TdF | Poésie contemporaine
130.3K views | +6 today
Follow
 
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
onto TdF | Poésie contemporaine
Scoop.it!

[liberation.fr]  Valérie Rouzeau, poèmes en bohème 

[liberation.fr]  Valérie Rouzeau, poèmes en bohème  | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Libération

VALÉRIE ROUZEAU, POÈMES EN BOHÈME
Par Frédérique Fanchette envoyée spéciale à Nevers
— 5 août 2020 à 18:46

 

L’auteure de «Pas revoir» sort «Ephéméride», ensemble de fragments, notes, traductions, correspondances. Rencontre à Nevers avec une poète qui a grandi sur un chantier de récupération, éprise de télescopages verbaux et de mots glanés.

 

Dans le hall vide de la gare, Valérie Rouzeau cherche sur le tableau des arrivées le train parti de Paris pour Nevers à 9 heures. Le nom de sa «ville de cœur» se prête à bien des détournements, avec ce never, jamais, qui s’y loge. La poète avait donné quelques indications, elle porterait «une casquette et des lunettes John Lennon». Mais elle n’avait rien dit sur les chaussures. Et qu’y a-t-il au bas de l’ample jupe ? Deux Doc Martens, l’une rouge, l’autre verte. Elle dit qu’elle hésitait entre les deux paires, increvables depuis seize ans, et que c’était une solution à l’indécision. Vive la vraie bohème ! D’emblée on se sent à l’aise avec cette auteure de 52 ans, «phare de sa génération de poètes», comme le dit son ancien éditeur du Temps qu’il fait, Georges Monti. «Elle a inventé quelque chose d’unique», ajoute-t-il, relayant ce qu’écrivait le poète André Velter, ancien patron de la collection Poésie /Gallimard, à la sortie de "Va où", en 2002. «En poésie, une voix nouvelle, ce n’est pas rien. Une voix vraiment nouvelle qui ne ressemble à aucune autre. Une voix qui se reconnaît au premier signe, au premier souffle, que l’on entend une fois pour toutes, et à chaque fois une fois pour toutes, comme personne.» Velter avait fait paraître son article dans "Le Monde", peu avant le Marché de la poésie, place Saint-Sulpice, à Paris. Valérie Rouzeau était lancée. Elle écrit des paroles pour le groupe Indochine. "Pas revoir" (1999) s’est vendu à 10 000 exemplaires et a été traduit dans plusieurs pays. Mais le monde de la poésie n’est pas celui des romanciers à succès. Vivre de son écriture est une gageure sans cesse renouvelée et les temps sont durs.

Son dernier livre, paru juste avant le confinement, ouvre l’arrière-boutique d’une vie de poète qui a choisi la liberté du non-salariat et les privations qui vont avec. Deux ans après "Sens averse", publié également à la Table ronde, "Ephéméride" est un recueil de «miscellanées». Valérie Rouzeau, «hypermnésique», accole dans un joyeux désordre temporel des vers, des traductions, des notes, des correspondances. On y retrouve sa marque de fabrique : les télescopages verbaux, les homophonies, les fragments glanés à la volée, les emprunts à d’autres écrivains, «mes mots des autres». Elle parle aussi des passages à vide, de la dépression, et de l’hospitalisation de son compagnon, Vincent, dit «le colibri». Le besoin d’écrire apparaît à la fois urgent, fragile et vital. «Nevers, 20 octobre 2019 / Aujourd’hui je n’ai pas perdu mon temps quand je suis restée immobile une heure peut-être debout au fond de la cuisine à observer les moineaux à la mangeoire : joie à leur "tchip", leur chamaille, et leur appétit ! Il pleut, pleut, pleut. Le tonnerre a grondé plusieurs fois de l’autre côté de la Loire. Je voudrais écrire un poème…»

