Coaching professionnel
78 views | +0 today
Follow
 
Scooped by Linkup Coaching
onto Coaching professionnel
Scoop.it!

L'agilité pour moi dirigeant ou manager, comment cela se traduit-il ? - Courrier Cadres

L'agilité pour moi dirigeant ou manager, comment cela se traduit-il ? - Courrier Cadres | Coaching professionnel | Scoop.it
Courrier Cadres
L'agilité pour moi dirigeant ou manager, comment cela se traduit-il ?
Courrier Cadres
Terme incontournable de notre époque, “l'agilité” est au cœur des enjeux Business et RH.
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Pour engager vos salariés, investissez dans la RSE

Pour engager vos salariés, investissez dans la RSE | Coaching professionnel | Scoop.it
Et si la RSE était le meilleur moyen de motiver et d'engager les salariés dans une entreprise ? La RSE est-elle le nouvel enjeu de l'engagement salarié ?
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Cinq citations pour gérer un conflit

Cinq citations pour gérer un conflit | Coaching professionnel | Scoop.it
Chateaubriand, Kennedy, La Rochefoucauld... Ces grandes figures ont dit ou décrit le rôle des conflits dans toute organisation humaine ainsi que les chemins pour en sortir la tête haute. Démonstration par Patrick Amar, psychologue et coach de dirigeants chez Axis Mundi.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Slow management, slow food, slow living : vive la lenteur !

Slow management, slow food, slow living : vive la lenteur ! | Coaching professionnel | Scoop.it
Et si on ralentissait un peu ? Slow living, slow food, slow management et même slow tech font partie des tendances du moment pour le développement durable.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Management, compétences et talents : mise en perspective

Management, compétences et talents : mise en perspective | Coaching professionnel | Scoop.it
Management, compétences et talents : mise en perspective L’employabilité répond à une nouvelle équation : E = C x T ! Avec la profonde mutation économique que nous vivons, notre Employabilité se définit désormais comme le produit de nos Compétences et de nos Talents : E= C x T en quelque sorte ! Précisons que cet effet synergique est vrai(...)
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Antoine de Saint-Exupéry : leçons de management

Antoine de Saint-Exupéry : leçons de management | Coaching professionnel | Scoop.it
Le Petit Prince est l’ouvrage le plus traduit dans le monde (plus de 2 000 langues). Sorti aux États-Unis en 1943, il faudra attendre le 6 avril 1946 pour le découvrir dans nos librairies françaises. Profitons de cette date anniversaire pour retrouver notre âme d’enfant et nous inspirer des leçons de vie de son auteur, Antoine de Saint-Exupéry ?
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Doit-on être « slow » un peu, beaucoup ou passionnément ?

