EntomoNews
296.7K views | +135 today
Follow
 
Scooped by Bernadette Cassel
onto EntomoNews
Scoop.it!

Évaluation des pesticides : un nouveau rapport montre comment l’industrie édicte ses propres règles

Évaluation des pesticides : un nouveau rapport montre comment l’industrie édicte ses propres règles | EntomoNews | Scoop.it
Sur 12 méthodes d’évaluation des risques des pesticides, il s’avère que 11 ont été développées ou promues par l’Industrie !

 

Générations Futures, 06.02.2018

 

Bernadette Cassel's insight:

Lire aussi :

 
→ Glyphosate : « L’expertise scientifique n’a pas été décisive » | Les colocs du jardin | Scoop.it - From www.lemonde.fr (abonnés) - Today, 5:53 PM
 
more...
No comment yet.
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Zéphyr ou Babar ? » : les ouvrières ignorent le premier mais courent sus au second

« Zéphyr ou Babar ? » : les ouvrières ignorent le premier mais courent sus au second | EntomoNews | Scoop.it

 Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2019 : Février 


"La question se pose chaque jour à la Fourmi de l’acacia Crematogaster mimosae (Hym. Myrmiciné), qui habite en domaties, des épines creuses de son hôte aménagées et mises à sa disposition, en plus de nectaires extra-floraux. Ceci en échange d’une protection contre les mammifères brouteurs de feuilles de la savane. Qu’un éléphant (Babar ou un autre, ou une girafe) s’approche de près et voilà les fourmis en marche vers l’agresseur, abdomen relevé, pour le mordre.


C’est l’ébranlement des rameaux et des feuilles qui déclenche la réaction, les entomologistes Felix A. Hager et Kathrin Krausa l’ont d’abord appris à leur dépens.


Mais les vents, zéphyr comme aquilon, agitent aussi les branches de l’acacia siffleur. Pourtant les fourmis ne se dérangent pas.
Nos biotrémologistes (la trémologie est la science des frottements) ont ainsi suspecté que ce sont les ébranlements qui alertent les ouvrières, pas tant les odeurs comme on le croyait.

 

Pour vérifier cette hypothèse, ils se sont munis d’accéléromètres à fixer sur les épines ou les branches, ont embauché localement une chèvre et construit un agitateur à base d’un électro-aimant et d’un ressort attaché à une épine. Les fourmis distinguent parfaitement le mammifère dangereux du vent aimable, ceci même depuis l’autre côté de l’arbre. Elles se dirigent presque toujours sans se tromper vers la source du signal, faisant usage de leur sens de la tropotaxie (elles perçoivent séparément 2 excitations physiques simultanées).


Au cours d’une longue co-évolution, la relation mutualiste entre fourmis et acacia s’est perfectionnée, acquérant avec cette tribosensibilité des fourmis une efficacité remarquable."


Article source (gratuit, en anglais)    

 


Illustration : dessin des auteurs

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les yeux de cette araignée brillent encore, 110 millions d'années après sa mort

Les yeux de cette araignée brillent encore, 110 millions d'années après sa mort | EntomoNews | Scoop.it
Découverts dans la Jinju Formation, en Corée du Sud, deux fossiles de Lagonomegopidae, une famille d'araignées éteintes, ont surpris les chercheurs par la qualité de leur conservation.

 

Pär GomeWars, 19.02.2019

 

"Vieux de 110 millions d'années, les yeux de ces fossiles parviennent toujours à réfléchir la lumière.

 

"Puisque ces araignées étaient préservées dans d'étranges mouchetures sur de la roche sombre, ce qui nous a sauté aux yeux, c'étaient leurs yeux plutôt grands brillamment marqués de traits croissants. J'ai réalisé qu'il devait s'agir de tapetum" a indiqué Seden dans un communiqué."

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Suisse : Les néonicotinoïdes très persistants dans le miel

Suisse : Les néonicotinoïdes très persistants dans le miel | EntomoNews | Scoop.it
Les scientifiques s'inquiètent de la longue stabilité dans le miel de ces pesticides controversés accusés de participer au déclin des abeilles.

 

Publié le 19.02.2019

 

"... Ces travaux publiés dans la revue Environmental Pollution complètent une étude parue dans Science en 2017. Par rapport à la première recherche, la présence de quatre autres molécules non testées à l'époque (dinotéfurane, nitenpyrame, sulfoxaflor et flupyradifurone) a été établie dans 28% des 36 échantillons analysés.

 

«Le dinotéfurane et le nitenpyrame ne sont pas des substances nouvelles», indique Gaétan Glauser, responsable du NPAC et auteur principal de l'étude. « Elles sont juste moins utilisées et donc moins souvent mesurées, mais pour avoir une vision globale, nous avons voulu les inclure. Le dinotéfurane n'est pas autorisé en Suisse, mais il est utilisé aux Etats-Unis et au Japon. Le nitenpyrame est peu utilisé en agriculture, plutôt en usage vétérinaire », poursuit le spécialiste.