Chez elle, dans le centre historique, elle prépare une salade, dos tourné à un buffet bleu. Un mot envoyé par un ami y est accroché : «Travail, famine, pâtes, riz». «C’est mon écritoire.» Elle travaille debout ; s’asseoir à une table lui paraît incongru, réservé à la traduction. Elle a transposé en français la poésie de William Carlos William, de Sylvia Plath et de son mari Ted Hugues, poète attitré de la reine d’Angleterre. Peut-être est-ce cela qui lui fait dire qu’elle aurait aimé à une époque devenir poète officielle de la SNCF, parce qu’elle a «des poèmes de trains à n’en plus finir». Elle lance ça d’un air très sérieux, mais l’humour chez elle retourne tout, comme le changement de direction inattendu d’un vol d’oiseau. Dans la cour pavée ensoleillée, des zinnias rapportés du marché attendent d’être plantés. Sur le lit aux draps rouges, dans la dépression formée par un ressort qui a lâché, le chat Carbone dort en rond. Sur les tranches des étagères qui portent ses livres, elle a copié à la main des vers de poètes aimés. Elle montre un cahier du poète Christian Bachelin dont elle est la légataire universelle, puis ressort d’une pièce avec un beurrier transparent. Il contient le corps d’une mésange charbonnière trouvé il y a deux ans dans le grenier ; le jaune et le bleu du plumage ont gardé toute leur luminosité. L’oiseau s’est desséché, est intact. «C’est ma sainte Bernadette», dit Valérie Rouzeau, une allusion à la dépouille non corrompue de la canonisée pyrénéenne, qui repose dans sa châsse de verre, non loin de là, chez les sœurs de Nevers.

 

"Vous êtes née dans une famille de récupérateurs du Cher, une origine sociale peu commune dans le milieu littéraire…
— Mon père était un homme doux et gentil dans un métier dur. Il ne disait pas qu’il était ferrailleur ; c’était plus large, il recyclait les métaux, les carcasses de voitures, mais aussi tout ce qu’on jette et qu’il faut recycler. C’était un petit intermédiaire qui bossait quinze heures par jour et qui ne gagnait pas sa vie. Il était payé au poids du papier, au cours du carton, parfois c’était désastreux. Mais quand il récupérait des cartons à la sortie des supermarchés, il ramassait de la nourriture invendue, par exemple une série de pintades, et ma mère les congelait. On n’a jamais manqué de nourriture, jamais. Pourtant on était nombreux. Mes parents m’ont eu à 17 ans, je suis l’aînée de sept, mon père voulait une grande table. Le monde de la poésie a longtemps été considéré comme élitiste, mais j’ai grandi dans cette famille de récupérateurs, loin de tout, et j’arrive à vivre avec l’écriture, c’est de la survie parfois, ça veut bien dire que des choses ont bougé.

 

— Votre enfance est très présente dans vos poèmes, elle a été heureuse ?
Oui, on habitait dans un village, on avait de la place, des animaux. On avait même un cheval, Oscar. Il était destiné à l’abattoir, c’était une rossinante, il était adorable. Un jour ma mère a dit à mon père : «Chéri, j’ai toujours eu un rêve.» «Ben oui, il a répondu, c’était de te marier avec moi.» «Non, un autre rêve, avoir un cheval.» Il était au pied du mur, Oscar était déjà acheté, il a dit oui, c’est dire comme mon père était cool. Oscar a vécu pendant dix ans, il était bien chez nous. Chacun avait son animal. Moi, j’avais un petit coq blanc qui chantait dans mes bras, je l’ai eu tout petit, on l’appelait «Cioq» : les Berrichons, ils mettent des i partout. C’était une belle enfance… mais on était sales et indisciplinés, à cause du chantier de récupération. Une année, on a eu une estafette qui ne roulait plus, notre père a dit «celle-là, je ne la compresse pas, c’est votre cadeau de Noël». Qu’est-ce qu’on a pu se marrer dans cette estafette ! Il pleuvait dedans mais c’était notre cabane, parmi toutes celles qu’on pouvait se construire, entre les palettes et les piles de pneus. On avait toujours les genoux en sang, et c’était dangereux : Frank, c’est mon frère numéro trois, a failli perdre son pied.

 

— Dans "Ephéméride", vous affichez des positions antimacronistes. Vous êtes engagée politiquement ?
— Non, mais avec des années et des années d’interventions dans les écoles en Seine-Saint-Denis et après avoir vu la misère de près, je me suis rapprochée du Front de gauche. En 2012, sans être encartée, j’ai tracté, participé à des petites actions. J’ai un ami qui me dit «Valérie, t’es chiante, t’es trop gauchiste». Je ne suis pas gauchiste, je suis idéaliste, et mon cœur bat à gauche. J’aime beaucoup François Ruffin, c’est mon chouchou, j’ai une admiration sincère. En plus, il est gaucher et du signe de la balance, il a tout pour me plaire, la balance c’est le signe de la justice et il est gaucher comme moi.