Doit-on être « slow » un peu, beaucoup ou passionnément ? | Coaching professionnel | Scoop.it
Le mouvement du slow se développe fortement et nous incite à ralentir la cadence. Mais faut-il nécessairement repenser notre rapport au temps alors que le numérique pousse à agir dans « l’immédiateté » ? Le débat doit-il se poser en ces termes ? Description d’un mouvement qui touche tous les pans de la société. Slow media, slow travel, slow money ou encore slow management, le mouvement slow est partout. Né dans les années 80, c’est tout d’abord pour lutter contre le courant de la « malbouffe » et les fast-food en particulier, que le sociologue italien Carlo Petrini créé l’association à but non lucratif, Slow Food. L’idée est d’inciter chacun à prendre le temps de cuisiner et manger des produits achetés localement. Puis l’idée se propage à travers le monde sans véritable organisation ni hiérarchie précise. La force du concept se trouve justement dans le fait de pouvoir se décliner sous toutes les formes, de l’économie, aux médias en passant par le travail. Mais le concept peut par ailleurs porter à confusion. Car il ne doit pas être vu comme une perte de temps ni un arrêt complet de l’action mais bien comme une attitude qui consiste à prendre le temps d’agir, de construire, de penser... C’est aussi questionner l’habituel, le quotidien, ce que George Perec appelle l’« infra-ordinaire ». Finalement, le slow c’est être conscient du temps de nos actions et de nos actions dans le temps. Mouvement slow et technologies : incompatibilité ou complémentarité ? Le mouvement slow est-il pour autant incompatible avec notre vie d’être humain occidental, technologiquement sur-équipé, sur-informé et sur-sollicité ? La question ne se pose peut-être pas dans les termes de l’incompatibilité, mais plutôt dans ceux de la complémentarité. En effet, la question serait plutôt celle de savoir dans quelles mesures les innovations technologiques nous permettent de repenser un mode de vie plus conscient et donc plus slow ? En matière de slow food par exemple, l’entreprise Slow Control a inventé une fourchette connectée permettant de guider l’utilisateur dans sa manière de manger. Se basant sur une collaboration avec des laboratoires médicaux et des études sur les pratiques alimentaires, la technologie permet à l’utilisateur de réduire sa vitesse de consommation alimentaire pour une meilleure dégustation et digestion. Le dispositif joue ici un rôle d’assistant personnel et permet aux utilisateurs « d’entraîner leur cerveau afin qu’ils acquièrent de nouvelles habitudes d’ingestion", précise la start-up. Le monde des médias numériques apporte aussi son lot de promesses Le "Quatre heure" propose, par exemple, chaque mercredi à 16h « une information qui prend le temps, se déclinant sous forme de reportages grand format, multimédia, sans clic » ; ou encore Brief.me propose une solution numérique de curation de l’information. Ce slow media diffuse les informations essentielles de la journée sur le smartphone de ses lecteurs. Une manière de contrer le risque d’« infobésité ». Plus en profondeur, le développement du mouvement slow fait resurgir un vieux débat fait d’imaginaires selon lequel le développement technologique aurait changé notre rapport au temps, nous enfermant par la même occasion dans une urgence continue. Nicole Aubert, sociologue et psychologue, auteur de "Le culte de l’urgence : la société malade du temps" avance par exemple que : « la principale explication de ce règne de l’urgence est de nature à la fois économique et technologique. ». Mais, à en croire le sociologue Hartmut Rosa : « l’accélération n’est pas la faute de la technique. On peut imaginer un monde où grâce au progrès technique on pourrait arriver à dégager un excédent de temps, si le taux de croissance n’était pas si fort. Le progrès technique élargit notre horizon et nos possibilités de vie. Il change la perception des possibilités et des obstacles et modifie aussi les attentes sociales, tant ce que nous attendons des autres que ce qu’ils attendent de nous. La technologie permet l’accélération du rythme de vie, mais ne l’impose pas ». Le débat reste donc ouvert mais une chose est sûre, le développement du mouvement slow à travers l’ensemble de la société est le signe d’une prise de conscience individuelle et collective. Au quotidien, car c’est de cela dont il s’agit, le slow interroge l’individu et la collectivité sur leurs agissements. Il pose donc en fait une question, celle de l’attitude. « La technique nous donne les moyens de disposer librement du temps », souligne Hartmut Rosa ; libre à chacun d’en faire ce qui lui plaît. Il en va donc de la responsabilité de chacun de se demander quel rythme est bon pour eux, leurs proches ou le groupe dans lequel ils sont intégrés. Mais adopter la « slow attitude » est plus facile à dire qu’à faire, lorsque que nous sommes pris dans l’intense flux de l’action, qui plus est lorsqu’elle est collective (au travail notamment). Les technologies numériques peuvent bien nous aider à agir de manière consciente, mais elles peuvent également nous faire entrer dans le cercle vicieux de la sollicitation et l’urgence. La notion de slow en question Penser le slow pose en fait un véritable problème de perception de la société. Que l’on applique le mouvement aux disciplines du management, de l’alimentation ou du voyage, considérer l’existence d’un tel mouvement revient à supposer l’existence d’un autre, le fast. Penser en ces termes signifie qu’il y aurait, d’un côté, une société dictée par l’urgence d’agir et de l’autre, une société qui prône la nécessité de ralentir. De cette manière, la représentation du monde social semble bien trop schématique par rapport à la réalité des pratiques. Ce sont les imaginaires opposés du slow et du fast qui confèrent à ces concepts toute leur force. L’idée n’est donc pas de défendre l'un ou l'autre mais d’identifier les pratiques qui s’emparent de ces imaginaires dans une logique communicationnelle. Car le mouvement slow est un prétexte qui sert de nombreuses opportunités marketing comme le montre si bien, en matière de connectivité des individus, les programmes de « digital detox ».
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Formation professionnelle : les grandes tendances 2016

