EntomoScience
48.9K views | +1 today
Follow
 
Rescooped by Bernadette Cassel from EntomoNews
onto EntomoScience
Scoop.it!

Recherche CNRS-INEE : Quand le productivisme nuit à l'agriculture

Recherche CNRS-INEE : Quand le productivisme nuit à l'agriculture | EntomoScience | Scoop.it
Vincent Bretagnolle étudie les alternatives à l’agriculture intensive sur les 450 kilomètres carrés d’une zone agricole située au sud de Niort. Il explique à CNRS Le journal comment un moindre recours aux pesticides augmente les revenus des agriculteurs sans affecter leur production.

(...)

 

Quand le productivisme nuit à l'agriculture. Par Laure Cailloce, 27.02.2018

 

Conduire des expérimentations sur un territoire de 450 kilomètres carrés, comme vous le faites dans la zone atelier de Chizé, ce n’est pas banal. Pouvez-vous nous expliquer le principe de vos recherches ?

Vincent Bretagnolle : La zone atelier « Plaine et val de Sèvres » – c’est son nom officiel – a été créée en 1994 sur un constat : le modèle agricole productiviste est en bout de course. Il dégrade l’environnement et la biodiversité, a des conséquences délétères sur la santé humaine – au premier chef, sur celle des agriculteurs –, et n’est plus viable économiquement puisqu’on assiste à la baisse continue des revenus des mêmes agriculteurs. Face à ce constat, la question qui se pose est la suivante : quel modèle inventer pour l’agriculture de demain ? À Chizé, nous avons décidé d’explorer la piste de l’agroécologie, une agriculture durable qui utilise les ressources de la nature pour se développer. Mais, à la différence de la plupart des études basées sur des modèles théoriques ou menées dans des stations expérimentales hors-sol, nous testons toutes nos hypothèses en conditions réelles, grâce à la participation des agriculteurs : près de 200 exploitations ont ainsi accepté de collaborer ces dix dernières années.

 

 

À quoi ressemble votre zone d’étude, concrètement ?

V. B. : C’est une des grandes plaines céréalières de France où l’on cultive le blé, le colza, le tournesol, mais aussi le maïs ou la luzerne. Les terres y étant très pauvres, on y pratique encore beaucoup l’élevage, même si les prairies ont disparu au profit des stabulations, ces bâtiments où les animaux vivent à longueur d’année. 450 exploitations agricoles sont aujourd’hui présentes sur ce territoire, qui a la particularité d’être classé Natura 2000 du fait de la présence d’oiseaux protégés comme le busard ou l’outarde canepetière. On y trouve encore des haies, des petits bosquets, et quelques vignes dans le sud de la zone, mais ces éléments du paysage très prisés des insectes et des oiseaux disparaissent progressivement.

(...)

 

 

 

"La Zone Atelier Plaine & Val de Sèvre est l’une des 13 zones atelier du dispositif INEE RZA. Elle a été labellisée Zone Atelier en 2008. Les données y sont collectées cependant depuis 1994.

C’est un dispositif de l’Institut Ecologie et Environnement du CNRS, destiné à favoriser la recherche interdisciplinaire et inter partenariale autour d’un projet commun – en l’occurrence, l’Agro-écologie des territoires- s’appuyant notamment sur un outil d’organisation, de stockage et de partage de l’information scientifique. Cet outil doit à la fois répondre aux besoins de recherche fondamentale, de recherche appliquée et aux demandes sociétales."

Bernadette Cassels insight:

 

"Depuis dix ans, les chercheurs de la zone atelier ont travaillé main dans la main avec 200 exploitations agricoles : producteurs de blé, de colza ou encore de tournesol."

 

Les Sentinelles du climat's curator insight, March 5, 2018 6:40 AM
Oui, la biodiversité est utile à la production agricole, et pas uniquement pour la pollinisation
EntomoScience
Toutes les disciplines scientifiques peuvent s'intéresser aux insectes et autres petites bêtes !
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Bernadette Cassel from Variétés entomologiques
Scoop.it!

Avez-vous déjà vu des abeilles, des mouches, des moustiques et/ou des papillons dans… des albums jeunesse publiés entre 1960 et 1990 ?

Avez-vous déjà vu des abeilles, des mouches, des moustiques et/ou des papillons dans… des albums jeunesse publiés entre 1960 et 1990 ? | EntomoScience | Scoop.it

Si c’est le cas, Camila LEANDRO (chercheuse CEFE UPVM 3) serait ravie de recevoir la référence des ouvrages que vous aurez en tête et, dans le meilleur des cas, l’ouvrage scanné ou photographié dans son intégralité afin d’analyser la façon dont ces insectes sont représentés et s’il y a des évolutions dans le temps. Étaient ils les héros ou les méchants de l’histoire (voire seulement personnages secondaires) ? Sont-ils en lien avec d’autres espèces, comme les humains ?

