Yield Management et l'e-distribution
8.2K views | +1 today
Follow
Yield Management et l'e-distribution
L'actualité sur le Yield Management et des sites Internet marchants pour les hôteliers
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

VeryLastRoom lève 1,5M€ pour son application de réservation d’hôtel de dernière minute - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme

VeryLastRoom lève 1,5M€ pour son application de réservation d’hôtel de dernière minute - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Moins d’un an après sa 1ère levée de fonds de 400k€, la startup marseillaise VeryLastRoom récidive avec un second tour de table de 1,5 million d’euros réalisé auprès des fonds A Plus Finance, Extend AM et SIGMA.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Un hôtel réputé claque la porte de Booking.com

Un hôtel réputé claque la porte de Booking.com | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Marc Vandermeir L’Hostellerie du Peiffeschof choisit de ne plus apparaître sur Booking.com ! Son patron fondateur et chef réputé claque la porte du site de réservation en ligne. En dénonçant une fois de plus la toute puissance de ce site sur les...
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Expedia : + 18 % de CA en 2013 à 4,7 milliards de dollars

Expedia : + 18 % de CA en 2013 à 4,7 milliards de dollars | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
La progression de
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Comment gérer un avis négatif en ligne

Comment gérer un avis négatif en ligne | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Elliot Adams, responsable communication chez Yelp, un site de mise en relation des clients avec les commerces de leur ville, livre ses quatre conseils pratiques pour gérer les avis négatifs des clients en ligne.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Hôtellerie : le wifi est la première préoccupation des voyageurs d'affaires - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme

Hôtellerie : le wifi est la première préoccupation des voyageurs d'affaires - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Selon un sondage d'Intercontinental Hotels l'impossibilité de contacter sa famille à cause de l'absence de connexion à internet dans un hôtel est dorénavant la plus importante préoccupation en voyage pour les personnes en déplacement professionnel.
more...
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Fevad : L'e-tourisme progresse encore de 4% au premier trimestre - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme

Fevad : L'e-tourisme progresse encore de 4% au premier trimestre - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it

Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le secteur du e-tourisme (nombre de transactions sur internet dans le secteur du tourisme) maintient le même rythme de croissance qu’au trimestre précédent, avec une progression de +4%. 

Toujours selon la Fevad, au premier trimestre 2013, plus d’1 internaute français sur 5 (22%) a consulté, en moyenne chaque mois, au moins un des 5 sites des agences de voyages en ligne les plus visités. Le site Voyages-Sncf.com arrive en tête avec 7.083.000 visiteurs uniques moyens par mois, arrive en tête devant eDreams (1.817.000), Opodo (1.673.000), Lastminute.com (1.666.000) et Voyage Prive (1.660.000). Au total, ce sont en moyenne 9,8 millions d’internautes qui ont consulté un de ces sites au cours de cette période. D'une façon plus générale, toujours sur les trois premiers mois de l’année, le nombre total de transactions sur internet a progressé de 20% par rapport au 1er trimestre 2012. Au total, le montant des ventes sur internet représente 12,1 milliards d’euros, en hausse de 14% sur la période. Au cours du 1er trimestre, le nombre de Français qui achètent en ligne a continué d’augmenter de +5%. Cette progression est particulièrement marquée chez les seniors de + de 65 ans (+27%). Dans le même temps, le nombre de sites marchands a connu une croissance de +18%, avec près de 19 000 sites marchands créés au cours des douze derniers mois, ce qui a permis de franchir la barre des 120 000 sites marchands actifs dans l’hexagone. En revanche, le panier moyen baisse à nouveau de 4% et s’affiche à 85 euros, ce qui constitue le montant le plus bas jamais enregistré par la Fevad. Sur deux ans, le montant moyen des commandes a chuté de près de 8%. 

more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

HRS signe un accord de distribution avec GetThere

HRS signe un accord de distribution avec GetThere | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
La centrale hôtelière HRS destinée aux professionnels vient de signer un accord de distribution avec  GetThere, la filiale technologique du GDS américain Sabre. Les sociétés utilisant l’outil GetThere ont désormais accès au contenu de HRS soit 250 000 hôtels dans le monde, et ce quel que soit le GDS utilisé par l’entreprise.

Cet accord vient conforter la stratégie multicanal de HRS. Il représente également une opportunité de business supplémentaire pour les hôteliers grâce à une plus grande possibilité de distribution sur le continent nord-américain où Sabre est très largement implanté.

