Newsletter navale
831.6K views | +16 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Drones de guerre des mines : Notification du marché franco-britannique MMCM

Drones de guerre des mines : Notification du marché franco-britannique MMCM | Newsletter navale | Scoop.it

Le 27 mars 2015, les agences d’acquisition des ministères de la Défense français et britannique, respectivement la Direction générale de l’armement (DGA) et DE&S, ont notifié le contrat « Maritime Mine Counter Measures » (MMCM).

Cette notification est le résultat d’un dialogue compétitif conduit par l’OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d’armement). Ce contrat est attribué à Thales associée à BAE Systems avec parmi les sous-traitants français le groupe ECA. Il permet à la France et au Royaume-Uni d’initier conjointement le développement d’une nouvelle capacité stratégique et interopérable entre nos deux marines, tout en maintenant leur industrie au meilleur niveau mondial dans le domaine de la lutte sous-marine.

Le contrat notifié au consortium industriel porte sur la définition, la réalisation et la qualification de deux prototypes d’un système de drones navals, de surface et sous-marins, d’ici 2019. Ils seront mis en œuvre à partir d’un « bateau mère » ou depuis la terre. Les évaluations seront conduites par la Marine nationale et la Royal Navy. Par comparaison aux chasseurs de mines actuels, le système permettra de maintenir l’homme en dehors de la zone de danger.

Lire l'intégralité de l'article sur Mer et Marine :

http://www.meretmarine.com/fr/content/drones-de-guerre-des-mines-notification-du-marche-franco-britannique-mmcm

Patrick H. 's insight:

Plus de détails sur le programme MMCM dans l'article de Navy Recognition :

http://www.navyrecognition.com/index.php/news/defence-news/year-2015-news/march-2015-navy-naval-forces-defense-industry-technology-maritime-security-global-news/2542-thales-wins-french-uk-l-maritime-mine-counter-measures-r-mmcm-contract-slam-fmhc.html

On peut signaler que l'US Navy s'est lancé depuis quelques années dans un programme de drones spécialisés guerre des mines, éléments du Mission Package MCM des frégates LCS :

http://sco.lt/9Korsv

http://sco.lt/7I7LgP



more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le 1er Salon International de l'Aérosurveillance Maritime aura lieu au Castellet (Var) les 9 et 10 décembre

Le 1er Salon International de l'Aérosurveillance Maritime aura lieu au Castellet (Var) les 9 et 10 décembre | Newsletter navale | Scoop.it

Le cluster EDEN PACA, les pôles de compétitivité Pégase, Optitec et Risques, l’Aéroport International du Castellet, organisent ensemble les 9 et 10 décembre 2014 le 1er Salon International de l’Aérosurveillance Maritime (SIAM), sur le site de l'Aéroport.

Ce salon bénéficie du haut patronage du Délégué Général pour l’Armement. Il a obtenu le soutien de la région PACA, des chambres de commerce et d’Industrie Provence Alpes et Côte d’Azur et du Var. Il rassemblera de multiples grands donneurs d’ordres et PME ainsi que des clients finaux français et étrangers autour d'une filière technologique d’excellence, avec des marchés militaires et civils importants et à fort potentiel de croissance. Neuf PME membres du cluster EDEN, plus particulièrement d'EDEN PACA, seront exposantes.

Des conférences ainsi qu’une zone d’exposition statique et de démonstrations dynamiques illustreront des thèmes tels que :

- sûreté maritime et menaces asymétriques,

- sécurité des installations (oil and gaz),

- lutte contre les trafics (narco, armement …),

- sécurité environnementale.

Chiffres clés de l’aérosurveillance maritime

  • Surface mers et océans sous responsabilité européenne : 25 millions de km2 dont 12 millions de km2 pour la seule France.
  • CA mondial aérosurveillance maritime : 800 millions d'euros (équipements + services dont formations)
more...
No comment yet.
Rescooped by Patrick H. from Defense
Scoop.it!

EURONAVAL 2014 : La DGA présente trois innovations dans le domaine naval

EURONAVAL 2014 : La DGA présente trois innovations dans le domaine naval | Newsletter navale | Scoop.it

À l’occasion de l’ouverture du salon Euronaval, la Direction générale de l’armement (DGA) a communiqué sur 3 innovations récentes, pouvant avoir des applications aussi bien civiles que militaires, dont deux ont été financées dans le cadre du dispositif RAPID (Régime d’appui pour l’innovation duale), doté d’une enveloppe annuelle d’une cinquantaine de millions d’euros.

La première de ces innovations s’appelle BORA. Il s’agir d’un système visant à prévenir les accidents de plongée grâce à la mesure instantanée du taux d’azote ou d’hélium dans les tissus de l’organisme du plongeur.

« C’est un système global ’3en 1′ qui va de la prise de mesure jusqu’à l’analyse de risque et l’émission d’une solution », explique la DGA. Un capteur porté par le plongeur envoie des signaux à une plateforme qui va les interpréter et proposer des solutions de décompression (niveau de recompression et durée des paliers) si besoin.