 

Quant au sulfoxaflor et à la flupyradifurone, le débat fait actuellement rage concernant leur appartenance à la classe des néonicotinoïdes ou pas. « Les premières études scientifiques ont démontré que ces molécules ont les mêmes effets que les autres néonicotinoïdes et partagent un mode d'action similaire ciblant les récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine dans le système nerveux », explique Gaétan Glauser.

 

« Plutôt que d'attendre 10 ou 20 ans pour tester leurs effets de manière exhaustive, il semble plus raisonnable d'appliquer le principe de précaution et de considérer ces nouvelles molécules comme des néonicotinoïdes », conclut le chercheur."

(ats/nxp)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des médicaments coupe-faim contre les moustiques

Des médicaments coupe-faim contre les moustiques | EntomoNews | Scoop.it
Des composés diminuant l'appétit des moustiques ont été identifiés à partir de médicaments coupe-faim conçus pour les humains

 

Par Lucile Rabiet le 18.02.2019 
 

"Les chercheurs de la Rockefeller University de New York sont sur la piste d'un nouveau traitement pour contrer les piqûres de moustiques. Leslie Vosshall, neurobiologiste, s'est intéressée dans un article publié le 7 février 2019 aux mécanismes régulant la faim chez Aedes aegypti. Ce moustique est notamment responsable de la propagation de la dengue, du virus Zika et du chikungunya."

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Chez la mouche, l'activité électrique au début du développement cérébral pourrait faire la lumière sur la façon dont les neurones câblent le cerveau

Chez la mouche, l'activité électrique au début du développement cérébral pourrait faire la lumière sur la façon dont les neurones câblent le cerveau | EntomoNews | Scoop.it
Neurons somehow know which of their neighbors to connect with and which to avoid in the crowded environment of the central nervous system. But how?

 

Electrical activity early in fruit flies' brain development could shed light on how neurons wire the brain. Par Elaine Schmidt, 13.02.2019

 

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Via Recherche animale sur Twitter, 14.02.2019 :

 

"#Développement #cerveau : l'étude d'une 15aine de types #neuronaux liés à la #vision chez la #mouche révèle une activité #électrique au début du développement du cerveau. Elle permet aux neurones de se connecter entre eux. Son origine reste à explorer ... "

 

https://twitter.com/recherche_anima/status/1096075364697296896

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une araignée encore inconnue sur notre planète découverte en Angola

Une araignée encore inconnue sur notre planète découverte en Angola | EntomoNews | Scoop.it
Des chercheurs sud-africains ont récemment découvert dans le sud sauvage de l’Angola un spécimen d’araignée jusqu’alors inconnue sur notre planète, qui présente la particularité d’arborer une grande corne au-dessus de la tête.

 

Sud Ouest.fr avec AFP, 16.02.2019

 

"Un mystère"

"Quand j’ai reçu une photo sur mon téléphone, je n’en ai pas cru mes yeux. Cette araignée est absolument unique au monde. Elle a cette grande corne juste au milieu de la tête. Aucune autre araignée connue au monde n’a ça" Ian Engelbrecht, de l’Institut national sud-africain de la biodiversité

 

Présentée dans la revue African Invertebrates, la nouvelle espèce, de la famille des "araignées babouins", a été baptisée Ceratogyrus (une famille d’araignées) attonitifer, du latin "attonit" qui signifie "étonnement" ou "fascination".

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Services écosystémiques en milieu agricole susceptibles d’être portés par les communautés d'insectes aquatiques

Services écosystémiques en milieu agricole susceptibles d’être portés par les communautés d'insectes aquatiques | EntomoNews | Scoop.it
... de nombreux groupes d’insectes aquatiques adultes peuvent participer à la pollinisation des cultures, en visitant les fleurs cultivés ou sauvages (documenté pour les diptères par exemple), consommant du nectar ou pollen (documenté pour les plécoptères et trichoptères), ou en étant consommés par des prédateurs terrestres par ailleurs pollinisateurs.

 

Apport d’insectes d’origine aquatique dans les agroécosystèmes : état des lieux et perspectives en agroécologie - OSUR

Article dans STOTEN - AHLeGall, 06/02/2019

 

"Ensuite, l’export de ces insectes aquatiques vers les écosystèmes terrestres peut être converti en équivalent nutriments, notamment azote et phosphore (respectivement en moyenne 10% et 1% du poids sec de chaque insecte) et participer ainsi à la fertilisation en milieu agricole ainsi qu’à l’amélioration de la qualité des eaux de rivières en extrayant de l’azote en excès dans les bassins agricoles, comme c’est le cas en Bretagne.