GetThere peut aussi en espérer une hausse d’activité, la solution de réservation en ligne de voyages ayant déjà atteint le cap des 9,5 milliards de dollars de frais de déplacement en 2012.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Etourisme : promouvoir votre destination sur Instagram

Etourisme : promouvoir votre destination sur Instagram | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Alors que fin février 2013 Instagram communiquait le chiffre impressionnant de 100 millions d’utilisateurs actifs mensuels (exclusivement mobiles), encore bien peu de destinations touristiques profitent actuellement de cette application pour...
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

TripAdvisor TripBarometer

TripAdvisor TripBarometer | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Ne manquez pas #TripBarometer par @TripAdvisor, la plus grande enquête du monde sur les hébergements et les voyageurs pour découvrir les nouvelles tendances de voyage 2013.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Lastminute lance la version mobile de son site - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme

Lastminute lance la version mobile de son site - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it

Lastminute vient de lancer une version mobile de son site pour les hôtels secs et les séjours

Désormais, les quelque 22 millions de mobinautes peuvent dénicher et réserver le "bon plan voyage" à tout moment sur leurs téléphones portables. En se connectant sur m.fr.lastminute.com, ils accèdent aux 2000 offres séjours et 60 000 hôtels proposés par le spécialiste en ligne.

more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Accor passe à l'attaque contre les agences en ligne

Accor passe à l'attaque contre les agences en ligne | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Accor passe à l'attaque contre les agences en ligne

Publié le 20/02/2013 16:13:00 |

En marge de ses résultats annuels présentés ce matin, Accor a dévoilé une stratégie offensive pour la période 2013-2016, notamment à l'encontre des agences de voyages en ligne.

Le groupe a également annoncé la mise en place d'un plan d'économies de 100 M€ sur les trois prochaines années et une nouvelle phase de développement de ses ventes en ligne. 30 M€ seront ainsi investis pour améliorer ses systèmes de distribution et contrer la progression de la part des agences de voyages en ligne dans ses ventes.

"Je ne dis pas qu'il faut se passer des agences en ligne, mais il faut arriver les contenir" a expliqué ce matin, le PDG de Accor, Denis Hennequin lors d'une conférence de presse.

"L'idéal est le look-to-book : le client recherche sur les agences en ligne comme dans un annuaire avant de réserver sur nos sites" a poursuivi Denis Hennequin, "à condition qu'il y trouve des avantages ou des garanties sur les prix". Accor prévoit notamment d'assurer de meilleures passerelles avec les fichiers clients du programme de fidélité qui compte aujourd'hui 10 millions de membres.

Des programmes de formation sur la distribution en ligne sont également prévus pour les responsables des hôtels du groupe. "Nous voulons leur montrer que la recherche d'un bon yield management passe aussi par une meilleure maitrise des canaux de distribution" a expliqué Yann Caillère, directeur général délégué en charge des opérations monde de Accor.

En 2012, le groupe a affiché une perte de 599 M€, résultat d'une perte comptable exceptionnelle liée à la vente de Motel 6 aux Etats-Unis. Le résultat s'avère positif de 80 M€ en dehors de cet élément et le résultat d'exploitation s'établi à 526 millions d'euros en 2012.

Bruno Gomes
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Facebook Graph Search optimise la recherche d'établissements sur le réseau

Facebook Graph Search optimise la recherche d'établissements sur le réseau | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Ce nouvel outil est intégré au média social aux États-Unis et arrivera dans l'Hexagone en 2014.
WYM Conseils & Services's insight:

Ce nouvel outil est intégré au média social aux États-Unis et arrivera dans l'Hexagone en 2014. Sa finalité est de permettre à ses utilisateurs de trouver des restaurants et hôtels grâce à des critères très précis, tels que les lieux fréquentés par ses amis, la proximité....

La force du réseau sera exploitée par Facebook Graph Search.

Facebook Graph Search, le nouvel outil de recherche du réseau social, existe uniquement en version bêta pour les États-Unis mais devrait arriver en France à l'horizon 2014, le temps pour les administrateurs d'optimiser leurs contenus. Les hôtels et les restaurants auront leur propre catégorie sur Facebook et cela impose en effet aux administrateurs des pages de mettre en place une stratégie plus aboutie pour celles-ci.

