AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
84.6K views | +28 today
Follow
 
Scooped by Romain
onto AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Scoop.it!

Un drone pour ramasser les déchets

Un drone pour ramasser les déchets | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
L'entreprise hollandaise Ranmarine a développé un modèle de drone aquatique pouvant, entre autre, récupérer les déchets dans l'eau.

Grâce au WasteShark, les communautés locales peuvent désormais récupérer les déchets contenus dans les cours d'eau, fleuves et rivières. Avec sa forme s'inspirant des plus gros poissons (il est doté d'une très grande fente à l'avant) le drone peut récupérer jusqu'à 350 kg de déchet. Il se déplace de façon autonome sur l'eau, sans émission de carbone, et ramène ensuite les déchets afin qu'ils soient traités.

A côté du WasteShark, il existe également le SurveyShark, capable de récolter des images afin d'analyser l'environnement dans lequel il évolue. Il peut mener des missions de bathymétrie, permettant d'étudier les fonds marins. Enfin, le DataShark effectue quant à lui des relevés permettant d'analyser la qualité de l'eau et d'identifier les bactéries qui pourraient s'y trouver.

Les trois drones partent du même modèle : une sorte de boîte disponible en deux tailles. Lorsque le client a défini la mission qui sera menée par le drone, Ranmarine intègre les capteurs nécessaires afin d'en faire un Waste, Survey ou Data Shark.
more...
No comment yet.
AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT
Une sélection d'articles sur le monde aéronautique, la vie des compagnies aériennes, les industriels aéronautiques, les grands contrats, les salons internationaux et les grands enjeux du secteur.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

La technologie des satellites va-t-elle assurer une huile de palme responsable ?

La technologie des satellites va-t-elle assurer une huile de palme responsable ? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Airbus a développé le système satellitaire Starling pour observer l'évolution de la déforestation et s'assurer d'une production responsable de l'huile de palme. Plusieurs grands groupes agroalimentaires testent actuellement ce type de technologies, dont Nestlé, Unilever et Mondelez. Mais les entreprises et les ONG s'interrogent encore sur l'efficacité de cette technique.

De grands groupes agroalimentaires comme Nestlé, Unilever et Mondelez testent de nouvelles technologies de surveillance par satellite développées notamment par Airbus afin de surveiller l'évolution de la déforestation et de s'assurer d'une production responsable de l'huile de palme.

Dans des pays comme la Malaisie et l'Indonésie, où la déforestation progresse, ces groupes estiment que ces systèmes sont plus efficaces que le contrôle de la chaîne d'approvisionnement sur le terrain.

"Ils disent vous êtes Big Brother", déclare Benjamin Ware, patron mondial des achats responsables chez Nestlé. "Ce n'est pas Big Brother - c'est la réalité d'aujourd'hui [...] il n'y a plus de secret."

Pas suffisant pour combattre la déforestation

Ces systèmes ont cependant des limites, de l'avis des grandes marques, négociants en matières premières et autres propriétaires de plantations et leurs avis sur le sujet divergent. Certains estiment que la technologie n'est pas suffisante pour combattre la déforestation car il y a une différence entre surveillance et prévention. D'autres redoutent que les mauvaises pratiques soient justes déplacées ailleurs.

"Répartir la chaîne d'approvisionnement entre les bons et les mauvais ne résout pas fondamentalement la question de déforestation", note John Hartmann, responsable mondial de la durabilité pour les chaînes d'approvisionnement agricoles chez Cargill, un négociant en matières premières qui vend de l'huile de palme à des entreprises comme Nestlé et Unilever.

Les acheteurs d'huile de palme utilisent des images satellites depuis des années, mais ils ont intensifié cet usage pour tenir les engagements d'une "déforestation nette à zéro" à l'horizon 2020, comme définie par le Consumer Goods Forum.

L'huile est présente dans près de la moitié des produits manufacturés emballés, allant du chocolat au savon, sans compter son utilisation en cuisine et dans les biocarburants. "La sensibilisation s'est accrue", relève Robert Waldschmit, analyste chez Liberum. "Les gens veulent un produit d'origine durable."

"Ils ne contrôlent pas leurs chaînes d'approvisionnement pour le moment"

L'huile de palme contribue moins à la déforestation que le boeuf ou le soja, responsables d'une grande partie de la destruction de la forêt amazonienne. Mais elle focalise l'attention parce qu'elle se développe dans des régions riches en biodiversité, menaçant ainsi les espèces en voie de disparition et accélérant le réchauffement climatique.

Les grands acteurs, y compris les marques grand public, les négociants en matières premières comme Cargill et Wilmar International, ainsi que des exploitants de plantations, disposent de chaînes d'approvisionnement couvrant des millions de petits exploitants ainsi que de nombreux intermédiaires.

"Ils essaient de comprendre comment elles sont surveillées [...] Parce qu'ils ne contrôlent pas leurs chaînes d'approvisionnement pour le moment", a déclaré Phil Aikman, directeur l'ONG Mighty Earth.

Huile certifiée RSPO

La Table ronde sur l'huile de palme durable (RSPO en anglais), soutenue par le Fonds mondial pour la nature et diverses ONG, définit plusieurs niveaux de critères de durabilité que les membres doivent respecter pour certifier leur huile.

L'huile certifiée RSPO implique une hausse des coûts que les acheteurs ne sont pas toujours prêts à assumer. Sur les 11,9 millions de tonnes d'huile certifiée RSPO produites en 2017, seulement 52% ont été vendues en tant que telles, a déclaré l'organisme.

Nestlé affirme qu'un quart de son huile de palme est certifiée RSPO et ce pourcentage atteindra 100% d'ici 2023. Le groupe ajoute que grâce aux satellites tous ses "approvisionnements seront responsables" d'ici 2020 et qu'à compter du mois prochain il publiera les données fournies par le système satellitaire Starling développé par Airbus.

Les fournisseurs contrevenant aux règles seront exclus si les images de Starling indiquent un cas de déforestation et que rien n'est fait pour le modifier, ajoute le groupe suisse, bien qu'aucune mesure en ce sens n'ait été prise pour le moment.

"Est-on seulement capable de constater les dégâts ?"

Le groupe italien Ferrero, qui achète uniquement de l'huile de palme certifiée RSPO, a testé le système Starling, mais le fabricant de la pâte à tartiner Nutella a déclaré qu'il étudiait toujours les résultats de ce projet avant de décider de continuer à y avoir recours ou non.