 

Enfin, une littérature abondante nous apprend que ces insectes aquatiques adultes entrent dans le régime alimentaire de nombreux prédateurs terrestres, par ailleurs connus pour être des ennemis naturels de certains ravageurs. Citons notamment les araignées de la famille Linyphiidae ou Lycosidae, ou encore les carabes (coléoptères), les oiseaux et les chauve-souris."

 

 

[Image] Principales espèces d’insectes aquatiques adultes ailés rencontrés à proximité des rivières en milieu agricole

Bernadette Cassel's insight:

 

"À quels services les communautés d’insectes aquatiques ailés adultes peuvent participer ? La pression agricole est-elle en mesure de modifier cette expression ? C’est ce type de réflexion qui a été proposé par Julien Raitif, Manuel Plantegenest et Jean-Michel Roussel de l’UMR ESE (INRA, Agrocampus Ouest Rennes) dans l’article publié dans la revue Agriculture, Ecosystems and Environment (Raitif et al, 2019)."

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des bestioles mobiles il y a 2 milliards d’années

Des bestioles mobiles il y a 2 milliards d’années | EntomoNews | Scoop.it
Un être vivant doté de mobilité autonome ? A quand cela remonte t-il ? Oh, les plus anciennes traces certaines, il y a environ 570 millions d’années, répondrait le paléontologue. Donc, une apparition nécessairement un peu (à 100 millions d’années près) antérieure, conclurait-il.

Et paf ! Article dans la revue PNAS – la revue de l’Académie nationale des sciences des USA – qui claque une nouvelle date : 2,1 milliards d’années (1). Un saut dans le temps phénoménal. Difficile à avaler pour les spécialistes de l’histoire de la vie très ancienne : auraient-il raté quelque chose ?

 

Par Sylvestre Huet, 11.02.2019

 

(1) Organism motility in an oxygenated shallow-marine environment 2.1 billion years ago, Abderrazak El Albani, M. Gabriela Mangano, Luis A. Buatois, Stefan Bengtson, Armelle Riboulleau, Andrey Bekker, Kurt Konhauser, Timothy Lyons, Claire Rollion-Bard, Olabode Bankole, Stellina Gwenaelle Lekele Baghekema, Alain Meunier, Alain Trentesaux, Arnaud Mazurier, Jeremie Aubineau, Claude Laforest, Claude Fontaine, Philippe Recourt, Ernest Chi Fru, Roberto Macchiarelli, Jean-Yves Reynaud, François Gauthier-Lafaye, Donald E. Canfield. PNAS, 11 février 2019.

 

[Image] Ces petits tunnels dans l’argile ont été creusés par des sortes de vers fouisseurs, à la recherche d’un film bactérien à manger… il y a 2,1 milliards d’années.

more...
Bernadette Cassel's curator insight, February 15, 1:30 PM

 

Des bestioles mobiles il y a 2 milliards d’années - From huet.blog.lemonde.fr - Today, 5:01 PM

 

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Opération satanas : une action exemplaire de lutte contre le trafic d’insectes protégés

Opération satanas : une action exemplaire de lutte contre le trafic d’insectes protégés | EntomoNews | Scoop.it
Le damier des knauties (Euphydryas desfontainii) est un papillon rare, présent en France uniquement sur quelques communes des Pyrénées-Orientales. Sa rareté en fait une pièce de choix pour certains collectionneurs d’insectes naturalisés.
C’est au nom de sa protection, et celle de beaucoup d’autres espèces d’insectes vulnérables, que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a mené tout au long de l’année 2018 une vaste opération de contrôle sur la région Occitanie. Baptisée « SATANAS » du nom d’un coléoptère, cette opération avait pour objectif de lutter contre la capture et la vente d’insectes protégés en France. Comme le damier des knauties, de nombreux insectes protégés, et donc fragiles, sont la proie de trafics à destination de collectionneurs peu scrupuleux.

 

Oncfs -14.02.2019

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Une société de climatiseurs » : chacun fait, défait et refait les murs selon le temps qu’il fait

« Une société de climatiseurs » : chacun fait, défait et refait les murs selon le temps qu’il fait | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2019 : Février

 

"Comment les termites (Blatt. Termitidés) parviennent à construire une termitière parfaitement climatisée ? Ils n’ont ni architecte, ni plan ; chacun y travaille dans son coin sans aucun outil ; leur cerveau est minuscule dans un corps tout petit ; certes, la main d’œuvre est abondante. Les conditions de température, d’humidité, de taux de gaz carbonique dans l’air demeurent celles qui conviennent au développement des termites et des champignons qu’ils cultivent quelques soient les variations au cours du nycthémère, des jours et des saisons.


