Newsletter navale
831.7K views | +21 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Les dispositifs équipant les navires marchands pour lutter contre la piraterie maritime

Les dispositifs équipant les navires marchands pour lutter contre la piraterie maritime | Newsletter navale | Scoop.it

Armed guards

Estimates from the Maritime Security Centre Horn of Africa indicate that approximately 80% of vessels transiting the piracy high-risk area used armed guards at the height of the attacks. In 2013, with the lower incidence of piracy, 35-40% of ships still used armed guards in transit.

The cost of a 3-4 man team is between $28,500 and $38,000, but the hefty bill is well worth it – seeing arms on board is a big deterrent,  this story by the Economist says, as pirates are playing it safe by first scouting for guards, whereas previously they indiscriminately opened fire to intimidate crews into submission.

Security installations on ships

If the pirates can’t board the ship, then they can’t hijack it. So piracy spurred a buzz of security innovations, which made it all but impossible for pirates to board the ships.

It started with good old barbed/ razor wire and electric fencing, but the inventions quickly got really interesting.

1. Water cannons/ ‘Anti-Piracy Curtain’

A system of high-powered streams of water that can be aimed at pirates trying to board a ship, or aimed at their boats, flooding and destabilising them.

In one version trademarked the ‘Anti-Piracy Curtain’, water hoses are dangled off the sides of the vessel, and when water is sprayed through the high-pressure nozzle, the hoses jerk wildly back and forth, packing enough force to seriously injure anyone in the way.

Some inventors were even mulling the idea to mix chilli oil into the water hoses for an added punch.

2. Long Range Acoustic Device (LRAD)/ ‘Sound Cannon’

Shaped like a big, round loudspeaker, the LRAD can emit painfully loud sound frequencies that are enough to disorientate any approaching pirates. But the real ingenuity is in the fact that the LRAD concentrates the sound waves into a narrow beam, making it easy to direct the sound at a specific target, much like using a spotlight. It means that the ship crew can direct the offensive sound at the pirates, and spare their own ears.  

3. Lasers

Another deterrent in use is a  laser beam capable of providing a visual warning to pirates at distance of over 2 km, and at shorter distances the glare is intense enough to temporarily blind attackers so that they are unable to target their weapons effectively.

4. Boat trap

Because most pirates approach a ship on motor-propelled boats, floating a net just under the water surface on the sides of the ship traps and disables the motorboat propeller.

5. Lubricant foam

Slippery foam or anti-traction material is a non-lethal substance which can be used to make the deck or sides of a ship slippery to avoid pirates from climbing it. The highly viscous substance substantially reduces traction of anything that comes in contact with it, making it difficult to walk or stand.

6. ‘Pain Ray’

The ‘Pain Ray’ - it’s official name is Active Denial System (ADS) - is a non-lethal weapon which transmits a narrow beam of electromagnetic energy to heat the skin without causing permanent damage. The wave penetrates beneath the skin which causes unbearable burning sensation, forcing pirates to run away or jump overboard.

7. ‘Guardian Anti-Piracy Barriers’

Perhaps the simplest and most ingenious invention is Guardian Anti-Piracy Barriers, a smooth, P-shaped casing of hard plastic that fits over the rail of any ship and prevents ladders and grappling hooks from getting a hold on the sides of the vessel.

It solves the fundamental problem of barbed/razor wire, which is its inherent danger to the crew itself – clothes get trapped in it and it’s easy to get nicked, and it’s cumbersome because has to be removed when the ship is entering port.

The inventors of barriers– a husband-and-wife duo from Britain –  called in the Royal Marines to test the  design, and after two hours of trying to latch on, the Marines gave up, and the design was declared a success.


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le consortium Autoprotection de Sagem lance BlueDome, un nouveau système non léthal anti-pirates à Euromaritime 2015

Le consortium Autoprotection de Sagem lance BlueDome, un nouveau système non léthal anti-pirates à Euromaritime 2015 | Newsletter navale | Scoop.it

The Autoprotection consortium, led by Sagem (Safran), unveiled BlueDome at the Euromaritime trade show and exhibition from February 3-5, 2015 in Paris. BlueDome is a complete, fully integrated system designed to protect commercial ships against piracy.

Autoprotection is a French consortium coordinated by Sagem and including major multinationals and specialized smaller businesses, all specialized in defense and security, and public entities: Amefo, Bureau Veritas, Eca Group, Ecole Nationale Supérieure Maritime, Lacroix, Sofresud, SeaOwl and Thales.
A graduated, non-lethal solution, BlueDome offers several successive barriers to protect ships during all attack phases. It includes the long-range detection of small craft, analysis of their behavior, identification using a day/night optronic turret, implementation of remote deterrents (light projectors, acoustic devices) and anti-boarding measures (water cannons, smoke grenades), as well as the ballistic protection of vulnerable areas and location of crew members.

BlueDome automatically analyzes the situation and manages all systems and devices. Using an intuitive, user-friendly interface, it allows the crew to monitor the situation and approve recommended actions from a tablet. BlueDome also supports the remote operation of sensors and effectors from a secure area on the bridge (citadel), or anywhere else on the ship.
The development of BlueDome was co-funded by ADEME (the French environment and energy management agency), within the scope of France’s Investment in the Future initiative. It is supported by the French Maritime Cluster and incorporates recommendations from France’s top maritime piracy experts.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Les sociétés de sécurité maritime sont contraintes à se diversifier en raison des évolutions récentes dans le domaine de la piraterie

Les sociétés de sécurité maritime sont contraintes à se diversifier en raison des évolutions récentes dans le domaine de la piraterie | Newsletter navale | Scoop.it

Cash-strapped maritime security firms are being forced to use fewer costly elite guards and to diversify into other businesses such as cyber security, as a steep decline in Somali pirate attacks and hotter competition erode fast-thinning margins.

Hundreds of security firms sprang up over the past seven years to offer protection to shipping companies, with scores of merchant vessels being boarded and sailors taken hostage in pirate raids off the coast of conflict-torn Somalia.

However, attacks in the Gulf of Aden and Indian Ocean have dropped from a peak of 237 in 2011 to just 10 in the first nine months of this year, the lowest since the piracy scourge began in 2008, according to the International Maritime Bureau.

The fall has been helped by using armed guards, deploying naval forces and defending ships with barbed wire or fire hoses.

The cost of using guards has also halved as the sector has become more competitive, which though good for ship owners is bad for security firms.

“Day rates for embarked teams are continuously being squeezed to rock bottom,” said retired rear admiral Vasilis Politis, managing director of Greek armed guard company Marine Security International.

The price for a security team to protect a ship has slumped from an average of $40,000 (£25,502) per voyage to around $18,000-$20,000, said Gerry Northwood, who previously commanded the British Royal Navy’s Counter Piracy Task Group which detained 13 Somalis after an attack on a tanker in 2012.

A typical team comprises three or four guards, working round the clock and armed with semi-automatic weapons to maximise fire power and rifles for accuracy and range.

