Life Sciences Université Paris-Saclay
398.2K views | +189 today
Follow
 
Scooped by Life Sciences UPSaclay
onto Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

L’interaction entre une protéine amyloïde bactérienne et l’ADN induit une réponse viscoélastique

L’interaction entre une protéine amyloïde bactérienne et l’ADN induit une réponse viscoélastique | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le transport des biomolécules dans la cellule joue un rôle essentiel dans les mécanismes du vivant. Cependant, ce rôle est mal compris en raison du manque d'informations quantitatives. Dans un article paru dans la revue Biomacromolecules (ACS), des chercheurs du CEA Saclay (Laboratoire Léon Brillouin UMR 12 CEA/CNRS), du synchrotron SOLEIL, de l’Université de Paris (Laboratoire Matière et Système Complexes) et de la National University of Singapore ont utilisé une combinaison de méthodes expérimentales pour sonder l'interaction d’une protéine bactérienne, Hfq, avec l'ADN en vue de mesurer les propriétés rhéologiques des dispersions de complexes ADN:protéine. La principale technique ayant été utilisée est la micro-rhéologie active, qui consiste à analyser le mouvement de rotation d’un micro-bâtonnet magnétique dans une solution biologique. L’analyse révèle qu’un gel physique avec un module d'élasticité réversible en fonction de la température est formé grâce à des liaisons non covalentes ADN:protéine.

 

Ces expériences indiquent en particulier que c’est la région amyloïde de la protéine Hfq qui est impliquée dans la réponse mécanique du complexe, formant un solide « mou » inhomogène. Cette région amyloïde contribue donc à la viscoélasticité des dispersions de complexes ADN-protéine et pourrait ainsi avoir des implications importantes sur des processus cellulaires in vivo, notamment le transport moléculaire au sein de l'ADN ou de segments de celui-ci.

 

Contact : veronique.arluison@cea.fr ou frank.wien@synchrotron-soleil.fr

No comment yet.
Life Sciences Université Paris-Saclay
BioSphERa • Life Sciences and Health • Health and Drug Sciences • Santé Publique • Sport Mouvement et Facteur Humain
Your new post is loading...
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

FOCUS PLATEFORME : De nouvelles serres pour la recherche en biologie végétale à Paris-Saclay : les installations de l’IDEEV !

FOCUS PLATEFORME : De nouvelles serres pour la recherche en biologie végétale à Paris-Saclay : les installations de l’IDEEV ! | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Ca y est ! Les nouvelles serres de recherche de l’Institut Diversité Écologie et Évolution du Vivant (IDEEV) sont opérationnelles depuis cette année ! Elles (IDEEV / Serre du Plateau) sont situées au 12, route 128, dans le nouveau quartier du Moulon, sur le plateau de Saclay (Gif-sur-Yvette), et ont pour objectifs de répondre aux besoins de cultures sur l’ensemble des thématiques de l’institut dont les principaux domaines de recherche sont naturellement associés aux mots-clés « écologie » et « évolution ».

 

Ces nouvelles serres seront exclusivement dédiées à la recherche. Actuellement réservées aux laboratoires de l’IDEEV, elles auront pour vocation à terme à s’ouvrir également aux autres laboratoires de recherche de l’Université Paris-Saclay et à la recherche extérieure. Ces serres viennent donc en complément de celles de la vallée, rattachées à l’UFR Sciences (UFR Sciences / Serre de la vallée) et situées au Bat 365 dans le campus d’Orsay. Ces dernières seront maintenant dédiées à l’enseignement universitaire (préparation des travaux pratiques, visites, stages, …), à la médiation scientifique (MISS, Maison des Ecologies, …), et à la conservation botanique. Elles conservent également des capacités d’accueil de la recherche.

 

Quels sont ses moyens techniques et humains des serres de l’IDEEV (IDEEV / Serre du Plateau) ?

  • 480 m² de surface en serres dont 15 chambres climatiques, répartis en deux niveaux de confinement S1 et S2 : Confinement S1 : 390 m² de surface en serres et 9 chambres climatiques plus un phytotron, Confinement S2 : 90 m² de surface en serres et 6 chambres climatiques.
  • Eclairages LED, à l’exception de quatre compartiments de serres pourvus d’éclairage en lampe à vapeur de sodium.
  • Régulation de six chambres climatiques sur une plage de température allant de 12 à 28 °C et quatre chambres climatiques sur une plage de température allant de 6 à 28°C. Deux chambres climatiques sont réservées à la vernalisation (induction florale, la levée de dormance des graines) et une chambre climatique est réservée à la culture in vitro.

Le personnel technique se compose aujourd’hui d’une ingénieure et d’une technicienne, mais le recrutement d’un autre technicien (ou autre technicienne) est déjà lancé !

 

Vous avez dit chambre climatique ? serres ?

Les chambres climatiques sont dédiées à des cultures expérimentales nécessitant une régulation précise et constante des paramètres climatiques, pour des expériences reconductibles et indépendantes des facteurs extérieurs ; les serres, quant à elles, sont associées à des cultures expérimentales nécessitant de grandes surfaces de culture, ou des apports lumineux importants, utilisent préférentiellement les serres.

 

Et pour quelles utilisations ?

En zone de confinement niveau S2, ces installations supportent les activités de l’IDEEV, notamment, i) les études génétiques, épigénétiques et d’évolution de la morphologie florale (laboratoire GQE) ; ii) les études relatives à l’évolution du système de défense des plantes (laboratoire ESE) ; iii) la domestication du pommier du laboratoire GQE ; iv) l’étude de l’évolution et écologie des insectes tropicaux dans leur agrosystème (laboratoire EGCE) ; mais aussi, v) l’étude de la diversité génomique des plantes et des forces évolutives menant à l’adaptation des plantes cultivées (laboratoire GQE).

 

Les protocoles et les équipements de culture en S2 doivent en effet éviter tout risque pour l’environnement (enceinte confinée, déchets inactivés par autoclavage et chloration, protocole de bonnes pratiques en serre S2). De même, les protocoles expérimentaux utilisant plusieurs organismes vivants peuvent être conduits en S1 ou en S2, selon le degré de risque pour l’environnement et pour les expérimentations.

 

En confinement de niveau S1, deux serres sont équipées d’un système d’occultation pour le contrôle de la photopériode, équipements nécessaires pour la culture de certaines plantes tropicales sauvages ou non acclimatées, telles que le haricot, le maïs et téosinte. Ces installations sont particulièrement adaptées pour i) l’étude des fonctions et évolution du système de défense des plantes (laboratoire ESE) et ii) la co-évolution parasite-hôte (laboratoire ESE).

 

Deux serres possèdent aussi un système d’enrichissement en hygrométrie, utilisé par exemple pour la culture de boutures ou de jeunes plantes, ou pour les études en pathologie végétale.

 

Contact : Virginie Héraudet (virginie.heraudet@universite-paris-saclay.fr); Cécilia Zocly (cecilia.zocly@universite-paris-saclay.fr)

Plug In Labs Université Paris-Saclay : cliquer ICI

 

IDEEV / Serre du Plateau. Les serres de l’IDEEV sont une structure de l’Université Paris-Saclay exclusivement dédiée à la recherche. Elles sont situées dans le nouveau quartier du Moulon, sur le plateau de Saclay (Gif-sur-Yvette). Les compartiments de culture en serre et les chambres de culture sont en niveaux de confinement S1 ou S2. Un phytotron est en niveaux de confinement S1. Les éclairages utilisés sont des LED, à l’exception de quatre compartiments de serres pourvus d’éclairage en lampe à vapeur de sodium. La régulation climatique des chambres de culture permet de faire varier les températures entre 6 °C ou 12 °C jusqu’à 28 °C. Deux chambres climatiques sont réservées à la vernalisation (induction florale, levée de dormance des graines) et une chambre climatique est réservée à la culture in vitro.

