Les deux organisations se sont associées pour déposer un recours à l’encontre de l’un des décrets d’application de la LPM, publié à la fin du mois de décembre. Un moyen pour elles de s’attaquer à l’ensemble de la législation française encadrant la surveillance d’Internet.