en soutien direct du futur programme de sous-marins tout en permettant une plus grande coopération sur un certain nombre de sujets relatifs à la sécurité nationale », a expliqué le ministère français de la Défense.

Concrètement, cet accord, qui selon M. Le Drian, « représente une étape importante dans le développement d’un partenariat stratégique renforcé entre nos deux pays », consiste à mettre en place des « équivalences de niveaux de classification et des dispositifs de gestion de l’information » ainsi qu’un « mécanisme de distribution des responsabilités » dès lors qu’un « sous-traitant intervient dans des projets comprenant des informations classifiées. » Enfin, il prévoit une « reconnaissance mutuelle des personnels habilités et des habilitations de sécurité pour les sites. »
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Noël avant l’heure pour Renault Trucks Defense

Noël avant l’heure pour Renault Trucks Defense | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Jean-Yves Le Drian n’est pas venu les mains vides jeudi 8 décembre en visitant le site de réparation de véhicules militaires de Garchizy (Nièvre) de Renault Trucks Defense (RTD), l’un des principaux fournisseurs de l’armée de Terre. Ceux parmi les salariés de RTD qui ont gardé une âme d’enfant ont même pu confondre le ministre de la Défense avec le Père Noël. Le visiteur du jour a annoncé à l’industriel deux contrats significatifs.

Tout d’abord, le ministre a officialisé une commande de 3700 véhicules légers de transport pour les armées et les forces Sentinelle. Les principaux sites de RTD concernés par cette commande sont ceux de Saint-Nazaire pour la production et de Fourchambault pour la logistique. La commande est évaluée à plus de 500 millions d’euros et la production devrait s’étaler sur 4 ans.

la cession de RTD suivie de près

Par ailleurs, Jean-Yves Le Drian a confirmé une commande à venir par le Koweit de 300 véhicules lourds de la gamme Sherpa pour un montant d'environ 270 millions d’euros. "Cela m’a été confirmé par le ministre (koweitien de la Défense, ndlr) lui-même avant-hier par téléphone. Vous n’avez plus qu’à signer le contrat".

Enfin le ministre n’a pas éludé la situation particulière actuelle de RTD, que sa maison-mère, le groupe Volvo a mis en vente le mois dernier. Il s’est dit extrêmement vigilant sur ce sujet affirmant sa volonté que "cet outil stratégique demeure sous maîtrise car c’est un élément de notre souveraineté".

Le groupe Nexter, son concurrent et partenaire dans le programme Scorpion de modernisation des forces armées terrestres, fait figure de favori pour sa reprise.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Feu vert américain à la vente de matériel militaire à quatre pays arabes

Feu vert américain à la vente de matériel militaire à quatre pays arabes | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Les autorités américaines ont approuvé jeudi plusieurs contrats portant sur la vente pour plus de sept milliards de dollars de matériel militaire (avions, hélicoptères, missiles) à quatre de leurs alliés arabes.

Le feu vert, annoncé par le département d'Etat, représente une manne pour le constructeur aérien Boeing ainsi que pour d'autres grandes entreprises américaines spécialisées dans les équipements militaires.

Mais il pourrait se heurter à ceux qui critiquent l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) à cause de leur rôle dans la guerre civile au Yémen, qui a commencé à l'été 2014.

Le contrat le plus important prévoit la vente à l'Arabie saoudite, pour 3,51 milliards de dollars, de 48 hélicoptères de transport de marchandises CH-47F Chinook, avec des moteurs de rechange et des mitrailleuses.

Boeing et Honeywell Aerospace sont les chefs de file de ce contrat. Une soixantaine de personnes - des secteurs public et privé - travailleront en Arabie saoudite pour la maintenance des appareils.

Les Émirats vont dépenser 3,5 milliards de dollars pour 27 hélicoptères de combat AH-64E Apache, fabriqués par Boeing et Lockheed Martin. De son côté, le Qatar a commandé huit appareils de transport C-17 ainsi que des pièces détachées, pour 781 millions de dollars.

Par ailleurs, Washington a approuvé la vente au Maroc de 1200 missiles anti-char TOW 2A manufacturés par le géant de l'armement Raytheon, pour 108 millions de dollars.