 

A propos de l’IDEEV. L’IDEEV ou Institut Diversité Ecologie et Evolution du Vivant est une fédération de recherche composée des trois laboratoires: i) Evolution, Génome, Comportement et Ecologie (EGCE), ii) Génétique Quantitative et Evolution – Le Moulon (GQE), et iii) Ecologie, Systématique et Evolution (ESE), dont les tutelles sont l’Université Paris-Saclay, l’INRAE, le CNRS, AgroParisTech et l’IRD. Les membres de l’IDEEV mènent des recherches dans les principaux domaines de l’écologie et de l’évolution, sur une large gamme d’organismes incluant des procaryotes (bactéries et archées) et des eucaryotes (protistes, plantes, champignons, animaux). Les approches utilisées sont très diversifiées, puisqu’elles vont de la génétique quantitative jusqu’à l’écologie fonctionnelle en passant par la biologie, la génétique et la génomique des populations. Différents niveaux d’intégration sont considérés entre le génome et l’écosystème, et intègrent les techniques récentes d'analyse haut débit. Un des objectifs majeurs des recherches menées à l’IDEEV est d’étudier la biodiversité à travers son origine, son maintien et son évolution. Cela inclut en particulier, la réaction des écosystèmes et des espèces qui les composent aux changements d’environnement qu’ils soient anthropiques ou non.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Inauguration d'un nouveau bâtiment de recherche à la Faculté de Médecine Paris-Saclay

Inauguration d'un nouveau bâtiment de recherche à la Faculté de Médecine Paris-Saclay | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Ce nouveau bâtiment a été inauguré lundi 5 décembre 2022 par Sylvie Retailleau, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, Olivier Capitanio, Président du Département du Val de Marne, Estelle Iacona, Présidente de l’Université Paris-Saclay et Didier Samuel, Doyen de la Faculté de Médecine Paris-Saclay.

 

Un nouveau bâtiment entièrement dédié à la recherche translationnelle vient d’ouvrir ses portes sur le campus du Kremlin-Bicêtre aux portes de Paris, au cœur de la Vallée scientifique de la Bièvre et relié aux plateformes technologiques de l'Université Paris-Saclay comme aux hôpitaux de l’AP-HP et Gustave Roussy. Il offre ainsi les meilleures conditions aux équipes accueillies pour poursuivre l’excellence de la recherche menée au sein de la Faculté de Médecine Paris-Saclay, en collaboration avec les organismes de recherche nationaux et les différents centres hospitaliers, reconnue à l’international notamment à travers son positionnement à la 20e place mondiale du classement thématique de Shanghai 2022 (Clinical Medicine) (1er en France).

 

Passerelle entre la recherche fondamentale effectuée dans les laboratoires et la recherche clinique effectuée dans les services hospitaliers, la recherche translationnelle opérée à la Faculté de médecine Paris-Saclay s’articule autour de quatre axes thématiques – Cancérologie ; Immunologie/Infectiologie/transplantation /inflammation ; Neurosciences/Mouvement/Handicap ; Physiologie/Physiopathologie/Génétique et trois axes transversaux – Innovation thérapeutique ; Imagerie/physique appliquée à la médecine ; Santé des populations.

 

Installé dans l’enceinte de l’hôpital Bicêtre, le nouveau bâtiment de recherche permet à la Faculté de Médecine Paris-Saclay de regrouper des équipes scientifiques, de partager des plateformes (immunomonitoring, microscopie, installations d'imagerie...) et d’accueillir de nouvelles équipes de recherche dans un lieu unique et des locaux modernes. Il se situe en face du bâtiment historique de la Faculté, auquel il est relié par un parvis, espace public piétonnier et lieu de convivialité pour la communauté étudiante et les personnels.

 

Conçu par l’agence Pargade Architectes, le bâtiment de recherche, d’une surface de 6 960 m², prend la forme d’un polyèdre aux angles arrondis qui épouse les contours du terrain dédié. Il comprend deux étages techniques, un rez-de-chaussée bas et un rez-de-chaussée haut dédié aux réunions et à l’accueil d’événements scientifiques - avec un auditorium de 300 places -, ainsi que trois niveaux de laboratoires consacrés à la recherche qui accueillent les laboratoires jusqu’alors installés dans le bâtiment historique ainsi que de nouvelles équipes sélectionnées après un appel à candidatures.

 

Après avoir été rénovées et réaménagées, les surfaces libérées dans le bâtiment historique seront dédiées à l’enseignement, notamment au développement d’activités pédagogiques innovantes.

 

Ce bâtiment a été financé par la Région Île-de-France, l’État, le Conseil Départemental du Val-de-Marne et l’Université Paris-Saclay.

 

Lire le communiqué de presse ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Appel d'amorçage Recherche de l'Alliance Européenne EUGLOH + Plateforme d'accès aux infrastructures de recherche des 5 universités de la phase pilote

Appel d'amorçage Recherche de l'Alliance Européenne EUGLOH + Plateforme d'accès aux infrastructures de recherche des 5 universités de la phase pilote | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Nous portons à votre connaissance des informations en lien aux développements Recherche de l'Alliance Européenne EUGLOH (développements du projet H2020/EUGLOH-RIA - Research and Innovation Actions) :

 

  1.  Publication d'un appel à projets d'amorçage - 10k€ - Date limite : 15/01/2023. Plus d’informations ICI
  2.  Publication de la 1e version de la plateforme d'accès aux infrastructures de recherche des 5 universités de la phase pilote de l'Alliance EUGLOH (2019-2022) ICI.

 

Si des équipes sont intéressées à :

  • Initier une action avec une équipe de recherche du consortium (1ers contacts en pièce jointe)
  • Accéder à une plateforme d'un partenaire
  • A donner accès à l'une de vos plateformes de recherche
  • A accueillir un étudiant en stage de recherche
  • A promouvoir la mobilité courte (3 mois) de doctorant-e-s vers les équipes des partenaires,

qu'elles n'hésitent pas à écrire à euglohria.upsaclay@universite-paris-saclay.fr (même à un stade précoce de leur réflexion).

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Femmes et Sciences - programme Mentorat 2023

Femmes et Sciences - programme Mentorat 2023 | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it
Depuis quelques années, et en partenariat avec l’Université Paris Saclay, l'Association Femmes & Sciences développe un Programme de Mentorat pour les doctorantes de l'université. Son objectif principal est de guider, conseiller et soutenir les doctorantes dans leur développement professionnel et personnel, dans ce moment charnière de construction d’une carrière scientifique. Pour ce faire l'Université permet aux doctorantes  d’échanger mensuellement avec un.e « mentor.e » dédiée, mais également des ateliers de formation, des moments d'échanges lors de cercles de discussion axés sur le développement personnel, la décision d'un post-doctorat en France ou à l’étranger, le recrutement dans l’académique ou dans le privé, ou encore des discussions autour de témoignages de femmes scientifiques au parcours inspirant.
 