 

— Outre vos livres, vous gagnez votre vie en donnant des lectures, en animant des ateliers d’écriture dans les écoles, les prisons. Comment ça se passe ?
— Je peux donner une phrase pour démarrer, par exemple j’aime bien «je suis un vaste et pauvre type» de Christian Bachelin. Parfois c’est difficile, je lis un texte et je vois des gamins qui sont en train d’envoyer des textos, ce n’est pas évident à vivre, même si les profs disent «faites pas gaffe, en fait ils vous écoutent». Un jour, c’était à La Courneuve, Saïd, un lycéen de seconde a voulu m’accompagner au tram, il m’a dit, «merci madame de ne pas nous avoir servi du slam», il adorait Paul Verlaine. Saïd avait compris que le slam, il l’avait déjà et que moi je venais pour apporter autre chose. J’ai travaillé essentiellement dans des zones d’éducation prioritaire. Ces élèves-là, ils n’ont rien ; chez eux, il n’y a même pas la langue française dans certains cas. Mais qu’est-ce qui dit que parmi ces petits il n’y en a pas un qui va nous pondre un truc, on sait pas, on sait jamais. Il n’y a pas de gens qui ne sont rien.

 

— Comment ça s’est passé avec le confinement ?
— Du jour au lendemain j’ai perdu tous mes revenus, et j’ai eu une menace d’expulsion, envoyée par l’agence immobilière. Tu as le cœur qui se met à battre, quand tu reçois une lettre comme ça. Tu te dis «zut, je perds tous mes revenus, mais j’y peux rien, je peux pas improviser comme ça, me trouver un boulot». Finalement le propriétaire m’a offert un mois de loyer pour cause de Covid-19. Ça s’est retourné comme il faut. Et la Société des gens de lettres m’a versé de l’argent.

 

— Vous apparaissez dans "Poèmes à dire". Une Anthologie de poésie contemporaine francophone de Poésie /Gallimard. Comment travaillez-vous cette oralité ?
— J’ai grandi avec Robert Desnos et j’ai commencé à écrire des poèmes dès le cours élémentaire. Je n’ai toujours écrit que de la poésie, c’est lié à l’enfance, aux syllabes, à la musique, au rythme. J’ai toujours de quoi noter, sur moi, soit dans mes poches, soit dans mon sac. Donc je chipe, je saisis des mots à la volée, et je remercie les gens à la fin de mes livres. Je relis beaucoup à voix haute et si ça passe, je garde, sinon je jette. Moi, si je ne peux pas assumer, je ne peux pas publier. Quand on publie, on est dans le partage, l’échange, et donc si tu trouves que ce n’est pas bon, tu ne peux pas le publier légitimement, même si tu te trompes. Mais ça c’est une autre histoire et je ne crois pas que je me trompe beaucoup, parce que j’arrive à me relire comme si j’étais une étrangère."

 

Frédérique Fanchette envoyée spéciale à Nevers

Valérie Rouzeau "Ephéméride" La Table ronde, 144 pp..16,50 € (ebook : 11,99 €).

No comment yet.
TdF  |   Poésie contemporaine
PoRevue Terres de femmes  |  Actualités
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Mercredi 23 septembre 2020 :: rencontre-lecture avec André Ughetto, L’Isle-sur-la-Sorgue 

Mercredi 23 septembre 2020 :: rencontre-lecture avec André Ughetto, L’Isle-sur-la-Sorgue  | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Mercredi 23 septembre 2020
Rencontre et conférence autour du livre Pétrarque, crieur de la  paix 
par André Ughetto
Chez « Vous »
Place Battini
L’Isle-sur-la-Sorgue

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Louise L. Lambrichs | [L’âme voilée]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Louise L. Lambrichs | [L’âme voilée]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[L’ÂME VOILÉE]

 
Louise L. Lambrichs, Bris & Collages, éditions Pétra, Collection Pierres écrites/Empreintes dirigée par Jeanine Baude, 2020, pp. 5, 66, 70. Dessins de Granjabiel.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