La forme et l’orientation des termitières varie beaucoup, en fonction du genre, de l’espèce et du lieu, de la cathédrale au patatoïde plat.

 

Samuel A. Ockoa, Alexander Heydeb et L. Mahadevanb, de Harvard (Massachusetts, États-Unis), livrent une explication à cette diversité au moyen d’un modèle mathématique. Celui-ci lie, par des règles simples, les paramètres physiques de l’environnement de l’individu à son comportement. Le modèle « marche » et rend compte des différentes formes de termitière observées.


Une termitière, avec ses galeries, fonctionne comme un système de ventilation, dont l’énergie est le changement de température entre le jour et la nuit. Les flux d’air qui y circulent voient leur température et leur hygrométrie varier ; ils transportent des phéromones et le gaz carbonique produit par la respiration des habitants. Localement, ces facteurs indiquent aux ouvriers et ouvrières présents quoi faire. Par exemple, s’il fait chaud, modifier la géométrie de la paroi pour refroidir l’air. Une fois ce but atteint, les termites modifient leur comportement. Ce sont ces boucles de rétroaction qui dessinent la termitière. Les termites vivent dans un état de déséquilibre robuste et adaptatif.


Le rôle des phéromones reste à préciser. Elles commandent sans doute la construction de la chambre royale et, par ailleurs, le façonnage des piliers."


Article source

 

 

Illustration : termitières. De l'article.  

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Disparition des insectes : une liste rouge créée en Auvergne-Rhône-Alpes

Disparition des insectes : une liste rouge créée en Auvergne-Rhône-Alpes | EntomoNews | Scoop.it
Dans la région 15 espèces de l'ordre des orthoptères (grillons, criquets, sauterelles) sont considérées menacées d’extinction, dont 4 très fortement menacées d’extinction à court terme.

 

Par Justin Boche, 30.01.2019

 

"... Sur les 143 espèces présentes en région Rhône-Alpes (227 espèces en France), 15 espèces sont considérées menacées d’extinction, dont quatre très fortement menacées d’extinction à court terme. “Les menaces découlent de la régression des habitats naturels spécifiques, et plus particulièrement dans les vallées où la pression des aménagements est très forte”, écrit la préfecture.

 

Cette dernière cite par exemple le cas de trois criquets spécialisés aux bancs alluvionnaires des rivières alpines, “qui ont très fortement régressé suite aux aménagements successifs des cours d’eau (endiguements pour contrôler les crues, barrages hydro-électriques, gravières, etc.)”. Il s'agit du Criquet des torrents (Epacromius tergestinus) et du Tridactyle panaché (Xya variegata), classés dans la catégorie “En danger critique”, ainsi que du Tétrix des grèves (Tetrix tuerki) retenu dans la catégorie “En danger”."

(...)

 

[Image] Criquet des torrents. Crédit : Parc des Écrins

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les papillons sont génétiquement programmés pour s'accoupler avec leurs semblables

Les papillons sont génétiquement programmés pour s'accoupler avec leurs semblables | EntomoNews | Scoop.it
Les papillons sont des créatures bizarres. Leur existence même est liée à l'un des processus les plus étranges du monde naturel (la métamorphose) et ils ont évolué il y a au moins 55 millions d'années, ce qui les rend beaucoup, beaucoup plus vieux que l'humanité. Ce sont aussi de belles créatures aux ailes remarquablement colorées qui ont été admirées par l'humanité depuis l'aube de notre civilisation.

 

Par Guru Med, 10.02.2019

 

 
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’abeille, une bête en maths

L’abeille, une bête en maths | EntomoNews | Scoop.it
CHRONIQUE. Une équipe de scientifiques franco-australiens a montré que l’insecte pouvait additionner et soustraire.

 

Publié le 09.02.2019 (abonnés)

 

 

[Image] via "Can honeybees do maths?" - CBBC Newsround, 07.02.2019 https://www.bbc.co.uk/newsround/47154810

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La première carte de France de l'efficacité de la pollinisation

La première carte de France de l'efficacité de la pollinisation | EntomoNews | Scoop.it
  Les chercheurs du Muséum viennent de concevoir pour la première fois une carte de France de l'efficacité du service de pollinisation. Alors qu'une nouvelle étude vient d'annoncer le déclin des insectes dans le monde, ce travail permet d'y voir plus clair sur l'état de ce service écologique, lui aussi menacé.