Les inscriptions pour devenir Mentor.e du programme Mentorat 2023 sont ouvertes. Pour ce faire, il vous suffit de remplir le questionnaire ci-après :  
https://admin-sphinx.universite-paris-saclay.fr/SurveyServer/s/PHdFutur/Mentorat_femmes-et-sciences_mentorees_23IQ3/questionnaire.htm

La date buttoir des préinscriptions et de leur confirmations est le 15/12/2022. 
 
Retrouvez plus d'information sur notre site : 
 
Et sur celui de l'Association Femmes & Sciences :
No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Le gène MYH3, codant pour une myosine embryonnaire, est muté dans une forme récessive de palais fendu chez les bovins Limousins

Le gène MYH3, codant pour une myosine embryonnaire, est muté dans une forme récessive de palais fendu chez les bovins Limousins | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Parmi les anomalies remontées à l’Observatoire National des Anomalies Bovines - ONAB, une forme de palais fendu a émergé en 2012 chez les bovins de race Limousine. Les animaux présentent une fente palatine totale touchant le palais osseux et le palais musculaire. Dans la majorité des cas, aucun autre signe clinique n’est associé à la fente palatine. Néanmoins, la survie des animaux et leur bien-être sont largement compromis par cette anomalie.

 

Devant l’augmentation du nombre de cas, une étude génétique a été entreprise par des chercheurs de l’UMR GABI (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Jouy-en-Josas). Après avoir identifié l’ancêtre fondateur probable et confirmé le déterminisme autosomal récessif, la cartographie combinée au séquençage de deux animaux atteints a permis d’identifier deux mutations délétères et liées dans le même exon du gène MYH3, codant pour une chaine lourde de myosine. Le gène MYH3 est majoritairement exprimé dans les muscles squelettiques, y compris crânio-faciaux, au cours du développement embryonnaire. Des études fonctionnelles ont confirmé l’impact de ces mutations : chez les bovins atteints de palais fendu, on constate une absence de protéine MYH3.

 

Les deux mutations ont été incluses depuis 2020 sur les puces de génotypage SNP utilisées en sélection génomique, ce qui facilite grandement la gestion de cette anomalie au sein de la race Limousine. Par ailleurs, ce modèle bovin permettra de mieux comprendre la relation entre le développement du palais et celui des muscles crânio-faciaux.

 

Ces travaux sont publiés dans Genetics Selection Evolution.

 

Légende Figure : Bovin de race Limousine (photothèque INRAE)

 

Contact : amandine.duchesne@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les protéines du lait comme signature de restriction alimentaire indiquent l’adaptation métabolique des vaches laitières

Les protéines du lait comme signature de restriction alimentaire indiquent l’adaptation métabolique des vaches laitières | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Chez la vache, la production de lait est affectée par de nombreux facteurs, dont l'alimentation. Il est connu que les restrictions alimentaires ont peu d'effet sur la teneur en protéines totales du lait mais leurs effets sur la composition protéique fine sont encore peu documentés.

 

Dans une étude publiée dans Scientific Reports, Antoine Leduc et ses collaborateurs des unités GABI (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Jouy-en-Josas) et PEGASE (INRAE/Institut Agro Rennes Angers, Saint-Gilles), en collaboration avec l’Institut de l’Elevage (Idele, Paris) ont décrit les effets de deux essais de restriction alimentaire d'intensité différente sur la composition protéique du lait de vaches Holstein.

 

La restriction alimentaire a entrainé une diminution de la production des caséines lors de l'essai d'intensité modérée et des six protéines majeures du lait lors de l'essai d'intensité élevée. Ces diminutions de production ont conduit à de plus faibles concentrations en caséines-αs1, -αs2 et -β lors de l'essai d'intensité élevée. Le protéome du lait a été affecté en fonction de l'intensité de la restriction. Parmi les 345 protéines identifiées, huit variaient lors de l'essai d'intensité modérée et 160 lors de l'essai d'intensité élevée. Les analyses ontologiques ont montré l’implication de ces protéines dans les métabolismes glucidique, lipidique et protéique ainsi que dans le système immunitaire.

 

Ces régulations reflètent les adaptations de la physiologie de l'animal et du métabolisme de la glande mammaire à la restriction alimentaire. D’autres constituants du lait tel que les microARNs et les métabolites sont actuellement étudiés afin de constituer un panel de biomarqueurs de ces changements.

 

Contact : fabienne.le-provost@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Apprendre à mieux prédire l'âge de notre cerveau pour l’évaluation quantitative du déclin cognitif

Apprendre à mieux prédire l'âge de notre cerveau pour l’évaluation quantitative du déclin cognitif | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

L'apprentissage automatique appliqué à de grands volumes de données de neuroimagerie collectés dans la population générale permet de définir des mesures quantitatives du vieillissement individuel. L’idée est de prédire l'âge d’un individu à partir de ses données, et en particulier de mesurer l’erreur sur la prédiction du modèle statistique : si l’on prédit un âge supérieur à l‘âge réel, il y a probablement un vieillissement anticipé. De telles mesures de l'âge du cerveau ont déjà aidé à caractériser la gravité des maladies dans les populations neurologiques, souvent avec de l’IRM, améliorant ainsi les estimations du diagnostic ou du pronostic.

 

Au delà de l’IRM, la magnétoencéphalographie (MEG) et l'électroencéphalographie (EEG) ont le potentiel de généraliser davantage cette approche vers la prévention et la santé publique en permettant d'évaluer la santé du cerveau à grande échelle dans des environnements socioéconomiquement divers. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour définir des méthodes capables de gérer la complexité et la diversité des signaux M/EEG dans divers contextes du monde réel.

 

Pour catalyser cet effort, des chercheurs de l’INRIA UPSaclay (équipe Parietal, NeuroSpin, CEA de Saclay) proposent un système d’évaluation reproductible pour la prédiction de l'âge du cerveau. Ils ont évalué des pipelines d'apprentissage automatique classiques et des architectures d'apprentissage profond utilisés précédemment pour le décodage de pathologies ou l'estimation de l'âge du cerveau dans 4 cohortes M/EEG internationales provenant de divers pays et contextes culturels, y compris les enregistrements de plus de 2500 participants. Par ce travail publié dans Neuroimage ils fournissent des évaluations quantitatives accompagnées d'un logiciel libre et de scripts Python, pouvant servir de point de départ et de référence pour les efforts futurs visant à développer des mesures du vieillissement cérébral basées sur le M/EEG.

 

Une telle approche est suffisamment générale pour s’appliquer à d'autres objectifs connexes tels que la modélisation de variables cognitives spécifiques ou de paramètres cliniques.

 

Contact : alexandre.gramfort@inria.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les huiles végétales : une diversité sous exploitée pour l'alimentation, la chimie et l'énergie

Les huiles végétales : une diversité sous exploitée pour l'alimentation, la chimie et l'énergie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le changement climatique et les tensions géopolitiques actuelles nous incitent à remplacer des composés d’origine fossile, pour la plupart importés, par des produits d'origine renouvelable. Depuis des temps immémoriaux, les produits contenant des lipides sont utilisés pour l’éclairage et le chauffage. Ils sont également d’excellents lubrifiants, possèdent des propriétés siccatives importantes pour la peinture, la préservation du bois. En termes de nutrition, ils ont un contenu énergétique élevé, font partie de nos besoins quotidiens en matière de santé ainsi que pour l’alimentation humaine et animale.

