Newsletter navale
831.8K views | +8 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L’Égypte prend le contrôle maritime du détroit de Bab el Mandeb (crise Yemen)

L’Égypte prend le contrôle maritime du détroit de Bab el Mandeb (crise Yemen) | Newsletter navale | Scoop.it

L’Égypte est en passe de prendre le contrôle maritime du détroit de Bab el Mandeb, au débouché de la mer Rouge, alors que l’armée saoudienne intervient au Yémen contre les rebelles Houthis chiites soutenus par l’Iran.

Patrick H. 's insight:

Lire aussi :

http://www.aa.com.tr/en/politics/484211--egypt-sent-warships-to-yemens-gulf-of-aden-official


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Lürssen démarre la construction de patrouilleurs pour l’Arabie saoudite

Lürssen démarre la construction de patrouilleurs pour l’Arabie saoudite | Newsletter navale | Scoop.it

Le groupe allemand Lürssen a annoncé le lundi 26 janvier le démarrage de  la fabrication de patrouilleurs destinés à l’Arabie saoudite. Le contrat porte sur une centaine de navires destinés au ministère de l’Intérieur saoudien. Son montant est estimé à 1,4 milliard d’euros.

L’annonce du groupe Lürssen est la première confirmation officielle de l’entrée en vigueur de ce contrat. En février 2014, la presse allemande avait rapporté que le gouvernement allemand apportait sa garantie à la vente. Mais rien n’avait filtré depuis.

Selon Lürssen, la préfabrication des patrouilleurs a commencé en début d’année chez  Peene Werft, à Wolgast. Lürssen a racheté en mai 2013 ce chantier situé sur la Baltique, non loin de la frontière avec la Pologne, à la suite des difficultés financières de son ancien propriétaire P+S.

Ce n’est sans doute pas complètement un hasard. L’annonce de Lürssen est intervenue au lendemain d’informations parues dans le Bild am Sonntag faisant état d’un arrêt des livraisons d’armes allemandes à l’Arabie saoudite. Une décision qui aurait été prise par le Conseil fédéral de sécurité en raison « de l’instabilité de la région ».

Le groupe familial basé à Brême, spécialiste des petits navires militaires et des yachts de luxe, affirme qu’il n’a reçu aucun contrordre du gouvernement fédéral lui demandant de suspendre l’exécution du contrat.

« Nous nous en tenons à notre planning et nous nous réjouissons, avec la commande de ces patrouilleurs pour la garde-côte saoudienne, d’apporter une importante charge de travail à nos chantiers d’Allemagne du nord », a déclaré Oliver Grün, porte-parole de Lürssen, à l’agence de presse DPA.

Le chantier français Couach a indiqué au marin courant janvier qu’il gardait espoir de produire en sous-traitance les 79 intercepteurs de 15 mètres inclus dans le marché confié à Lürssen. Mais celui-ci aurait une préférence pour le chantier italien Fabio Buzzi Design.

Ce contrat est distinct de celui que la France négocie actuellement avec le ministère de la Défense saoudien. La coentreprise formée par DCNS et Piriou a été choisie pour livrer entre 25 et 30 patrouilleurs de 30 mètres. Soit un contrat estimé à 500 millions d'euros.

Patrick H. 's insight:

On se souvient que Lürrssen a récemment livré une série de patrouilleurs hauturiers au Brunei :

http://sco.lt/5FphYn



more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Vers un nouveau contrat DCNS/Piriou en Arabie Saoudite

Vers un nouveau contrat DCNS/Piriou en Arabie Saoudite | Newsletter navale | Scoop.it

La co-entreprise formée par DCNS et Piriou a été choisie par le prince Salmane, le ministre de la Défense d'Arabie Saoudite, pour livrer entre 25 et 30 patrouilleurs de 30 mètres. Soit un contrat estimé à 500 millions d'euros.

C'est une première étape qui semblerait décisive pour Kership en Arabie Saoudite. La co-entreprise formée en 2013 par DCNS et Piriou a été choisie par le prince Salmane, le ministre de la Défense d'Arabie Saoudite et prince héritier de la dynastie saoudienne pour fabriquer entre 25 et 30 patrouilleurs de 30 mètres, selon nos informations. Soit un contrat estimé à 500 millions d'euros. En outre, une quinzaine de bateaux supplémentaires seraient en option. L'Arabie Saoudite et Kership vont négocier en 2015 le contrat.

Kership était en compétition contre les chantiers navals français Océa et CMN (Constructions mécanique de Normandie). Outre, des patrouilleurs de 30 mètres, l'Arabie Saoudite voudrait acheter des petits patrouilleurs de 12 mètres. L'Arabie Saoudite veut des cadences de livraison rapide pour protéger ses côtes et ses ports contre des attaques terroristes. En fin d'année, une source avait confié à La Tribune que le ministère de la défense saoudien allait se décider très rapidement après avoir eu l'injonction de consommer ses budgets...


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le DoD américain annonce une autorisation d'exportation de système de lancement vertical MK 41 VLS à l'Arabie Saoudite : pour des LCS Mod ou DDG-51 ?

Le DoD américain annonce une autorisation d'exportation de système de lancement vertical MK 41 VLS à l'Arabie Saoudite : pour des LCS Mod ou DDG-51 ? | Newsletter navale | Scoop.it

The recent (and very low profile) announcement by the U.S. Department of Defense of a Foreign Military Sale (FMS) of MK 41 Vertical Launching Systems (VLS) to Saudi Arabia could possibly be an indication of the procurement of Littoral Combat Ships or DDG-51 type (Burke class) Destroyers by the Royal Saudi Navy. Here is Navy Recognition's take on it.

On December 12, 2014, the U.S. Department of Defense announced the following contract award:
Lockheed Martin Corp., Mission Systems and Training, Baltimore, Maryland, is being awarded a $235,329,189 firm-fixed-price contract for MK 41 Vertical Launching System (VLS) electronic and mechanical modules and related equipment. The MK 41 VLS provides a missile launching system for CG 47 and DDG 51 class surface combatants, surface combatants of allied navies, and Aegis Ashore requirements for the Missile Defense Agency’s Ground Ballistic Missile Defense Program. This contract includes options which, if exercised, would bring the cumulative value of this contract to $356,794,617. This contract combines purchases for the U.S. Navy (69.5 percent) and the governments of Saudi Arabia (26.3 percent) and Norway (4.2 percent) under the Foreign Military Sales Program.

he Royal Saudi Navy currently does not have any surface vessel fitted with MK 41 VLS. The only Saudi vessels fitted with VLS cells are the Al Riyadh class frigates (FL-3000 type based on La Fayette class). But these French built vessels are fitted with a French VLS: The SYLVER launcher by DCNS.

In 2013, DCNS signed a fleet modernization contract for the Royal Saudi Navy including the ERAV contract which covers the maintenance of the 3 Al Riyadh class frigates delivered in the frame of the Sawari 2 programme.

Navy Recognition however learned from reliable sources that the Al Riyadh class frigates are not getting upgraded with MK 41 VLS.

One of the application of the Mk 41 VLS is for the Aegis Ashore programme, but Navy Recognition understands no such program is planned in the Kingdom of Saudi Arabia. The only logical explanation left is that Saudi Arabia is in the process of procuring a new class of U.S. made surface combatants.

