EntomoNews
337.0K views | +63 today
Follow
 
Scooped by Bernadette Cassel
onto EntomoNews
Scoop.it!

Les pesticides néonicotinoïdes et les abeilles/ Neonicotinoid Pesticides and Honeybees

Les pesticides néonicotinoïdes et les abeilles/ Neonicotinoid Pesticides and Honeybees | EntomoNews | Scoop.it
Neonicotinoid Pesticides have been blamed for the dramatic decline in honey bees and also all invertabrates which are the base of the food chain. In this page I have listed numerous scientific studies relating to these declines.

 

___________________________________________________________________

SUR LE MÊME SUJET :

→  NEONICOTINOID RESIDUES IN WILDFLOWERS, A POTENTIAL ROUTE OF CHRONIC EXPOSURE FOR BEES - Environmental Science & Technology, 06.10.2015 http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/acs.est.5b03459?journalCode=esthag

                                                                      

Bernadette Cassels insight:

 

Traduction d'un extrait :

 

Avez-vous remarqué au cours de la dernière décennie, une baisse spectaculaire du nombre d'oiseaux et d'insectes dans votre jardin ? Du nombre de «flocs» d'insectes sur le pare-brise de voiture ? Eh bien, vous n'êtes pas le seul.

Au cours des 50 dernières années, l'intensification agricole a menacé d'extinction de nombreuses espèces de plantes et animaux sauvages et a profondément modifié le fonctionnement de nos écosystèmes. L'intensification agricole a eu pour conséquences d'agrandir la taille des champs en abattant des arbres / haies et a nécessité de gros apports d'engrais, notamment des pesticides, entraînant la perte de la faune et de la flore.

                        

No comment yet.
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Almes gouttelettes » : tout bord de feuille désaltère et nourrit les insectes, les bons comme les mauvais, partout et toujours

« Almes gouttelettes » : tout bord de feuille désaltère et nourrit les insectes, les bons comme les mauvais, partout et toujours | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2020 : Octobre


"La guttation est l'apparition de gouttelettes d'eau au bord des feuilles de nombreux végétaux vasculaires herbacés au petit matin, un phénomène tout à fait différent de la rosée. Il est dû à la pression racinaire : les feuilles ne transpirent pas la nuit alors que les racines continuent à absorber les minéraux du sol. Ceux-ci provoquent par osmose une entrée d'eau et la pression engendrée provoque la montée de la sève brute qui se conclut par la formation de gouttes au niveau des hydathodes, situés sur le bord du limbe. Les gouttes sont en fait des exsudations de sève brute et de sève élaborée.


On n'a prêté attention jusque-là à la guttation qu'en tant que voie de transfert d'insecticides vers les insectes non-cibles. Leur rôle positif dans l'alimentation des insectes vient d'être précisé par une équipe hispano-états-unienne.


L'expérimentation a consisté à comparer le succès reproducteur (la fitness) d'individus adultes buvant cette eau de guttation du Myrtiller d'Amérique Vaccinium corymbosum avec d'autres soumis à des régimes différents : saccharose, extrait de levure, mélange des deux et eau pure. La Drosophile des cerises Drosophila suzukii (Dip. Drosophilidé) a représenté les phytophages, Aphidius ervi (Hym. Broconidé) les parasitoïdes et Chrysoperla rufilabris (Név. Chrysopidé) les prédateurs (régime de leurs stades larvaires).
Leurs longévité et fertilité furent significativement augmentées.

 

Contrairement au nectar, l'eau de guttation est partout – de très nombreuses plantes cultivées en fournissent - et tout le temps à la disposition des imagos des insectes. Elle contient des sucres et des protéines. Cette offre favorise les insectes auxiliaires, pollinisateurs comme entomophages, qui sont effectivement attirés par ces gouttes sourdant des feuilles. Celles-ci n'ont pas d'effet sur les pucerons ni sur les moustiques, qui seraient plutôt dissuadés par leurs ennemis bien présents autour, notent les auteurs de l'étude.


L'avantage offert est évidemment contrebalancé par la contamination par les insecticides systémiques..."


Article source (gratuit, en anglais)

 

 

Photo : guttation sur herbe.

Bernadette Cassels insight:

 

 

            (3 scoops)

 

 

            (3 scoops)

 

No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Les colocs du jardin
Scoop.it!

Restaurer certains écosystèmes permettrait de préserver la biodiversité et le climat - Libération

Restaurer certains écosystèmes permettrait de préserver la biodiversité et le climat - Libération | EntomoNews | Scoop.it
Une étude parue ce mercredi identifie des zones à restaurer en priorité dans le monde, parmi les écosystèmes convertis en terres agricoles.

 

Par Coralie Schaub, 14.10.2020

 

"Enfin la solution pour préserver la biodiversité et le climat au moindre coût ? Pour la première fois, une équipe internationale de scientifiques s’est attachée à identifier des zones à restaurer en priorité parmi les écosystèmes convertis en terres agricoles. Et la conclusion del'étude, parue ce mercredi dans la revue Nature, est spectaculaire : en plus de l’indispensable préservation de ce qui reste des écosystèmes naturels, restaurer 30% de ces zones prioritaires permettrait d’empêcher plus de 70% des extinctions d’espèces et d’absorber près de la moitié des émissions de carbone accumulées dans l’atmosphère depuis le début de la révolution industrielle au XVIIIe siècle (soit environ 465 gigatonnes de CO2)."

(...)

 

 

[Image] Distribution of major ecosystem types that could be restored.

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les chercheurs ont identifié un nouveau réseau neuronal chez les larves de drosophiles qui, selon leur intensité, convertit les stimuli externes en décision d'agir ou non

Les chercheurs ont identifié un nouveau réseau neuronal chez les larves de drosophiles qui, selon leur intensité, convertit les stimuli externes en décision d'agir ou non | EntomoNews | Scoop.it
Researchers have identified a novel neural network in fruit flies that converts external stimuli of varying intensity into decisions about whether to act.

