Veille personnelle
527 views | +0 today
Follow
 
Scooped by Comte Virginie
onto Veille personnelle
Scoop.it!

How Couples Can Cope with Professional Stress

How Couples Can Cope with Professional Stress | Veille personnelle | Scoop.it
It doesn't have to break your relationship.

 

Most of us are familiar with the cycle. At work, the pressure to be “always on,” to meet deadlines, to serve the demands of colleagues or customers, or to deal with a difficult coworker can create stress that leaks into our personal lives. This stress can cause us to be impatient with romantic partners or kids or to neglect our duties at home, creating a vicious cycle of anxiety outside the office that makes work stresses even harder to face.

There are countless examples of couples driven to the edge by work-related stress. And psychological studies have shown that outside stressors — particularly stress at work — can push relationships to the breaking point. But they don’t have to. The vicious cycle of work–home stress can become a virtuous cycle when partners learn to cope with stress together. We are social beings who tend to be happier when connected to others. Our romantic partner is, almost by definition, the person on whom we rely to provide support, and recent research has shown (PDF) that partners who practice dealing with stress together early on can actually strengthen the durability of their relationships over time.

Below are a few thoughts on how couples can cope with professional stress.

Listen and support. There’s a time to question, challenge, or offer solutions. But often when helping a partner deal with professional stress, listening and support are most valuable. Research conducted by eHarmony, for example, found that partners who are supportive when their counterparts share bad events maintain relationship satisfaction and create an environment that leads to fewer arguments. And we’ve almost all experienced the benefit of a friend or partner simply letting us talk through our problems, encouraging us through active listening. Silence can be one of the most powerful forms of communication. And asking thoughtful questions can help your partner gain clarity and come to his or her own conclusions.

Recognize and respect different coping mechanisms. Partners often cope with stress differently. In our marriage, one of us likes to talk everything out as soon as possible after a hard day, and the other needs a little downtime after work to decompress. These aren’t the most compatible coping mechanisms — and when we’re both coping in our own way, we tend to drive each other crazy. Over time, we’ve learned to compromise. Recognize that you and your partner may have different ways of dealing with stress, and there isn’t necessarily a “right” way of coping. Try to accept those differences and then find ways to accommodate one another. For example, let a partner who needs downtime after work have 30 minutes in front of the TV or on the treadmill, but ask that partner to agree to engage more later — over dinner or out for an afternoon stroll. Identifying and working with those differences can be essential to productively dealing with stress.

Kill comparisons. There are at least two types of comparisons couples make that can enhance rather than counteract stress. First, resist the urge to compare yourself or your partner to others professionally — judging your success relative to others. This can lead to doubt, inadequacy, and worry, and it’s a poor substitute for internal motivation. Second, don’t succumb to the temptation to compare stress levels with your partner. When you’ve had a long day and your partner is talking through his or her stresses, it’s tempting to let your partner know just how much bigger and more important your own issues are. But that only creates tension. Learn to simply listen and offer help to your partner. And try to solicit your partner’s help and empathy in your own stress without drawing direct comparisons or judging which is more important. Each partner is an equal, and all stressors are valid and important.

Be active together. One of our favorite activities as a couple is walking in the afternoons. When the weather’s warm enough, we take our son out for a walk around the neighborhood, using the time to catch up and talk through our days. We find that getting out and getting active together is a great stress reliever. Even moderate physical activity can lead to lower levels of stress. Boston University’s Michael Otto has noted, “Usually within five minutes after moderate exercise you get a mood-enhancement effect.” And numerous studies have confirmed exercise as an effective way to enhance mood and fight depression. Exercising together kills two birds with one stone, allowing you to stay physically active and spend more time together.

Find time to cheat (on your job and your kids!). Remember, you are with your partner because you love them — you like to spend time with them, talk to them, and share with them. But often, partners get in a rut. Work piles up. The kids need chaperoning to soccer practices and school events. And the easiest thing to cut out is often one-on-one time with each other. We’ve noted elsewhere that downtime can improve physical and mental health, and we’ve encouraged couples to occasionally cheat on their jobs with their spouses. Similarly, we’ve received good advice from many friends that time together away from kids is just as important as time away from work. So find time to connect as a couple away from the office and outside the home. Make sure that in sacrificing for work and family, you’re not sacrificing all the benefits of being a couple and the stress relief that comes with it.

Laugh together. John Gottman is perhaps the world’s leading authority on marital success. In his “love lab” he successfully predicts which marriages will end in divorce approximately 90% (PDF) of the time after a brief observation. And he claims that shared humor is both a key way to strengthen a relationship and a key “repair attempt” for couples in conflict. Serendipitously, humor is also a key way to deal with stress: Studies have shown that laughter can alter your mood and soothe your stress response. Life’s problems are hard, but when couples can learn to tease one another, to laugh, and to use humor to confront life’s difficult issues, they may also manage their relationship and their professional anxieties better.

These are just a few ways in which couples can more effectively manage professional stress together. Each couple will have to find their own solutions, but learning to cope with stress together is a fundamental skill for thriving at work and at home.

Comte Virginies insight:

Apprendre à gérer son stress est une chose. Accueillir celui de notre partenaire en est une autre. Composer et s'ajuster, bref être en perpétuel transformation est un sport auquel nombre de couple doivent faire face !

Bonne lecture ! 

No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Pub Always « Comme une fille » - YouTube

Que signifie faire quelque chose « Comme une fille » ? La marque Always a invité des adolescents à faire des choses comme une fille, comme courir comme une f...
Comte Virginies insight:

Le manque de confiance se traduit aujourd'hui souvent au féminin. Des stéréotypes de genre se diffusent toujours sournoisement. D'en avoir conscience, c'est déjà un grand pas. Je vous laisse découvrir ce spot (3 minutes) édifiant en la matière !

Vive les femmes !

 

 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

VIDÉO : 13,8 milliards d’années d’évolution cosmique en 2 minutes

VIDÉO : 13,8 milliards d’années d’évolution cosmique en 2 minutes | Veille personnelle | Scoop.it

Une nouvelle simulation numérique permet de reproduire avec une précision inédite l’évolution de la matière et la formation des galaxies durant plus de 13 milliards d’années au sein d’un cube de 350 millions d’années-lumière de côté.

Ne pouvant réaliser aucune expérience pratique avec des étoiles ou des galaxies, les astrophysiciens tentent d’expliquer leurs observations ou de conforter leurs hypothèses en créant des simulations numériques. Tributaires de leur compréhension initiale des phénomènes physiques impliqués, des moyens mathématiques à leur disposition pour les modéliser et de la puissance de calcul des ordinateurs, les chercheurs peuvent profiter de l’amélioration constante de ce dernier point pour raffiner régulièrement les paramètres de leurs simulations et pour tenter d’approcher un peu plus la réalité.

 

 

Dans un article publié le 8 mai par la revue scientifique à comité de lecture Nature, Mark Vogelsberger (Massachusetts Institute of Technology, États-Unis) et ses collègues présentent Illustris, une simulation informatique qui débute 12 millions d’années après le Big Bang et retrace plus de 13 milliards d’années d’évolution cosmique dans un cube d’un peu moins de 350 millions d’années-lumière de côté. Nous sommes tous habitués à l’aspect de toile d’araignée que présente notre univers à grande échelle et que révélaient superbement les premières générations de simulations cosmiques. Cet aspect a été confirmé par les observations télescopiques et par les mesures de distances d’un nombre croissant de galaxies situées autour de nous dans l’espace. Mais ces simulations ne parvenaient pas à rendre correctement la distribution des différents types de galaxies (spirales, elliptiques, irrégulières), pas plus qu’elles ne donnaient des résultats satisfaisants sur leur contenu en gaz et sur l’évolution de leur richesse en éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. Dix fois plus précise que les précédentes simulations, Illustris parvient à faire cela.

Baptisée Illustris, la simulation numérique réalisée par Mark Vogelsberger et ses collègues atteint une précision inédite à ce jour. Ce gros plan, centré sur l’amas de galaxies le plus massif créé par la simulation, révèle toute la complexité de la trame cosmique à l’époque actuelle, avec les filaments de gaz (en bleu) qui s’étirent entre les amas et les superamas de galaxies et les bulles orangées qui signalent l’influence intergalactique des trous noirs supermassifs.
© Illustris Collaboration

Mark Vogelsberger et ses collègues ont découpé leur cube d’« univers témoin » en 12 milliards de cellules contenant du gaz et cette fameuse matière noire qui défie les cosmologistes. Ils ont réglé les paramètres initiaux et placé le curseur sur 12 millions d’années après le Big Bang avant de lancer leur nouvel algorithme (AREPO) pour simuler les interactions hydrodynamiques des cellules, cet algorithme s’adaptant en continu au gré de l’évolution des structures créées. Ils ont, en outre, inclus une multitude de contraintes liées aux modèles de formation des galaxies, des étoiles et des trous noirs supermassifs. Ils ont également tenu compte du refroidissement du gaz dans les nébuleuses interstellaires et intergalactiques, de la formation des éléments lourds par les générations successives d’étoiles et par les explosions de supernovae, de l’action des trous noirs supermassifs actifs dans les noyaux galactiques, et des effets conjugués de tous ces acteurs sur les vents stellaires et galactiques. Le résultat est une simulation qui colle remarquablement bien aux données observationnelles les plus récentes obtenues avec les plus grands télescopes terrestres et spatiaux. La comparaison de l’image réalisée par le télescope spatial Hubble lors du Hubble Ultra Deep Field avec l’image calculée avec Illustris est particulièrement spectaculaire. L’image calculée ne se contente pas d’être ressemblante en matière de densité de galaxies et de répartition de celles-ci dans le champ, elle est également parfaitement cohérente en ce qui concerne les types de galaxies présentes, leur morphologie, leur luminosité et leur couleur.