Reuters and other U.S. media have been reporting since around 2011 that Saudi Arabia was evaluating both Lockheed Martin's LCS and General Dynamics' DDG-51 Destroyers. MK 41 VLS may be fitted on either type of vessel. (Likewise the French press have been reporting for the past few years that France's main shipyard DCNS is negotiating a large contract dubbed "Sawari 3". This contract may answer a different Royal Saudi Navy need however as in addition to 6 FREMM frigates, the contract is reported to involve 6 submarines.)

Patrick H. 's insight:

L'Arabie Saoudite pourrait en fait envisager l'achat à la fois de LCS modifiées Mk41VLS d'origine US et de FREMM d'origine française comme telle était sa volonté affichée depuis 2010 :

http://www.tacticalreport.com/view_news/Saudi_Navy_LCS_and_FREMM_%E2%80%93_Update_1/1371


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Des patrouilleurs français pour les Saoudiens ? Ocea sur les rangs depuis plusieurs années

Des patrouilleurs français pour les Saoudiens ? Ocea sur les rangs depuis plusieurs années | Newsletter navale | Scoop.it

Discrètement, comme à son habitude, le groupe Ocea se positionne depuis une petite dizaine d’années sur ce projet, soumis à une consultation internationale.  Le constructeur vendéen, qui réalise 95% de son chiffre d’affaires à l’export et vend aujourd’hui ses bateaux de l’Asie à l’Amérique latine, en passant par le continent africain, est semble-t-il bien placé pour emporter le marché. Car ses produits, ainsi que son offre, ont d’après plusieurs sources retenus l’attention des autorités saoudiennes. Cela ne signifie pas que l’affaire est conclue, mais de nombreux voyants positifs laissent espérer une issue favorable. Le programme, dont le contour exact demeure secret, porte sur un nombre assez conséquent de bateaux et, si c’est Ocea qui sort victorieux de la compétition, les retombées économiques seront importantes pour la Vendée et la Loire Atlantique. L’industriel réalise en effet l’intégralité de sa production sur ses sites des Sables d’Olonne, de Fontenay-le-Comte et de Saint-Nazaire. Plusieurs années de charge sont donc en jeu pour les 240 personnes employées par Ocea dans ses activités navales, auxquels s’ajoutent des centaines de sous-traitants...

Lire l'intégralité de l'article sur Mer et Marine :

http://www.meretmarine.com/fr/content/des-patrouilleurs-francais-pour-les-saoudiens

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

DCNS Services ouvre une nouvelle plateforme pour le management du contrat LEX concernant les frégates saoudiennes

DCNS Services ouvre une nouvelle plateforme pour le management du contrat LEX concernant les frégates saoudiennes | Newsletter navale | Scoop.it

Nathalie Smirnov, director of the DCNS Services division, inaugurated the premises housing the teams dedicated to the maintenance and modernization programmes for part of the Saudi Arabian military fleet. These programmes correspond to the different Service contracts, of which the most recent LEX (Life Extension) was initiated in the fall 2013.

The teams of the Saudi Arabia programme platform manage the service contracts with this major DCNS customer.

» The LEX contract relates to the maintenance of 4 Madina-class frigates (frigates 2000) and two Boraida-class replenishment oilers built in the frame of the Sawari1 programme.
» The ERAV contract covers the maintenance of 3 Al Riyadh-class frigates (frigates 3000) delivered in the frame of the Sawari2 programme. This represents a total of 9 major technical shutdowns** and 2 intermediate technical shutdowns*** to be performed in Jeddah over the coming years.
» Lastly, the AMWAJ contract relates to support to the Royal Saudi Navy in terms of spare-parts supply and technical assistance.

The services provided by DCNS will be delivered partly in France (design, preparation, purchasing, replacement parts and equipment) and partly in Saudi Arabia by the DCNS subsidiary Support KSA (performance and management of work on site) and its employees, which represent DCNS locally in the field and as close as possible to the customer.

“The Saudi Arabia platform reflects the effective launch of this programme by our teams. The execution of the first technical shutdown to start on the frigate Abha in Jeddah will represent a further step in addressing the challenges of this major contract”, underlines Nathalie Smirnov, director of the DCNS Services division.

* ODAS, which represents French interests in Saudi Arabia, signed a State-to-State contract with Riyadh in 2013 relating to the modernization of part of the Kingdom’s military fleet. DCNS intervenes in this frame in support of the Saudi Navy.
**Major technical shutdown: vessel maintenance period stretching over several months and covering major operations.
***Intermediate technical shutdown: vessel maintenance period stretching over several weeks.


Wide-ranging know-how at the service of the Royal Saudi Navy

In total, 70 DCNS employees work in the Saudi Arabia programme platform premises on the naval base in Toulon. They have various profiles (programme, production, purchasing, finance, quality…). They make up a dedicated team, located in one place, to offer greater reactivity and efficiency at the service of the Royal Saudi Navy.

Furthermore, DCNS representatives from all Group sites will regularly travel to Saudi Arabia throughout the duration of the contracts.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La FREMM Aquitaine au menu de la visite franco-saoudienne brestoise de mardi

La FREMM Aquitaine au menu de la visite franco-saoudienne brestoise de mardi | Newsletter navale | Scoop.it

A l'agenda du ministre de la défense, deux rencontres avec le numéro 2 du ministère saoudien de la Défense:
"- Lundi 24 mars 12h, entretien avec le Prince Salman Ben Sultan, vice-ministre de la Défense du Royaume d’Arabie saoudite, à l'hôtel de Brienne. 
- Mardi 25 mars 10h, déplacement à Brest en présence du Prince Salman Ben Sultan, vice-ministre de la Défense du Royaume d’Arabie saoudite."

Lors du déplacement de Brest, la délégation saoudienne devrait visiter la FREMM Aquitaine (photo Guillaume Izard, Marine nationale). On se souviendra que les deux pays négocient toujours un projet de vente de six frégates multimissions (Sawari 3). Ce qui explique que JYLD se soit rendu à  quatre reprises à Ryad dont la dernière le 30 décembre 2013 avec le PR.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La France envisage de partager son savoir-faire en matière de sous-marin avec les pays du Golfe

La France envisage de partager son savoir-faire en matière de sous-marin avec les pays du Golfe | Newsletter navale | Scoop.it

ABU DHABI — The French Navy is ready to share with gulf countries their submarine “know-how” if called upon, a senior naval commander said.

Amid recent heightened interest from Gulf Cooperation Council (GCC) navies regarding submarine acquisition, Rear Adm. Eric Chaperon, commander of French Navy Task Force 473 Strike Group, said, “The French Navy has a lot of expertise from their long history in the matter of submarines.

“This expertise and know-how can of course be shared, but I cannot give you more details about the interactions we have had with other parties in the region,” he added.

Saudi Arabia was reportedly interested in acquiring five German-made Type 209 submarines at a cost of $3.4 billion, according to the German newspaper Bild in November. Last year, UAE Naval Commander Rear Adm. Ibrahim Al Musharrakh said that the UAE Navy is looking to acquire submarines to combat threats in the gulf’s littoral waters.

“There are many different options for combating the threat of submarines in the region, for building the capacity and the capability to acquire submarines is something that is still under process and will take a long time,” Al Musharrakh said at the Gulf Naval Commanders Conference in Abu Dhabi last November.

The French strike group is in the region to secure the strategic maritime sea lanes of the Strait of Hormuz, the Gulf of Aden and the Red Sea as well as enhance cooperation and interoperability with navies in the region, according to Chaperon.

The strike group, which is made up of the aircraft carrier Charles de Gaulle, two destroyers, a supply vessel and a nuclear attack submarine, made port calls in Saudi Arabia last month and in Qatar earlier in January before docking Wednesday in Abu Dhabi.

