L'actualité de l'Université libre de Bruxelles (ULB)
132.2K views | +19 today
Follow
L'actualité de l'Université libre de Bruxelles (ULB)
Enseignement, Recherche, événements: toute l'actualité de l'ULB - <a href="http://www.ulb.be" rel="nofollow">http://www.ulb.be</a>
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Université libre de Bruxelles
Scoop.it!

Marius Gilbert: «On va vers un dépistage systématique dans les maisons de repos, mais ça prend du temps»

Marius Gilbert: «On va vers un dépistage systématique dans les maisons de repos, mais ça prend du temps» | L'actualité de l'Université libre de Bruxelles (ULB) | Scoop.it
La première vague de dépistage du coronavirus dans les maisons de repos a débuté ce lundi, pas moins de 20.000 tests seront effectués cette semaine.
Université libre de Bruxelles's insight:

Interrogé par la RTBF, Marius Gilbert, chercheur en épidémiologie à l’ULB, déclare que « même si une personne est positive asymptomatique, elle peut être écartée du contact avec les pensionnaires et faire d’autres tâches dans la maison de repos. »

No comment yet.
Scooped by Université libre de Bruxelles
Scoop.it!

241 décès annoncés ce mardi en maison de repos en Flandre : comment expliquer ce chiffre?

241 décès annoncés ce mardi en maison de repos en Flandre : comment expliquer ce chiffre? | L'actualité de l'Université libre de Bruxelles (ULB) | Scoop.it
Suite à l’épidémie du coronavirus, la Belgique compte aujourd’hui plus de 2000 morts. Parmi les décès, beaucoup de personnes âgées et notamment des résidents de maisons de repos. Sur les 403 nouveaux décès annoncés ce mardi, 241 ont été comptabilisés dans des maisons de repos en Flandre. Un chiffre élevé qui interpelle et pose un certain nombre de questions auxquelles nous tentons de répondre.
Université libre de Bruxelles's insight:

Pour Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur à l'École de Santé publique de l'Université libre de Bruxelles (ULB), si les personnes âgées ne sont pas toutes admises aux soins intensifs, ce n’est pas parce que les médecins trient les patients mais bien parce que: "individuellement, les caractéristiques de la personne ou ses chances de guérison en soins intensifs font en sorte que le choix n’est pas favorable à une prise en charge hospitalière lourde. C’est vraiment au cas par cas. C’est le résultat d’une réflexion entre le médecin, la famille et le patient"

 

RTBF-JT 13H:

https://cutt.ly/itKwme7 

 

 

No comment yet.