Comparaison Hubble Ultra Deep Field (UDF) et Illustris
La comparaison du champ photographié par le télescope spatial Hubble (b) avec la simulation d’un champ du même type obtenu avec Illustris (c) témoigne de la qualité de cette nouvelle simulation. La remarquable précision des images créées par Illustris permet de distinguer clairement plusieurs types de galaxies (a).
© Nature

Mais Illustris ne donne pas seulement de bons résultats à grande échelle, sur les vastes champs et les amas et superamas galactiques. La précision des calculs, pour chaque galaxie de la simulation, donne également une indication de la présence de nuages d’hydrogène tout à fait comparable à celle que les astronomes ont pu déterminer avec les observations du radiotélescope d’Arecibo pour certaines galaxies proches de la nôtre. Comme les nouvelles générations d’étoiles se forment dans ce type de nuages interstellaires, la quantité d’hydrogène disponible dans une galaxie est un bon moyen de connaître son potentiel de formations stellaires et donc son évolution possible. Illustris intègre aussi des données sur l’enrichissement progressif du milieu interstellaire et des étoiles en éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium. Au total, cette simulation permet de suivre l’évolution de l’abondance de neuf éléments : hydrogène, hélium, carbone, oxygène, azote, néon, magnésium, silicium et fer.

© Mark Vogelsberger et al.

Les plus petites cellules utilisées pour les calculs dans Illustris mesurent 150 années-lumière de côté, nous sommes donc encore loin de la résolution qui permettra peut-être un jour de simuler jusqu’à la formation des étoiles individuelles et des systèmes planétaires. Mark Vogelsberger et ses collègues ne cachent pas dans leur article que certains points ne sont pas encore correctement traités par leur simulation. Ils soulignent, par exemple, le problème des galaxies peu massives qui apparaissent trop vite et présentent donc au final des populations d’étoiles deux à trois fois plus âgées que ce que l’on observe dans la réalité. Pourtant, le progrès réalisé par rapport aux précédentes simulations est déjà énorme et la vision cosmique qu’Illustris nous offre à déjà de quoi nous faire rêver les yeux ouverts.

 

Comte Virginies insight:

"Tout ce qui est en haut est un bas' ...

Cela vous laisse-t-il rêveur ? Vous invite à la méditation ? Vous inspire l'humilité ? Vous donne confiance ? ....

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Cultivez la paresse pour renouer avec l’envie de travailler - HBR

Cultivez la paresse pour renouer avec l’envie de travailler - HBR | Veille personnelle | Scoop.it

Vous regardez tourner d’un œil morne l’horloge en vous disant que le temps passe vraiment très lentement.

Vous trouvez aussi que les dossiers, eux, s’entassent vraiment très vite sur votre bureau. Mais où aller chercher cette belle énergie qui, il n’y a pas si longtemps, vous faisait prendre le chemin du travail en sifflotant ? Dans le fond d’un thermos de café bien noir ? Dans le regard lui aussi très noir de votre supérieur ? Et si vous alliez plutôt la trouver au fond d’un hamac ?

L’expérience indique que la paresse est un excellent déclencheur d’envie de travailler, et nous le savons depuis longtemps. En 1880, en effet, l’université de Harvard a proposé à ses enseignants de prendre une année sans charge de cours pour cultiver de nouvelles envies. Le résultat a été stupéfiant. L’année sabbatique a décuplé leur productivité scientifique. Ils ont publié des articles de meilleur niveau, rencontré des équipes de recherche dans le monde entier et trouvé de nouveaux centres d’intérêt.

Eviter la petite névrose du dimanche et la grande névrose des vacances 

Le repos protège de la dépendance au travail qui est une passion triste, une passion qui balaie tout sur son passage : motivation, efficacité et sens du travail en équipe. Ceux qui ne tolèrent pas le repos ni le farniente finissent par travailler seuls et en vain, sans autre but que de se maintenir dans un état d’épuisement qui les rassure. Toutes les autres envies leur paraissent fades et bien moins importantes que le dernier dossier à boucler. Ils vivent ce que le psychanalyste Sándor Ferenczi appelait « la petite névrose du dimanche en attendant la grande névrose des vacances ». A l’inverse, les grands travailleurs sont presque tous des hommes ou des femmes qui savent de temps à autre faire retraite. Ils se protègent par des temps d’inaction. Dans leur villa des champs, leur antre de montagne, leur plage solitaire, ils se refusent à tous les liens, et même ceux de l’affection et de l’amitié. Là seulement, événements et émotions peuvent retrouver la place que leur fait perdre le travail permanent.

Pas plus de 90 minutes de travail d’affilée pour rester motivé

Nos cycles de concentration durent quatre-vingt-dix minutes au maximum. Au bout de ce temps, nous avons besoin de changer d’activité. Les personnes les plus productives, que ce soit les musiciens, les acteurs ou les joueurs d’échecs, limitent leurs sessions d’entraînement et de répétition à quatre-vingt-dix minutes.

Tout ce qui permet de se relaxer, de se détendre ou de faire baisser la pression professionnelle protège l’envie de travailler.

Le sommeil est un facteur important. Un entraîneur de basket a montré qu’en faisant dormir son équipe 10 heures par nuit, il améliorait leurs résultats. Ses basketteurs marquaient 9 % de plus de points.

Siestes sur ordonnance

Un spécialiste en psychologie de la productivité, Tony Schwartz, a pour sa part développé une compétence étonnante : il organise des siestes en entreprises. L’idéal selon lui serait de pouvoir s’offrir entre 19 et 40 minutes de sieste ou même jusqu’à 90 minutes pour augmenter sa mémoire et ses envies de création. Google et Coca-Cola imposent et organisent la sieste dans leurs bureaux. Elles autorisent leurs salariés à se détendre dans des espaces de ressourcement. Ils peuvent y manger, méditer, jouer ou dormir.

La meilleure manière d’en faire plus est d’essayer de passer un peu moins de temps à travailler. Tout ce qui ressource rend plus productif et plus motivé. Recréer l’envie de travail impose de se ménager, dans la semaine, dans l’année et même dans une journée de travail des moments de déconnexion, des petites fugues dont on revient avec un désir requinqué.

Exercices de paresse productive

- Voler une heure dans l’après-midi pour aller se promener

- Déjeuner à l’extérieur les jours où l’on travaille

- Partir plus tôt de son travail une fois par semaine

- Se coucher plus tôt de temps en temps ou faire une grasse matinée,

- Ne pas emporter de travail en vacances

- Cultiver ses loisirs inutiles comme une protection de l’envie de travail

- Instaurer, seul ou en réunion, des temps de non interruption

- Ne pas dépasser 90 minutes de concentration de suite sans un moment de détente

Ces méthodes simples, mais efficaces, sont détaillées dans le livre : « Réveillez vos désirs », publié aux éditions Plon, en février 2014.

Par Michel Lejoyeux

Comte Virginies insight:

Cela me renvoie pour ma part à la notion de plein, de trop plein même parfois que nous pouvons observer dans nos vies. Or, le plein n'a pas de sens, s'il n'y a pas la possibilité de cultiver le vide. Ce serait comme considérer la lumière sans l'ombre, la vie sans la mort, l'attachement sans la séparation.

Nous vivons des cycles qui nous permettent de nous engager pleinement, de vivre du plein (du plein contact, du plein travail, du plein de nourriture... par exemple) mais cet engagement nécessite une phase de désengagement pour prendre le temps de l'assimilation. Je vais prendre le temps de savourer un bon repas, le digérer, l'assimiler, retrouver du vide en moi pour ressentir à nouveau la faim et l'envie !

 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Couple : pourquoi a-t-on peur de rompre ?

Couple : pourquoi a-t-on peur de rompre ? | Veille personnelle | Scoop.it
Ennui, disputes, baisse du désir… Peu à peu, l’envie de la séparation se précise. Mais au moment d’agir, le doute surgit. Qu’est-ce qui nous retient ?

Lorsque j’ai quitté mon mari, j’ai été ébahie par le nombre de gens qui m’ont dit : “Si j’avais du courage, je le ferais aussi” », raconte Cécile. Elle-même a attendu trois ans avant de prendre sa décision : « Je n’étais pas prête. Je savais que ça allait être long et difficile. Il fallait que je sois assez costaud moralement. » La vie commune est devenue pesante, éprouvante, compliquée. On a l’impression d’avoir tout essayé ; pourtant, rien ne s’améliore. Ennui, distance, disputes, baisse du désir… Faut-il penser à la rupture ? Insidieusement, l’idée mûrit et s’impose. Mais de là à l’appliquer… « Entre l’instant où le désir de briser votre union s’insinuera dans votre âme et celui où, la décision prise, vous trouverez le courage d’en informer votre compagne, un certain temps s’écoulera. […] Sauter le pas sera douloureux, n’en doutez point. Déterminé à rompre, c’est cette détermination qui sera en soi crucifiante, et vous commencerez donc à souffrir bien avant la rupture définitive. Quel qu’en soit le motif, prendre la décision sera aussi déchirant que les effets de celle-ci », écrit Gabriel Matzneff dans De la rupture. L’évidence est criante. Au fond de soi, on sait parfaitement qu’il faut partir, mais on hésite, on doute, on tente de se reprendre… De quoi a-t-on peur ?

Comte Virginies insight:

Peur de souffrir, peur de l'abandon, peur d'être remplacé, peur de la solitude et du vide, peur de perdre son confort, peur de l'échec et du regard des autres. Se séparer de son conjoint est aussi douloureux que d'être quitté.

