EDF veut remplacer « une bonne partie du parc actuel » par des EPR « plus compétitifs » | Nucléaire : la revue de presse | Scoop.it

« Nous avons travaillé depuis environ quatre ans à un concept d’EPR qui sera plus compétitif et plus rapide à construire que l’EPR actuel […] pour répondre aux besoins du pays à l’horizon 2030, 2040, 2050 », a déclaré hier Jean-Bernard Lévy sur BFM. « Il est clair qu’il faut avoir un marché domestique sur lequel s’appuyer pour exporter », a affirmé le P-DG d’EDF, estimant que son entreprise a « déjà démontré que Flamanville 3 fonctionne bien ». Interrogé sur la possible scission de l’entreprise, il a redit ne pas avoir été sollicité, mais a déclaré qu’il « ne faut rien exclure, dès lors que l’État souhaite ouvrir le jeu ».