Faced with a tougher operating environment, some firms have switched from using former U.S. and British marines and special forces to cheaper alternatives including guards from India, the Philippines and Estonia, said Ian May, Asia manager for Protection Vessels International.

Declining revenue has encouraged industry consolidation. Ambrey Risk, one of the biggest firms, bought the maritime security division of rival Drum Cussac this month, while Gulf of Aden Group Transits shut in July.

Peter Cook, chief executive of the Security Association for the Maritime Industry (SAMI), said its membership had fallen from a high of 180 companies in November 2012 to 140, and he anticipated further falls.

NEW BUSINESSES

Companies are trying to expand into new areas including cyber security for ships and the offshore industry, port security and training coast guards.

Some are also offering protection in areas where piracy has increased such as West Africa, with 23 attacks recorded up to September this year, and Asia, where almost 100 attacks were reported in the waters off Singapore, Indonesia and Malaysia.

However, restrictions on privately contracted armed guards in West Africa and the low level of violence normally used in attacks in Southeast Asia mean firms cannot necessarily replicate their Indian Ocean operations, said Mark Thomas, Asia Pacific business development manager at Dryad Maritime in Singapore.

Despite the drop in attacks, the Gulf of Aden still remains vital for the security business, with a fifth of global trade passing through it and at least 40 per cent of ships transiting the area had armed guards in July, according to SAMI.

Former British naval captain Northwood, who is chief operating officer at Maritime Asset Security and Training, said there were still probably two or three cases of Somali pirate boats probing the defences of ships a month.

For now, naval patrols are set to continue. The European Union expects to extend its anti-piracy operations for another year and NATO is extending its to the end of 2016.

“If companies stop using armed guards and the naval presence disappears then we would not have to wait for too long for another wave of successful attacks,” said Madis Madalik, chief operating officer of Estonian-based ESC Global Security.
Source: Reuters (Editing by Henning Gloystein and Ed Davies)

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le 1er Salon International de l'Aérosurveillance Maritime aura lieu au Castellet (Var) les 9 et 10 décembre

Le 1er Salon International de l'Aérosurveillance Maritime aura lieu au Castellet (Var) les 9 et 10 décembre | Newsletter navale | Scoop.it

Le cluster EDEN PACA, les pôles de compétitivité Pégase, Optitec et Risques, l’Aéroport International du Castellet, organisent ensemble les 9 et 10 décembre 2014 le 1er Salon International de l’Aérosurveillance Maritime (SIAM), sur le site de l'Aéroport.

Ce salon bénéficie du haut patronage du Délégué Général pour l’Armement. Il a obtenu le soutien de la région PACA, des chambres de commerce et d’Industrie Provence Alpes et Côte d’Azur et du Var. Il rassemblera de multiples grands donneurs d’ordres et PME ainsi que des clients finaux français et étrangers autour d'une filière technologique d’excellence, avec des marchés militaires et civils importants et à fort potentiel de croissance. Neuf PME membres du cluster EDEN, plus particulièrement d'EDEN PACA, seront exposantes.

Des conférences ainsi qu’une zone d’exposition statique et de démonstrations dynamiques illustreront des thèmes tels que :

- sûreté maritime et menaces asymétriques,

- sécurité des installations (oil and gaz),

- lutte contre les trafics (narco, armement …),

- sécurité environnementale.

Chiffres clés de l’aérosurveillance maritime

  • Surface mers et océans sous responsabilité européenne : 25 millions de km2 dont 12 millions de km2 pour la seule France.
  • CA mondial aérosurveillance maritime : 800 millions d'euros (équipements + services dont formations)
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Les Russes recherchent aussi…au large des côtes suédoises avec un navire d'exploration sous-marine

Les Russes recherchent aussi…au large des côtes suédoises avec un navire d'exploration sous-marine | Newsletter navale | Scoop.it

Après avoir nié la présence d’un sous-marin en perdition au large des côtes suédoises, Moscou a dépêché un bateau d’exploration des fonds marins, le “Professor Logachev”, qui emporte avec lui un mini sous-marin de sauvetage. Particulièrement préoccupé, le Kremlin aurait envoyé à son bord un émissaire du premier cercle pour superviser les opérations.
La présence — jugée ‘‘très probable’’ par le CEMA suédois — d’un submersible “indéterminé”, à 40 km du centre de Stockholm, a relancé le débat sur l’insuffisance de moyens accordés à la Défense. Le projet de budget 2015 ne contiendra pas d’annonces majeures dans le domaine, mais il est probable que cette nouvelle intrusion ait des conséquences. Car elle a mis en lumière les déficiences de la défense suédoise en termes d’équipements.
Le royaume ne dispose plus d’hélicoptères équipés pour une chasse au sous-marin. «Les appareils qui participent aux opérations de recherche (depuis le 17 octobre) sont prévus pour le transport de troupes, alors qu’il faudrait des hélicoptères équipés d’hydrophones et autres équipements de détection», note un expert de l’Ecole militaire suédoise. La dizaine d’appareils spécialisés dont le pays était équipé, des Boeing Vertol 107, ont été remisés ou vendus en 2011. La livraison de leurs successeurs avait déjà pris du retard et, depuis, les choses ne se sont pas arrangées : ce n’est que vers 2020 que la flottille de NH90 commandés (en 2001) à NHIndustries sera opérationnelle. Sur 18 unités, cinq seront dédiées à la recherche de sous-marin. Ce retard s’explique, en partie, par une modification de la hauteur de la cabine demandée par Stockholm.
Alors que la plus grosse opération suédoise de recherche de sous-marin depuis la Guerre froide se déroulait, des experts pointaient d’autres déficiences. L’artillerie côtière a été démantelée en 2000 et le régiment amphibie qui l’a remplacée a vu ses moyens réduits. «Or il est important de pouvoir être flexible et de pouvoir prendre pied sur les îles pour faire face aux forces spéciales susceptibles d’être débarquées par des sous-marins ennemis», constate un autre expert.

Patrick H. 's insight:

Cette annonce est en fait un peu datée et pas forcément crédible. Le Professor Logachev étant actuellement dans le canal de Kiel avec comme destination probable Las Palmas :

http://www.vesselfinder.com/?mmsi=273456410


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Colombie: démantèlement d'une bande de narcos fabriquant des sous-marins

Colombie: démantèlement d'une bande de narcos fabriquant des sous-marins | Newsletter navale | Scoop.it

BOGOTA, 31 juillet 2014 (AFP) - La police colombienne a démantelé une bande de narco-trafiquants qui fabriquait des sous-marins de poche afin d'acheminer de la cocaïne vers les Etats-Unis et l'Europe, ont annoncé jeudi les autorités.

