Gîtes et chambres d'hôtes
339 views | +0 today
Follow
 
Scooped by Aurélie R.
onto Gîtes et chambres d'hôtes
Scoop.it!

Le bilan 2013 et les tendances 2014 pour les chambres d’hotes et gites

Le bilan 2013 et les tendances 2014 pour les chambres d’hotes et gites | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

C’est l’heure du bilan de l’année passée 2013 et des perspectives de l’année 2014 autour des chambres d’hôtes et des gites. Il est évident que notre secteur bouge et évolue considérablement vers toujours plus de professionnalisme. Les tendances constatées l’année dernière ne changent pas, un propriétaire se doit d’être de plus en plus polyvalent et d’afficher un produit original voire même unique que ce soit par le bâti ou bien par l’humain.

Nous allons donc respectivement analyser les tendances du marché de la chambres d’hôtes et des gites du point de vue du porteur de projet et propriétaire puis les tendances du E-tourisme afin d’être performant sur le web.

 

Le propriétaire de chambres d’hôtes et gites en 2013 :


L’évolution voire la complexité des statuts :

Les choses n’ont jamais été simples sur ce sujet dans notre milieu mais les années 2013 et 2014 marqueront sans aucun doute des changements. La définition de son statut juridique devient un véritable élément fondamental du succès ou de l’échec de votre projet.

 - Évolution à venir du statut d’auto-entrepreneur :

Il était question à l’été 2013 de durcir le statut de l’auto-entreprise en diminuant les seuils de revenus. Le plafond d’une activité de chambres d’hôtes ou gites passerait de 85 000 € à 47 500 € et un dépassement durant deux années consécutives entrainerait une obligation de basculer dans le régime de droit commun des sociétés. En décembre 2013, Le député Laurent Grandguillaume propose de simplifier et d’harmoniser l’existant en créant deux régimes fiscaux et sociaux distincts : l’un forfaitaire calé sur le modèle de l’auto-entreprise, l’autre au bénéfice réel pour les entreprises en développement. En effet, le projet de Pinel je cite : « semble à l’évidence ne satisfaire personne, et que l’incertitude qui pèse sur l’avenir de l’auto-entreprise commence à peser également sur les chiffres de la création d’entreprise ». Ce projet de loi doit être examiné début 2014 au Parlement en espérant qu’il prenne en compte les considérations du rapport Grandguillaume…

  – Chasse à la sorcière des locations meublées touristiques dans les grandes villes :

La loi Duflot qui entrera en vigueur en 2014 vise à limiter l’essor des locations meublées de courte durée. En effet, le bailleur aura l’obligation d’obtenir par sa commune une autorisation de changement d’usage (d’habitation vers location touristique) et devra recueillir au préalable l’aval de ses copropriétaires à la majorité simple… Cette loi s’appliquera pour les villes de plus de 200 000 habitants et sur décision municipale les zones dites « tendues », soit les zones d’urbanisation continue de plus de 50.000 habitants. En cas de non-respect le propriétaire s’expose à une amende de 25 000 euros et une astreinte de 1 000 euros par jour et par mètre carré jusqu’à sa régularisation ! L’Express titre donc : « Péril sur la location meublée touristique »…

 - Vers une multiplication des immatriculations en sociétés :

La chambre d’hôtes se professionnalise mais qu’est-ce que dit la loi au sujet de l’obligation de se déclarer en société ? Un propriétaire de chambres d’hôtes doit-il être inscrit au registre du commerce sous le statut de société ? La réponse est : Oui pour certains, Non pour tous ! Oui si l’activité de location de chambres d’hôtes est exercée de manière habituelle en recherchant des profits et en faisant leur profession. Non si les personnes exercent cette activité de manière accessoire, en complément d’une activité professionnelle. Je vous invite à consulter notre article de l’été 2013 : « La chambre d’hôtes doit-elle être inscrite au Registre du Commerce en tant que Société ? Point sur le cadre juridique de la chambre d’hôtes à l’été 2013… ». Travaillant de manière étroite avec des Chambres de Commerce et d’Industrie, je vous garantis que mes interlocuteurs reçoivent de plus en plus de chambres d’hôtes ressortissantes de la Chambre ce qui n’ était pas le cas il y a quelques années…


L’hôtellerie indépendante en difficulté… :

Oublions le faux et pervers clivage entre chambres d’hôtes et hôtels que les médias nous ressassent de manière perpétuelle. Il est malheureux de constater pour notre économie que l’hôtellerie indépendante est en difficulté voire même en péril… Selon Mark Watkins, le dirigeant du cabinet d’études Coach Omnium : « 2 hôtels indépendants ferment chaque jour en France, depuis 3 ans ». Un constat accablant expliqué dans la 2ème édition de son « Enquête économique sur la petite hôtellerie française ». Les raisons sont nombreuses, je cite : « Des taux d’occupation faibles pour 63 % des hôtels qui ne dépassent pas 50 % de taux d’occupation annuel, des prix de chambres orientés vers le bas, une rentabilisation compliquée ou encore des travaux de modernisation insuffisants en volume ». Au final, constat terrible qui nous transmet que 59% des hôteliers interrogés lors de cette étude souhaitent vendre leur affaire alors que les repreneurs sont loin de se bousculer pour un éventuel rachat…

L’évolution des statuts nous dresse un portrait de plus en plus professionnel de la chambre d’hôtes et des locations meublées qui contraste avec une hôtellerie indépendante en grande difficulté. N’assistons-nous pas là à un  phénomène structurel modifiant de manière profonde le marché… ???


Les tendances du E-tourisme autour des chambres d’hôtes et gites en 2013 :


L’ère du zapping et du mobile :

Il ne s’agit pas d’un scoop mais votre touristonaute est de plus en plus volatile et exigeant. Il consulte une multitude de sites Internet avant de finaliser sa réservation, zappe et passe en toute facilité de la tablette, au pc sans oublier le mobile à toute heure de la journée et de la nuit… Bien que propices à la comparaison ainsi qu’à la géolocalisation, nous constatons selon le 9ème baromètre publié par Médiamétrie//NetRatings que 8% des utilisateurs de mobiles et 12% des propriétaires de tablettes ont déjà achetés sur ces supports… Vous n’avez donc plus le choix, il vous faut afficher une réelle visibilité sur l’ensemble de ces supports. Nous vous conseillons tout d’abord de créer votre site Internet en version dite « Responsive » afin que ce dernier s’adapte automatiquement aux différentes tailles des écrans et de vous positionner sur des applications mobiles dominatrices telles que Facebook ou encore Tripadvisor…


Booking.com redistribue les cartes de la E-distribution :

J’ai publié deux articles autour de la montée en puissance de Booking.com depuis 2 ans dans le secteur de la chambres d’hote et des gites : « Booking.com : ami ou ennemi des chambres d’hôtes » et « Booking.com, ami ou ennemi des chambres d’hôtes ? Mariage idyllique ou divorce assuré : la suite 1 an après… ». Pour le meilleur, Booking est une machine de référencement Google trustant les 1ers liens de manière quasi-systématique, il apporte des réservations « garanties », il génère également des réservations directes passant par Booking mais réservant directement sur votre site Internet à hauteur de 14% selon une étude ErevMax diffusée en 2013 et permet de capter une clientèle pas forcément habituée au maisons d’hotes. Pour le pire, Booking est très gourmand en commissionnement, vous mange votre référencement en achetant sur Google Adwords le nom de votre maison d’hôtes ou gites, vous impose une parité tarifaire et vous apporte une clientèle non adaptée à la chambre d’hote. Aujourd’hui le débat est plus que lancé et on ne compte plus le nombre d’articles traitant du sujet « Booking » car il est certain est que Booking.com ne laisse personne indifférent et surtout pas les hôteliers qui ont lancé depuis plusieurs mois l’initiative Fairbooking afin d’essayer de « lutter » contre Booking.com. Projet très intéressant dont nous pourrions nous aussi nous inspirer… Quoi qu’il en soit, il est crucial de rester au maximum indépendant sur ses ventes et de confier à Booking.com un nombre limité de chambres…


Les avis et les réseaux sociaux :

C’est la ruée vers l’or du moment, les avis, les réseaux sociaux et la cartographie changent la donne et bousculent nos habitudes. Plus de 72% des internautes cherchant un hébergement consultent des sites d’avis avant de réserver. Vous n’avez donc plus le choix et ce même si nous connaissons tous le débat des vrais versus faux avis… Aujourd’hui tout le monde se met à récolter des avis y compris les réseaux sociaux. Facebook depuis quelques semaines à intégrer des étoiles. Non, il ne s’agit pas d’étoiles du classement Atout France mais bel et bien de notes que vos clients ou devrais-je dire de vos « amis » Facebook peuvent laisser sur votre établissement. Google + accentue également l’affichage de ses avis sur vos pages. L’avis est si bon pour le référencement Google et l’avis de mes amis m’incitent encore plus à séjourner dans tel ou tel hébergement…

No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Les maisons d'hôtes

Les maisons d'hôtes | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

A écouter une émission sur Sud radio, Le Mag de l’Aprèm animée par Marc Leval sur la création de chambres d’hôtes avec des témoignages de loueurs de chambres d’hôtes.


