Territoires d'Occitanie pour la transition énergétique
56.4K views | +0 today
Follow
Territoires d'Occitanie pour la transition énergétique
Ressources pour la lutte contre le changement climatique, la maîtrise de la demande en énergie, la réduction de la précarité énergétique, le développement et la promotion des EnR et l'amélioration de la qualité de l'air en Occitanie... Et ailleurs
Curated by AREC Occitanie
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by AREC Occitanie from Pertinences sociétales
Scoop.it!

L’économie collaborative est-elle source de progrès environnemental ?

L’économie collaborative est-elle source de progrès environnemental ? | Territoires d'Occitanie pour la transition énergétique | Scoop.it
l’économie collaborative entretient des liens étroits avec un concept voisin, celui d’économie circulaire. Il s’agit de faire émerger des modèles économiques plus respectueux de l’environnement en favorisant l’usage plutôt que la possession et en intensifiant l’utilisation des objets et leur réparabilité.

Via congruence-RSO
more...
DocBiodiv's curator insight, August 22, 2016 9:26 AM
Les auteurs ont participé à l’étude PICO, conduite par l’Iddri Science-Po, ESCP Europe, l’Université Paris-Sud et Paris-Dauphine, Ouishare et ZéroWaste France.
Rescooped by AREC Occitanie from Créatifs culturels
Scoop.it!

L’économie collaborative à l’ère de la société fluide

L’économie collaborative à l’ère de la société fluide | Territoires d'Occitanie pour la transition énergétique | Scoop.it
En ce temps de crise globale mais aussi ce moment de remise en question profonde de nos valeurs, des initiatives émergent pour faire face. À cette image, le mouvement de l’économie collaborative se met en place.

Via BeerBergman, Claudine Revol, @Chuchoteuse d'Alternatives, Ouvertures
more...
BeerBergman's curator insight, January 13, 2014 5:40 AM

Allez, un peu de "sharing economy" pour ce lundi matin. Bel article sur les notions de l'économie de partage ou économie collaborative de Célya Gruson-Daniel.

A lire. Extrait.

***

« Désormais une autre approche est nécessaire pour survivre à la complexité du monde moderne, à son accélération, et, plus encore, pour construire ensemble notre avenir. Il nous faut donc promouvoir ce que j’appelle la « société fluide ». Une société qui se base sur des rapports de flux et pas seulement sur des rapports de force. »

Joël de Rosnay

Mavale27's curator insight, January 29, 2014 3:53 AM

add your insight...

Mlik Sahib's curator insight, February 6, 2014 11:55 PM

"...Ces projets sont nombreux et basés sur une notion clef :  le « Peer to Peer » ou pair à pair (P2P) ; c'est à dire l'échange direct entre deux personnes où chacun est à la fois consommateur et producteur. Ces rapports se sont développés au départ dans le domaine de la consommation de façon marchande ou non marchande. À titre d’exemple, on peut citer des plateformes de covoiturage pour la mobilité, Airbnb ou Couchsurfing pour le logement, la Ruche qui dit oui pour l’alimentation. Ce mouvement de « peer to peer » s’ancre de plus en plus dans tous les domaines. Du secteur de l’énergie, avec le développement des « smart-grids » comme le rappelle Joël de Rosnay dans son livre, au champ du financement (kisskissbankbank), de l’éducation (Unishared) et de la production de biens (wikispeed). C’est tous les secteurs de l’économie qui sont impactés. Comme le conclut d'ailleurs Joël de Rosnay : « Le pair à pair va atteindre des secteurs clés de l’économie et préparer le terrain de la société fluide et de son économie adaptée ».

Ainsi ces communautés savent surfer sur la vague en sachant s’adapter, contourner, « hacker » les problématiques actuelles ou faire appel à l’intelligence collective pour essayer de les résoudre. Ce réseau maillé s’enrichit de plus en plus élevant aussi le niveau de complexité des échanges et des relations.

 

L’économie collaborative : et demain ?

 

Cela amène à des questionnements théoriques sur le futur de ce mouvement : Comment va s’organiser cette coopération à long terme ? Peut-elle être applicable à très large échelle ? Les sciences de la complexité revendiquées par Edgar Morin apparaissent alors cruciales. Elles sont nécessaires pour pouvoir analyser les paramètres qui fondent ces communautés et proposer des solutions quant à leur gestion d’une échelle encore locale aujourd’hui à une échelle globale."..."