Cette liberté nouvellement acquise nous renvoie à notre responsabilité. Que souhaitons-nous pour nous ?

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Men’s and Women’s (Not So) Different Attitudes about Romance and Sex - | - Science of Relationships

Men’s and Women’s (Not So) Different Attitudes about Romance and Sex - | - Science of Relationships | Veille personnelle | Scoop.it
There is a common assumption that men and women are very different and perhaps originate from diff...
Comte Virginies insight:

Et pour vous ?

Quelles sont les différences observées entre l'homme et la femme dans votre couple ? Qui prend le pouvoir ? Qui prend les initiatives ? Et dans quel domaine ? Comment s'organise la communication entre vous ? Est-elle fluide ou rigide ? Choisie ou imposée ? Avez-vous des espaces distincts qui vous sont réservées ?

 

Bonne réflexion ...

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

La dépression : une maladie fréquente mais tabou !

La dépression : une maladie fréquente mais tabou ! | Veille personnelle | Scoop.it

sElle provoque des crises d’angoisse, des changements d’humeur, une profonde tristesse, mais aussi, et c'est moins connu, une surmortalité.

MORTALITÉ. Profondément invalidante, la dépression est une maladie grave. Elle entraîne chez les sujets atteints des crises d’angoisse, des changements d’humeur ou des états de grande tristesse, mais aussi une surmortalité peu évoquée au sein de notre société. En France, chaque année, on décompte quelque 2,5 millions de personnes souffrant de dépression.

Cette maladie, qui peut devenir très handicapante tant d’un point de vue social que professionnel, est souvent mal connue, et rarement appréhendée comme une maladie mentale. Elle est davantage assimilée à un certain laisser-aller, ou à une faiblesse de caractère.

Comte Virginies insight:

La dépression est une expression de la souffrance morale. Les réponses que nous pouvons apportées à ces souffrances peuvent être inadaptées : alcoolisme, repli sur soi, clivage corps-esprit, etc. Ensemble, nous pouvons prendre le temps d'aller voir ce qui se joue à cet endroit. Quelles solutions pour quelles souffrances ?

 

Parfois, notre travail peut ressembler à la Tour de Babel, on tourne en rond avec le sentiment que c'est toujours pareil et pourtant peu à peu, on s'élève, la perspective n'est plus tout à fait la même et cela bouge !

 

 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

La Peur de l’insignifiance de Carlo Strenger

Dans un monde où l’image est essentielle, le regard des autres, prédominant, où la reconnaissance passe par les réseaux sociaux et s’évalue en nombre de pages référencées sur Internet, notre plus grande crainte est de tomber dans « l’insignifiance ». Être insignifiant, si l’on en croit le dictionnaire, c’est être être « sans importance, sans valeur », ou encore « sans caractère ». C’est ne presque plus exister.

Mais ce n’est pas tout car, au sens littéral, le mot renvoie à l’idée plus profonde de ne « rien signifier », voire de perdre le « sens ». C’est cette idée forte que défend Carlo Strenger dans ce livre détonnant.

Le philosophe et psychanalyste explique que l’« homo globalis », une catégorie d’individus dont l’identité se définit à travers leur rapport avec l’info-divertissement, a perdu la signification et l’orientation de sa vie, prisonnier d’une époque où les technologies, la mondialisation et la vitesse de l’information, les campagnes de marketing et l’illusion d’une célébrité facile dominent. Le célèbre slogan « Just do it1 », sorti en 2008, en est l’illustration parfaite : « Tout est possible et deux choses sont désirables, la célébrité et la richesse », dit-il.

Comte Virginies insight:

Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j'erre ? sont des questions qui reviennent avec un régularité dans nos vies comme les crises qui les jalonnent... divorce, chômage, décès d'un proche qui pour certains nous font perdre le goût de vivre...

 

Cela parle du sens, de celui que l'on souhaite donner à sa vie. Quelle est la forme de votre vie ? Et en sommes-nous capables ? C'est que l'on peut nommer la "panique existentielle".

Bonne méditation ! Et pas de panique !

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Alcoolisme : feu vert officiel à la prescription de baclofène

Alcoolisme : feu vert officiel à la prescription de baclofène | Veille personnelle | Scoop.it
L’Agence du médicament fournit aux médecins un cadre pour délivrer la molécule, déjà utilisée par 100 000 patients. Une décision très attendue.
Les médecins ne seront plus seuls face à la prescription de baclofène pour traiter la dépendance à l'alcool. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a détaillé, vendredi 14 mars, la recommandation temporaire d'utilisation (RTU) qu'elle a décidé d'octroyer dans cette indication – elle sera effective dans les tout prochains jours. C'est une première : jusque-là, le baclofène était prescrit aux patients alcooliques en dehors de son indication initiale, par des médecins assumant seuls les risques en cas de problème.

« Ils seront désormais accompagnés », explique Florent Périn-Dureau, responsable du pôle médicaments du système nerveux central de l'agence. Autorisé en 1974, ce myorelaxant était indiqué dans le traitement des spasmes musculaires, à des doses de 30 à 80 mg par jour. Mais pas pour guérir de l'alcool. Or il est aujourd'hui déjà utilisé dans cet objectif par quelque 100 000 patients, et prescrit par près de 10 000 médecins. Pour eux tous, la décision de l'ANSM est une victoire. « Cette annonce conclut six ans d'efforts », résume Sylvie Imbert, présidente de l'association Baclofène.

DEUX INDICATIONS ASSEZ LARGES

L'ANSM a retenu deux indications assez larges pour les prescripteurs : la diminution de la consommation et le maintien de l'abstinence après l'obtention du sevrage (suite à une hospitalisation par exemple). La prescription ne devra intervenir qu'après échec des traitements déjà autorisés. Les patients déjà sous baclofène continueront logiquement d'être ainsi traités. Tous les médecins (généraliste, psychiatre…) pourront prescrire la molécule. L'agence insiste sur le nécessaire suivi psycho-social du patient et l'expérience du médecin en matière d'alcoolisme.

DEUX MILLIONS DE PERSONNES CONCERNÉES EN FRANCE

L'addiction à l'alcool concerne environ 2 millions de personnes en France et causerait 45 000 décès par an. Le baclofène agit notamment sur le « craving », l'envie irrésistible de boire. C'est le médecin Olivier Ameisen, décédé en 2013, qui a expérimenté sur lui-même le baclofène, qui l'a guéri. La publication de ses travaux, en 2004, était passée inaperçue. Pas son livre, Le Dernier Verre (Denoël), paru en 2008. Des alcooliques l'essayent, deviennent indifférents à l'alcool, et relatent sur Internet leurs expériences. De plus en plus de médecins le prescrivent. D'autres restent sceptiques, voire critiques.

Les chiffres montrent l'engouement, et des résultats intéressants. Entre 2007 et 2012, le nombre de patients qui se sont fait rembourser des boîtes de baclofène a presque doublé (de 67 000 en 2007 à 117 000 en 2012). L'explosion des ventes a conduit l'ANSM à s'auto-saisie. Fin 2013, l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie a mené une enquête auprès de 1 200 patients de son réseau de soins : 9,3 % avaient pris du baclofène au cours des douze mois précédents. Parmi les 700 déclarant prendre un traitement médicamenteux le jour de l'enquête, 11,6 % prenaient du baclofène ; un peu moins de la moitié (43 %) d'entre eux étaient abstinents.

Pour le docteur de Beaurepaire, chef de pôle de psychiatrie à l'hôpital Paul-Guiraud (Villejuif), défenseur et prescripteur de la molécule, le baclofène n'est rien d'autre qu'une « révolution », car « on ne savait pas jusqu'ici soigner les personnes dépendantes de l'alcool ».

Comte Virginies insight:

C'est une bonne nouvelle pour celles et ceux qui luttent contre l'alcoolisme. Compléter le traitement par un travail thérapeutique semble très largement recommandé pour accompagner le processus de guérison.

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Plus de 3 millions de Français au bord du burn-out

Plus de 3 millions de Français au bord du burn-out | Veille personnelle | Scoop.it
Plus de 3 millions d'actifs courraient un risque élevé d'épuisement professionnel. Faut-il mieux reconnaître cette dépression liée au travail ?

Technologia s'est fondé sur un sondage mené auprès de 1 000 actifs. Il en ressort que 12,6 % d'entre eux encourent un burn-out, ce qui, rapporté à l'ensemble de la population, porte le nombre de personnes concernées à 3,2 millions d'actifs.

Le cabinet d'experts, qui est notamment intervenu chez France Télécom après la vague de suicides de 2008-2009, relève que le risque de burn-out, caractérisé par un travail excessif et compulsif, est particulièrement élevé chez les agriculteurs (23,5 %), devant les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (19,7 %) et les cadres (19 %). Viennent ensuite les ouvriers (13,2 %), les professions intermédiaires (9,8 %) et les employés (6,8 %).

Cette affection touche des personnes sans antécédents psychiques et les pathologies « ne concernent que la sphère professionnelle », écrit Technologia. Selon ces experts, le lien « direct et essentiel » avec le travail est établi. Or, le cabinet note que ces affections sont « très difficilement reconnues » vu le flou sur la définition clinique de ce syndrome et l'absence de tableaux de maladies professionnelles spécifiques.

 

Comte Virginies insight:

Ce burn-out est un phénomène nouveau, en lien avec les évolutions sociales. Les machines remplacent les hommes, la pénibilité au travail semble se réduire et pourtant ...une nouvelle forme de pénibilité dite "psychologique" commence à apparaitre.