"L'une des questions que nous aimerions examiner est de savoir s'il existe un système d'alerte en amont", a déclaré Giulia Di Tommaso, responsable des communications et du développement durable chez Ferrero. "Est-on capable de résoudre le problème avant que la déforestation ne se produise, ou est-on seulement capable de constater les dégâts ?", s'est-elle interrogée.

Unilever affirme être en bonne voie pour que tous ses achats de "volumes de base", le gros de son utilisation, soient certifiés d'ici fin 2019. Le groupe utilise également les technologies de surveillance par satellite et travaille avec ses fournisseurs Cargill et Wilmar sur un projet test appelé Global Forest Watch (GFW) Pro, qui sera lancé cet été.

Avec Reuters (Avec A. Ananthalakshmi à Bahau, en Malaisie, Emily Chow à Kuala Lumpur et Francesca Landini à Milan; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Air France dévoile un espace beauté dans son salon de New-York

Air France dévoile un espace beauté dans son salon de New-York | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Mercredi 6 février dernier, la compagnie française du groupe Air France – KLM, membre de l’alliance Skyteam, a inauguré son nouvel espace de soins dans son salon situé au terminal 1 de l’aéroport New York-JFK, en partenariat exclusif avec La Prairie, Maison de soins et de cosmétiques de luxe. Après avoir repensé totalement son espace de restauration en décembre dernier, le salon Air France propose ainsi une nouvelle attention d’exception à ses clients.Habillé à l’esthétisme emblématique de La Prairie, ce nouvel espace de 30m2 est accessible aux clients La Première et Business ainsi qu’aux membres Flying Blue Platinum et Gold. Il se compose de deux cabines privées équipées d’une table de massage pour les soins les plus longs, tel un institut de beauté. Un espace dédié aux soins plus courts est également à disposition des clients. Avant leur vol, les clients bénéficient désormais gratuitement d’un moment de détente et de relaxation grâce au savoir-faire des équipes de La Prairie et de ses produits haut de gamme.

Les Experts Beauté La Prairie proposent ainsi gratuitement une sélection de soins du visage :

Un soin Art of Rejuvenation (30 minutes) réservé aux clients La Première
Un soin Art of Illumination (20 ou 30 minutes au choix)
Un soin Art of Indulgence (20 ou 30 minutes au choix)

La réservation des soins et indispensable dès l’arrivée au comptoir d’accueil du salon, auprès des agents Air France.

/// De l’histoire et de l’Art

Dans ce nouveau salon new-yorkais, Air France propose désormais des expositions d’art tout au long de l’année. De janvier à juin 2019, les clients découvrent l’univers de Roger Bezombes à travers 16 affiches lithographiques, créées par l’artiste français pour une campagne de promotion d’Air France dans les années 1970 et aussi exposées au Centre Pompidou à Paris en 1981.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

265 accidents d’aviation légère recensés par le BEA en France en 2018

265 accidents d’aviation légère recensés par le BEA en France en 2018 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Il y a eu en 2018, 49 accidents de plus qu’en 2017. Le Bureau Enquête Analyse dénombre aussi une forte augmentation de cas mortels dont la majorité en avion (15 en 2018 contre 3 en 2017) ainsi qu’en hélicoptère certifiés (cinq événements et huit décès).
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Etihad veut annuler 42 Airbus A350

Etihad veut annuler 42 Airbus A350 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Les difficultés d'Etihad continuent et la compagnie restructure son carnet de commandes. Après avoir annulé dix A321neo à la fin de l'année dernière, la compagnie d'Abou Dhabi est en discussion avec Airbus pour annuler une partie de sa commande d'A350. L'avionneur européen a confirmé le 14 février que sa cliente ne souhaitait plus prendre livraison que de vingt A350-1000, envisageant donc de renoncer à 42 appareils.

Le carnet de commandes mis à jour au mois de janvier indique en effet que la compagnie attendait 40 A350-900 et 22 A350-100. La totalité des A350-900 et deux -1000 seraient donc annulés.

Selon les informations de Reuters, Etihad serait également en négociation avec Boeing, auprès de qui elle a des engagements sur 25 777X et 43 787.

Cette annonce sur le programme A350 intervient alors qu'Emirates vient d'acquérir une trentaine d'A350 (et une quarantaine d'A330neo) auprès d'Airbus, parallèlement à l'annulation de 39 A380 qui a contraint l'avionneur à décider de l'arrêt de la production en 2021. Amedeo a d'ailleurs profité de l'occasion pour annuler à son tour sa commande de vingt A380 - dont la pérennité était déjà remise en question.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Rolls-Royce motorisera les Airbus A330neo et A380 d'Emirates

Rolls-Royce motorisera les Airbus A330neo et A380 d'Emirates | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Rolls-Royce et Emirates ont signé un contrat de vente de Rolls-Royce Trent 7000 destinés à motoriser 40 Airbus A330neo. Ce contrat inclue également le support à long terme TotalCare de Rolls-Royce, lequel couvrira également les 30 Airbus A350 motorisés par le Rolls-Royce Trent XWB commandés par Emirates.

Dans le cadre d'un accord avec Emirates, Rolls-Royce fournira également les Rolls-Royce Trent 900 pour les 14 Airbus A380 qui seront livrés au cours des deux prochaines années -ce qui porte le total d'A380 de la flotte d'Emirates motorisés par Trent 900 à 33 appareils-. Cet accord remplace les précédents passés avec Emirates concernant un total de 52 A380 motorisés par le Rolls-Royce Trent 900.

Rolls-Royce précisé également qu'avec l'arrêt de la production de l'A380 en 2021, le motoriste fournira les turboréacteurs pour les 17 A380 destinés à être livrés -dont ceux d'Emirates- et effectuera le support de la flotte Trent 900.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'Airbus A380 en dix chiffres clefs

L'Airbus A380 en dix chiffres clefs | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La décision d'Airbus est tombée, la production de l'A380 va s'arrêter en 2021. Retour sur les chiffres clefs du "Superjumbo".
Nombre de commandes : 274 au 14 février 2019. Elles sont montées à 337 en janvier 2018, mais Virgin Atlantic en a annulé 6, Hong Kong Airlines 10, et Qantas 8. Emirates, le plus gros client, a porté le coup fatal en en annulant 39.

