Newsletter navale
831.7K views | +3 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le GICAN, organisateur d'Euronaval, ne remet pas en cause, pour l'instant, la participation de ses "clients" russes

Le GICAN, organisateur d'Euronaval, ne remet pas en cause, pour l'instant, la participation de ses "clients" russes | Newsletter navale | Scoop.it

La crise ukrainienne ne remet pas en cause, du moins pour le moment, la participation de la Russie au prochain salon Euronaval, principale vitrine européenne du naval de défense, qui doit se tenir au Bourget du 27 au 31 octobre.

"Nous ne renonçons pas à notre participation aux salons étrangers et prendrons part au salon naval et maritime Euronaval", a indiqué, le lundi 11 août à Moscou, Konstantin Biriouline, directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS), dans une déclaration à l’agence RIA Novosti.

"Nous déciderons du niveau de notre participation plus tard", a précisé ce responsable russe. Celui-ci avait précédemment déclaré que Moscou pourrait réduire sa participation aux salons de défense européens en raison des sanctions européennes qui visent la Russie pour son implication dans la crise ukrainienne. Celles-ci visent, entre autres, l’industrie militaire russe et les technologies de pointe à "double usage" (civil et militaire).

Interrogé sur le point de savoir si la participation russe est bien confirmée, le Gican, organisateur d’Euronaval, répond pour sa part : "On ne peut rien confirmer tant que le gouvernement n’a pas pris de décision. Rien n’est remis en cause pour l’instant. Nous avons des clients qui ont réservé leur place. Pour nous, c’est le statu quo."

La déclaration de M. Biriouline tend à laisser penser que la France ne calquera pas son attitude sur celle du Royaume-Uni. Au moment du salon aéronautique de Farnborough, à la mi-juillet, Londres a privé de visas plus de 100 délégués de l’industrie russe de défense. Une véritable humiliation pour Moscou qui, déjà, avait renoncé à présenter du matériel militaire lors de ce salon en raison des tensions politiques.

La France, elle, marcherait plutôt sur des œufs. La livraison du premier BPC de type Mistral à la Russie doit intervenir courant octobre. La coïncidence de dates rend donc peu probable un geste inamical, à l’occasion d’Euronaval, envers ce pays.

Si la Russie est bien présente à Euronaval, il reste à savoir quel sera le niveau réel de sa participation. D’ores et déjà, Concern Mosinformsistema-Agat, fabricant du système conteneurisé de missiles anti-navires Club-K, a fait savoir qu’il renonçait à exposer lors d’Euronaval en raison d’un contexte peu propice aux affaires.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Industries navales : Patrick Boissier, nouveau président, Hugues d’Argentré, nouveau délégué général, à la tête du Gican

Industries navales : Patrick Boissier, nouveau président, Hugues d’Argentré, nouveau délégué général, à la tête du Gican | Newsletter navale | Scoop.it

C’est, comme la rumeur le laissait entendre depuis plusieurs mois déjà, Patrick Boissier, actuel PDG de DCNS, premier acteur de l’industrie navale en France, qui vient d’être élu à la présidence du Gican (Groupement des industries de construction et activités navales).

Il succède ainsi à Jean-Marie Poimboeuf, qui fut lui-même également ancien PDG de DCNS. Jean-Marie Poimboeuf, qui a été l’homme de la transformation réussie de DCNS, a également mené, à la tête du Gican, une fusion réussie avec l’ancien Chambre syndicale des constructeurs de navires, laquelle avait déjà fusionné, antérieurement, avec plusieurs structures plus petites représentant d’autres composantes des industries navales.

Jean-Marie Poimboeuf a joué un rôle majeur dans la sensibilisation des élites politiques à l’importance, souvent sous-estimée, du naval dans le paysage industriel français. Et, même si du chemin reste encore à parcourir, on constate qu’aujourd’hui les industries navales sont bel et bien considérées comme une filière industrielle à part entière dans tous les grands programmes de pilotage par l’État (Investissements d’avenir, filières industrielles, « plans de reconquête de la France industrielle », concours mondial de l’innovation, etc. ).

Tout en restant à la manœuvre sur le programme du « navire écologique », Jean-Marie Poimboeuf, 70 ans, passe le flambeau à Patrick Boissier, qui lui a succédé à la tête de DCNS en 2009, et qui, après avoir débuté chez Pechiney et dans la métallurgie, avait dirigé les Chantiers de l’Atlantique de 1998 à 2006, puis Cegelec. Un parcours qui le dote donc d’une expérience extrêmement complète des industries navales en France, puisqu’il en a dirigé les deux plus grands donneurs d’ordres.

Il est attendu que Patrick Boissier quitte la présidence de DCNS en début 2015, lorsqu’il aura atteint la limite d’âge des 65 ans.

La gouvernance du Gican évolue également au niveau du délégué général, puisque Jean-Marie Carnet passe le flambeau à Hugues du Plessis d’Argentré. Ancien officier de marine issu de l’École navale, il a, après avoir été pilote d’hélicoptère, commandé la frégate Montcalm et les pétroliers-ravitailleurs Meuse et Somme. Il a également été commandant du Sirpa Mer, organe de communication de la Marine nationale.

Le Gican c’est la grande structure qui défend les intérêts des chantiers de construction et réparation navales et des équipementiers. Une pièce essentielle, donc, dans le paysage maritime français, puisqu’elle réunit quelque 160 entreprises représentant près de 40 000 emplois et environ 8 milliards de chiffre d’affaires. Le Gican est, en outre, l’organisateur, à Paris, du plus grand salon mondial du naval de défense, Euronaval (dont la prochaine édition se tiendra du 27 au 31 octobre 2014) , et, en partenariat avec le marin, du salon Euromaritime, du 3 au 5 février.

Alors que le Cluster maritime français doit, en décembre, voir son président fondateur Francis Vallat, transmettre la présidence à Frédéric Moncay de Saint-Aignan, ce sont donc d'importantes composantes maritimes françaises qui renouvellent actuellement leurs représentants.


more...
No comment yet.