Suivre les prédateurs pour déterminer les écosystèmes de l’océan Austral à protéger – | L'actualité de l'Université libre de Bruxelles (ULB) | Scoop.it
Une collaboration de taille

Dans un monde en constante évolution, il est devenu essentiel de déterminer quelles sont les zones nécessitant d’être protégées des menaces actuelles et futures. Au vu de l’étendue des océans, cet exercice s’avère difficile, tout particulièrement quand il s’agit de zones reculées comme l’océan Austral.

Le SCAR (Comité scientifique pour les recherches antarctiques) a fait appel à un vaste réseau de chercheurs, plus de 70 scientifiques provenant de 12 programmes nationaux en Antarctique, pour rassembler les données récoltées concernant les déplacements des prédateurs de cette zone difficile d’accès.

Ils ont constitué une gigantesque base de données, regroupant les traces de plus de 4000 individus appartenant à 17 espèces différentes. Cette base de données est ouverte et disponible. Mais, malgré la quantité d’informations qu’elle contient, elle ne représente qu’une partie de l’activité des prédateurs de l’océan Austral.