Nombre de livraisons : 234. Les dernières datent des 7 et 14 décembre 2018 pour le compte d’Emirates, premier client devant Singapore Airlines et Amedeo.
Nombre d’appareils en carnet de commande : 40 sont encore en attente d’être produits et/ou livrés.

Nombre de vols : L’A380 effectue plus de 300 vols par jour, soit un décollage toutes les deux minutes.

Nombre de passagers : De 525 passagers à 853 passagers suivant la configuration de l'avion (trois classes standards ou une classe économique unique).

Passagers transportés : Plus de 250 millions depuis sa mise en service. Soit environ 2 millions de passagers par mois.

Production annuelle : 12 en 2018. Un chiffre qui devrait s’abaisser à 8 en 2019.

Prix catalogue : En 2018, 445,6 millions de dollars. Un prix "affiché" toujours soumis à la négociation.

Nombre de clients : 16 – dont 14 opérateurs : Air France, Asiana, British Airways, China Southern, Emirates, Etihad, Korean Air, Hi Fly, Lufthansa, Malaysia Airlines, Qantas, Qatar Airways, Singapore Airlines, Thai Airways. Ils sont 48 pour l’A340 et l’A350, et 120 pour A330.

Nombre d'aéroports desservis : 60 dans le monde à ce jour. L’A380 circule également sur plus de 120 routes aériennes.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Drone Volt présente l'Airshadow

Drone Volt présente l'Airshadow | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Drone Volt a dévoilé le 5 février son nouveau drone, l'Airshadow.. Ce mini-drone professionnel a été conçu pour la conduite de missions de reconnaissance, de surveillance et d'inspection. Il vient répondre à un large spectre de besoins, pour des secteurs d'activité variés : défense, énergie, sauvetage, construction, industrie, sécurité. Il peut ainsi conduire des missions d'inspection (panneaux solaires, éoliennes, plateformes offshore, pipelines, bâtiments et infrastructures industrielles, aéronefs), des opérations de recherche et sauvetage, de lutte contre les incendies, de soutien aux forces de l'ordre ou encore des missions au profit de la sécurité civile. Il peut également être employé dans le cadre de missions de défense pour des opérations de reconnaissance, de protection des équipes en zones de combat pour leur permettre de détecter les menaces environnantes et d'appréhender leur terrain d'intervention.

Facilement déployable, ce mini-drone permet de réaliser des prises d'image, grâce à la possibilité d'intégrer des caméras de précision. Il peut ainsi emporter la caméra Flir Duo, laquelle « couple une caméra thermique avec une caméra couleur », rapporte Drone Volt. L'Airshadow peut également être équipé d'une caméra EO/IR colibri 2. Celle-ci dispose d'un zoom x20 et est capable de suivre une cible.

Conçu pour opérer en environnement contraint, l'Airshadow résiste à des vents pouvant aller jusqu'à 40 km/h. Répondant aux besoins des forces armées et de sécurité, il dispose d'une faible signature visuelle et sonore, annonce Drone Volt. Enfin, dans un monde de plus en plus numérisé où la sécurité des données devient un enjeu clé, l'industriel français a également misé sur la protection de son système Airshadow. Ce nouveau drone « dispose d'une communication cryptée AES 256, extrêmement sécurisée grâce à un très large spectre de fréquences », explique l'entreprise.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

VIDEO - Vahana, le taxi volant et autonome d'Airbus, réussit son premier vol de longue durée

VIDEO - Vahana, le taxi volant et autonome d'Airbus, réussit son premier vol de longue durée | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Un an après avoir réussi un premier vol test de 53 secondes, le taxi volant d'Airbus se déplace pendant plusieurs minutes dans les airs et sans pilote. Une vidéo rendue publique le 12 février témoigne de cette nouvelle étape pour le projet Vahana. L'avionneur français prévoit de commercialiser son aéronef en 2020.

Premier vol de longue durée pour le taxi volant d’Airbus. En janvier 2018, le VTOL (“aéronef à décollage et atterrissage verticaux”) baptisé Vahana réussissait un premier test assez bref de 53 secondes. Un an plus tard, toujours à l’aéroport de Pendleton (Oregon, Etats-Unis), l’engin réalise un essai de plusieurs minutes dans les airs. C’est la première fois que l’engin montre véritablement ses capacités de déplacement. Lors du test précédent, un document le montrait simplement décoller, voler en stationnaire puis atterrir.

Dans une nouvelle vidéo de cinq minutes partagée par La Dépêche, l’appareil décolle sans pilote à plusieurs dizaines de mètres du sol avant de voler à allure modérée. Airbus n’a pas encore communiqué officiellement sur le sujet mais les caractéristiques du prototype sont a priori inchangées. Il pèse 745 kilos pour une longueur de 5,8 mètres et une envergure de 6 mètres. Il est équipé de huit rotors.

Une commercialisation prévue en 2020

Le projet Vahana est toujours piloté par A3, le centre d’innovation technologique du groupe Airbus basé dans la Silicon Valley. L’avionneur espère commercialiser son aéronef en 2020 tandis que plusieurs groupes souhaitent également développer une offre de taxi volant. En janvier, Boeing a également fait voler pour la première fois son aéronef. Uber mise notamment sur son centre de recherche parisien pour développer un engin similaire. L’Américain Bell et le Chinois Ehang sont aussi dans la course. Prochaine étape pour le groupe français : les vols habités.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Boeing et Safran dévoilent le nom de leur joint-venture dédiée aux APU : Initium Aerospace

Boeing et Safran dévoilent le nom de leur joint-venture dédiée aux APU : Initium Aerospace | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Boeing et Safran ont dévoilé aujourd’hui le nom de leur joint-venture détenue à parts égales : Initium Aerospace, spécialisée dans la conception, la fabrication et les services de Groupes Auxiliaires de Puissance (Auxiliary Power Units, APU).

Le nom de l’entreprise est issu du mot latin « initium » qui signifie « origine » ou « démarrage ». C’est précisément le rôle d’un APU qui fournit l’énergie nécessaire pour démarrer les moteurs principaux et alimenter les systèmes de bord des avions au sol.

Initium Aerospace bénéficie de la connaissance de Boeing en matière d’avions et d’attentes des clients, et de l’expérience de Safran dans la conception et la production de systèmes complexes de propulsion.

La création d’Initium Aerospace fait suite à l’obtention, en novembre dernier, des approbations des autorités réglementaires et de la concurrence, après la signature d’un accord au mois de juin 2018.