 

Publié le 14.02.2019

 

 

[Image] Carte de l'efficacité du service de pollinisation

 

« Les valeurs les plus positives (en jaune) indiquent les départements où la pollinisation est la moins problématique […] alors que les valeurs les plus négatives (en bleu) sont associées à des départements où le service de pollinisation est moins bon » expliquent les chercheurs dans la publication. Puis de préciser que l'indicateur reste relatif "Il ne permet pas d’évaluer dans l’absolu si la pollinisation est suffisante ou non, mais il permet de classer les départements entre eux. 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Épigénétique : L'alimentation des parents a ses conséquences cardiaques multigénérations

Épigénétique : L'alimentation des parents a ses conséquences cardiaques multigénérations | EntomoNews | Scoop.it
Ces mouches des fruits soumises à un régime riche en graisses vont léguer à deux générations successives le risque cardiaque associé à ce facteur alimentaire. Si nous sommes conscients que nous devrions manger des fruits et des légumes pour garder notre cœur en bonne santé, nous ignorions que certains changements épigénétiques hérités ou transmissibles à nos enfants ou nos petits-enfants peuvent leur transmettre également ces effets cardiaques néfastes d’un régime alimentaire malsain. Cette équipe du Sanford Burnham Prebys Medical Discovery Institute (La Jolla) en fait la démonstration dans la revue Nature Communications.

 

Par Équipe de rédaction de Santélog, 19.02.2019

 

 

Bernadette Cassel's insight:
 
 
Obésité : une étude chez la mouche montre comment les parents transmettent, via l'épigénétique, des maladies cardiaques liées à la suralimentation - From www.nature.com - January 20, 6:29 PM
 
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En Rhône-Alpes, les criquets sont en danger

En Rhône-Alpes, les criquets sont en danger | EntomoNews | Scoop.it
La première liste rouge des orthoptères de Rhône-Alpes fait état d'un risque grave d'extinction de certains insectes, notamment les criquets.

 

Publié le 19.02.2018 (abonnés)

 

 

Sur les 143 espèces retenues pour la région Rhône-Alpes, la répartition selon les différentes catégories est la suivante :
- 4 espèces en catégorie ‘En danger critique’ ;
- 5 espèces en catégorie ‘En danger’ ;
- 6 espèces en catégorie ‘Vulnérable’ ;
- 16 espèces en catégorie ‘Quasi menacée’ ;
- (...)

 

[Image] L'Œdipode des Alpes (Epacromius tergestinus ponticus [Capture d'écran de l'une des quatre espèces en danger critique d'extinction — les trois autres étant Dociostaurus maroccanus, Leptophyes boscii et Xya variegata]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Une nouvelle liste rouge pour les Orthoptères de Rhône-Alpes - From www.pole-invertebres.fr - February 12, 6:39 PM

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Nouvelles méthodes de lutte naturelles contre les mouches des fruits

Nouvelles méthodes de lutte naturelles contre les mouches des fruits | EntomoNews | Scoop.it
Un projet régional a mis au point des solutions naturelles et biologiques de lutte contre la mouche des fruits en Afrique de l’Ouest.

 

Par Bilal Taïrou, 18.02.2019

 

"À la faveur du Plan régional de lutte contre la mouche des fruits en Afrique de l’ouest (PLMF), les producteurs de mangues de la région seront bientôt dotés d’une batterie de méthodes naturelles de lutte contre la mouche des fruits.

Produit-phare des vergers d'Afrique de l’Ouest, la mangue, très prisée et exportée vers l’Union européenne et le reste du monde, subit particulièrement les ravages de la mouche des fruits, dont l’espèce la plus virulente est Bactrocera dorsalis."

(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les abeilles communiquent moins avec la danse

Les abeilles communiquent moins avec la danse | EntomoNews | Scoop.it
Deux chercheurs, dont un de L'UNIL, constatent que les abeilles ont mis la danse de côté pour communiquer entre elles afin de trouver du nectar et du pollen.

 

Publié le 15.02.2019

 

"La danse des abeilles perd de son importance en raison de l'environnement construit humain, selon une étude de chercheurs lausannois. Or c'est le moyen qu'utilisent ces insectes pour indiquer à leurs congénères la direction et la distance des sources de nourriture.

 

Robbie I'Anson Price, de l'Université de Lausanne (UNIL), et Christoph Grüter, de l'Université de Mayence (D), rapportent dans la revue «Science Advances» que des abeilles ayant «appris» à renoncer à ce mode de communication s'en sortent mieux dans un environnement périurbain que celles qui s'y fient pour trouver nectar et pollen."

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment expliquer l’hécatombe des insectes ?

Comment expliquer l’hécatombe des insectes ? | EntomoNews | Scoop.it
Une toute récente étude fait état d’une disparition massive des populations d’insectes. Une très mauvaise nouvelle pour la biodiversité.