No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Chambres dhôtes Entre le rêve et la réalité partie 2 - YouTube

Pour le sociologue Eric Donfu, le choix de changer de vie en ouvrant des chambres dhôtes doit être pris en couple, avec lucidité par rapport à linvestissement nécessaire, sans illusions sur les rentrées financières attendues, et avec à la clé une passion plus grande, pour un territoire par exemple. Chaque année, 2 500 Français ouvrent un gîte rural. Laventure séduit souvent des couples en quête de verdure, de partage, et de rencontres. Mais quand le bureau sinstalle à la maison, que son collègue est son conjoint, et quand tous les soirs, un inconnu sinvite à votre table, comment organiser sa vie de couple ? Marie et Alex, 28 et 29 ans ont fait ce choix et lexpliquent dans le reportage. En plateau, Karine et Stéphane, qui ont tous deux ouvert une maison dhôte avec leur conjoint, avec réussite, débattent en plateau avec Karine Lemarchand et Eric Donfu. 
Une émission diffusée le 1er mai 2009

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Le bilan 2013 et les tendances 2014 pour les chambres d’hotes et gites

Le bilan 2013 et les tendances 2014 pour les chambres d’hotes et gites | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

C’est l’heure du bilan de l’année passée 2013 et des perspectives de l’année 2014 autour des chambres d’hôtes et des gites. Il est évident que notre secteur bouge et évolue considérablement vers toujours plus de professionnalisme. Les tendances constatées l’année dernière ne changent pas, un propriétaire se doit d’être de plus en plus polyvalent et d’afficher un produit original voire même unique que ce soit par le bâti ou bien par l’humain.

Nous allons donc respectivement analyser les tendances du marché de la chambres d’hôtes et des gites du point de vue du porteur de projet et propriétaire puis les tendances du E-tourisme afin d’être performant sur le web.

 

Le propriétaire de chambres d’hôtes et gites en 2013 :


L’évolution voire la complexité des statuts :

Les choses n’ont jamais été simples sur ce sujet dans notre milieu mais les années 2013 et 2014 marqueront sans aucun doute des changements. La définition de son statut juridique devient un véritable élément fondamental du succès ou de l’échec de votre projet.

 - Évolution à venir du statut d’auto-entrepreneur :

Il était question à l’été 2013 de durcir le statut de l’auto-entreprise en diminuant les seuils de revenus. Le plafond d’une activité de chambres d’hôtes ou gites passerait de 85 000 € à 47 500 € et un dépassement durant deux années consécutives entrainerait une obligation de basculer dans le régime de droit commun des sociétés. En décembre 2013, Le député Laurent Grandguillaume propose de simplifier et d’harmoniser l’existant en créant deux régimes fiscaux et sociaux distincts : l’un forfaitaire calé sur le modèle de l’auto-entreprise, l’autre au bénéfice réel pour les entreprises en développement. En effet, le projet de Pinel je cite : « semble à l’évidence ne satisfaire personne, et que l’incertitude qui pèse sur l’avenir de l’auto-entreprise commence à peser également sur les chiffres de la création d’entreprise ». Ce projet de loi doit être examiné début 2014 au Parlement en espérant qu’il prenne en compte les considérations du rapport Grandguillaume…

  – Chasse à la sorcière des locations meublées touristiques dans les grandes villes :

La loi Duflot qui entrera en vigueur en 2014 vise à limiter l’essor des locations meublées de courte durée. En effet, le bailleur aura l’obligation d’obtenir par sa commune une autorisation de changement d’usage (d’habitation vers location touristique) et devra recueillir au préalable l’aval de ses copropriétaires à la majorité simple… Cette loi s’appliquera pour les villes de plus de 200 000 habitants et sur décision municipale les zones dites « tendues », soit les zones d’urbanisation continue de plus de 50.000 habitants. En cas de non-respect le propriétaire s’expose à une amende de 25 000 euros et une astreinte de 1 000 euros par jour et par mètre carré jusqu’à sa régularisation ! L’Express titre donc : « Péril sur la location meublée touristique »…

 - Vers une multiplication des immatriculations en sociétés :

La chambre d’hôtes se professionnalise mais qu’est-ce que dit la loi au sujet de l’obligation de se déclarer en société ? Un propriétaire de chambres d’hôtes doit-il être inscrit au registre du commerce sous le statut de société ? La réponse est : Oui pour certains, Non pour tous ! Oui si l’activité de location de chambres d’hôtes est exercée de manière habituelle en recherchant des profits et en faisant leur profession. Non si les personnes exercent cette activité de manière accessoire, en complément d’une activité professionnelle. Je vous invite à consulter notre article de l’été 2013 : « La chambre d’hôtes doit-elle être inscrite au Registre du Commerce en tant que Société ? Point sur le cadre juridique de la chambre d’hôtes à l’été 2013… ». Travaillant de manière étroite avec des Chambres de Commerce et d’Industrie, je vous garantis que mes interlocuteurs reçoivent de plus en plus de chambres d’hôtes ressortissantes de la Chambre ce qui n’ était pas le cas il y a quelques années…


L’hôtellerie indépendante en difficulté… :

Oublions le faux et pervers clivage entre chambres d’hôtes et hôtels que les médias nous ressassent de manière perpétuelle. Il est malheureux de constater pour notre économie que l’hôtellerie indépendante est en difficulté voire même en péril… Selon Mark Watkins, le dirigeant du cabinet d’études Coach Omnium : « 2 hôtels indépendants ferment chaque jour en France, depuis 3 ans ». Un constat accablant expliqué dans la 2ème édition de son « Enquête économique sur la petite hôtellerie française ». Les raisons sont nombreuses, je cite : « Des taux d’occupation faibles pour 63 % des hôtels qui ne dépassent pas 50 % de taux d’occupation annuel, des prix de chambres orientés vers le bas, une rentabilisation compliquée ou encore des travaux de modernisation insuffisants en volume ». Au final, constat terrible qui nous transmet que 59% des hôteliers interrogés lors de cette étude souhaitent vendre leur affaire alors que les repreneurs sont loin de se bousculer pour un éventuel rachat…

L’évolution des statuts nous dresse un portrait de plus en plus professionnel de la chambre d’hôtes et des locations meublées qui contraste avec une hôtellerie indépendante en grande difficulté. N’assistons-nous pas là à un  phénomène structurel modifiant de manière profonde le marché… ???


Les tendances du E-tourisme autour des chambres d’hôtes et gites en 2013 :


L’ère du zapping et du mobile :

Il ne s’agit pas d’un scoop mais votre touristonaute est de plus en plus volatile et exigeant. Il consulte une multitude de sites Internet avant de finaliser sa réservation, zappe et passe en toute facilité de la tablette, au pc sans oublier le mobile à toute heure de la journée et de la nuit… Bien que propices à la comparaison ainsi qu’à la géolocalisation, nous constatons selon le 9ème baromètre publié par Médiamétrie//NetRatings que 8% des utilisateurs de mobiles et 12% des propriétaires de tablettes ont déjà achetés sur ces supports… Vous n’avez donc plus le choix, il vous faut afficher une réelle visibilité sur l’ensemble de ces supports. Nous vous conseillons tout d’abord de créer votre site Internet en version dite « Responsive » afin que ce dernier s’adapte automatiquement aux différentes tailles des écrans et de vous positionner sur des applications mobiles dominatrices telles que Facebook ou encore Tripadvisor…


Booking.com redistribue les cartes de la E-distribution :

J’ai publié deux articles autour de la montée en puissance de Booking.com depuis 2 ans dans le secteur de la chambres d’hote et des gites : « Booking.com : ami ou ennemi des chambres d’hôtes » et « Booking.com, ami ou ennemi des chambres d’hôtes ? Mariage idyllique ou divorce assuré : la suite 1 an après… ». Pour le meilleur, Booking est une machine de référencement Google trustant les 1ers liens de manière quasi-systématique, il apporte des réservations « garanties », il génère également des réservations directes passant par Booking mais réservant directement sur votre site Internet à hauteur de 14% selon une étude ErevMax diffusée en 2013 et permet de capter une clientèle pas forcément habituée au maisons d’hotes. Pour le pire, Booking est très gourmand en commissionnement, vous mange votre référencement en achetant sur Google Adwords le nom de votre maison d’hôtes ou gites, vous impose une parité tarifaire et vous apporte une clientèle non adaptée à la chambre d’hote. Aujourd’hui le débat est plus que lancé et on ne compte plus le nombre d’articles traitant du sujet « Booking » car il est certain est que Booking.com ne laisse personne indifférent et surtout pas les hôteliers qui ont lancé depuis plusieurs mois l’initiative Fairbooking afin d’essayer de « lutter » contre Booking.com. Projet très intéressant dont nous pourrions nous aussi nous inspirer… Quoi qu’il en soit, il est crucial de rester au maximum indépendant sur ses ventes et de confier à Booking.com un nombre limité de chambres…


Les avis et les réseaux sociaux :

C’est la ruée vers l’or du moment, les avis, les réseaux sociaux et la cartographie changent la donne et bousculent nos habitudes. Plus de 72% des internautes cherchant un hébergement consultent des sites d’avis avant de réserver. Vous n’avez donc plus le choix et ce même si nous connaissons tous le débat des vrais versus faux avis… Aujourd’hui tout le monde se met à récolter des avis y compris les réseaux sociaux. Facebook depuis quelques semaines à intégrer des étoiles. Non, il ne s’agit pas d’étoiles du classement Atout France mais bel et bien de notes que vos clients ou devrais-je dire de vos « amis » Facebook peuvent laisser sur votre établissement. Google + accentue également l’affichage de ses avis sur vos pages. L’avis est si bon pour le référencement Google et l’avis de mes amis m’incitent encore plus à séjourner dans tel ou tel hébergement…

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Ouvrir des chambres d'hôtes - PAP.fr

Rentabiliser sa maison en ouvrant des chambres d'hôtes : voilà qui séduit de nombreux propriétaires, qui misent sur la forte vogue que connaît ce type d'hébergement. Mais pas question de se lancer avant d'avoir étudié la question de près.