L’équipe initiale composée de collaborateurs des deux sociétés est dirigée par Étienne Boisseau, Directeur Général d’Initium Aerospace. Elle est installée à San Diego, en Californie, et travaille à la conception d’un APU de nouvelle génération en collaborant avec les équipes de Boeing et de Safran pour l’ingénierie et la production.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Malaysia a lancé Amal sur les pèlerinages en A380

Malaysia a lancé Amal sur les pèlerinages en A380 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Malaysia Airlines a officiellement lancé Amal, sa filiale principalement dédiée aux opérations liées aux pèlerinages du Hajj et de la oumra. La compagnie, son nom et son logo ont été dévoilés le 12 février, en présence d'officiels malaisiens et saoudiens, même si des vols sont déjà réalisés depuis quelques mois. Une autre de ses particularités est d'exploiter uniquement les A380 de sa maison-mère.

En effet, Malaysia Airlines cherche depuis plusieurs années à se séparer de ses six A380, ayant progressivement suspendu tous ses vols vers l'Europe. Seul celui vers Londres est toujours opérationnel mais réalisé en A350 depuis 2018. Ses tentatives de mise en vente s'étant soldées par des échecs, la compagnie avait rapidement envisagé de les affecter à
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La Commission européenne approuve la prise de participation d'Air France dans Virgin Atlantic

La Commission européenne approuve la prise de participation d'Air France dans Virgin Atlantic | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Air France-KLM et Virgin Atlantic vont pouvoir avancer ensemble. La Commission européenne a autorisé le 13 février le projet du groupe franco-néerlandais de prendre une participation de 31% dans la compagnie britannique aux côtés de Delta. L'instance européenne a jugé que le projet ne menaçait pas la concurrence sur les réseaux des deux opérateurs.

Dans son enquête, la Commission a mis en évidence plusieurs chevauchements de lignes sur des vols directs et indirects mais a estimé que la concurrence resterait importante sur les tronçons concernés, tout comme le portefeuille renforcé de créneaux à Londres Heathrow et Manchester n'empêcherait pas l'arrivée de nouveaux concurrents. Aucune incidence n'est attendue sur les activités cargo et de maintenance.

Air France-KLM avait annoncé son intention d'acquérir une participation dans Virgin Atlantic en juillet 2017, pour un montant estimé à 220 millions de livres (251 millions d'euros). Ce faisant, elle rend possible la création d'une coentreprise unifiée Air France-KLM/Delta/Virgin sur le marché transatlantique.

Delta Air Lines est en effet entrée au capital de la compagnie britannique en juin 2013 pour former avec elle une coentreprise entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Elle en détient aujourd'hui 49%. Les 31% d'Air France-KLM seront acquis auprès du groupe Virgin, qui ne conservera donc que 20% de participation dans sa filiale.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La Nasa confirme la fin de la mission de Curiosity sur Mars

La Nasa confirme la fin de la mission de Curiosity sur Mars | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Sans véritable surprise, l’agence spatiale américaine a décrété ce soir la mort de son troisième robot mobile martien, muet depuis juin dernier.

Initialement prévu pour fonctionner 90 jours martiens, MER B (Mars Exploration Rover B), alias Opportunity, le troisième robot mobile américain déposé sur Mars avec succès, évoluait dans la plaine du Méridien depuis le 31 janvier 2004.

Pris dans une tempête de sable « mondiale », il avait été placé en mode panne le 10 juin dernier. Mais, depuis le 4 août suivant, les tentatives de réveiller l’engin n’ayant jamais abouti, la Nasa a officiellement annoncé le 13 février la fin de la mission.



Un héritage de persévérance.

En 14,5 ans, Opportunity aura parcouru 45,16 km au total.

« Laissant derrière lui un héritage incroyable de persévérance, @MarsRovers Opportunity a terminé sa mission sur la planète rouge, a twitté Jim Bridenstine, l’administrateur de la Nasa. Conçu pour rechercher des traces d’eau passée sur Mars, Oppy a également fourni aux ingénieurs des informations précieuses sur la navigation sur une autre planète. »
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Strong French contingent at Aero India 2019

Strong French contingent at Aero India 2019 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Once again, France will be the foreign country with the largest number of exhibiting companies at the upcoming Aero India show.

Once again, France will be the foreign country with the largest number of exhibiting companies at the upcoming Aero India show in Bangalore (20th to 24th February). The French Pavilion coordinated by French aerospace industries association GIFAS will feature a total of 36 companies.

The exhibitors in the French Pavilion will be: ABC, Aérocampus Aquitaine, Aerometals & Alloys, Air Liquide, ASB Group, Aubert & Duval, Axon’Cable, Cimulec, Daher, Dassault Aviation, Dassault Systèmes, Draka Fileca, First Schwitchtech, Gaches Chimie, Hexcel, Interface Concept, Lauak, LGM, Mach Aéro, Novae Aerospace, NSE, Paris Saint-Denis Aéro, Pinette Emidecau Industries (PEI), Precicast, Rafale International, Rafaut, Recaero, Roxel, Safran, Saft, Satys, Secan, Sonovision Aetos, Sopra Steria, Thales and Weare Group.

A number of French companies will have their own stands: Airbus, Liebherr Aeropace, MBDA, Nicomatic India Electronics, Staubli Faverges and Zodiac Data Systems. Others will be exhibiting under the Indian flag: Alkan/Nucon Aerospace Pvt Ltd, Alten, Assystem, Bolloré Logistics, Lisi Aerospace/Ankit, Radiall and Titeflex.

Including all of these exhibitors, France will have the strongest foreign showing by numbers of exhibiting companies, with 49 companies. All sectors will be represented – civil and military aerospace, defence and space.

Aircraft on display at the show will include Dassault Rafales deployed by the French Air Force, a Dassault Falcon 2000S bizjet, an Airbus A330-900 (A330neo), an Airbus C295 tactical airlifter and Airbus H135 and H145 helicopters..

GIFAS notes that some 15 member groups and companies have set up industrial sites in India or have opened sales offices since GIFAS led an outward mission to India in April 2018 to strengthen Franco-Indian aerospace cooperation. GIFAS now has its own office in New Delhi and has set up a GIFAS Indian Committee to advise on developing partnerships with Indian industry players.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Singapour : des sièges-lits dans les 737 MAX de SilkAir

Singapour : des sièges-lits dans les 737 MAX de SilkAir | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
La compagnie aérienne SilkAir, filiale régionale de Singapore Airlines, a choisi Thompson Aero Seating pour les nouveaux sièges de la classe Affaires de sa flotte de Boeing 737 MAX 8.

