Newsletter navale
831.7K views | +13 today
Follow
Newsletter navale
Your new post is loading...
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Les dispositifs équipant les navires marchands pour lutter contre la piraterie maritime

Les dispositifs équipant les navires marchands pour lutter contre la piraterie maritime | Newsletter navale | Scoop.it

Armed guards

Estimates from the Maritime Security Centre Horn of Africa indicate that approximately 80% of vessels transiting the piracy high-risk area used armed guards at the height of the attacks. In 2013, with the lower incidence of piracy, 35-40% of ships still used armed guards in transit.

The cost of a 3-4 man team is between $28,500 and $38,000, but the hefty bill is well worth it – seeing arms on board is a big deterrent,  this story by the Economist says, as pirates are playing it safe by first scouting for guards, whereas previously they indiscriminately opened fire to intimidate crews into submission.

Security installations on ships

If the pirates can’t board the ship, then they can’t hijack it. So piracy spurred a buzz of security innovations, which made it all but impossible for pirates to board the ships.

It started with good old barbed/ razor wire and electric fencing, but the inventions quickly got really interesting.

1. Water cannons/ ‘Anti-Piracy Curtain’

A system of high-powered streams of water that can be aimed at pirates trying to board a ship, or aimed at their boats, flooding and destabilising them.

In one version trademarked the ‘Anti-Piracy Curtain’, water hoses are dangled off the sides of the vessel, and when water is sprayed through the high-pressure nozzle, the hoses jerk wildly back and forth, packing enough force to seriously injure anyone in the way.

Some inventors were even mulling the idea to mix chilli oil into the water hoses for an added punch.

2. Long Range Acoustic Device (LRAD)/ ‘Sound Cannon’

Shaped like a big, round loudspeaker, the LRAD can emit painfully loud sound frequencies that are enough to disorientate any approaching pirates. But the real ingenuity is in the fact that the LRAD concentrates the sound waves into a narrow beam, making it easy to direct the sound at a specific target, much like using a spotlight. It means that the ship crew can direct the offensive sound at the pirates, and spare their own ears.  

3. Lasers

Another deterrent in use is a  laser beam capable of providing a visual warning to pirates at distance of over 2 km, and at shorter distances the glare is intense enough to temporarily blind attackers so that they are unable to target their weapons effectively.

4. Boat trap

Because most pirates approach a ship on motor-propelled boats, floating a net just under the water surface on the sides of the ship traps and disables the motorboat propeller.

5. Lubricant foam

Slippery foam or anti-traction material is a non-lethal substance which can be used to make the deck or sides of a ship slippery to avoid pirates from climbing it. The highly viscous substance substantially reduces traction of anything that comes in contact with it, making it difficult to walk or stand.

6. ‘Pain Ray’

The ‘Pain Ray’ - it’s official name is Active Denial System (ADS) - is a non-lethal weapon which transmits a narrow beam of electromagnetic energy to heat the skin without causing permanent damage. The wave penetrates beneath the skin which causes unbearable burning sensation, forcing pirates to run away or jump overboard.

7. ‘Guardian Anti-Piracy Barriers’

Perhaps the simplest and most ingenious invention is Guardian Anti-Piracy Barriers, a smooth, P-shaped casing of hard plastic that fits over the rail of any ship and prevents ladders and grappling hooks from getting a hold on the sides of the vessel.

It solves the fundamental problem of barbed/razor wire, which is its inherent danger to the crew itself – clothes get trapped in it and it’s easy to get nicked, and it’s cumbersome because has to be removed when the ship is entering port.

The inventors of barriers– a husband-and-wife duo from Britain –  called in the Royal Marines to test the  design, and after two hours of trying to latch on, the Marines gave up, and the design was declared a success.


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'industriel naval chinois CSOC présente ses produits exports (OPV P18N, LPD et porte-avions) au salon AAD 2014

L'industriel naval chinois CSOC présente ses produits exports (OPV P18N, LPD et porte-avions) au salon AAD 2014 | Newsletter navale | Scoop.it

At AAD 2014 (Africa Aerospace and Defence Exhibition which took place from the 17 to 21 September in South Africa) the China Shipbuilding & Offshore International Company (CSOC) showcased its P-18N Offshore Patrol Vessels (OPV) and its LPD/LHD design. The booth also featured a scale model of China's aircraft carrier Liaoning. CSOC is part of the part of the State Shipbuilding Corporation, China Shipbuilding Industry Corporation (CSIC).