[vient de paraître] Béatrice Marchal, 'L’Ombre pour berceau', Al Manar éditions

[vient de paraître] Béatrice Marchal, 'L’Ombre pour berceau', Al Manar éditions | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

https://editmanar.com/editions/livres/lombre-pour-berceau/

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

[dernière minute : rencontre annulée] 22 septembre 2020 :: 'Déesses de Corrida', lecture musicale par Anne Calas, Jardin de l'Abbaye de Valsaintes, 04150 Simiane-la-Rotonde

[dernière minute : rencontre annulée] 22 septembre 2020 :: 'Déesses de Corrida', lecture musicale par Anne Calas, Jardin de l'Abbaye de Valsaintes, 04150 Simiane-la-Rotonde | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Jardin de l'Abbaye de Valsaintes à Simiane-la-Rotonde.

 

Lecture musicale d’extraits du livre d’Anne Calas, Déesses de corrida de et par Anne Calas, accompagnée des musiciens  Alain Lafuente, percussions et Patrick Reboud, accordéon.

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Patrizia Cavalli | [Io guardo il cielo] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Patrizia Cavalli | [Io guardo il cielo] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[IO GUARDO IL CIELO]
 
Patrizia Cavalli, Vita meravigliosa, Giulio Einaudi Editore, Collezione di poesia 417, settembre 2020, pagina 7.
 
Traduction inédite d’@angèlepaoli

 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Maud Thiria | [tu te demandes si] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Maud Thiria | [tu te demandes si] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[TU TE DEMANDES SI]
 
Maud Thiria, Blockhaus, éditions Æncrages & Co, Collection Ecri(peind)re, 2020, pp. 60-61. Encres de Jérôme Vinçon. Préface de Jean-Michel Maulpoix.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Emily Dickinson | [As imperceptibly as Grief]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Emily Dickinson | [As imperceptibly as Grief]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[AS IMPERCEPTIBLY AS GRIEF]
 
Emily Dickinson, Revue Traversées n° 82, « Traduire », décembre 2016, pp. 17-18. Traduction de Zéno Bianu, avec la complicité d’Anne Walker.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Anise Koltz | Automne   #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Anise Koltz | Automne   #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

AUTOMNE
 

Anise Koltz, Le Cirque du soleil, éditions Seghers, Collection Autour du monde, 1966, in Somnambule du jour, poèmes choisis, éditions Gallimard, Collection Poésie/Gallimard, 2016, page 18.
 
 
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

[en librairie fin septembre 2020] Sylvie Durbec, 'Ça, qui me poursuit', éditions Les Carnets du Dessert de Lune

[en librairie fin septembre 2020] Sylvie Durbec, 'Ça, qui me poursuit', éditions Les Carnets du Dessert de Lune | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Ça, qui me poursuit, le 2e recueil de Sylvie Durbec aux éditions Les Carnets du Dessert de Lune sera disponible avant la fin du mois sur le site des éditions et, si tout se passe bien, au marché de la poésie de Saint-Sulpice en octobre.
L'illustration de couverture est signée François Ridard, un nouveau venu parmi les illustrateurs.
Le recueil est préfacé par Cécile Guivarch et il paraîtra dans la collection Pleine Lune.

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Francis Coffinet | [Si tu hésites entre deux chemins]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Francis Coffinet | [Si tu hésites entre deux chemins]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[АКО СЕ ВЪЛНУВАШ МЕЖДУ ДВЕ ПОСОКИ]
 
Francis Coffinet, « La terre et la tempe », 12, in Je suis de la maison du songe, poèmes, éditions Unicité, Collection Le Vrai Lieu, dirigée par Laurence Bouvet, 2020, pp. 120-121. Préface d’Alain Borer. Traduction en langue bulgare par Nikolaï Kantchev.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Si terranno giovedì 10 settembre a Roma i funerali del giovane poeta Gabriele Galloni

Si terranno giovedì 10 settembre a Roma i funerali del giovane poeta Gabriele Galloni | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

I funerali del giovane poeta Gabriele Galloni si terranno a Roma alla Chiesa di San Raffaele al Trullo, la mattina di giovedì 10 settembre alle 11.00.