Formation professionnelle : les grandes tendances 2016 | Coaching professionnel | Scoop.it
Quels vont être les temps forts de cette année en matière de formation professionnelle  Quid de la réforme de la formation  Quel va être le rôle des professionnels RH sur le terrain  Trois experts ont répondu à nos questions
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

La “souffrance éthique” : quand le travail pousse à trahir ses valeurs

La “souffrance éthique” : quand le travail pousse à trahir ses valeurs | Coaching professionnel | Scoop.it
Deux chercheurs analysent une dérive récente du management contemporain.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

La réforme de la formation professionnelle : bilan et perspectives !

La réforme de la formation professionnelle : bilan et perspectives ! | Coaching professionnel | Scoop.it
L'entrée en vigueur de la réforme de la formation professionnelle s'est achevée au 1er janvier 2015. Cette réforme avait pour objectif de permettre de rendre les individus acteurs de leur parcours professionnel. Une année plus tard, quel en est le bilan ? Comment se met-elle en place ? Est-elle seulement connue et surtout comprise ? Quels sont les freins et les leviers ?
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Jérôme Barthélemy, ESSEC - Quel est le meilleur modèle de management ?

Jérôme Barthélemy, ESSEC -  Quel est le meilleur modèle de management ? | Coaching professionnel | Scoop.it
Quel est le meilleur modèle de management pour une nouvelle entreprise ? Dans le cadre du Stanford Project on Emerging Companies, James Barron et...
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Formation Coaching Scolaire - Spécialisation et certification CP FFP

Formation Coaching Scolaire - Spécialisation et certification CP FFP | Coaching professionnel | Scoop.it

Spécialisation Coaching Scolaire Linkup Coaching - Certification Spécialisation CP FFP - Découvrez les spécialisations Linkup Coaching

No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Le coaching centré sur la solution: une approche originale et efficace !

Le coaching centré sur la solution: une approche originale et efficace ! | Coaching professionnel | Scoop.it

Tandis que la psychanalyse fait son apparition dans l’accompagnement au sein de l’entreprise dans le prolongement d’une démarche analytique classique centrée sur le(s) problème(s) rencontré(s) dont on cherchera à comprendre la genèse et les causes, se développe corrélativement une approche qui propose d’adopter un angle de vue radicalement différent. Issue de l’école de Palo Alto en Californie, berceau de la PNL (programmation neurolinguistique) et d’une nouvelle théorisation de la communication, elle se veut systémique et tournée vers les solutions directement actionnables par le sujet ou le groupe. Pour éclairer le lecteur, en voici les principaux postulats afin d’en comprendre la philosophie, le fonctionnement et la pertinence dans une démarche de coaching.

No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Formation : 2016, année de l’optimisation des budgets, Formation & Elearning - Les Echos Business

Formation : 2016, année de l’optimisation des budgets, Formation & Elearning - Les Echos Business | Coaching professionnel | Scoop.it

Un an après l’entrée en vigueur du compte personnel de formation (CPF), les services RH n’ont guère étoffé leur offre, guidés par un seul impératif, la maîtrise des coûts. Rencontre avec Céline Duprat, DRH France de Morgan Stanley. Dans...