P18N Offshore Patrol Vessel

CSOC's P18N OPV design has already been selected by the Navy of Nigeria who ordered two vessels.

At AAD 2014, a representative from CSOC gave us the following specifications:
P18N Offshore Patrol Vessels have a displacement of 1,700 tons, a length of 95 m, width of 12.2 m and beam of 3.5 m. It is powered by two MTU 20V 4000M diesel engines. The maximum speed is 21 knots. The endurance of the vessel is 20 days at sea (range 3000 nautical miles at 14 knots) for a crew of 70 sailors.

In April 2012, Nigeria signed a contract with China to build two P18N OPVs. Under the contract, the lead ship was to be built in Wuhan with construction starting in October 2012, while the second unit is expected to be partially built in Nigeria.

Navy Recognition was told that the P18N was designed by China Ship Design and Research Center, or 701 Institute of the China Shipbuilding Industry Corporation (CSIC) at the Wuhan University of Science and Technology,

The first vessel which was launched in January 2014 in Wuhan, China, is currently conducting sea trials. An institute will provide training to the Nigeria Navy crew in China. The OPV will then sail to Nigeria for its official delivery.


 

LPD/LHD
The CSOC stand was also featuring an LHD design. Called "LPD" by CSOC, this design is similar to the one we first discovered during IDEX last year. Read our article at this link to learn more about the specifications of the vessel.


Aircraft Carrier
At the center of their stand, CSOC was showcasing a scale model of the People's Liberation Army Navy (PLAN) Aircraft Carrier Liaoning (CV-16). The CSOC representative explained to Navy Recognition that the model was on display in order to show potential customers that CSOC has the ability to work on very large and complex project such as aircraft carriers. CSOC, 701 Institute and Wuhan Digital Engineering Institute were all involved in the refurbishing of the Chinese aircraft carrier.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

L'auto-protection des navires contre la piraterie par des gardes armés est en phase de croissance

L'auto-protection des navires contre la piraterie par des gardes armés est en phase de croissance | Newsletter navale | Scoop.it

The European Community Shipowners' Associations (ECSA) and the International Chamber of Shipping (ICS) note in a recent report that the use of private armed guards has increased in recent years and become a necessity to ensure safe passage through the risky waters of the Gulf of Aden.

ECSA say that they welcome the fact that some EU countries, including Belgium and Italy, have recently adopted legislation which allows vessels flying their flag to use private armed security teams. ECSA also notes that in other EU states (such as the Netherlands), political discussions seem to go in the same direction.
Pirate attacks and hijackings off the coast of Somalia have gradually dwindled while a variety of factors has successfully contributed to the decline of piracy in the Gulf of Aden. Self-protection measures adopted by shipowners, as well as the use of private armed guards, have decreased ships’ vulnerability and made it easier to ward off attacks by armed gangs, while at the same time acting as a deterrent.
The presence of international naval units such as EU NAVFOR Atalanta, whose invaluable contribution is highly appreciated by the shipping industry, has also decisively improved the security situation off the coast of Somalia.
Nevertheless, ECSA warns that the situation is fragile and remains easily reversible. The problem off the coasts of Somalia and the Indian Ocean may have been curtailed, but it remains to this day unsolved.

Source: Maritime London

Patrick H. 's insight:

La France va l'autoriser (projet de loi présenté en janvier prochain), mais on pourra noter que, dans le cadre de la législation française, ces gardes armés ne pourront pas tirer sauf dans le cadre de la légitime défense :

http://www.lemarin.fr/articles/detail/items/piraterie-les-gardes-prives-armes-ne-pourront-pas-tirer-sauf-dans-le-cadre-de-la-legitime-defense.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Marine et océans | Point de situation sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée

Marine et océans | Point de situation sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée | Newsletter navale | Scoop.it

Du 24 au 25 juin 2013 s'est tenu à Yaoundé (Cameroun) un sommet de chefs d'Etats et de gouvernements sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. L'objet de la rencontre était la signature des documents proposés durant la Conférence interministérielle CEDEAO, CEEAC et CGG (Commission du golfe de Guinée) sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée de mars 2013.