 

Vous habitez une grande maison, un appartement, dont une ou plusieurs chambres sont inoccupées. Vous avez le sens du contact, et l'idée de recevoir des gens chez vous, et de leur préparer le petit déjeuner vous séduit... Bref, ouvrir des chambres d'hôtes vous semble être le moyen idéal de gagner de l'argent grâce à votre maison.

 

Sur le papier, c'est sans problème, vous avez tous les atouts pour vous livrer à cette activité qui, a priori, semble toute simple. Mais avant de franchir le pas, livrez-vous à une étude approfondie de votre projet. Pour garder le sens des réalités et ne pas attendre de cette activité plus qu'elle ne peut vous apporter.

 

Une chambre d'hôte répond à des critères précis. Il s'agit d'une chambre meublée obligatoirement située dans la résidence du propriétaire, dans le bâtiment principal ou un bâtiment attenant. Quoi qu'il en soit, le propriétaire doit assurer lui-même l'accueil des touristes. La chambre est louée pour une ou plusieurs nuitées, avec fourniture du petit déjeuner.

 

Chaque chambre doit donner accès à une salle d'eau et un w-c, l'un et l'autre pouvant être partagés par les hôtes de plusieurs chambres. Important. Il faut que le propriétaire indique clairement aux vacanciers si salle de bains et w-c sont privatifs ou pas.

 

Bien sûr, les règles d'hygiène et de sécurité en vigueur doivent être respectées. Le linge de maison est fourni.

 

Notez que l'habitation ne peut pas comporter plus de 5 chambres d'hôtes, soit une capacité maximale de 15 personnes. Au-delà, il s'agit d'un autre type d'activité.

 

Pensez-yVous devez afficher les prix de la location des chambres et du petit déjeuner à l'extérieur du bâtiment, à la réception et derrière la porte d'entrée de chaque chambre.

Vous remettrez une note à chaque client dès que le montant de la prestation est supérieure à 15,24 euros. Vous la rédigerez en double exemplaire, puisque vous devrez en conserver un pendant un an. En ce qui concerne les clients étrangers, vous devrez remplir une fiche à remettre aux autorités de police.

 

Votre maison en l'état n'est peut-être pas bien adaptée à l'activité et demande des travaux : création de salles d'eau et w-c pour optimiser le confort des clients, décoration à revoir, mise aux normes de sécurité, renouvellement des équipements (lave-linge et sèche-linge adaptés aux quantités de linge de maison à entretenir par exemple).

 

Établissez le budget, en faisant faire des devis pour les travaux envisagés. D'après une étude réalisée par les Gîtes de France, leurs adhérents ont en moyenne consenti un  investissement de 42.000 euros.

 

Si vous achetez une maison pour exercer cette activité, pensez aussi à ces éventuels travaux d'amélioration : ils viendront renchérir le montant de votre investissement.

 

Il ne faut pas se faire d'illusion : ouvrir des chambres d'hôtes ne permet pas de faire fortune ! Il s'agit plutôt d'un  revenu complémentaire. En moyenne, toujours d'après l'étude des Gîtes de France auprès de leurs adhérents, la  durée d'occupation des chambres est de 16 semaines par an, et les séjours sont de trois jours. Selon la même source, le chiffre d'affaires, calculé sur une structure de 3 chambres (la plus courante) et sur une base de 100 nuitées par chambre, s'élève à environ 15.000 euros en moyenne. Un montant dont on retirera bien sûr tous les frais inhérents à l'activité (coût des petits déjeuners, de l'entretien, des charges fiscales).

 

Mais ces moyennes cachent des disparités : tout dépend de l'emplacement de votre activité et de la qualité de votre hébergement. Certains sites touristiques sont fréquentés quasiment toute l'année.

 

Louer une chambre d'hôte revient à de la location meublée. Si les revenus tirés de cette location dépassent 760 euros par an, somme en deçà de laquelle vous êtes exonéré d'impôt et de prélèvements sociaux, ceux-ci vont être imposés au titre des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

 

Vous pouvez alors opter pour le régime dit micro-BIC (encore appelé micro-entreprise ou régime forfaitaire) - vous en bénéficiez d'ailleurs automatiquement si vos recettes annuelles ne dépassent pas 80.300 euros. Par ailleurs, vous bénéficiez d'un abattement forfaitaire de 71 % sur ces recettes brutes. Autrement dit, seuls 29 % de vos loyers et charges seront soumis à l'impôt.

 

Si les recettes tirées de votre activité de chambre d'hôtes dépassent 80.300 euros, vous relevez automatiquement du régime réel. Une option que vous pouvez choisir si vos recettes sont inférieures à 80.300 euros. Dans ce dernier cas, la formule est intéressante si vous avez engagé des frais et des charges déductibles (travaux par exemple) supérieurs à 71 % de vos recettes.

 

Avant de lancer votre activité, vous devez faire à la mairie du lieu de l'habitation concernée une  déclaration de location. Vous pouvez aussi bien l'effectuer par lettre recommandée que par dépôt en mairie, ou encore par voie électronique. Cette déclaration doit faire l'objet d'un accusé de réception. La déclaration doit mentionner le nombre de chambres louées, le nombre maximal de personnes qui peuvent être accueillies. Et bien sûr indiquer l'identité du déclarant.

 

Sachez qu'il existe divers statuts pour ce type d'hébergement, en fonction de l'importance que représente cette activité. Si c'est votre profession, vous devez être inscrit au Registre du commerce.

 

Si la location vient en complément d'une autre activité, pas besoin de vous enregistrer. Si cette activité vient en complément d'une activité agricole, elle est dans ce cas soumise à des dispositions spécifiques.

 

Ouvrir des chambres d'hôtes ne s'improvise pas. Pour que l'opération soit rentable à terme, vous devez prendre en compte tous les paramètres.

Vous voulez lancer votre activité dans une maison que vous possédez déjà : est-elle située dans une région à fort potentiel touristique, dans un cadre agréable ou près de grands axes de transports ? Des points capitaux que vous ne négligerez pas si vous souhaitez acheter une maison pour y exercer cette activité.

 

Quels sont les atouts de votre maison ? Une fois ceux-ci déterminés, mettez-les en avant (charme, jardin agréable, piscine...). Ne négligez pas la déco, elle peut constituer un véritable point fort.

 

Êtes-vous disposé à consacrer beaucoup de temps à cette activité et à accepter des horaires contraignants, puisque vous serez le premier levé et probablement le dernier couché. Vous devrez aussi faire montre d'une bonne disponibilité pour renseigner vos hôtes. Faire le ménage, préparer le petit déjeuner, gérer les réservations... sont aussi au nombre de vos tâches. De la chaleur de votre accueil, des « plus » de votre hébergement dépendra aussi le succès de votre activité.

 

Il est capital de se faire connaître ! Vous pouvez choisir de faire partie d'un réseau (ce qui impliquera éventuellement des adaptations spécifiques de votre hébergement pour répondre aux critères du réseau). Créez aussi un site internet, avec photos à l'appui.

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Idées de business:Aménager un gîte ou des chambres d'hôtes dans sa maison

Idées de business:Aménager un gîte ou des chambres d'hôtes dans sa maison | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

Vous avez de l'espace dans votre maison ? Besoin de revenus complémentaires ? Profitez-en pour aménager des gîtes ou des chambres d'hôtes. Nos conseils pour vous lancer.


Chaque année, il se crée environ 3000 gîtes ruraux et 1500 chambres d'hôtes. "La France est championne dans ce domaine et les créations d'activités restent régulières d'années en années" explique Clotilde Mallard, directrice adjointe des Gîtes de France.  

 

D'après le recensement établi par l'APCE (Agence pour la création d'entreprise) et par "Accueillir Magazine" en 2009, il existerait 169 000 gîtes et plus de 24 000 chambres d'hôtes. Pour autant, le marché est loin d'être saturé car chaque année, 2 millions de personnes fréquentent ces structures, dont 20 % d'étrangers.  

 

Il y a donc encore de la place pour les gîtes et chambres d'hôtes, à la fois dans des régions sous exploitées comme le Perche, l'Île-de-France (dont Paris), la région de Cognac, l'Alsace mais aussi pour des structures dont l'offre se différencie (écogite, prestations haut de gamme, offre de séminaires, gîte de pêche, gîte bien-être...).  