 

How the Nervous System Mutes or Boosts Sensory Information to Make Behavioral Decisions

 

 

[Image] Graphical Abstract

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un moyen rapide et efficace de détecter le longicorne asiatique

Un moyen rapide et efficace de détecter le longicorne asiatique | EntomoNews | Scoop.it
The Asian longhorned beetle (Anoplophora glabripennis) is known for causing damage to a variety of tree species. From its east Asian roots, the beetle is now common in nearly all of China and Korea and has spread to Japan, nine European countries, Canada, and some states in the U.S.

 

A Fast, Frassy Way to Detect the Asian Longhorned Beetle
Andrew Porterfield

 

"Anoplophora glabripennis is known to damage 34 species of trees, including poplars, several species of maple, paper birch, willows, and elms. It is considered a “quarantine” pest in the U.S. and Europe and has caused significant economic losses there and in Asia. Females can lay between 30 and 178 eggs under the host plant’s bark, and the larvae feed on the phloem and sap-containing wood of the host tree, causing damage to the central and upper trunk and main branches.

Eradication of the beetle has hinged on early diagnosis of infestation, in addition to monitoring for signs of beetle damage (particularly frass, a combination of wood debris and feces left behind by the beetle larvae). Detection methods based on pheromones and other airborne chemicals emitted by the beetles and infested plants only detect adult beetles post-infestation. DNA-based techniques, however, are sensitive and precise enough to detect beetles in the early stages of an infestation. Low concentrations of DNA can still be detected using these techniques.

Loop-mediated isothermal amplification (LAMP) has been attracting the attention of biologists because it can easily detect DNA to identify a wide range of species, and it can detect insect pests and fungi on plants. It also is easier to use and less costly than its more familiar DNA-detection cousin, the polymerase chain reaction (PCR).

To test whether LAMP can provide easy, early detection of A. glabripennis larvae, a team of Italian scientists developed a protocol using visual and real-time LAMP. Their rapid diagnostic protocols proved to be a reliable, accurate, and promising tool to help biologists detect the presence of Anoplophora. Their results were published in September in the Journal of Economic Entomology."

(...)

 

 

[Image] Photo by Gillian Allard, FAO of United Nations, Bugwood.org

Bernadette Cassels insight:

 

Traduction :

 

Anoplophora glabripennis est connu pour endommager 34 espèces d'arbres, dont des peupliers, plusieurs espèces d'érables, des bouleaux à papier, des saules et des ormes.

 

À partir de son aire d'origine, l''Asie de l'Est, le coléoptère est maintenant répandu dans presque toute la Chine et la Corée et s'est propagé au Japon, dans neuf pays européens, au Canada et dans certains États des États-Unis.

 

Il est considéré comme un ravageur de "quarantaine" aux États-Unis et en Europe et a causé des pertes économiques importantes dans ces pays et en Asie. Les femelles peuvent pondre entre 30 et 178 œufs sous l'écorce de la plante hôte, et les larves se nourrissent du phloème et du bois contenant la sève de l'arbre hôte, causant des dommages au tronc central et supérieur et aux branches principales.

 

L'éradication du coléoptère repose sur le diagnostic précoce de l'infestation, en plus de la surveillance des signes de dommages causés par le coléoptère (en particulier la "sciure", une combinaison de débris de bois et d'excréments laissés par les larves du coléoptère). Les méthodes de détection basées sur les phéromones et d'autres produits chimiques en suspension dans l'air émis par les coléoptères et les plantes infestées ne détectent les coléoptères adultes qu'après l'infestation. Les techniques basées sur l'ADN sont toutefois suffisamment sensibles et précises pour détecter les coléoptères dans les premiers stades d'une infestation. De faibles concentrations d'ADN peuvent encore être détectées à l'aide de ces techniques.

  

L'amplification isotherme à médiation par boucle (LAMP) a attiré l'attention des biologistes car elle permet de détecter facilement l'ADN pour identifier un large éventail d'espèces, et elle peut détecter les insectes nuisibles et les champignons sur les plantes. Elle est également plus facile à utiliser et moins coûteuse que sa cousine plus connue pour la détection de l'ADN, la réaction en chaîne de la polymérase (PCR).

 

Pour tester si le LAMP peut permettre une détection facile et précoce des larves d'A. glabripennis, une équipe de scientifiques italiens a mis au point un protocole utilisant le LAMP visuel et en temps réel. Leurs protocoles de diagnostic rapide se sont révélés être un outil fiable, précis et prometteur pour aider les biologistes à détecter la présence d'Anoplophora. Leurs résultats ont été publiés en septembre dans le Journal of Economic Entomology.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

__________________________________________________

 

'Anoplophora glabripennis' in EntomoNews
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=Anoplophora+glabripennis

 

(4 scoops)

 

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

OpenObs donne accès à 71 millions de données d’observation sur les espèces sur l’ensemble des territoires français

OpenObs donne accès à 71 millions de données d’observation sur les espèces sur l’ensemble des territoires français | EntomoNews | Scoop.it
OpenObs permet de visualiser, d‘explorer et de télécharger les données d’observation sur les espèces de l’Inventaire national du patrimoine naturel, plateforme nationale du SINP (Système d’Information de l’iNventaire du Patrimoine naturel).

 

INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel) - Actualités - Nouvelle fonctionnalité de l’INPN, 16.10.2020

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'étude de la biologie du développement sur des embryons de mouches a reçu un coup de pouce de la robotique

L'étude de la biologie du développement sur des embryons de mouches a reçu un coup de pouce de la robotique | EntomoNews | Scoop.it
The study of developmental biology is getting a robotic helping hand.

 

Robots are helping to advance developmental biology

by Howard Hughes Medical Institute, 14.10.2020

 

 

Traduction :

 

"Les scientifiques utilisent un robot personnalisé pour étudier comment les mutations des régions régulatrices du génome affectent le développement des animaux. Ces régions ne sont pas des gènes, mais plutôt des segments d'ADN appelés "enhancers" qui déterminent comment les gènes sont activés et désactivés au cours du développement. L'équipe décrit les résultats - et le robot lui-même - le 14 octobre dans la revue Nature.

