Les Livres de Philosophie
35.5K views | +2 today
Follow
Les Livres de Philosophie
Actualités des livres et revues philosophiques de langue française
Curated by dm
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by dm
Scoop.it!

L'embryogenèse du monde et le Dieu silencieux. Raymond Ruyer

L'embryogenèse du monde et le Dieu silencieux. Raymond Ruyer | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Malgré un titre qui peut paraître imposant et intimider, le lecteur trouvera dans ce livre le condensé, particulièrement clair et élégant, que Raymond Ruyer voulut donner de sa pensée au soir de sa vie, en un ultime effort de présentation et d'actualisation. L'ouvrage, entièrement achevé, était jusqu'à ce jour inédit, ce qui fait de sa publication un événement. La pensée de Ruyer a retenu l'attention de nombre des penseurs les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle (comme Merleau-Ponty, Canguilhem, Deleuze ou Lacan), qui n'hésitaient pas à la placer au plus haut. La publication du dernier manuscrit philosophique de Ruyer représente l'occasion de se familiariser avec sa pensée et de lui accorder enfin la place qu'elle mérite.
L'objectif du philosophe de Nancy a consisté à construire un système métaphysique ajusté aux découvertes de la science contemporaine. S'il est bien question ici de "Dieu", ce n'est pas dans la perspective d'une révélation : le Dieu de Ruyer est un Dieu spéculatif, comme celui d'Aristote ou de Whitehead, et nous sommes loin des considérations sur "le savant et la foi". D'autre part, "l'embryogenèse du monde" n'est pas une rêverie incontrôlée sur quelque Oeuf primordial, mais une tentative argumentée de constituer un panpsychisme à la manière de Leibniz, selon ce que Ruyer appelle lui-même une "monadologie corrigée".

 

Klincksieck - Novembre 2013

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Hourya Benis Sinaceur : Cavaillès

Hourya Benis Sinaceur : Cavaillès | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Les Belles lettres - Novembre 2013 -

Le nom de Jean Cavaillès évoque pour les uns le héros de la Résistance, le combattant intrépide fusillé à 40 ans par les Allemands, pour les autres le philosophe brillant qui a proposé une conception neuve de la pensée logique. Cet homme ne fait pourtant qu'un, l'unité de la pensée abstraite et de l’action concrète s’arrimant chez lui dans une même disposition éthique, disposition à prendre des risques, à vivre le risque - théorique ou pratique - comme la solution exigée par un problème rationnellement posé.

Or ce chemin qui va de la position d’un problème théorique à l’invention de sa solution, le philosophe Cavaillès se demande s’il est nécessaire ou contingent. L’apparition de la théorie des ensembles de Cantor par exemple est-elle le fruit nécessaire du développement de la mathématique ou bien un événement contingent qui aurait non seulement pu ne pas se produire mais se produire selon une autre modalité? Mais si plusieurs mathématiques différentes peuvent coexister, n’est-ce pas le modèle le plus rigoureux du savoir qui perd d’un coup son unité et sa nécessité?

Le problème de Cavaillès est de trouver comment d’un univers ancien peut sortir un nouvel univers, comment on peut allier la continuité de la démarche rationnelle et la rupture des concepts.

Ce sont les voies utilisées par Cavaillès pour résoudre cette question que le livre d’Hourya Benis Sinaceur dégage avec une grande clarté. Loin de perdre le lecteur profane dans des considérations mathématiques et logiques qui le dépasseraient, l’auteur s’emploie à cerner l’originalité de la pensée philosophique de Cavaillès, en montrant comment il fait jouer les unes contre les autres les sources philosophiques auxquelles il puise pour construire une histoire du sens absolument singulière, irréductible à l’une ou l’autre des philosophies qui l’alimentent pourtant. Entre Frege et Bolzano du côté d’une conception objectiviste des idées, et Hegel et Husserl du côté d’une logique subjectiviste, c’est-à-dire de la conscience, Cavaillès tisse une « voie moyenne »: une dialectique matérielle (du contenu) sans sujet.

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Les disciplines de pensée. Alain Firode, Jean-François Goubet, Hubert Vincent (dir.)