No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Sécurité : l’humain, seul facteur d’amélioration continue

Sécurité : l’humain, seul facteur d’amélioration continue | Coaching professionnel | Scoop.it
En dépit des politiques de prévention mises en place par les grands groupes du BTP et de l’énergie, 95 % des accidents graves sur les chantiers sont déclenchés par des erreurs comportementales. En cause  : une appropriation relative des règle
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Stress au travail : la France tarde à agir face à un problème en hausse

Stress au travail : la France tarde à agir face à un problème en hausse | Coaching professionnel | Scoop.it
Alors que la journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail a lieu jeudi 28 avril, le psychiatre Patrick Légeron, spécialisé dans les questions de stress, regrette l'absence de "travail de fond" dans ce domaine.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Les six raisons qui poussent un salarié à démissionner

Les six raisons qui poussent un salarié à démissionner | Coaching professionnel | Scoop.it
Selon les résulats d'une étude menée par le cabinet de recrutement Robert Half, l'obtention d'une meilleure rémunération constitue la motivation principale des employés qui quittent leur poste.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Où s’arrête la journée de travail ?

Où s’arrête la journée de travail ? | Coaching professionnel | Scoop.it
Il y a encore une quinzaine d’années, nos montres nous indiquaient la fin d’une journée de travail. La frontière entre vie professionnelle et vie personnelle était claire. Nous arrivions tous au travail à la même heure, 5 jours sur 7 et dans les mêmes locaux que nos collègues. Cette époque est aujourd’hu
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Mails, téléphones professionnels… Y a-t-il une vie après le travail ?