 

Via Opie_Insectes, 27.11.2020

Bernadette Cassels insight:

 

Fichier pour participer directement aux référencements

https://upvdrive.univ-montp3.fr/index.php/s/PmCR5XtBQiopSDm

 

Lien vers le dossier dédié aux scans

https://upvdrive.univ-montp3.fr/index.php/s/oznQkQM6RbPnGEi

 

Bernadette Cassel's curator insight, November 27, 11:41 AM

 

Fichier pour participer directement aux référencements

https://upvdrive.univ-montp3.fr/index.php/s/PmCR5XtBQiopSDm

 

Lien vers le dossier dédié aux scans

https://upvdrive.univ-montp3.fr/index.php/s/oznQkQM6RbPnGEi

 

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Grignoté par Reworld, «Science & Vie» oppose une motion de défiance - Libération

Grignoté par Reworld, «Science & Vie» oppose une motion de défiance - Libération | EntomoScience | Scoop.it
Dans un communiqué dimanche, la société des journalistes (SDJ) du magazine scientifique a fait part d’une motion de défiance, votée vendredi par la rédaction à 81,8 % des voix, contre la directrice du titre, Karine Zagaroli. Une nouvelle tentative de bras de fer face à la méthode Reworld, désormais bien connue : le rachat de titres dont on vide les rédactions des journalistes pour ne garder que la marque. Le groupe de médias (qui n’a pas souhaité faire de commentaires) a acquis le mensuel centenaire il y a un an et demi dans le rachat de Mondadori France, qui a fait de lui le numéro 1 de la presse magazine en France. Fleuron du journalisme scientifique, Science & Vie s’inquiète ces derniers jours de la qualité de son site internet.

 

Par Adrien Franque — 30 novembre 2020

 

 

 

"... Sans expérience journalistique ni expertise scientifique, ces trois jeunes chargés de contenus produisent quotidiennement des articles, parfois en contradiction avec ce qu’écrit la rédaction du magazine.

 

C’est le cas d’un papier sur l’huile de foie de morue, supposée utile dans la prévention du Covid. Un article, publié la semaine dernière, agrégeant aveuglément des études scientifiques sans interroger le moindre expert. Dans son numéro de janvier, Science & Vie fera pourtant paraître une enquête sur le sujet, dont les conclusions sont à l’opposé de cet article en ligne.

 

Ce n’est pas tout. Différents contenus publiés ces dernières semaines ont dépité la rédaction, comme cet article attrape clics sur les "films d’Halloween les plus terrifiants selon la science".

 

Pour les journalistes du titre, la réputation de sérieux de la marque est en jeu."

(...)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les crises environnementales, responsables de l’émergence de nouvelles épidémies, vraiment ?

Les crises environnementales, responsables de l’émergence de nouvelles épidémies, vraiment ? | EntomoScience | Scoop.it
La recherche pour développer de nouveaux traitements et des vaccins sûrs et efficaces contre la Covid-19 progresse mais d’autres virus encore non documentés pourraient émerger dans les années à venir, alors que les problèmes environnementaux s'intensifient.

 

#Détox Santé Publique
Le 20 nov. 2020 - 11h00 | Par INSERM (Salle de presse)

 

Inconnue il y a encore un an, la Covid-19 a touché en quelques mois l’ensemble des régions du monde. En Europe, la deuxième vague de la pandémie s’accélère. Et les scientifiques sont inquiets : si la recherche pour développer de nouveaux traitements et des vaccins sûrs et efficaces contre cette maladie progresse rapidement, ils n’excluent pas que d’autres virus encore non documentés émergent dans les années à venir et se diffusent à travers le monde.

 

Un nombre croissant de travaux souligne que les activités humaines à l’origine de la dégradation de la biodiversité et du changement climatique constitueraient un facteur majeur dans l’accélération des épidémies. Un constat partagé par un rapport de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) publié au mois d’octobre 2020. Pour mieux comprendre le lien entre crises écologiques, maladies émergentes et pandémies, Canal Détox fait le point sur l’état des connaissances.

Origine des pandémies

La grande majorité des maladies émergentes ayant donné lieu à des épidémies sont des zoonoses, c’est-à-dire que des pathogènes d’origine animale en sont à l’origine. C’est le cas par exemple de Zika (...)"

 

 

[Image] Évolution du nombre de maladies ayant enregistré au moins un épisode épidémique entre 1950 et 2009 (d’après GIDEON, dans M&M)

Bernadette Cassels insight:

 

"... Pour de nombreux chercheurs, la surveillance et la prévention de futures épidémies sont donc étroitement liées à une action plus robuste pour mieux protéger l’environnement des activités humaines et réduire les effets les plus délétères du réchauffement climatique.

 

Le constat d’un lien entre crise écologique, changement climatique et épidémies constitue par ailleurs un argument pour continuer à promouvoir l’approche One Health qui aborde de façon systémique et unifiée la santé publique humaine ainsi que la santé animale et environnementale aux échelles locale, nationale et planétaire. La création du Haut Conseil Une seule santé, sur le modèle du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) répond à cet impératif. Elle a été annoncée en novembre 2020 à l’occasion de l’ouverture du Forum de Paris sur la paix."

 

No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Variétés entomologiques
Scoop.it!

1re conférence virtuelle du projet INTOMED "Biologicals/Biopesticides/Biostimulants and EU policies" le 4 décembre 2020

1re conférence virtuelle du projet INTOMED "Biologicals/Biopesticides/Biostimulants and EU policies" le 4 décembre 2020 | EntomoScience | Scoop.it
La première conférence virtuelle du projet INTOMED sur "Biologicals/Biopesticides/Biostimulants and EU policies" aura lieu le 4 décembre 2020 à 09:00-18:00 CET.