Après deux ans d'enquête, les principaux membres de ce réseau criminel, qui font l'objet d'une demande d'extradition par la justice américaine, ont été arrêtés, dont le cerveau, Alexander Giraldo Santa alias l'"Ingénieur", selon un communique de la police.
Placé en détention à Cali (sud-ouest), M. Giraldo Santa, qui possédait plusieurs laveries automobiles comme couverture, concevait depuis 2011 ces sous-marins en fibre de verre.
D'une capacité de quatre personnes et doté d'une autonomie de 48 heures, ces navires semi-submersibles pouvaient transporter plus de sept tonnes de drogue. Ils partaient généralement du Golfe d'Uraba, dans la mer des Caraïbes, à la frontière entre le Panama et la Colombie.
En deux ans, trois de ces sous-marins ont été interceptés par les autorités qui ont saisi une quantité de 22 tonnes de cocaïne.
La Colombie est considérée comme l'un des principaux producteurs de cocaïne au monde avec une production annuelle de 290 tonnes en 2013, selon le dernier rapport des Nations unies sur les drogues.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le déploiement en fin 2014 à Singapour de l'USS Fort Worth (LCS-3) pourrait être orienté sur la lutte anti-piraterie

Le déploiement en fin 2014 à Singapour de l'USS Fort Worth (LCS-3) pourrait être orienté sur la lutte anti-piraterie | Newsletter navale | Scoop.it

USS Fort Worth (foreground) is expected to deploy in Singapore by late 2014. (Lockheed Martin)

The US Navy's (USN's) planned deployment of the Littoral Combat Ship USS Fort Worth (LCS 3) to Singapore may see the vessel tasked with tackling rising maritime piracy in the region, the commanding officer of sister ship USS Independence (LCS 2) told IHS Jane's during the Rim of the Pacific ('RIMPAC') international naval exercise.

Commander Joe Gagliano was responding to questions on the roles that Fort Worth might take on during its maiden deployment to the Southeast Asian region. "The modular nature of LCS 3 allows it to be configured for anti-surface warfare (ASuW) missions such as maritime piracy. It is fast enough for sea interdictions and can embark a helicopter to assist in counter-piracy missions", said Cdr Gagliano.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Recherche du Boeing du MH370 : des appels d’offres en cours pour acquérir de nouveaux moyens de recherche

Recherche du Boeing du MH370 : des appels d’offres en cours pour acquérir de nouveaux moyens de recherche | Newsletter navale | Scoop.it

L’Ocean Shield australien, après ravitaillement dans le port de Perth, a appareillé le 10 mai pour reprendre les recherches du Boeing 777 du vol MH370, qui disparu le 8 mars avec 239 passagers à son bord, en majorité de nationalité chinoise. Il avait commencé ses interventions sur zone le 31 mars.

L’Ocean Shield va mettre en œuvre son Rov Bluefin-21, capable de plonger à 4 500 mètres, déjà à l’œuvre après l’abandon des recherches par avion et navires à la mi-avril. Immergé dans la zone située à 2 200 km au nord-ouest de Perth, où une détection au sonar avait été obtenue le 5 avril à l’aide d’une sonde américaine, il n’est pas parvenu jusqu’à présent à localiser les boîtes noires du Boeing.

Des recherches plus intenses devraient débuter dans les semaines à venir, car l’Australie, la Malaisie et la Chine ont lancé des appels d’offres pour se doter d’outils d’exploration plus sophistiqués.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Recherches du vol MH370 : encore 5 à 7 jours pour scanner la zone avec le véhicule sous-marin Bluefin-21

Recherches du vol MH370 : encore 5 à 7 jours pour scanner la zone avec le véhicule sous-marin Bluefin-21 | Newsletter navale | Scoop.it

Australian officials supervising the search for the missing Malaysia Airlines flight have said that an underwater search for the black box recorder based on "pings" possibly from the device could be completed in five to seven days.

It comes as search teams say the submarine currently scanning the ocean floor remains "the best lead" in finding the plane.

The US Navy-operated Bluefin-21 autonomous underwater vehicle (AUV) has now covered an area of 82 square miles (133 sq km) and has completed six missions.

But its sonar scanners have detected nothing, Sky News understands.

After nearly six weeks without any sign of the plane, the current underwater search has been narrowed to a circular 6.2-mile (10km) area around the location where one of the pings thought to come from the missing flight's black box was detected earlier this month.

The submersible is likely to take up to a week to cover the refined search area.

The Bluefin-21 has now started its seventh descent to the bottom of the Indian Ocean.

It takes two hours for the unmanned submersible to travel more than 4,500m to the seabed where it spends 16 hours at a time using sonar scanners to map the ocean floor. Data is then downloaded at the surface.

No sign of the plane has been picked up, said search officials based in Perth, Australia.

"Overnight, Bluefin-21 AUV completed mission six in the underwater search area. Data from the sixth mission is currently under analysis. No contacts of interest have been found to date," said an official.

"This is the best lead we have in the search for missing flight MH370."

Hishammuddin Hussein, acting Malaysia Transport Minister, told a news conference on Saturday: "The immediate search area that the Bluefin-21 is scouring should be completed within the next week.

"All efforts will be intensified in the next few days in regards to the search."

The underwater hunt is complicated by the depth of the largely unexplored sea floor. The US Navy's unmanned sub has already gone beyond its recommended limit of 4,500 meters (15,000 feet).

Malaysia flight MH370 took off from Kuala Lumpur on March 8 bound for Beijing. But an hour into the flight it disappeared from radar. There were 239 people on board, mostly Chinese citizens.

Some families of those on board refuse to believe the aircraft crashed into the sea and have instead denounced the search effort as a cover-up.

Up to 11 military aircraft and 12 ships are assisting the search over the long Easter bank holiday weekend. The total search area is 31,000 square miles (50,200 sq km), across three areas.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Vol MH370 : les balises sont détectées (le Marin)

Vol MH370 : les balises sont détectées (le Marin) | Newsletter navale | Scoop.it

Source "Le Marin" :


Les vendredi 4 et samedi 5 avril, le navire garde-côte chinois, l’Haixun 01, a annoncé avoir détecté, sans les enregistrer, des signaux émis à 37,5 khz, soit la fréquence des balises de boîtes noires. Après cette annonce, les zones de recherches se sont déplacées, et le navire hydrographique
anglais HMS Echo a viré vers cette zone. Depuis, plus aucun signal n’a été perçu : info ou intox ?
Or, ce même 5 avril, à 600 km plus au nord-est, l’ADV Ocean Shield, de la marine australienne, a détecté et enregistré un signal. Selon le coordinateur des recherches, Angus Houston, il s’agirait bien de celui d’une boîte noire. Aucun signal n’a été entendu les dimanche et lundi, laissant craindre que les batteries des balises (30 à 36 jours de charge) soient épuisées. Dans un crash survenu 31 jours auparavant, chaque minute compte.
Enfin, le mardi 8 avril, deux signaux de cinq puis de sept minutes ont été enregistrés par l’Ocean Shield. La balise serait située entre 4 000 et 5 000 mètresde fond.
Le mercredi 9 avril, d’autres signaux ont encore été entendus. La propagation des signaux acoustiques varie selon la température, la profondeur et la salinité de l’eau. Un son peut même être bloqué par une ou plusieurs couches de température d’eau différente. On utilise donc des sonars immergés pour passer ces couches, nommées thermoclines.
Le sonar passif TPL 25 de l’Ocean Shield est un sonar immergé remorqué américain, fabriqué par Dunkane Seacom, pour localiser spécifiquement une balise de boîte noire.
Selon Angus Houston, les recherches se concentrent sur « une petite zone étroite ». L’homme « espère que dans quelques jours nous trouverons quelque chose sur le fond qui confirme qu’il s’agit de la destination finale du MH370. Nous cherchons au bon endroit mais il nous faut encore identifier l’avion visuellement ». Dès que la zone du crash sera définie, il sera possible d’envoyer des robots sous-marins comme le Bluefin-21 (à bord de l’Ocean Shield). Ces robots infirmeront ou confirmeront la présence de l’épave du Boeing 777. La lente remontée des débris commencera et l’enquête prendra un nouveau tour.