 

Qu’est-ce qui tue les insectes ? Par Philippe Grandcolas, 14.02.2019

 

Des causes clairement identifiées

"... La diversité des études recensées dans l’article de Biological Conservation permet clairement d’établir quatre causes principales responsables du déclin des insectes : la conversion des milieux naturels (agriculture et urbanisation, perte de diversité des paysages, des milieux humides), les polluants – qu’ils soient fertilisants ou pesticides, sachant que la plupart des pesticides sont des insecticides –, les facteurs biologiques (introduction de pathogènes, d’espèces envahissantes ou de pseudo-auxiliaires) et, enfin, le changement climatique.

 

Il s’agit là des causes majeures citées par la plupart des bilans à l’échelle mondiale concernant la biodiversité dans son ensemble.

 

Quelles sont conséquences de ce déclin ?

Il y a, tout d’abord, la certitude que des effets directs importants se font déjà sentir. Et l’on connaît depuis longtemps les liens entre abondance des insectes et existence de nombre d’espèces d’oiseaux, qui en dépendent pour leur nourriture. Peu ou pas d’insectes = pas d’oiseaux.

 

On sait aussi la situation préoccupante du « service » de pollinisation du fait du déclin des abeilles domestiques et sauvages. Moins de pollinisateurs amènera à une forte baisse de productivité agricole, avec peu ou pas de solutions de remplacement.

 

On sait aussi les relations complexes au sein des chaînes alimentaires incluant herbivores, prédateurs ou parasites. Le déclin de nombreuses espèces, en particulier des espèces dites « spécialisées », crée souvent des situations de déséquilibre dans les écosystèmes : on assiste par exemple à des pullulations de leurs antagonistes ou des disparitions de leurs associés, toutes préoccupantes sur le plan éthique ou immédiatement utilitaire.

Il y a ensuite la perspective complexe d’effets diffus et donc difficiles à prévoir.

 

Il faut en effet essayer d’imaginer la complexité des réseaux d’interaction entre les 40 000 espèces d’insectes, les quelque 8 000 espèces de plantes et les centaines d’espèces de vertébrés présents en France métropolitaine. Si l’on connaît assez bien aujourd’hui ces réseaux, et notamment les flux qui les parcourent, on n’en sait en revanche beaucoup moins sur les effets de ces déclins à des niveaux locaux plus fins.

 

Certaines conséquences peuvent, d’autre part, être contre-intuitives : la disparition d’espèces rares et peu abondantes peut avoir d’importants effets compte tenu de leur rôle clé dans les écosystèmes.

 

[Image] Main factors associated with insect declines via l'étude "Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers" 

 

Bernadette Cassel's insight:

 

'déclin des insectes' in EntomoNews | Scoop.it
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=d%C3%A9clin+des+insectes

 

(27 scoops)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le renard : le meilleur allié contre la maladie de Lyme ?

Le renard : le meilleur allié contre la maladie de Lyme ? | EntomoNews | Scoop.it
La maladie de Lyme progresse fortement en Franche Comté et devient un véritable enjeu de santé publique. A l'origine de cette problématique, les tiques de plus en plus présentes dans nos forêts et jardins. Pourtant, il existe une solution selon des études scientifiques : le renard !

 

Par Jean-Stéphane Maurice Publié le 11/02/2019

 

"... Des chercheurs néerlandais ont observé l'évolution de la présence de tiques dans une vingtaine de forêts. Leurs observations montrent que plus les renards sont nombreux, moins les tiques sont porteuses de la bactérie Borrelia. Cela peut aller jusqu'à vingt fois moins selon les zones étudiées. 

Le processus a été observé plusieurs fois et un article publié dans la revue Proceeding Of The Royal Society en explique scientifiquement le processus."

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Qu’est-ce qui tue les insectes ?

Qu’est-ce qui tue les insectes ? | EntomoNews | Scoop.it
... Il y a quelques jours, est paru dans la très sérieuse revue Biological Conservation un article compilant les résultats de 73 études publiées depuis 40 ans sur le sujet. Cet article rigoureux a répertorié tous les travaux publiés, prenant en considération ceux qui analysaient des tendances quantitatives – nombre d’espèces ou abondances – sur des périodes de temps définies. Elle a conduit une analyse statistique des résultats de ces études, dans laquelle la valeur des résultats statistiques des différentes études est comparée – c’est ce que l’on appelle une méta-analyse statistique.

 

Par Philippe Grandcolas , 14.02.2019


"Le constat est accablant et quasi-unanime : la tendance est à la baisse drastique des populations d’insectes et à l’extinction probable de nombreuses espèces à l’horizon des quelques prochaines décennies, et cela plus encore que dans le cas des plantes ou des oiseaux."