Mails, téléphones professionnels… Y a-t-il une vie après le travail ? | Coaching professionnel | Scoop.it
Tout a commencé, se souvient très précisément Florence, 45 ans, cadre à Strasbourg dans une multinationale, quand les mails professionnels sont arrivés sur le téléphone. « Au début c’est ludique… on peut travailler où on veut, quand on veut. » De cette « génération de femmes qui a tendance à en faire un petit peu trop », elle se met à consulter ses mails au milieu de la nuit quand, en regardant l’heure sur son iPhone, son doigt fait un petit détour sur l’icône courrier. « Ce n’est pas une exigence de l’entreprise », insiste-t-elle tout en s’interrogeant sur « la façon dont on accepte que le téléphone rentre dans sa propre vie ». 74 % des cadres français déclarent regarder leurs mails professionnels en dehors des heures de travail (étude Adobe, 2015). Et le gouvernement entend réguler cette hyperconnexion parfois subie en incitant les entreprises à veiller au temps de repos de leurs salariés à travers la création d’un droit à la déconnexion intégré au projet de loi travail. Lire aussi : Ce que font (ou pas) les entreprises pour lutter contre l’invasion des mails professionnels « Je ne suis pas responsable d’une centrale nucléaire » Pour Brice, 45 ans, « le mélange entre vie privée et vie professionnelle est inéluctable ». Pas question d’essayer de lutter. Ce cadre dirigeant dans la banque, à la tête d’une famille recomposée de quatre enfants entre 3 et 15 ans, n’imagine pas de couper son téléphone où se mélangent allègrement pro et perso. « Tout le monde fait deux choses en même temps. » Au travail, il veut rester joignable « si [la] nounou est en retard ou [sa] femme bloquée dans le RER » et en échange, en vacances, il continue de consulter ses mails du boulot « 10 minutes par jour dans les toilettes ». En charge d’une équipe de 10 personnes, il « admettrait mal » qu’un collaborateur n’accepte pas cette « réciprocité » : « Certains sont bien contents de préparer leur soirée sur Tinder à 17 heures ! » Assailli par des dizaines de mails quotidiens, Stéphane, 42 ans, refuse d’y avoir accès sur son téléphone personnel. Salarié dans une petite entreprise de marketing, son choix de compartimenter n’a pas causé de problème avec sa hiérarchie : « Je ne suis pas chirurgien ou responsable d’une centrale nucléaire… si j’ai un mail, ma réponse peut attendre quelques heures. » « Cette distance que j’ai avec mon téléphone, prévient-il néanmoins, je ne la revendique surtout pas dans mon équipe, c’est juste que je fonctionne mieux sans, un petit peu plus à froid, je sais que je suis plus pertinent comme ça. » Lire l’article des Décodeurs : La légende de l’interdiction des courriels professionnels après 18 heures « J’arrive à faire une journée sans portable, pas deux » Difficile d’établir ses propres règles de connexion dans son coin. Aurore, 24 ans, embauchée depuis un an dans une entreprise de transport en province a plus de mal à mettre une barrière : « On a envie de prouver qu’on est loyale, qu’on est à la hauteur de ses collègues. » Et le fait de recevoir des mails à 23 heures en semaine ou à 7 h 40 de son patron, le dimanche matin, alimente sa culpabilité : « Je vois que les autres bossent », explique la jeune femme qui ne cache pas ses ambitions. « C’est mon travail qui a renforcé ce lien avec le portable », « avant je pouvais l’oublier une journée, plus maintenant ». « J’arrive à faire une journée sans portable, pas deux, assume Zachée, 25 ans, assistant dans un service de formation à Rennes. Mon portable fait partie de moi, il faut qu’il soit dans ma main, sinon ça me démange. » Résultat, quand il est en RTT, il continue de gérer ses mails professionnels : « Je sais qu’ils peuvent se débrouiller sans moi, mais ça m’aide à anticiper, c’est ma façon de lutter contre mon stress, je préfère avoir connaissance des problèmes tout de suite et les gérer dans les 5 minutes. » « Eh, on est là ! », ne cessent de lui répéter sa copine et ses amis. « Donnez-moi un Nokia 3310, je serais plus heureux » Car c’est souvent l’entourage qui vient rappeler les limites. « Mon mari a été un excellent garde-fou », reconnaît Florence. Raphaël, 26 ans, consultant parisien, consent à n’abandonner son portable que chez ses parents, lors des déjeuners en famille. Il a bien tenté de l’abandonner dans l’entrée de son appartement pour arrêter de le regarder le soir au lit avec sa copine, mais il n’a pas renouvelé l’expérience : « Trop addict. » En voiture, à pied, au travail, impossible de déconnecter de son téléphone, sous peine d’ennui. « Donnez-moi un Nokia 3310, je serais plus heureux », supplie-t-il sans arriver à se l’imposer. Thibault, 46 ans, directeur de la communication dans une entreprise, qui a vu les mails arriver dans l’entreprise (« au début on avait dix mails, on était fiers ») n’est pas contre les limites non plus : « Dans les dîners, ça commence à devenir pénible. » Dans son entreprise, une charte interdit d’envoyer des mails entre 20 heures et 8 heures. « Ma connexion, j’essaie de faire en sorte qu’elle ne rejaillisse pas sur mes collaborateurs, j’essaie de ne pas envoyer de mails tardifs pour ne pas provoquer chez eux une situation de travail. C’est tout à fait faisable si le cadre est clair. » Par contre, si son patron lui écrit le week-end, « il vaut mieux que je lui réponde… ça fait partie du contrat. » Lire l’entretien avec Magali Prost, docteure en psychologie ergonomique : « Tant que la déconnexion ne sera pas imposée par l’organisation, ça ne marchera pas » « C’est comme arrêter de fumer » « Y’a un côté un peu addictif, on aime bien jouer un rôle important », explique Florence. Se connecter le soir ou le week-end, c’est voir mais aussi être vu. Forte de son assise dans l’entreprise, Florence a coupé l’été dernier. Elle en a eu assez de « voir des collègues s’exciter sur leurs mails pendant le week-end ». « Il a fallu que je trouve des astuces pour ne plus me laisser tenter ! C’est comme arrêter de fumer, on fait plusieurs tentatives avant de trouver le bon équilibre. Il faut une discipline de fer pour couper vie professionnelle et vie privée. » L’important c’est de garder le contrôle, trouver sa propre distance, « parfois ça ne me dérange pas, ça me fait gagner du temps, mais je voudrais en faire un choix personnel. Les mails arrivent, mais qu’est-ce qui m’oblige à y répondre immédiatement ? ». « Reste à retrouver le plaisir d’une activité normale », souligne Florence, qui livre sa difficulté à « atterrir » en début de week-end ou de vacances : « On est lancés à grande vitesse ». Quelle part de choix, d’obligation ? La déconnexion est parfois impossible. « Le fait de donner un téléphone professionnel de la part de l’entreprise, c’est un signal fort, on ne vous impose rien mais vous sentez que vous devez le faire », souligne Aurore. Guillaume, lui, s’est vu reprocher de ne pas répondre systématiquement et a retrouvé « dans sa feuille d’objectifs annuels, le devoir d’avoir un usage plus rationnel de son téléphone » : « Une forme d’astreinte implicite », juge-t-il. François, 27 ans, a choisi aussi de se racheter un téléphone pour lui et de couper son téléphone pro le week-end après plusieurs dimanches passés à « ruminer » un problème soulevé par un mail de son directeur, lu alors qu’il prenait son café. (Les salariés qui témoignent dans cette enquête ont préféré conserver l’anonymat) Lire la tribune de Jean-Emmanuel Ray : Le droit à la déconnexion, une idée dépassée ?
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Comment élaborer une réunion d'équipe constructive