Pascal FRANCQUEVILLE

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Vol MH370 : 254 000 km² à sonder

Vol MH370 : 254 000 km² à sonder | Newsletter navale | Scoop.it

Source : Le Marin


Depuis trois semaines, les recherches des débris du vol MH370 se soldent par des échecs. Le coordinateur australien, l’Air Chief Marshal Angus Houston a déclaré, le mardi 1er avril, qu’il s’agissait « d’un challenge jamais vu ». En effet, tous les débris flottants détectés par les satellites et avions ne seraient pas ceux du Boeing 777 de la Malaysia Airlines.
Les zones de recherches ont donc été modifiées le 1er avril, à 2 000 km environ des côtes à l’ouest de l’Australie dans des conditions météorologiques très mauvaises. Cet éloignement pose aussi de nombreux problèmes logistiques aux unités navales et limite drastiquement le temps de recherche sur zone des avions militaires (cinq P3, deux C130, un P8, un Il-76 et un G5) et du seul avion civil.
Si la composante aérienne reste stable, les navires (huit chinois, trois australiens et un submersible anglais) recherchent actuellement les débris dans une zone de 254 000 km². Ils doivent recevoir des renforts.
Le sous-marin nucléaire d’attaque anglais HMS Tireless est arrivé sur zone le 2 avril et scrute la mer avec ses sonars passifs à l’écoute des balises boîtes noires.
Le 3 avril, devait arriver le navire malaysien KD Lekiu et surtout de l’ADV australien Ocean Shield, mis en service en 2012 et équipé du fameux sonar remorqué américain TPL-25 capable de détecter, à quelques kilomètres, les balises des boîtes noires.
L’Ocean Shield (ex-Skadi Bergen) est un navire auxiliaire de la marine australienne de 6 500 tonnes, équipé du drone sous-marin Bluefin 21. Malgré son immatriculation militaire, son équipage est civil. Il a été fabriqué par STX OSV et acheté en 2012 pour répondre spécifiquement à des situations de catastrophe et à des urgences humanitaires. La recherche des boîtes noires du vol MH370 est sa première mission majeure.

Pascal FRANCQUEVILLE

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le SNA britannique HMS Tireless va tenter de retrouver le signal des boîtes noires du MH370

Le SNA britannique HMS Tireless va tenter de retrouver le signal des boîtes noires du MH370 | Newsletter navale | Scoop.it

Un sous-marin de la Marine royale britannique HMS Tireless s'est rendu dans le sud de l'Océan indien afin d'assister aux recherches du vol MH370 de Malaysia Airlines, disparu le 8 mars, a annoncé le ministère de la Défense britannique mardi.

Avec ses capacités avancées de recherches sous-marines, le HMS Tireless, sous-marin de la classe Trafalgar, pourra contribuer aux tentatives de localisation de l'avion disparu, selon le ministère de la Défense.

La Grande-Bretagne reste en contact étroit avec les autorités de Malaisie depuis la disparition de l'avion, lui fournissant une grande variété de services de soutien, d'après le ministère.

Par ailleurs, le HMS Echo, un navire de garde côtière de la Marine royale britannique, est également attendu dans le sud de l'Océan indien afin d'assister aux recherches du transpondeur sur la boîte noire, d'après le ministère.

Le navire devrait "jouer un rôle important" dans la recherche des débris à la surface de la mer et ses capacités avancées d'évaluations environnementales aideront à optimiser les opérations de recherche, a expliqué le ministère.

Le gouvernement britannique devrait fournir une assistance technique et des compétences de spécialistes du ministère de la Défense, du bureau hydrographique, du département des Transports et du bureau météorologique, a-t-il ajouté.

Quatre membres du personnel de l'armée de l'air britannique en train de seconder les forces aériennes australiennes et néo-zélandaises sont également "activement impliqués" dans les opérations de recherches maritimes, selon le ministère.

Patrick H. 's insight:

A l'instar de ce qui avait été fait par l'Emeraude en 2009 pour le vol Rio-Paris AF447 :

http://www.franceinfo.fr/monde-ameriques-2010-05-06-af447-rio-paris-le-sous-marin-emeraude-localise-les-boites-noires-438496-14-16.html


En savoir plus sur les moyens mis en oeuvre :

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2594766/Royal-Navy-submarine-survey-ship-join-hunt-missing-Malaysian-Airlines-flight-MH370-Indian-Ocean.html


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

1ers exercices trilatéraux (Chine, Allemagne, France) de lutte anti-piraterie dans le Golfe d'Aden

1ers exercices trilatéraux (Chine, Allemagne, France) de lutte anti-piraterie dans le Golfe d'Aden | Newsletter navale | Scoop.it

Ships from China's People's Liberation Army Navy (PLAN) and the French and German navies conducted combined counter-piracy drills for the first time, in the Gulf of Aden on 20 March.

Chinese state media described the exercise as part of enhancing co-ordination and co-operation between China and European navies in supporting international maritime security.

The PLAN's vessels, from its 16th escort task force, were the Jiankai II (Type 054A)-class guided missile frigate Yancheng and the Fuchi (Type 903)-class replenishment oiler Tai Hu . The vessels were reported to be supplemented by a ship-borne helicopter and a number of special operations personnel.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La Marine israélienne installe des systèmes de détection sous-marine de nageurs AquaShield de DSIT sur ses côtes

La Marine israélienne installe des systèmes de détection sous-marine de nageurs AquaShield de DSIT sur ses côtes | Newsletter navale | Scoop.it

(JNS.org) During Operation Protective Edge last summer, a small force of Hamas naval commandos managed to approach the Israeli coast from the sea, undetected by military surveillance until the group reached the shore. That event, which was thwarted due to the alertness of an Israeli Navy spotter, is not expected to repeat itself because the Israeli Navy has installed the AquaShield Diver Detection Sonar system, which makes it possible to identify individual divers underwater from a far greater distance off the coast.