Dans Facebook Graph Search, la force du réseau y sera exploitée puisqu'ils pourront rechercher des hôtels et restaurants déjà fréquentés par leurs amis mais aussi par des habitués. La recherche Facebook Graph Search permet notamment de "rechercher des restaurants de Londres que des habitants de Londres ont aimé". Apparaîtront alors les pages et informations d'hôtels/restaurants fréquentés par ses contacts, avec la possibilité de visualiser les photos et vidéos prises par ses amis de ces hôtels…

Informations de voyage non-anonymes

Cette possibilité de recherche présente une évolution importante dans la façon de rechercher son restaurant. L'avantage pour le visiteur est de bénéficier d'informations de voyage non-anonymes. Les utilisateurs de cet outil pourront aussi affiner leur recherche par type de lieu ; personnes ayant fréquenté le lieu ; noms spécifiques ; proximité (géolocalisation) ; personnes ayant aimé le lieu…

Ce nouvel outil de Facebook pourrait apporter plus de trafic vers vos pages et/ou sites. Il conviendra donc, dès le lancement en France de Facebook Graph Search, d'avoir une page tenue à jour. L'implication et l'attitude de vos employés sur le réseau social auront également un impact croissant sur votre e-réputation.

Vanessa Guerrier-Buisine

more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Booking.com teste la réponse aux avis - L'Hôtellerie Restauration

Booking.com teste la réponse aux avis - L'Hôtellerie Restauration | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Booking.com teste la réponse aux avis
L'Hôtellerie Restauration
Un client ayant réservé sur Booking.com est systématiquement sollicité par la plateforme pour laisser un avis à propos de son expérience dans l'établissement.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Tripadvisor ajoute le "tourisme durable" à son offre - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme

Tripadvisor ajoute le "tourisme durable" à son offre - Hôtellerie sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Tripadvisor a créé l'an dernier aux USA son propre "label" écoresponsable, Ecoleaders. 3700 hébergements américains l'affichent aujourd'hui. Le site a décidé de l'étendre aux hébergements européens, notamment français pour que le consommateur ait ce nouveau critère de choix.
more...
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

HRS passe la facture du petit-déjeuner au révélateur

HRS passe la facture du petit-déjeuner au révélateur | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Une étude publiée par HRS analyse les différences tarifaires pratiquées selon les pays pour le petit-déjeuner des voyageurs d’affaires. Singapour se classe en tête des destinations les plus onéreuses.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Prévisions 2014 pour le secteur hôtelier dans 18 villes européennes

Prévisions 2014 pour le secteur hôtelier dans 18 villes européennes | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Cabinet de services financiers, de conseil et expertise technique, PwC vous accompagne dans l’audit et la certification des comptes de votre entreprise.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Le programme AgentRez d'Expedia fusionne avec Expedia TAAP - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme

Le programme AgentRez d'Expedia fusionne avec Expedia TAAP - Distribution sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it

Le programme pour agents de voyages d'Expedia, AgentRez va fusionner avec le programme d'affiliation pour les agences de voyages Expedia TAAP.

AgentRez s'associera à Expedia TAAP pour former un programme consolidé, ce qui permettra aux agents membres d'AgentRez d'accéder à une gamme complète de produits Expedia, comprenant hôtels, forfaits et activités, tout en ayant la possibilité de toucher une commission.

Expedia Traveler Preference signe avec des petites structures hôtelières
08 Juillet 2013 SUR LE MÊME SUJETEn s'alliant à AgentRez, Expedia pourra offrir à toutes ses agences de voyages  la possibilité de toucher des commissions ainsi qu'un service d'assistance dédié aux agences de voyages à l'échelle locale.  "Bien que les hôtels demeurent l'un de nos produits principaux, les autres types de produits, tels les forfaits et les activités, connaissent actuellement une croissance importante. En offrant à nos partenaires AgentRez l'accès à ces autres types de produits, combiné à une assistance locale, nous souhaitons apporter aux agences davantage d'opportunités d'augmenter les recettes générées par les commissions Expedia", souligne Diego Pedrani, directeur international Expedia TAAP.
Le portail AgentRez sera désactivé à compter du 10 juillet 2013. Tous les agents qui utilisaient ce portail pourront passer au programme Expedia TAAP simplement en s'inscrivant aux nouvelles conditions d'Expedia TAAP. Les agents AgentRez ont été contactés par email et le processus de migration vers le nouveau système sera bientôt terminé.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Hôtellerie française : deux établissements ferment chaque jour

Hôtellerie française : deux établissements ferment chaque jour | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Selon le Comité pour la modernisation de l'hôtellerie française, la petite hôtellerie est dans une situation 'alarmante'.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Le Club des hôteliers de Nantes lance Fairbooking

Le Club des hôteliers de Nantes lance Fairbooking | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Les centrales de réservations en ligne prennent de plus en plus d'importance, certes, elles offrent de la visibilité et des clients aux hôtels, mais leur mode de fonctionnement met en péril la pérennité de certains établissements. Partant de ce constat, le Club des Hôteliers de Nantes a lancé, le mardi 14 mai, le programme FairBooking.