 

Dans un revue parue dans OCL - Oilseeds & fats, Crops and Lipids, Thierry Chardot de l’Institut Jean-Pierre Bourgin – IJPB (INRAE/AgroParisTech/UPSaclay, Versailles) présente quelques lipides végétaux originaux naturellement produits en quantités élevées par des plantes non cultivées issues de la biodiversité, ainsi que des usages de ces lipides. Il présente différentes approches qui pourraient permettre d'exploiter cette diversité pour produire en quantité les lipides d’intérêt dans différents hôtes.

 

Contact : thierry.chardot@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Précision et utilisation d’un système optoélectronique pour mesurer la fréquence ventilatoire

Précision et utilisation d’un système optoélectronique pour mesurer la fréquence ventilatoire | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans une étude publiée dans Scientific Reports, Laurent Stubbe, Nicolas Houel et François Cottin (CIAMS EA 4532 UPSaclay, Orsay ; ESO-Paris ; PSMS Université de Reims) présentent une étude qui compare la précision et la fiabilité de trois dispositifs non invasifs pour mesurer les fréquences ventilatoires : un système de pléthysmographie optoélectronique (OEP), un dispositif d'électrocardiographie (ECG) et un spiromètre.

 

Les résultats de l’étude montrent que les fréquences ventilatoires estimées à partir d'un système OEP ou à partir d'un ECG peuvent être utilisées de manière interchangeable avec une très faible limite d'accord et un biais inférieur à 0,4% par rapport au spiromètre standard. Le système OEP facilite les mesures de la fréquence ventilatoire et offre une analyse complète du volume thoracique qui peut être facilement associée à l'analyse de la fréquence cardiaque sans aucun processus de synchronisation.

 

A l'instar de l'ECG et de l'analyse de l'intervalle RR, l'OEP ouvre la voie à de nouvelles solutions de monitoring associées à des applications cliniques spécifiques. Le caractère non invasif du dispositif cinématique est une caractéristique particulièrement intéressante pour les soins intensifs et les soins aux prématurés pour lesquels la surveillance de la fréquence ventilatoire sans embout buccal est requise.

 

Légende Figure : 4 spectres obtenus par analyse spectrale (FFT). Les pics de fréquence ventilatoire (fv) et cardiaque (fc) sont notées sur chacun des panneaux.

 

Contact : laurent.stubbe@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Utilisation des biosimilaires des anti-TNF-alpha en France : une étude à partir des données du SNDS

Utilisation des biosimilaires des anti-TNF-alpha en France : une étude à partir des données du SNDS | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les inhibiteurs du TNF-alpha ont révolutionné la prise en charge thérapeutique des maladies inflammatoires chroniques. Plusieurs produits biosimilaires ont été commercialisés à l'expiration de leur brevet, réduisant considérablement le coût de ces traitements.

 

Dans une étude parue dans Scientific Reports et dirigée par Mahmoud Zureik (CESP, UMR-S 1018 INSERM/UVSQ/UPSaclay, et directeur du GIS Epi-Phare) les auteurs ont étudié les taux de pénétration des biosimilaires de l'infliximab, de l'etanercept et de l'adalimumab en utilisant les données du Système National des Données de Santé (SNDS). Un total de 207 118 patients (dont 112 055 nouveaux utilisateurs et 104 674 utilisateurs en cours de traitement à partir de la date de commercialisation du premier biosimilaire de chaque molécule en France, respectivement janvier 2015, mai 2016 et octobre 2018) ont été inclus dans l'étude et suivis jusqu'au 31 septembre 2021.

 

Les biosimilaires représentaient respectivement pour l’infliximab, l’etanercept et l’adalimumab, 78%, 46% et 53% des initiations sur toute la période d’étude, et respectivement 94%, 66% et 60% durant la dernière année de suivi. Par ailleurs, respectivement 46%, 19% et 17% des utilisateurs de produit de référence avaient changé pour un biosimilaire au cours du suivi. Le taux de pénétration des biosimilaires était plus élevé pour l'infliximab que pour ses homologues, en raison de son mode de délivrance en milieu hospitalier. L'initiation par un biosimilaire et le passage du princeps au biosimilaire ont été observés davantage en rhumatologie que dans les autres spécialités. L'utilisation des biosimilaires était semblable quelles que soient les caractéristiques socio-démographiques des patients.

 

Cette étude souligne l’intérêt du suivi de l’utilisation des biosimilaires en lien avec les politiques d’incitations à la prescription.

 

Contact : hugo.jourdain@assurance-maladie.fr ou mahmoud.zureik@ansm.sante.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Un modèle in vitro pour étudier l’infertilité

Un modèle in vitro pour étudier l’infertilité | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans une étude collaborative parue dans Scientific Reports, des chercheurs de l’IRCM, du laboratoire partenarial Sup’Biotech/SEPIA et de l’Institut Imagine mettent au point un modèle in vitro basé sur la technologie des cellules souches pluripotentes induites pour étudier la capacité de patients masculins infertiles atteints d’anomalies génétiques à produire des cellules germinales primordiales.

 

Lire la suite de l’Actu du CEA-Jacob ICI.

Contact : gabriel.livera@cea.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Un nouveau mécanisme contrôlant le déterminisme du sexe

Un nouveau mécanisme contrôlant le déterminisme du sexe | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le contrôle de la voie du déterminisme des carpelles conduit au déterminisme du sexe chez les cucurbitacées.

 

Afin d'augmenter la diversité génétique et la valeur adaptative de la descendance, les plantes à fleurs ont développé plusieurs systèmes pour empêcher l'autofécondation. Grâce aux processus de déterminisme du sexe, des fleurs mâles et femelles unisexuées peuvent se développer sur la même plante (monoécie) ou sur des individus séparés (dioécie). Le contrôle du sexe des fleurs est utile pour la sélection des plantes en vue de la production de graines hybrides F1 et pour la production de fruits.

 

Dans une étude publiée dans Science, le groupe FLOCAD de l’Institut des Sciences des Plantes Paris-Saclay - IPS2 (CNRS/INRAE/UEVE/UParis/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) a isolé un mutant de transition sexuelle femelle-mâle chez le melon et a identifié le gène responsable comme étant le gène d'identité du carpelle CRABS CLAW (CRC). Le régulateur principal de la détermination du sexe chez les cucurbitacées est le facteur de transcription WIP1, dont l'expression orchestre le développement de la fleur mâle. WIP1 recrute le corépresseur TOPLESS au niveau du promoteur de CRC pour inhiber son expression par désacétylation des histones. L'altération de l'interaction physique TOPLESS-WIP1 entraîne l'expression de CRC, la détermination du carpelle et, par conséquent, l'expression de l'inhibiteur des étamines, l'aminocyclopropane-1-acide carboxylique synthase 7 (CmACS7), conduisant au développement de la fleur femelle. Ces résultats suggèrent que les gènes du déterminisme sexuel ont évolué pour interférer avec la fonction méristématique des fleurs, conduisant au développement de fleurs unisexuelles.

 

Les résultats décrits dans cette étude sont le fruit d'une longue collaboration impliquant l’Institut des Sciences des Plantes Paris-Saclay - IPS2 et l'Unité de Génétique et d'Amélioration des Fruits et Légumes de l'INRAE en Avignon.