 

"La véritable vedette est ce robot", déclare David Stern, chef de groupe au Janelia Research Campus de l'IHM. "C'était une ingénierie extrêmement créative".

 

Le projet a été mené par un ancien post-doctorant du laboratoire de Stern, Justin Crocker, aujourd'hui chef de groupe au Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) à Heidelberg, en Allemagne. Dans le passé, pour étudier le rôle des régions de régulation dans le développement, les scientifiques ont examiné les effets de quelques mutations seulement à la fois. Mais Crocker et Stern ont voulu étudier des centaines de mutations, afin de déterminer le rôle de chaque poste dans une région de régulation. Ces expériences ont nécessité un protocole de préparation complexe à répéter exactement de la même manière sur des milliers d'embryons de mouches des fruits. Même de légères incohérences dans la préparation des échantillons pouvaient modifier les résultats.

 

Ils ont donc travaillé avec l'équipe de Janelia Experimental Technology, jET, pour concevoir et construire un robot capable de faire le travail délicat de préparation des échantillons.

"Le timing de plusieurs de ces étapes est crucial", explique M. Crocker. "Pour nous, le but était de pouvoir retirer l'humain autant que possible de l'équation, de rendre les choses très standardisées".

 

Les ingénieurs du jET ont suivi Crocker dans le laboratoire, le regardant exécuter chaque étape du protocole complexe, et se sont même essayés au processus eux-mêmes. Ils ont ensuite développé des solutions créatives pour chaque étape, pour finalement concevoir un robot capable de traduire les mouvements manuels en étapes automatisées. Il a fallu plusieurs années et deux prototypes ratés avant que l'équipe n'aboutisse à une conception gagnante : un appareil de la taille d'un grille-pain qui peut préserver et colorer de manière constante des centaines d'embryons de mouches à différents stades de développement.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

 

[Image] Les chercheurs ont effectué des centaines de mutations différentes sur un amplificateur qui agit sur le gène de la mouche à fruits shavenbaby, puis ont suivi la façon dont ces mutations modifiaient le moment et le lieu d'expression du gène. Dans cet embryon de mouche, shavenbaby est surligné en vert, et le stimulateur étudié est surligné en magenta. Crédit : Justin Crocker & Timothy Fuqua/EMBL

Bernadette Cassels insight:

 

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La pigmentation des fleurs change avec le climat et cela pourrait leur nuire - Libération

La pigmentation des fleurs change avec le climat et cela pourrait leur nuire - Libération | EntomoNews | Scoop.it
Le changement climatique entraîne des modifications dans la pigmentation des fleurs. Stratégie qui leur permettrait d'échapper au grill des UV mais qui pourrait diminuer leur pouvoir d'attraction vis-à-vis de certains pollinisateurs.

 

Par Margaux Lacroux 13 octobre 2020 à 15:37

 

Bernadette Cassels insight:

 

(Re)lire aussi :

 

Les fleurs commencent à changer de couleur, et ce n’est pas une bonne nouvelle - De www.ouest-france.fr - 7 octobre, 20:16

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les lymphocytes B mémoire, chez une souris infectée par un flavivirus (fièvre jaune, virus du Nil occidental, dengue, Zika), favorisent une nouvelle infection par un autre flavivirus

Les lymphocytes B mémoire, chez une souris infectée par un flavivirus (fièvre jaune, virus du Nil occidental, dengue, Zika), favorisent une nouvelle infection par un autre flavivirus | EntomoNews | Scoop.it
Memory B cells (MBCs) can respond to heterologous antigens either by molding new specificities through secondary germinal centers (GCs) or by selecting preexisting clones without further affinity maturation. To distinguish these mechanisms in flavivirus infections and immunizations, we studied recall responses to envelope protein domain III (DIII). Conditional deletion of activation-induced cytidine deaminase (AID) between heterologous challenges of West Nile, Japanese encephalitis, Zika, and dengue viruses did not affect recall responses. DIII-specific MBCs were contained mostly within the plasma-cell-biased CD80 + subset, and few GCs arose following heterologous boosters, demonstrating that recall responses are confined by preexisting clonal diversity. Measurement of monoclonal antibody (mAb) binding affinity to DIII proteins, timed AID deletion, single-cell RNA sequencing, and lineage tracing experiments point to selection of relatively low-affinity MBCs as a mechanism to promote diversity. Engineering immunogens to avoid this MBC diversity may facilitate flavivirus-type-specific vaccines with minimized potential for infection enhancement.

 

Affinity-Restricted Memory B Cells Dominate Recall Responses to Heterologous Flaviviruses - Immunity, 02.10.2020

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les pesticides et le manque de nourriture réduisent considérablement la population d'abeilles sauvages : une étude révèle une baisse de 57 % de la reproduction lorsqu'elles sont exposées à ces deux...

Les pesticides et le manque de nourriture réduisent considérablement la population d'abeilles sauvages : une étude révèle une baisse de 57 % de la reproduction lorsqu'elles sont exposées à ces deux... | EntomoNews | Scoop.it
The loss of flowering plants and the widespread use of pesticides could be a double punch to wild bee populations. In a new study, researchers at the University of California, Davis, found that the combined threats reduced blue orchard bee reproduction by 57 percent and resulted in fewer female offspring. The study was published in the journal Proceedings of the Royal Society B. “Just like humans, bees don’t face one single stress or threat,” said lead author Clara Stuligross, a Ph.D. candidate in ecology at UC Davis.

