Sierra Leone: premier bilan des ONG après trois jours de confinement | Think outside the Box | Scoop.it

Freetown, capitale de la Sierra Leone.

 

En Sierra Leone, plus de 70 corps de malades d'Ebola ont été découverts et 150 nouveaux cas identifiés depuis le début du confinement total de la population, selon les services de santé. C'est le bilan de trois jours de confinement qui s'est terminé dimanche soir. Une décision controversée et inédite destinée à lutter contre la propagation du virus Ebola.

L'une des ONG présentes dans le pays, Health For All, salue la bonne volonté des Sierra-Léonais qui ont respecté ce cantonnement. Mais elle dénonce aussi un certain nombre de dysfonctionnements graves.

« En terme de recrutement des volontaires, ça a été fait n'importe comment, estime Abubakarr Kamara, l'un des responsables de l'ONG Health For All. Ils n'étaient pas coordonnés. Ce recrutement est devenu un enjeu très politique, parce qu'il y a été fait par des politiciens, les responsables locaux, des ministres, des conseillers. Certains de ses volontaires n'étaient même pas formés, d'autres étaient vraiment trop jeunes. Certains se présentaient à la porte des maisons, donnaient de la soupe à tout le monde et repartaient. Ils ne faisaient pas la sensibilisation qu'on leur demandait auprès de chaque membre de famille ».

Et Abubakarr Kamara sait de quoi il parle, car quand les agents sont passés à son domicile, ils n’ont pas fait la prévention demandée : « Quand ils sont passés chez moi, ma femme m'a raconté qu'ils se sont présentés comme les volontaires de cette opération, ils ont distribué de la soupe et lui ont simplement dit qu'Ebola était une maladie dangereuse. Ma femme m'a demandé : c'est une opération de distribution de nourriture ou quoi ? Mais ce qui est tout de même intéressant, c'est de voir que les gens sont conscients de l'existence du virus et qu'ils ont accepté de rester chez eux ».

Abubakarr Kamara évoque aussi de nombreux problèmes logistiques : « En particulier un manque de véhicules pour pouvoir transporter les corps. On a découvert des cas des cadavres qui avaient été conservés dans des maisons pendant quatre ou cinq jours. Dimanche matin, je me suis rendu dans une maison communautaire, il y avait quatre corps qui avaient été conservés là, donc j'ai contacté des responsables du ministère de la Santé. Eux aussi se plaignent, ils disent qu'ils n'ont pas assez de véhicules. Et même les véhicules qu'ils utilisent sont trop vieux. Il y en a qui sont déjà tombés en panne. Ca, c'est l'un des défis les plus importants auxquels on doit faire face ».

■ Le FMI annonce un plan d’aide

Face à la progression de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, le Fonds monétaire international s’est dit prêt à aider économiquement la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia. Une aide qui devrait se traduire par l’élaboration d’un premier plan de sauvetage de 127 millions de dollars.

C’est une crise en premier lieu humanitaire et sociale, mais avec des conséquences économiques et financières importantes.

Roger Nord directeur Afrique du FMI