Il s'agit d'établir un partenariat entre le consommateur et les hôteliers. L'hôtelier s'engage à accorder un avantage pour toute réservation directe. Cela peut être une réduction sur le prix de la chambre, un surclassement, un petit-déjeuner offert, etc. L'objectif de Gilles Cibert, président du Club Hôtelier de Nantes, est "d'informer les consommateurs de l'alternative 'Fairbooking' et de les sensibiliser aux enjeux économiques de la démarche. Nous proposons non seulement un bon plan mais aussi une façon de consommer de façon responsable et humaine". L'hôtelier sensibilise ainsi le consommateur sur les avantages à réserver sa chambre directement, le consommateur y trouve un avantage et consomme malin et responsable.

Ce programme est initié en partenariat avec l'Association Réservation En Direct. Un kit de démarrage est en cours de développement pour initier le mouvement auprès d'autres Clubs Hôteliers de grandes villes. Un site internet, une page Facebook et un compte Twitter servent de support de communication à FairBooking.

A terme, FairBooking a l'ambition de devenir une communauté de consommateurs avertis et de fédérer des hôteliers dans toute la France.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Expedia completes Trivago investment deal

Expedia completes Trivago investment deal | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Ten weeks after giving the folk at Trivago a very nice pre-Christmas present, Expedia has finalised its acquisition of a majority stake in the European hotel search service.
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

etourisme : les agences en ligne sous pression et sur le fil du rasoir

etourisme : les agences en ligne sous pression et sur le fil du rasoir | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Aujourd’hui, ce sont les agences en ligne, les « pure players » ou les OTA, comme disent les Américains, qui sont sous la pression des prestataires (suppliers) et de leurs ventes directes. - Photo FotoliaDans le monde fascinant du tourisme en ligne, le temps passe vite, et peut-être encore plus vite qu’ailleurs.

Il y a 15 ans, les agences traditionnelles étaient sous pression.

Internet les contraignait à s’adapter, à se renouveler radicalement, et les experts ne leur donnaient guère de chances de survie à court terme.

Aujourd’hui, ce sont les agences en ligne, les « pure players » ou les OTA, comme disent les Américains, qui sont sous la pression des prestataires (suppliers) et de leurs ventes directes.

C’est à leur tour, semble-t-il, de s’adapter au marché que les nouvelles technologies ne cessent de faire évoluer.

« Désormais, les agences en ligne (OTA) doivent aussi donner du conseil, se positionner bien en amont de l’achat proprement dit, dès la phase « inspirationnelle » du client, et l’accompagner sur l’ensemble de la chaîne » explique ainsi Guillaume Cussac, le directeur général France & Grande Bretagne d’e-bookers, en convenant que cette problématique rappelle fortement celle qui a tant secoué les agences traditionnelles au tournant du siècle.

Pourquoi ? Tout simplement parce que les technologies ne cessent de rebattre les cartes, empêchant quiconque de prendre et de conserver longtemps une position de monopole sur le client.

« Le distributeur ne peut plus se contenter du niveau transactionnel » précise Pierre Alzon, le Président de l’ACSEL, en allant plus loin encore que son confrère d’e-bookers.

« Il doit aussi s’engager à promouvoir l’offre et développer un nouveau business model « d’infotransaction » qui reflétera mieux le mix recommandation + vente qui constitue sa valeur ajoutée. »

« À prix égal et pour un produit identique, le client ira toujours chez les prestataires, » rappelle en outre Philippe Sangouard, le directeur commercial de Boomerang/Iléatours, sans être toutefois convaincu que la vente directe soit une obsession pour tout le monde, notamment pour les hôteliers…
Aux USA, 60 % des ventes en ligne sont des ventes directesAux USA, en tout cas, la tendance est tellement marquée que les prestataires, aériens, hôteliers ou croisiéristes dominent désormais largement les ventes en ligne.