 

Pesticides and Food Scarcity Dramatically Reduce Wild Bee Population  : Study Finds 57% Drop in Reproduction When Exposed to Both Threats

 

By Amy Quinton on October 6, 2020 in Environment

 

 

Bernadette Cassels insight:

 

via Recherche animale sur Twitter, 11.10.2020 :

 

"#Pesticides and Food Scarcity Dramatically Reduce Wild #Bee Population : Study Finds 57% Drop in Reproduction When Exposed to Both Threats https://t.co/dDoicdZXtp via @ucdavis"


https://twitter.com/recherche_anima/status/1315342665668530184

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment certaines fourmis utilisent des outils pour échapper à la noyade

Comment certaines fourmis utilisent des outils pour échapper à la noyade | EntomoNews | Scoop.it
Des scientifiques ont mené une nouvelle étude sur une espèce de fourmi originaire d'Amérique du Sud. Ils ont constaté non seulement que les insectes étaient capables d'utiliser des outils pour échapper à la noyade mais également qu'ils pouvaient modifier leur stratégie en fonction des risques qu'ils encouraient.

 

Par Emeline Férard - Publié le 09/10/2020 à 16h23

 

"L'utilisation d'outils chez les animaux fascine depuis longtemps les chercheurs et pour cause. On a longtemps pensé que cette aptitude était réservée à l'humain. Jusqu'à ce que l'on découvre que certains animaux en étaient aussi capables. C'est chez les chimpanzés que les premières découvertes ont été réalisées. Depuis, plusieurs espèces ont rejoint la liste : d'autres primates, mammifères, des oiseaux, des poissons mais aussi des insectes.

 

Les fourmis font partie de ces rares privilégiés. Les recherches scientifiques ont permis de documenter plusieurs exemples d'utilisations d'outils chez ces insectes sociaux. Certains peuvent ainsi employer des grains de sable ou de boue pour transporter des liquides. Ils peuvent également se tourner vers des matériaux moins naturels comme des fragments d'éponge ou de papier, selon des travaux parus en 2016.

 

 

Aujourd'hui, c'est un usage encore plus sophistiqué que met en évidence une étude publiée dans la revue Functional Ecology. Ces recherches ont porté sur une espèce en particulier, la fourmi de feu noire importée ou Solenopsis richteri. Elles ont permis de constater que cette dernière était non seulement capable d'utiliser des outils pour échapper à la noyade mais également de modifier sa stratégie en fonction des risques encourus."

(...)

 

 

[Image] Les fourmis de feu noires importées ont utilisé les grains de sable pour former des structures et accéder en toute sécurité à l'eau sucrée. Crédit : Dr. Aiming Zhou/Dr. Jian Chen

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un gène essentiel à la survie des autres insectes est absent chez les moustiques : un gène apparenté a évolué pour prendre le relais du gène manquant

Un gène essentiel à la survie des autres insectes est absent chez les moustiques : un gène apparenté a évolué pour prendre le relais du gène manquant | EntomoNews | Scoop.it
University of Maryland entomologists discovered that a gene critical for survival in other insects is missing in mosquitoes—the gene responsible for properly arranging the insects’ segmented bodies. The researchers also found that a related gene evolved to take over the missing gene’s job. Although laboratory studies have shown that similar genes can be engineered to substitute for one another, this is the first time that scientists identified a gene that naturally evolved to perform the same critical function as a related gene long after the two genes diverged down different evolutionary paths.

 

Mosquitoes Lost an Essential Gene with No Ill Effects

University of Maryland, 30.09.2020

 

 

 [Image] Mosquito genomes contain orthologs of gsb and gsb-n, but not prd.

 

Species: Aedes aegypti (Aaeg/AAEL), Anopheles gambiae (Agam/AGAP), Anopheles stephensi (Aste/ASTEI), Apis mellifera (Amel), Culex quinquefasciatus (Cqui/CPIJ), Drosophila melanogaster (Dmel), Mus musculus (Mmus), Tribolium castaneum (Tcas).

 

Bernadette Cassels insight:

 

Traduction :

 

Les entomologistes de l'université du Maryland ont découvert qu'un gène essentiel à la survie des autres insectes est absent chez les moustiques - le gène responsable de la disposition correcte des corps segmentés des insectes. Les chercheurs ont également découvert qu'un gène apparenté a évolué pour prendre le relais du gène manquant. Bien que des études en laboratoire aient montré que des gènes similaires peuvent être modifiés pour se substituer les uns aux autres, c'est la première fois que les scientifiques ont identifié un gène qui a naturellement évolué pour remplir la même fonction critique qu'un gène apparenté bien après que les deux gènes aient divergé sur des voies d'évolution différentes.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un outil chirurgical inspiré de l'organe de ponte des guêpes parasitoïdes pourrait être utilisé pour opérer les tumeurs et les caillots sanguins

Un outil chirurgical inspiré de l'organe de ponte des guêpes parasitoïdes pourrait être utilisé pour opérer les tumeurs et les caillots sanguins | EntomoNews | Scoop.it
Researchers from the Netherlands based their prototype on the ovipositor - a long needle-like tube that protrudes from the rear of some wasps.

 

Surgery: Tool inspired by parasitic wasp's egg-laying organ could operate on tumours and blood clots | Daily, 30.09.2020

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Manger des insectes pour réconcilier l'homme et la nature

Manger des insectes pour réconcilier l'homme et la nature | EntomoNews | Scoop.it
Les insectes constituent une alternative durable aux protéines animales, mais leur consommation reste balbutiante. Voici quelques pistes pour la favoriser.

 

Par Gaëlle Pantin-Sohier, 07.10.2020

 

"Coléoptères, chenilles, sauterelles… ça se mange, et c’est écologique ! Cette pratique, l’entomophagie, est pourtant encore balbutiante dans l’Hexagone, même si les enjeux environnementaux et nutritionnels modifient les comportements alimentaires des Français. Ceux-ci prennent conscience de l’impact majeur de la production et de la consommation alimentaire sur l’environnement et la santé. Une prise de conscience renforcée par la crise de la Covid-19 et le confinement.

 

La recherche d’alternatives et l’adoption de nouveaux régimes alimentaires (flexitarisme, véganisme, végétarisme) mettent en évidence l’intérêt que pourrait revêtir l’entomophagie.

 

En effet selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), les insectes sont considérés comme une alternative durable aux protéines animales face à la raréfaction des ressources naturelles et à l’augmentation de la population mondiale.