Comment élaborer une réunion d'équipe constructive | Coaching professionnel | Scoop.it
GÉRER > RESSOURCES HUMAINES > LE B.A. BA DES RH Comment élaborer une réunion d'équipe constructive La réunion d'équipe a un objectif double : l'efficacité par l'information et la consolidation du groupe par la concertation, sachant que les 2 notions sont interdépendantes. Il est donc primordial d'accorder toute son importance à cet espace et de l'utiliser de manière stratégique. La perception de la réunion Notons que la réunion est un outil de travail indispensable, et non une option ou même une "corvée" comme cela peut être vécu par certains managers ou employés. Si la vision de se rassembler autour d'une table est celle d'un moment infructueux, devant seulement répondre à une sorte de "coutume" qui se veut longue et interminable, c'est tout simplement que les bons ingrédients ne sont pas présents. La réunion est l'espace permettant au manager de mettre en évidence les actions à mener et de permettre à chaque protagoniste de saisir son propre rôle. Mais pas seulement. Elle permettra au manager de démontrer son sens de l'organisation, de l'analyse, et de réaffirmer sa philosophie. Dans "démontrer", n'entendons pas "se justifier", mais plutôt "donner l'exemple". Travailler son intervention dans le fond et dans la forme en amont est nécessaire. Une méthodologie à suivre Classifier les sujets à aborder au sein d'une organisation est le premier point à mettre en œuvre : c'est ce qui se nomme "la structure". Quoiqu'il se passe durant la réunion en termes d'intervention et de temps de parole, cette structure sera le fil conducteur. Il est intéressant de lui définir une chronologie de 3 niveaux : - les sujets urgents ou prioritaires - les sujets à traiter - les sujets secondaires. Par exemple, dans le cadre de réunions hebdomadaires, les sujets secondaires non abordés deviendront des sujets à traiter la semaine suivante ; et les sujets à traiter non abordés, eux, deviendront les sujets prioritaires. Cette méthode permet de mettre le temps au service du manager, et non l'inverse. "Courir après le temps" lors d'échanges engendre incessamment le même résultat : amoindrir l'importance de la fin de réunion. Alors que ce moment est en réalité le plus important. Chaque séance doit être défini par un cadre :  - une introduction qui laisse place à l'humain, à la considération d'autrui, à la présentation des sujets qui seront abordés dans une chronologie préalablement réfléchie - une ponctuation des temps en indiquant chaque sujet abordé et en proposant une brève explication pour les introduire un à un, puis les clôturer par des décisions et mises en œuvres pour appliquer ces décisions - une pause de 5 à 10 minutes au-delà d'une heure et demie de réunion - une conclusion qui devra reprendre les points abordés et surtout l'ensemble des décisions prises - éventuellement, une ouverture sur la prochaine séance en indiquant le lieu et la date. Ce sont ces repères qui rendent les échanges rythmés, intéressants, et qui donnent du sens à la réunion ; ce qui favorisera une réelle efficacité en terme de prise de décisions, et qui alimentera un intérêt général pour ces temps de réflexion. Quelques astuces pour fédérer un groupe Le lieu choisi, le look, le langage utilisé et la posture du manager seront des éléments qui détermineront l'atmosphère, et par ce biais, la productivité de la séance. La réunion est l'occasion pour le manager de réaffirmer sa vision du travail, et sa philosophie dans laquelle il est important que l'équipe s'inscrive pour assurer une cohésion de groupe. Il s'agit de définir des valeurs communes en termes d'état d'esprit et de vocabulaire, de les incarner et de les utiliser pour parler le même langage et parvenir à un résultat commun où chacun aura son rôle. Unifier ou fédérer un groupe est une tâche qui revient au manager, la réunion étant l'espace idéal pour asseoir sa stratégie. Pour ce faire, il est bon de suivre quelques règles simples : - le manager est toujours garant du déroulement de la séance - chacun doit être invité à prendre la parole, ce qui permet au manager d'écouter, d'évaluer son équipe et d'alimenter sa future décision - les technicités et les spécificités du parcours de chaque collaborateur doivent être mises en avant pour que chaque rôle possède sa place dans le processus de décision, et que les tâches soient bien déléguées - le caractère positif et la notion de "gagnant-gagnant" seront à installer dans les échanges, afin qu'ils deviennent des réflexes - une prise de décision doit immanquablement clore un sujet abordé, ce qui est synonyme d'efficacité, même si la décision peut-être une forme de "test" et être soumise à évaluation, puis adaptation si besoin. La réunion est un outil formidable qui est le point de rencontre entre la réflexion et l'action, l'humain et la technique professionnelle, le partage et l'écoute. Conduire une séance demande donc une forme de stratégie. Néanmoins, un sens auto-analytique du manager est indispensable afin d'en améliorer sans cesse les concepts et rendre ainsi la réunion d'équipe immanquablement constructive.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Ces 12 phrases simples qu’un manager doit dire à son équipe - Cadreo