The navy has already installed the system—manufactured by DSIT Solutions—along the sea border with the Gaza Strip, and is in the process of installing it along Israel’s northern sea border, Israel Hayom reported. A senior navy officer said, “The chances of a diver infiltrating the system are zero. The system is proven and constitutes a sea barrier for Israel.”

AquaShield is built to detect divers and provide protection for vital infrastructure located at sea and on the coast, such as gas rigs and ports. During the Gaza war, the Israel Defense Forces was forced, for the first time, to contend with the threat posed by Hamas’s unit of underwater divers. One group managed to infiltrate Israel near Kibbutz Zikim, and was spotted and killed. Had the AquaShield system been deployed prior to Operation Protective Edge, the terrorists would likely have never reached the beach.

Patrick H. 's insight:

Le contrat d'acquisition de ces systèmes à DSIT avait été finalisé en septembre 2014 :

http://www.prnewswire.com/news-releases/navy-orders-dsits-aquashield-diver-detection-sonar-276455101.html

En savoir plus sur ce système :

http://www.naval-technology.com/products/aquashield-extended-range-er-sdv-diver-detection-sonar


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'observatoire de lutte contre la piraterie ReCAAP observe une hausse sensible des attaques de piraterie en Asie

L'observatoire de lutte contre la piraterie ReCAAP observe une hausse sensible des attaques de piraterie en Asie | Newsletter navale | Scoop.it

Asian anti-piracy and sea monitoring centre ReCAAP has reported 20 incidents of piracy and armed robbery against ships in November 2014: a gain on the 17 cases reported at the same time last year.

ReCAAP's monthly statistics indicate there were three reported robbery attempts and 17 completed robberies in November.

No Category 1 or very significant incident was reported in November 2014, and four cases of Category 2 or moderately significant incidents were fairly consistent throughout the past three years.

However, with six incidents, November did see a doubling from the same period last year in the number of Category 3 or less significant incidents. The seven reported petty thefts were the same as that of last November.

Meanwhile, 11 of the 20 incidents had occurred onboard ships under way in the Straits of Malacca and Singapore (SOMS) and South China Sea. The other incidents occurred onboard anchored or berthed vessels, with four cases in the South China Sea, two in Cochin and Sandheads anchorages in India, one in Chittagong port, Bangladesh, one in Samarinda anchorage, East Kalimantan, Indonesia, and one in Vung Tau, Vietnam.

The report also indicated that of the 10 incidents reported in the SOMS, four involved tugboat-towing barges, two tankers, one chemical tanker, one general cargo ship, one container ship, and one bulk carrier.

ReCAAP continues to advise vigilance, as in the case of the attempted robbery of Oriental Glory whose eagle-eyed crew sighted a suspicious boat and scuppered a boarding attempt by pirates.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'opération Atalante de l'Union Européenne contre la piraterie maritime en Océan Indien prolongée jusqu'en 2016

L'opération Atalante de l'Union Européenne contre la piraterie maritime en Océan Indien prolongée jusqu'en 2016 | Newsletter navale | Scoop.it

The Council has extended the EU’s counter-piracy Operation Atalanta by two more years, until 12 December 2016.

The Operation’s main focus is the protection of World Food Programme vessels delivering humanitarian aid to Somalia; and the deterrence, repression and disruption of piracy off the Somali coast. In addition, Operation Atalanta contributes to the monitoring of fishing activities off the coast of Somalia.

Despite the significant progress that has been achieved off the coast of Somalia since the operation was launched in 2008, it is widely recognised that the threat from piracy remains; the pirate business model is fractured but not broken. The Council has therefore added certain secondary tasks to the Operation’s mandate. EU Naval Force will now contribute, within existing means and capabilities, more widely to the EU’s comprehensive approach to Somalia, including in support of the EU Special Representative for the Horn of Africa. It will also be able to contribute to other relevant international community activities helping to address the root causes of piracy in Somalia.

In this respect, the operation could, for example, provide logistical support, expertise or training at sea for other EU actors, in particular the EU mission on regional maritime capacity building (EUCAP NESTOR). In addition, Operation Atalanta can also support the EU Training Mission (EUTM) Somalia.

EU High Representative for Foreign Affairs and Security Policy Federica Mogherini said:

EU Operation Atalanta has considerably helped in reducing piracy off the Somali coast. We must maintain the pressure on pirates to help ensuring security in the Horn of Africa. This is in our mutual interest.

The EU Naval Force will now also contribute to addressing the root causes of piracy.

The common costs of EU Naval Force for the two years 2015 and 2016 are estimated at €14.7 million. The operation is currently commanded by Major General Martin Smith MBE of the UK Royal Marines. Together with 21 EU member states, two non-EU countries currently contribute to Operation Atalanta.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Suède: fin de la chasse au mystérieux "bâtiment" entré dans les eaux territoriales

Suède: fin de la chasse au mystérieux "bâtiment" entré dans les eaux territoriales | Newsletter navale | Scoop.it

Stockholm - La Suède a mis fin vendredi aux recherches d'un sous-marin ou autre bâtiment "probablement étranger" qui s'est aventuré près de Stockholm, et que sa Marine a cherché en vain pendant une semaine.

Cette incursion dans les eaux suédoises devrait probablement rester un mystère, tout comme les autres, réelles et supposées, de sous-marins pendant la guerre froide, puisque la Marine a arrêté ses recherches. 

Après le déploiement spectaculaire de plus de 200 hommes, de bateaux furtifs, des dragueurs de mines, l'homme qui a commandé les opérations, le contre-amiral Anders Grenstad, semblait avoir peu de certitudes. 

"L'évaluation des forces armées est qu'à l'intérieur de l'archipel de Stockholm s'est produite une activité sous-marine probablement étrangère", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Stockholm. 

"Cela peut avoir été une petite embarcation", a-t-il ajouté, précisant qu'on pouvait exclure un "sous-marin conventionnel". 

"Nous estimons qu'il y en a eu au moins un [un bâtiment], au vu des images que nous regardons pour l'instant", a affirmé l'officier, soulignant que même le nombre n'était pas sûr. 

Toutes les "observations" de cette "activité sous-marine" sont venues de citoyens, tandis que les militaires n'ont rien vu. 

Les recherches ont été effectuées au plus près à une trentaine de kilomètres de Stockholm, capitale à l'est de laquelle se trouvent quelque 30.000 îles, îlots et récifs, dont une partie habités. Les endroits pour y cacher un sous-marin sont innombrables.

- Pas de preuve accusant la Russie - 

La Suède s'est passionnée pour cette affaire, qui rappelait les années 1980, où l'URSS était régulièrement soupçonnée d'aller explorer les environs de ses bases navales sur la mer Baltique. 

Tous les soupçons se sont encore tournés vers la Russie, sachant que la Baltique n'a pour riverains, outre elle et la Suède, que la Finlande, pays ami avec lequel la Suède a une coopération militaire étroite, et des membres de l'Otan (Danemark, Allemagne, Pologne, Lituanie, Lituanie et Estonie) qui n'auraient probablement pas laissé la Suède dans le flou aussi longtemps. 

