MED-Amin network
9.5K views | +0 today
Follow
MED-Amin network
(Mediterranean Agricultural Information Network) Fostering cooperation and experience sharing among the national information systems on agricultural (cereals) markets in the Mediterranean. The network of 13 countries is coordinated by CIHEAM, and more specifically by its Mediterranean Agronomic Institute (MAI) of Montpellier.
Curated by CIHEAM News
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by CIHEAM News
Scoop.it!

Tout savoir sur le frikeh, la nouvelle céréale à la mode en Europe

Tout savoir sur le frikeh, la nouvelle céréale à la mode en Europe | MED-Amin network | Scoop.it

par l’Économiste Maghrébin, 10/10/2018

Le frikeh  ou freekeh est la nouvelle star des assiettes. Tout le monde parle des vertus de cette nouvelle céréale inconnue auparavant en Europe. Et pourtant le frikeh est connu depuis 5000 ans au Moyen-Orient. Le frikeh c’est aussi l’histoire d’une légende, celle des paysans qui eurent l’idée de garder une partie de leur blé en le récoltant avant les moissons. Ensuite, ils l’ont mis sur le feu pour empêcher sa germination et son pourrissement. Cette histoire pourrait expliquer la  saveur assez sucrée et le petit goût fumé de cette céréale.

Au Maghreb, le frikeh est utilisé pour les soupes traditionnelles, telles que la chorba frik. Si cette céréale séduit tant c’est surtout pour ses bienfaits. En effet, elle est deux fois plus riche en fibres que le quinoa et quatre fois plus que le blé complet. De plus, elle est riche en minéraux, protéines et antioxydants (calcium, fer, zinc, potassium, vitamine B, probiotiques). De plus, le frikeh limiterait le risque de cancer du côlon et du diabète car son indice glycémique est bas.

No comment yet.
Scooped by CIHEAM News
Scoop.it!

L’Union Européenne autorise la vente des semences paysannes !

L’Union Européenne autorise la vente des semences paysannes ! | MED-Amin network | Scoop.it

Après des années de combat, les paysans et partisans du bio obtiennent enfin satisfaction. Désormais, les agriculteurs pourront céder leurs graines sans être des hors-la-loi.

Jusqu’alors, seules les semences répertoriées par un catalogue officiel pouvaient être légalement commercialisées. Or, comme le souligne Le Figaro, « la majorité de ces semences appartenait à des multinationales comme Monsanto. » Résultat : une uniformisation des fruits et légumes, une standardisation de notre alimentation et un appauvrissement de la biodiversité.

Désormais, chaque paysan redeviendra libre de développer ses propres variétés et de les mettre sur le marché, comme cela s’était toujours pratiqué depuis les origines de l'agriculture.

No comment yet.