Ce système a été développée par la PME BG SYSTEMES, en partenariat avec l’Institut Langevin, le laboratoire I3S du CNRS et le Laboratoire de mécanique et d’acoustique de Marseille. En outre, Bora a déjà servi à établir la nouvelle norme Otan pour les procédures de décompression et il est utilisé depuis 2 ans par une socété américaine de plongée.

La seconde innovation a un nom poétique : MUSE est le premier sonar 3D compact de navigation multi-missions à usage dual. Ce système, financé en partie le dispositif RAPID et développé par IXBLUE, en partenariat avec l’École supérieure des techniques avancées (ENSTA), peut, là-encore, être installé sur des navires de surface militaires et civils.

« Le sonar 3D MUSE est un assistant à la navigation. Il réalise la cartographie du fond en haute résolution, mesure la vitesse par rapport au fond, représente l’environnement en 3D et détecte tout objet situé entre la surface et le fond, dans un rayon allant jusqu’à 1 km : iceberg, mine, conteneur, etc », indique la DGA, qui précise également qu’il « peut identifier les objets immergés en temps différé grâce à l’utilisation d’algorithmes spécifiques et l’éclairage de l’objet observé sous différents angles ».

La Marine nationale est intéressée par ce sonar. En 2013, elle l’a utilisé pour une campagne d’essais avec la DGA afin de valider ses possibilités en matière de détection des mines de surface. De nouveaux tests seront effectués l’an prochain afin de vérifier « la qualité de la mesure de vitesse par rapport au fond et le recalage géographique sur les caractéristiques des fonds marins ».

Quant à la troisième innovation, elle prépare, selon la DGA, une « rupture technologique ». Développée par Thales ainsi que par DCNS et appelée « Topside intégré », il s’agit d’un concept « d’architecture physique et fonctionnelle des superstructures d’un bâtiment de combat permettant une répartition optimale de ses senseurs, de ses équipements de transmission et de ses brouilleurs », ce qui doit permettre d’améliorer la discrétion du navire ainsi que les performances globales de son système de combat...

Lire l'article complet sur Opex360.com


Via Valerie I.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le destroyer Chevalier Paul effectue un essai d'interception de cible aérienne par missile Aster 30 en environnement complexe

Le destroyer Chevalier Paul effectue un essai d'interception de cible aérienne par missile Aster 30 en environnement complexe | Newsletter navale | Scoop.it

The "missile test" division of the French procurement agency (DGA) and the French Navy conducted on 13 January 2015 a complex firing test: The scenario consisted in the launch of an Aster 30 surface-to-air missile from the Horizon class air defense destroyer Chevalier Paul (D621) against an air target pursuing a friendly aircraft. The objective was to confirm the discrimination and intercept ability of the Aster 30 missile when faced with two very interlinked radar tracks.

The French Navy DCNS-built Horizon class Destroyers are advanced warships dedicated to air defense missions. They usually deploy with 32 "Aster 30" missiles for long range interception and 16 "Aster 15" missiles for medium range interception. The vessels are also fitted with 8 MM 40 Exocet Block III latest version anti-ship missiles. All missiles developped and produced by MBDA.
To guide the missiles, Chevalier Paul is fitted with a powerful tri-dimensional radar, the S1850M/SMART-L , capable of detecting targets more than 200 kilometers away and the EMPAR multifunction radar. Both radars are made by Thales. The main mission of this class of ship is the protection of aircraft carriers, capital ships or littoral infrastructures from threats coming from the air.

The scenario developed for the French Navy by the DGA allowed to collect detailed technical data of the final interception phase (thanks to specific instrumentation fitted on the Aster 30 used in the test). Beyond the priority of safeguarding people and property safety within a complex scenario involving three flying objects including a missile, one of the challenge achieved by DGA was have two Mirach targets flying in formation at close distances.

According to the DGA, this test has illustrated the excellent qualities of PAAMS (Principal Anti Air Missile System) and Aster missile in a complex situations, especially in situations where friendly and enemy units are involved. The PAAMS/Aster combo is one of the few operational systems in the world capable of such performance.

PAAMS system, developed in cooperation with Italy and Great Britain, consists of a multifunction radar, surveillance radar, Aster 15 and Aster 30 missiles, a vertical launch system (SYLVER by DCNS) and a command and control system. PAAMS may perform self-defense, point/local defense and area defense missions.