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

12-13 septembre 2020 :: festival 'Vienne la Poésie', Poitiers

12-13 septembre 2020 :: festival 'Vienne la Poésie', Poitiers | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Samedi 12 et dimanche 13 septembre : festival Vienne la Poésie

Les éditrices Anne Brousseau (Potentille) et Dominique Sierra (la tête à l'envers), les poètes Philippe Mathy et Carles Diaz, Catherine Baptiste et Isabelle Grosse, le duo les P'tites Brel, des ateliers d'écriture, une conteuse (Corinne Pignoux), promenades poétiques ....

au TAC, 67 bis, chemin de la grotte à Calvin, Poitiers 

 

l'entrée est gratuite

 

[PLAQUETTE PROGRAMME]

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Emmanuel Moses | [La pluie donne un soir inachevé]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Emmanuel Moses | [La pluie donne un soir inachevé]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[LA PLUIE DONNE UN SOIR INACHEVÉ]
 
Emmanuel Moses, Dona, 3, éditions Obsidiane, Collection Le Carré des lombes, 2020, page 9. Gravures de Frédéric Couraillon. Vignette de couverture de Gérard Titus-Carmel [en librairie le 22 octobre 2020].
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

[Vient de paraître] Emmanuel Merle, 'Habiter l’arbre', éditions Voix d'encre

[Vient de paraître] Emmanuel Merle, 'Habiter l’arbre', éditions Voix d'encre | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Habiter l’arbre d'Emmanuel Merle
Illustrations :
Bard Élisabeth
(encres)

• Pages : 110
• Format : 15 X 21 cm
• ISBN 978-2-35128-178-9

 

[...]

 
No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Catherine Pont-Humbert | [Toucher l’élémentaire] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Catherine Pont-Humbert | [Toucher l’élémentaire] #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[TOUCHER L’ÉLÉMENTAIRE]
 
Catherine Pont-Humbert, Légère est la vie parfois, Jacques André éditeur, Collection Poésie XXI n°61, 2020, page 12.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Jeudi 1er octobre 2020 :: lecture-rencontre avec Jean-Louis Giovannoni, 75017 Paris

Jeudi 1er octobre 2020 :: lecture-rencontre avec Jean-Louis Giovannoni, 75017 Paris | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

La Librairie l’Usage du monde et les éditions Unes vous invitent à une lecture-rencontre le JEUDI 1er OCTOBRE à 19h00

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Première sélection pour le Prix Révélation Poésie de la Sgdl

Première sélection pour le Prix Révélation Poésie de la Sgdl | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Première sélection pour le Prix Révélation Poésie de la Sgdl.

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Mutsuo Takahashi | Tombeau céleste  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Mutsuo Takahashi | Tombeau céleste  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

TOMBEAU CÉLESTE
c’est-à-dire dans le ciel
 
Mutsuo Takahashi, Printemps florentin, X, choix de poèmes, Cahiers de poésie bilingue 8, Presses Sorbonne Nouvelle, 2020, page 61. Traduit du japonais par Bruno Smolarz.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Vendredi 18 septembre 2020 :: lecture-rencontre avec Édith Adam, 71400 Autun

Vendredi 18 septembre 2020 :: lecture-rencontre avec Édith Adam, 71400 Autun | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

lecture-rencontre avec Édith Adam

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Samedi 26 septembre 2020 :: Rentrée littéraire en poésie,  Maison de la Poésie Jean-Joubert, Montpellier

Samedi 26 septembre 2020 :: Rentrée littéraire en poésie,  Maison de la Poésie Jean-Joubert, Montpellier | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Samedi 26 septembre

16h00

Maison de la Poésie Jean-Joubert

Moulin de l’Evêque

78, avenue du Pirée
Montpellier

 

RENTREE LITTERAIRE EN POESIE

 

En partenariat avec OCCITANIE LIVRE et LECTURE

 

Troisième édition de la manifestation  « Rentrée littéraire en poésie » qui met à l’honneur  auteurs et éditeurs de poésie domiciliés sur nos territoires.

Dans le cadre de la promotion des actualités des auteurs vivant en Occitanie, Occitanie Livre & Lecture s’associe à  cet événement, en écho aux collections Printemps et Automne qu'elle organise depuis plusieurs années à chaque rentrée littéraire.

Frédéric Jacques TEMPLE devait être notre invité d’honneur, pour la parution, aux éditions Bruno Doucey, de son ouvrage Par le sextant du soleil.

Sa disparition, au cœur de l’été, a plongé le monde de la poésie dans une profonde tristesse.