Onze chefs d'Etats africains étaient présents à savoir les présidents du Cameroun, du Nigéria, du Gabon, de la Côte d'Ivoire, du Tchad, du Bénin, de la république de Congo, du Burkina Faso, du Togo, du Niger, et de Sao Tomé et Principe. Si nombre d'entre eux étaient d'accord pour une "mutualisation" des efforts et des actions des Etats africains pour lutter contre la piraterie maritime, les résultats concrets ont été réduits à la création d'un centre de fusion du renseignement, au Cameroun, seule mesure adoptée à ce jour.

Plus ambitieux, le président tchadien, Idriss Deby a défendu l'idée que l'Union africaine se dote d'une "composante maritime", avec pour ambition la mise en place d'une force navale internationale, équivalente à celle déployée depuis 2008 dans le golfe d'Aden. Dans sa déclaration, le Représentant spécial pour l'Afrique centrale du Secrétaire général de l'ONU a assuré que les Nations unies apporteront les ressources financières nécessaires à la mise en œuvre d'une stratégie régionale contre la piraterie maritime.

De leur côté, les nations contributrices à l'EU NavFor, qui s'interrogent sur la poursuite de l'opération européenne Atalanta au large de la Somalie au-delà de son mandat de 2014, ou les autres puissances navales déployant des unités au large de la Corne de l'Afrique (Etats-Unis, Russie, Japon, Chine...) mettent en question la possibilité d'une extension de leur action au golfe de Guinée.

Selon un récent rapport de juin 2013 de "Oceans Beyond Piracy", intitulé "Human Cost of Maritime Piracy 2012", le coût de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée serait estimé entre 740 et 950 millions de dollars US. Ces chiffres reprennent les estimations des coûts directs faites par le BMI (Bureau maritime international), qui estime qu'en 2012, au moins 966 marins auraient été victimes d'attaques dans le golfe de Guinée et que le coût des marchandises volées par les pirates serait évalué entre 34 et 101 millions de dollars. A cela doivent être ajoutés les coûts indirects comme les surprimes d'assurance...

Trois documents ont fait l'objet de la Conférence interministérielle en mars 2013 :

- une lettre d'intention (Memorandum of Understanding) entre la CEDEAO, la CEEAC et la CGG sur la sécurité et la sûreté maritime en Afrique de l'Ouest et Afrique Centrale.
- une déclaration politique des chefs d'Etats et de gouvernements
- un code de conduite sur la répression de la piraterie, des vols armés sur navires et les activités maritimes illicites (à l'image du Code de Djibouti).

Les impacts économiques sont directs sur les Etats côtiers, notamment le Nigeria, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon et le Togo. Ils concernent également les Etats européens, ce qui pourrait décider ces derniers à prolonger leur action antipiraterie dans le golfe de Guinée, le libre approvisionnement du pétrole exploité sur la zone pouvant être menacé. L'UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) estimait en février 2011 que plus de 11% du pétrole brut importé en France provenait de cette région du monde.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Piraterie : Le golfe de Guinée dépasse la Somalie | Mer et Marine

Piraterie : Le golfe de Guinée dépasse la Somalie | Mer et Marine | Newsletter navale | Scoop.it

966 marins ont été victimes d'attaques en mer dans le golfe de Guinée l'an dernier, contre 861 au large de la Somalie. Les statistiques du Bureau Maritime International font état, pour la première fois,  du dépassement des actes de pirateries de la zone ouest-africaine par rapport au très surveillé bassin somalien. Le BMI fait également état d’un mode opératoire très différent dans le golfe de Guinée, « très violent » et visant principalement au siphonnage des navires transportant des hydrocarbures...

 

Lire l'intégralité de l'article sur Mer et Marine :

http://www.meretmarine.com/fr/content/piraterie-le-golfe-de-guinee-depasse-la-somalie

 

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Malgré ses dénégations, la Chine pourrait bien installer une base navale en Namibie

Malgré ses dénégations, la Chine pourrait bien installer une base navale en Namibie | Newsletter navale | Scoop.it

Beijing denies report, calls it an 'out-and-out fabrication'

Namibia and China are discussing plans for a Chinese naval base in the southwest African country, the Namibian newspaper reported Tuesday, prompting an immediate denial from Beijing.

