Pyriculariose du blé, la menace se précise  - Sciencesetavenir.fr | MED-Amin network | Scoop.it

La conférence internationale sur l'émergence des maladies des plantes en Europe s'est tenue à Paris le 23 avril 2018. Les experts tirent la sonnette d'alarme. Le réchauffement climatique couplé aux échanges internationaux favorisent l'introduction et la dissémination des pathogènes des plantes (et animaux).

Jamais les bactéries, virus, champignons, insectes ravageurs des plantes n'avaient aussi facilement voyagé à la surface de la Terre. Selon les travaux d'Alain Roque, directeur de recherche à l'Inra, on comptait environ deux arrivées de nouvelles espèces d'insectes par an en Europe avant la Seconde guerre mondiale. On dépasse aujourd'hui les 20 introductions annuelles!

Malgré certaines mesures efficaces de surveillance et de lutte contre des espèces invasives, certains pathogènes n'en ont que faire et se disséminent sans contrôle. Chercheur au CIRAD, Didier Tharreau est particulièrement inquiet de la possible arrivée en Europe de la pyriculariose du blé. Cette maladie a émergé au Brésil avec un "saut d’hôte". «Présent sur les Lolium, famille de l’herbe des gazons mais aussi  des herbes communes, le champignon Magnaporthe oryzae a affecté soudain le blé, générant une maladie qui a fait perdre 30% de rendement au Brésil dès 2010, raconte Didier Tharreau. Un probable commerce de semences a fait que la pyriculariose a émergé en 2015 au Bengladesh puis en Inde ». Malgré l'alerte internationale, la pyriculariose a en effet été diagnostiquée en Europe… sur le gazon. La maladie est responsable de la dégradation rapide des pelouses des stades de football ! «Nous devons donc désormais nous consacrer à la surveillance du champignon pour détecter rapidement s’il y a un nouveau saut d’hôte sur le blé européen », redoute Françoise Petter.