Dans l’aérien, par exemple, Phocuswright, dans une récente étude sur le marché américain, montre qu’en 2012, les compagnies aériennes réalisaient 53% du total des ventes en ligne et qu’en 2014, elles devraient atteindre 75%, ne laissant plus aux OTA que 26% du marché.

Dans l’hôtellerie, en 2010, les chaînes contrôlaient déjà 55% de leurs ventes directes en ligne ; en 2014, ce sera 59%. Même gain de part de marché pour les croisiéristes qui atteindront également les 59% en 2014.

Globalement, selon Phocuswright, les prestataires captaient déjà 61% du marché en ligne en 2010 et leur emprise grimperait à 66% en 2014…

« Les prestataires, aériens et hôteliers en particulier, ne consentent plus qu’un petit incentive aux OTA qui les revendent, » précise Lorraine Sileo, Vice-Présidente recherche chez Phocuswright, pour expliquer la domination des prestataires sur les OTA,

« De plus, leurs sites fournissent des services et des produits optionnels (ancilary sales) que les OTA sont encore incapables de fournir. Enfin, ils récompensent mieux la fidélité de leurs clients lorsqu’ils utilisent le site et les outils mobile « maison ».
Éviter Google…Une analyse que Frédéric Vanhoutte, le Président de Level.com, fondateur du TOTEC, partage entièrement.

Pour lui, par exemple, le package dynamique demande effectivement trop d’interfaces et de connections pour être plus efficace que celui d’un fournisseur.

« Ce sera toujours plus compliqué pour un assembleur, » explique ce spécialiste du « online ».

« Il doit apporter du choix et du comparatif, alors que le prestataire n’a qu’à se concentrer sur son offre et ses options annexes. »

Mais Frédéric Vanhoutte voit encore d’autres facteurs à ce mouvement.

D’une part, les réseaux sociaux, qui permettent aux marques d’éviter Google et de développer efficacement leur CRM ; d’autres part, l’émergence de petits prestataires, réceptifs ou TO, qui se concentrent sur des niches et agrègent les prestations de divers partenaires.
Tout dépend de la concentration du marchéCertes, il ne s’agit ici que des ventes en ligne, mais celles-ci ont une croissance plus forte que celle du marché et deviennent peu à peu majoritaires dans plusieurs secteurs, à commencer par l’aérien où elle détiennent déjà 53% des ventes contre 47 pour le offline.

Seul secteur à vivre à contre-courant, le « packaging », selon la terminologie américaine, qui reste un marché off line, avec 5% des ventes en ligne, dont 87% à travers les OTA.

Certes également, on ne parle là que du marché américain et rien ne prouve que l’Europe et la France en particulier, vont suivre le même chemin.

L’aérien en ligne y est sans doute entre les mains des compagnies qui trustent 73% des ventes, voire 93,7% si l’on s’en tient aux « low cost », mais les autres secteurs restent encore largement maîtrisés par les agences en ligne.

« Il y a deux limites à cette tendance, » souligne à cet égard Guillaume Cussac : « la concentration des prestataires et leur capacité d’investissement, car les nouvelles technologies en sont gourmandes. »

D’accord avec le DG d’ebookers, Phocuswright impute justement les différences actuelles entre l’Europe et les USA à l’éparpillement du marché européen, notamment dans l’hôtellerie et le tour-operating.

Selon l’analyste américain, cette dispersion a bridé les capacités d’investissement des prestataires au moment où les OTA, plus concentrées qu’eux, prenaient technologiquement plusieurs temps d’avance.
Accor et les TO européens rattrapent vite leur retardEn France, Phocuswright ajoute également l’utilisation du multicanal et le poids des métamoteurs qui multiplient à l’envie les solutions offertes aux clients.

Il n’empêche que le marché européen n’est pas figé et que certains prestataires, comme Accor ou les grands TO européens, améliorent chaque année leur score en ligne.

Même le multicanal pourrait ne pas suffire pour protéger la France d’une évolution à l’américaine.

Cette stratégie implique en effet des investissements lourds et récurrents, soit dans l’ouverture d’agences physiques, pour rassurer et mieux accompagner son client, soit dans la technologie, de façon à l’empêcher de s’échapper.

Combien d’entreprises françaises, chez les TO notamment, sont-elles en mesure d’assumer longtemps une telle dépense ?