 

Contact : abdelhafid.bendahmane@inrae.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Céline Bellard, lauréate du prix Irène Joliot-Curie

Céline Bellard, lauréate du prix Irène Joliot-Curie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans le cadre de la remise des Prix Irène Joliot-Curie 2022, l'Académie des sciences a décerné le prix spécial de l'engagement à Céline Bellard, Chargée de recherche CNRS au laboratoire Écologie, systématique et évolution - ESE (CNRS/UPSaclay/AgroParisTech, Gif-sur-Yvette).

 

Par ses recherches, Céline Bellard est spécialisée dans l’effet des changements globaux et notamment des invasions biologiques et des changements climatiques sur la biodiversité. Ses travaux et son projet de recherche innovant pour mieux comprendre la vulnérabilité des systèmes insulaires aux changements globaux lui ont permis d’être classée 1ère au concours CNRS en 2018. Par ailleurs, grâce à ses travaux de recherche, elle a été lauréate de la Fondation L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science en 2012 et de l’Académie des Sciences en 2014.

 

Elle recevra une dotation de 40 000 euros.

 

Lire également l'article dans Ouest France.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Yann Pelloux, lauréat de la Chaire de Professeur Junior sur le Projet MOOD-COG sur l’étude des altérations cognitives dans la dépression

Yann Pelloux, lauréat de la Chaire de Professeur Junior sur le Projet MOOD-COG sur l’étude des altérations cognitives dans la dépression | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Yann Pelloux est le lauréat de la Chaire de Professeur Junior (CPJ) de l’équipe MOODS du Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des Populations (CESP Inserm/UVSQ/UPSaclay). Sa spécialisation dans les processus cognitifs complètera l’éventail d’approches cliniques et précliniques mises en œuvre dans l’équipe.

 

Lors de son cursus, ses activités de recherche ont évolué de l’étude des processus toxicomanogènes jusqu’à l’étude plus large des mécanismes cognitifs de prise de décisions chez le rongeur.

 

Doctorat : Université de Rouen (1999-2003) : Durant sa formation doctorale, il a recherché l’influence respective de certains facteurs comportementaux de vulnérabilité aux agents toxicomanogènes. Il a montré que la réactivité au stress, la recherche de nouveauté, l’anxiété et la résignation constituent différents facteurs de vulnérabilité aux agents toxicomanogènes dont leur impact dépend du sexe et des conditions d’accessibilité à la drogue.

 

Département de Psychologie expérimentale, Cambridge (Royaume-Uni) (2003 à 2011) : Lors d’un premier stage post-doctoral, Dr Pelloux a développé un modèle animal pertinent de recherche compulsive de drogue. Il a montré que ce désordre comportemental résulte d’altération de la transmission sérotoninergique et de l’activité neuronale sous-corticale plutôt que corticale.

 

Institut des Neurosciences de la Timone, Marseille (2011 à 2015) : Lors de son deuxième stage post-doctoral au laboratoire des ganglions de la base et motivation, de l’Institut de Neurosciences de la Timone à Marseille, Dr Pelloux a évalué l’efficacité de la stimulation à haute fréquence d’un des noyaux sous-corticaux, le noyau subthalamique (STN), dans le traitement de la toxicomanie. Il a déterminé que la perte de contrôle de la prise de cocaïne est associée au développement d’oscillations pathologiques de faibles fréquences des neurones du STN, spécialement chez des animaux vulnérables. De plus il a montré et que les manipulations du STN prévenait la perte de contrôle de drogue, la rechute dans sa consommation excessive après privation et la recherche compulsive de cocaïne. Ces résultats démontrent ainsi que la stimulation profonde du NST pourrait représenter une stratégie efficace et flexible de traitement contre la toxicomanie.

 

National Institute on Drug Abuse (NIDA), Baltimore (Etats-Unis) (2015 à 2017) : De manière à déterminer les mécanismes neuronaux impliqué dans la rechute, il a développé une épreuve d’étude de la rechute dans la recherche de cocaïne induite par la réexposition au contexte de prise de drogue, après abstinence imposée par sa punition. Il a ainsi pu montrer l’utilité de cette épreuve dans la caractérisation de nouvelles stratégiques thérapeutiques potentielles contre la rechute dans la toxicomanie.

 

Département de Physiologie de l'Université de New York (2017 à 2019), puis Istituto Italiano di Tecnologia, Gênes (Italie) (2019 à 2022) : Au cours de son stage post-doctoral à New York, Dr Pelloux a étudié le rôle des processus attentionnels dans l'usage de nicotine. Il a aussi commencé l’étude des mécanismes cognitifs fondamentaux gouvernant la prise de décision. Il a poursuivi ce sujet, en Italie, en s’intéressant à l’implication des neurones sérotoninergiques du noyau du raphé dorsal (DRN). Après avoir validé son approche innovante aux conditions pathologiques et physiologiques, il a démontré que la transmission sérotoninergique centrale est généralement impliquée dans le renforcement. Cependant, en agissant sur différents récepteurs dans une des structures clés du renforcement qu’est le striatum dorsolatéral, la sérotonine régule différemment les renforcements qui sont bénéfiques et ceux qui le sont moins à long terme. Dans le cadre du projet MOOD-COG de la CPJ, cette approche est actuellement poursuivie et appliquée à l’étude des altérations cognitives dans la dépression. Le projet se propose ainsi de caractériser, selon une approche translationnelle, si les altérations cognitives dans la dépression peuvent constituer un marqueur ou endophénotype de la réponse thérapeutique. Le projet renforcera la collaboration entre la composante clinique de la Faculté de Médecine et la composante préclinique de la Faculté de Pharmacie de l’Université Paris-Saclay, en allant du lit du patient aux souris de laboratoire, et vice versa. L’ambition de ce projet permettra, à terme, le développement de nouveaux outils de diagnostic et de veille thérapeutique personnalisée, ainsi que la caractérisation de nouvelles pistes thérapeutiques de prévention de la rechute dans la dépression.  Le Dr Pelloux effectuera son travail de recherche translationnelle dans les locaux de la Faculté de Médecine Paris Saclay, à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre.  

 

Contact : yann.pelloux@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Paris-Saclay Cancer Cluster : l’État finance un «Cambridge» à la française

Paris-Saclay Cancer Cluster : l’État finance un «Cambridge» à la française | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Vingt nouveaux médicaments ou dispositifs médicaux contre le cancer inventés en France d’ici à dix ans: c’est le pari du Paris Saclay Cancer Cluster (PSCC), lancé il y a un an par l’hôpital Gustave-Roussy, Sanofi, l’Inserm, l’Institut polytechnique de Paris et l’université Paris-Saclay. Ce projet - qui a pour ancrage Villejuif, où sont basés Gustave-Roussy ainsi que de nombreux chercheurs et start-up - recevra un financement de 80 à 100 millions d’euros de l’État: le gouvernement l’a officialisé lundi matin à l’issue d’une réunion sur la stratégie décennale de lutte contre les cancers. L’ambition est de créer un pôle oncologique de premier plan au niveau mondial.

 

Voir aussi l'article dans les Echos  ICI et le communiqué de presse conjoint ICI.

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Colloque "hémostase et thrombose" 06/02/23 - Appel à communications

Colloque "hémostase et thrombose" 06/02/23 - Appel à communications | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le colloque "Hémostase et thrombose" organisé par le Conseil Scientifique de la Faculté de Médecine Paris-Saclay a été repositionné au lundi 06 février 2023 de 9h à 17h dans le nouveau bâtiment recherche de la faculté au Kremlin-Bicêtre.

 

L'appel à sujets de communication orale et/ou de poster est ré-ouvert jusqu'au 2 janvier 2023.

