(Occitanie) Les micro-ARN, alternative sérieuse aux engrais chimiques et aux pesticides | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

La start-up toulousaine Micropep Technologies annonce avoir levé 4 millions d’euros auprès d’investisseurs pour développer une méthode innovante de soins des plantes cultivées. Une révolution agronomique est peut-être en marche.

Ce qu'on pensait inutile pourrait malgré tout servir et même avoir un rôle extrêmement positif. C'est la découverte effectuée par le Laboratoire de recherche en sciences végétales (LRSV, unité mixte CNRS/Université de Toulouse) sur le rôle des microARNs publiée dans Nature en 2015.


Présents dans les cellules de la plupart des êtres vivants, les microARNs produisent, au moins chez les plantes, des peptides naturels qui permettent de réguler temporairement l'expression de gènes d'intérêt pouvant agir par exemple sur la germination, la floraison, la fructification, mais aussi sur les défenses contre les attaques de pathogènes. 


L'idée devient évidente : développer une nouvelle génération d'intrants biologiques à partir de ces miPEPs pour diminuer l'utilisation des produits chimiques traditionnellement utilisés en agriculture. C'est devenu l'objectif de Micropep Technologie, la société créée en avril 2016 par Thomas Laurent et les deux principaux chercheurs à l'origine de la découverte, Jean-Philippe Combier et Dominique Lauressergues, avec l'aide de la SATT Toulouse Tech Transfer.


La production des peptides peut s’effectuer soit par voie synthétique par imitation de la molécule, soit par voie biologique en induisant sa fabrication par des bactéries. Les sociétés de capital-risque ne s’y sont pas trompées : 4 millions d’euros ne seront pas de trop, mais le jeu en vaut la chandelle.


Via Isabelle Pélissié