Newsletter navale
831.7K views | +19 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Saab et Damen signent un accord de partenariat pour le programme de remplacement des sous-marins néerlandais Walrus

Saab et Damen signent un accord de partenariat pour le programme de remplacement des sous-marins néerlandais Walrus | Newsletter navale | Scoop.it

Swedish defence and security company Saab is teaming with Dutch shipbuilder Damen Shipyards Group to explore future opportunities in the international submarine market. The companies have signed an exclusive teaming agreement to work together in pursuit of the potential Walrus-class submarine replacement programme for the Netherlands. In addition to this project, Saab and Damen will also explore ways in which they might bid jointly on other submarine procurement programmes.

Through the acquisition of Kockums Saab has extensive experience in the design and manufacture of submarines and surface vessels for a global customer base, integrating advanced systems and using a range of ultra-modern materials and construction techniques. Key technology includes Saab’s unique Air Independent Propulsion System based on the Stirling engine. In addition, Saab delivers many complex defence programmes in cooperation with governmental and commercial partners in customer nations worldwide.
Damen delivers about 160 vessels annually and is known for its unique ship-design concepts, due to its sharp focus on research and development, standardisation and modularisation. Its defence and security portfolio includes vessels ranging in size from 7 m to over 200 m. Damen Schelde Naval Shipbuilding (established in 1875) supplies major surface vessels to navies worldwide.
Saab and Damen, both independently-owned companies, are confident that their combined skills, expertise and substantial R&D capacity will accelerate submarine development.
Hein van Ameijden, managing director of Damen Schelde Naval Shipbuilding, says:“we are convinced that with Saab we have found the ideal partner to realise a successor to the present Walrus class; a vessel that will set a new standard for non-nuclear submarines. The complementarity of both our companies opens up the potential for a successful cooperation in more submarine programmes worldwide.”

GunillaFransson, head of Saab business area, Security and Defence Solutions says:“Saab Kockums is looking forward to cooperating with the experienced shipbuilders at Damen Schelde Naval Shipbuilding. We have the full support of our Swedish customer in broadening our customer base to include a new demanding high-end customer.”

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Pourquoi ThyssenKrupp Marine Systems veut vendre sa filiale suédoise Kockums

Pourquoi ThyssenKrupp Marine Systems veut vendre sa filiale suédoise Kockums | Newsletter navale | Scoop.it

C’est par un communiqué succinct que ThyssenKrupp a fait savoir que des négociations avaient démarré avec le suédois Saab en vue de la vente de sa filiale suédoise Kockums (ThyssenKrupp Marine Systems AB), spécialisée dans la construction de sous-marins et subordonnée à sa division marine ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

ThyssenKrupp n’a pas pris cette décision par pure générosité. En fait, quelques jours auparavant, le gouvernement suédois a tout simplement annoncé qu’il n’achèterait plus de sous-marins à la filiale de TKMS.

Certaines sources évoquent le fait que le conglomérat allemand n’avait plus aucun intérêt à conserver cet entité après la victoire à Singapour… ou TKMS a remporté l’appel d’offres pour la vente 6 sous-marins AIP (dont 4 en option). Car côté suédois, il était devenu clair que Kockums était menacé dans son existence par les conditions et blocages imposés par ThyssenKrupp : impossible pour l’entreprise suédoise de briguer dans de bonnes conditions des contrats à l’exportation (notamment à Singapour) ; impossible aussi, à terme, de préserver le savoir-faire suédois dans le domaine des sous-marins, nécessaire pour la sécurité du royaume étant donné les spécificités de la Baltique, redevenue hautement stratégique à cause de la Russie.

L’annonce des pourparlers, concrétisée par la signature d’un Memorandum of Understanding entre les deux sociétés, présage donc d’une fin « heureuse » pour une affaire bien mal engagée tant sur le plan industriel que diplomatique.

Racheté par le spécialiste allemand des sous-marins HDW (devenu depuis TKMS Kiel) en 1999, « l’alliance n’a pas débouché sur une fusion, ni un partage des activités au sein du groupe », reconnaît un syndicaliste allemand interrogé par TTU.

Selon la version des autorités suédoises, et les faits ne leur donnent pas totalement tort, ThyssenKrupp n’a jamais vraiment eu l’intention de partager son savoir-faire ni de pousser les sous-marins de Kockums sur les marchés internationaux. Certains estiment que l’Allemand a tout simplement racheté le Suédois pour le neutraliser.

Résultat, au fil des ans, les activités des chantiers de Malmö, Karlskrona et Muskö se sont réduites à de la maintenance, des réparations et à la production de quelques bâtiments pour la marine nationale. L’évolution des effectifs de Kockums témoigne de ce tarissement. De 1 500 salariés au tournant du siècle, ils sont passés aujourd’hui à 900 salariés plutôt sous-occupés.

Face à la morosité suédoise, l’effervescence qui règne sur les chantiers allemands de Kiel tranche cruellement. TKMS Kiel affiche un carnet de commandes plein avec 23 sous-marins (bâtiments complets et « kits de montage » compris), 2 600 salariés et un besoin exprimé en personnel d’environ 300 salariés supplémentaires.

