Le Shift Project appelle les parlementaires à faire des choix cohérents et ambitieux ! | Nucléaire : la revue de presse | Scoop.it
Les sénateurs sont revenus sur la date de 2025, votée par les députés, à laquelle François Hollande a engagé la France à ramener la part du nucléaire à 50 % du mix électrique. Pour The Shift Project, il est indispensable que ce choix de sortie partielle du nucléaire – qui ne permet pas de baisser les émissions de gaz à effet de serre – soit étayé par une stratégie de transition énergétique globale à la fois cohérente et transparente vis-à-vis des Français et explicitée sur le plan des investissements à faire. En particulier, The Shift Project estime que le coût aussi bien économique qu’environnemental d’un déploiement massif des énergies renouvelables intermittentes est largement sous-estimé par les citoyens ainsi que les acteurs politiques. A cet égard, nous sommes favorables à l’amendement voté par les les sénateurs, précisant qu’une réduction de la part du nucléaire ne doit se faire que « sous réserve de préserver l’indépendance énergétique de la France » et « de ne pas conduire à une hausse des émissions de gaz à effet de serre ».