GMOs, NBT & Sustainable agriculture
13.7K views | +0 today
Follow
GMOs, NBT & Sustainable agriculture
Site with information in English and French, used for teaching and educational purposes. Information about sustainable development, mainly related to agriculture, as well as assessment of [CO2] and climate change impact on plants;  or methods to decrease the use or the amount of  pesticides will be included on this site. Because biotechnologies are a part of the answer to these agricultural challenges, information about GMOs will be largely reported here.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Christophe Jacquet from Chimie verte et agroécologie
Scoop.it!

L’agriculture bio serait capable de nourrir la population mondiale

L’agriculture bio serait capable de nourrir la population mondiale | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

40 ans de recherches sur l’agriculture bio sont synthétisées dans un article paru la semaine dernière dans la revue Nature Plants. On apprend ainsi qu’elle pourrait subvenir aux besoins de toute la planète.


Via CIHEAM Secretariat, Centre de documentation UniLaSalle Rouen, Isabelle Pélissié
No comment yet.
Scooped by Christophe Jacquet
Scoop.it!

Les sciences en écologie et les pommes : une histoire de permaculture ! - Bioécologie

Les sciences en écologie et les pommes : une histoire de permaculture ! - Bioécologie | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

Les "Fermes Miracle" sont une propriété de 12 acres située dans l’ouest de la Montérégie, au Québec. La ferme était à l’origine un verger de pommiers commercial en monoculture, qui fut converti en production biologique à partir de 1993, et certifié bio à partir de 1996. Depuis 2007, une superficie de cinq acres a été convertie en un verger d’auto-cueillette inspiré des principes de la permaculture.

Le verger est établi selon un modèle qui favorise un maximum de diversité d’espèces de plantes, d’insectes et d’animaux, avec une attention particulière à la création d’habitats. Celà permet d’attirer une grande population de pollinisateurs et d’autres insectes bénéfiques, ainsi que des oiseaux, qui ensemble aident à contrôler les ravageurs. Cette approche contribue non seulement à augmenter le rendement, mais également à réduire la charge de travail d’entretien grâce aux services rendus par l’éco-système lui-même.

No comment yet.
Rescooped by Christophe Jacquet from EntomoNews
Scoop.it!

Des insectes plutôt que des OGM pour nourrir les animaux ?

Des insectes plutôt que des OGM pour nourrir les animaux ? | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it

Par Jean-Jacques Valette. We Demain, 16.02.2015. « L'Agence nationale de la recherche envisage de nourrir les élevages de poulets ou de poissons avec des farines d'insectes. Une alternative écologique au soja transgénique importé du Brésil, d'Argentine ou des États-Unis. »

 

« Avec 4,6 millions de tonnes par an, la France est aujourd’hui le plus gros importateur de soja en Europe. Cette céréale est essentielle pour fournir des protéines au bétail, notamment depuis l’interdiction de l'usage des farines animales. La France, qui ne produit que 3 % de sa consommation de soja, doit donc recourir au soja brésilien, majoritairement issu des OGM et dont la culture menace la forêt amazonienne. »
 
« En quête d'une alternative plus écologique, l’Agence nationale de la recherche (ANR) s’est tournée vers les… insectes. Ces petits invertébrés sont en effet bourrés de protéines et de lipides de qualité. Sobres et efficients, ils ne consomment qu'une protéine végétale pour produire une protéine animale, là où le soja nécessite d'importantes surfaces de terre et quantités d'eau. » 

 

[...]     

 


Via Bernadette Cassel
No comment yet.
Scooped by Christophe Jacquet
Scoop.it!

OGM : un casse-tête pour le gouvernement

OGM : un casse-tête pour le gouvernement | GMOs, NBT & Sustainable agriculture | Scoop.it
COURSE CONTRE LA MONTRE - La majorité promet de revenir à la charge malgré le vote surprise du Sénat, qui a retoqué une loi bannissant le maïs OGM.

 

L’info. "Détermination". Le mot est lâché, le gouvernement a réaffirmé mardi sa volonté d’interdire toute culture OGM sur le sol français. Un message qui fait suite au rejet surprise, lundi par le Sénat, d’une proposition de loi visant l'interdiction du maïs OGM. Suite à ce contretemps, les députés socialistes ont déposé mardi une proposition de loi identique pour qu'elle puisse être adoptée en avril, avant les semis. Et le gouvernement envisage, en attendant, de publier un arrêté.

 

 

Le contexte. Les OGM se retrouvent au cœur de l’actualité à double titre : la Commission européenne a annoncé le 11 février son intention d’autoriser la culture d’un nouvel OGM, le maïs TC1507 du groupe américain Pionner. Pour l’éviter, la France doit voter une loi précisant que sa culture est interdite en France. Sauf que la précédente loi anti-OGM a été retoquée par le Conseil d’Etat à l’été 2013 et que le nouveau texte qui devait le remplacer a été rejeté lundi soir par le Sénat, à deux voix près.

Le gouvernement déterminé. La majorité et les différents ministres ont promis mardi de se remettre à l’ouvrage pour adopter un nouveau texte. Le rejet par le Sénat "n'entame pas notre détermination à interdire les OGM en France", a martelé le ministre de l'Ecologie Philippe Martin. Rejoint quelques heures plus tard par le chef de file des députés PS Bruno Le Roux, qui a promis un nouveau texte d’ici avril.

 

Pour éviter que des agriculteurs profitent de ce laps de temps pour semer des OGM, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a promis un arrêté "d'ici la mi-mars". Une procédure plus rapide, mais contestable aux yeux de la députée européenne Corinne Lepage, auteur d'un rapport en 2011 sur l'autorisation des OGM : en l'état actuel de la réglementation européenne, sa "légalité est contestable".

L’auteur de la loi critique "l'incohérence" de l'UMP. L’adoption d’un nouveau texte interdisant la culture d’OGM devrait être une formalité puisque, sur le papier, la majorité de nos élus y sont opposés, quelle que soit leur orientation politique. Ce que n’a pas manqué de souligner le sénateur PS Alain Fauconnier, auteur du texte retoqué par les sénateurs.

Ce dernier est sorti de sa réserve mardi pour rappeler que la précédente majorité était opposée à toute culture OGM : "c'est sous l'impulsion de Michel Barnier et Bruno Le Maire (tous deux UMP), alors ministres de l'Agriculture du gouvernement Fillon, que la France a, en 2008, puis en 2012, adopté des arrêtés constitutifs d'un moratoire sur la culture de maïs génétiquement modifié". Hormis les élus radicaux, dont le sénateur raille la "duplicité", droite et gauche sont donc censés se retrouver autour d’une interdiction des OGM.

No comment yet.