Moscou est resté discret sur cette affaire. Lundi, une source au sein du ministère de la Défense citée par l'agence Interfax a estimé qu'il s'agissait d'un "sous-marin à propulsion diesel-électrique néerlandais Bruinvis qui effectuait la semaine dernière" des exercices près de Stockholm. 

Les Pays-Bas avaient aussitôt démenti, soulignant que le sous-marin en question avait quitté la zone depuis longtemps. 

Pour la Marine suédoise, il n'y a pas de preuve qu'une embarcation russe se cache derrière ce mystère. "Je ne veux pas commenter ce que dit la Russie, nous n'avons pointé du doigt aucune nation", a rappelé le contre-amiral. 

Le travail n'est pas fini. Les militaires continuent d'analyser les plus de 250 courriers électroniques et coups de téléphone reçu après l'appel à témoins. 

Vendredi, les forces armées ont décidé de conserver dans la zone de recherche de "plus petites unités terrestres avec des missions particulières", ont-elles indiqué dans un communiqué.

Mais "à 8 heures vendredi matin la majeure partie de l'opération marine de renseignement qui était en cours dans l'archipel de Stockholm depuis vendredi dernier a été arrêtée", ont-elles précisé. 

D'après la Marine, cette semaine de recherches aura coûté environ 20 millions de couronnes (2,2 millions d'euros). 

Pour les experts de la défense en Suède, l'affaire va obliger le gouvernement à revoir pas mal de ses conceptions. 

"Puisque l'environnement de la politique de sécurité a maintenant changé et que les menaces de +puissances étrangères+ deviennent plus importantes, il faut aussi une nouvelle vision et une planification militaire adéquate", a estimé Lars Nicander, de la Haute école de défense suédoise, dans une tribune publiée par le quotidien Svenska Dagbladet.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Un sous-marin conventionnel chinois classe Song en opération anti-pirates dans le Golfe d'Aden

Un sous-marin conventionnel chinois classe Song en opération anti-pirates dans le Golfe d'Aden | Newsletter navale | Scoop.it

China has sent a submarine to the Gulf of Aden to help in counter piracy operations — a first for the People’s Liberation Army Navy’s (PLAN) submarine fleet, according to the Chinese Ministry of National Defense. In a press briefing last week, ministry spokesman Col. Geng Yansheng confirmed a PLAN submarine was headed off the coast of Somalia to join a Chinese task force effort to piracy in the region.

News of the submarine emerged earlier this month when what appeared to be a Song-class diesel attack submarine (SSK) took on fuel and provisions in Sri Lanka from Sept. 7 to 14, raising questions if China was expanding submarine operations into the Indian Ocean.

“What needs to be pointed out is that it is a common practice for navies of all countries to have their submarines and ships replenished at certain intervals at ports,” Geng said.

A later statement from the ministry indicated the submarine was not part of a larger Chinese push into the Indian Ocean.

Still, the submarine’s presence has caused concern for India and other countries in the region wary of China expanding operations beyond the Western Pacific and the South China Sea.

China has spent considerable funds on infrastructure in ports like Sri Lanka’s Colombo and Pakistan in the Indian Ocean for years raising concerns of the Indian government.

“Chinese warships are deployed in the Indian Ocean Region and we are continuously monitoring them and see what is their deployment,” chief of the Indian Navy Adm. Robin Dhowan told reporters on Sept. 25.
“Along with it, our aircraft, submarines and warships are always deployed to face any challenge.”

India and China have also been at odds at the countries’ shared Himalayan land border.

Though China claims the visit by the attack boat was benign, the ambitious trek to the Gulf of Aden is a test of the logistics needed to operate its submarines further afield.

“The port call in Colombo highlights China’s need for logistics facilities for ships and submarines deployed along its sea lines of communications,” read a Tuesday analysis in Jane’s Defense Weekly.
The fact that the facilities used were at one of two ports developed by China in Sri Lanka, as it has also done in Pakistan and Myanmar, is likely to reinvigorate the debate about Chinese construction of maritime infrastructure in the [Indian Ocean Region.”

It’s unclear when the submarine — and its accompanying tender — will join the PLAN flotilla in the Gulf of Aden. However, the length of the journey from China’s submarine base on Hainan Island is about 5,500 nautical miles. For the 2,200-ton Song, that journey could take up to three weeks, according to Jane’s.

Submarines have been used previously in counter-piracy operations as primarily surveillance platforms.

Patrick H. 's insight:

Il s'agit très clairement d'une mission destinée à tester la capacité de la flotte sous-marine chinoise à opérer dans la sphère d'influence de l'Inde

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'US Navy et la NASA conduisent conjointement des essais en mer de recueil de la nouvelle capsule spatiale habitée

L'US Navy et la NASA conduisent conjointement des essais en mer de recueil de la nouvelle capsule spatiale habitée | Newsletter navale | Scoop.it

The U.S. Navy and NASA are currently conducting a second round of at sea testing on board USS Anchorage (LPD-23) to learn how to recover NASA’s newest manned spacecraft, service officials told USNI News on Monday.

Underway Recovery Test 2 (URT-2) will test how well a Navy amphibious warship can pull in the manned Lockheed Martin Orion capsule into its welldeck ahead of an unmanned splashdown later this year, according to NASA.

The concept — first tested last August pier side at Naval Station Norfolk, Va. — calls for sailors to meet the capsule in rigid hull inflatable boats after it splashes down. Drivers will check the capsule and lines to allow the ship to winch the capsule into the welldeck of a San Antonio-class amphib will be attached. Once the capsule is secured onto a special cradle, the ship will drain from the welldeck and recover the astronauts.

The last round of testing in February was interrupted before all of the goals could be met, according to NASA.

“During that first underway recovery test in February, dynamic conditions caused activities to conclude before all of the test objectives were met,” read a statement.
“Since then, the team has been working on concepts that would allow them to safely recover Orion despite such conditions.”

NASA is also currently evaluating modified equipment to the recovery regime ahead of an anticipated URT-3 in September.

“All of this testing ensures NASA can retrieve the Orion capsule safely because it helps the team understand how to adjust for various water conditions and contingency scenarios,” according to the space agency.

The testing will culminate in the recovery of an Orion capsule as part of Exploration Flight Test-1 (EFT-1) — originally set for September now planned for December.

In EFT-1, an unmanned Orion capsule will ride a Delta IV-Heavy rocket for its first out-of-atmosphere flight test. The altitude will be enough to simulate a full reentry from space.

The combination of the San Antonio-class’ AN/SPS-48 air-search radars and extensive medical facilities are ideal for the recovery mission, NASA officials told USNI News in 2013.

Before the era of the Space Shuttle, the Navy and NASA teamed to recover capsules from the Mercury to Apollo space programs.