 

 

[Image] Les principaux conférencier·ères et le programme du symposium INTOMED sont maintenant annoncés via Agricultural Entomology and Zoology

 

 

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les plantes une solution pour piéger le frelon asiatique, un projet de recherche mené au CNRS de Montpellier

Les plantes une solution pour piéger le frelon asiatique, un projet de recherche mené au CNRS de Montpellier | EntomoScience | Scoop.it
Une équipe de recherche planche sur un piège biomimétique. Explications.

 

Midi Libre, 28.11.2020 (abonnés)

[Image] Laurence Gaume-Vial est spécialiste des plantes carnivores dans son unité de recherche en botanique. Photos DR

 

[Sarracenia]

 

___________________________________________________________________

AJOUT au 29.11.2020

→ Eric Darrouzet sur Twitter, 29.11.2020 :

https://twitter.com/DarrouzetEric/status/1333059061504495621

 

"@collemyria @Midilibre Le problème est que ces plantes ne sont pas efficaces et de fait non indiquées pour une lutte contre le frelon asiatique (pas efficaces et non sélectives). Nous l'avons démontré en 2018 (https://t.co/x1IN3Ddawl)"

 

Bernadette Cassels insight:

 

(Re)lire aussi :

 

Dans la lutte contre le frelon asiatique, les Sarracénies, ces plantes carnivores qui les piègent, ne s'avèrent pas assez efficaces - De rethinkingecology.pensoft.net - 28 novembre 2018, 12:16

 

et :

 

« La faillite des généralistes », qui attirent, retiennent et font crever bien trop de monde : pièges grossiers ! - De www7.inra.fr - 29 novembre 2018, 18:54

 

 

  • Sarracenia carnivorous plants cannot serve as efficient biological control of the invasive hornet Vespa velutina nigrithorax in Europe - Rethinking Ecology, 12.11.2018

 

____________________________________________________

 

→ 'Sarracenia' in EntomoNews
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=Sarracenia

 

(4 scoops)

 

 

→ 'Sarracenia' in Variétés entomologiques
https://www.scoop.it/topic/le-monde-des-insectes/?&tag=Sarracenia

 

(4 scoops)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des façons fascinantes pour les animaux de survivre à l’hiver !

Des façons fascinantes pour les animaux de survivre à l’hiver ! | EntomoScience | Scoop.it
Certains oiseaux et insectes évitent complètement l’hiver et se dirigent vers le sud.

 

Par Jessica Hébert, 25.11.2020

"La migration des insectes et des oiseaux fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques, et les chercheurs essaient encore de comprendre le phénomène.

Par exemple, une série d’études suggère que les oiseaux qui se préparent à migrer peuvent sentir les tempêtes dangereuses qui approchent et modifier leur trajectoire de migration pour les éviter. Les chercheurs soupçonnent les oiseaux d’utiliser une tactique ou une combinaison de tactiques, à savoir les infrasons, qui sont en dessous de la portée auditive humaine, et les observations météorologiques et nuageuses, pour détecter le temps."

Bernadette Cassels insight:

 

 

(7 scoops)

 

 

(22 scoops)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Carrières dans les STEM : à quoi ressemble le fait d'être écologiste pour un organisme de bienfaisance pour la conservation - et comment obtenir ce poste ?

Carrières dans les STEM : à quoi ressemble le fait d'être écologiste pour un organisme de bienfaisance pour la conservation - et comment obtenir ce poste ? | EntomoScience | Scoop.it
Mollie Gupta, 26 ans, est gestionnaire des produits forestiers à l’association caritative de conservation WWF UK. Elle a étudié la chimie, la biologie, la langue anglaise et la psychologie au niveau A, puis a suivi un BSc en zoologie, biologie / sciences biologiques à l’Imperial College de Londres, suivi d’une maîtrise en écologie, évolution […]

 

Par Marseille News .net - 25 novembre 2020
Bernadette Cassels insight:

 

STEM : Science, Technology, Engineering, and Mathematics

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Trigona hypogea : du miel à partir de cadavres d'animaux !

Trigona hypogea : du miel à partir de cadavres d'animaux ! | EntomoScience | Scoop.it

"Les abeilles du genre Trigona fabriquent du miel à partir de chair de cadavres d'animaux ! Découvrez ces abeilles nécrophages surprenantes !"


Par Benoît Gilles, 24.11.2020

 

Bernadette Cassels insight:

 

"Savez-vous que certaines espèces d'abeilles fabriquent du miel à partir de chairs de cadavres d'animaux en décomposition ???


Parmi ces espèces, celles des genres Lestrimelitta (zone néotropicale) et Cleptotrigona (zone afrotropicale) ont totalement abandonné les fleurs. Plus étonnant encore, trois espèces du genre Trigona (zone néotropicale) sont quant à elles exclusivement nécrophages : T. hypogea (photo), T. necrophaga et T. crassipes."

 

Benoît Gilles

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une langue à 14 pattes

Une langue à 14 pattes | EntomoScience | Scoop.it
Âmes sensibles s’abstenir. On connaît beaucoup de cas de parasitisme, dont certains sont peu ragoûtants. Prétendant à la palme de la « cruauté » à nos yeux d’humains, mais on s’abstiendra de tout jugement de valeur, les guêpes parasitoïdes pondent leurs œufs dans des chenilles qui deviennent un garde-manger vivant pour les larves en développement. La bestiole du jour peut rivaliser !