“France is ready to assume its responsibilities throughout the world, as she demonstrated in Libya, in Mali and more recently, in Central Africa,” Chaperon said.

“France considers that the stability of the Middle East is one of her priorities; it is a region which is at the heart of her strategic interests and which is affected today by multiple crises such as piracy and terrorism.

“Her commitment to the countries of the region is shown in the will to respond to their needs as a long-term strategic partner; this is at the heart of the defense agreement that was signed by France and the United Arab Emirates in 2009,” he added.

The strike group carried out exercises with the Saudi and Qatari navies and is due to conduct a joint exercise, dubbed Big Fox, with the UAE Armed Forces at the end of January and with the US Navy in February in the Indian Ocean.

Visiting the Charles de Gaulle was UAE Foreign Minister Sheikh Abdullah Bin Zayed Al-Nahyan, who was briefed about the strike group and its mission.

On board the carrier were 10 F-3 Rafale fighters, the most advanced fighters to enter service in the French Air Force.

The ship also carries two E-2C Hawkeye aircraft, two EC725 Caracal and AS532 Cougar helicopters for combat search and rescue.

He added that the visit to Abu Dhabi would provide France the opportunity to further bolster its already strong ties with the UAE, particularly in sharing expertise and ideas and developing better methods of training and operational capabilities.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le déploiement "marketing" du groupe aéronaval du Cavour est passé par l'Arabie Saoudite du 22 au 26/11

Le déploiement "marketing" du groupe aéronaval du Cavour est passé par l'Arabie Saoudite du 22 au 26/11 | Newsletter navale | Scoop.it

On 22 November, after staying in harbour for four days, Cavour Naval Group Cavour, represented by the Cavour aircraft carrier and the frigate Bergamini, sailed from the port of Jeddah, Saudi Arabia. This constitutes the first stage of a navigation that will touch a dozen of harbours which began last November 13 from Civitavecchia.

The visit to Saudi Arabia has played a major role in what was the occasion to celebrate the anniversary of 80 years of relations between Italy and the Middle Eastern country, a celebration that was attended by the Ambassador Mario Boffo and Italian General Consul Simone Petroni and authority of both Arabia and Italian Governments and the private sector.

During the days in the harbour, Finmeccanica had a chance to show off the capabilities and products of the Group companies present in a stand aboard the Cavour aircraft carrier: AgustaWestland, OTO Melara, Selex ES, WASS, Telespazio and MBDA.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'Arabie Saoudite envisage-t-elle vraiment d'acheter 5 sous-marins Type 209 de construction allemande ?

L'Arabie Saoudite envisage-t-elle vraiment d'acheter 5 sous-marins Type 209 de construction allemande ? | Newsletter navale | Scoop.it

BERLIN — Saudi Arabia wants to buy five German submarines for around €2.5 billion ($3.4 billion) and more than two dozen more in the future, a newspaper reported Sunday.

Citing unidentified government sources, Sunday’s Bild newspaper said Riyadh had its eye initially on buying the five Type 209 submarines, followed long-term by up to 25 submarines in a €12 billion deal.

It said the chancellery had, in a letter to Saudi Arabia in the summer, indicated a swift and sympathetic examination of Riyadh’s weapons plans as soon as the new German government was established following September elections.

German Chancellor Angela Merkel’s conservatives are currently locked in negotiations with the center-left Social Democrats on forming a grand coalition.

A German government spokeswoman, contacted by AFP, declined to comment and would not confirm or deny the reported letter.

In Riyadh, officials do not usually publicly comment on such deals.

Germany’s heavy industry giant ThyssenKrupp which, the paper said, would produce the submarines was quoted by Bild as saying there was “no project on submarines for Saudi Arabia”.

German arms sales to Saudi Arabia have in the past been criticiaed by opposition politicians, especially in light of pro-democracy uprisings throughout the Middle East.

For decades Germany declined to sell heavy weapons to Saudi Arabia because of concerns over human rights and fears for Israel’s security.

Patrick H. 's insight:

Le sérieux journal allemand "Die Welt" publie également sur le sujet :

http://www.welt.de/politik/deutschland/article121482677/Saudi-Arabien-will-deutsche-U-Boote-kaufen.html

On peut cependant  noter qu'hier, Thyssenkrupp AG a publié un communiqué pour démentir ces informations reprises par plusieurs sources media :

http://www.4-traders.com/THYSSENKRUPP-AG-436698/news/ThyssenKrupp-AG--Germanys-ThyssenKrupp-denies-report-on-submarine-sales-to-Saudi-Arabia-17424998/

 

A lire aussi sur ce sujet  :

http://www.opex360.com/2013/11/04/des-sous-marins-allemands-pour-larabie-saoudite/

 

Le type de sous-marin envisagé est de conception ancienne, ce qui laisse un peu perplexe...

 

On se souviendra également que DCNS, dans la continuité du contrat LEX récemment signé, avait en ligne de mire la fourniture à l'Arabie Saoudite de sous-marins dans le cadre de négociations sur un futur contrat Sawari 3 :

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4008853754/arabie-saoudite-le-contrat-lex-confirme-la-modernisation-sawari-2-par-dcns-aurait-ete-obtenue-aussi

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4008922183/relations-paris-riyad-le-contrat-lex-entre-en-vigueur-lundi-la-modernisation-sawari-2-confirmee

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Arabie saoudite : le contrat LEX confirmé. La modernisation Sawari 2 par DCNS aurait été obtenue aussi ?

Arabie saoudite : le contrat LEX confirmé. La modernisation Sawari 2 par DCNS aurait été obtenue aussi ? | Newsletter navale | Scoop.it

L'Arabie saoudite a annoncé ce lundi l'entrée en vigueur effective du contrat LEX, permettant le lancement de la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs de la marine saoudienne. Ce contrat s'élève à 1,1 milliard d'euros.

Ça plane pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. C'est officiel même si l'information avait fuité depuis un bon moment, le PDG de DCNS, Patrick Boissier, l'avait également révélé récemment lors d'une audition à l'Assemblée nationale. Jean-Yves Le Drian "se félicite" dans un communiqué publié ce lundi que l'Arabie saoudite lui ait confirmé "l'entrée en vigueur effective à compter du 7 octobre du contrat LEX (Life Extension Sawari 1, ndlr) signé le 1er septembre dernier", permettant le lancement de la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs de la marine saoudienne.

"Ces travaux seront effectués par DCNS, Thales et MBDA, en partenariat avec des industriels saoudiens", a expliqué le ministère. Le contrat sera réalisé en partie par un chantier naval saoudien, le groupe Zamil, en partenariat avec le groupe naval DCNS. Le montant global s'élève à 1,1 milliard d'euros, dont plus de la moitié au bénéfice d'entreprises françaises. Ce contrat est "une étape majeure dans les relations franco-saoudiennes en matière de défense navale. Il témoigne du niveau élevé de confiance mutuelle et de coopération qu'entretiennent l'Arabie Saoudite et la France", a fait observer le ministère....

 

 

...Selon nos informations, DCNS aurait déjà obtenu un autre contrat de 150 millions d'euros pour la modernisation des frégates Sawari 2 dans le cadre d'un accord-cadre global. Un trépied qui lui permettrait de négocier avec l'Arabie Saoudite la vente de six frégates Fremm pour patrouiller dans les eaux de la Mer rouge ainsi que des sous-marins dans le cadre du contrat Sawari 3...