It should be notted that following the test, Chevalier Paul deployed with the Charles de Gaulle carrier strike group as we recently reported.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Thales va développer un nouveau radar naval à panneaux fixes : le Sea Fire 500

Thales va développer un nouveau radar naval à panneaux fixes : le Sea Fire 500 | Newsletter navale | Scoop.it

A l’occasion du salon Euronaval, Thales a annoncé le développement de son nouveau radar naval multifonction, le Sea Fire 500. Doté de quatre panneaux fixes à antennes entièrement numériques, le Sea Fire 500 est destiné à équiper les grands bâtiments de surface.
Ce concept de radar résulte de trois années d’études amont sur les technologies et l’architecture en matière de radars et bénéficie du soutien de la Direction générale de l’armement (DGA). Il répond à l’évolution des besoins et des menaces auxquelles doivent faire face les marines nationales. Le Sea Fire 500 devrait être opérationnel à l'horizon 2020.
Le Sea Fire sera le successeur du radar Herakles qui équipe notamment les frégates Fremm. Opérant en bande S, il répond aux besoins des différentes missions, depuis l’autodéfense du navire jusqu’à la défense aérienne étendue, face à des menaces aériennes et de surface conventionnelles, asymétriques telles que des drones, ou émergentes comme les missiles balistiques anti-navires, dans des environnements complexes en zone littorale ou en présence de brouillage intense.
L’association de quatre antennes actives fixes et entièrement numériques, chacune combinant une augmentation de puissance, une grande agilité dans la gestion des faisceaux et une couverture limitée à 90°, permettra d’augmenter significativement les performances de détection et de poursuite du radar avec une couverture sans masque sur 360° en azimut et jusqu’à 90° en élévation.
Grâce sa conception modulaire, le radar Sea Fire 500 pourra être décliné en plusieurs versions. Des antennes de tailles différentes pourront être proposées selon le type de plateforme et les missions qui lui seront confiées. Totalement indépendantes les unes des autres, les antennes pourront être disposées en des endroits différents du navire.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Pourquoi le tir du missile nucléaire français M51 a-t-il échoué ? (Le Monde / Nathalie Guibert)

Pourquoi le tir du missile nucléaire français M51 a-t-il échoué ? (Le Monde / Nathalie Guibert) | Newsletter navale | Scoop.it

L'échec, rarissime, avait été comme il se doit très peu commenté par les autorités de la défense. Il questionnait les capacités de la dissuasion nucléaire française. Le 5 mai 2013, un missile M51 de dernière génération avait été tiré (sans sa tête nucléaire) depuis le sous-marin lanceur d'engins Le Vigilant, avant de s'abîmer en mer au large de Penmarch, dans le Finistère. Aujourd'hui, c'est le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet Billon, qui fournit de premières explications.

L'occasion lui en a été donnée par la commission de la défense de l'Assemblée nationale, qui le recevait le 30 avril dans le cadre d'une série d'auditions sur la dissuasion nucléaire. Le compte rendu a été rendu public mardi 13 mai. Dès son lancement, le 5 mai 2013, le missile avait connu un fonctionnement « erratique », et il s'était autodétruit environ trente secondes plus tard.

Le tir d'essai était réalisé en conditions opérationnelles, et un tel échec ne s'était pas produit depuis 1996. Une enquête avait aussitôt été lancée, et des moyens considérables de détection avaient été mobilisés pour retrouver les débris, dans une zone de 900 km2 au large de la Bretagne. Il s'agissait du sixième tir de ce nouveau missile balistique intercontinental, qui doit emporter les têtes nucléaires océaniques de nouvelle génération à partir de 2015.

LACUNES DANS LA QUALITÉ ET L'INGÉNIÉRIE

La version officielle avait, d'emblée, écarté une défaillance du sous-marin lui-même, « la sortie du missile s'étant déroulée normalement », selon le ministère de la défense. Selon le DGA, sont en cause « des lacunes dans les plans qualité des industriels » et « les capacités d'ingénierie des systèmes complexes » de la filière, face à la complexité atteinte par la technologie des missiles balistiques. La « réappropriation » de ces capacités « est l'une des préoccupations de la DGA », a indiqué M. Collet-Billon.

«  Nous avons demandé aux services concernés d'Airbus Defense & Space des efforts accrus, tant en matière d'ingénierie qu'en maîtrise de la qualité et de leurs sous-traitants, a-t-il affirmé devant les députés. Ces faiblesses, que nos propres services qualité ont constatées, doivent impérativement être corrigées. » Les enquêteurs qui ont analysé l'échec du tir d'essai, a-t-il ajouté, « appellent à des efforts à la fois dans le management et dans l'attention portée aux outils d'ingénierie système ».

L'enjeu est important, car la technologie du M51 est également appliquée au domaine civil, pour les fusées Ariane. La DGA a jugé que la reconstitution des enquêteurs était « fiable », ce qui, selon M. Collet-Billon, « permet d'apporter des mesures correctives efficaces ». Un essai raté est un essai utile dès lors qu'on en tire les leçons, professent les experts de la dissuasion. A l'occasion, le délégué pour l'armement révèle, sans préciser si les choses sont liées, que « certains groupes industriels ont subi des attaques informatiques de grande ampleur » et que dans ce domaine, « beaucoup de progrès restent à faire » en matière de protection.

more...
No comment yet.