 

Les motivations des propriétaires de gîtes ou chambres d'hôtes sont nombreuses : certains y voient un placement patrimonial, d'autres un complément de revenus (1/3 des propriétaires sont des agriculteurs), beaucoup une opportunité de changer de vie. 

 

Mais attention au mythe encore trop fréquent du citadin qui rêve de fuir la capitale et de gagner sa vie autrement, en commençant par exemple à retaper une vieille masure. Les hivers sont longs, les investissements élevés et... le bonheur n'est pas toujours au bout du pré.  

 

Gîtes ou chambres d'hôtes : quelle différence ?
 

Le gîte, généralement loué à la semaine ou au week-end en hors saison, est la formule d'accueil la plus courante. Il s'agit le plus souvent d'une maison ou d'un logement indépendant proche de l'habitation des propriétaires. Il est tout équipé, à l'exception du linge qui peut être loué, et dispose de différents aménagements (des équipements de base comme réfrigérateur, four jusqu'au sèche linge ou la connexion wi-fi pour les gîtes les plus prestigieux). L'environnement du gîte doit présenter un caractère spécifiquement rural. 
 

Les chambres d'hôtes sont des chambres meublées situées chez l'habitant en vue d'accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées. Comme à l'hôtel, les draps ainsi que le linge sont fournis et le petit déjeuner inclus. La surface de la chambre doit être d'au moins 12 m2 et la pièce doit disposer de sanitaires (lavabo dans la chambre et accès proche à des toilettes). Les prix doivent être affichés à l'intérieur de chaque chambre et le propriétaire doit fournir une facture pour des montants supérieurs à 15,24 euros. Attention, un propriétaire ne peut pas louer plus de cinq chambres.
 

Combien cela rapporte un gîte ou une chambre d'hôtes ? 

 

D'après l'APCE, pour un gîte, le prix moyen de la location à la semaine est de 408 euros en haute saison et de 267 euros hors saison mais il varie beaucoup en fonction du lieu et du niveau de confort. En moyenne, une location de gîtes ruraux rapporte 5 500 euros de chiffre d'affaires par an et par hébergement. Par exemple, un gîte de six personnes loué dix semaines dans l'année procure un revenu net annuel compris entre 3000 et 4500 euros à ses propriétaires.
 

Une chambre d'hôtes rapporte en moyenne 1 500 à 3 000 euros par an. En effet, le prix moyen de la nuit en chambre d'hôtes pour 2 personnes avec les petits déjeuners est de 49 euros et en moyenne 114 nuits sont louées par an. Au total, avec en moyenne 3 chambres par maison, le chiffre d'affaires est d'environ 19 000 euros par an (table d'hôtes inclus). Béatrice et Hervé Bardinal, propriétaires de La grange des Ecrins (chambres + gîte) dans les Hautes-Alpes depuis 2008 réalisent ainsi entre 8000 et 10 000 euros de chiffres d'affaires par mois en période scolaire "Nous affichons quasi complet du 31 décembre au 31mars, ainsi que les mois d'été. L'hiver, nous accueillons les skieurs, l'été les randonneurs. Notre activité est saisonnière mais bien répartie sur l'année " expliquent-ils.
 

Quels travaux pour quel budget ? 

 

La création d'un gîte ou d'une chambre d'hôtes implique souvent la réalisation de travaux d'aménagement afin de mettre le logement en conformité avec les normes sanitaires, de sécurité, de confort et de décoration. Le coût des travaux est variable mais il faut en moyenne compter de 50 000 euros à 100 000 euros pour un gîte rural et environ 15 000 euros pour une chambre d'hôtes.
 

Il faut également prévoir l'achat de petits matériels électroménagers et du mobilier comme la literie. Sans oublier la décoration qui donne une âme et un style à l'hébergement. Ce point est très important car c'est lui qui fait la différence : une chambre ou un gîte décoré avec goût et originalité aura de meilleures chances de retenir l'attention des clients au moment de la réservation. "Nous avons beaucoup voyagé avant d'ouvrir nos chambres d'hôtes et avons rapporté plein d'objets et de meubles d'Asie, d'Amérique du Sud et d'Italie. Nos chambres nous ressemblent et l'atmosphère est très chaleureuse " déclare Anita Bloemen, créatrice de L'Oreiller d'Hadrien dans les Pyrénées. 
 

La présence d'une piscine est également un plus, même dans les régions de l'Ouest ou du Nord de la France. "Il y a une clientèle qui veut absolument une piscine. La piscine est cohérente avec notre offre d'accueil. C'est un plus marketing ", confie Pietro Cossu, propriétaire de la Louveterie dans le Perche.  
 

Obtenir des subventions pour la création des gîtes et chambres d'hôtes 

 

Des aides, sous forme de subventions, peuvent être accordées aux propriétaires de gîtes ou de chambres d'hôtes. Elles proviennent le plus souvent des conseils généraux des départements et s'élèvent globalement, d'après l'APCE, à 30% du montant hors taxe des travaux. Les travaux susceptibles d'être subventionnés sont les suivants : charpente, couverture, chauffage, électricité, équipements sanitaires, maçonnerie, menuiseries extérieures et intérieures, peintures et revêtements muraux et aménagements extérieurs. Le montant de la subvention varie en fonction de la politique de développement de la région ou du département, c'est un pourcentage ou une fraction de l'investissement prévu.  


La subvention n'est en aucun cas automatique, les critères d'obtention sont liés à la qualité du projet et aux besoins en hébergement dans le département. Il faut faire une demande auprès du Conseil Général avant le début des travaux. La subvention est versée sur présentation des factures établies par un entrepreneur, artisan ou par le propriétaire lui-même pour les travaux qu'il a effectués.  

A noter, dans les zones de revitalisation rurale, les communes peuvent, sur délibération, exonérer de taxe d'habitation les gîtes ruraux et les chambres d'hôtes.
 

Obtenir un label pour rassurant les clients

 

Il peut être intéressant, commercialement parlant, d'obtenir un label. Cela permet d'une part de bénéficier d'une meilleure visibilité mais aussi de rassurer la clientèle sur la qualité de l'hébergement proposé. Pour les gîtes, il existe deux réseaux, Gîtes de France et Clévacances. Ces deux organismes sont les principaux réseaux accrédités pour effectuer les visites d'agrément et effectuer le classement des meublés.
 

Pour les chambres d'hôtes, cinq réseaux sont reconnus par les pouvoirs publics : Gîtes de France, Fleurs de soleil, Clévacances, Accueil Paysan et Bienvenue au château. Le plus connu des labels est Gîtes de France, très recherché et apprécié par les clients, mais pour multiplier sa visibilité, il peut être intéressant de posséder deux labels (un Gîte de France et un Clévacances par exemple). Mais attention toutefois car l'obtention de labels exige du travail
 

Chaque organisme propose des labels de qualité, signe distinctif corporatif, avec des chartes définissant les seuils d'acceptation en matière de logement et d'accueil. Chaque réseau a ses exigences et a établi des critères permettant de distinguer les logements selon la qualité de confort, d'après un cahier des charges. La Fédération des gîtes répertorie ainsi les "Gîtes ruraux" en cinq catégories identifiées par des "épis" (voir encadré) et Clévacances par des "clés". Les critères de classement dépendent de leur degré de confort et de qualité, et notamment de l'aménagement technique, des éléments d'accueil et de l'environnement immédiat de l'hébergement.
 

Avant de décerner les labels, les organismes organisent des visites d'agrément. Ils peuvent également conseiller et orienter le créateur de gîte et de chambres dans ses choix et l'orienter vers des formations. Par la suite, des visites de contrôle interviennent tous les trois ou cinq ans (3 ans pour Clévacances, 5 ans pour Gîte de France). L'hébergement peut alors gagner des clés ou des épis... ou en perdre, voire être radié, si le propriétaire ne respecte pas les engagements de la charte. 
 

A noter, pour obtenir le label Gîtes de France, il est indispensable de devenir adhérent à l'association et de payer un droit d'entrée. "Les coûts varient d'une région à l'autre et vont de 85 euros à 500 euros par. La moyenne se situant autour de 250 euros" déclare Clotilde Mallard.
 

Quel équipement faut-il pour un label Gîtes de France ? 

 

1 épis :

Espace extérieur, salon de jardin ; une salle d'eau et wc jusqu'à 6 personnes, deuxième salle d'eau à partir de 7 personnes ; rôtissoire ou mini-four, table de cuisson, autocuiseur, réfrigérateur, ustensiles de ménage et produits de nettoyage de base, fer à repasser, siège bébé à la demande.  

2 épis :

En plus ou à la place du 1 épi, barbecue (sauf interdiction locale), lave-linge à partir de 6 personnes, mixeur, cafetière électrique, prise d'antenne TV, draps, linge de table et linge de toilette à la demande.  

3 épis :

En plus ou à la place du 2 épis, accès indépendant et jardin privatif, 2 wc à partir de 7 personnes, lave-linge, lave-vaisselle à partir de 5 personnes, four, TV couleur, téléphone; service de ménage à la demande.  