 

Par Loïc Mangin, 30.07.2013

 

"Il s’agit de Cymothoa exigua, un crustacé isopode (proche des cloportes) de la famille des Cymothoidae, plus connus sous le nom de poux de mer. Cymothoa exigua est un parasite de poissons, et particulièrement du vivaneau rose (Lutjanus guttatus), une espèce que l’on trouve dans les eaux du Pacifique de la Californie jusqu’au Pérou.

 

Le jeune Cymothoa exigua pénètre par l’ouïe du poisson et se fixe sur les branchies où il se repaît du mucus. Là, il devient mâle, puis femelle à mesure qu’il croît. (...)"

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Villes fertiles

Villes fertiles | EntomoScience | Scoop.it
L’engouement pour l’agriculture urbaine ne s’estompe pas depuis les 10 dernières années. Reste à découvrir comment elle peut atteindre son plein potentiel.

 

Par Etienne Plamondon Emond, 20.11.2020

Québec Science, édition décembre 2020

 

"... Adapter une culture à la ville n’est pas qu’une question de thermomètre : toutes sortes de méthodes sont mises à l’épreuve. AU/LAB teste des engrais mis au point avec des déchets des environs. Des piments gorria poussent entre autres dans un terreau à base d’excréments d’insectes et de résidus de champignonnières…"

(...)

La forêt, ce garde-manger

"L’engouement ne gagne pas seulement la métropole. Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, une forme particulière prend racine : la forêt nourricière. On y recrée la dynamique d’un écosystème, c’est-à-dire qu’on plante des végétaux de différentes tailles, allant des plantes herbacées aux arbres fruitiers en passant par des arbustes et des arbrisseaux. Ces strates favorisent la fertilité des sols, et chaque végétal remplit une fonction, par exemple fixer l’azote de l’air dans le sol ou attirer des insectes pollinisateurs. On peut y cueillir autant des pommes que de la rhubarbe et de l’estragon."

(...)

 

 

Source :
Etienne Plamondon Emond
La recherche dans le réseau
de l'Université du Québec
Québec Science
Décembre 2020, p. 3

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pourquoi la protection de biodiversité est si cruciale pour prévenir les pandémies

Pourquoi la protection de biodiversité est si cruciale pour prévenir les pandémies | EntomoScience | Scoop.it
L'environnement naturel, la santé des animaux et des humains sont très liés ; les séparer fait le lit à la survenue des pandémies graves chez les humains. Marcela Uhart s'est entretenue avec BBC Mundo d'Argentine.

 

BBC News Afrique, 16.11.2020

 

La Dr Marcela Uhart a reçu un appel de la Bolivie qui exigeait une réponse urgente.

 

Des singes morts avaient été retrouvés et tout indiquait qu'il pouvait s'agir de fièvre jaune.

 

Ce qui s'est passé dans les jours cruciaux qui ont suivi est devenu un exemple de ce que les pays non seulement d'Amérique latine mais du monde entier peuvent faire pour se protéger des pandémies.

 

" En fin de compte, il n'y a pas eu de cas humain de fièvre jaune. Et nous avons pu faire tout cela en seulement huit jours ", a déclaré à BBC Mundo Marcela Uhart, vétérinaire animalière et directrice du programme latino-américain au One Health Institute de l'Université de Californie.

 

La scientifique argentine est l'une des autrices du récent rapport * des Nations Unies pour l'environnement intitulé "Échapper à l'ère des pandémies".

 

Le rapport prévient que les pandémies pourraient être de plus en plus fréquentes et assure que les empêcher est « cent fois moins cher que de les guérir. »

(...)

 

 

Communiqué en français :

 

 

→ Prévenir les pandémies plutôt que les guérir serait cent fois moins coûteux -  De www.lemonde.fr - 1 novembre, 16:11

 
 

 

 

[Image] La vétérinaire de la faune Marcela Uhart est l'une des autrices du rapport. « L'une des pires choses qui puisse nous arriver est de ne rien apprendre de ce qui nous arrive maintenant.» Crédit photo, avec l'aimable autorisation de MARCELA UHART

 
Bernadette Cassels insight:

 

"La fièvre jaune ne se transmet pas directement, ce n'est pas comme le coronavirus, mais pour se transmettre, il faut des moustiques comme vecteurs.

 

En fait, les singes ne sont pas un réservoir car ils meurent, donc en général le virus reste dans les populations de moustiques et infecte ainsi les humains ou les animaux."

 

___________________________________________________________

 

 

'fièvre jaune' in EntomoNews | Scoop.it
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=fi%C3%A8vre+jaune

 

(41 scoops)

 

 

 
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Champions de la pollinisation : les insectes

Champions de la pollinisation : les insectes | EntomoScience | Scoop.it
Les insectes, dont le nombre n'a cessé de décliner ces quarante dernières années, sont indispensables pour notre sécurité alimentaire et le maintien de la biodiversité.

 

Les insectes, ces super-héros

Par Fabrice Requier et Olivier Dangles, 15.11.2020

 

Champions de la pollinisation

Dans le monde, près de 90 % des espèces de plantes à fleurs sont pollinisées par des animaux, principalement des insectes tels que les abeilles. Ces plantes à fleurs sont essentielles au fonctionnement des écosystèmes et garantissent, par exemple, la régulation de la qualité de l’air, de l’eau douce et du climat, et l’approvisionnement en médicaments.

 

Par ailleurs, 5 à 8 % de la production agricole mondiale est directement attribuable à la pollinisation par les insectes. Ainsi, la valeur économique de la pollinisation par les insectes est estimée entre 235 à 577 milliards de dollars (USD) annuellement pour les cultures destinées à l’alimentation humaine.