 

 

41 % des espèces en déclin

"La lecture de ce nouvel article est déprimante car elle égrène une série de cas catastrophiques concernant papillons, hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis), coléoptères (carabes, scarabées, coccinelles, etc.), libellules et d’autres groupes d’insectes moins charismatiques mais tout aussi indispensables à la biodiversité, comme les perles ou les éphémères. Et cela dans de nombreuses régions et différents types d’environnements.

 

Au total, sur la base de toutes ces études, les auteurs évaluent qu’environ 41 % des espèces d’insectes sont en déclin, soit deux fois plus que les vertébrés et à un rythme encore plus rapide. Pour les nombreux pays concernés par les études recensées dans cet article (Amérique du Nord, Europe, Brésil, Chine, Japon, Afrique du Sud, Australie, etc.), il est estimé qu’un tiers des espèces est en risque d’extinction, ce qui est colossal. Il y a aussi de nombreux cas d’espèces manifestement déjà éteintes.

 

Quelques-unes des études analysées concernent la France, s’intéressant notamment aux coléoptères bousiers, qui ont un rôle primordial d’enfouissement des excréments d’animaux et dont nombre d’espèces régressent de façon alarmante. Doit-on rappeler que faute de bousiers locaux adaptés aux bovins, l’Australie a du en importer pour éviter que des kilomètres carrés de prairies soient littéralement recouverts de bouses ?

 

Les auteurs de l’article soulignent également que ce bilan catastrophique est établi malgré le peu d’attention relative que portent aux insectes les scientifiques et les citoyens, par comparaison avec les groupes de vertébrés (mammifères, oiseaux, etc.).

 

De fait, ce bilan unanime risque de s’alourdir encore lorsqu’on prendra en considération plus de cas d’espèces, dans des régions lourdement impactées par les modifications environnementales humaines."

 

 

[Image] Proportion des espèces par classe enregistrées dans le GBIF avec au moins une occurrence (vert clair), avec plus de 20 occurrences (vert médian) et avec plus de 20 occurrences spatialement distinctes (vert foncé).(Source : Troudet et al. 2017 - Nature scientific report)

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Une synthèse des travaux sur le déclin mondial des insectes et ses principaux facteurs / Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers - From www.sciencedirect.com - February 9, 5:04 PM

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’origine des "demoiselles géantes" enfin élucidée

L’origine des "demoiselles géantes" enfin élucidée | EntomoNews | Scoop.it
Contrairement à ce que l’on croyait, la taille hors norme de ces espèces d’Afrique et d’Amérique du Sud n’est pas due à un ancêtre commun.

 

Genève : Le Muséum d'histoire naturelle perce le secret des demoiselles géantes. Par Xavier Lafargue, 13.02.2019

 

"On dirait des libellules, mais ce sont des demoiselles. Nuance. Ces dernières ont des yeux plus petits et replient leurs ailes au repos. Mais quand certaines d’entre elles les déplient, leur envergure peut atteindre 20 centimètres! Exceptionnel pour un insecte. Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par un scientifique du Muséum d’histoire naturelle de Genève, s’est penchée sur ces «demoiselles géantes». Qui viennent de livrer l’un de leurs secrets.

 

Ces zygoptères se rencontrent uniquement dans deux pays d’Afrique (une espèce au Kenya et en Tanzanie) et en Amérique du Sud (dix-huit espèces). Jusqu’à présent, les scientifiques imaginaient qu’ils descendaient tous d’un même ancêtre déjà présent avant la séparation des deux continents, il y a 120 millions d’années. Or, il n’en est rien !"

(...)

 

→ Communiqué de presse 12 février 2019 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La disparition des insectes, un phénomène dévastateur pour les écosystèmes

La disparition des insectes, un phénomène dévastateur pour les écosystèmes | EntomoNews | Scoop.it
Leur taux d’extinction est huit fois supérieur à celui des autres espèces animales, selon une étude australienne. Un déclin qui pèse sur la biodiversité et notre alimentation.

 

Par Clémentine Thiberge, 13.02.2019 (abonnés)

 

« Syndrome du pare-brise »

"Pour obtenir ces résultats, les chercheurs australiens ont compilé 73 études de long terme publiées au cours des quarante dernières années. Elles ont chacune été menées pendant une période d’au moins dix ans, et jusqu’à cent cinquante ans pour certaines d’entre elles. « Les méthodes de comptage d’insectes varient d’une étude à l’autre, explique Francisco Sanchez-Bayo. Il est beaucoup plus difficile d’estimer l’augmentation ou la diminution des populations de scarabées par exemple que celles de gros animaux, il faut donc s’adapter au milieu et à l’animal que l’on veut étudier. »"

 

 

[Image] via https://www.facebook.com/AFPfra/photos/a.130569703646259/2083584738344736/

 

Bernadette Cassel's insight:

 

« Cette étude permet de quantifier précisément ce phénomène, mais il est facile pour n’importe qui de l’observer grâce à ce qu’on appelle le syndrome du pare-brise. La plupart des conducteurs de plus de 40 ans peuvent comparer l’état de leur pare-brise aujourd’hui à celui d’il y a quelques dizaines d’années : le nombre d’insectes écrasés a considérablement diminué. »

 

(Henri-Pierre Aberlenc, entomologiste et ingénieur de recherche au CIRAD — Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement.)

