Les Livres de Philosophie
35.3K views | +4 today
Follow
Les Livres de Philosophie
Actualités des livres et revues philosophiques de langue française
Curated by dm
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by dm
Scoop.it!

Jean-Christophe Bardout : Penser l'existence. L'existence exposée : époque médiévale

Jean-Christophe Bardout : Penser l'existence. L'existence exposée : époque médiévale | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

VRIN - Décembre 2013 - Coll. Histoire de la Philosophie -

 

A la différence de nombreux concepts hérités d'Aristote, l'existence fait en métaphysique une entrée aussi discrète que tardive, avant de devenir un thème à ce point majeur qu'aucune philosophie n'a pu s'en dispenser, en dépit d'un paradoxe constitutif : l'existence n'est-elle pas l'autre absolu de la pensée ? Pourquoi l'existence s'est-elle constamment maintenue, au-delà du questionnement métaphysique qui fut son horizon médiéval, jusqu'à constituer un des concepts fondamentaux de toute anthropologie ? Pour répondre, une histoire de l'existence dans la longue durée s'imposait, qui entreprenne d'en relever les mutations principales : née dans l'Antiquité tardive pour singulariser l'être du Christ, développée au Moyen âge pour appréhender l'être du monde créé, l'existence qualifie, aux temps des Lumières, l'être de l'homme. Le premier volet de cette histoire complexe analyse l'émergence de l'existence aux côtés de l'être, puis en concurrence avec lui. Il retrace le lent processus médiéval de son incorporation à la philosophie, de Marius Victorinus à la scolastique moderne : existe ce qui se pose à partir de son origine, puis hors de sa cause. Ainsi l'existence fut-elle premièrement exposée.

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Les enjeux de l'histoire de la philosophie en France au XIXe siècle - Pierre Leroux contre Victor Cousin. Par Lucie Rey

Les enjeux de l'histoire de la philosophie en France au XIXe siècle - Pierre Leroux contre Victor Cousin. Par Lucie Rey | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Ce livre tente de montrer comment historiquement, en France, la constitution d'un dogme de la pensée philosophique et l'assujettissement de la philosophie à la politique vont de pair et sont tous deux à l'origine de la discipline philosophique. La philosophie au XIXe siècle en France semble ainsi se construire selon un double rapport, à la tradition philosophique d'une part, et au pouvoir politique de l'autre. Or les deux termes de ce rapport se situent à leur tour dans une relation de dépendance - le rapport à l'histoire de la philosophie étant en réalité subordonné à une conception politique. Selon la conception politique qu'il s'agit de défendre ou de légitimer au présent, les usages de l'histoire de la philosophie s'avèrent très différents. Dès lors, comment interpréter les contradictions de l'histoire de la philosophie ? Sur quels auteurs ou sur quelles traditions les différents courants philosophiques du XIXe siècle prennent-ils appui et dans quel but ? Telles sont les questions qui ont guidé la lecture des textes de Victor Cousin et de Pierre Leroux et de la vive polémique qui les oppose. Elles ont permis de montrer comment l'usage de l'histoire de la philosophie constitue un révélateur de la finalité assignée à la philosophie. La confrontation des textes de ces deux auteurs fait ressortir d'une manière particulièrement aigüe un certain nombre des enjeux généraux impliqués par les rapports de la philosophie et de son histoire. Elle a donné lieu à l'élaboration d'un travail conceptuel de détail, dans un contexte historique particulièrement riche et occupant une position charnière : à la fois du point de vue de ce à quoi elle succède - la philosophie des Lumières et la Révolution française -, mais aussi de ce qu'elle instaure - à savoir l'institutionnalisation de l'enseignement philosophique en France. L'Harmattan, janvier 2013
No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Benoît Schneckenburger : Intelligence du matérialisme

Benoît Schneckenburger : Intelligence du matérialisme | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

2013 - Editions de l'Epervier - Coll. "Pour aller plus loin" -  "Préface de Jean-Luc Mélenchon

Le matérialisme est une idée ancienne en Europe. Elle demeure pourtant méconnue. Pourquoi l’une des écoles de philosophie les plus fécondes fait-elle l’objet d’une ignorance et d’un mépris toujours aussi opiniâtres ? Comment se fait-il que les progrès des sciences n’aient pas fait triompher cette représentation à la fois concrète et complexe du monde ? Car le matérialisme est loin d’être un simplisme. Ses hypothèses les plus fondamentales sur la structuration atomique du réel, sur le rôle du hasard dans l’organisation des phénomènes de la nature ou sur l’origine et la nature matérielles de la pensée ont été confirmées par les différentes sciences. Pour comprendre les raisons de cette méconnaissance volontaire, il faut revenir aux origines de l’histoire de la philosophie et découvrir comment une autre école de pensée, l’idéalisme, s’est substituée au matérialisme pour l’étouffer, en s’appuyant sur les soutiens de la religion, des pouvoirs politiques et des classes dominantes, en place depuis plus de deux mille ans. Mais comprendre le matérialisme dans la richesse de son développement, ce n’est pas seulement connaître les raisons de son occultation, c’est aussi dévoiler les trésors d’émancipation que cette pensée recèle. Trésors théoriques, bien sûr, mais aussi trésors pratiques car le matérialisme libère tout autant la pensée que l’action. Comme philosophie, il est à la fois un remède contre l’obscurantisme intellectuel et l’aliénation politique dans laquelle le système de domination nous maintient sciemment.
En proposant un tableau général des grands axes de la pensée matérialiste, des questions qu’elle aborde et des réponses qu’elle propose, Benoît Schneckenburger, philosophe militant, agrégé et docteur en philosophie, nous invite à comprendre comment l’intelligence matérialiste permet d’interpréter le monde, mais aussi comment elle propose de le transformer.

http://www.editions-epervier.fr

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Revue Archives de Philosophie 2013/1, L’image de l’infini

Revue Archives de Philosophie 2013/1, L’image de l’infini | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Pourquoi un dossier consacré à l'image de l'infini - envisagée du point de vue des sources de l'idéalisme allemand ?

Pour des raisons d'exactitude historique : montrer - ou rappeler s'il en était besoin - que l'idéalisme allemand a des sources qui plongent jusque dans la philosophie médiévale, l'image de l'infini étant l'un des fils conducteurs de cette plongée,Pour des raisons liées à la vie même de la pensée : elle se nourrit d'une « parenté intellectuelle et spirituelle » (Alexander Schnell) qui, dans le cas de l'idéalisme allemand, ne peut pas être ignorée, au risque, sinon, de le dénaturerPour des raisons attenant à la genèse même d'une oeuvre philosophique : une oeuvre philosophique ne voit pas le jour brutalement, sans le lent labeur de son engendrement dans l'histoire et les conditions de cet engendrement

 

Aujourd'hui, plus que jamais, si on veut servir la philosophie, il est nécessaire de remettre le travail philosophique devant cette triple exigence : l'exactitude historique, la vie de la pensée, le processus d'engendrement d'une oeuvre. «L'image de l'infini » honore cette triple exigence. Un texte historique n'est pas anhistorique : il est pétri d'historicité, au-dedans de lui, en dehors de lui, à la croisée du dedans et du dehors.

No comment yet.