Pour régler le problème, les représentants de la DGA suédoise (FMV) et sa directrice Lena Erixon se sont déplacés à plusieurs reprises à Berlin et sur la cote baltique, afin de convaincre les Allemands de revendre « leur » chantier. Sans succès. Ce qui a poussé la FMV à entrer en résistance et à abattre la carte Saab d’une manière plus qu’énergique. Face aux attaques de Saab et au durcissement de l’Etat suédois, TKMS a proposé en urgence la construction d’un sous-marin en Suède, l’A26. Le gouvernement souhaite en commander deux exemplaires, pour une entrée en service à l’horizon 2020, en parallèle avec la modernisation d’au moins deux sous-marins de classe Gotland.

Tout en annonçant qu’il comptait se renforcer dans tout le secteur naval, Saab avait alors entrepris de débaucher plusieurs dizaines d’ingénieurs et de cadres de Kockums. Ces manœuvres seront suspendues le temps des négociations avec ThyssenKrupp, à en croire le communiqué commun du 14 avril.

A Stockholm, les experts ne croient pas en un blocage du rachat par des autorités de la concurrence. Le risque d’achoppement viendrait plutôt du prix que demandera l’Allemand pour, de facto, autoriser la naissance d’un rival de premier ordre dans le domaine des submersibles conventionnels. Le transfert de « blocs de travail » a également été évoqué : « La question s’est révélée difficile étant donné la forte séparation de nos activités et la nécessité pour nous d’obtenir l’accord de nos clients », a expliqué Torben Beckmann, porte-parole de ThyssenKrupp, à TTU.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Vente de Kockums par TKMS à Saab : plus difficile que prévu

Vente de Kockums par TKMS à Saab : plus difficile que prévu | Newsletter navale | Scoop.it

Selon le quotidien Handelsblatt, la vente des deux chantiers navals suédois de TKMS (Malmö et Karlskrona) à Saab n’est pas vue d’un bon œil à Berlin : le gouvernement allemand bloque le dénouement de ce très gros différend germano-suédois.

Ces derniers mois, les Suédois avaient perdu confiance en TKMS, accusé d’avoir racheté Kockums pour mieux l’étouffer. La DGA suédoise (FMV) avait demandé à Saab de prendre en main la construction des futurs sous-marins. L’administration avait annoncé qu’elle ne commanderait plus de bâtiments aux Allemands. Finalement, TKMS baissait les bras et signait un MoU avec Saab en vue de la vente de ses chantiers.

Dans la foulée, une mystérieuse descente de l’armée avait lieu le 8 avril au chantier de Malmö. Il y a deux semaines, le quotidien the Dagens Nyheter révélait l’objet de la razzia : la FMV a fait saisir certains éléments des moteurs stirling qui équipent les sous-marins (classe Gotland), par crainte de voir quelques technologies prendre le chemin de l’Allemagne.

Malgré ce climat, la vente ne semble pas déplaire au patron de ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, qui se bat pour remettre son conglomérat à flots, envisageant de restructurer l’activité navale. Mais c’était sans compter la méfiance du gouvernement allemand. Celui-ci craint que cette vente conduise à livrer des secrets technologiques aux Suédois, particulièrement en ce qui concerne la propulsion anaérobie par piles à combustible.

Chez ThyssenKrupp, on rappelle pourtant que les Suédois travaillent sur d’autres technologies de propulsion et l’on assure qu’ils n’ont jamais eu accès aux brevets allemands. Berlin n’en doute pas moins. Selon un fonctionnaire de la défense cité par Handelsblatt, « on peut supposer que les managers suédois de ThyssenKrupp ont une bonne vue d’ensemble sur la technologie des piles à combustible ».

La maison mère de TKMS négocie donc serré avec l’administration de la Défense et les politiques berlinois pour tenter de régler le plus rapidement possible une vente qui pourrait lui rapporter deux milliards d’euros. Cet argent, le géant de l’acier en a grand besoin pour assurer l’avenir de l’ensemble du groupe. D’aucuns disent d’ailleurs que la multinationale n’aurait pas seulement le désir de se débarrasser de ses chantiers suédois et que la restructuration pourrait être plus profonde que prévue.

Informations qui ne sont pas passées inaperçues du côté de DCNS, qui rêve toujours d’un « EADS de la mer ». Le quotidien allemand cite même un émissaire français qui espère « avoir une nouvelle occasion de convaincre ThyssenKrupp avec notre vieille idée ».

Patrick H. 's insight:

Retour sur ce dossier dont on parle depuis fin février :

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4016881037/2014/03/02/la-suede-par-l-intermediaire-de-saab-cherche-a-reprendre-le-controle-de-kockums-a-l-allemand-thyssenkrupp

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4019808872/2014/04/17/pourquoi-thyssenkrupp-marine-systems-veut-vendre-sa-filiale-suedoise-kockums


more...
No comment yet.