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Arabie Saoudite : les Coast Guard passent commande de 40 patrouilleurs au chantier espagnol Rodman

Arabie Saoudite : les Coast Guard passent commande de 40 patrouilleurs au chantier espagnol Rodman | Newsletter navale | Scoop.it

The Rodman Polyships Vigo shipyard has been awarded a contract by Saudi Arabia to supply 40 patrol boats for a total of 7.4 million euros. This is the first new contract that occurs in the shipyards of the community since at least the month of January. The vessels have been named Fast Coastal Patrol Boat (R33 XI) and will have a length of 11.3 meters by 3.2 sleeve. Rodman patrol previously made 11, 14 or 30 meters in length, but in this case the company's technical team had to design prototypes that do not resemble any of the boats already manufactured by the shipyard.  The Coast Guard vessels and perform rescue missions in coastal waters. To accomplish these tasks, each boat will be equipped with two engines of 350 horsepower, allowing to reach a top speed of 50 knots (92.6 miles per hour). The autonomy of the boats will be 230 nautical miles (about 425 kilometers) and are designed to carry a crew of four member and up to ten people.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

DCNS : pourquoi le contrat LEX portant sur la modernisation des frégates saoudiennes est bloqué

DCNS : pourquoi le contrat LEX portant sur la modernisation des frégates saoudiennes est bloqué | Newsletter navale | Scoop.it

Ce contrat négocié d'Etat à Etat, via ODAS, fait l'objet de dissensions au sein du conseil d'administration de cette société. DCNS souhaiterait qu'ODAS accorde sa garantie sur les travaux réalisés par son partenaire saoudien pour limiter ses risques. Les autres actionnaires, dont EADS, ne sont pas d'accord.

C'est l'histoire d'un contrat d'un milliard d'euros environ plusieurs fois attendu... mais jamais signé malgré la visite éclair en novembre 2012 de François Hollande en Arabie saoudite. Le contrat LEX (Life Extension Sawari 1), portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I), aurait pu être le premier gros contrat du président socialiste. Cela n'a pas encore été le cas. Pourquoi ? Selon des sources concordantes, le camp français est divisé au sein de la société ODAS. Ce contrat d'Etat à Etat passe par cette société, qui a été créée à la demande de l'État français pour contribuer à développer les exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies essentiellement en Arabie saoudite. Son actionnariat rassemble, aux côtés de l'État, une dizaine de grands groupes de défense français, dont DCNS, Thales, EADS France, MBDA France, Nexter, Dassault Aviation ainsi que la banque Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (ex-Calyon).

Le camp français divisé

C'est au sein du conseil d'ODAS que le camp français est divisé. Car DCNS souhaite obtenir la garantie de cette société sur la partie des travaux, laquelle sera réalisée par le chantier naval saoudien, le groupe Zamil, associé à ce contrat par DCNS. Pour le groupe naval, ce contrat est une première de ce type en Arabie Saoudite. Il va devoir créer une structure industrielle à Djeddah sur les bords de la Mer Rouge dans un environnement local peu développé dans ce domaine d'activité. En outre, la remise en état des navires sera compliquée. Du coup, l'enjeu pour DCNS sera de maîtriser les coûts de production et les délais dans un environnement peu connu par le groupe. D'où la volonté de ne pas perdre sa chemise sur un un contrat à risques.

Mais au sein du conseil, d'autres actionnaires, dont EADS France, ne l'entendent pas de cette oreille, selon des sources concordantes. Pas question qu'ODAS accorde sa garantie sur les travaux réalisés par le groupe Zamil. "Ce n'est pas le rôle d'ODAS", explique-t-on à La Tribune. D'où le blocage du contrat. Une situation qui pourrait toutefois se dénouer à la faveur d'un arbitrage de l'Etat. D'autant que François Hollande doit dans les prochaines semaines retourner à Ryad. Selon un très bon observateur du pays, l'Arabie saoudite serait en train de desserrer l'étau sur les contrats français, qui s'entassent sur le bureau des proches du Roi. Le contrat LEX pourrait être signé prochainement tout comme une nouvelle commande en faveur de Thales portant sur la logistique des missiles Crotale (défense aérienne). La raison ? La convergence de vue entre Paris et Ryad sur le dossier de la Syrie n'est pas étranger au réchauffement des relations franco-saoudiennes après la période glaciale du quinquennat de Nicolas Sarkozy. "Ryad a pris le temps de se faire une idée des nouveaux responsables politiques français", explique ce connaisseur du royaume.

Guerre d'influence

Au-delà des guerres intestines au sein du conseil d'ODAS, il existe également une véritable lutte d'influence en coulisse en Arabie saoudite entre Français, qui jouent sur les différents membres de la famille royale pour faire avancer leurs affaires, voire faire trébucher les concurrents français. ODAS, tout comme Thales et DCNS, entretiennent ainsi de bonnes relations avec le ministère de la Défense saoudien, notamment avec Khaled ben Sultan ben Abdelaziz Al Saoud, vice-ministre de la Défense de l'Arabie saoudite, qui est le fils de l'ancien ministre de la Défense décédé en 2011, Prince Sultan bin Abdulaziz, le demi-frère du roi. De leur côté, EADS et MBDA entretiennent quant à eux des liens étroits avec le fils du roi Abdallah, le prince Mutaib bin Abdullah, patron de la Garde nationale, qui est l'armée privée du roi.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'industrie navale américaine est-elle sur le point de vendre des DDG-51 ou des LCS à l'Arabie Saoudite ?

L'industrie navale américaine est-elle sur le point de vendre des DDG-51 ou des LCS à l'Arabie Saoudite ? | Newsletter navale | Scoop.it

The $20 billion dollar recapitalization of Saudi Arabia’s eastern fleet is beginning to pick up steam again after several years of being a dormant U.S. Foreign Military Sales (FMS) program, several U.S. shipbuilding industry officials have told USNI News.

The FMS case for the replacement of the Royal Saudi Navy’s Eastern Fleet of aging American warships – Saudi Naval Expansion Program II (SNEP II) – has been languishing for years as the Saudis and Americans negotiate the requirements for the ships.

But several industry officials have told USNI News there maybe some movement toward finalizing requirements for the ship deal that would be a welcome boon to U.S. shipbuilders faced with tight Pentagon budgets.

Other industry sources told USNI News they expect a RFP for the replacement of the Eastern Fleet in the coming months.

Potential movement on the FMS case follows a December contract award for Lockheed Martin MK-41 Vertical Launch Systems (VLS) that included a set-aside for Saudi Arabia in the amount of approximately $93.8 million. The launchers are used to fire missiles from U.S. guided missile cruisers and destroyers, the new Aegis Ashore ballistic missile defense (BMD) installations and in U.S. allied navy ships.

The Saudi’s currently do not use the MK-41 systems in any of their ships.

The U.S. Navy International Program Office (NIPO) did not provide details on the MK-41 sale to USNI News saying the office wouldn’t comment on ongoing FMS cases.

Lockheed, Independence-class Littoral Combat Ship (LCS) builder Austal USA, General Dynamics Bath Iron Works (BIW) and Huntington Ingalls Industries (HII) have all expressed interest in the SNEP II program.

What ships will be needed for the buy have yet to be determined.

Lockheed will likely offer a version of the Freedom-class LCS. In response to a question on SNEP II on Wednesday, company officials said they had recently met with unspecified countries to discuss the capabilities of an international Freedom variant.

Austal has previously told USNI News they were interested in the business with a version of the Independence.

