La particule qui fait trembler notre connaissance de l’Univers | Nucléaire : la revue de presse | Scoop.it

Seules 5 % des matières qui composent l’Univers sont connues et étudiées par les scientifiques", explique le chercheur de l’Université d’Anvers Nick van Remortel depuis le centre de recherche nucléaire (SCK-CEN) de Mol, où il a rencontré vendredi quelques-uns des trente physiciens qui l’accompagnent sur le projet Solid. Une expérience lancée en 2013 par un consortium de scientifiques britanniques, belges et français, dont l’objectif est de détecter une nouvelle particule élémentaire. "Les 95 % qui restent relèvent de l’inconnu : de l’énergie et de la matière noire au sujet desquelles plusieurs théories existent, sans jamais avoir été démontrées scientifiquement."