Dans le cadre d’un important programme d’investissement qui permettra aux deux compagnies basées à l’aéroport de Singapour-Changi de fusionner, le réaménagement des cabines Business de 737 MAX 8 débutera en 2020, avec de nouveaux sièges-lits plat dans une configuration décalée orientée vers l’avant – « conformément à l’offre régionale » de classe Affaires de SIA dans ses flottes moyen-courrier d’Airbus A350-900 et Boeing 787-10. Les nouveaux sièges, des Vantage modifiés selon un porte-parole cité par ATW, seront installés au moment de l’arrivée à Singapour pour les avions non encore livrés, et ultérieurement dans les appareils déjà présents dans la flotte. Le programme de mise à niveau verra également l’installation de nouveaux systèmes de divertissement en vol au dossier de chaque siège, en classe Affaires comme en Economie. Une annonce sur le fournisseur de ces systèmes sera faite prochainement.

SilkAir a déjà mis en service cinq des 737 MAX 8 attendus ; ils sont configurés pour accueillir 12 passagers en classe Affaires et 144 en Economie (contre 12+150 dans les 737-800).

Les projets de réaménagement des cabines avaient été annoncés en mai 2018, dans le cadre d’une « harmonisation accrue des produits et services » de la compagnie régionale avec ceux de sa maison-mère, en vue de la fusion de SilkAir avec SIA. La fusion comprendra à terme la disparition complète de la marque de SilkAir au profit de Singapore Airlines, avec repeinte des avions et adoption de la prestation de services de la compagnie de Star Alliance.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

DOSSIER - Fin prématurée pour le programme A380 d'Airbus

DOSSIER - Fin prématurée pour le programme A380 d'Airbus | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Face à l'échec commercial de son super jumbo, Airbus a tranché le 14 février : il a décidé de mettre fin à la production de l'A380 en 2021. Retour sur les raisons de la fin prématurée de cette aventure industrielle européenne emblématique à bien des aspects.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux

Des résultats solides pour Airbus en 2018, portés par la hausse des livraisons d'avions commerciaux | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Airbus vient de publier de solides résultats financiers pour l'année 2018, atteignant les objectifs fixés un an plus tôt. Les livraisons record d'avions commerciaux au cours du quatrième trimestre ont particulièrement payé, le groupe annonçant un chiffre d'affaires consolidé de 63,707 milliards d'euros, en augmentation de 8% par rapport à l'année précédente.

L'EBIT ajusté consolidé atteint 5,834 milliards d'euros, en progression de 83% par rapport à 2017, reflétant là aussi la bonne santé de l'ensemble des activités du groupe et en particulier pour la branche Commercial Aircraft (EBIT ajusté de 4,808 milliards d'euros, en progression de 102% par rapport à l'exercice précédent).

Les avions commerciaux d'Airbus tirent la croissance du groupe

Malgré la triste nouvelle de l'abandon de la production de l'A380 en 2021, « une décision pénible » pour Tom Enders, président exécutif d'Airbus, les résultats de la branche dédiée aux avions commerciaux tirent une nouvelle fois la croissance de l'ensemble du groupe aéronautique européen. Airbus a en effet livré 800 appareils l'année dernière, battant son précédent record de 2017 (718) : 626 monocouloirs de la famille A320 (68 de plus qu'en 2017) dont 386 monocouloirs remotorisés (205 de plus qu'en 2017), 46 A330 (67 en 2017) et trois A330neo (les premiers), 93 A350 (quinze de plus qu'en 2017, dont les premiers -900ULR), douze A380 (quinze en 2017) ainsi que vingt A220. A noter que le programme A220 (ex-CSeries) est désormais totalement intégré au périmètre Airbus depuis le 1er juillet dernier, date de la mise en place de la Société en commandite Avions CSeries (CSALP) avec Bombardier et Investissement Québec.

Le chiffre d'affaires de la branche a ainsi atteint les 47,970 milliards d'euros en 2018, en progression de 10% sur un an. Selon Airbus, la forte amélioration de la rentabilité s'explique par la combinaison de plusieurs facteurs : maturité de la production et meilleur effet prix pour l'A350 d'une part et montée en cadence et augmentation des prix pour la famille A320neo d'autre part. En revanche, le programme A380 aura eu un impact négatif net de 463 millions d'euros l'année dernière.

Pour Guillaume Faury, actuel président d'Airbus Commercial Aircraft qui prendra les commandes du groupe aéronautique européen en avril, le principal défi d'Airbus sera de poursuivre les montées en cadences de la gamme, et en particulier celle des monocouloirs de la famille A320ceo/neo. Airbus doit atteindre les 60 exemplaires par mois à partir de la mi-2019, puis les pousser à 63 appareils par mois en 2021.

Il faut dire que même si le book-to-bill a été inférieur à 1 en 2018 avec 747 commandes nettes (valeur de 41,5 milliards d'euros), le carnet de commandes atteignait les 7 577 appareils restant à livrer au 31 décembre 2018, en comptabilisant les 480 A220.

Airbus prévoit ainsi de livrer entre 880 et 890 appareils commerciaux en 2019, un nouveau record qui reste comparable aux objectifs de son concurrent Boeing (entre 895 et 905 avions en comptant les variantes militarisées des appareils commerciaux).

Airbus Defence & Space toujours pénalisée par l'A400M

La branche Defence & Space de l'avionneur affiche un chiffre d'affaires à 11, 06 milliards d'euros pour l'année 2018, en hausse par rapport à l'année précédente (+ 4%), une augmentation « soutenue » par les divisions Space systems et Military aircraft. Les prises de commandes pour les voilures fixes militaires s'élèvent à 8,44 milliards d'euros, résultant notamment de la signature des contrats Eurofigher pour le Qatar (24 exemplaires) et de quatre A330 MRTT (trois pour la France, un pour la Belgique dans le cadre du pool MMF), ainsi que deux satellites de télécommunication. Le carnet de commandes atteint quant à lui les 35,32 milliards d'euros.