Ces 12 phrases simples qu’un manager doit dire à son équipe - Cadreo | Coaching professionnel | Scoop.it
On ne dirige pas une entreprise ou une équipe comme on mène un bateau. Seul à la barre, on court à la catastrophe. Etre un bon dirigeant aujourd’hui passe par...
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Enquête sur la QVT des professionnels RH

Enquête sur la QVT des professionnels RH | Coaching professionnel | Scoop.it
BONNES VACANCES ! Par Évelyne Philippon, le 30/07/2015
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

"Pour changer une entreprise, il faut du coeur, des tripes et de la foi"

"Pour changer une entreprise, il faut du coeur, des tripes et de la foi" | Coaching professionnel | Scoop.it
Directeur associé de Karistem, Saad Bennani décrypte les enjeux de la culture d'entreprise à l'heure de la transformation digitale.

Pour lui, cette dernière invalide les modes classiques de management. La vélocité est en passe de devenir la norme.

Les schémas pyramidaux classiques ne sont plus opérants. Mais changer reste très compliqué et requiert de la persévérance.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Intelligence émotionnelle : 5 atouts à exploiter pour bien diriger

Intelligence émotionnelle : 5 atouts à exploiter pour bien diriger | Coaching professionnel | Scoop.it
L’intelligence émotionnelle impacte fortement le leadership d’un dirigent ou d’un manager. De nombreuses études ont démonte ces dernières années une relation directe entre le leadership émotionnel et la satisfaction des collaborateurs, leur fidélisation et leur performance.  Focus sur 5 atouts de votre intelligence émotionnelle à exploiter pour bien diriger.
No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Comment faire accepter une prestation de coaching à son manager ?

Comment faire accepter une prestation de coaching à son manager ? | Coaching professionnel | Scoop.it

Il n'est pas toujours simple de faire accepter une prestation de coaching à son employeur... voyons comment éviter sa frilosité.

No comment yet.
Scooped by Linkup Coaching
Scoop.it!

Suite article 3/3 – Les chances de réussir à la suite d’une formation de coaching

Suite article 3/3 – Les chances de réussir à la suite d’une formation de coaching | Coaching professionnel | Scoop.it

Nous abordons dans ce dernier volet la dimension du projet professionnel.
Votre identité professionnelle et votre crédibilité impactent directement votre employabilité.

No comment yet.