Les disciplines de pensée. Alain Firode, Jean-François Goubet, Hubert Vincent (dir.) | Les Livres de Philosophie | Scoop.it
Artois Presses Université, 2013 ... Les contributions rassemblées dans cet ouvrage se proposent de questionner la prétention de certains savoirs à valoir non seulement par le contenu de connaissances positives qu'ils sont censés procurer, mais aussi et surtout par leur vertu "formatrice", c'est-à-dire par leur capacité à produire des effets supposés structurants sur celui qui les pratique (ces effets pouvant être d'ordre intellectuel, moral, esthétique, méthodologique voire tout simplement humain). Pour quelles raisons certains savoirs ont-ils été amenés, au cours de l'histoire, à jouer un tel rôle "disciplinant" (comme par exemple les mathématiques ou le latin en ce qui concerne la formation intellectuelle) ? Sur quels arguments, philosophiques, psychologiques, pédagogiques, s'est-on appuyé pour leur attribuer cette fonction structurante ?
No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain, sous la direction de Marc Silberstein

Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain, sous la direction de Marc Silberstein | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Éditions Matériologiques, Décembre 2013, 1010 pages --

 

Le matérialisme est une position philosophique au destin paradoxal : c’est la conception d’arrière-plan de toutes les sciences abouties – il semble même aller de soi ou n’avoir besoin que de se révéler qu’en filigrane –, tout en étant dans le même temps dénigré, malmené, incompris par nombre de nos contemporains. Même dans le pays de Diderot, d’Holbach, La Mettrie… Entre indifférence et péjoration, ce terme, que certains évacuent pudiquement au profit des mots « naturalisme » ou « physicalisme », nous semble ainsi devoir être sans cesse revendiqué. C’est la raison d’un tel livre et de ce titre : Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain. Dans la filiation des matérialistes français des Lumières et dans l’attention permanente envers les acquis des sciences actuelles et la philosophie qui a pris le parti d’écouter ses enseignements, ce livre propose un aperçu d’idées expressément matérialistes dans six domaines cruciaux, selon l’organisation thématique suivante :
(1) Philosophie du matérialisme ;
(2) Matérialisme, réductionnisme, émergence ;
(3) Philosophie de la physique ;
(4) Philosophie de la biologie ;
(5) Anthropologie philosophique ;
(6) Philosophie de l’esprit et des sciences cognitives, plus un intermède historique, soit 27 chapitres.

Ce terme de « matériaux » au début du titre indique précisément qu’il s’agit là non pas d’une somme close et injonctive, mais d’un ensemble de textes pouvant servir à comprendre la constitution perpétuelle d’un champ de recherche, d’un domaine de pensée et d’une conception du monde idoines pour saisir les enjeux ontologiques et épistémologiques actuels. La communauté savante, parfois hésitante quant à ses fondements ontologiques, prise entre des formes aseptisées de positivisme (la pseudo-neutralité des sciences) et des crispations idéalistes, a résolument besoin, pour qui veut produire une science qui pense ou une philosophie qui ne divague pas, de ces matériaux conjointement philosophiques et scientifiques. 

-

Auteurs : Luc Faucher, Marc Silberstein, Michael Esfeld, Michel Paty, Charles T. Wolfe, Delphine Blitman, François Athané, Jean Bricmont, Edouard Machery , Pierre Poirier, Christian Sachse, Thibault Racovski, Martin Mahner, Pascal Ludwig, Gilbert Lechermeier, Max Kistler, Laurent Jodoin, Filipe Drapeau Vieira Contim, Pierre Deleporte, Chomin Cunchillos, Hugo Cousillas, Gérard Chazal, Mathieu Charbonneau, Mario Bunge, Reinaldo J. Bernal Velásquez, Mathieu Aury