 

 

Les insectes pollinisateurs sont donc des super-héros, garantissant notre sécurité alimentaire. En effet, de nombreux fruits, légumes, semences, noix et oléagineux fournissant des proportions importantes de micronutriments, de vitamines et de minéraux dans l’alimentation humaine, dépendent des pollinisateurs.

 

Par ailleurs, une étude a mis en évidence que la baisse de diversité alimentaire associée au déclin des pollinisateurs pourrait causer des déficits en certains nutriments et engendrer une augmentation de la fréquence de certains troubles ou maladies. Si les services de pollinisation des insectes sont considérablement endommagés, il y aura de graves impacts sur les économies agricoles et la sécurité alimentaire.

 

 

Ce sont les images du miel et de la ruche qui viennent généralement à l’esprit lorsqu’on évoque le mot « abeille ». Pourtant, en Europe, le miel est produit par une seule espèce, l’abeille mellifère (Apis mellifera L.), tandis que le mot « abeille » rassemble une diversité écologique remarquable.

 

La super-famille des Apoidea, ou abeilles, comprend en effet environ 20 000 espèces dans le monde et près de 2 000 espèces en Europe. En agriculture, le service de pollinisation est d’autant plus efficace lorsqu’il est rendu par une diversité d’abeilles. Des études ont mis en évidence une complémentarité et une synergie d’action entre l’abeille mellifère et les abeilles sauvages pour les rendements des cultures entomophiles (c’est-à-dire dont la pollinisation est faite par les insectes)."

 

 

Bernadette Cassels insight:

 

Cet article est publié dans le cadre de la Fête de la science 2020 (du 2 au 12 octobre 2020 en métropole et du 6 au 16 novembre en Corse, en outre-mer et à l’international) dont The Conversation France est partenaire. Cette nouvelle édition a pour thème : « Planète Nature ». Retrouvez tous les événements de votre région sur le site Fetedelascience.fr.

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Erik Frank : l'homme aux fourmis !

Erik Frank : l'homme aux fourmis ! | EntomoScience | Scoop.it
Aujourd’hui postdoctorant au Département d’écologie et évolution de la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL et directeur opérationnel de la station de recherche du parc, Erik Frank signe une autobiographie dans laquelle il revient sur son expérience de vie et ses travaux sur place. Intitulé Combattre, sauver, soigner - Une histoire de fourmis, le livre est paru le 24 septembre 2020 aux Editions CNRS, le Centre national français de la recherche scientifique. Des versions en anglais, allemand et espagnol pourraient prochainement voir le jour.

 

Erik Frank : l'homme aux fourmis !

Par Benoît GILLES, 09.11.2020

 

"Le monde des fourmis est vaste, plus de 12 000 espèces, que possède Megaponera analis de s’y particulier pour que tu t’y intéresse depuis toutes ces années ?

 

Ce qui me fascine le plus chez Megaponera analis, c’est leur comportement de raid militaire et l’importance de quelques individus pour toute la colonie. Seule une poignée d’éclaireuses expérimentées sait où se trouvent les termites, comment les trouver et mener le reste de leurs camarades à ces endroits. Par la suite, ma découverte sur le comportement des fourmis en matière de sauvetage et de soins des blessures est ce qui m’a le plus intéressé. Le fait que les fourmis secourent leurs blessées au combat, les ramènent et les soignent était fascinant et constitue la pièce maîtresse de mes recherches actuelles.

 

Quels sont thématiques sur lesquelles tu travailles actuellement ? Peux-tu nous présenter quelques résultats récents ? 

 

Mes recherches se concentrent actuellement sur le comportement social des fourmis en matière de soins des plaies, en particulier les blessures concernant les extrémités coupées. Comment les fourmis les traitent-elles ? Comment préviennent-elles une infection de la plaie et, si celle-ci s’infecte, comment traitent-elles l’infection ? En ce qui concerne les nouveaux résultats, je ne peux pas en dire trop puisqu’ils ne sont pas encore publiés, mais ce que je peux dire, c’est qu’il semble que beaucoup plus de fourmis que nous le pensions ont développé des comportements sociaux de soins des blessures pour soigner les fourmis blessées."

 

(...)

Bernadette Cassels insight:

 

Scoop en relation :

 

Les fourmis Matabele ramènent les ouvrières blessées pour les soigner, un comportement singulier chez les insectes mis en évidence par Erik Frank : Présentation de son ouvrage - De passion-entomologie.fr - Aujourd'hui, 11:47

 
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La Mouche-soldat noire Hermetia illucens choisie pour le projet ValueBugs

La Mouche-soldat noire Hermetia illucens choisie pour le projet ValueBugs | EntomoScience | Scoop.it
Cette espèce est l'une des plus voraces parmi les nombreux insectes saprophages (détritivores). Les larves de mouche-soldat noire ont un potentiel de bioconversion des résidus organiques végétaux et animaux très important. Elles s'engraissent durant quelques semaines avant de se métamorphoser en mouche.