USNI News understands that HII is pitching variant of its Legend-class cutter built for the U.S. Coast Guard – billed as a patrol frigate.

In 2011, reports indicated that the Saudis were interested in acquiring Arleigh Burke-class guided missile destroyers (DDG-51), which would make BIW a competitor as well.

The program is not just ships and will likely include improvements to the Saudi Eastern Fleet’s homeport in Jubail on the Persian Gulf.

“This massive purchase could include destroyers, patrol craft, helicopters, ground vehicles and other platforms, as well as warehouses and substantial upgrades to port infrastructure,” read an October U.S. Army Corps of Engineers briefing.

 
Patrick H. 's insight:

On avait parlé en décembre dernier de l'autorisation donnée par le Pentagone pour l'exportation de systèmes de lancement vertical Mk 41 VLS :

http://sco.lt/78krz7

http://sco.lt/5zodIf

L'Arabie Saoudite pourrait en fait envisager l'achat à la fois de LCS modifiées Mk41VLS d'origine US et de FREMM d'origine française comme telle était sa volonté affichée depuis 2010 :

http://www.tacticalreport.com/view_news/Saudi_Navy_LCS_and_FREMM_%E2%80%93_Update_1/1371


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Les choix de la marine saoudienne-TTU

Les choix de la marine saoudienne-TTU | Newsletter navale | Scoop.it

Kership, la co-entreprise créée en 2013 par DCNS et Piriou, serait bien placée pour fournir une trentaine de patrouilleurs légers à l’Arabie Saoudite, indiquent plusieurs sources françaises.

Cette perspective de contrat intervient alors que Riyad serait, par ailleurs, proche d’une décision concernant le programme d’équipement de la marine saoudienne, SNEP II (Saudi Naval Expansion Program II), estimé à plus de vingt milliards de dollars.

En effet, à la fin du mois dernier, la DSCA américaine a notifié au Congrès la fourniture à Riyad d’un nombre indéterminé de systèmes de lancements verticaux MK 41, produits par Lockheed Martin. Un système polyvalent qui permet de mettre en œuvre divers types de missiles : surface-air (RIM-66 Standard, RIM-67 Standard, RIM-161 Standard Missile 3, RIM-174 Standard ERAM, RIM-7 Sea Sparrow et RIM-162 ESSM2), antinavires (RUM-139 VL-ASROC) ou missiles de croisière de type BGM-109 Tomahawk.

De fait, l’annonce de ce contrat pourrait bien être le signe annonciateur d’une décision concernant les futurs navires de la marine saoudienne. En effet, aucun des bâtiments de guerre du royaume n’utilise actuellement de lanceurs MK 41. Les frégates de la classe Al-Riyadh (Lafayette) embarquent des missiles Aster, mis en œuvre à partir de lanceurs Sylver.

Depuis 2010, les responsables saoudiens étudient diverses options d’acquisitions de navires, capables notamment de disposer d’une capacité de défense anti-balistique. La marine saoudienne a, un temps, envisagé l’acquisition de trois ou quatre destroyers de type Arleigh Burke et d’une douzaine de LCS (Littoral Combat Ships) de Lockheed Martin.

Cependant, selon plusieurs sources, la version améliorée du LCS disposant d’une capacité antiaérienne, avec notamment un radar SPY-1F et des lanceurs MK 41, pourrait finalement être retenue par Riyad. Baptisée Multi-Mission Combattant Ship (MCS), cette version d’exportation du LCS peut jauger entre 1 800 et 3 500 tonnes, pour 85 à 118 mètres, et embarquer jusqu’à 32 lanceurs MK 41 VLS.

Ce possible choix de bâtiments américains par les Saoudiens ne signifierait pas pour autant la fin des espoirs français de fournir à la marine du royaume plusieurs frégates multimissions FREMM de DCNS, dotées de missiles Aster 15/30 et de missiles antinavires Exocet Block 3. En effet, depuis 2010, les responsables de Riyad expriment leur souhait de disposer d’un double approvisionnement et de segmenter les marchés pour l’équipement de la flotte de l’ouest (Mer Rouge) et celle du Golfe.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Arabie saoudite : un contrat d'une trentaine de patrouilleurs hauturiers en négociation avec la France

Arabie saoudite : un contrat d'une trentaine de patrouilleurs hauturiers en négociation avec la France | Newsletter navale | Scoop.it

La France est sélectionnée pour fournir des patrouilleurs de haute mer destinés à la marine saoudienne, qui souhaite mieux sécuriser ses côtes. Mais pour l’heure, ce contrat, qui reste à négocier, soulève encore beaucoup de questions, notamment sur les chantiers chargés de fabriquer les navires...

more...
ابو فيصل العتيبي's curator insight, January 10, 2015 10:44 AM

عقد من ثلاثين سفينة دورية بحرية في المفاوضات مع فرنسا

Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'Arabie Saoudite aurait signé un contrat de $ 5,5 milliards en R&D pour le naval de défense avec l'industriel local Zamil Offshore

L'Arabie Saoudite aurait signé un contrat de $ 5,5 milliards en R&D pour le naval de défense avec l'industriel local Zamil Offshore | Newsletter navale | Scoop.it

The Saudi Ministry of Defence has signed a deal with the local ship building company Zamil Offshore Holdings that is worth 5.5 Billion US Dollars yesterday to begin R&D work for the Royal Saudi Naval Forces, the work for which will start immediately after the signing. The nature of the work is still not clear as Mr. Al-Zamil says "The deal will help Al-Zamil to develop new naval vessels which will bring new capabilities to the RSNF and allied countries, as the deal will also include production of new capabilities for the country" this comes in light of Saudi Arabia's new ambitions program to increase its domestic production of arms citing increased costs and strategic thinking as the reasons behind this new approach.
Dr. Abdulrrhman Al-Zamil (Head of Riyadh's Economic Chamber, another Zamil) also said "Soon there will be inaugurations of new facilities that will be producing parts for Aircrafts, Tanks and Armored Vehicles" and also that it is part of the Saudi plan to produce spare parts and replaceable parts for existing machines in country before moving on to develop new ones, as the former is strategically more vital than the latter.
Saudi Arabia's first production of military equipment started in 1953 when it started producing light weapons such as assault rifles, its
ammunition and hand grenades but it has since then developed into a more coherent system.

more...
No comment yet.
Rescooped by Patrick H. from Defense
Scoop.it!

L'Arabie saoudite très, très intéressée par les frégates FREMM de DCNS

L'Arabie saoudite très, très intéressée par les frégates FREMM de DCNS | Newsletter navale | Scoop.it
Le prince héritier saoudien Salmane ben Abdel Aziz sera à Paris du 1er au 3 septembre. Il pourrait à cette occasion signer un accord (Letter of Intent) pour l'achat de six frégates multimissions FREMM. Une opération à 15 milliards d'euros.


La venue du 1er au 3 septembre du prince héritier saoudien Salmane ben Abdel Aziz à Paris est une visite très, très importante pour les industriels français de l'armement, DCNS ainsi que MBDA, Thales, Airbus Helicopters et Défense Conseil International (DCI). Enjeu de cette visite, la signature d'une Letter of intent (LoI) entre Paris et Ryad pour l'achat de six frégates multimissions FREMM fabriquées par DCNS et fortement équipées : missiles de croisière (MDCN), missiles Aster 15/30 et missiles navals Exocet block 3 de MBDA, 10 hélicoptères navals NH90 (NFH) d'Airbus Helicopters... Soit un contrat estimé à 15 milliards d'euros étalés sur une dizaine d'années.