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

La réalité physique. Par Alain Séguy-Duclot

La réalité physique. Par Alain Séguy-Duclot | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Hermann - Novembre 2013 - Ce livre est le fruit de dix ans de travail. Il repose sur un contact direct avec les productions scientifiques, notamment en théorie des probabilités, physique statistique, thermodynamique, physique relativiste et physique quantique. Bien qu’il y soit essentiellement question de physique, il n’est pas réductible à un ouvrage d’épistémologie de la physique : sa problématique s’inscrit en effet dans une interrogation philosophique plus large, au cœur de laquelle se trouve le concept d’information. 
Comprendre que la communication en général, dont le langage humain n’est qu’une espèce remarquable, repose sur la notion mathématique d’information – définie par Shannon en 1948 de façon statistique indépendamment du sens – conduit à mettre au premier plan de l’interrogation philosophique non plus la notion de sens mais celle d’information. Ce renversement théorique a conduit dans les années 1950 à l’édification, sous l’impulsion de Norbert Wiener, d’un nouveau modèle général pluridisciplinaire de la connaissance, sous le primat du concept d’information. 
Or, ce modèle – que l’on peut appeler le « paradigme informationnel classique », et qui constitue l’une des sources principales du structuralisme par la médiation de Roman Jakobson – est considéré désormais comme un échec. Ce livre met au jour deux raisons principales à cet échec : le paradigme informationnel classique était réductionniste, d’une part, et d’autre part, il n’était pas assez général. 
Pour lever ces obstacles théoriques et élaborer un nouveau paradigme informationnel, deux tâches théoriques sont entreprises : 1. Surmonter ce réductionnisme. Pour ce faire, on analyse le sens pluriel du probabilisme en physique et on étudie l’entrelacement complexe entre aléatoire et déterminisme, en sorte de délivrer les notions d’incertitude, de désordre, de complexité et d’émergence de leur confusion native, laquelle interdit de construire une théorie non réductionniste véritablement opérationnelle. 
2. Opérer une généralisation de la théorie de l’information, à partir non plus de la théorie de l’information classique au sens de Shannon (qui repose sur l’opposition binaire du 0 et du 1), comme dans les années 1950, mais de la toute nouvelle théorie de l’information quantique, développée à la suite des intuitions de Feynman – ce qui suppose une analyse de la théorie quantique. La théorie de l’information quantique constitue actuellement la théorie de l’information la plus générale que l’on puisse penser : elle engage non seulement toutes les valeurs intermédiaires entre 0 et 1 (comme c’est déjà le cas dans la logique floue de Zadeh), mais également des nombres complexes, dont la représentation spatiale engage non plus, comme les nombres réels, une dimension mais deux. 
Le but de cet ouvrage est d’ouvrir sur un nouveau modèle relativiste et transdisciplinaire de la connaissance, engageant, par-delà l’opposition du rationalisme au scepticisme, une nouvelle rationalité non-linéaire et pragmatique, qui permette de penser l’émergence non de l’être, dans son absoluité, mais de la réalité objective, dans sa pluralité, sa relativité et son hétérogénéité irréductibles.

No comment yet.
Scooped by dm
Scoop.it!

Texte, discours, interactions. Nouvelles épistémologies (Semen 34)

Texte, discours, interactions. Nouvelles épistémologies (Semen 34) | Les Livres de Philosophie | Scoop.it

Cette livraison propose une réflexion sur les nouvelles manières d’aborder les textes, discours et interactions par rapport aux modifications épistémologiques repérables ces vingt dernières années, en particulier celles impliquées par le dépassement des grands binarismes du type esprit/corps ou langue/monde. Les auteurs proposent une critique constructive des théories et méthodologiesmainstream en linguistique et présentent des approches moins disciplinarisées dans la perspective d’une épistémologie critique. Les articles font travailler l’interdisciplinarité sur le plan des théories, des méthodes et des pratiques scientifiques, dans une perspective ouverte et soutenue par une interrogation constante sur leurs évolutions et modifications.

Les auteurs questionnent les disciplines du texte et du discours par rapport à la longue durée des disciplines (Emmanuelle Danblon, Maria Zaleska) ou à l’élaboration d’un nouveau paradigme pour l’étude des productions verbales au-delà des contraintes de la linguistique issue du CLG (Ingrid de Saint-Georges). Ils font aussi des propositions théoriques et méthodologiques visant à intégrer à l’objet même de l’analyse linguistique  les réalités du monde naturelles et culturelles (Guy Achard-Bayle, Fred Dervin & Céline Tournebise), ainsi que les matérialités techniques, en particulier dans les univers numériques (Marie-Anne Paveau et Olivier Le Deuff).

No comment yet.