 

ValueBugs - Projet de recherche action participative visant à produire des protéines grâce à des insectes nourris de nos épluchures

 

 

ValueBugs est un projet de recherche citoyenne participative, qui a pour objectif de créer et promouvoir une méthode de conversion à domicile des résidus organiques ménagers en nourriture pour animaux, à l'aide des larves de mouche soldat noire. En effet, ces larves voraces se nourrissent de tous types de matières organiques, dont nos épluchures. Elles deviennent alors une source de protéines et de lipides de qualité, ainsi que de minéraux pour les animaux d'élevage (poules, poissons) ou de compagnie (chiens, chats). Ces larves permettent donc de transformer nos résidus organiques ménagers en nourriture pour animaux locale et de qualité.

 

[Image] Avant de devenir pupe (dernier stade larvaire), la larve va s'extraire naturellement du milieu humide des résidus organiques afin de trouver un endroit sec pour terminer son développement. Ce comportement permet une auto-récolte des larves. Une fois récoltées, les larves mures sont directement données à manger aux animaux d'élevage (poules, poissons…) et de compagnie (chats, chiens…).​ Son cycle de vie dure entre deux et trois mois, selon la température ambiante notamment. Elle passe la plupart de son cycle sous les formes larvaire et pupe.

  

Bernadette Cassels insight:


Actualité en relation

 

→ Et si on élevait des mouches dans nos restes de repas ? Les poules adorent... - De www.lavenir.net - Aujourd'hui, 19:13

 
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Fables de symbioses (1) : le calamar et la fourmi

Fables de symbioses (1) : le calamar et la fourmi | EntomoScience | Scoop.it
Ce document est la captation vidéo d'un enseignement par Philippe Sansonetti. Elle a été enregistrée par le Collège de France le 13 décembre 2017 16:00 dans le cadre de la diffusion des savoirs. Elle fait partie de l'enseignement Microbiologie et maladies infectieuses (2008-2020). D'autres vidéos sont accessible sur http://www.college-de-france.fr.

 

Ce cours envisage, au-delà de la description des microbiotes de ces organismes, comment des bactéries ou populations microbiennes peuvent affecter le développement et la fonction d’un organe de l’hôte, comme le rôle de Vibrio fischeri dans la genèse et la fonction de l’organe lumineux du calamar et la conjonction de certaines bactéries et d’un mycétome fongique dans le comportement communautaire des fourmis jardinières.

 

[Image] via Collège de France sur Twitter, 02.01.2018 : "Fables de symbioses (1) : le calamar et la fourmi - Philippe Sansonetti https://t.co/IjKCFa4H3J |Vidéo 90'] #Microbiologie et #MaladiesInfectieuses"
https://twitter.com/cdf1530/status/948165625012203520

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le VIH transmis par les piqûres des moustiques, vraiment ?

Le VIH transmis par les piqûres des moustiques, vraiment ? | EntomoScience | Scoop.it
Il est impossible d’être infecté par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) par le biais d’une piqûre de moustique. Pourtant, la question est régulièrement débattue sur certaines plateformes en ligne et sur les réseaux sociaux. Canal Détox fait le point.


#Détox Biologie cellulaire | #Detox immunologie
Le 30 nov. 2020 - 16h18 | Par INSERM (Salle de presse)

 

Des virus plus ou moins « exigeants »

"... tous les virus ne sont pas identiques : certains virus pénètrent et se reproduisent plus facilement que d’autres dans les cellules. C’est le cas des virus Zika ou Chikungunya. Le virus de l’hépatite C et le VIH sont à l’inverse beaucoup plus « exigeants » : ils n’infectent que quelques types de cellules bien spécifiques qui ne sont pas présentes chez toutes les espèces.

 

Chez l’humain, les cibles du VIH sont principalement les lymphocytes T auxiliaires, les monocytes, les macrophages et les cellules dendritiques. Ces cellules sont essentielles au bon fonctionnement du système immunitaire. Le virus est en effet capable de reconnaître et de s’arrimer à des « points d’ancrage » ou marqueurs exprimés à la surface de ces cellules, les récepteurs CD4. C’est pour lui le moyen de se répliquer et de se diffuser dans l’organisme.

 

Les cellules du moustique en revanche ne présentent pas ces points d’ancrage à leur surface. Même si un moustique se nourrit du sang d’une personne infectée par le VIH, celui-ci ne pourrait dont pas pénétrer dans ses cellules. En outre, même si c’était le cas, il ne pourrait s’y multiplier, en l’absence de facteurs cellulaires essentiels à sa reproduction.

 

Le VIH ne peut donc en aucun cas infecter le moustique et être transmis à un individu de manière « active »."

(...)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« En Afrique, la science au féminin » (3/3). Les femmes scientifiques issues de pays francophones cumulent des discriminations liées au genre et à la langue

« En Afrique, la science au féminin » (3/3). Les femmes scientifiques issues de pays francophones cumulent des discriminations liées au genre et à la langue | EntomoScience | Scoop.it
En Afrique, oser la science reste plus compliqué en terre francophone qu’anglophone

 

Par Antoine Rolland Publié le 25 novembre 2020

 

"... Si le terreau scientifique est globalement différent entre les zones anglophone et francophone, les Africaines doivent, d’un côté comme de l’autre, se confronter à la barrière patriarcale, qu’elles ont parfois intégrée à leurs dépens. Une physicienne congolaise parle même « d’autocensure ».

Surmonter les barrières

« Il y a un problème de confiance chez les étudiantes, à qui l’on interdit certaines matières jugées difficiles. Moi-même étant jeune et passionnée par les mathématiques, on me disait parfois : Au fond, tu dois être un homme si tu aimes cela », s’agace-t-elle aujourd’hui encore. Et cette disparité de genre persiste au fil de la carrière selon l’Unesco, puisque les femmes scientifiques y sont cantonnées à des postes subalternes, avec peu de possibilités d’avancement.