Selon plusieurs sources concordantes, l'Arabie Saoudite serait très demandeuse de réaliser cette opération. Et souhaite aller vite. Mais faute d'un Accord inter-gouvernemental (AIG) pourtant attendu par Ryad mais pas encore prêt du côté français, Paris propose une LoI définissant les grands principes de l'AIG, qui pourrait être signé un mois plus tard. Le prince Salmane, également ministre de la Défense, doit déjeuner le 1er septembre avec François Hollande avec lequel il évoquera les dossiers internationaux de la région du Golfe (Syrie, Irak...) et rencontrera le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, le 3 septembre, avec lequel il discutera entre autre des dossiers armements.

La formation, l'un des clés de ce contrat

Pour emporter l'adhésion des Saoudiens, qui ont exprimé des inquiétudes sur l'exploitation de ces frégates très sophistiquées, la France a décidé de proposer un volet très complet et très poussé sur la formation à destination de la marine saoudienne, dont DCI sera le maître d'oeuvre. L'objectif est que les marins saoudiens maîtrisent parfaitement les FREMM. C'est d'ailleurs l'une des clés de la réussite de ce dossier. Dans cet esprit, les Saoudiens seront accompagnés par la marine française et l'Etat français.(…)


Lire l'article complet sur La Tribune.fr


Via Valerie I.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le Liban attend le chèque de Ryad pour s’offrir des armes françaises dont des patrouilleurs construits par CMN

Le Liban attend le chèque de Ryad pour s’offrir des armes françaises dont des patrouilleurs construits par CMN | Newsletter navale | Scoop.it

La France et le Liban ont récemment arrêté une liste d’équipements militaires pour un montant de 2,1 milliards de dollars. Elle est actuellement pour validation à Ryad, qui finance le réarmement de Beyrouth.

L'Arabie Saoudite a entre ses mains la vente d'armes par la France au Liban pour un montant de trois milliards de dollars. Après quatre mois de travail seulement, la fameuse "shopping list" a été arrêtée entre l'acheteur, le Liban, et le vendeur, la France. Reste à la faire valider par le financeur, l'Arabie Saoudite. A ce trio, il faut rajouter aussi un pays qui s'agite beaucoup en coulisse, Israël, que l'on dit préoccupé par cette opération et qui a regardé de très près cette liste d'armements, qui l'inquiète dans une région particulièrement explosive où prospère notamment le Hezbollah...

...Dans le domaine naval, c'est le chantier de Cherbourg CMN, propriété du Libanais Iskandar Safa, qui a remporté la mise face à DCNS, qui proposait des Gowind de la classe Adroit, et Raidco. Le chantier naval des Constructions Mécaniques de Normandie fournira à la marine libanaise trois petits patrouilleurs, vraisemblablement équipés du système Simbad-RC de MBDA. Enfin, les équipements de Thales sont aussi bien présents dans la liste avec des radars, de l'optronique et des systèmes de communications.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Le gouvernement allemand débloque enfin la vente de 100 patrouilleurs garde-côtes à l'Arabie Saoudite

Le gouvernement allemand débloque enfin la vente de 100 patrouilleurs garde-côtes à l'Arabie Saoudite | Newsletter navale | Scoop.it

Mehr als hundert Militärboote sollen aus Deutschland nach Saudi-Arabien verkauft werden. Nach SPIEGEL-Informationen belegt ein vertrauliches Dokument nun: Die Bundesregierung will den Deal mit einer Hermes-Bürgschaft belegen - mit rund 1,4 Milliarden Euro.

Die Bundesregierung will mit einer Hermes-Bürgschaft einen milliardenschweren Rüstungsexport nach Saudi-Arabien absichern. Dies geht aus einem vertraulichen Schreiben vom 21. Januar hervor, das Finanzstaatssekretär Steffen Kampeter an den Haushaltsausschuss des Bundestags gerichtet hat.

Demnach will die Bundesregierung beim geplanten Export von mehr als hundert Patrouillen- und Grenzüberwachungsbootenan das Innenministerium des Golfstaats mit insgesamt rund 1,4 Milliarden Euro bürgen. Kampeter betont in seinem Schreiben die "hohe beschäftigungspolitische Bedeutung" des Deals, an dem die Bremer Lürssen-Werft beteiligt sein soll. Im Namen der Werft bittet der CDU-Politiker um "vertrauliche Behandlung der Geschäftsdaten", da die Verhandlungen noch liefen und mit Konkurrenz aus anderen Ländern zu rechnen sei.

Umstrittene Geschäfte

Das Vorhaben wäre der erste umstrittene Rüstungsexport der neuen Bundesregierung in die Golfregion. In der vergangenen Legislaturperiode hatte der Bundessicherheitsrat eine Voranfrage positiv beschieden. Der jetzige SPD-Fraktionschef Thomas Oppermann hatte im vorigen Jahr Meldungen über das sich damals erst anbahnende Geschäft mit den Worten kritisiert, die schwarz-gelbe Bundesregierung wolle Saudi-Arabien "total hochrüsten".

SPD-Parteichef Sigmar Gabriel hatte jüngst in einem Interview angekündigt, Rüstungsexporte in Zukunft "restriktiv" zu handhaben und autoritären Regimen keine Unterdrückungsinstrumente liefern zu wollen.

Patrick H. 's insight:

Lürssen va construire ces patrouilleurs dont le contrat était en attente depuis février 2013 en raison des oppositions politiques de l'époque qui ont été aplanies depuis la mise en place de la nouvelle coalition CDU-SPD au pouvoir :

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/3996430725/2013/02/10/l-arabie-saoudite-va-acheter-des-patrouilleurs-au-chantier-allemand-lurssen-malgre-l-opposition-politique-en-allemagne

Un forumeur allemand commente cette information :

http://defence.pk/threads/germany-will-sell-saudi-arabia-100-war-ships.298253/

"It was made public today that Saudi Arabia ordered more than 100 military boats coast guard ships in germany. The deal is worth almost 1.4 billion € and has the full support of our government. Internal documents show, that chancellor Merkel plans a "Hermes Bürgschaft", that means that our government guarantees the delivery:

Since chancellor Merkels new cabinet combined with the SPD holds the absolute power now, the opossition to this deal will be small. The Green Party and the left has almost no say in german parliament. Merkel has almost absolute power. That she brings a "Hermes Bürgschaft" into the deal shows her determination in this project. "

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Une étude stratégique des corvettes du Golfe persique (2/3)

Une étude stratégique des corvettes du Golfe persique (2/3) | Newsletter navale | Scoop.it

The Qatari Navy is currently considering the acquisition of its own corvettes. For the time being, the country has relied primarily on smaller patrol vessels. Its most substantial vessels are four Vita-class fast attack craft (480 tons) and three Combattante III fast attack craft (430 tons). Officials have proposed bolstering the Qatari Navy’s capabilities with the addition of four corvettes, and the favoured option appears to be Damen Schelde Naval Shipbuilding’s Sigma-class corvette (1,690 tons). Several vessels of this design have been in service with the Indonesian Navy and the Royal Moroccan Navy since 2009, with an additional four having recently been purchased by the Vietnamese military. Whether Qatar will follow through with this purchase remains to be seen, but it would certainly enhance the capabilities of the Qatari Navy and the country’s position in the region.

