GMOs, NBT & Sustainable agriculture
13.7K views | +0 today
Follow
GMOs, NBT & Sustainable agriculture
Site with information in English and French, used for teaching and educational purposes. Information about sustainable development, mainly related to agriculture, as well as assessment of [CO2] and climate change impact on plants;  or methods to decrease the use or the amount of  pesticides will be included on this site. Because biotechnologies are a part of the answer to these agricultural challenges, information about GMOs will be largely reported here.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Christophe Jacquet from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Claude Grison, une révolution verte dans la chimie

Claude Grison, une révolution verte dans la chimie | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it
Portrait de Claude Grison, une scientifique du CNRS qui utilise les plantes pour dépolluer les sols d’anciens sites miniers.

 

Chimiste de formation, Claude Grison s’est intéressée un peu par hasard à l’écologie, quand des étudiants de l’université Montpellier 2, où elle enseigne, sont venus la consulter sur une problématique inédite : pourrait-on réparer les dégâts causés par l’homme sur des sites miniers grâce aux plantes ? « En me penchant sur cette question, j’ai découvert que certaines espèces végétales sont capables de supporter la pollution, par exemple sur des sites miniers. Non seulement elles résistent à la toxicité du sol, mais elles sont capables d’en extraire les éléments métalliques et de les stocker dans leurs feuilles.  C’est ce qu’on appelle la phytoextraction, un phénomène 100 % naturel », nous explique-t-elle.

Convaincue que ces plantes « métallivores » peuvent jouer un rôle clé dans la décontamination des sols pollués, Claude Grison persévère, motivée par un double constat. « À l’heure actuelle, il n’existe aucune solution écologique pour dépolluer des sites contaminés par les opérations minières. Par ailleurs, les ressources métalliques sont limitées et finiront un jour par s’épuiser. Or, elles sont indispensables à l’industrie chimique qui s’en sert comme catalyseurs, pour synthétiser des médicaments par exemple. ». La scientifique pressent qu’un cercle vertueux peut se mettre en place et elle décide de prouver que la phytoextraction a une valeur économique en plus de son potentiel écologique....


Via Isabelle Pélissié
No comment yet.
Rescooped by Christophe Jacquet from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Pierre Fabre associé à la création du cluster chimie verte de Midi-Pyrénées | Pierre Fabre

Pierre Fabre associé à la création du cluster chimie verte de Midi-Pyrénées | Pierre Fabre | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

Les Laboratoires Pierre en tant qu’industriel co-fondateur du cluster mettent en place de nombreuses actions répondant à un ou plusieurs principes de la chimie verte, notamment sur le site de production d'actifs de Gaillac. Depuis la création de ce site de production en 1976, les principes de cette chimie « durable » sont systématiquement appliqués pour toutes les activités chimiques et mis en œuvre de la conception au procédé industriel final.


Via Isabelle Pélissié
No comment yet.
Rescooped by Christophe Jacquet from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

Paul Colonna - Atouts et limites de la chimie verte - YouTube

Paul Colonna a été Professeur titulaire de la Chaire annuelle de Développement durable-Environnement, énergie et société (2011-2012). Pour plus d'information...

Via clusterchimieverte, Isabelle Pélissié
No comment yet.
Rescooped by Christophe Jacquet from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

La chimie verte évoquée dans les vœux du président Hollande

La chimie verte évoquée dans les vœux du président Hollande | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

La chimie du végétal va-t-elle devenir une priorité nationale ? C’est ce qu’a laissé entendre le président de la République dans la présentation de ses vœux aux français le 31 décembre dernier. Evoquant les atouts de la France pour réussir « Nous sommes un pays d’invention, d’innovation, de création, dans tous les domaines », il a tout d’abord cité « cette magnifique prouesse qu’a été la mise au point d’un coeur artificiel ». Actualité oblige ! Mais très vite, le président a mis en exergue trois autres domaines, dont « l’agriculture, avec la chimie verte ». A priori ce secteur a été retenu pour sa capacité à rayonner à l’international (tout comme le cœur artificiel), et à apporter des débouchés industriels et de la création d’emploi dans les dix prochaines années.

On conçoit que cette déclaration ait pu fâcher des poids lourds de notre économie comme la chimie traditionnelle ou la pharmacie. Ces industries n’ont pas été citées dans les vœux du président alors que leur contribution à l’économie du pays et à sa balance commerciale reste sans comme mesure avec ce que pourra apporter la chimie du végétal. Mais ces industries plus matures stagnent sur le sol français alors que la chimie du végétal bondit.

Messages subliminaux

Par cette évocation de l’agriculture en relation avec la chimie, François Hollande a-t-il voulu aller plus loin ? Lui seul pourrait s’en expliquer, mais l’on peut y voire une marque de confiance dans la bioéconomie qui gagnera du terrain en dépit de la disponibilité de ressources fossiles toujours plus variées. Ou encore un avertissement aux ennemis d’une agriculture plus efficace et productive et aux détracteurs de technologies d’avenir comme la biotechnologie ou la biologie de synthèse : le gouvernement de la France ne sera pas de leur côté.

Quelle que soit la profondeur du message une chose est sûre, la chimie du végétal aura reçu des vœux appuyés du plus haut sommet de l’Etat. Et ce n’est pas une si mauvaise façon de débuter l’année.


Via Isabelle Pélissié
No comment yet.