 

La question de la réhabilitation de la consommation d’insectes dans les pays occidentaux est donc sur la table en raison des enjeux nutritionnels, économiques et écologiques qu’elle implique. Car les atouts de ce mets surprenant sont nombreux.

 

Leur taux de conversion alimentaire (quantité de nourriture requise pour produire une augmentation de poids de 1 kg d’insectes) est par exemple quatre fois plus élevé que celui des bovins. Ainsi, en moyenne, 2 kg d’aliments sont nécessaires pour produire 1 kg d’insectes, tandis que les bovins exigent 8 kg d’aliments pour produire 1 kg d’augmentation de la masse corporelle animale.

 

Autre avantage, leur faible production de gaz à effet de serre, qui est 10 à 100 fois plus faible que celle des porcs. De plus, ils consomment beaucoup moins d’eau qu’un élevage de bétail conventionnel, fournissent des protéines de haute qualité et présentent un faible risque de transmission de maladie zoonotique (grippe aviaire ou coronavirus).

 

Mais face à ces atouts majeurs se dresse un problème de taille : celui de l’acceptation des insectes en tant qu’aliment dans les pays occidentaux.

L’entomophagie, pratique émergente en Europe

Si quelques pratiques émergent en France et en Europe, la consommation reste marginale et expérientielle. Pour la majorité des consommateurs, les insectes sont considérés comme culturellement non comestibles, porteurs de dégoûts, de peurs, et associés à des comportements primitifs.

 

Pourtant, il existe, toujours selon la FAO, 1900 espèces d’insectes comestibles dans le monde (dont 250 en Afrique, plus de 500 au Mexique, 170 en Chine ou encore 428 dans le bassin amazonien).

Les plus couramment consommés sont les coléoptères (coccinelles, scarabées, hannetons, 31 %), les lépidoptères (chenilles, 18 %), les hyménoptères (abeilles, guêpes et fourmis, 14 %), orthoptères (sauterelles, criquets et grillons, 13 %) et hémiptères (cigales, cicadelles, cochenilles et punaises, 10 %).

Les consommateurs occidentaux ingèrent, sans le savoir, près de 500 grammes d’insectes par an via les colorants alimentaires, principalement la cochenille, à l’origine du carmin, un colorant rouge foncé.

 

Mais l’acceptation de cette alternative alimentaire implique une évolution des comportements et passe par une meilleure connaissance des déterminants sociaux, culturels, psychologiques et sensoriels des préférences et pratiques alimentaires.

 

Notre étude, publiée en 2019, explique pour quelles raisons les consommateurs ont des difficultés à adopter cette innovation alimentaire et quels mécanismes cognitifs (catégorisation, familiarisation) peuvent produire des effets positifs en matière d’acceptation."

(...)

  

 

[Image] Photographies des produits testés (Crédit : Pixmachine).

 

Autre lien de l'article :

 

- Pourquoi notre santé et celle de la planète se jouent dans nos assiettes. Par Michel Duru et Patrick Caron, 11.06.2020
https://theconversation.com/pourquoi-notre-sante-et-celle-de-la-planete-se-jouent-dans-nos-assiettes-140500

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pollution sonore et biodiversité : près de 1 800 documents rassemblés

Pollution sonore et biodiversité : près de 1 800 documents rassemblés | EntomoNews | Scoop.it
L'UMS PatriNat vient de produire, en partenariat avec l'INRAE, une compilation de la bibliographie existante sur la pollution sonore et la biodiversité, regroupant 1794 publications dont 1 340 études, 379 revues et 16 méta-analyses (Sordello et al., 2020). Parue dans Environnemental Evidence Journal à la suite de son protocole (Sordello et al., 2019), cette carte systématique offre un paysage organisé de la connaissance couvrant toute la biodiversité (terrestre comme marine), tous les types d’impacts et tous les types de bruits anthropiques.

 

INPN - Actualités - 29.09.2020

 

"... de nouvelles recherches devraient être engagées, en particulier sur certaines espèces (amphibiens, reptiles, invertébrés), certains bruits (récréatifs, militaires, urbains) et certains impacts (utilisation de l'espace, reproduction, écosystèmes) identifiés comme des lacunes de connaissance.

 

Cette carte systématique peut ainsi être utile aussi bien aux chercheurs, qu’aux gestionnaires et décideurs. Son approche par catégories facilite une exploitation ciblée sur la ou les combinaison(s) biodiversité-bruit-impact souhaitée(s)."

 

 

[Image] Categories to code the impacts of noise (outcomes)

 

___________________________________________________________

 

Search string

The following search string was built (see Additional file 2, section I for more details on this process):

 

((TI = (noise OR sound$) OR TS = (“masking auditory” OR “man-made noise” OR “anthropogenic noise” OR “man-made sound$” OR “music festival$” OR ((pollution OR transportation OR road$ OR highway$ OR motorway$ OR railway$ OR traffic OR urban OR city OR cities OR construction OR ship$ OR boat$ OR port$ OR aircraft$ OR airplane$ OR airport$ OR industr* OR machinery OR “gas extraction” OR mining OR drilling OR pile-driving OR “communication network$” OR “wind farm$” OR agric* OR farming OR military OR gun$ OR visitor$) AND noise))) AND TS = (ecolog* OR biodiversity OR ecosystem$ OR “natural habitat$” OR species OR vertebrate$ OR mammal$ OR reptile$ OR amphibian$ OR bird$ OR fish* OR invertebrate$ OR arthropod$ OR insect$ OR arachnid$ OR crustacean$ OR centipede$)).

 

Bernadette Cassels insight:

 

'pollution sonore' in EntomoNews | Scoop.it
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=pollution+sonore

 

(6 scoops)

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment les lucioles synchronisent-elles leurs lumières clignotantes ?