 

Vous trouverez les détails de l'appel sur le site Internet de la Faculté de Médecine Paris-Saclay.

 

Au programme du colloque :

 

Dans la matinée :

 

Introduction

 

Conférence inaugurale

  • Inflammation dans la thrombose veineuse profonde : une nouvelle cible thérapeutique ? - Delphine Borgel

 

COVID et thrombose

  • Vaccins contre la COVID et thrombose - David Smadja
  • COVID et MVTE - Florence Parent

 

Hypertension pulmonaire thromboembolique chronique

  • Définition, physiopathologie et stratégies thérapeutiques - Xavier Jaïs
  • Développement d'un modèle d'HTP-TEC - Olaf Mercier
  • Dysfonction endothéliale et HTP-TEC - Christophe Guignabert
  • Imagerie de l'HTP-TEC - Olivier Meyrignac

 

Dans l'après-midi :

 

Modèles d'études et innovations thérapeutiques

  • Modèles d’étude en hémostase et en thrombose - Frédéric Adam
  • Nouveautés thérapeutiques dans l’hémophilie - Roseline Doiron
  • Nouvelles approches thérapeutiques en thrombose - Marc Vasse

 

Équilibre hémostase thrombose en pathologie

  • Thérapeutiques ciblées anti-inflammatoires et thrombose - Gaetane Nocturne
  • Cancer et thrombose - Corinne Frere
  • Foie et hémostase - Stéphanie Roullet

 

Remise des prix des posters

 

Conclusion

No comment yet.
Rescooped by Life Sciences UPSaclay from Life Sciences Université Paris-Saclay
Scoop.it!

AAP - Approches interdisciplinaires des processus oncogéniques et perspectives thérapeutiques : apports à l'oncologie des mathématiques et de l'informatique

AAP - Approches interdisciplinaires des processus oncogéniques et perspectives thérapeutiques : apports à l'oncologie des mathématiques et de l'informatique | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Objectifs : L'objectif général de cet appel à projets est de faire émerger, ou de valider en conditions expérimentales, de nouveaux concepts, modèles ou méthodes en mathématiques et sciences du numérique visant à générer des progrès scientifiques en oncologie (compréhension des mécanismes biologiques de cancérogenèse, aide à l'établissement du diagnostic et analyse prédictive du pronostic, optimisation de la prise en charge et suivi thérapeutique, …). Les projets doivent concerner le développement et/ou la validation de méthodologie innovante avec des données issues de la cancérologie (données biologiques ou cliniques). Il ne s'agit pas d'appliquer une méthodologie déjà éprouvée en oncologie pour obtenir des résultats, ni de valider une méthodologie standard. Le financement de thèse de science (hors biologie/santé) est possible dans le cadre de cet appel. S'inscrivant dans la Stratégie Décennale de lutte contre les cancers 2021-2030, les projets doivent avoir pour ambition de produire un impact concret en cancérologie à court ou moyen terme (< 8 ans). 

 

Domaines visés prioritairement pour le portage du projet : mathématiques, physique théorique, statistique, informatique

 

La proposition doit comporter entre 2 et 4 équipes appartenant à au moins deux disciplines différentes, dont une équipe en biologie/santé. Les projets doivent s'appuyer sur des données réelles ou synthétiques, et de préférence préexistantes. Le Coordinateur ou la Coordinatrice doit appartenir à un champ disciplinaire autre que biologie/santé et ne peut participer qu'à un seul projet, que ce soit en tant que Coordinateur, Coordinatrice de Projet ou Partenaire. Les équipes de biologie/santé ne peuvent être Partenaires que d'un seul projet de cet AAP. Le même projet ne peut pas être soumis aux appels PNP ou PCSI 2023.

 

Cet appel à projets est organisé par l'ITMO Cancer d'Aviesan (Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé). La gestion opérationnelle est effectuée par l'Inserm.

 

Appel à projets : version française ; english version
Guide du candidat EVA3 : version française ; english version
Guide du candidat
CV template
Annexe financière
Dossier Scientifique/Scientific file
Checklist dossier / File checklist

 

Rappel des dates de dépôt des dossiers : du 1 décembre 2022 au 17 janvier 2023 (17h00)
Résultats :

Contact: cancerinserm.mic@inserm.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Plate-forme de gouttes microfluidiques pour isoler efficacement et à haut débit des vésicules extracellulaires

Plate-forme de gouttes microfluidiques pour isoler efficacement et à haut débit des vésicules extracellulaires | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans une étude publiée dans Talanta, les chercheurs de l’Institut Galien Paris-Saclay (UMR 8612 CNRS/UPSaclay, Orsay) ont développé une nouvelle plateforme microfluidique qui consiste à réaliser toutes les étapes d’un traitement d’échantillon biologique dans des gouttes d’eau de quelques µL, gouttes séparées entre elles par une phase huileuse. Ce système exploite les billes magnétiques comme un cheval de Troie pour transporter des molécules d’intérêt d’une étape à l’autre du traitement et donc d’une goutte à l’autre, chaque goutte pouvant être constituée par un milieu différent. La plateforme a été utilisée pour isoler avec une haute efficacité des vésicules extracellulaires (VEs), qui peuvent dans le futur être une source de biomarqueurs de maladies ou être exploitées en tant que systèmes d'administration de médicaments.

 

Cette nouvelle plateforme offre une amélioration significative du taux de récupération des VEs (jusqu'à 50%) et de leur pureté tout en réduisant les volumes d'échantillons et de réactifs nécessaires (de plus de 10 fois) et ceci en trois fois moins de temps par rapport aux isolements classiques réalisés en tube et de manière non automatisé.

 

Ce travail a été réalisé dans le cadre d'une collaboration fructueuse avec l’institut Curie et Excilone (société leader en Europe dans le domaine des VEs), et a conduit à un soutien gouvernemental via le programme France Relance.

 

Contact : thanh-duc.mai@universite-paris-saclay.fr ou myriam.taverna@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les neurones auditifs traquent aussi l’enveloppe des stimuli dans le bruit !

Les neurones auditifs traquent aussi l’enveloppe des stimuli dans le bruit ! | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Chez l’homme de nombreuses études ont montré que l’activité populationnelle des neurones du cortex auditif suivait l’enveloppe de la parole, si bien que des relations ont été proposées entre le suivi de l’enveloppe par les neurones et les capacités de compréhension du langage. Lors de dégradations acoustiques comme la présence de bruit, de réverbérations, ou d’appauvrissement spectral, on peut se demander si les neurones du système auditif sont toujours capables, ou pas, de suivre l’enveloppe de sons de communication dans ces conditions.

 

Dans un travail en collaboration avec Léo Varnet (ENS Paris) et Brice Bathellier (Institut de l’Audition) paru dans Journal of Physiology, une équipe de NeuroPSI a tout d’abord montré qu’en situation de silence, une forte corrélation existe entre la capacité de suivi de l’enveloppe de signaux de communication et la capacité de discrimination des neurones, ce à tous les étages du système auditif (depuis le nerf auditif jusqu’au cortex auditif secondaire). Puis, Samira Souffi et ses collègues ont démontré que les neurones de l’ensemble du système auditif sont toujours capables de suivre l’enveloppe des signaux dans trois situations de dégradation acoustique (vocodage, bruit stationnaire et bruit de type cocktail party, ce à 3 rapports signal-sur-bruit). De ce fait, les chutes de performances neuronales et comportementales dans le bruit, ne sont pas liées à une incapacité des neurones à suivre l’enveloppe des signaux, mais bien au fait que l’enveloppe des signaux devient de plus en plus similaire dans le bruit.