The dramatic helicopter recoveries provided some of the most iconic earthbound images from the Space Race era.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Sauvetage en mer : le Royaume-Uni démuni faute d'avions de patrouille maritime

Sauvetage en mer : le Royaume-Uni démuni faute d'avions de patrouille maritime | Newsletter navale | Scoop.it

L'avion C-130 Hercules de la RAF, qui recherche les plaisanciers du "Cheeki Rafiki", ne dispose d'aucun équipement spécifique de recherche. (Photo : Wikipedia).

Faute d'avions de patrouille maritime, la Royal Air Force (RAF) en est réduite à rechercher des naufragés aux jumelles en plein Atlantique. C'est l'amer constat que font aujourd'hui les médias britanniques alors que l'on reste sans nouvelles des quatre plaisanciers de nationalité britannique du voilier Cheeki Rafiki, disparus depuis une semaine.

Le mercredi 21 mai, un avion C-130 Hercules de la RAF a bien été envoyé sur zone pour participer aux recherches. Mais cet avion de transport ne dispose d'aucun équipement spécialisé et son équipage sera forcé de regarder à travers les hublots avec de bonnes jumelles pour espérer localiser les naufragés. Autant dire que sa contribution sera très limitée.

Les Britanniques doivent donc compter sur les garde-côtes américains, qui disposent de capteurs sophistiqués sur leurs avions, et canadiens pour tenter de retrouver les plaisanciers. Les recherches se déroulent dans une zone de 10 000 kilomètres carrés situées entres les côtes américaines et les Açores.

Cette affaire rappelle que le Royaume-Uni s'est privé d'une capacité unique en mettant au rancard ses avions de patrouille maritime Nimrod en 2011. Récemment, des responsables de la RAF ont averti le gouvernement que le Royaume-Uni n'aurait pas les moyens aériens d'effectuer des recherches en mer si un accident comme celui du vol MH 370 de Malaysian Airlines devait survenir à proximité de ses côtes.

En 2010, le gouvernement britannique a pris la décision, pour des raisons budgétaires, d'interrompre le programme d’avions de patrouille maritime Nimrod MRA4. Ceux-ci devaient prendre le relais des Nimrod MR2, à bout de souffle après 40 ans de service. Le ministère de la Défense britannique a reporté à au moins l'année prochaine toute décision sur un remplacement de ces avions.

Dotés de moyens d’écoutes et de détection sophistiqués, le Nimrod jouait un rôle capital pour assurer la crédibilité de la dissuasion nucléaire en assurant la surveillance des approches maritimes lors des départs et des retours des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) britanniques. Mais il était également précieux pour les missions de sauvetage en mer.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Exercice OTAN de sauvetage de sous-marins Dynamic Monarch en Baltique avec le NSRS

Exercice OTAN de sauvetage de sous-marins Dynamic Monarch en Baltique avec le NSRS | Newsletter navale | Scoop.it

GDYNIA, Poland – Ships, submarines, aircraft, participating personnel and observers from 18 Allied and non-NATO nations are converging on Gdynia on the Baltic Sea for the NATO submarine rescue exercise DYNAMIC MONARCH 2014, which will run from May 12-23 in the waters off Gdynia. 

The world’s largest submarine rescue exercise, which occurs every three years, is designed to test international forces’ interoperability and ability to respond to submarines that have become disabled, anywhere in the world, utilizing the International Submarine Escape and Rescue Liaison Office (ISMERLO) and emergency response procedures and equipment. 

Given that worldwide more than 40 navies operate submarines, compatibility of equipment interfaces between vessels and standardization of procedures used in submarine rescue are critical to the successful and safe recovery of submarine personnel from a disabled submarine.

“These systems and processes are not exclusive to NATO and are designed to work with any submarine that meets the international rescue interface standards regardless of its nationality,” said Rear Admiral Robert Kamensky, Commander Submarines NATO (COMSUBNATO).  “The recurring participation of non-NATO nations in the MONARCH exercise series is proof of the success in establishing an internationally accepted rescue protocol.  Time to rescue is absolutely critical which means that international response is a much more practical solution if we are to be successful. This is a humanitarian mission at which we need to work together.”

During this year’s exercise, hosted by Poland, the three participating submarines will take turns settling on the bottom of the ocean to allow the NATO Submarine Rescue System (NSRS) to mate to its rescue hatch and test submarine rescue procedures. 

Submarine Rescue Systems are a crucial capability for most submarine-operating nations. They constitute a vital safety net against the risks faced by submariners and can save lives if the submarine should become disabled in recoverable water depths.

“These are complex systems operating in an unforgiving environment where there is no room for errors,” said Rear Admiral Kamensky. “This is why we need to train together to ensure our operators are at their very best.”

Patrick H. 's insight:

Cete exercice a finalement lieu sans la participation de la Russie prévue initialement :

http://www.levif.be/info/belga-generique/manoeuvres-navales-de-l-otan-dans-la-baltique-sans-la-russie/article-4000621602680.htm


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Recherches du vol MH370 : l'Australie envoie un véhicule autonome sous-marin (le Bluefin-21)

Recherches du vol MH370 : l'Australie envoie un véhicule autonome sous-marin (le Bluefin-21) | Newsletter navale | Scoop.it

L'Australie s'apprête à faire descendre un robot sous-marin à la recherche de l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars dans le sud de l'océan Indien, a-t-elle indiqué lundi, précisant qu'une nappe de carburant avait été détectée dans la zone de recherche.

Deux litres provenant de cette nappe ont été collectés et seront analysés, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs jours, a déclaré le coordinateur des recherches, Angus Houston, précisant que le carburant ne paraissait pas venir d'un bateau.

Le navire Ocean-Shield va cesser les opérations de détection des signaux émis par les boîtes noires lundi « et va déployer le véhicule autonome sous-marin Bluefin-21 dès que possible », a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

DÉTECTION SONAR ET CAMÉRA

Le dernier signal acoustique pouvant provenir des boîtes noires a été capté il y a six jours, a précisé le responsable. « Nous n'avons pas eu une seule détection en six jours et il est sans doute donc temps d'aller sous l'eau », a indiqué M. Houston. Les batteries des boîtes noires ayant désormais dépassé leur durée de vie, qui est en principe de trente jours, les équipes de recherches comptent désormais sur le sonar et les caméras du Bluefin-21 pour détecter les enregistreurs de vol.

Ce véhicule sous-marin, à la forme de torpille et long de 4,93 mètres, est utilisé pour les relevés de fonds marins, dans les opérations de recherche, de récupération d'épaves, en archéologie et en océanographie, ainsi que dans la détection de mines sous-marines.

Si son sonar capte un signal, le Bluefin-21 sera remonté à la surface, équipé d'une caméra et renvoyé au fond. Mais l'appareil ne peut pas être équipé à la fois d'un sonar et d'une caméra. Le robot pèse quelque 750 kg et peut rester sous l'eau pendant vingt heures mais il ne peut opérer que jusqu'à 4 500 mètres sous l'eau au maximum, la profondeur d'où provenaient les signaux détectés.