Comment les lucioles synchronisent-elles leurs lumières clignotantes ? | EntomoNews | Scoop.it
Chaque année, pendant seulement deux petites semaines en juin, les forêts du sud-est des États-Unis accueillent un phénomène incroyable. Des essaims de milliers de lucioles mâles s'envolent dans le crépuscule, leurs abdomens clignotant brillamment dans une merveilleuse démonstration nuptiale synchronisée. Depuis au moins des siècles, des humains se demandent comment ces coléoptères coordonnent leur ballet de lumière. Les explications vont du vent exposant les abdomen

(...)

 

Par Guru Med, 15.10.2020

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La découverte d'un supergène conduit à de nouvelles connaissances sur les fourmis de feu

La découverte d'un supergène conduit à de nouvelles connaissances sur les fourmis de feu | EntomoNews | Scoop.it
The research could help development of new pest control methods.

 

Supergene discovery leads to new knowledge of fire ants, by Sean Montgomery, 15.10.2020

 

 

[Image] A fire ant. (Submitted photo)

 
[Solenopsis invicta]
Bernadette Cassels insight:

 

Traduction :

 

Une étude menée par des entomologistes de l'Université de Géorgie a conduit à la découverte d'un supergène distinctif dans les colonies de fourmis de feu qui détermine si les jeunes reines fourmis quitteront leur colonie de naissance pour fonder leur propre nouvelle colonie ou si elles rejoindront une colonie avec plusieurs reines.

 

Les chercheurs ont également découvert que les fourmis étaient plus agressives envers les reines qui ne possèdent pas le supergène, ce qui pousse les ouvrières de la colonie principale à les tuer. Cette découverte cruciale ouvre la porte à de nouvelles méthodes de lutte contre les nuisibles qui pourraient être plus efficaces pour éradiquer les colonies de fourmis de feu problématiques.

 

"Apprendre le comportement des fourmis de feu est une information de base très importante", a déclaré Ken Ross, professeur d'entomologie à l'UGA. "Ces informations sont essentielles pour nous aider à gérer les populations de nuisibles et à prévoir les variations qui peuvent se produire dans leur environnement".

 

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La pollution plastique - De nouvelles connaissances et des pistes pour l’action publique

La pollution plastique - De nouvelles connaissances et des pistes pour l’action publique | EntomoNews | Scoop.it
Bien visibles ou microscopiques, les plastiques sont désormais disséminés partout à la surface du globe. Comment retracer et quantifier leurs flux depuis les cours d'eau jusqu'en mer ? Quels sont les impacts de cette pollution sur le vivant ? Comment limiter ses effets et la réduire à la source ?... Telles sont les problématiques abordées dans cet ouvrage à travers les récentes avancées de la recherche française et les retours d'expériences de divers acteurs. Objectif à la clé : nourrir l'action collective de la société face à la crise environnementale du plastique.
 
Auteur(s)
Laurent Basilico
Pierre-François Staub
Rachid Dris
Structure(s) autrice(s)
Office français de la biodiversité - OFB
ENPC
Éditeur(s)
Office français de la biodiversité - OFB
Collection
Rencontres-synthèse
Date d'édition
septembre 2020
Type
Ouvrage
Nombre de pages
112
Bernadette Cassels insight:

 

'pollution aux matières plastiques' in EntomoNews
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=pollution+aux+mati%C3%A8res+plastiques

 

(19 scoops)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La flore bactérienne des abeilles fonctionne comme une carte d'identité

La flore bactérienne des abeilles fonctionne comme une carte d'identité | EntomoNews | Scoop.it
Les abeilles sont des insectes sociaux qui vivent en large communauté. Pour différencier les membres de la ruche d'éventuels intrus, elles se basent sur un cocktail de molécules chimiques propres à leur colonie. Des chercheurs viennent de montrer que ce cocktail serait intimement lié... au microbiote intestinal !

 

Par Julie Kern, 15.10.2020

 

"... Une nouvelle étude, parue dans Science Advances, montre que ces molécules de reconnaissance ne sont pas seulement liées à la génétique, mais en grande partie au microbiote intestinal. Ainsi, la « carte d'identité » des abeilles repose sur la composition bactérienne de leur flore intestinale.

 

Les abeilles partagent sans cesse de la nourriture avec les membres de leur ruche, et dans le même temps, leur flore intestinale. Ainsi, un profil microbien bien particulier se propage dans toute la colonie et devient sa carte d'identité."

(...)

 

 

[Image] Guard bees inspect a forager at the entrance to a hive. Research from Washington University in St. Louis suggests that the gut microbiome is critical to communication for honey bees.

Credit Nathan Beach


→ Are you who you say you are? [image] | EurekAlert! Science News https://www.eurekalert.org/multimedia/pub/245566.php

 

→ 'Honey bee, it's me' | EurekAlert! Science News
https://www.eurekalert.org/pub_releases/2020-10/wuis-bi100920.php

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les agriculteurs français témoignent de l'importance de leurs pratiques pour la biodiversité

Les agriculteurs français témoignent de l'importance de leurs pratiques pour la biodiversité | EntomoNews | Scoop.it
L'analyse des données collectées entre 2011 et 2017 par 1 216 agriculteurs de l'Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) vient d'être publiée.

 

Muséum national d'Histoire naturelle > Alerte presse > 24.09.2020

"Entre 2011 et 2017, 1216 agriculteurs de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité - OAB1, ont suivi différents taxons (abeilles sauvages, papillons, vers de terre, carabes et mollusques) sur leurs parcelles et envoyé leurs données aux chercheurs du Centre d’Écologie et des Sciences de la Conservation (Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS - Sorbonne Université). L’analyse de ces données2 vient d’être publiée dans Journal of Applied Ecology et révèle l’impact des pratiques agricoles, bénéfiques ou néfastes, sur les changements de la biodiversité dans le temps.

Si l’utilisation d’intrants chimiques (pesticides par exemple) est souvent associée à une diminution de l’abondance des insectes volants dans les grandes cultures sur la période étudiée, les chercheurs montrent aussi que l’abondance des espèces sauvages associées aux cultures peut ré-augmenter dans les parcelles cultivées de façon extensive (à la différence de l’agriculture intensive) ou grâce à la présence alentour de bois ou de prairies.