 

Ainsi, comme supposé initialement par le premier auteur, la capacité intrinsèque des neurones auditifs à traquer l’enveloppe des signaux de communication persiste en toutes circonstances !

 

Contact : jean-marc.edeline@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Réplication de l’ADN et Imagerie Moléculaire : Quelles sont les stratégies des cellules humaines pour tolérer les lésions de l’ADN induites par les UV au cours de la réplication ?

Réplication de l’ADN et Imagerie Moléculaire : Quelles sont les stratégies des cellules humaines pour tolérer les lésions de l’ADN induites par les UV au cours de la réplication ? | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Les lésions de l’ADN bloquent la progression des fourches de réplication, pouvant conduire à de l’instabilité génomique. Des mécanismes existent dans la cellule humaine pour tolérer ces dommages et achever la duplication du génome. Parmi ces mécanismes, il existe soit la synthèse translésionnelle (TLS) qui fait intervenir des ADN polymérases translésionnelles très infidèles induisant de la mutagenèse, soit des processus fidèles liés à la recombinaison. Comment ces mécanismes se coordonnent pour permettre le redémarrage de la fourche de réplication bloquée reste encore mal compris.

 

La caractérisation de l’architecture des intermédiaires de réplication de l’ADN constitue un enjeu majeur pour comprendre les mécanismes de redémarrage des fourches après un blocage physique ou chimique, notamment par les agents anticancéreux qui ciblent l’ADN. Pour comprendre ces mécanismes moléculaires, deux équipes de l’unité Intégrité du Génome et Cancers (UMR 9019 CNRS/UPSaclay/Gustave Roussy, Villejuif) ont développé une méthode en Microscopie Electronique (EM) pour caractériser à haute résolution, les fourches de réplication et les intermédiaires d’ADN associés.

 

Cette approche a permis d’observer finement des molécules d’ADN en cours de réplication et montrer que la TLS polymérase eta (η) franchissait les dommages induits par les UV au niveau des fourches bloquées. Lorsque cette dernière est mutée, comme dans le syndrome de xeroderma pigmentosum variant (XPV), la recombinase RAD51 joue un rôle prépondérant dans le redémarrage des fourches dans une fonction qui ne requiert pas son activité enzymatique. RAD51 va également intervenir dans un processus post-réplicatif qui met en jeu une activité de recombinaison homologue avec des mécanismes d'échanges de brins observés pour la première fois en EM dans les cellules humaines.

 

Ainsi, l’analyse des intermédiaires de réplication par une approche EM a révélé la chronologie des voies de tolérance aux dommages lorsque les fourches de réplication sont bloquées par des lésions UV.

 

Ces travaux sont publiés dans Nucleic Acids Research.

 

Légende Figure : Visualisation des intermédiaires de réplication en Microscopie Electronique Fond Noir. (A) Fourches de Réplication avec des zones simple brin. (B) Fourches de Réplication associées à des figures de recombinaison. Ep : Point d’élongation – SS : ADN simple brin.

 

Contact : eric.lecam@gustaveroussy.fr ou patricia.kannouche@gustaveroussy.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

La mutation oncogénique FOXL2 C134W est un facteur clé des tumeurs des cellules de la granulosa de l’ovaire

La mutation oncogénique FOXL2 C134W est un facteur clé des tumeurs des cellules de la granulosa de l’ovaire | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans l’ovaire, les cellules de soutien qui entourent les ovocytes s’appellent cellules de la granulosa. FOXL2 est une protéine qui se lie à l'ADN pour contrôler l'expression des gènes nécessaires au bon fonctionnement de ces cellules. Ainsi, l'absence de FOXL2 induit l'expression de gènes typiques du testicule dans les cellules de la granulosa aboutissant à une transformation dramatique de l'ovaire dans des modèles animaux. Les mutations dans le gène FOXL2 sont associées à deux pathologies : i) un syndrome qui se caractérise par des malformations des paupières associées à une infertilité féminine ou ii) l'apparition de tumeurs des cellules de la granulosa de type adulte (AGCT). Les AGCT sont le type le plus courant de tumeurs malignes non épithéliales de l’ovaire et surviennent lors de la péri-ménopause ou après. La majorité des AGCT portent une variation de FOXL2, affectant son activité. La mutation en question conduit à la modification d’un seul acide aminé de la protéine : la cystéine en position 134 devient systématiquement un tryptophane.

 

Dans une étude, publiée dans Cancer Research, fruit d’une collaboration entre les équipes de Reiner A. Veitia, directeur de l’Institut de Biologie Francois Jacob (CEA/UPSaclay, Fontenay-aux-Roses) et Professeur à l’Université Paris Cité, et de Alberto Pendas (Centro de Investigación del Cáncer and Instituto de Biologıía Molecular y Celular del Cáncer, Universidad de Salamanca, Espagne), les auteurs ont généré un modèle de souris portant la mutation responsable du changement C134W de FOXL2 à l’état hétérozygote afin d’évaluer in vivo son rôle oncogénique, qui est encore mal compris.

 

La présence de la mutation engendre une malformation des paupières qui rappelle fortement le syndrome humain. De plus, les souris femelles Foxl2+/C134W présentent une fertilité réduite et développent des AGCT à travers une progression allant d'ovaires légèrement anormaux à des ovaires hyperplasiques (avec une prolifération excessive des cellules de la granulosa) puis à des tumeurs chez les souris adultes. Les gènes dérégulés dans les tumeurs de souris montrent qu’il s’agit bien d’un cancer et pointent vers un gain de fonction de l'allèle muté affectant la signalisation d’un facteur trophique appelé TGFβ. Une comparaison de ces données avec les résultats précédemment obtenus par le même laboratoire sur des AGCT humaines indique que les voies dérégulées sont similaires. Enfin, une recherche de mutations en exploitant les données transcriptomiques des AGCT de souris montre l'absence d’altération supplémentaires en dehors de FOXL2-C134W. Ceci suggère que la seule mutation de FOXL2 serait nécessaire (et peut-être suffisante) non seulement à déclencher mais à entretenir la tumorigenèse.

 

Ces résultats fournissent un exemple clair in vivo dans lequel une seule mutation déclenche le développement d'une tumeur associée à de profondes altérations de l’expression des gènes de l’ovaire.

 

Légende Figure : Caractérisation de souris portant le variant pathogène FOXL2 C134W à l’état hétérozygote (un allèle normal et l’autre muté). Les anomalies des paupières (flèche jaune) chez la souris mutante rappellent le syndrome humain. Le diagramme sur la droite de la figure montre les gènes codant des facteurs impliqués dans la signalisation TGF-β qui sont dérégulés dans les tumeurs murines. Les gènes activés sont affichés en rouge (couleur des noms de gènes ou surbrillance elliptique), les gènes réprimés apparaissent en bleu (gris = pas de changement).

 

Contact : reiner.veitia@ijm.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Les récepteurs de l'autophagie dans la présentation des antigènes et l'immunité antivirale médiée par les cellules T

Les récepteurs de l'autophagie dans la présentation des antigènes et l'immunité antivirale médiée par les cellules T | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Le récepteur de l'autophagie T6BP (TAX1BP1) stabilise la chaîne invariante (CD74) et régule le trafic des molécules MHC-II (MHC-II), favorisant ainsi la présentation de peptides de haute affinité aux cellules T CD4+ spécifiques de virus.