Au départ, c'est le corps qui exprime une grosse fatigue, un sentiment d'épuisement. Puis des manifestations psychiques peuvent émerger, sous différentes formes : indécision, impatience, oubli de soi, instabilité, angoisse, nervosité, difficultés de concentration, sentiment d'incompétence professionnelle, perte de valeurs, désintérêt et perte de sens pour le travail que l'on occupe, abattement, ennui, désorientation ...etc. Le phénomène est progressif et on peut identifier 3 stades :

- l'épuisement émotionnel

- la déshumanisation de la relation à l'autre

- le sentiment d'échec professionnel, la culpabilité

Les études qui ont été faites par C. Malasch démontrent que le burn-out est lié à l'environnement humain. Il résulte du décalage entre l'individu et son environnement : plus l'interaction entre les deux va manquer d'harmonie plus il y a risque de burn-out.

 

Le meilleur moyen d'éviter un burn-out est la prévention primaire : gérer de façon équilibrer ses différents temps de vie. Respecter également l'équilibre entre ce que j'ai envie de faire, ce qu'on me demande de faire et ce qu'il est impératif de faire.

Si vous vous reconnaissez dans les symptômes ci-dessus cités, pensez à consulter : coach, thérapeute, DRH, médecin du travail. Ne restez pas seul !

 

 

 

 

 

 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Troubles alimentaires: déceler l'obsession | Claudette Samson | Santé

Troubles alimentaires: déceler l'obsession | Claudette Samson | Santé | Veille personnelle | Scoop.it
La présence d'un trouble alimentaire ne se traduit pas uniquement à travers un corps émacié. C'est souvent derrière une foule de petites stratégies d'apparence anodine...

Quand votre meilleure amie se met à refuser les invitations au restaurant, que certains sujets alimentaires deviennent obsessifs ou, au contraire, tabous, qu'elle semble avoir développé toutes sortes de petits rituels, manger très lentement, couper sa nourriture en bouchées minuscules, qu'elle refuse un nombre croissant d'aliments, qu'elle se découvre tout à coup une foule d'intolérances, au gluten, au lactose, qu'elle se met à faire de l'exercice de façon effrénée, ou, bien sûr, qu'elle perd du poids de façon importante, il y a lieu de se poser des questions.

Bien sûr, faire de l'exercice et chercher à avoir un poids santé sont des comportements louables, dit le psychologue François Bernier. Mais là où une lumière jaune doit s'allumer, c'est lorsqu'ils deviennent obsessifs que tout le quotidien tourne autour de ces objectifs. Quand la vie devient une foule d'interdits, que le plaisir cède toute la place au perfectionnisme et au contrôle...

Perceptions faussées

Les perceptions peuvent être à ce point faussées que même les personnes en état d'anorexie, ayant atteint une extrême maigreur, peuvent se trouver grosses.

Au début, les raisons d'amorcer un changement peuvent être légitimes. «On le voit en thérapie, les gens ne sont pas de mauvaise foi.» Ils ont commencé à faire de l'exercice pour être en forme, sont devenus végétariens par réelle conviction. Mais quand leur nouvelle vie est devenue un «régime» de privation, ils ont dévié vers le déséquilibre.

La base première du traitement d'un trouble alimentaire est aussi simple que brutale : l'exposition alimentaire. Comme celui qui a une phobie des ascenseurs ne pourra vaincre sa peur qu'en s'y exposant peu à peu, celui qui a développé une «peur» de la nourriture devra réapprendre à manger normalement.

Un réapprentissage qui se fait dans un cadre thérapeutique en traitant aussi bien la dimension émotive que les gestes du quotidien.

Comte Virginies insight:

Observez votre façon d'être à table et vous verrez apparaitre votre façon d'être au monde. Tout est dit. Manger parle de notre capacité à "agresser" notre environnement. Ou pas. Lorsque je mange, je mâche et mastique des aliments : je les détruis. Cette agressivité saine est indispensable à notre survie. J'accepte ainsi de faire entrer une petite partie de l'univers qui deviendra moi. Agresser devient ainsi source de croissance.

Bon appétit !

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Agir pour ne pas sombrer

Agir pour ne pas sombrer | Veille personnelle | Scoop.it
Le coin du coach. Ennui, lourdeur, manque d'estime de soi, impression de stagner dans ses fonctions professionnelles et dans ses aptitudes personnelles, tout cela envahit et déprime. Choisir de passer à l'action reste le seul remède.
Depuis son retour des vacances de Noël, Valérie ne retrouve pas sa motivation au travail. A 38 ans, elle s'ennuie dans son poste au service Ressources humaines et rêve entre deux réunions à d'autres évolutions de carrière sans jamais réussir à s'impliquer dans son quotidien.

Comme beaucoup de salariés, Valérie glisse lentement mais sûrement dans le présentéisme, le visage caché de l'absentéisme. Le salarié est présent physiquement mais psychiquement absent. Certains s'efforcent même de donner l'impression qu'ils travaillent alors qu'en réalité ils en font le moins possible.

Une présence qui traduit un désengagement. Crainte de perdre son emploi, angoisse de la précarité, difficulté à boucler les fins de mois, pression galopante au bureau, fermeture de sites, fusions et restructurations, tout concourt aujourd'hui à considérer son travail plus pour sa feuille de paye que pour une satisfaction personnelle.

Comte Virginies insight:

Peut-être éprouvez-vous également le besoin de faire un bilan de votre vie, de réinventez votre équilibre et d'être acteur et responsable de ce que vous vivez ... 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Jusqu'à quand sera-t-il possible de mourir de chagrin en France ?

 

Une allée du cimetière du Père-Lachaise à Paris. | Till Krech (Flickr)

 

Le deuil est mauvais pour la santé. Les données sont connues des scientifiques depuis 20 ans mais elles sont peu diffusées auprès du grand public. Après le décès d'un être cher, nos problèmes de santé augmentent, mais pas seulement par maladies physiques. Deux principaux problèmes psychiques sont couramment ignorés : la survenue d'un épisode dépressif majeur et l'installation d'un deuil compliqué.

Il est dommage que l'on ne reconnaisse pas la souffrance du deuil. Mais le deuil en France est un tabou. Parler du deuil ? "Les Français n'ont pas besoin d'entendre parler de ça en ce moment". C'est seulement le 2 novembre que ces réticences sont levées pour un jour. Pourquoi ce silence ? Parler du deuil n'a qu'un seul objet : parler du survivant.

Que le deuil puisse entraîner un véritable état dépressif est une évidence. Oui ! On peut être déprimé pendant et après un deuil et, contrairement à ce qui a été décrit auparavant, le deuil "n'exclut" pas le diagnostic de dépression. Quoi de plus évident en effet que de penser que les envies de suicide, les tentatives de suicide ou l'alcoolisation massive ne peuvent pas s'expliquer par la stricte perte d'un être cher  et ne peuvent pas être attribuées à un "deuil normal"? La nouvelle classification des maladies mentales de l'Association américaine de psychiatrie dans sa 5ème version (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ou DSM-5) a eu le mérite de reconnaître en mai 2013, pour la première fois depuis sa première édition en 1952, l'essentiel des données sur le deuil. Or, nombreux furent ceux qui ont diabolisé sans discernement le DSM-5. Celui-ci pourtant redoublait de prudence en répétant plusieurs fois toutes les précautions2 qu'il fallait prendre pour porter un diagnostic de dépression en cas de deuil, en énumérant les symptômes habituels et donc "normaux" du deuil.

LE "DEUIL COMPLIQUÉ"

Mais le principal tabou concerne la maladie du "cœur brisé" au sens figuré, qui prolonge la souffrance handicapante du deuil des années durant et semble faire artificiellement vivre le défunt. Car, oui ! Il existe une maladie du deuil chronique, le "deuil compliqué", différent de la dépression. Est-ce si inconnu ? Partout dans la littérature, depuis des siècles, on raconte ce père "inconsolable", ce fils "à jamais seul", ce frère "amputé de l'être aimé". Ni eux ni les témoignages nombreux des associations d'endeuillés n'ont modifié l'anonymat douloureux de celui dont la peine ne passe pas.

Toute cette souffrance est ignorée car l'on confond leur tristesse envahissante avec un chagrin " normal ". On moque leur "état de manque" du défunt : "Tu es en vie, tu n'as pas le droit de te plaindre", leur dit-on. "Fonce, ne regarde pas en arrière". Or, des études de très bonne qualité scientifique expliquent que ces conseils sont souvent insuffisants. En effet, la mortalité des veuves et des veufs est doublée dans l'année qui suit le décès. Le deuil d'un enfant est à risque sévère de complications psychiatriques chez les parents qui ont deux à quatre fois plus de risque de décéder dans les deux années qui suivent. Ce risque se maintient à un niveau anormal pendant 20 ans. Le fait que l'endeuillé soit jeune, ou au contraire d'un âge élevé, favorisent la survenue du deuil compliqué. Les décès par cancer et les décès brutaux (et pas seulement par suicide) sont autant de facteurs de risque de deuil chronique. Plus la relation au défunt est longue, plus le risque augmente. Pour tous ceux-ci, le chemin de deuil a plus de risque de les mener à l'impasse. Plusieurs descriptions de signes désormais très proches qualifient le même phénomène : l'existence d'un "état de manque intense du défunt" qui condamne l'endeuillé à une vie de souffrance et au handicap.

COMMENT VIVRE SANS L'AUTRE ?