Malgré le repérage d'une nappe d'hydrocarbures dans la zone de recherche dimanche soir, Angus Houston s'est dit pessimiste sur la probabilité de retrouver des débris en train de flotter. « Les chances de récupérer du matériel flottant sont fortement diminuées et il conviendra de nous entretenir avec les partenaires de l'Australie dans la semaine pour décider de la suite des événements », a-t-il dit.


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le navire australien Ocean Shield aurait repéré les boîtes noires du MH370 par la perception de 2 signaux distincts

Le navire australien Ocean Shield aurait repéré les boîtes noires du MH370 par la perception de 2 signaux distincts | Newsletter navale | Scoop.it

Un mois tout juste après la disparition mystérieuse du vol MH370 de la Malaysia Airlines, les autorités impliquées dans les recherches de l’appareil pensent détenir, pour la première fois, une «piste encourageante» qui permettrait enfin de localiser les deux boîtes noires de l’épave de l’appareil et de peut-être comprendre la séquence ayant entraîné son crash si loin de son trajet initial. Ce matin, le responsable des opérations de recherches, l’ancien chef des armées australiennes Angus Houston, a révélé que le navire australien Ocean Shield avait perçu, dans la nuit de samedi à dimanche, pendant plusieurs heures, deux signaux distincts correspondant probablement aux deux boîtes noires du vol MH370. Ces émissions ont été d’abord repérées pendant 2h20 par la sonde américaine «traînée» dans l’eau par le bateau australien, qui effectuait un premier passage dans la zone, puis ensuite au cours d’une phase de 13 minutes.

Ces signaux ont été repérés sur la ligne exacte du trajet théorique effectué dans ses derniers heures de vol par l’avion de la Malaysian, a précisé le responsable. Jusqu’à présent, un seul et très bref «bip» avait été entendu par les radars du bateau chinois Haixun 01 à quelque 500 kilomètres au sud de l’endroit où patrouille actuellement Ocean Shield. Pour les experts, le repérage de deux émissions distinctes est crucial car il témoignerait de la présence, dans un même site sous-marin, des deux enregistreurs de l’avion.

Comme tous les appareils commerciaux, le MH370 était équipé d’un «DFDR» (Digital Flight Data Recorder), qui enregistre seconde par seconde tous les paramètres sur une durée de 25 heures de vol (vitesse, altitude, trajectoire, etc.) et d’un «CVR» (Cockpit Voice Recorder), qui enregistre, lui, les conversations, mais aussi tous les sons et annonces entendus dans la cabine de pilotage pendant les deux dernières heures de vol. Deux engins qui émettent, suite à leur immersion, des signaux à ultrason toutes les secondes pendant une durée d’au moins 30 jours.

Plusieurs jours encore pour localiser les épaves

Si les autorités australiennes semblent pour la première fois assez confiantes dans leur capacité à retrouver l’épave de l’avion, elles notent qu’il faudra encore plusieurs jours avant de localiser exactement les boîtes noires dans cette zone où la profondeur moyenne est de 4.500 mètres, ce qui correspond au maximum des capacités d’exploration de la sonde autonome utilisée par l’Ocean Shield. Le bateau, qui va être rejoint dans les prochaines heures par d’autres navires, doit quadriller la zone pour retrouver les «bips» et en déterminer rapidement la localisation exacte avant que les balises des boîtes noires ne cessent, faute de batterie, d’émettre leurs signaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Vol MH370 de Malaysia Airlines : un navire australien appareille avec un détecteur de boîtes noires

Vol MH370 de Malaysia Airlines : un navire australien appareille avec un détecteur de boîtes noires | Newsletter navale | Scoop.it

Un bâtiment de la marine australienne, l'Ocean Shield, a quitté Perth (ouest de l'Australie), le lundi 31 mars dans la soirée, pour tenter de capter les émissions acoustiques des boîtes noires du Boeing de Malaysia Airlines, qui a disparu dans l'océan Indien. Il emporte à son bord une sonde remorquée de 35 kilos (Towed Pinger Locator).

Le navire devrait mettre jusqu'à trois jours pour atteindre la zone où ont été repérés de possibles débris de l'avion, soit quasiment à expiration de la durée théorique (30 jours) d'émission des boîtes noires du Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars avec 239 personnes à bord.

"Il nous reste environ une semaine, mais la durée de vie de la batterie (des boîtes noires) dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression", a souligné le ministre australien de la Défense, David Johnston.

Les chances de retrouver les boîtes noires apparaissent assez faibles d'autant que les recherches s'étendent sur une zone de 319 000 km2 (plus de la moitié de la France métropolitaine). Et même si un périmètre plus réduit est établi, il s'agira d'une course contre la montre, le sonar américain devant être tracté à 5 km/h pour qu'il puisse détecter des signaux.
D'autre part, aucun élément matériel n'a encore été identifié comme provenant du Boeing, plus de trois semaines après sa disparition, malgré l'ampleur des moyens engagés. Des objets flottants récupérés ces derniers jours dans les zones ciblées se sont révélés être du matériel de pêche ou de simples déchets.

L'Ocean Shield est un navire de type Offshore Support Vessel. C'est l'ancien Skandi Bergen, acquis en 2012 par le ministère de la Défense australien et affecté à la Royal Australian Navy. Ce navire de 6 500 tonnes, long de 105 mètres et large de 21 mètres, est destiné à des missions humanitaires en cas de catastrophes.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

MBDA présente au salon naval DIMDEX 2014 un nouveau système de défense côtière basé sur le missile MARTE

MBDA présente au salon naval DIMDEX 2014 un nouveau système de défense côtière basé sur le missile MARTE | Newsletter navale | Scoop.it

(Infodefensa.com) London - The European company MBDA presented on display DIMDEX of Doha (Qatar) new coastal defense system based on the Mars family of missiles to ensure the monitoring of maritime traffic and interdiction of hostile ships territorial waters.

The new system is able to monitor communication lines, detect and identify hostile ships, receive target acquisition data via data-link, and neutralize hostile vessels using latest generation missiles.

The system, known by the acronym MCDS is available in different configurations depending on the requirements of each client and can operate independently or as part of a radar system already in service.

The company reported that the system can operate using two different methods of missiles, the Marte MK2 / N for the control of water and the nearest ER Mars for more extensive control and remote areas.


Family missile Marte

The Marte MK2 works across time and atmospheric conditions is a medium-range missile fire and forget type, specially designed against ships. This busy with inertial and radar is capable of destroying small vessels or damaging large vessels. Weighs 310 kilos and measures 2.85 meters long.

The Marte was deployed for the first time in 80 years and has a range of 20 kilometers. The MK / 2 version is designed to be fired from helicopters.

The Marte MK-2 / S - S for "short" is a special short-shorter version for better placement. It has already been fired from helicopters AW101 and NH-90 NFH currently in service with the Italian Navy.

The MK-2 / A variant has been developed to be fired from fixed-wing aircraft and MK / N is ready to operate with naval surface-to-ground operations as part of coast.

more...
No comment yet.