The Kuwaiti Navy and the Royal Bahrain Naval Force are two notable exceptions to the trend of modernization and expansion in the region. The Kuwaiti Naval Force possesses a limited number of vessels, the most substantial of which is a single Al-Estqlaal-class fast attack craft (410 tons) and commissioned in 1983. The remainder of the Kuwaiti fleet consists of nine fast attack craft (250 tons) and various support vessels. There are no plans for Kuwait to acquire a corvette-like vessel in the near future; much of the budget for the Kuwaiti Naval Force has been directed toward the purchase of several landing craft. Meanwhile, Bahrain is experiencing a corvette-sized gap in its fleet. The flagship of the Royal Bahrain Naval Force is an Oliver Perry-class frigate (4,100 tons), which first entered into service with the United States Navy in 1981 and was subsequently transferred to Bahrain as a gift in 1996. Beyond this, Bahrain also operates two Al-Manama class corvettes (630 tons) and four Ahmed Al-Fateh class missile boats (260 tons), all of which were acquired from the German manufacturer Lürssen in the 1980s.

An unknown quality in the region’s maritime affairs is the future of the Royal Saudi Navy. While Saudi Arabia is certainly a leader among the navies of the Gulf Cooperation Council, there are few details available regarding the plans for this country’s maritime forces. There are some indications that Saudi Arabia was offered a package by the United States Navy, consisting of two destroyers and an undisclosed number of Littoral Combat Ships. Whether this package was accepted is unclear. It seems that Lockheed Martin initially offered eight Littoral Combat Ships for the express purpose of joining the Saudi fleet in the Persian Gulf, but again little is known as to how negotiations proceeded – if at all.

The current array of vessels in service with the Royal Saudi Navy, however, is well known. Three Al-Riyadh class frigates (4,700 tons), which are essentially modified La Fayette-class frigates acquired from the French Navy, have been in service since 2002-2003. An additional four Al-Madinah class frigates (2,600 tons) were produced in France but have been in service since 1985-1986. Also aged, four Badr-class corvettes (1,040 tons) have been in service since 1981-1983. While this represents an ample contingent in comparison to the smaller Gulf states, it must also be noted that the Royal Saudi Navy has its forces split between the Red Sea and the Persian Gulf.

Patrick H. 's insight:

Cette étude place le modèle Sigma du constructeur néerlandais Damen en position de favori pour le marché du Qatar.

On rappellera qu'hier, le site de "la Tribune" évoquait l'activité importante de DCNS dans ce pays pour vendre son modèle Gowind :

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4011673183/2013/11/26/qatar-fregates-et-corvettes-a-l-horizon-avec-dcns

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La France au Moyen-Orient : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3

La France au Moyen-Orient : Paris chasse en Arabie Saoudite le mégacontrat Sawari 3 | Newsletter navale | Scoop.it

Les Français sont de retour en Arabie Saoudite. Car entre Ryad et Paris, les relations sont aujourd'hui au beau fixe. "Il y a actuellement d'excellentes relations politiques entre l'Arabie Saoudite et la France", confirme un industriel français de l'armement. Le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian, n'y est pas étranger. Il a déjà effectué trois visites depuis mai 2012 dans le royaume, dont la dernière date de début octobre. Surtout les prises de positions de la diplomatie française dans la région (Syrie, Iran notamment) ont permis de réchauffer les relations très fraîches entre ces deux pays lors de la présidence de Nicolas Sarkozy.

Et selon des sources concordantes, les deux pays ont récemment entamé des négociations sur le projet de vente de six frégates multimissions FREMM et de cinq à six sous-marins dans le cadre du programme Sawari 3. Un mégacontrat estimé à 10 milliards d'euros minimum - certains évoquent même des montants faramineux entre 15 et 20 milliards d'euros. Il fait tourner les têtes des principaux groupes concernés par ce projet DCNS, Thales, le missilier MBDA et l'hélicoptériste Eurocopter (EADS). C'est ODAS, en tant que maître d'œuvre, qui négocie pour le compte de l'Etat et des industriels avec Ryad. Bref, du lourd, du très lourd pour la France.

 

Une visite de François Hollande début 2014

 

Après avoir été repoussée à plusieurs reprises, la visite de François Hollande en Arabie Saoudite, est maintenant prévue fin 2013, voire au début 2014 en janvier ou février - la décision est encore en attente, l'agenda est compliqué. Elle pourrait provoquer un peu après ce voyage, voire pendant - mais ce n'est pas la coutume à Ryad - la signature d'un protocole d'accord (MoU) liant les deux pays sur Sawari 3, explique-t-on à "La Tribune". Le Chef de l'Etat a déjà fait en novembre 2012 une brève escale en Arabie Saoudite à Jeddah où il s'est entretenu avec le roi Abdallah.

C'est principalement le programme Sawari 3 qui sera poussé lors de la visite présidentielle, selon nos informations. Les groupes concernés tablent sur une conclusion rapide une fois le MoU signé. "Dans les six mois", espère une source proche du dossier. Et cette fois, "les industriels concernés sont unis" pour ce projet, explique-t-elle. "Il n'y a pas de snipers pour le faire dérailler". Pas comme pour le programme Mark 3 (Air defence de très courte portée) où Thales et MBDA/EADS se sont déchirés.

 

Ryad veut des sous-marins

 

Pour la France, c'est le contrat qui compte le plus actuellement en Arabie Saoudite, et au-delà... même si une commande de Rafale au Qatar et aux Emirats Arabes Unis fait également partie des objectifs prioritaires de Paris. On évoque pour l'Arabie Saoudite six frégates multimissions FREMM - dont trois exemplaires  pourraient être prélevées sur la commande nationale de onze FREMM destinée à la marine - et cinq à six sous-marins. Les frégates serviront en grande partie à patrouiller dans les eaux de la Mer rouge.

L'armée saoudienne, qui n'a jamais été équipée en sous-marins en dépit de plusieurs projets avortés, souhaite aujourd'hui créer une force sous-marine installée sur plusieurs bases. D'où les montants faramineux évoqués en raison des très nombreux travaux d'infrastructures. Sans oublier la formation des sous-mariniers. Très proche actuellement de l'Egypte, Ryad pourrait également faire appel à l'armée égyptienne bien entraînée pour utiliser ses équipements (Air, Mer, Terre) en cas de conflit contre l'Iran.

L'Allemagne, qui est également en embuscade pour ce mégacontrat, pourrait devoir renoncer en raison de son refus de livrer des armes à un Etat susceptible de remettre en cause la sécurité d'Israël. Une vente de chars Leopard 2A7 a été annulée sous la pression politique en Allemagne.

 

Lire l'intégralité de l'article sur le site de "La Tribune" :

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20131121trib000797244/la-france-au-moyen-orient-25-paris-chasse-en-arabie-saoudite-le-megacontrat-sawari-3.html

 

Patrick H. 's insight:

Rappelons que, début novembre, la presse d'Outre-Rhin médiatisait la supposée intention des saoudiens d'acquérir des sous-marins allemands Type 209 de conception ancienne, ce qui laissait le lecteur un peu perplexe...

http://www.scoop.it/t/newsletter-navale/p/4010384781/2013/11/04/l-arabie-saoudite-envisage-t-elle-vraiment-d-acheter-5-sous-marins-type-209-de-construction-allemande

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Relations Paris-Riyad : le contrat LEX entre en vigueur lundi ; la modernisation Sawari 2 confirmée

Relations Paris-Riyad : le contrat LEX entre en vigueur lundi ; la modernisation Sawari 2 confirmée | Newsletter navale | Scoop.it

...A l'invite du royaume saoudien, qui l'en a prévenu la veille, M. Le Drian a ainsi passé un long moment avec le roi Abdallah ben Abdelaziz Al-Saoud. Il s'est, en outre, entretenu – ce qui était prévu – avec les principales autres autorités du pays : le prince héritier ministre de la défense, le vice-ministre de la défense et le chef de la garde nationale.