Le deuil est une rupture d'attachement, une déchirure intime. Parce que la douleur est le prix à payer à l'attachement, il n'y aurait plus rien d'autre à faire. Des études scientifiques menées en Allemagne et au Japon ont découvert que de 3,7%6 à 2,4% de la population souffraient de deuil compliqué. La projection de ces chiffres permet d'évaluer le nombre de personnes en grande souffrance en France entre 1,4 et 2,2 millions. Le DSM-5 reconnait également l'existence d'un deuil compliqué - qu'il appelle "deuil complexe et persistant" - lorsque l'handicap persiste ou s'aggrave un an après la perte. Cependant, les critères diagnostiques ne sont pas arrêtés définitivement car certaines questions nécessitent d'autres études : par exemple, quel est le délai minimum après le décès pour affirmer que la souffrance et l'handicap sont anormaux? Un an comme le propose le DSM-5 ? Un chercheur de l'Université de Yale a montré que dès 6 mois après le décès, un état grave prédisait une évolution défavorable. Cette question a peu d'impact actuellement car la plupart des patients viennent consulter plusieurs années après le décès, là où le doute n'est plus de mise.

 

Comte Virginies insight:

Perdre un être cher nous plonge dans cette "courbe du deuil" théorisée par la célèbre psychiatre américaine Elisabeth Kübler-Ross : déni, colère, marchandage, dépression et enfin acceptation. Mais, nous pouvons également traverser cette souffrance lorsque nous devons faire face à un divorce, un licenciement voire même un déménagement ! Bref, le changement n'est pas toujours pour maintenant et il nécessite bien au contraire d'accepter de prendre du temps pour avancer en conscience dans ce qui se joue ....

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

How Couples Can Cope with Professional Stress

How Couples Can Cope with Professional Stress | Veille personnelle | Scoop.it
It doesn't have to break your relationship.

 

Most of us are familiar with the cycle. At work, the pressure to be “always on,” to meet deadlines, to serve the demands of colleagues or customers, or to deal with a difficult coworker can create stress that leaks into our personal lives. This stress can cause us to be impatient with romantic partners or kids or to neglect our duties at home, creating a vicious cycle of anxiety outside the office that makes work stresses even harder to face.

There are countless examples of couples driven to the edge by work-related stress. And psychological studies have shown that outside stressors — particularly stress at work — can push relationships to the breaking point. But they don’t have to. The vicious cycle of work–home stress can become a virtuous cycle when partners learn to cope with stress together. We are social beings who tend to be happier when connected to others. Our romantic partner is, almost by definition, the person on whom we rely to provide support, and recent research has shown (PDF) that partners who practice dealing with stress together early on can actually strengthen the durability of their relationships over time.

Below are a few thoughts on how couples can cope with professional stress.

Listen and support. There’s a time to question, challenge, or offer solutions. But often when helping a partner deal with professional stress, listening and support are most valuable. Research conducted by eHarmony, for example, found that partners who are supportive when their counterparts share bad events maintain relationship satisfaction and create an environment that leads to fewer arguments. And we’ve almost all experienced the benefit of a friend or partner simply letting us talk through our problems, encouraging us through active listening. Silence can be one of the most powerful forms of communication. And asking thoughtful questions can help your partner gain clarity and come to his or her own conclusions.

Recognize and respect different coping mechanisms. Partners often cope with stress differently. In our marriage, one of us likes to talk everything out as soon as possible after a hard day, and the other needs a little downtime after work to decompress. These aren’t the most compatible coping mechanisms — and when we’re both coping in our own way, we tend to drive each other crazy. Over time, we’ve learned to compromise. Recognize that you and your partner may have different ways of dealing with stress, and there isn’t necessarily a “right” way of coping. Try to accept those differences and then find ways to accommodate one another. For example, let a partner who needs downtime after work have 30 minutes in front of the TV or on the treadmill, but ask that partner to agree to engage more later — over dinner or out for an afternoon stroll. Identifying and working with those differences can be essential to productively dealing with stress.

Kill comparisons. There are at least two types of comparisons couples make that can enhance rather than counteract stress. First, resist the urge to compare yourself or your partner to others professionally — judging your success relative to others. This can lead to doubt, inadequacy, and worry, and it’s a poor substitute for internal motivation. Second, don’t succumb to the temptation to compare stress levels with your partner. When you’ve had a long day and your partner is talking through his or her stresses, it’s tempting to let your partner know just how much bigger and more important your own issues are. But that only creates tension. Learn to simply listen and offer help to your partner. And try to solicit your partner’s help and empathy in your own stress without drawing direct comparisons or judging which is more important. Each partner is an equal, and all stressors are valid and important.

Be active together. One of our favorite activities as a couple is walking in the afternoons. When the weather’s warm enough, we take our son out for a walk around the neighborhood, using the time to catch up and talk through our days. We find that getting out and getting active together is a great stress reliever. Even moderate physical activity can lead to lower levels of stress. Boston University’s Michael Otto has noted, “Usually within five minutes after moderate exercise you get a mood-enhancement effect.” And numerous studies have confirmed exercise as an effective way to enhance mood and fight depression. Exercising together kills two birds with one stone, allowing you to stay physically active and spend more time together.

Find time to cheat (on your job and your kids!). Remember, you are with your partner because you love them — you like to spend time with them, talk to them, and share with them. But often, partners get in a rut. Work piles up. The kids need chaperoning to soccer practices and school events. And the easiest thing to cut out is often one-on-one time with each other. We’ve noted elsewhere that downtime can improve physical and mental health, and we’ve encouraged couples to occasionally cheat on their jobs with their spouses. Similarly, we’ve received good advice from many friends that time together away from kids is just as important as time away from work. So find time to connect as a couple away from the office and outside the home. Make sure that in sacrificing for work and family, you’re not sacrificing all the benefits of being a couple and the stress relief that comes with it.

Laugh together. John Gottman is perhaps the world’s leading authority on marital success. In his “love lab” he successfully predicts which marriages will end in divorce approximately 90% (PDF) of the time after a brief observation. And he claims that shared humor is both a key way to strengthen a relationship and a key “repair attempt” for couples in conflict. Serendipitously, humor is also a key way to deal with stress: Studies have shown that laughter can alter your mood and soothe your stress response. Life’s problems are hard, but when couples can learn to tease one another, to laugh, and to use humor to confront life’s difficult issues, they may also manage their relationship and their professional anxieties better.

These are just a few ways in which couples can more effectively manage professional stress together. Each couple will have to find their own solutions, but learning to cope with stress together is a fundamental skill for thriving at work and at home.

Comte Virginies insight:

Apprendre à gérer son stress est une chose. Accueillir celui de notre partenaire en est une autre. Composer et s'ajuster, bref être en perpétuel transformation est un sport auquel nombre de couple doivent faire face !

Bonne lecture ! 

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Neurobiologie et éducation : conférence du Prof. Dr. Gerald Hüther (VOSTFR) - YouTube

Conférence du neurobiologiste Prof. Dr. Gerald Hüther dans le cadre de la zweite Konferenz des Denkwerks Zukunft Berlin, 15 janvier 2011. En allemand avec s...
Comte Virginies insight:

Une magnifique ode à l'état de candeur et d'émerveillement qui ne devrait jamais nous quitter.

Un dilemme avec lequel nous cherchons, tant bien que mal, à évoluer dans nos vies : tiraillés entre notre besoin d'être relié et notre besoin d'être libre et d'expérimenter notre puissance et notre croissance.

A écouter ... très intéressant!

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Souffrance au travail - Le magazine de la santé, France 5 (01.05.2014)

INVITEE: MARIE PEZE, psychanalyste-psychosomaticienne, expert près la cour d'appel de Versailles et fondatrice de la première consultation "souffrance et travail"
auteur de l'ouvrage "Je suis debout bien que blessée"

LES CHRONIQUES

Adopter la bonne posture au bureau, avec Setti Dali

Bien manger au bureau, par Perrine Dutreil

Le bien-être au travail, secret de la performance ?, avec Sandrine Weisz

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Hypocondrie - Peur d’être malade

Hypocondrie - Peur d’être malade | Veille personnelle | Scoop.it
Nous avons tous peur de tomber malades, mais certains sont obsédés par cette idée. Ils souffrent d’hypocondrie, un mal souvent incompris par l’entourage.
L'hypocondrie

La maladie, ma chère maladie, que serais-je sans toi ? s’interroge le malade imaginaire de Molière. En réalité, il souffre d’une inquiétude obsessionnelle et injustifiée pour sa santé, qui persiste malgré les propos rassurants des médecins et l’absence totale d’atteinte physiologique décelable. En un mot, l’hypocondrie.

Dans l’hypocondrie majeure, explique le psychiatre Bernard Brusset, « la personne réduit son identité à sa maladie, qui devient un objet d’amour et de haine. C’est une pathologie du narcissisme, un repli sur soi complet. La sexualité, le rapport à l’autre, le monde extérieur sont désinvestis. On s’approche des mécanismes de la paranoïa, mais là le sujet est persécuté par un organe considéré comme anormal ». Heureusement, les préoccupations hypocondriaques sont souvent plus proches des névroses et de la dépression. C’est une manière de "figurer" l’angoisse, de la lier, car un danger repérable et localisé comme un cancer est plus supportable qu’un danger permanent, diffus. Il faut distinguer également l’hypocondrie transitoire, une crainte passagère qui peut suivre le décès d’un proche ou une émission sur le sida, ainsi que les peurs qui se développent après une maladie grave réelle, stabilisée, mais dont on craint une récidive.

Selon les psychiatres, l’hypocondrie a une origine psychodynamique. Souvent, les personnes qui en souffrent ont connu des carences affectives précoces, un deuil, une séparation. D’autres ont eu des parents qui les emmenaient chez le médecin au moindre bobo, engendrant un sentiment de vulnérabilité et d’insécurité à l’égard de leur corps.