 

Les lymphocytes T CD4+ jouent un rôle majeur dans l'établissement et le maintien de l'immunité antivirale. Ils déterminent notamment la qualité des réponses anticorps aux virus. Les lymphocytes T CD4+ sont activés par des peptides antigéniques dérivés de protéines virales extracellulaires ou nouvellement synthétisées (endogènes) présentées par des molécules MHC-II à la surface des cellules. Les voies conduisant à, la dégradation et à la présentation des antigènes endogènes restent mal caractérisées.

 

Dans une étude parue dans EMBO Reports, Arnaud Moris et ses collaborateurs de l’équipe Autophagie et Immunité Antivirale au sein de l’I2BC (CNRS/CEA/UPSaclay, Gif-sur-Yvette) ont émis l'hypothèse que les récepteurs de l'autophagie (AR) pouvaient contribuer à divers niveaux à la présentation de l'antigène viral restreint au CMH II. Ils démontrent que l'AR TAX1BP1 favorise la présentation endogène des peptides dérivés du VIH et du HCMV. En fait, le rôle de TAX1BP1 ne se limite pas aux antigènes viraux puisque le répertoire global de peptides présentés par les molécules du CMH-II est radicalement modifié lors de l'extinction de l’expression de TAX1BP1. Les auteurs montrent que le silencing de TAX1BP1 induit une relocalisation des compartiments de chargement des peptides MHC-II, la génération de complexes instables MHC-II-peptide et une dégradation rapide de la chaîne invariante CD74, ce qui pourrait influencer directement la qualité du répertoire peptidique MHC-II.

 

Pour obtenir un indice sur les mécanismes possibles, les scientifiques ont défini l'interactome de TAX1BP1 et identifié de nouveaux partenaires protéiques qui participent potentiellement à la régulation médiée par TAX1BP1 des complexes de chargement de peptides MHC-II, parmi lesquels la chaperone calnexine (CANX). Ils montrent que TAX1BP1 se lie à la queue cytoplasmique de CANX, qui régule ses fonctions ER. Enfin, ils fournissent la démonstration directe que le silencing de CANX induit également la dégradation du CD74 et diminue la capacité des cellules à activer les lymphocytes T CD4+ antiviraux.

 

Contact : arnaud.moris@i2bc.paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Hyperaldostéronisme primaire et hypertension artérielle : le génome à la loupe

Hyperaldostéronisme primaire et hypertension artérielle : le génome à la loupe | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Dans une étude collaborative entre le CNRGH et le PARCC, publiée dans le journal Nature Communications, les chercheurs ont identifié pour la première fois des loci de risque pour l'hyperaldostéronisme primaire (HPA), forme la plus fréquente d'hypertension artérielle secondaire. Ils ont également mis en évidence de nouveaux mécanismes potentiels impliqués dans la physiopathogénie de l'HAP.

 

Lire la suite de l’Actu du CEA-Jacob ICI.

Contact : edith.le-floch@cea.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Grande révision taxonomique !

Grande révision taxonomique ! | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Après 6 ans d’un travail de fourmis (plus de 12 000 spécimens d’herbiers examinés dans 162 herbiers) Xavier Aubriot (laboratoire Écologie, systématique et évolution - ESE, CNRS/UPSaclay/AgroParisTech, Gif-sur-Yvette) vient de publier une révision taxonomique de plusieurs espèces de plantes apparentées à l’aubergine (Solanum melongena). Les 38 espèces sont toutes d’Asie tropicale et portent des aiguillons acérés. Et oui, l’aubergine est originaire d’Asie… et parfois un peu piquante au toucher !

 

Ces 270 pages publiées sous la forme d’une monographie dans PhytoKeys, récapitulent toutes les connaissances actuelles sur la morphologie, la géographie, l’écologie et l’histoire évolutive de ces espèces. Une clé de détermination permet d’aider à l’identification parfois difficile des espèces ; des cartes et des photos de terrains illustrent leur diversité morphologique. Deux espèces sont décrites pour la première fois, l’une provenant de Birmanie et l’autre de l’île de Sulawesi en Indonésie.

 

Contact : xavier.aubriot@universite-paris-saclay.fr

No comment yet.
Scooped by Life Sciences UPSaclay
Scoop.it!

Portrait Jeune Chercheuse - Lucile Ben Haim, chercheuse en neurobiologie

Portrait Jeune Chercheuse - Lucile Ben Haim, chercheuse en neurobiologie | Life Sciences Université Paris-Saclay | Scoop.it

Lucile Ben Haim est chargée de recherche CNRS au laboratoire des maladies neurodégénératives (UMR 9199, CEA-CNRS-Université Paris Saclay). Elle a été recrutée en mai 2021 dans l’équipe de Carole Escartin.

 

Après obtention de son Master 1 Signalisation cellulaire (Université de Leeds, Royaume-Uni) et Master 2 Biologie intégrative et physiologie (Université Pierre et Marie Curie, France), Lucile Ben Haim a effectué son doctorat en Neuroscience (2011-2014), au sein du Laboratoire des maladies neurodégénératives (URA 2210 CEA-CNRS), sous la direction de Carole Escartin à MIRCen (CEA Fontenay-aux-Roses).

 

Son travail de thèse a porté sur la caractérisation moléculaire et cellulaire des astrocytes réactifs dans différents modèles murins de maladies neurodégénératives, comme les maladies d’Huntington et d’Alzheimer. Elle a démontré le rôle clé de la voie de signalisation JAK2/STAT3 dans la réactivité astrocytaire, grâce au développement de vecteurs viraux permettant de manipuler cette voie sélectivement dans les astrocytes in vivo. Ces outils ont permis de mieux caractériser les conséquences fonctionnelles de la réactivité astrocytaire sur les indexes pathologiques associés aux maladies neurodégénératives.

 

A la suite de son doctorat, Lucile Ben Haim s’est intéressée au concept d’hétérogénéité des astrocytes. En effet, ces cellules ont longtemps été considérées comme identiques et virtuellement interchangeables entre des régions cérébrales pourtant très spécialisées. Elle a donc rejoint le laboratoire de David Rowitch à l’Université de Californie, San Francisco pour étudier cette question dans la moelle épinière dont l’organisation anatomo-fonctionnelle est très bien caractérisée et ségrégée entre sa partie ventrale et dorsale. Elle a montré que les astrocytes de la moelle épinière ventrale expriment très fortement un canal potassique qui régule l’activité des motoneurones et influence le comportement moteur chez la souris.

 

Lucile Ben Haim a ensuite obtenu une bourse postdoctorale de retour en France de la Fondation pour la Recherche Médicale pour développer son projet de recherche dans l’équipe de Carole Escartin, au Laboratoire des maladies neurodégénératives. Elle a continué ses recherches sur le lien entre astrocytes et comportement chez la souris, en se focalisant plus spécifiquement sur le comportement émotionnel et en combinant des approches de transfert de gène viral, d’imagerie cellulaire et d’analyse du comportement. Elle continue aujourd’hui ce travail en tant que chargée de recherche, pour disséquer par quels mécanismes les astrocytes régulent le comportement émotionnel chez la souris contrôle et dans des modèles murins de la maladie d’Alzheimer.

 

« Before you know, you must imagine » - Richard Axel (prix Nobel)

 

Contact : lucile.ben-haim@cea.fr

No comment yet.