Les relations d'armement entre Paris et Ryad sont au mieux, notamment dans le domaine naval. Le royaume saoudien a confirmé que le contrat LEX (Life extension Sawari 1) entrait en exécution lundi : il vise la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers ravitailleurs saoudiens pour un montant officiel de 1,4 milliards d'euros, dont plus de la moitié revient aux entreprises françaises DCNS et Thalès, le reste étant réalisé par un chantier naval saoudien.

Le contrat total dépasserait 2 milliards d'euros selon plusieurs experts. Il s'agit du premier contrat majeur passé avec ce pays depuis celui des avions ravitailleurs multi-rôles en 2007 (dans lequel la part française était faible), souligne-t-on dans l'entourage de M. Le Drian.

L'autre nouvelle importante est la confirmation par Riyad du contrat Sawari 2, portant sur la poursuite de la modernisation des frégates. Ce programme est important car il doit préfigurer un contrat plus large d'acquisition de six frégates de nouvelle génération, les Fremm. Au-delà, c'est un contrat sur la fourniture de sous-marin qui est en ligne de mire....

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

MBDA : des contrats d'équipements navals en missiles pour la Malaisie, le Vietnam et l'Arabie Saoudite

MBDA : des contrats d'équipements navals en missiles pour la Malaisie, le Vietnam et l'Arabie Saoudite | Newsletter navale | Scoop.it

MBDA est en attente d'une notification (LOA, ou Letter of Approval) d'un contrat portant sur les installations de tir de missiles sur les six corvettes de type Gowind, dont le design a été vendu par DCNS. Le montant de cette commande est évalué à un peu moins de 100 millions d'euros. Mais qui dit installations de tir dit commandes futures de missiles. MBDA devrait ainsi vendre des missiles surface-air VL Mica, et l'anti-navire, Exocet block 3. La future commande est estimée entre 300 et 400 millions d'euros. Une belle victoire face au concurrent américain Raytheon qui présentait le ESSM (Evolved Sea Sparrow Missile).

Selon nos informations, MBDA va également équiper avec du VL Mica et de l'Exocet les deux corvettes néerlandaises du chantier naval Damen achetées par le Vietnam (+ deux en option). Un nouveau très joli coup pour MBDA....

...Enfin, MBDA participera au contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I). MBDA va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (un peu plus de 40 millions d'euros), deuxième client de ce nouveau produit, qui n'équipe même pas l'armée française, et notamment les BPC.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La France signe un contrat de plus d'un milliard d'euros avec l'Arabie saoudite (DCNS, Thales, MBDA ODAS)

La France signe un contrat de plus d'un milliard d'euros avec l'Arabie saoudite (DCNS, Thales, MBDA ODAS) | Newsletter navale | Scoop.it

Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente les intérêts français en Arabie saoudite, a signé un contrat d'Etat à Etat au mois d'août avec Ryad d'un montant de plus de 1 milliard d'euros portant sur la modernisation d'une partie de la flotte militaire du Royaume. DCNS, Thales et MBDA ainsi que ODAS se partagent la commande.

C'est un bel été pour l'industrie française de l'armement, qui engrange enfin des gros contrats export. Après les deux contrats gagnés d'une valeur totale de près de 1 milliard d'euros par EADS et Thales aux Emirats arabes unis (deux satellites espions et 17 radars de défense aérienne), c'est au tour de l'Arabie Saoudite de débloquer un contrat longtemps attendu. Selon des sources concordantes, la société ODAS, qui représente dans le royaume les intérêts des industriels français DCNS, Thales et MBDA, a signé en août avec Ryad un contrat d'Etat à Etat (LEX ou Life Extension Sawari 1) de plus d'un milliard d'euros portant sur la modernisation de quatre frégates de classe Al Medinah et de deux pétroliers-ravitailleurs de la classe Boraida mis en service en 1985-1986 (contrat Sawari I).

Le contrat pourrait être mis en vigueur dès le 1er septembre. Quatre sociétés se partagent cette commande : DCNS avec son partenaire saoudien Zamil (700 millions d'euros), Thales (moins de 200 millions), MBDA, qui va équiper les pétroliers de son nouveau système surface-air à très courte portée de MBDA Simbad-RC (entre 40 et 50 millions d'euros), et ODAS (infrastructures). ODAS a été créée à la demande de l'État français pour contribuer à développer les exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies. ODAS intervient essentiellement en Arabie saoudite dans le cadre de contrats d'État à État ou de contrats commerciaux. Son actionnariat rassemble, aux côtés de l'État français, une dizaine de grandes entreprises, dont DCNS, MBDA France et Thales.

 

Plus de cinq ans de négociations

 

DCNS attendait depuis longtemps la signature de ce contrat espéré depuis près de deux ans (les négociations ont commencé il y plus de cinq ans) pour moderniser une partie de la flotte saoudienne. Le contrat LEX sera réalisé en partie par un chantier naval saoudien, le groupe Zamil. Pour DCNS, un contrat de ce type est une première en Arabie Saoudite. Le chantier naval français va devoir créer une structure industrielle à Djeddah sur les bords de la Mer Rouge. En outre, la remise en état des navires peu entretenus sera compliquée. Du coup, l'enjeu pour DCNS sera de maîtriser les coûts de production et les délais dans un environnement peu connu par le groupe... et de satisfaire le client dans ce domaine pour remporter un nouveau contrat de modernisation (Sawari 2).

Selon nos informations, DCNS aurait déjà obtenu un autre contrat de 150 millions d'euros pour la modernisation des frégates Sawari 2 dans le cadre d'un accord-cadre global. Soit 850 millions engrangés au total par le chantier naval.

 

Des frégates multimissions Fremm en Arabie saoudite ?

 

Mais surtout DCNS compte à plus long terme beaucoup sur la vente d'au moins six frégates multimissions Fremm (Sawari III). "Le contrat Lex est important pour la vente des Fremm", assurait-on il y a plus d'un an à "latribune.fr". D'autant que DCNS et Paris, via la structure ODAS, proposent une coopération industrielle globale aux Saoudiens avec l'assemblage à terme des Fremm en Arabie saoudite, assorti de transferts de technologies (aussi bien sur la tôle que sur l'électronique) et d'un volet formation. Mais les premières Fremm seraient réalisées à Lorient, expliquait-on à "latribune.fr".

 

François Hollande en Arabie saoudite cet automne

 

Le président François Hollande, qui a déjà effectué une visite express en Arabie Saoudite en novembre 2012, comptait s'y rendre cet été mais le roi était parti se reposer à l'étranger. Les Saoudiens ont donc repoussé cette visite d'Etat, qui est désormais prévue cet automne. La convergence de vue entre Paris et Ryad sur le dossier syrien n'est pas étranger au réchauffement des relations franco-saoudiennes après la période glaciale du quinquennat de Nicolas Sarkozy, comme le démontre la signature de LEX. "Ryad a pris le temps de se faire une idée des nouveaux responsables politiques français", explique un connaisseur du royaume.

Désormais, les industriels français, notamment Thales, attendent la signature du mégacontrat Mark 3 portant sur la livraison de nouveaux missiles Crotale (défense aérienne). « Les discussions se sont accélérées », explique-t-on à La Tribune. 

more...
No comment yet.