À travers cette étude, les agriculteurs confirment vouloir mieux connaître la biodiversité agricole, mettre en place des méthodes plus vertueuses et donc agir à grande échelle sur leurs pratiques propres afin de freiner l’érosion de cette biodiversité."

 

 

[Image] via Recherche Google sur l'étude

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'invasion d'insectes non indigènes devrait augmenter de 36 % dans le monde d'ici 2050. L'Europe risque la plus grande invasion biologique, suivie par l'Asie et les Amériques.

L'invasion d'insectes non indigènes devrait augmenter de 36 % dans le monde d'ici 2050. L'Europe risque la plus grande invasion biologique, suivie par l'Asie et les Amériques. | EntomoNews | Scoop.it

"Research by an international team of scientists found that the steady, centuries-long increase in insect invasions globally is likely to continue. Using a new modelling approach to simulate non-native insect species numbers on continents for different taxonomic groups based on observed long-term historic trends, scientists established that biological invasions will increase by 36 percent between 2005 and 2050.
Modeling suggests that Europe is likely to experience the strongest biological invasions, followed by Asia, North America and South America."

 

Invasion by Non-native Insects Expected to Increase 36 percent Worldwide by 2050.

Northern Research Station News Releases, 01.10.2020

 

Traduction :

 

Les recherches menées par une équipe internationale de scientifiques ont montré que l'augmentation constante, depuis des siècles, des invasions d'insectes dans le monde entier va probablement se poursuivre. En utilisant une nouvelle approche de modélisation pour simuler le nombre d'espèces d'insectes non indigènes sur les continents pour différents groupes taxonomiques sur la base des tendances historiques observées à long terme, les scientifiques ont établi que les invasions biologiques augmenteront de 36 % entre 2005 et 2050.

La modélisation suggère que l'Europe est susceptible de connaître les plus fortes invasions biologiques, suivie par l'Asie, l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

[Image] Photo de l'agrile du frêne adulte. Crédit photo : Leah Bauer, USDA Forest Service

DocBiodiv's curator insight, October 14, 3:38 AM

via [url=/u/442115 x-already-notified=1]Bernadette Cassel[/url]

Projecting the continental accumulation of alien species through to 2050 - Global Change Biology, 01.10.2020 https://www.nrs.fs.fed.us/pubs/61296 [pdf] https://www.fs.fed.us/nrs/pubs/jrnl/2020/nrs_2020_seebens_001.pdf

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des papillons de nuit vont larguer des capteurs en forêt

Des papillons de nuit vont larguer des capteurs en forêt | EntomoNews | Scoop.it
des chercheurs de l'université de Washington ont créé de minuscules capteurs qui peuvent être largués depuis des insectes volants comme les papillons de nuit. Fonctionnant sans fil jusqu'à un kilomètre, ces capteurs pourraient être utilisés pour surveiller des zones trop dangereuses ou trop difficiles d'accès.

 

Par Edward Back, 12.10.2020

 

"Il existe de nombreux endroits impossibles à étudier, car trop difficiles à atteindre ou trop dangereux. Afin de pouvoir y relever les conditions environnementales, les chercheurs de l’université de Washington ont mis au point un minuscule capteur sans fil. Pesant seulement 98 milligrammes, il peut être transporté par un papillon de nuit ou un drone et largué à distance. Une fois positionné, il peut collecter des données comme la température ou l'humidité pendant près de trois ans.

 

Les chercheurs se sont inspirés des petits insectes comme les fourmis, qui peuvent survivre à des chutes de plusieurs centaines de mètres. Le faible poids du capteur lui permet de tomber depuis une hauteur de 22 mètres sans se casser. Il est attaché à un petit drone ou un papillon de nuit grâce à un système d'aimant et de bobine électrique. Le largage est déclenché par un signal Bluetooth, qui envoie un courant électrique à travers la bobine. Le champ magnétique ainsi généré repousse le capteur."

(...)

 

 

 

[Image] UW researchers have created a sensor system that can ride on the back of a moth. Shown here is a Manduca sexta moth with the sensor on its back.Mark Stone/University of Washington

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment un virus émergent reprogramme la cellule pour faciliter sa propre reproduction

Comment un virus émergent reprogramme la cellule pour faciliter sa propre reproduction | EntomoNews | Scoop.it
Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo est transmis par les tiques du genre Hyalomma, présentes dans de nombreuses régions du monde dont l’Europe du Sud. Ce virus émergent provoque le décès des personnes infectées dans près de 30% des cas et il n’existe ni vaccin ni traitement pour s’en prémunir. Dans cette étude, publiée dans la revue PLoS Pathogens, les scientifiques identifient la protéine GP38 comme le chef d’orchestre de l’assemblage des particules virales, en faisant une cible de choix pour de futurs traitements.

 

INSB, 08.10.2020

 

  • The interplays between Crimean-Congo hemorrhagic fever virus (CCHFV) M segment-encoded accessory proteins and structural proteins promote virus assembly and infectivity.
    Freitas N, Enguehard M, Denolly S, Levy C, Neveu G, Lerolle S, Devignot S, Weber F, Bergeron E, Legros V, Cosset FL.
    PLoS Pathog. 2020 Sep 21;16(9):e1008850. doi: 10.1371/journal.ppat.1008850. eCollection 2020 Sep.

 

Crédit image : Vincent Legros

Bernadette Cassels insight:

 

via Biologie au CNRS sur Twitter, 08.10.2020 :

 

"#ResultatScientifique| Comment un virus émergent reprogramme la cellule pour faciliter sa propre reproduction https://t.co/WZP4oESDBG @CNRS @Inserm @CIRI_Lyon @ENSdeLyon @UnivLyon1 @CNRS_dr07  @EvirTeam @PLOSPathogens"


https://twitter.com/INSB_CNRS/status/1314210615196413952

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Alzheimer : des modifications épigénétiques seraient à l'origine de la neurodégénérescence. Une étude chez la drosophile confirme le rôle de deux marqueurs histoniques dans ces altérations épigénom...