4 épis : 

En plus ou à la place du 3 épis, maison de caractère, environnement et décoration intérieure de grande qualité, cheminée ou poêle à bois (sauf dérogation locale) ; four micro-ondes, réfrigérateur avec compartiment conservateur, sèche-linge électrique à partir de 6 personnes.  

5 épis :

En plus ou à la place du 4 épis, parc ou jardin paysager privatif, mise à disposition d'équipement de loisirs (tel que tennis, piscine, sauna ou jacuzzi), garage ou abri couvert ; à partir de 3 personnes, lave-vaisselle et sèche-linge électrique, chaîne hi-fi, magnétoscope. 

 

Définir le statut juridique et fiscal de l'activité 

 

Au niveau du cadre légal de leur activité, les propriétaires de gîtes ou de chambres d'hôtes ont deux possibilités : créer une entreprise individuelle ou créer une société (une SARL par exemple). Dans le dernier cas, souvent rare, les démarches sont plus contraignantes (constitution d'un capital social, publication d'une annonce légale...).
 

Au niveau fiscal, les propriétaires ayant décidé de créer une entreprise individuelle seront imposés au titre de l'impôt sur le revenu dans la catégorie des BIC, bénéfices industriels et commerciaux. Si le propriétaire est en société, il devra payer l'IS, impôt sur les sociétés. Depuis janvier 2009, les propriétaires de gîtes ou de chambres peuvent également opter pour le régime de l'auto-entrepreneur si leur activité ne dépasse pas 80 300 euros par an (seuil 2010). Dans ce cas, ils bénéficient d'un régime social et fiscal simplifié.
 

A noter : que l'exploitant soit en entreprise individuelle ou en société, il n'a pas l'obligation de s'inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS). Seuls les propriétaires dont l'activité est exercée à titre de profession habituelle (c'est-à-dire de manière répétitive dans le but d'en tirer des profits) doivent le faire.
 

Se faire connaître et rentabiliser son gîte ou ses chambre d'hôtes 

 

Pour attirer les clients, il est indispensable de communiquer et de se faire connaître. La meilleure solution : créer un site internet attractif, avec de belles photos, en mentionnant les tarifs, les coordonnées, les activités alentour... Le référencement est également capital : les adhérents aux organismes (Gîtes de France, Clévacances..) sont automatiquement référencés dans les catalogues et sur les sites internet des réseaux. Il peut aussi être intéressant de se faire référencer sur des portails touristiques (type Abritel...) ou sur les sites de l'office du tourisme, du syndicat d'initiative ou de la région. N'hésitez pas aussi à envoyer des photos de votre gîte à Cotemaison.fr et le blog Visite Privée. 

 

Des activités complémentaires pour booster ses revenus 

 

Pour rentabiliser l'activité, des activités complémentaires peuvent être prévues. Il est possible et très rentable de proposer une table d'hôtes. Cela demande du travail supplémentaire mais le jeu en vaut la chandelle, surtout dans les zones géographiques ou l'offre de restauration est peu développée. "Nos clients apprécient, une fois rentrés au gîte, de pouvoir rester dîner. 90 % d'ailleurs utilisent notre table d'hôtes", déclare Anita Bloemen de l'Oreiller d'Hadrien. Il est également possible d'accueillir des séminaires ou de créer des gîtes à thème : gîtes de pêche, de neige, équestre, gîtes au vignoble, gîtes écologiques... Ou de jouer l'originalité comme à Ploërmel (Morbihan) ou un propriétaire a installé une chambre d'hôtes dans... un arbre.

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Qu’est-ce qu’une chambre d’hôtes ? La question mérite aujourd’hui d’être posée…

Qu’est-ce qu’une chambre d’hôtes ? La question mérite aujourd’hui d’être posée… | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

Nous parlons de « chambres d’hôtes » dans le sens légal du terme, pour des chambres meublées situées chez l’habitant en vue d’accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées, assorties de prestations. La capacité d’accueil se limite à 5 chambres pour un total de 15 personnes maximum afin de ne pas tomber sous les normes d’accessibilité et incendie des Etablissements Recevant du Public.

 

Notre histoire pouvait donc tout simplement s’arrêter là… Sauf qu’il nous fallait prendre en considération deux dimensions fondamentales à savoir l’évolution du client et l’évolution de l’offre au sein d’un marché du tourisme en perpétuelle transformation.

Dans un monde « standardisé », le client semble se diriger vers davantage d’expérience, d’authenticité, d’humain, de détente sans oublier de confort. La chambre d’hôtes devient alors « tendance ». De son côté, l’offre d’hébergement tend aujourd’hui à un certain niveau de saturation sur notre territoire. La concurrence est omniprésente et les établissements doivent ainsi faire preuve d’originalité pour faire évoluer leur produit, se différencier afin séduire des clients et ressortir en tête sur Google.

 

Ce contexte a fait naitre de très nombreuses variantes au terme initial de « chambres d’hôtes », limité par le code du tourisme. Il existe donc des maisons d’hôtes, des demeures d’hôtes, des demeures de caractère, des hôtels d’hôtes, des maisons de standing, des villas privatives, etc, etc. Tous ces établissements « surfent » sur des images et autres symboles associés par le client aux chambres d’hôtes à savoir l’accueil authentique, chaleureux, humain et de proximité. Ces hébergements se rapprochent donc de l’esprit chambres d’hôtes tout en étant juridiquement davantage des hôtels. En effet, ces établissements ont bien souvent plus de 5 chambres tombant alors dans les nomes des Etablissements Recevant du Public, les propriétaires n’habitent pas forcément sur place, la nuitée n’inclut pas nécessairement un petit-déjeuner, etc, etc. Notre voyageur peut s’y perde et penser arriver dans une chambre d’hôtes alors qu’il est dans un hôtel à l’esprit chambre d’hôtes qui commercialise non pas 5 mais 22 chambres… Nous l’avons compris, l’appellation répond aujourd’hui purement à un enjeu marketing et commercial.

 

La chambre d’hôtes dans son appellation juridique, répond donc à des standards bien précis. Les hôtels d’hôtes ou encore demeures d’hôtes ne sont néanmoins pas dans l’illégalité à partir du moment où ils n’utilisent tout simplement pas le mot : « chambre d’hôtes » dans leur présentation officielle et qu’ils respectent bel et bien l’ensemble des normes hôtelières en matière d’accessibilité, d’hygiène ou encore de société.

 

L’enjeu de la commercialisation et de la visibilité en grande partie sur Internet est tellement important que ce phénomène n’est pas près de s’arrêter. Appeler à encadrer davantage juridiquement telle ou telle profession ou l’utilisation de tel ou tel mot n’apparait pas comme une solution pérenne et efficace dans un climat économique tendu. Il faut veiller à ce qu’une chambre d’hôtes reste bien une chambre d’hôtes et à ce qu’un hôtel d’hôtes ou demeure d’hôtes respecte bien les normes hôtelières tout en pouvant afficher un « esprit » plus convivial.

 

Au client cherchant des chambres d’hôtes de se diriger vers les bons acteurs tels que les labels nationaux que sont Gites de France ou Clévacances pour ne nommer qu’eux ou encore des réseaux plus intimistes tel que Guest & House qui fédère quelques chambres d’hôtes d’exception respectant la loi de manière scrupuleuse…

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Décryptage d’une nouvelle tendance : La reprise de chambre d’hôtes

Décryptage d’une nouvelle tendance : La reprise de chambre d’hôtes | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

Depuis quelques mois, nous avons pu constater une part grandissante des porteurs de projet de chambres d’hotes souhaitant se lancer, non pas dans la création d’activité, mais bien dans la reprise d’une maison d’hôtes déjà en fonctionnement. En effet, il s’agit de la 1ère année qu’à travers notre activité d’accompagnement Guest & Strategy, nous avons suivi de nombreux projets de reprises de chambres d’hotes et non plus de création en partant de zéro. Comment expliquer ce phénomène ?

 

Nous avons décidé, d’analyser cette nouvelle tendance à travers une série de deux articles de l’été…

Nous vous dévoilerons dans ce 1er article les avantages et inconvénients d’une reprise d’activité de chambres d’hotes puis dans le 2ème article, nous vous donnerons une série de conseils sur comment gérer au mieux la transition avec l’ancien propriétaire afin d’optimiser votre lancement d’activité.

 

Tout d’abord, les avantages et les inconvénients de la reprise d’activité :


Les avantages d’une reprise de chambre d’hotes :


On ne commence pas de zéro !Une notoriété dès le départ qu’elle soit bonne ou moins bonne, locale, auprès de l’Office de Tourisme, par exemple, qui est un prescripteur très important, ou bien internationale, grâce à un site tel que Tripadvisor ;Un référencement sur Internet qu’il soit bon ou moins bon permettant de gagner du temps ;Une base de clientèle existante qui, même si elle ne revient pas, aura déjà fait son travail de bouche à oreille ;Un passé comptable et financier autour de l’exploitation permettant de connaitre ses niveaux de produits et charges avant de se lancer ;Une maison « prête à l’emploi » dans laquelle vous pouvez démarrer rapidement l’activité sans trop de travaux ;Demander des conseils voire même être « formé » par les propriétaires actuels des chambres.