 

A contrario de cette vox populi, une famille compréhensive peut être un tremplin. Si Francine Ntoumi, spécialiste du paludisme, est parvenue à construire le deuxième plus grand laboratoire de Brazzaville, c’est, selon elle, grâce à son modèle parental. « Je suis née alors que mes parents étaient encore étudiants et ai grandi en les voyant gravir les échelons sociaux grâce à leurs diplômes. Par la suite, ils m’ont toujours poussée à poursuivre mes études, à égalité avec mon frère », observe celle qui a vu en eux des modèles à copier."

 

[Image] Francine Ntoumi à l'avant-garde de la recherche en Afrique - Crédit image: David Matthiessen

 

via Q&R : Afrique Sub-Saharienne, 19/10/17 https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/opinions/q-r-francine-ntoumi-avant-garde-de-la-recherche-en-afrique/

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les orthoptères au service de la dynamique sédimentaire de Garonne

Les orthoptères au service de la dynamique sédimentaire de Garonne | EntomoScience | Scoop.it

"Les orthoptères constituent un groupe particulièrement intéressant du fait de leur rapidité de réaction (une nouvelle génération voire deux chaque année) face à des modifications de fonctionnement du milieu (abaissement de la nappe par exemple). Cette réactivité leur confère un rôle pertinent pour qualifier en temps réel les milieux humides terrestres ouverts. Le suivi des orthoptères, du fait de leur sensibilité à la température moyenne, pourrait par ailleurs donner des indications précieuses sur les conséquences des changements climatiques. De même, ils traduisent l’état du milieu en lien avec plusieurs paramètres abiotiques : humidité, structure de la végétation, couverture du sol par la végétation (Boitier et al., 2003 )."

 

Nature Midi-Pyrénées / Nature En Occitanie [page consultée le 28.11.2020]

 

"Suite aux inventaires de 2019 et 2020, nous avons procédé aux différents calculs et établi un tableau récapitulatif."

 

[Image] Le protocole orthoptère et dynamique sédimentaire est un indicateur issu de la boite à outil RhoMeO- Bassin Rhône-Méditerranée. L’objectif de ce protocole est de définir la dynamique hydrologique de la zone humide à partir des peuplements d’orthoptères et de cicindèles (coléoptères) auxquels s’ajoute un perce-oreille. L’indicateur est un pourcentage correspondant au ratio des valeurs indicatrices de dynamique du milieu entre les espèces observées et les espèces attendues potentielles dans le bassin versant concerné.

 

Bernadette Cassels insight:
 
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Toulouse : Comment des chercheurs et des chercheuses tentent de neutraliser les pesticides qui nous empoisonnent

Toulouse : Comment des chercheurs et des chercheuses tentent de neutraliser les pesticides qui nous empoisonnent | EntomoScience | Scoop.it

"Pourtant interdit depuis vingt ans, l’insecticide Lindane reste toujours présent dans l’air que respirent les habitants d’Occitanie. Une équipe de chercheurs toulousains tente de désactiver ce pesticide et de le rendre utile"

 

Par Hélène Ménal. Publié le 25/11/20

 

 

[image] Dans le laboratoire toulousain qui planche sur la valorisation du Lindane. — LHFA - UT3 - CNRS

Bernadette Cassels insight:

Lettre d’information sur la qualité de l’air en Occitanie 13 - OCTOBRE 2020

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Étale ta science : le podcast des sciences participatives & de la recherche culturelle

Étale ta science : le podcast des sciences participatives & de la recherche culturelle | EntomoScience | Scoop.it
Les sciences participatives sont « des formes de production de connaissances scientifiques auxquelles des acteurs non-scientifiques-professionnels — qu’il s’agisse d’individus ou de groupes — participent de façon active et délibérée » wikipediae

 

 

Une série en cinq épisodes réalisées à l’occasion de La Nuit Européenne Des Chercheur.e.s, avec le soutien du Ministère de la Culture. 

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le commensalisme, l'interaction +/0

Le commensalisme, l'interaction +/0 | EntomoScience | Scoop.it
On divise classiquement les interactions positives ou facilitatrices entre espèces en deux grandes catégories :

– celles où les deux partenaires impliqués tirent profit l’un et l’autre de la relation : ce sont les mutualismes (symbolisés par +/+)

– celles où un des deux partenaires tire un profit ou un avantage alors que l’autre n’en tire rien sans pour autant être affecté négativement : c’est le commensalisme symbolisé par +/0.

 

Publié le 13.11.2016

 

BIBLIOGRAPHIE

  1. Biologie et complexité : histoire et modèles du commensalisme. Brice Poreau. Ecologie, Environnement. Université Claude Bernard – Lyon I, 2014.
  2. Is absence of proof a proof of absence? Comments on commensalism. Mikołaj K. Zapalski. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology 302 (2011) 484–488

 

[Image] Les hérons garde-bœufs se nourrissent à proximité du bétail : ils capturent les insectes dérangés par le déplacement des animaux ; c’est une relation de type commensalisme où seul les hérons en tirent un profit 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le cycle du moustique, ses lieux de prédilection et ses périodes d’apparition

Le cycle du moustique, ses lieux de prédilection et ses périodes d’apparition | EntomoScience | Scoop.it
Derrière le mot moustique se cache une grande variété d'espèces. En Rhône-Alpes environs 40 espèces différentes ont été dénombrées. Elles présentent des différences d'habitat, de comportement et des périodes de développement distinctes. Cependant, toutes ces espèces ont un cycle de développement similaire sur 2 périodes. Seule la femelle, après avoir été fécondée, pique. En se gorgeant de sang, elle récupère ainsi les protéines indispensables à la maturation de ses œufs. La durée de vie du moustique peut atteindre plusieurs mois et son rayon d'action peut s'étendre jusqu'à 15 km.