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from EntomoNews
Scoop.it!

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans (suite)

Les insectes pourraient disparaître de la planète d’ici 100 ans (suite) | EntomoNews | Scoop.it
Les scientifiques mettent en garde contre un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels ».

 

Publié le 11.02.2019

 

98 % des insectes ont disparu à Porto Rico depuis trente-cinq ans

"Les insectes sont « essentiels » au bon fonctionnement de tous les écosystèmes, expliquent les chercheurs. Ils pollinisent les plantes, recyclent les nutriments et servent de nourriture de base aux autres animaux. Leur disparition « aura des conséquences catastrophiques à la fois pour les écosystèmes de la planète et pour la survie de l’humanité », s’alarme Francisco Sanchez-Bayo. L’un des impacts majeurs concerne les nombreux oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons qui se nourrissent d’insectes. « Si cette source de nourriture leur est enlevée, tous ces animaux mourront de faim », a-t-il dit.

 

Des effondrements de populations d’insectes ont récemment été signalés en Allemagne et à Porto Rico, où une récente étude a révélé une chute de 98 % des insectes terrestres depuis trente-cinq ans, mais l’étude montre clairement que la crise est mondiale. Les papillons et les papillons de nuit sont parmi les plus touchés. Le nombre d’espèces de papillons a chuté de 58 % sur les terres cultivées en Angleterre entre 2000 et 2009. Le Royaume-Uni a subi les plus fortes chutes d’insectes jamais enregistrées, bien que cela soit probablement le résultat d’une étude plus intensive que dans la plupart des autres pays.

 

Les abeilles ont également été gravement touchées, la moitié seulement des espèces de bourdons recensées en Oklahoma aux États-Unis en 1949 étant présentes en 2013. Le nombre de colonies d’abeilles aux États-Unis était de six millions en 1947, 3,5 millions ont disparu depuis. Il existe plus de 350 000 espèces de coléoptères et on pense que beaucoup d’entre elles ont décliné, en particulier les dendroctones du fumier. Si on dispose de beaucoup moins d’informations sur les mouches, fourmis, pucerons, insectes boucliers et criquets, les experts affirment qu’il n’y a aucune raison de penser qu’ils s’en sortent mieux que les espèces étudiées."

 

 

[Image] Dans la forêt d'El Yunque à Porto Rico, un nouvel exemple de disparition d'insectes vient d'être quantifié. 35 ans après une première expédition scientifique, Brad Lister y a mesuré une chute de la population d'insectes atteignant des proportions alarmantes : 80 % des insectes ont disparu dans la canopée et 98 % au sol.

 

via "À Porto Rico, la disparition drastique des insectes inquiète les scientifiques" 17.01.2019 https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-a-porto-rico-la-disparition-drastique-des-insectes-inquiete-les-scientifiques_3149365.html

 

 

Bernadette Cassel's insight:
 
 
Dans la forêt tropicale, les insectes apparemment décimés - From www.laliberte.ch - January 27, 6:33 PM
 
more...
Bernadette Cassel's curator insight, February 11, 12:10 PM

 

À (re)lire ici :

 

Une synthèse des travaux sur le déclin mondial des insectes et ses principaux facteurs / Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers - From www.sciencedirect.com - February 9, 5:04 PM

 

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les asticots ont une technique bien à eux pour dévorer (notamment) une pizza

Les asticots ont une technique bien à eux pour dévorer (notamment) une pizza | EntomoNews | Scoop.it
Des scientifiques et des startups étudient actuellement comment transformer les asticots riches en nutriments en une source alimentaire viable pour les animaux domestiques et le bétail, tout en tirant le meilleur parti de notre énorme problème de déchets alimentaires. Mais pour transformer les asticots en nourriture, il faut d'abord qu'ils soient bien nourris. Trouver la meilleure façon de le faire est un défi, car nous ne savons pas grand-chose sur la façon dont ils se nourrissent.

 

Par Guru Med, 10.02.2019

 

 

[Image] (a) The black soldier fly larva shown is 14 mm long and weighs 0.1 g. (b) A group of larvae consumes a 40 cm diameter pizza in 2 h. The motion of the pizza crust and cheese away from the centre indicates that the motion of larvae is correlated with their neighbours. These images are courtesy of Grubbly Farms. (Online version in colour.)

 

more...
No comment yet.