The Namibian quoted a confidential letter from Namibia's Beijing ambassador to his foreign ministry stating that a Chinese delegation would visit Windhoek for discussions "on the way forward regarding plans for the proposed naval base in Walvis Bay”.

The letter from Ambassador Ringo Abed to foreign affairs permanent secretary Selma Ashipala-Musavyi, dated December 22, 2014, followed a meeting he had with Chinese defense ministry official Geng Yansheng, the Namibian said.

The detailed letter said the Chinese delegation would include technical staff and naval architects who would do an exploratory feasibility study, the newspaper reported.

In response to a query, the Chinese defense ministry told AFP that "the exchange of communication between Chinese defense officials and Namibian embassy officials reported by 'The Namibian' is an out-and-out fabrication".

Namibia's Foreign Affairs Minister Netumbo Nandi-Ndaitwah, who was sent a copy of the letter, said: "The whole issue is completely new to me. I'm seeing this letter for the first time."

The ambassador's letter said Geng Yansheng had noted that China had invested heavily in Namibia and that a Chinese naval presence would deter illegal fishing trawlers and smugglers in Namibian waters, the paper reported.

"Other considerations for the naval base would be for it to serve to train the Namibian navy, not only to be combat ready but to carry out civilian duties as well," the Nambian quoted the letter as saying.

This is the second time Beijing has denied reports of a planned naval base in Walvis Bay, which has a sheltered deep water harbor and is Namibia's biggest commercial port.

The desert nation on the Atlantic coast to the north of South Africa is mineral-rich -- from diamonds to uranium -- and China has increased investment and aid in recent years.

(AFP)

Patrick H. 's insight:

En novembre dernier, un projet de très grande ampleur pour la Chine en Océan Indien était évoqué :

http://sco.lt/7CsLLt


more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Défense : DCNS se lance à l'abordage de l'Afrique

Défense : DCNS se lance à l'abordage de l'Afrique | Newsletter navale | Scoop.it

DCNS a en ce moment les yeux de Chimène pour le marché africain d'où il était jusqu'ici complètement absent. Et plus particulièrement pour les pays producteurs de pétrole off-shore, qui ont besoin de renforcer leur marine afin de protéger leurs plates-formes et leurs bateaux contre la piraterie. Le groupe naval, qui propose quatre modèles de bâtiments différents à partir du patrouilleur "L'Adroit" pour des missions de surveillance et de police, a donc mis le cap vers ces pays en bâtissant une stratégie pour pénétrer ces marchés. DCNS est également prêt à fournir des systèmes de communications C3I ou C4I

DCNS table en moyenne sur des marchés de "200 millions d'euros maximum" dans les pays ciblés, soit deux à trois patrouilleurs Adroit, explique-t-on à "La Tribune". A l'exception du Nigéria, qui souhaite renforcer fortement sa marine (800 à 900 millions d'euros). Les offres de DCNS prévoient en général une charge de travail locale.

Piriou et le sud-africain Paramount pour gagner en Afrique

Le groupe naval va s'appuyer sur deux partenariats, l'un avec le chantier Piriou à travers la société Kership (55 % Piriou et 45 % DCNS),  l'autre avec le sud-africain Paramount, propriétaire depuis peu du chantier naval Nautic Africa. Kership a pour mission de s'adresser à l'Afrique plutôt francophone (mais pas que) et, plus précisément aux pays du Golfe de Guinée : Gabon, qui veut des OPV (Offshore Patrol Vessels), Congo Brazzaville, Guinée équatoriale et Cameroun.

"Ces pays font un énorme effort pour moderniser leur marine", précise-t-on à "La Tribune". Kership est également en première ligne au Nigéria intéressé par des patrouilleurs de type Adroit, qui seront fabriqué en France.