Malgré d'assez bons résultats, les inquiétudes persistent, encore et toujours, à propos du programme A400M, dont la facture ne cesse de s'allonger. Une charge supplémentaire nette de 436 millions d'euros a été annoncée, qui vient s'ajouter aux précédentes provisions, à savoir 1,3 milliard d'euros en 2017. Le calendrier des livraisons a été honoré avec dix-sept livraisons, « il fallait souligner cette performance », nous a-t-on confié. Quant à la renégociation du contrat, entamée en février 2018 entre Airbus, l'OCCAR (Organisation conjointe pour la coopération en matière d'armement) et les nations clientes, elle a été clôturée fin décembre et doit à présent faire l'objet de l'approbation des gouvernements respectifs. Malgré tout, « des risques demeurent », indique l'avionneur dans son communiqué, notamment en raison des perspectives de vente à l'export, qui sont pour l'instant quasi-inexistantes.

La renégociation du contrat A400M devrait être finalisée « au cours des prochains mois », indique Airbus. Les discussions entre l'OCCAR, l'avionneur et les nations clientes avaient débuté en février 2018, avec l'objectif de remettre à plat le calendrier des livraisons des avions et des capacités tactiques. La date butoir avait été fixée à fin décembre, l'objectif a été atteint, c'est à présent aux gouvernements concernés de ratifier l'accord final.

Un bilan stable pour les hélicoptères malgré un environnement encore difficile

Du côté des voilures tournantes, Airbus Helicopters termine l'année 2018 avec un chiffre d'affaires de 5,93 milliards d'euros, en baisse de 6% par rapport à l'année précédente (6,34 milliards d'euros). Les prises de commandes nettes s'élèvent 6,34 milliards d'euros. Les livraisons de l'année passée ont connu une légère baisse par rapport à 2017 et plafonnent à 356 appareils (contre 409). Les commandes ont quant à elles augmenté et sont passées de 350 appareils en 2017 à 413 pour 2018, réparties entre 158 clients de 47 pays. Le H125 a atteint 162 commandes, suivi du H145 avec 121 commandes. Les différents clients ont également commandé des H130 (33), NH90 (29), H135 (27), Super Puma (dix-sept), H160 (quinze), Dauphin (cinq) et H175 (quatre). L'hélicoptériste affiche 54% de part de marché sur l'échiquier mondial.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Cinq questions autour de la fin de l’A380

Cinq questions autour de la fin de l’A380 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Airbus mettra fin à la production de l’A380 en 2021. L’appareil qui avait effectué son premier vol commercial en 2007 va tirer sa révérence.

L’issue était inéluctable. Avec un carnet de commandes en berne depuis plusieurs années et une réduction graduelle des cadences de production, l’A380 était en sursis. L’annonce de l’arrêt du programme effectuée par Airbus jeudi 14 février est tout sauf une surprise. Alors qu’Emirates, client phare du super jumbo, a annulé 39 A380, Airbus a en quelques jours assisté, impuissant, à l’effondrement de son carnet de commandes : il ne lui reste plus que 17 A380 à livrer, correspondant à un arrêt de la production en 2021.

1 - Pourquoi l’avion ne s’est-il pas vendu ?

De l’aveu d’un ancien dirigeant du groupe, Airbus est partie d’une "mauvaise hypothèse" à la fin des années 90, à savoir : tout à sa volonté d’attaquer le 747 de Boeing sur le marché des gros porteurs, l’avionneur européen a perdu de vue les besoins réels des compagnies aériennes. Alors que les équipes d’Airbus et de Boeing se rapprochent brièvement pour un éventuel projet commun, l’aventure tourne court en[…]
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Comment Manitou innove pour les besoins de la maintenance aéronautique

Comment Manitou innove pour les besoins de la maintenance aéronautique | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le Journal de l'Aviation a remarqué la présence de Manitou durant le salon MRO Middle East qui s'est déroulé au début de la semaine à Dubaï (Emirats Arabes Unis). C'est un acteur que l'on ne rencontre pas souvent sur ce type d'événement et pourtant, cette entreprise française spécialisée dans les matériels de manutention professionnels possède déjà un réel savoir-faire dans les engins dédiés à la maintenance aéronautique, ce que nous a expliqué Martin Monié, en charge de la commercialisation de Manitou pour l'aéronautique et le secteur pétrolier et gazier. Entretien...

Comment Manitou s'est-il intéressé au secteur aéronautique ?

C'est une activité qui a démarré il y a une dizaine d'années, à la demande de l'armée de l'air
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La fin de l'A380, une bonne nouvelle pour Airbus ?

La fin de l'A380, une bonne nouvelle pour Airbus ? | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Par Vincent Lamigeon le 14.02.2019 à 11h05 Abonnés

La fin de la production de l'avion géant en 2021 est un gros revers symbolique pour l'avionneur. Mais cette décision le libère d'un énorme fardeau industriel et financier, et lui permet de se concentrer sur des marchés plus porteurs.

Clap de fin pour l'A380. Airbus a confirmé jeudi 14 février, en marge de ses résultats annuels, la fin de la production de son très gros porteur à l'horizon 2021. L'avionneur européen n'avait plus le choix : la décision d'Emirates de convertir 39 de ses commandes initiales d'A380 en commandes de biréacteurs plus récents (40 A330-900neo et 30 A350-900) a achevé d'assécher le carnet de commandes du très gros porteur. Airbus n'a plus que 14 A380 à livrer à la compagnie de Dubaï. Quant au reste du carnet de commandes, il ressemble à un château de sable : il est très probable que les 20 appareils commandés par le loueur Amedeo et les 3 par Air Accord ne soient jamais livrés. "Nous devons prendre des décisions sur des faits, pas sur des rêves ou de la pensée magique : il n'y a simplement plus assez de commandes pour continuer", assure le président exécutif Tom Enders. La fin de la production de l'A380 est donc prévue en 2021, même si les avions en flotte continueront évidemment à voler quelques années.