Pour certains psychanalystes, elle découle d’un manque d’estime de soi. La maladie, forme acceptable de l’échec, vient masquer un profond sentiment d’impuissance, de nullité. Les angoisses hypocondriaques sont d’ailleurs assez fréquentes à l’adolescence et à la ménopause, car ces périodes provoquent une profonde remise en cause de l’image de soi. Les thérapeutes familiaux, eux, considèrent l’hypocondriaque comme le porteur des symptômes, celui sur qui les autres membres de la famille reportent leur stress.

Quant à Michèle Freud, psychothérapeute et sophrologue, « la souffrance hypocondriaque est due aux exigences de la vie quotidienne. C’est une phobie à laquelle des manifestations corporelles viennent s’ajouter : palpitations, douleurs musculaires et attaque de panique sont alors dues au surcroît de l’activation du système nerveux autonome, c’est-à-dire le stress. »

Comte Virginies insight:

Reconnaître et identifier cette pathologie est un des premiers pas pour s'en sortir. Le rôle du thérapeute sera donc fondamental : entendre la plainte et la forte anxiété du patient comme préambule à tout travail. Ensuite, l'attention devra porter aussi bien sur la tête que sur le corps puisqu'en général les symptômes partent du corps pour aboutir à une crise d'angoisse.

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Dépression du post-partum : les pères aussi sont touchés

Dépression du post-partum : les pères aussi sont touchés | Veille personnelle | Scoop.it
Les femmes ne sont pas les seules à souffrir de dépression après la naissance d’un bébé : les hommes, surtout jeunes, sont aussi concernés. Les chercheurs appellent à une prise de conscience.

La dépression du post-partum est bien connue… son équivalent chez les pères un peu moins. C’est une réalité souvent sous-estimée, mais les jeunes papas connaissent la dépression, signale une étude de la Northwestern University (Illinois, Etats-Unis). Parue dans Pediatrics ce 14 avril, elle montre que les hommes jeunes manifestent des symptômes dépressifs pendant la période clé du développement de l’enfant.

 

68% de dépressions en plus

Plus de 10 000 jeunes hommes, suivis de l’adolescence à l’âge adulte, ont participé à cette étude en plusieurs vagues. Dans la plus récente, ils étaient âgés de 24 à 32 ans. Un tiers d’entre eux connaissait déjà les joies de la paternité… ou du moins ceux qui n’ont pas présenté de signes de dépression. « Il n’y a pas que les jeunes mères qu’il faut examiner, les pères aussi sont à risque de dépression », alerte le Dr Craig Garfield, auteur principal de l’étude. Les hommes devenus pères autour de 25 ans étaient 68% plus touchés par la dépression paternelle que les autres.

 

La plupart du temps, les pères vivaient avec leur enfant. Paradoxalement, les jeunes parents séparés de leur progéniture montraient moins de symptômes dépressifs. La mécanique était même inverse : les hommes étaient dépressifs avant la naissance, et se portaient mieux après l’accouchement. Des résultats significatifs, car ils permettent de mieux adapter les approches pour traiter rapidement la dépression paternelle chez les jeunes hommes. « La dépression parentale a des effets néfastes sur l’enfant, particulièrement pendant les premières années, qui ont un rôle clé dans la formation du lien parent-enfant », souligne le Dr Garfield. « Nous devons mieux travailler à accompagner les jeunes pères dans la transition à travers cette période. »

 

Un « cri d’alarme »

Le comportement des pères est altéré par la dépression… et l’impact sur l’enfant est immédiat. Des études précédentes l’ont montré : les pères dépressifs lisent moins, interagissent moins avec leur enfant et recourent plus aux châtiments corporels. Ils sont aussi plus nombreux à souffrir de stress et négliger leur progéniture. Les enfants dont le père est dépressif présentent aussi des troubles du développement. On observe chez eux plus de difficultés au langage et à la lecture, mais aussi de troubles du comportement. Voilà qui devrait constituer un sérieux avertissement aux yeux des chercheurs, qui connaissaient la dépression paternelle mais ne savaient pas « où concentrer [leur] énergie. »

« Cette étude est un cri d’alarme à quiconque connaît un jeune homme récemment devenu père. Soyez conscient de la manière dont il gère la transition vers la paternité. S’il se sent très anxieux, ou a des coups de blues, s’il ne peut plus apprécier les choses de la vie comme avant, poussez-le à chercher de l’aide », martèle le Dr Garfield.

Comte Virginies insight:

Est-ce là notre façon de nous rapprocher encore un peu plus de l'égalité entre les hommes et les femmes ?

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Christophe André, docteur bonheur - leJDD.fr

Christophe André, docteur bonheur - leJDD.fr | Veille personnelle | Scoop.it
PORTRAIT - Auteur d'ouvrages à succès sur le bien-être, le psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne à Paris a concocté ses recettes en lisant Freud et en surmontant un deuil de jeunesse.

Faut-il avoir côtoyé la mort, la pauvreté et les Jeunesses communistes pour être un homme heureux ? Apparemment oui, à écouter Christophe André, le psychiatre prosélyte de la pensée positive, qui aligne les best-sellers en défrichant les terrae incognitae de l'estime du soi.

La mort. En 1987, sur une route du sud du Portugal, le jeune médecin, 31 ans, suit son meilleur ami à moto. Avec Michel Martinez, rencontré en internat à Toulouse, Christophe André partage tout : les filles, les fiestas, les discussions philosophiques. "C'était une relation comme il en existe très rarement. Nos échanges intellectuels étaient d'une grande densité. Sans être dans un rapport homosexuel, nous nous appelions et nous voyions tous les jours. D'ailleurs, je pense que ce genre d'amitié remplace tout, même le couple et la famille." Malheureusement, ce jour de 1987 au Portugal, l'ami se crashe et meurt sous ses yeux. Le fils aîné qui n'a guère partagé avec son petit frère de neuf ans son cadet prend son ami dans les bras, l'accompagne à l'hôpital et dissimule durant plusieurs années sa détresse derrière le masque d'une jovialité feinte.

Le deuil. À Toulouse, le cabinet du jeune praticien en libéral cartonne : grosse clientèle. Le psychiatre compte aussi des lits à l'hôpital. Tout lui sourit et, en apparence, il donne le change. En bon gars du Sud-Ouest, il aime le rugby, les corridas, la montagne, le surf et les filles. Des conquêtes qu'il multiplie mais dont il dédie chaque instant volé à son ami disparu : "Quand je sortais avec une copine sympa, je pensais à lui en me disant qu'elle lui aurait plu. Pareil quand je découvrais un endroit magnifique : je m'arrêtais pour méditer."

Puis, un jour, le célibataire endurci, qui recherchait le plaisir sans s'y attarder, largue tout. "Intuitivement, je devais sentir qu'il fallait que je reparte dans une vie qui ne soit en rien comparable. À Toulouse, je me retrouvais comme après un chagrin d'amour, chaque coin de rue me rappelait une blague, une rigolade, une aventure, un souvenir de mon ami." Sa vie d'avant.

En 1988, Christophe André a rencontré la future mère de ses enfants, ancienne proche de la bande de Toulouse, une styliste qui vit à Paris. Quatre ans à se décider, puis il la rejoint. Il postule à l'hôpital Sainte-Anne, à Paris, et consacre l'autre moitié de son activité à la gestion du stress en entreprise. Une micro- société qui le fascine. Comme de ses consultations à Sainte-Anne, il en extrait la matière de son premier ouvrage, La Peur des autres, sur la phobie sociale, phénomène jusque-là ignoré, décortiqué avec l'un des associés de la boîte Stimulus, dont il possède des parts. En deux mois, il s'en vend 30.000 exemplaires.

La reconstruction. Fils d'un marin devenu représentant de commerce et d'une institutrice née dans la misère, Christophe André se sent en empathie avec ces gens amputés d'une part de bonheur. Lui-même ne veut pas reproduire le modèle familial : des parents guettés par l'anxiété, la dépression et l'alcoolisme. "Ce n'était pas des bourreaux, ils ont fait ce qu'ils pouvaient, mais ils étaient peu aptes au bonheur." Le père vient d'une famille de paysans bretons illettrés, la mère de viticulteurs miséreux dans l'Hérault.

Le lundi, le père s'échappe sur les routes du Sud et en revient le samedi soir, épuisé. Pour cet ­autodidacte qui ne lit pas, le seul luxe pour ses enfants, ce sont les livres. Ils peuvent demander ce qu'ils veulent, encyclopédie, roman, livre de sciences, c'est no limit. C'est ainsi que, en terminale scientifique, l'aîné, bon élève, découvre Freud et le dévore. Il sera psychiatre. Ayant préféré le journal intime et les objectifs qu'on se fixe soi-même à une analyse, le psy devient père à 37 ans.

1993 : première fille. 1995 : deuxiè- me fille. 1998 : troisième fille. Et là, illumination. "Avec mes enfants, j'ai senti la responsabilité d'être heureux. Il fallait que je le sois pour qu'ils le soient également. Je ne voulais pas les contaminer de mes états grincheux et les faire à mon image comme j'avais pu l'être avec mon père." Nouveaux achats en librairie sur la psychologie positive.

La réparation. Quand il était enfant, ce petit-fils de communiste chantait L'Internationale aux fêtes du PC et lisait des bandes dessinées à caractère social, Rahan et Docteur Justice. Puis l'enfant, qui a vu son père sombrer à la perte de son emploi à 50 ans, a connu les années 1980 et les grand-messes de Bernard Tapie à la télévision. "Je fais partie de cette génération qui a été allergisée à ce genre de types qui rachetaient des entreprises au franc symbolique pour les revendre deux mois plus tard en mettant tout le monde au chômage. Cette époque de la performance où les mots “challenge” et “défi” étaient déifiés."