 

Une bonne affaire financière potentielle : Dans un contexte immobilier morose, vous avez là l’opportunité d’acheter une maison d’hôtes en exploitation à un tarif concurrentiel qui ne valorise pas forcément l’activité de chambres d’hôtes à sa juste valeur voire même le montant des travaux et autres aménagements entrepris depuis plusieurs années…L’opportunité de faire bien mieux que votre prédécesseur ! La clef de votre succès résidera dans votre capacité à rapidement identifier les leviers de croissance potentiels. Une reprise intéressante est une reprise imparfaite. La reprise d’une maison d’hôtes trop « parfaite » n’aura qu’un potentiel d’amélioration limité. Votre cible doit posséder des zones perfectibles qu’elles soient de l’ordre du produit ou bien de la stratégie. S’agit-il d’une amélioration des chambres actuelles ? Une possibilité d’extension ? Une création de table d’hôtes ? Un nouveau site Internet ? Un référencement oublié ? Etc, etc.

 

Nous le répétons jamais assez, une création de chambre d’hôtes et/ou gites s’appréhende aujourd’hui comment le lancement d’une Très Petite Entreprise. Vous allez devoir suivre et déployer simultanément les travaux, la stratégie puis l’administratif (A lire notre article précédent : « Anticipation » ou, la réussite de l’ouverture de votre Maison d’hôte). L’avantage principal de se diriger vers une reprise de chambres d’hôtes existantes est donc le gain de temps. Vous ne commencez pas de zéro et cela vous sécurise.

 

Les inconvénients d’une reprise de chambre d’hotes :


Savoir gérer la transition : Nous en reparlerons mais la reprise d’une chambre d’hôtes s’assimile à un art relationnel qu’il va falloir maitriser avec l’ancien propriétaire. Il sera primordial de savoir en tirer le maximum sur sa manière de travailler, sa clientèle, ses codes et autres identifiants sur Internet, etc. Certains propriétaires jouent le jeu, d’autres beaucoup moins… ;Le zéro travaux n’existe pas : La décoration à refaire, certains rafraîchissements à prévoir, mais également et surtout le remplacement du mobilier et de la literie, que vous aurez pourtant obtenir lors de l’acquisition ;Les mauvaises surprises : Il n’est pas rare que malgré de nombreuses visites et contre-visites vous tombiez sur quelques imprévus qui peuvent être minimes ou bien plus importants comme un souci de chauffage et de piscine ;Vous ne partez pas de zéro ! Pour certains d’entre vous, il n’est pas concevable de ne pas créer vos chambres d’hôtes de A à Z car vous avez l’âme d’un entrepreneur chevronné. Vous souhaitez tout maitriser, tout créer et sentir ainsi le fruit de votre travail une fois l’inauguration passée.
No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Chambres dhôtes Entre le rêve et la réalité partie 3 - YouTube

Pour le sociologue Eric Donfu, le choix de changer de vie en ouvrant des chambres dhôtes doit être pris en couple, avec lucidité par rapport à linvestissement nécessaire, sans illusions sur les rentrées financières attendues, et avec à la clé une passion plus grande, pour un territoire par exemple. Chaque année, 2 500 Français ouvrent un gîte rural. Laventure séduit souvent des couples en quête de verdure, de partage, et de rencontres. Mais quand le bureau sinstalle à la maison, que son collègue est son conjoint, et quand tous les soirs, un inconnu sinvite à votre table, comment organiser sa vie de couple ? Marie et Alex, 28 et 29 ans ont fait ce choix et lexpliquent dans le reportage. En plateau, Karine et Stéphane, qui ont tous deux ouvert une maison d'hôte avec leur conjoint, avec réussite, débattent en plateau avec Karine Lemarchand et Eric Donfu.
Une émission diffusée le 1er mai 2009

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

chambres d'hôtes entre le reve et la réalité partie 1 - YouTube

Pour le sociologue Eric Donfu, le choix de changer de vie en ouvrant des chambres dhôtes doit être pris en couple, avec lucidité par rapport à linvestissement nécessaire, sans illusions sur les rentrées financières attendues, et avec à la clé une passion plus grande, pour un territoire par exemple. Chaque année, 2 500 Français ouvrent un gîte rural. Laventure séduit souvent des couples en quête de verdure, de partage, et de rencontres. Mais quand le bureau sinstalle à la maison, que son collègue est son conjoint, et quand tous les soirs, un inconnu sinvite à votre table, comment organiser sa vie de couple ? Marie et Alex, 28 et 29 ans ont fait ce choix et lexpliquent dans le reportage. En plateau, Karine et Stéphane, qui ont tous deux ouvert une maison d'hôte avec leur conjoint, avec réussite, débattent en plateau avec Karine Lemarchand et Eric Donfu. Une émission diffusée le 1er mai 2009v

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Ouvrir son entreprise de chambres d'hôtes

Ouvrir son entreprise de chambres d'hôtes | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

La France est le pays le plus touristique au monde. Chaque année une part toujours plus importante de touristes choisissent les chambres d’hôtes comme mode d’hébergement. Si cette alternative aux hôtels et aux campings séduit de plus en plus de voyageurs c’est en grande partie car elle permet de découvrir  » l’autre France  » : celle du terroir et du patrimoine. Alors si vous souhaitez vous aussi partager votre amour de la France, voici quelques conseils indispensables avant de commencer.

 

Êtes-vous prêt pour l’aventure ? Nous avons conçu un logiciel qui vous permettra en quelques minutes de déterminer les points forts et les points faibles de votre projet. Vous trouverez également notre modèle de business plan chambres d’hôtes rédigé par nos experts de la création. Commencez maintenant votre évaluation de projet !

 

Avant d’ouvrir vos chambres d’hôtes, il faut bien avoir en tête la définition légale de ce type d’hébergement. Plusieurs critères doivent être remplis pour obtenir l’appellation chambres d’hôtes, la chambre doit :

- être meublée et posséder des sanitaires complets,

- être située chez l’habitant,

- être louée pour une nuit ou plus,

- offrir des prestations comme le petit déjeuner,

- être conforme avec la réglementation en vigueur (hygiène, sécurité et salubrité),

- avoir un service de nettoyage et du linge de maison sans surcoût pour les clients.

 

Les chambres d’hôtes en cinq points 

 

Si vous souhaitez ouvrir votre propre chambre d’hôte, voici cinq éléments pour garantir son succès :

1- Produit : le choix de l’offre est déterminant. Après avoir réalisé une étude de marché sur l’offre et la demande, il faut choisir avec soin son positionnement : haut de gamme, traditionnel, familial, etc. Votre projet (investissement, promotion, prix) dépendra du choix de service que vous effectuerez.

2- Prix : il est fonction essentiellement du type de clientèle ciblé. Pour déterminer ce prix, il est important d’étudier la concurrence directe (chambres d’hôtes) et la concurrence indirect (hôtels, campings, gîtes, etc.)

3- Promotion : la publicité peut être réalisée sous plusieurs formes. Le choix de la stratégie de promotion va dépendre principalement du ralliement à un label ou non. Si ce n’est pas le cas il est indispensable de mettre en place des campagnes de promotion indépendante via les réseaux sociaux, les annuaires de chambres d’hôtes ou les sites de « booking ». La création d’une page sur TripAdvisor est importante, elle permet de rassembler les avis de vos clients et ainsi inspirer confiance. Enfin la création d’un site internet est cruciale, il permet, avec un bon référencement, d’apparaitre sur les moteurs de recherche (comme Google) lorsque les internautes recherchent des hébergements sur un territoire précis.

4- Place : Si vous avez la possibilité de choisir l’emplacement de votre future chambre d’hôte, l’étude de marché devra vous apporter les réponses sur la meilleure situation géographique possible en fonction : de la concurrence, des sites touristique à proximité, de la demande globale, etc.

5- Plan d’affaires : comme pour toute création d’entreprise, le business plan est indispensable pour monter une affaire pérenne et en toute sécurité. Le business plan permettra de vous aider à rédiger vos idées et ainsi pouvoir convaincre les banques de vous faire confiance. Vous trouverez un modèle de business plan chambres d’hôtes sur notre site.

 

Les forces du concept 

 

Trois atouts font de ce business une bonne solution pour les créateurs d’entreprise qui souhaitent se lancer dans le tourisme :

 

1- La convivialité : c’est la grande force de ce concept, l’accueil personnalisé et chaleureux renforcé par la dimension humaine des établissements séduisent de plus en plus de visiteurs. Les clients ne sont plus qu’un simple numéro de chambre mais bien des « invités » à part entière.

2- Le partage : les chambres d’hôtes n’offrent pas qu’un simple hébergement aux touristes mais bien un véritable échange avec les propriétaires : cours de cuisine traditionnel, peinture, production de produit du terroir ou visite de la région sont les plus proposés par ces établissements.

3- Tendance : l’engouement pour les chambres d’hôtes s’amplifie chaque année avec la place toujours plus importante du tourisme responsable et du développement durable dans le processus de choix des voyageurs.