Si le département d'État a validé ces contrats après consultation du Pentagone, le Congrès - contrôlé par les républicains - a toujours la possibilité en théorie de bloquer leur mise en oeuvre.

Mais ces quatre pays étant des alliés des Etats-Unis et de gros acheteurs d'armements par le passé, il est peu vraisemblable que ces contrats soient retoqués par les parlementaires, malgré les critiques d'organisations de protection des droits de l'homme concernant la coalition menée par Riyad au Yémen.

Ce conflit a fait plus de 7000 morts et près de 37 000 blessés depuis l'intervention d'une coalition arabe sous commandement saoudien en mars 2015, a annoncé début novembre l'ONU.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Canada commande 16 C295W

Le Canada commande 16 C295W | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le gouvernement canadien a annoncé aujourd’hui qu’il avait sélectionné l’Airbus C295W dans le cadre de son programme d’acquisition d’aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe. L’Aviation Royale Canadienne (ARC) va acquérir 16 C295W avec son soutien opérationnel.







Le C295W est équipé de nombreux équipements d’origine canadienne, comme des moteurs Pratt & Whitney Canada. Les pilotes seront formés dans un nouveau centre d’entraînement développé par CAE et les systèmes électro-optiques seront fournis par L3 Wescam. Le soutien opérationnel sera assuré par AirPro, une joint-venture entre Airbus Defence and Space et PAL Aerospace, pendant toute la durée de vie du programme. Ce soutien opérationnel sera ainsi assuré au Canada par des canadiens.






Les C295W canadiens seront livrés trois ans après la finalisation du contrat. En service, ils rejoindront les cinq Airbus CC-150 pour des missions de ravitaillement aérien, de transport et de transport de VIP. Avec ces commandes, ce sont 185 exemplaires du C295 qui ont été commandés par 25 pays.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Russie: deux régiments de S-400 mis en service en un mois

Russie: deux régiments de S-400 mis en service en un mois | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Des systèmes de missiles S-400 destinés à assurer la défense aérienne de la capitale et du centre de la Russie subissent des essais sur le polygone de Kapoustine Yar dans la région d’Astrakhan (basse Volga).

Selon le ministère russe de la Défense, deux régiments de systèmes de missiles S- 400 Triumph seront mis en service en un mois suite aux essais.

Une division de systèmes de missiles S-400 subit des essais sur le polygone de Kapoustine Yar (région d'Astrakhan, basse Volga) avant sa mise en service dans un régiment des forces aérospatiales russes, la deuxième d'un système de ce type en un mois.
Précédemment, le consortium Almaz-Anteï, producteur des missiles S-400, avait annoncé avoir livré au ministère de la Défense cinq régiments de systèmes antimissiles S-400 Triumph en 2016.

Les contrôles effectués sur le polygone concernent la qualité d'assemblage, et le fonctionnement des systèmes, mécanismes et unités des missiles.

Une fois les tests achevés, le personnel préposé au service des S-400 et ayant suivi des cours de recyclage passera des examens afin de recevoir l'autorisation de participer aux tirs d'essai. Etape suivante, le déploiement des missiles dans un régiment de défense antimissile situé dans la région de Moscou.

« L'objectif majeur des régiments de défense antimissile des forces aérospatiales est d'assurer la défense antiaérienne de la ville de Moscou et du centre industriel du pays, de protéger les sites de gestion d'État et de commandement militaire, les sites industriels et énergétiques, ainsi que les groupes de forces armées et les systèmes de transport contre les attaques aérospatiales ennemies », précise le ministère russe de la Défense.

Les systèmes de missiles sol-air S-400 de longue et moyenne portée sont destinés à parer les attaques aériennes menées par des armes modernes et du futur, notamment des bombardiers stratégiques, des missiles balistiques tactiques et de croisière, ainsi que des engins hypersoniques.
Le système S-400 Triumph, opérationnel depuis 2007, est l'unique système capable d'utiliser plusieurs types de missiles pour assurer la défense antiaérienne échelonnée. Il intercepte toute cible évoluant entre 0 et 4 800 mètres par seconde à une distance de 400 km et à une altitude de 30 km.
more...
No comment yet.