Alzheimer : des modifications épigénétiques seraient à l'origine de la neurodégénérescence. Une étude chez la drosophile confirme le rôle de deux marqueurs histoniques dans ces altérations épigénom... | EntomoNews | Scoop.it
An integrated multi-omics approach identifies epigenetic alterations associated with Alzheimer’s disease

 

Published: 28 September 2020

 

via Recherche animale sur Twitter, 29.09.2020

"#Alzheimer : des modifications épigénétiques seraient à l'origine de la neurodégénérescence. Une étude chez la #drosophile confirme le rôle de deux marqueurs histoniques dans ces altérations épigénomiques"

https://twitter.com/recherche_anima/status/1310971364501839874

  

[Image] Increased H3K27 and H3K9 acetylation enhances Aβ42 toxicity in Drosophila.

 

Bernadette Cassels insight:

 

 

'Alzheimer' in EntomoNews | Scoop.it
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=Alzheimer

 

(11 scoops)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Parioscorpio venator, le premier animal terrestre de l'histoire ?

Parioscorpio venator, le premier animal terrestre de l'histoire ? | EntomoNews | Scoop.it
Des fossiles de scorpions préhistoriques vieux de plus 400 millions d’années suggèrent que ces créatures pourraient avoir été les premières capables de quitter leur habitat marin pour s’aventurer sur la terre ferme.

 

Courrier international - Paris

Publié le 17/01/2020

 

"“Aux États-Unis, des spécialistes des fossiles ont dévoilé les restes de ce qui, selon eux, est le premier animal terrestre : un scorpion préhistorique [qui aurait vécu il y a environ 430 millions d’années]”, rapporte The Guardian. Les chercheurs qui avaient déterré ces fossiles parmi d’autres dans les années 1980, à une trentaine de kilomètres de Milwaukee, dans le Wisconsin, ignoraient à l’époque qu’ils avaient mis la main sur un ancêtre du scorpion, et qui plus est, le plus vieux connu à ce jour.

 

Appartenant aux arachnides, l’espèce découverte a été baptisée Parioscorpio venator, “ce qui signifie scorpion ancestral et chasseur”, précise le quotidien britannique. Par ailleurs, ce qui a fasciné les paléontologues qui la décrivent dans Scientific Reports le 16 janvier, c’est que l’anatomie interne des créatures était particulièrement bien conservée, ce qui est rare pour des fossiles de cet âge."

(...)

 

 

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le Nobel de chimie à la Française Emmanuelle Charpentier et à l'Américaine Jennifer Doudna

Le Nobel de chimie à la Française Emmanuelle Charpentier et à l'Américaine Jennifer Doudna | EntomoNews | Scoop.it
Elle est la troisième Française primée par le Nobel de chimie : après Marie Curie, en 1911, et sa fille Irène Joliot-Curie, en 1935, Emmanuelle Charpentier est récompensée avec l'Américaine Jennifer Doudna pour leurs travaux sur le développement d'une méthode d'édition du génome.
 
Par Maxime Tellier, 07.10.2020
 

"Emmanuelle Charpentier espère apporter "un message très fort" aux jeunes filles en gagnant le Nobel 2020 de chimie, un prix scientifique remporté pour la première fois par un duo 100% féminin. La Française s'est exprimée lors d'une conférence de presse organisée par les Nobel peu après la remise du prix, où elle a aussi déclaré qu'elle se considère avant tout comme une scientifique avant d'être une femme de science, "les femmes scientifiques peuvent aussi avoir un impact pour la recherche qu'elles mènent", a-t-elle souligné.

La mise au point d'un "couteau suisse de l'édition du génome"

Emmanuelle Charpentier a 51 ans et travaille à Berlin où elle dirige le centre de recherches Max Planck pour la science des pathogènes. Elle est récompensée aux côtés de l'Américaine Jennifer Doudna, 56 ans, qui a accompli ses travaux à Berkeley en Californie. Généticienne et microbiologiste, la Française a découvert avec sa consœur l'un des outils les plus pointus de la technologie génétique : des nano-ciseaux baptisés CRISPR/Cas9."

(...)

 

En conférence de presse, après l'annonce de son Nobel de chimie, Emmanuelle Charpentier a expliqué que "Cette technologie a eu un impact révolutionnaire sur les sciences de la vie, elle entre dans le cadre de nouvelles thérapies contre le cancer et pourrait permettre de réaliser le rêve de guérir des maladies héréditaires." La scientifique française a aussi indiqué que "Crispr-cas est utilisé pour détecter le coronavirus". Deux start-up américaines, Sherlock Biosciences et Mammoth Biosciences, sont déjà autorisées à vendre leurs tests de diagnostic du Covid-19 aux États-Unis grâce à cette technique, explique Le Figaro.

 
 

[Image] Les chercheuses Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna lauréates du Nobel 2020 de chimie pour leurs travaux sur une méthode d'édition du génome. Photo prise en 2015 en Espagne lors de la remise du prix Princesse des Asturies.• Crédits : Miguel Riopa - AFP

Bernadette Cassels insight:

 

'CRISPR-Cas9' in EntomoNews
https://www.scoop.it/topic/entomonews/?&tag=CRISPR-Cas9

 

(33 scoops)

No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les fleurs commencent à changer de couleur, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Les fleurs commencent à changer de couleur, et ce n’est pas une bonne nouvelle | EntomoNews | Scoop.it
C’est une nouvelle conséquence du dérèglement climatique. Selon un scientifique américain, les fleurs commenceraient à modifier la couleur de leurs pétales à cause de la chaleur. Un mécanisme de défense impressionnant qu’on vous explique.

 

Edition du soir Ouest France - 06/10/2020

 

 

[Image] Examples of Variation in Ultraviolet (UV) Floral Pigmentation

Bernadette Cassels insight:

 

"Les couleurs des pétales des fleurs changent, et pourraient être moins attirantes pour les insectes pollinisateurs."

via Twitter / @CTrackerNews

 

No comment yet.