 

Les chambres d’hôtes en chiffres- 37 400 chambres d’hôtes en 2011- Prix moyen : 55 euros pour une chambre de deux personnes- Occupation moyenne : 110 nuitées par an- Chiffre d’affaires moyen : 16.000 euros pour une maison de trois chambres

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Exploitation de chambre d'hôtes - Service-public.fr

La location de chambres d'hôtes chez l'habitant, exploitées toute l'année ou à la saison, constitue une activité professionnelle, de nature commerciale ou agricole. Elle implique certaines obligations concernant les conditions d'accueil du client, la déclaration en mairie, l'immatriculation et l'affiliation à la Sécurité sociale.

 

Conditions d'accueilDéclaration en mairieImmatriculation à la chambre de commerce ou d'agricultureAffiliation à la Sécurité socialeFiscalitéServices en ligne et formulairesOù s'adresser ?Références Conditions d'accueil

 

La location d'une chambre d'hôte meublée comprend obligatoirement la fourniture groupée d'une nuitée (incluant la fourniture de linge de maison) et du petit déjeuner.

L'accueil est assuré personnellement par l'habitant, dans sa résidence principale.

D'un point de vue réglementaire, la surface minimale de chaque chambre doit être de 9 m⊃2; (hors sanitaires), avec une hauteur sous plafond de 2,20 m. Mais il est généralement admis que, pour des raisons commerciales, une chambre ne peut pas être inférieure à 12 m⊃2;.

Chaque chambre doit donner accès (directement ou indirectement) à une salle d'eau et à un WC et être en conformité avec les réglementations sur l'hygiène, la sécurité et la salubrité.

Le ménage des chambres et des sanitaires doit être assuré quotidiennement, sans frais supplémentaires.

Le prix est libre, mais doit tenir compte du confort de la chambre, des prestations offertes et de l'attrait touristique de la région.

L'exploitant est cependant soumis à certaines obligations en matière d'affichage des prix et de facturation.

 

Attention : la capacité d'accueil est limitée à 5 chambres et à 15 personnes en même temps. Au-delà, l'exploitant doit se conformer à la réglementation qui régit les hôtels et les établissements recevant du public (ERP).

 

 Déclaration en mairie

 

La location de chambres d'hôtes doit être déclarée au préalable à la mairie, sous peine d'une contravention de 3e classe.

La déclaration cerfa n°13566*02 doit préciser :

- l'identité de l'habitant,

- l'identification du domicile de l'habitant,

- le nombre de chambres mises en location,

- le nombre maximal de personnes pouvant être accueillies,

- les périodes de location prévues.

 

La déclaration, qui fait l'objet d'un accusé de réception, peut être :

- déposée en mairie,

-adressée par courriel ou

- envoyée par lettre recommandée.

 

Certaines mairies mettent à disposition un service en ligne sur leur site internet.

Tout changement concernant les informations fournies doit faire l'objet d'une nouvelle déclaration.

 

À savoir : si l'exploitant fournit aussi une prestation de table d'hôtes qui propose des boissons alcoolisées, il doit être titulaire d'une licence de restaurant ou de débit de boissons. La vente de boissons sans alcool est libre.

 

 Immatriculation à la chambre de commerce ou d'agriculture

 

Lorsque l'activité de location de chambres d'hôtes est exercée à titre habituel et comprend aussi la fourniture de services, elle constitue une activité commerciale et les loueurs sont tenus de s'inscrire au RCS et de s'immatriculer auprès du CFE de la chambre de commerce.

Les loueurs ayant choisi d'exercer leur activité sous le régime micro social simplifié (ou régime de l'auto-entrepreneur) doivent procéder aux démarches auprès du CFE, mais sont dispensés de s'inscrire au RCS tant qu'ils relèvent de ce régime.

Ces formalités sont obligatoires, peu importe le revenu dégagé par l'activité, sous peine de constituer une infraction pour travail dissimulé.

Lorsque l'activité est exercée par un exploitant agricole dans son exploitation, elle est considérée comme étant complémentaire de l'activité agricole, et les loueurs sont tenus de s'immatriculer auprès du CFE géré par la chambre d'agriculture.

Si le loueur donne volontairement des informations inexactes, il encourt jusqu'à 4 500 € d'amende et 6 mois d'emprisonnement.

 

À noter : si l'activité est exercée de façon accessoire, en complément d'une activité professionnelle habituelle déjà déclarée au RCS, l'immatriculation n'est pas nécessaire.

 

 Affiliation à la Sécurité sociale

 

L'exploitant de chambres d'hôtes doit être affilié au régime social des travailleurs non salariés (TNS) au titre des assurances maladie, maternité, vieillesse, invalidité et décès :

- soit auprès du régime social des indépendants (RSI),

- soit auprès de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour les agriculteurs.

 

L'affiliation auprès du RSI est obligatoire lorsque le revenu imposable procuré par l'activité de location de chambres d'hôtes (y compris pour l'activité de table d'hôtes, le cas échéant) dépasse 4 881 € en 2014 (correspondant à 13 % du plafond annuel de la sécurité sociale).

En cas de revenu inférieur ou égal au seuil enclenchant l'affiliation au RSI, il n'y a pas d'obligation d'affiliation. Le revenu généré par la location est alors soumis aux contributions sociales sur les revenus du patrimoine (CSG, CRDS, prélèvement social, contribution additionnelle au prélèvement social et contribution finançant le revenu de solidarité active) au taux global de 15,5 %.

 

 Fiscalité Impôt sur le revenu

 

L'activité de chambre d'hôtes relève du régime fiscal de la para-hôtellerie, et non de celui de la location meublée.

En conséquence, les revenus doivent être déclarés à l'impôt sur le revenu sous l'un des régimes suivants :

- bénéfices industriels et commerciaux (BIC) : bénéfices réalisés par les personnes physiques qui exercent une profession commerciale ;

- micro-entreprise (pour les auto-entrepreneurs), si le chiffre d'affaires hors taxe ne dépasse pas 82 200 € : le bénéfice est calculé après un abattement forfaitaire de 71 %, le revenu imposable correspondant à 29 % du chiffre d'affaires ;

- bénéfices agricoles pour un agriculteur.

Si le revenu ne dépasse pas 760 € par an, il est exonéré d'impôt sur le revenu (sauf pour les auto-entrepreneurs et les micro-entreprises).

 

Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

 

S'il ne remplit pas les conditions pour bénéficier de la franchise en base de TVA, l'exploitant est assujetti à la TVA au taux de 10 % pour la prestation d'hébergement et de table d'hôtes (sauf pour les boissons alcoolisées taxées à 20 %).

Cette taxe est directement facturée aux clients sur les biens qu'ils consomment ou les services qu'ils utilisent. C'est aux professionnels de la collecter sur les opérations imposables et la déclarer.

Voir notre dossier sur la TVA

 

 Contribution à l'audiovisuel public

 

Si des postes de télévision sont présents dans les chambres, l'exploitant est redevable de la contribution à l'audiovisuel public (ex-redevance audiovisuelle).

La contribution à l'audiovisuel public est calculée par le professionnel, selon un barème dégressif, en fonction du nombre d'appareils récepteurs détenus.

 

 Taxe de séjour sur les hébergements touristiques

 

Si la chambre d'hôtes est située dans une commune touristique où la taxe est instituée, l'exploitant en est redevable.

C'est une délibération du conseil municipal qui en fixe les modalités : période d'imposition (fixation des dates de la saison touristique), nature des hébergements et tarifs établis conformément à la législation.

Le tarif applicable doit être affiché dans la chambre d'hôtes.

Pour en savoir plus sur les modalités d'application, de déclaration et de paiement, voir la taxe de séjour sur les hébergements touristiques.

 

 Taxe d'habitation

 

La taxe d'habitation s'applique aux locaux loués, car ils font partie de l'habitation personnelle du loueur.

L'usage comme la destination des locaux restant l'habitation, il n'y a aucun changement d'usage ni de destination à effectuer.

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Reprendre une maison d'hôtes, est-ce le bon moment ? | Ouvrir ses chambres d'hôtes

Reprendre une maison d'hôtes, est-ce le bon moment ?   | Ouvrir ses chambres d'hôtes | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

Pour les créateurs de chambres d’hôtes et / ou meublés de tourisme qui n’ont pas une propriété adaptée à une activité d’hébergement ou qui veulent profiter de ce projet pour s’installer dans la région de leur rêve, trouver le bien immobilier est compliqué, pour de multiples raisons traitées régulièrement sur ce blog, qui vont, de l’emplacement, de la possibilité de faire les travaux, du prix évidemment…


L’un des autres problèmes en cette période difficile économiquement, c’est aussi que cela peut demander du temps avant d’ouvrir ses chambres d’hôtes, de quelques mois à plusieurs années, selon l’importance des travaux. Ce qui veut dire que pendant ce temps, soit on surveille les travaux à distance ou en continuant son activité, – source de problèmes sauf à avoir une perle rare comme maître d’oeuvre -, soit on ne cotise pas et on perd des trimestres de retraite, ce qui peut être un critère important.