 

La vie du moustique. EID Rhône-Alpes [page consultée le 22.11.2020]

  

[Image] Anopheles maculipennis en train de prendre un repas de sang malgré la présence d'un textile.

Bernadette Cassels insight:

 

"Sur la quarantaine d’espèces vivant dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, seule une dizaine engendre des nuisances pour l'homme."

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Prendre le tournant de l’agro-écologie

Prendre le tournant de l’agro-écologie | EntomoScience | Scoop.it
Le verger circulaire est un exemple qui pourrait inspirer d’autres productions : de par sa forme et sa biodiversité, il limite les attaques d’insectes et de maladies.

 

Par Fanch Paranthoen, 19 novembre 2020

 

Les travaux menés à l’unité de l’Inrae de Gotheron (26) explorent des pistes qui vont dans ce sens, en implantant dans un verger circulaire diverses espèces pour empêcher les dégâts de ravageurs.

Principe du pest-suppressive

Sylvaine Simon, ingénieure sur le site de Gotheron, explique que le fait d’implanter une culture en cercle équivaut à construire un donjon. Dans ce projet Z, des plantations en cercle « alternent pommiers et fruits à noyau. Les ravageurs ont plus de mal à pénétrer les plantations et à se développer », c’est le principe « pest suppressive », concept favorable aux auxiliaires et à effet barrière pour les bio-agresseurs, par une perception des plantes plus difficile ou par des espèces répulsives."

(...)

 

[Image] Les plantations sont réalisées en cercle dans cette parcelle de 1,6 ha. Au milieu, la mare apporte l’habitat à la faune auxiliaire. Crédit : Thomas Nicolas 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Sylvothérapie : câliner un arbre peut être dangereux

Sylvothérapie : câliner un arbre peut être dangereux | EntomoScience | Scoop.it
Difficile, ces derniers temps, d’échapper à la mode de la sylvothérapie ou bain de forêt. Cette pratique qui consiste essentiellement à faire des câlins aux arbres, promet toutes les vertus aux citadins désireux de “se reconnecter avec la nature.” Mais attention, embrasser un feuillu ou un conifère n’est pas sans danger ! L’étreinte, surtout si elle est pratiquée en short et manches courtes, risque de tourner court tant les troncs abritent de nombreux périls irritants, urticants... voire mortels.

 

Par Olivier Hertel le 06.07.2018, mis à jour le 20.08.2020

 

"... Dans une publication de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), Marie-Noëlle Crépy, dermatologue à l’hôpital Cochin à Paris et à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Haut-de-Seine), répertorie d’ailleurs une multitude de ces substances allergènes pouvant provoquer le même type de réactions au contact des arbres. Certaines se trouvent aussi chez les lichens du genre Evernia, Parmelia, Cladonia ou encore Usnea, qui poussent notamment sur les troncs de chênes et produisent des acides très allergisants.

 

"... Un "bain de forêt" est aussi l’occasion de faire des rencontres inoubliables : avec une chenille processionnaire du pin par exemple. L’animal qui se nourrit des aiguilles de l’arbre, est pourvu le long de son corps de petites cavités dans lesquelles se trouvent d'innombrables et minuscules soies ou “poils” urticants. Hérissés de petits ardillons, ils sont difficiles à retirer s’ils se plantent sur la peau. Plus embêtant : les démangeaisons induisent une irrépressible envie de se gratter. Or, le grattage casse les soies et libère la thaumétopoéine, une toxine qui s'immisce dans l’organisme.

 

"...Il est donc fortement déconseillé de coller son front sur l’écorce d’un pin tout en pratiquant des exercices respiratoires de méditation pour réduire son stress. Cet exercice pourrait virer au drame !"

(...)

 

[Image] Allergènes des résineux et des feuillus des zones tempérées http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TA-96/ta96.pdf [Capture]

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

C'est pas sorcier - Hannetons, coccinelles et scarabées : les coléoptères

C'est pas sorcier - Hannetons, coccinelles et scarabées : les coléoptères | EntomoScience | Scoop.it
Avec 350 000 espèces, les coléoptères représentent le quart des espèces animales de la planète ! Hannetons, coccinelles, scarabées, capricornes ou charançons... ces insectes aux ailes repliées sous leurs élytres - une sorte d'étui qui se referme sur le dos de l'animal - sont d'une incroyable variété. Avec leurs couleurs aux reflets métalliques et leur carapace lisse comme un miroir, certains ressemblent à de véritables bijoux. D'autres, comme le dynaste Hercule, aux cornes disproportionnées, sont équipés d'armures invraisemblables... et redoutables ! Fred et Jamy nous expliquent tout de la biologie de ces insectes passionnants.

 

La chaine officielle de l'émission de France 3.
C'est pas sorcier, le magazine de la découverte et de la science.

22 mai 2013

No comment yet.