En entreprise, Christophe André a croisé les laissés-pour-compte de ce monde de winners : des types qui ne décollent pas le nez de leurs chaussures lors d'un entretien d'embauche, qui se retrouvent incapables d'intégrer un groupe ou d'aborder une fille, des types pas très à l'aise ou moins dégourdis que les autres et pourtant très compétents dans leur travail. Cela porte un nom : la timidité maladive. Rapidement, ce sujet est devenu une obsession chez le consultant praticien. Après La Peur des autres, d'autres livres ont suivi, dont les chiffres feraient pâlir d'envie tous les Bernard Tapie de la littérature : L'Estime de soi, Imparfaits, libres et heureux. Devant ce succès, Christophe André décide d'abandonner le consulting en entreprise et de se recentrer sur ses consultations à l'hôpital et ses livres.

En 2004, il introduit la méditation à Sainte-Anne, heureux d'avoir échappé à la crise de milieu de vie, ce moment où l'on découvre en gros qu'il n'y a pas assez d'essence pour faire la route dans l'autre sens, où l'on apprend à apprécier l'instant présent après avoir, des années durant, sacrifié le bonheur d'aujourd'hui à celui de demain.

Dans le bureau qu'il continue d'occuper à Sainte-Anne, sans dents blanchies ni implants capillaires, en gentleman-farmer néobaba, Christophe André sort un crayon et une feuille de papier. Il ne dessine pas un mouton, mais la courbe du bonheur. Conclusion : dans nos sociétés occidentales, le pic est atteint entre 50 et 65 ans. "Nous vivons dans une époque paradoxale, qui flatte l'ego des individus avec des slogans comme “Vous êtes unique” ou “Parce que je le vaux bien” et qui en même temps retire aux gens les moyens de leur dignité en les empêchant d'accéder à un logement et un emploi." D'une même voix posée, le médecin poursuit : "Tant qu'on n'est pas résolu à accepter ses imperfections, on est dans la m… Composer avec ne signifie pas les aimer, mais accepter qu'il pleuve quand on avait prévu de faire un barbecue. Eh bien, tant pis, on tire une bâche et on se regroupe dans le garage."

 

Comte Virginies insight:

Je rends hommage à Christophe André pour son chemin parcouru, ses nombreux écrits au travers desquels on peut tous un jour se reconnaître et parce qu'il aime le rugby ! :-)

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

L'attachement comme facteur essentiel de bon développement - La Santé de l'homme n° 400

L'enfant développe très tôt des " stratégies d'attachement " pour que l'on s'occupe de lui. Il fait preuve de capacités d'adaptation considérables, repérant instinctivement ce à quoi sont sensibles ses proches. Il préférera même un rapport négatif à ses parents plutôt qu'une absence d'interaction. Ce qui est essentiel pour lui : se sentir pris en charge et protégé, par ses parents bien sûr, sinon sa famille plus large ou des adultes extérieurs. L'enfant agit en fonction de ce qui optimise sa propre protection. Raphaële Miljkovitch, docteur en psychologie, analyse ces mécanismes d'attachement.

Comte Virginies insight:

Je recommande le livre "L'attachement au cours de la vie" de Raphaële Miljkovitch aux Editions Puf.

Raphaële Miljkovitch est Docteur en psychologie, professeur, université Paris-Ouest - Nanterre La Défense, chef de projets de recherche, Institut mutualiste Montsouris

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Qu'est-ce que la méditation et la psychothérapie cognitive de pleine conscience (mindfulness)? | PsychoMédia

Qu'est-ce que la méditation et la psychothérapie cognitive de pleine conscience (mindfulness)? | PsychoMédia | Veille personnelle | Scoop.it

RT @PsychoMedia: Qu'est-ce que la méditation et la psychothérapie cognitive de pleine conscience (mindfulness)? http://t.co/2OTbgK7jnw

 

La méditation de pleine conscience consiste à porter intentionnellement attention aux expériences internes ou externes du moment présent, sans porter de jugement de valeur.

Alors qu'elle tire ses origines de la tradition bouddhiste, les travaux de Jon Kabat-Zinn de l’Université du Massachusetts (États-Unis), vers la fin des années 1990, ont été influents pour promouvoir son intégration à différentes formes de psychothérapie.

Comte Virginies insight:

Pour celles et ceux qui aimeraient aller un peu plus loin, je recommande le livre "Méditer : 108 leçons de pleine conscience" de Jon Kabat-Zinn avec la belle voix masculine et vibrante de Bernard Giraudeau.

 

La méditation de pleine conscience permet un meilleur ancrage de soi, une meilleure conscience de soi et des autres ...en ces belles journées de printemps, je vous invite à vous laisser gagner par vos expériences dans l'ici et le maintenant au travers des sons, des odeurs, du chaud etc...

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Quelle psychothérapie est la plus efficace? | Yves Dalpé | Coin du psy

Quelle psychothérapie est la plus efficace? | Yves Dalpé | Coin du psy | Veille personnelle | Scoop.it

On peut diviser la kyrielle de méthodes psychothérapeutiques en deux camps. Les approches qui se centrent sur la résolution de malaises spécifiques et celles qui s'intéressent plutôt à la globalité de la personne du client. Même si j'utilise au besoin des techniques propres aux thérapies cognitivo-comportementales centrées sur des problèmes spécifiques, je suis devenu allergique aux «certitudes» concernant la prétendue supériorité de ces méthodes.

J'ai connu plusieurs modes en psychothérapie. Ces dernières décennies, les tenants de l'approche cognitivo-comportementale ont fait énormément de recherches pour prouver leur efficacité tandis que les praticiens d'autres formes de thérapie ne se sont pas assez souciés de cet aspect. L'approche cognitivo-comportementale a ainsi accaparé l'attention de plusieurs praticiens de la psychothérapie qui pensent bien faire en adoptant ces modèles d'intervention supposément plus efficaces.

De plus, il y a malheureusement insistance sur le court terme en psychothérapie actuellement. Ce qui m'apparaît dommage, car cela peut susciter de faux espoirs. Il ne faut pas être naïf, car personne ne fait de miracle ni de magie. Comme la psychothérapie est une forme d'apprentissage, elle requiert du temps comme tout autre apprentissage. Des attitudes incrustées depuis toujours ont besoin d'être identifiées plus d'une fois et explorées de multiples façons avant d'être changées.

Aux États-Unis, Shedler a démontré de façon magistrale l'efficacité de la thérapie psychodynamique. Celle-ci permet aux clients de prendre le temps d'aller au fond des choses au lieu de s'en tenir à leurs symptômes. Et en ce qui concerne les afflictions les plus communes comme la dépression et l'anxiété généralisée, elle permet aux clients de conserver leurs acquis après la fin de la psychothérapie contrairement à d'autres formes de psychothérapie.

 

D'autre part, des chercheurs ont constaté que les éléments essentiels utilisés en thérapie psychodynamique sont souvent utilisés par les cliniciens compétents qui se réclament d'autres approches thérapeutiques. On a même découvert que l'explication fondamentale du succès d'autres approches reposait justement sur l'adhérence du clinicien à certaines méthodes de l'approche psychodynamique.

Je suppose que la même constatation s'applique à l'approche humaniste-existentielle avec son emphase sur les attitudes relationnelles et particulièrement l'empathie. D'ailleurs, la recherche démontre que c'est la qualité de la relation thérapeutique entre le client et l'intervenant qui est l'élément le plus puissant en regard des résultats thérapeutiques (Costello). En passant, une étude récente (Greenberg) démontre l'importance de mettre l'accent sur l'expression des émotions en psychothérapie, peu importe l'approche thérapeutique adoptée par l'intervenant. Je me réjouis donc de la remontée actuelle de la popularité de la tradition humaniste en psychothérapie aux États-Unis.

Comte Virginies insight:

La Gestalt-Thérapie trouve son origine dans la philosophie phénoménologique et existentielle. Elle est dite humaniste, holistique, corporelle et expérientielle. La méthode se centre sur l'analyse d'instant en instant du "contacter" et la construction du sens pour contribuer à élargir la conscience que le patient a de son vécu. Le travail se fait à deux : c'est ce lien unique entre le patient et le thérapeute qui soigne et guérit ...

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Phobies, stress, anxiété. Gérer ses peurs au quotidien - YouTube

D'où vient la peur ? Pourquoi avons-nous peur? En quoi cette émotion particulière est-elle utile dans notre vie de tous les jours. L'anxiété est une émotion ...
Comte Virginies insight:

Si vous êtes sujets à de l'agitation ou la sensation d'être survolté ou bien si vous ressentez une forme certaine de fatigabilité ou de difficulté à vous concentrer ou d'irritabilité ou de tensions motrices ou de perturbation du sommeil, vous faites peut-être partis des 5% de la population présentant des Troubles Anxieux.

Peu de personnes consultent pour cela, pensant que ce sont des traits en lien avec leur personnalité et ce trouble passe souvent inaperçu.

Ce qui caractérise le Trouble Anxieux est cette inquiétude, forme d'anxiété flottante et envahissante, qui est présente en permanence dans le quotidien. Cette inquiétude est souvent associée à une perte d'énergie et développe des croyances erronées. Il peut croire que cette inquiétude va lui permettre de se protéger de la réalisation de certains évènements ou bien de régler certains problèmes.

Les conséquences peuvent être plus ou moins graves : absentéisme professionnel, consultations médicales croissantes, anxiété sociale mais aussi abus de drogue, d'alcool ou de médicaments, tentative de suicide, cancer ...