 

La reprise de maison d’hôtes

 

Une solution existe, celle de reprendre une maison d’hôtes. Cette tendance a toujours existé, le net rend simplement cela plus visible ou plus facile. Accueillir Magazine avec sa rubrique immobilier par exemple rassemble un choix certain de maisons d’hôtes en vente, mais même si cela n’est pas exhaustif, l’offre immobilière ne fait au total que quelques centaines de maisons d’hôtes à vendre. Je rappelle qu’un millier environ de loueurs s’arrêtent chaque année pour diverses raisons, tous ne vendent pas leur bien immobilier.

Si l’offre est plus visible, c’est aussi parce que des propriétaires qui se sont investis personnellement, tant dans la rénovation, que dans tout ce qui va autour de la maison d’hôtes, notamment la promotion, ont envie de transmettre leur oeuvre, ils ont construit un projet abouti et ont envie de le voir vivre.


C’est également certainement considéré comme un moyen d’optimiser la vente de sa maison, certains loueurs même rêvent de vendre leur maison d’hôtes avec plusieurs années de chiffre d’affaire en plus du prix de l’immobilier, ils déchantent assez vite.


Cela surfe sur une vague de popularité, les agents immobiliers se sont entichés de ce type de formule : « convient parfaitement à un projet de chambres d’hôtes ». Il suffit de faire une petite recherche sur le net pour s’en convaincre. C’est parfois vrai, pas toujours, pas souvent même, mais cela permet aussi en général de justifier un prix élevé et les honoraires espérés !

 

Acheter une maison d’hôtes en activité, c’est nécessairement gagner du temps sur le gros oeuvre, les salles d’eau notamment existent. Cela n’empêche pas de refaire sa propre décoration, de repeindre, mettre ses meubles… Même de changer le nom de la maison et de repartir à zéro niveau notoriété, parfois indispensable, soit parce que la réputation de la précédente n’était pas bonne sur les avis de voyageurs, soit parce qu’on fait une montée en gamme et qu’on ne pratiquera pas les mêmes prix.

 

Reprendre une maison d’hôtes, c’est la bonne époque de l’année, une signature de compromis de vente, négociation du prêt bancaire et on peut envisager d’ouvrir pour Pâques, de profiter pleinement de la saison touristique et d’avoir le temps de prendre ses marques et son rythme de croisière pour se roder avant la pleine affluence de l’été. Certains créateurs fonctionnent comme cela, ils ferment ensuite quelques mois pour faire leurs propres travaux mais avec le retour d’expérience d’une première saison, ils savent comment s’organiser et quels choix faire.

 

C’est le bon moment pour visiter, les vendeurs vont avoir plus de temps pour répondre aux questions, parler de la région, expliquer leur fonctionnement, reprendre une maison d’hôtes va au-delà d’un simple achat immobilier, au-delà des gestes techniques, on est dans la transmission d’une expérience.


C’est aussi le moment où de nouvelles maisons d’hôtes vont arriver sur le marché, certains loueurs ayant fait leur dernière saison et souhaitant s’arrêter, ils vont mettre en vente leur propriété dans les prochaines semaines.


Et dans la conjoncture actuelle, ce sont les acheteurs qui ont le pouvoir et une marge de négociation. Alors est-ce le bon moment ? Si le projet est abouti, certainement, il y a de belles maisons d’hôtes à reprendre.

No comment yet.
Scooped by Aurélie R.
Scoop.it!

Comment réussir sa reprise de chambres d’hotes ou de gites ?

Comment réussir sa reprise de chambres d’hotes ou de gites ? | Gîtes et chambres d'hôtes | Scoop.it

Voici la suite attendue de notre article : Decryptage d’une nouvelle tendance : La reprise de chambres d’hôtes diffusé cet été sur notre blog. Nous vous aidons cette fois à travers une méthode à prendre la bonne décision et à choisir la bonne opportunité pour votre projet…

 

Se poser les bonnes questions !


 Un établissement qui a bien fonctionné durant 10 ans, pourrait tout aussi bien battre de l’aile sur les 10 années suivantes. Rien n’est acquis. Il est donc important de se poser la question de modifier ou non la stratégie actuelle.

 

Quel est mon apport en fond propre ?Quel sera mon statut juridique ?Quels sont mes concurrents ?Quelles sont mes pistes d’amélioration de mon offre ?Quels sont les travaux lourds et légers à prévoir ?Quels sont les clients, les hôtes actuels de l’établissement ?Quelle est ma marge de progression sur le taux d’occupation ?Quels tarifs proposer ?Quelle stratégie marketing mettre en place ?

 

Toutes ces questions, il vous faut vous les poser mais savoir concrètement y répondre de manière détaillée.

 

Leur poser les bonnes questions !

 

L’avantage d’une reprise d’activité est que vous ne partez pas de zéro. Il va donc falloir faire passer un véritable petit entretien à vos vendeurs afin que vous obteniez un maximum de garanties autour de leur exploitation…


Cadrer le volet financier :Qu’est-il compris dans le fonds de commerce ?Quel est le Chiffre d’Affaires actuel de l’établissement ?Quelles sont les détails des charges actuelles de l’établissement (literie, produits d’accueil, petit-déjeuner, énergie, assurances, etc) ?Quel est votre budget marketing annuel ?Quel est le taux d’occupation moyen actuel depuis ces dernières années ?Quel est le taux actuel de remplissage mois par mois ?
Cadrer le volet organisation :Quelle est votre répartition des tâches ?Sous-traitez-vous quelques services (linges, ménages, etc) ?Quels sont vos différents fournisseurs (Boulangerie, marchés, fermes, épiceries, etc)
Cadrer le volet marketing et commercial :Pouvez-vous nous dire précisément qui sont vos clients ?D’où viennent-ils ?Sont-ils fidèles ?Quelle est la longueur de séjour moyen ?Pourquoi est-ce qu’ils viennent au sein de votre maison d’hôtes ou gite ?Quel est votre prix moyen par séjour ?Quelle est votre stratégie marketing ?Quelles sont les performances de votre site Internet (fréquentation, référencement, nombre de réservations en ligne, etc) ?Sur quels annuaires de référencement êtes-vous présents ?Avez-vous un compte Tripadvisor ? Si oui, quelle est votre note et combien d’avis avez-vous ?Êtes-vous présent sur des réseaux sociaux ? Si oui, lesquels et de quelle manière ?
Valider les informations collectées auprès de la maison d’hôtes ou du gite en contactant les institutions locales :

 

Nous le répétons, la reprise d’une maison d’hôtes ou d’un gite, permet de se baser sur des chiffres réels afin de prévoir un Chiffre d’Affaires prévisionnel et ainsi avoir plus de poids face aux banques.

Une fois que vous avez collecté les informations transmises par les propriétaires, prenez le temps de contacter les institutions touristiques locales afin de les valider. Appelez et essayez de prendre rendez-vous avec votre Office du tourisme, votre Comité Départemental du Tourisme ainsi que votre Chambre de Commerce et d’Industrie.

Demandez-leur une batterie de chiffres et autres informations sur la dynamique touristique actuelle de votre territoire tout en leur parlant discrètement selon le contexte de votre projet. Ils vous renseigneront également sur d’éventuels constructions ou aménagements du territoire qui pourraient positivement ou négativement impacter vos perspectives futures.

Il est crucial que vous puissiez baser votre projet sur des informations réalistes et non volontairement gonflées ou sur-optimisées…


Concrètement, comme cela se passe-t-il ?

 

Abordez la notion du « fonds de commerce » afin de savoir si vous reprenez ou non la literie, le site Internet, des éléments de décoration intérieur et extérieur, les contrats de sous-traitance éventuels, etc. Jugez s’il est intéressant pour vous de reprendre ces éléments ou si leur valeur n’est pas justifiée pour votre projet. Utilisez alors vos arguments en phase de négociation…

Avant signature du contrat, mettez-vous d’accord avec les propriétaires actuels sur la future organisation de « l’après signature », juste avant votre arrivée. Il s’agit d’un moment crucial que nous appelons la « Transition ».

Vous pouvez, par exemple, proposer aux propriétaires actuels de continuer à prendre les réservations jusqu’à ce que vous arriviez et les acomptes vous seront alors reversés.

S’ils n’y ont pas pensé, demandez-leur de bien vouloir envoyer un email aux personnes ayant effectué leur réservation, afin de leur annoncer la reprise d’activité.

Demandez-leur tous leurs codes d’accès pour les différents annuaires de référencement Internet, sites d’avis, réseaux sociaux sur lesquels ils sont présents et, dès votre arrivée, connectez-vous aux différents annuaires et surtout au site Internet actuel afin de modifier les coordonnées.

 

Alors, intéressés par la reprise d’activité de chambres d’hote ou gites ?


Quelques agences immobilières et autres sites Internet, consacrent désormais une page entière à la vente de maisons d’hôtes en activité et même de gîtes. Visitez également les sites de cession et acquisition de commerces. En voici quelques exemples :

 

Maisons-et-chateaux.comMaisondhotes-a-vendre.frImmotourisme.fr Commerces-a-vendre.com

 

Nous vous donnons un scoop en vous disant que sur 2015, nous ambitionnons de lancer notre propre site Internet dédié à la vente et à l’achat de chambres d’hôtes et gites au positionnement haut-de-gamme destiné aux professionnels de notre secteur…

Comptez sur nous pour vous tenir informé !

No comment yet.