De son côté, Paramount vise a priori les pays anglophones. DCNS est notamment allié depuis de longues années à Nautic Africa, bien avant son rachat par Paramount, pour remporter le programme Biro de la marine sud-africaine. Les Sud-Africains veulent acquérir huit navires, quatre OPV de 85 mètres et quatre IPV (Inshore Patrol Vessels) de 60 mètres. Outre l'Afrique du sud, Paramount, qui a obtenu une licence de production, prospecte au Ghana, Tanzanie, Namibie, Angola, Mozambique et… Sénégal.

Les Chinois bien positionnés en Afrique

Pour DCNS, la partie sera loin d'être facile en Afrique :  peu de pays ont une planification d'acquisitions à l'occidentale et la concurrence fait très souvent du low cost. C'est le cas des Chinois, qui sont par exemple très bien implantés au Nigéria. Ils y ont déjà vendu des OPV. Les Israéliens sont également au Nigeria pour des raisons commerciales - ils ont vendu des patrouilleurs Shaldag - mais aussi pour surveiller les islamistes locaux. Sans oublier la concurrence coréenne et brésilienne. Brasilia a récemment envoyé des OPV faire le tour de l'Afrique.

Outre la concurrence féroce, les banques sont également assez réticentes à financer les opérations en Afrique. Enfin, "les marchés africains peuvent être parfois compliqués", rappelle-t-on. Sous-entendu, la corruption y est endémique.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

La piraterie en Somalie, un chiffre d'affaires de 300 millions en sept ans

La piraterie en Somalie, un chiffre d'affaires de 300 millions en sept ans | Newsletter navale | Scoop.it

Selon le document de 130 pages rédigé par la Banque mondiale, Interpol et l’observatoire des Nations unies sur les trafics de drogue, les flux financiers générés par la piraterie ne profitent guère aux pirates eux-mêmes, qui ne touchent qu’entre 0,01 et 0,025 % des rançons. Sur les 105 cas de navires piratés et libérés à la suite de versement de rançon, le rapport estime que les financeurs (pirate financiers) récupèrent entre 35 et 75 % des sommes.

Les multiples intermédiaires et les populations locales en bénéficient au travers de la vente au prix fort des denrées et matériels nécessaires aux pirates, dont le fameux khat, dont le prix a été multiplié par trois sur la période observée. Les bénéfices réalisés par les premiers bénéficiaires de la piraterie sont réinvestis dans le trafic de drogue (dont le khat), la prostitution, l’immobilier, l’import-export, les services financiers à l’échelle internationale.

L’essentiel des flux quittent la Somalie pour Djibouti, Dubaï ou Nairobi, l’Arabie saoudite. Au-delà de la réponse navale militaire, « opération efficace mais de plus en plus coûteuse », les auteurs du rapport préconise une « coopération internationale de lutte contre les circuits d’argent sale à l’échelle de toute la région. »

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Afrique : des chefs d'Etats pour une force navale contre les pirates

Afrique : des chefs d'Etats pour une force navale contre les pirates | Newsletter navale | Scoop.it

Les chefs d'Etats d'Afrique centrale et de l'ouest ont plaidé lundi pour le déploiement d'une force navale internationale pour lutter contre la piraterie maritime, lors d'un sommet à Yaoundé consacré à la sécurité dans le golfe de Guinée.

"J'invite la communauté internationale à faire preuve de la même fermeté dans le Golfe de Guinée que celle affichée dans le Golfe d'Aden, où la présence des forces navales internationales a permis de réduire drastiquement les actes de piraterie maritime", a déclaré dans son discours le président ivoirien Alassane Ouattara.

De son côté, le président tchadien Idriss Déby a fustigé "un terrorisme international et multiforme" en Afrique, et plaidé pour la mise en place de la "force d'intervention rapide" dont la création a été décidée par l'Union africaine fin mai.

"La récente expérience du Mali montre que nous ne devons pas attendre. Une telle force peut aussi avoir sa composante de forces maritimes", a-t-il souligné.

"Il nous faut réagir avec fermeté si nous ne voulons pas voir diminuer le flux migratoire des marchandises dans notre espace maritime, si nous ne voulons pas compromettre notre développement et l'équilibre du monde (. . . ) Nous devons réagir sans faillir et sans faiblir", a pour sa part déclaré le chef d'Etat camerounais, Paul Biya.