Si la décision était attendue, elle n'est est pas moins douloureuse. Elle marque la fin d'une aventure industrielle lancée au milieu des années 90, le rêve d'un avion géant répondant à la congestion croissante des grands aéroports. Malgré sa popularité incroyable auprès des passagers, malgré ses performances remarquables en termes de bruit et de maniabilité, l'A380 n'aura été livré que durant 14 ans. Succès technique, le plus gros appareil commercial du monde, avec une capacité théorique de plus de 800 passagers, restera comme un échec commercial incontestable. Il va terminer sa carrière aux alentours de 250 appareils livrés, un chiffre comparable à celui du triréacteur de Lockheed L-1011 TriStar. Suprême humiliation, le super jumbo 747 du rival Boeing, qui fête cette année ses 50 ans, pourrait survivre à l'A380. L'avionneur américain a encore 24 appareils en carnet de commandes, ce qui, au rythme homéopathique de sa production, devrait lui permettre d'enterrer le grand rival.
Usine déjà reconvertie

L'arrêt de la production de l'A380 est-il pour autant une catastrophe pour Airbus ? Pas vraiment. A bien y regarder, cette décision peut même apparaître comme une bonne nouvelle pour l'avionneur européen, qui stoppe ce qui ressemblait beaucoup à de l'acharnement thérapeutique. La production prévue de l'appareil n'était plus de six à huit avions par an, une cadence qui exclut tout horizon de rentabilité. L'usine d'assemblage Jean-Luc Lagardère a d'ailleurs déjà été en grande partie reconvertie : elle assemble désormais essentiellement des biréacteurs A350. Airbus, dont les cadence de production d'A320 e d'A350 augmentent, a les moyens de transférer les effectifs dédiés à l'A380 vers les programmes en croissance. D'autre part, l'A380 affichait une dépendance excessive à Emirates, qui représentait la moitié des commandes. La compagnie avait donc droit de vi
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Bell 407GXI est certifié en Chine

Le Bell 407GXI est certifié en Chine | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Introduit à l'Heli Expo en février 2018, d'abord certifié par Transports Canada, le Bell 407 GXi a ensuite été certifié par la FAA. C'est maintenant au tour de la CAAC (administration de l'aviation civile en Chine) de certifier l'hélicoptère. En 2017, Shaanxi Helicopter a commandé 100 Bell 407, la société est déterminée à bâtir un réseau de secours médical héliporté et à employer l'appareil dans le cadre de missions de police.


Le Bell 407 GXi est un GXP avec cependant quelques petites différences notables. La principale se situe au niveau de la motorisation. Le turbomoteur installé n'est plus le Rolls-Royce M250-C47B/8 mais la nouvelle version M250-C47E/4, ce qui permet à l'appareil de gagner 4 % d'autonomie et de consommation de carburant. Les performances "haute altitude temps chaud" introduites sur le GXP en 2015 ont été retenues, avec l'installation supplémentaire d'un Fadec double canal.


Dégagé de la motorisation, les autres différences reposent sur l'avionique spécifique au GXi. Le Bell 407GXi est équipé de l'avionique Garmin G1000H NXi, laquelle fut introduite sur les Beechcraft King Air. L'hélicoptère bénéficie également du Garmin FlightStream 510, une carte multimédia WiFi et Bluetooth qui permet aux pilotes de charger des plans de vol depuis une tablette par exemple ou tout autre système intelligent.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Kopter accroît sa présence à Mollis avec un nouveau bâtiment

Kopter accroît sa présence à Mollis avec un nouveau bâtiment | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Kopter va accroître sa présence à Mollis en Suisse sous la forme d'un bâtiment de plus de 20 000 m2 qui sera essentiellement consacré aux activités de pré-assemblage. La conception détaillée du bâtiment et le démarrage de la construction s'effectueront respectivement à l'été puis à l'automne 2019.

En 2021, une fois installé dans le nouveau bâtiment, Kopter disposera des capacités nécessaires à la montée en puissance de la production du SH09. Le nouveau bâtiment sera dédié à la fabrication et au pré-assemblage mais également à la production d'éléments dynamiques tels que pales de rotor, BTP et têtes de rotor. Kopter est déjà propriétaire d'un bâtiment de 4 200 m2, dédié à l'assemblage final et aux fonctions administratives.

Kopter Group espère atteindre un taux de production annuel de 50 machines à Mollis dans les cinq prochaines années, ce qui devrait entraîner un accroissement du nombre d'employés, lesquels passeront de 100 actuellement à environ 400. Le site produira également des sous-ensembles préfabriqués destinés à être expédiés sur les lignes d'assemblage final aux Etats-Unis et en Asie, continents sur lesquels le SH09 suscite un certain intérêt.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'EASA termine la première session de vols de certification du MC-21-300

L'EASA termine la première session de vols de certification du MC-21-300 | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Le personnel de l'agence européenne de sécurité aérienne (AESA) a terminé la première partie des vols de certification du biréacteur russe de transport civil, l'Irkut MC-21-300.

Les pilotes de l'Aesa ont ainsi pu évaluer le comportement en vol de l'appareil, Irkut a précisé que le MC-21-300 a volé sous différentes configurations, à forts angles d'attaque et en décrochage au cours de vols s'étendant sur une durée de deux heures et demi à quatre heures.

Ces derniers ont été réalisés à des altitudes comprises entre 10 000 et 33 000 pieds (3 000 à 10 000 m) avec un pilote de l'Aesa aux commandes, assisté par un pilote du bureau d'études Yakovlev. L'équipage comprenait également des ingénieurs d'essais en vol de l'Aesa aussi bien que des russes afin d'analyser les paramètres de vol.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Arianespace lancera un déployeur Cubesats Open Cosmos avec Soyuz

Arianespace lancera un déployeur Cubesats Open Cosmos avec Soyuz | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Arianespace et Open Cosmos, société anglaise proposant des missions spatiales clés-en-main, viennent de signer un contrat pour la mise en orbite d’un déployeur de Cubesats depuis le Centre Spatial Guyanais à bord d’une fusée Soyuz. Le lancement est prévu au cours du dernier trimestre 2019.

Le déployeur de Cubesats Open Cosmos qui sera lancé par Arianespace aura une capacité d’emport de 12 unités pour une masse totale au décollage de 30 kg maximum. Les Cubesats qu’il transporte seront séparés et libérés sur une orbite héliosynchrone à une altitude supérieure à 500 km.

La charge utile sera embarquée en tant que charge utile auxiliaire avec le satellite COSMO-SkyMed Second Generation (CSG 1), aux côtés du satellite CHEOPS de l’agence spatiale européenne ESA ainsi que des missions ANGELS et EyeSat de l’agence spatiale française CNES. Le lancement est prévu au cours du dernier trimestre 2019.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Infographie - Le programme A380 d'Airbus, 1996-2019, de la conception à l'essoufflement

Infographie - Le programme A380 d'Airbus, 1996-2019, de la conception à l'essoufflement | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
De 2007 à 2018, Airbus a livré 234 avions pour un total de 313 commandes. Mais celles-ci s’essoufflent au point de remettre en cause la continuité du programme. Retour sur l’histoire du Super Jumbo.