Lire des extraits de ce livre sera une manière de lui rendre un premier hommage.

C’est le poète Benjamin GUERIN qui donnera cette lecture.

 

Poètes, éditeurs et libraires présentent leurs parutions récentes en poésie lors d'une rencontre mêlant exposition et vente d'ouvrages, temps de lectures, de présentation, d'échanges et de signatures :

 

René PONS : Dédale (Le Réalgar)

Janine TEISSON : Renaître (Chèvre-feuille étoilée)

Chantal ENOCQ : Dehors et déjà (Editions les Poètes français)

Claire MUSIOL : Avec ou sans enfant (Gros Textes)

Jean-Marie de CROZALS (avec Sylvie Fabre G) : Aimantation de la voie ( Les Lieux Dits, collection Duo)

Présentation de la collection fibre.s (éditions La Tête à l’envers), par Noée MAIRE et Vincent ALVERNHE ; lectures.

 

Lectures des derniers ouvrages de Michaël GLUCK par David LEON:

Une motte de terre  (avec Jean-Pierre Chambon) (éd. Méridianes)

d'Oeil   avec des gravures de Marc Granier   (éditions les Monteils)

Le présent est le temps du poème (Potentille)

 

Avec la participation des éditions de la Margeride

 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

[vient de paraître] Stéphane Barsacq, 'Météores', éditions de Corlevour

[vient de paraître] Stéphane Barsacq, 'Météores', éditions de Corlevour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Revue Nunc, éditions de Corlevour

 

https://editions-corlevour.com/produit/metoeores/

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Lydia Padellec | Dans la nuit profonde du jour  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Lydia Padellec | Dans la nuit profonde du jour  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

DANS LA NUIT PROFONDE DU JOUR
(extrait)
 
Lydia Padellec, « I. Dans la nuit profonde du jour », Cicatrice de l’Avant-jour, éditions Al Manar, Collection Poésie, 2018, pp. 18-20. Gravures de Marie Alloy.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Gabriele Galloni | [È in questa vita un’altra vita nuova]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour

Gabriele Galloni | [È in questa vita un’altra vita nuova]  #TdF #Anthologie_Poésie_d_un_jour | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

 

[È IN QUESTA VITA UN’ALTRA VITA NUOVA] 
Gabriele Galloni, L’estate del mondo, Marco Saya, 2019.
 

 

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

Raúl Zurita Canessa, ganador del premio Reina Sofía de Poesía Iberoamericana 2020 

Raúl Zurita Canessa, ganador del premio Reina Sofía de Poesía Iberoamericana 2020  | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

El chileno Raúl Zurita Canessa fue galardonado con el XXIX Premio Reina Sofía de Poesía Iberoamericana, el más importante reconocimiento de poesía en español y portugués, según el fallo del jurado hecho público este martes, que destacó su ejemplo poético de "sobreponerse al dolor".

No comment yet.
Scooped by Angèle Paoli | TdF Actu
Scoop.it!

"CRA – 115 propos d’hommes séquestrés" (éditions des Lisières) de Mathieu Gabard, Prix René Leynaud 2020 

"CRA – 115 propos d’hommes séquestrés" (éditions des Lisières) de Mathieu Gabard, Prix René Leynaud 2020  | TdF  |   Poésie contemporaine | Scoop.it

Le jury du Prix René Leynaud a attribué son septième prix à Mathieu Gabard pour son livre paru en novembre dernier aux éditions des Lisières.

La remise officielle du Prix, suivie d'une rencontre avec l'auteur, aura lieu samedi 7 novembre à 11h à la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu, dans le cadre du Festival Parole ambulante.


Le Prix René-Leynaud a été créé en 2014, à l’occasion du 70e anniversaire de la Libération de la France et du 70e anniversaire de la mort du poète, exécuté par les nazis pour actes de résistance, quelques mois seulement avant la Libération de Lyon.

le Prix René-Leynaud, organisé par l'Espace Pandora et la Bibliothèque municipale de Lyon, avec le concours de la Direction régionale des affaires culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes, a pour objectif de faciliter la promotion et la diffusion d’un ouvrage qui semble « nécessaire au jour blessé d’aujourd’hui » et de soutenir la création poétique francophone contemporaine, sous toutes ses formes.

No comment yet.