L’air de Chine un peu moins irrespirable | Nucléaire : la revue de presse | Scoop.it
Se fondant sur des chiffres communiqués par le gouvernement chinois, Greenpeace vient d’annoncer que la qualité de l’air a connu, en 2014, une légère amélioration en Chine, tout en restant à des niveaux tout-à-fait excessifs et dangereux pour la santé. Collectant, jour après jour, les taux de pollution affichés par le ministère de l’Environnement, l’ONG constate ainsi que 71 des 74 villes suivies ont vu leur taux de microparticules diminuer sur un an.

A Pékin, par exemple, le taux moyen aurait diminué de 7,7%, pour s’établir à 83,2 microgrammes de particules fines par mètre cube. A Shanghai, le taux moyen fut de 52%, une baisse de 14%. Il faut toutefois rappeler que l’Organisation mondiale de la santé estime nécessaire de ne pas dépasser un taux de 25 microgrammes par mètre cube.