Climat : la Banque mondiale prône un monde zéro carbone | Nucléaire : la revue de presse | Scoop.it

« Comme le montrent les recherches scientifiques, il convient de restructurer l’économie mondiale si l’on veut réduire à zéro les émissions nettes [de gaz à effet de serre] avant la fin de ce siècle. » Ces propos tranchants ne détoneraient pas de la part d’une ONG préparant la Conférence de Paris sur le climat (COP21).


Prononcés par Rachel Kyte, vice-présidente du Groupe de la Banque mondiale, ils risquent en revanche de susciter un certain émoi. Ce sont pourtant les termes choisis par l’envoyée spéciale pour le changement climatique de l’institution internationale pour présenter, lundi 11 mai, le rapport « Decarbonizing development » (« décarboniser le développement ») sur les incidences entre le réchauffement de la planète et les politiques de développement.


La Banque mondiale n’en est pas à son coup d’essai. En 2012 déjà, elle publiait le premier volet d’une série de trois rapports intitulés « Turn down the heat »(« réduisons la chaleur ») sur les conséquences d’une hausse excessive du thermomètre d’ici à la fin du siècle. Dans la livraison du 11 mai, les auteurs vont plus loin et reprennent à leur compte la principale conclusion du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) : pour contenir la surchauffe planétaire sous le seuil des 2 °C, il faut, d’ici à 2100, atteindre le zéro carbone.