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Un modèle de régulation des émotions pour expliquer la dépression et l'anxiété | PsychoMédia

Un modèle de régulation des émotions pour expliquer la dépression et l'anxiété | PsychoMédia | Veille personnelle | Scoop.it

Dans les récentes années, il y a eu un intérêt croissant en thérapie cognitivo-comportementale pour le rôle que joue la régulation des émotions dans la vulnérabilité à une grande diversité de troubles psychologiques, rapporte le psychologue américain Robert L. Leheay dans Cognitive and Behavioral Practice (2012).

Il propose un modèle décrivant les processus par lesquels des stratégies mal adaptées de régulation des émotions seraient liées au développement de troubles psychologiques.

Ces stratégies mal adaptées incluent par exemple, la rumination, l'inquiétude excessive, la boulimie, la suppression des émotions, l'abus de substances et d'autres formes d'évitement de l'expérience intérieure.

Son modèle (1) repose sur le modèle métacognitif d'Adrian Wells présenté dans la figure suivante:

Imaginons, par exemple, qu'une émotion telle que la colère est "activée". La première étape consiste à lui porter attention. Deux voies peuvent alors être suivies, selon que la personne estime normal ou anormal de ressentir cette émotion.

Si la personne normalise son émotion, elle peut rapidement l'accepter, l'exprimer, s'adapter et apprendre. Si elle estime anormal et inapproprié de ressentir l'émotion, elle peut la "pathologiser". Elle peut par exemple, face à l'inconfort de cette émotion, choisir le chemin de l'évitement, ce qui peut avoir pour conséquence des processus de dissociation, la boulimie, l'abus d'alcool ou l'engourdissement émotionnel.... Parce que l'émotion (ou l'expérience qui a mené à cette émotion n'est pas adéquatement traitée ("processed"), la personne peut sentir une perte de contrôle de ses émotions et avoir ainsi l'impression que ces dernières dureront longtemps. Ce qui peut mener à la rumination ou l'inquiétude, l'évitement des situations problématiques ou le blâme sur autrui. Un ensemble d'interprétations négatives des émotions peuvent susciter une culpabilité et un sentiment d'impuissance. Les émotions semblent incompréhensibles et ne peuvent être acceptées.

Leheay propose 14 dimensions, qu'il appelle schémas émotionnels, qui peuvent décrire les différences individuelles dans la façon de répondre aux émotions. Ces schémas émotionnels désignent des plans, des concepts, des croyances, des stratégies qu'une personne peut employer en réponse à une émotion.

Mentionnons qu'un autre modèle, utilisé en thérapie cognitive, qui met l'accent sur l'importance de l'acceptation des émotions est celui de la flexibilité psychologique développé par Steven C. Hayes et ses collègues. Ce modèle est à la base de la thérapie d'acceptation et d'engagement.

Psychomédia avec sources:
Robert L. Leahy (2012), Emotional Schemas, Emotion Regulation, and Psychopathology, International Journal of Cognitive Therapy.
Robert L. Leahy (2002), A model of Emotional Schemas, Cognitive and Behavioral Practice.

Comte Virginies insight:

En Gestalt-Thérapie, les émotions, les éprouvés sont au centre du travail et ce dans l'ici et le maintenant de la séance. C'est à partir de ce qui se vit, se joue que nous pouvons à deux, prendre conscience de la façon dont un traumatisme peut se répéter au quotidien. Nous nous intéresserons ainsi beaucoup plus au "comment" qu'au "pourquoi".

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

« Il faut apprendre à respecter le vide »

INTERVIEW - Pour le psychanalyste Moussa Nabati, l'hyperactivité qui caractérise notre société risque de déposséder beaucoup de nos contemporains de leur intériorité. Il publie Comme un vide en moi. Habiter son présent.

LE FIGARO. - L'hyperactivité et l'angoisse du vide que manifestent beaucoup de nos contemporains sont-elles selon vous uniquement liées au contexte sociétal?

Moussa NABATI. - Non, je ne crois pas. N'étant pas rétrograde, je considère d'ailleurs qu'il y a beaucoup de positif dans ce que nous propose la société actuelle: les libertés, les nouvelles technologies, les médicaments qui permettent de se soigner… Tout cela améliore nos vies. Cependant, se pose un problème de limites pour certaines personnes, et c'est là que le bât blesse. Cette profusion tous azimuts risque de déposséder beaucoup de nos contemporains de leur intériorité. En tant que psychanalyste, j'observe notamment ce décentrage chez ceux qui sont dominés par leur «enfant intérieur». Ils vivent dans le besoin d'être reconnus et l'illusion qu'ils seront comblés par une consommation d'objets, d'activités ou de relations «bouche-trous». C'est alors que les produits proposés par notre société peuvent devenir envahissants.

Il y aurait donc de l'infantile dans l'incapacité à se recentrer?

La théorie que je développe dans mes livres est que certains d'entre nous (assez nombreux, je dois dire) ont vécu à un moment de leur enfance une «carence matricielle» quand leur mère, ou l'adulte qui s'occupait d'eux, s'est montré psychologiquement indispo­nible - et ce pour de multiples raisons qui ne doivent pas culpabiliser les mères. Ce peut être le fait d'une maman compétente mais qui, trompée, a sombré dans la déprime, ou une mère qui avait des ennuis dans son travail, etc. Dans ces périodes, l'enfant a fait l'expérience d'un vide de nourriture affective. L'adulte qu'il sera devenu aura tendance à fuir anxieusement toutes les situations qui évoquent de près ou de loin ce vide, et à quêter frénétiquement ce qui peut le combler: activités à outrance, hyperconsommation de télé, Internet, etc.

La psychanalyse seule peut-elle libérer la personne d'un tel trouble?

Absolument pas. La psychanalyse aide essentiellement à prendre conscience de ce traumatisme vécu dans l'enfance ; les thérapies cognitives et comportementales, elles, ou le développement personnel, cherchent à apprendre au patient des manières de penser pour s'en libérer. Je crois plutôt à un compromis entre ces deux approches, que j'appelle la «compréhension incarnée». Il faut d'une part avoir cherché les raisons de son incapacité à affronter le vide, mais aussi mettre en place dans sa vie certaines mesures nées de ce qu'on a appris sur cette difficulté à «freiner» dans certaines situations, afin de transformer son vide en source d'énergie.

Comte Virginies insight:

Le vide est très souvent présent en travail thérapeutique. J'observe combien il est difficile à regarder. En face. Combien il peut générer de l'angoisse. Mais je sais aussi que savoir se tenir face à ce vide, l'accueillir aussi peut être source de croissance et d'énergie. Le vide peut être fertile.

Et à vous, qu'est-ce-que le vide vous évoque ?

No comment yet.
Scooped by Comte Virginie
Scoop.it!

Semaine de sevrage numérique: faire le vide pour appréhender le trop plein - Le Devoir (Abonnement)

Semaine de sevrage numérique: faire le vide pour appréhender le trop plein - Le Devoir (Abonnement) | Veille personnelle | Scoop.it

Le vide permet parfois d'appréhender le trop. C'est en tout cas ce que croit le magazine Adbusters, spécialiste de la campagne qui déstabilise et de la question qui dérange.

Depuis lundi et jusqu'à dimanche prochain, il invite en effet les humains ayant déplacé une partie de la sociabilité dans les univers dématérialisés à se détacher complètement de tous leurs objets connectés dans le cadre d'une «semaine de sevrage numérique» — Digital Detox Week, comme on dit au pays de Facebook. Le but? Prendre conscience, par l'excès inverse, de cette obsession très contemporaine pour la surconnexion qui finit par nous déconnecter du réel, tout en attisant narcissisme et voyeurisme chez l'internaute, estiment les instigateurs de cet appel au débranchement.

Le projet, qui entre dans sa deuxième journée aujourd'hui même, s'accompagne d'une série de défis à relever ou de réflexion à mener sur notre présent numérique. 


Adbusters invite au passage les aspirants au sevrage à se détacher tout autant des autres réseaux qui, par effet d'entrainement, ont tendance à réduire l'humain à sa dimension purement consommante, tout en abusant de ses faiblesses: l'angoisse de la solitude, l'exhibitionnisme, le voyeurisme, la vanité...

La résistance de l'esprit

Ce goût de l'éloignement des technologies semble dans l'air du temps à en croire les nombreuses expériences de détachement technologique ou appel au sevrage numérique qui ont retenti sur le Web depuis la fin de l'année dernière.

Morceaux choisis: en décembre dernier, Arianna Huffington — la madame derrière le site de nouvelles du même nom — s'est lancée avec trois de ses amis un défi de la déconnexion: une semaine loin des nouveaux objets numériques du quotidien qui instaurent sournoisement leur régime de dépendance. Elle a choisi la période des fêtes pour rendre l'exercice est peu moins compliqué.

La semaine dernière, Teddy Wayne du New York Times a relaté une mise à distance similaire qui lui a permis d'expérimenter, raconte-t-il, le principe du FOMO — Fear of missing out, en anglais, cette peur de manquer quelque chose qui s'installe lorsque l'on prend conscience que le monde numérique continue de tourner sans nous. Il a aussi renoué avec le papier, a triché deux fois, et pris le temps de réfléchir malgré tout sur l'ensemble des mutations sociales induites par des outils et surtout des usages dont les conséquences deviennent visibles surtout lorsqu'on cesse d'avoir le nez collé dessus, l'instant d'une semaine!

 

Comte Virginies insight:

Pour se reconnecter avec soi et réhumaniser notre environnement : je vote pour la semaine du sevrage numérique !

No comment yet.