966 marins attaqués

Onze chefs d'Etats étaient présents à la cérémonie d'ouverture dans la capitale camerounaise, tels le Camerounais Paul Biya, le Nigérian Goodluck Jonathan, le Gabonais Ali Bongo, l'Ivoirien Alassane Ouattara ou encore le Tchadien Idriss Déby Itno.

Les présidents nigérien, équato-guinéen, béninois, burkinabé, congolais, santoméen et togolais étaient également présents à l'ouverture du sommet qui doit se poursuivre jusqu'à mardi.

Selon le bureau maritime international (BMI), le nombre d'actes de piraterie maritime recensés au large des côtes ouest-africaines en 2012 a dépassé pour la première fois celui des attaques dans le Golfe d'Aden et dans l'Océan Indien, avec 966 marins attaqués dans le golfe de Guinée, contre 851 marins au large des côtes somaliennes.

Le BMI estime le coût des marchandises volées en 2012 dans le golfe de Guinée entre 34 et 101 millions de dollars (25 à 75 millions d'euros).

Les pays concernés sont notamment le Nigeria, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon et le Togo.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick H.
Scoop.it!

Exercice naval multinational 'Saharan Express 2013' au large des côtes sénégalaises axé sur la sécurité maritime

Exercice naval multinational 'Saharan Express 2013' au large des côtes sénégalaises axé sur la sécurité maritime | Newsletter navale | Scoop.it

Dakar — Les Etats-Unis et le Sénégal ont entamé jeudi un exercice naval multinational de sept jours intitulé "Saharan Express 2013" qui se déroulera au large des côtes sénégalaises, capverdiennes et mauritaniennes.

Cet exercice, qui entre dans le cadre de la coopération militaire entre les Etats-Unis et le Sénégal, est mené en partenariat avec le Maroc, la Mauritanie, la Gambie, le Cap Vert, la Côte d'Ivoire, la Sierra Leone, le Liberia, la Grande Bretagne, la France, le Portugal, les Etats-Unis d'Amérique et le Sénégal qui en abritera la phase active.

Il enregistre également l'engagement de plusieurs moyens navals. Il nécessitera l'activation d'un centre de coordination des opérations maritimes regroupant les personnels de pays participants déployant des moyens et d'autres pays observateurs dont la France et l'Espagne.

Lors d'une conférence de presse ayant suivi la cérémonie d'ouverture, le capitaine de frégate Oumar Wade, chef de la division des opérations à l'état-major de la marine, a relevé que "la mer constitue un enjeu qu'il faut surveiller et protéger et tous les Etats qui y ont des intérêts doivent la défendre".

"Il y a des millions de barils de pétrole qui passent tous les jours en mer et, on le sait, 80 % des marchandises qui arrivent dans tous les pays du monde passent par la mer" a-t-il relevé.

Le capitaine Wade a indiqué que le Sénégal est "résolu à prendre des dispositions pour protéger son domaine maritime", vaste de 212 millions de km2 et supérieur à l'espace terrestre. Mais, a-t-il dit, "il va falloir trouver des moyens pour assurer cette protection".

Il a soutenu que tous les pays côtiers qui ont un intérêt en mer "doivent ensemble prendre en compte les menaces qui pèsent sur nos côtes et y faire face de manière collective car, selon lui, la sécurité maritime est un enjeu majeur pour tous les pays".

"Ces menaces vont de la pêche illicite, au trafic de drogue, d'armes et parfois même, d'êtres humains", a-t-il expliqué. Et, c'est tout le sens qu'il donne à cette formation qui "permettra de dérouler plusieurs scénarios dans lesquels la marine sénégalaise donnera la réponse du rôle que les marins vont jouer quand il s'agit de trafic et de pêche illicite".

"Avec cette formation, l'interopérabilité sera renforcée entre les marines et les gardes côtes ouest africains. Les capacités à travailler ensemble, à développer les connaissances maritimes et la capacité à voir communément ce qui se passe en mer seront renforcées", a-t-il dit.

Patrick H. 's insight:

Lire aussi sur le sujet :

http://navaltoday.com/2013/03/13/senegal-se-13-reaches-maritime-stakeholders/


more...
No comment yet.