Annulation de commandes, concurrence des bi-moteurs... le programme A380 d'Airbus est sous pression. Sa production pourrait être remise en question. Sauf contrat inattendu, Airbus se prépare à mettre fin à la production de l'A380 plus tôt que prévu et pourrait faire une annonce détaillée lors de la publication de ses résultats annuels, le 14 février.

Ce serait peut-être la fin d'une histoire qui a marqué l'aviation du début des années 2000.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus met fin à la production de l'A380 après des années de ventes décevantes

Airbus met fin à la production de l'A380 après des années de ventes décevantes | AERONAUTIQUE NEWS - AEROSPACE POINTOFVIEW - AVIONS - AIRCRAFT | Scoop.it
Ce jeudi matin, à la suite de la conclusion d'un accord avec la compagnie Emirates, le constructeur européen a annoncé mettre fin à la production de son avion iconique, dont les livraisons cesseront en 2021. Des discussions vont être ouvertes avec les syndicats.

Fin de course pour l'A380: concluant ses discussions avec la compagnie aérienne Emirates, ce jeudi matin, le constructeur Airbus a annoncé la fin de la production de son avion star, l'A380, dont les livraisons cesseront en 2021. Cette décision intervient à la suite d'un accord sur la flotte de très gros porteurs A380 conclu entre les deux acteurs: Emirates va réduire sa commande de 39 appareils A380, et devrait recevoir une dernière livraison en 2021. En échange, elle a commandé 40 A330neo et 30 A350, un contrat d'une valeur de 21,4 milliards de dollars. Dans la foulée, la direction d'Emirates a expliqué être «déçue» de devoir convertir sa livraison d'A380, mais que l'avion resterait un «pilier de sa flotte» jusqu'en 2030 au moins.
Le constructeur européen, quant à lui, a précisé qu'il allait «ouvrir des discussions avec les syndicats», et que cette décision aurait un impact potentiel de «3000 à 3500 emplois au cours des trois prochaines années». «Notre carnet de commandes n'est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l'A380», a déclaré le président d'Airbus, Tom Enders, dans un communiqué, ajoutant que les conséquences financières de cet arrêt étaient «en grande partie intégrées» dans les résultats 2018 de l'entreprise. Airbus se veut toutefois positif, estimant que la montée en cadence de son A320 et la commande d'Emirates allaient offrir «de nombreuses possibilités de mobilité interne» pour ses salariés.

Cela fait des années que l'A380 est en mode survie, en raison de la faiblesse des ventes. Avion préféré des passagers à qui il offre, grâce à son double pont, un confort de voyage exceptionnel et beaucoup d'espace, l'avion géant a toujours eu du mal à trouver sa place au sein des flottes des compagnies aériennes. Trop gros, trop cher, trop compliqué à remplir... sauf pour une jeune compagnie décidée à grandir très vite. Ce fut le cas d'Emirates qui a vu, dès la présentation du superjumbo européen, au début des années 2000, tout le parti qu'elle pouvait en tirer. La compagnie du Golfe a organisé et bâti sa stratégie de croissance autour de l'A380. Aujourd'hui Emirates opère 109 des 232 appareils en service dans le monde.
IAG voulait une baisse des prix pour commander

L'A380 doit beaucoup à Emirates, qui lui avait déjà redonné de l'oxygène en novembre 2013, en passant une nouvelle commande XXL pour 50 A380, lors du salon aéronautique de Dubaï. En 2015 et en 2018, l'avenir du programme était à nouveau suspendu à la signature d'une nouvelle commande d'Emirates. Entre-temps, Airbus avait engrangé très peu de nouveaux contrats pour son avion star. Depuis des années, le constructeur avait espéré séduire les compagnies chinoises et avait organisé plusieurs grandes campagnes commerciales. Seule China Southern, qui vient de signer un accord de partage de code avec Emirates, est montée à bord du superjumbo.

Début février 2019, une bonne nouvelle semblait possible en Europe. Willie Walsh, le président d'IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus et Level) a confirmé son intérêt pour l'A380 dont le groupe exploite 12 exemplaires. IL doit prochainement donner un successeur à ses vieux Boeing 777. L'A380 est l'avion idéal à opérer sur un aéroport aussi saturé que Heathrow. Mais Willie Walsh veut un meilleur prix. «Airbus n'a pas été capable de nous donner un meilleur prix jusqu'à présent. Il doit se monter plus agressif commercialement», a expliqué le dirigeant britannique. L'avionneur n'est guère en position d'imposer son tarif catalogue - plus de 400 millions de dollars - et consent déjà de gros rabais. Mais le client est, ici, en position de force.

Aujourd'hui, le carnet de commandes est assez maigre: comme elle l'avait annoncé en 2016, Qantas a annulé, la semaine dernière, le solde de sa commande de 2006. Soit 8 appareils sur un total de 20 commandés. Airbus a désormais moins de 80 A380 à livrer. Or, d'autres annulations sont anticipées , notamment 20 A380 commandés en 2017 par le loueur américain Amedeo. Airbus s'est adapté à la situation en abaissant les cadences. La chaîne d'assemblage de l'A380 tourne au ralenti, à raison de 6 appareils par an.
400 millions de pertes par an

Alors que le Boeing 747 fête cette année ces cinquante ans, l'A380 risque de ne jamais sortir de l'enfance, avec ses 12 ans d'exploitation au compteur. L'avion a été mis en service, pour la première fois, par Singapore Airlines, sa compagnie de lancement, en octobre 2007. Quelques années plus tôt, Airbus qui n'était alors qu'un avionneur régional, avait épaté le monde entier en décidant de lancer un avion à double pont intégral, prévu pour transporter jusqu'à 800 passagers.

Présenté comme un avion star - l'appareil avait été reçu sur le plateau de Michel Drucker - , ses concepteurs et surtout ses vendeurs ont fait rêver en inaugurant une nouvelle façon de voyager. Mais le développement de l'appareil a été chaotique. Le programme a connu retards et surcoûts en raison de problèmes d'industrialisation, en particulier de câblage dans les usines de Hambourg. La crise de l'A380 a explosé au milieu des années 2000 . Sauvé in extremis, l'avion de tous les superlatifs aurait coûté, selon de bonnes sources, 30 milliards d'euros au total à Airbus. Et, malgré tous les efforts de rationalisation mis en œuvre, compte tenu d'une production trop faible, le programme génère chaque année 400 millions de pertes.
more...
No comment yet.