« En faisant tomber les barrières entre le produit et le client, le digital favorise logiquement les ventes directes » assure Pierre Alzon, pour qui cette évolution est sensible depuis 2007. « C’est dans la nature même de l’outil ».

« À long terme, c’est une tendance fondamentale » confirme Guillaume Cussac, qui voit les prestataires et les OTA engagés dans une véritable « course à la mer » pour le contrôle des ventes en ligne.

« Les grands acteurs veulent naturellement traiter la clientèle en direct, et se donnent désormais les moyens nécessaires pour s’imposer toujours plus. »
Les nouvelles technologies remettent tout le monde sur la ligne de départ« C’est une évolution logique, » assure également Philippe Sangouard. « Le dynamisme des OTA a ouvert des portes que les agences traditionnelles et les prestataires ont enfin franchi pour passer à l’action. »

« Ceux qui ont des marques installées vont de plus en plus vers la vente directe, » ajoute encore Frédéric Vanhoutte, sans toutefois en conclure au déclin annoncé des agences en ligne.

Selon le président de Level.com, les OTA françaises sont de vraies marques, elles aussi, ce qui leur garantit des visiteurs.

De plus, elles ne cessent de s’adapter au changement de cap du marché. « Pour réagir à la progression des prestataires sur les ventes en ligne, » explique-t-il, « les OTA ont déjà lancé le package dynamique. Maintenant elles se mettent à produire de plus en plus, pour proposer un contenu « maison », exclusif et à bon prix. »

En fait, « les nouvelles technologies remettent tout le monde au front » conclut Philippe Sangouard, pour qui tous les acteurs, petits ou gros, se retrouvent en même temps sur la ligne de départ, « à égalité de chance » pourrait-on dire.

S’il pense, comme tous ces confrères, que les rapports de force vont encore évoluer, cela ne signifie pas pour autant la fin de tel ou tel acteur.

En revanche, malheur à ceux qui n’auront pas le stock, la marque et la puissance financière, les 3 piliers essentiels du succès aujourd’hui.

Voilà qui dépasse largement la question de la rémunération entre producteurs et distributeurs, et c’est peut-être ce décalage qui rend leur débat si stérile.
Rédigé par Bertrand FIGUIER le Lundi 25 Février 2013
more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Tourisme : Pourquoi la France a perdu en compétitivité - Profession sur Le Quotidien du Tourisme

Tourisme : Pourquoi la France a perdu en compétitivité - Profession sur Le Quotidien du Tourisme | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it

Tous les deux ans, le cabinet de conseil en stratégie Booz & Company publie en partenariat avec le forum économique mondial de Davos un classement des destinations touristiques les plus compétitives "Travel & tourism competitiveness report". Dans l’étude 2013, la France enregistre une chute par rapport à 2011 et se classe en 7ème position, perdant ainsi 4 places. Booz & Company donne des éléments d'explication.

Tout n'est pas noir, souligne Booz & Company : "La destination France surclasse les autres pays en matière d’hygiène et de santé, avec une première place pour l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires.

Elle occupe également une position satisfaisante en matière d’ouverture au tourisme : elle est par exemple le premier pays recommandé comme prolongement à un voyage d’affaires. Elle demeure aussi remarquable pour la qualité de son infrastructure occupant la quatrième place pour la capacité de son réseau de transport international et la deuxième place pour le nombre de compagnies aériennes opérant en France tandis qu’elle se place au septième rang pour la densité de son réseau de transport aérien. De même, en terme d’infrastructures routières, la France est encore aux avant-postes avec une deuxième place pour l’état de ses routes et une 4ème place pour la qualité du réseau routier, il en va de même pour le ferroviaire". Qu'est-ce qui cloche ? "La destination France enregistre de mauvais résultats en ce qui concerne sa compétitivité prix. Elle est en effet reléguée au 131e rang sur 135 en terme de pouvoir d’achat des touristes avec une 120e place pour le prix du carburant et une 126e place pour le niveau des taxes d’aéroport. En ce qui concerne les ressources humaines, "le bilan est plus contrasté". Si "la France demeure toujours bien placée en termes de niveau d’éducation et d’accès à la formation, elle occupe néanmoins les dernières places en matière d’embauche et de licenciement (125e rang) et d’ouverture au recrutement de personnel étranger (96ème rang)".

more...
No comment yet.
Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Résultat e-tourisme 2012 et tendance 2013 !

Résultat e-tourisme 2012 et tendance 2013 ! | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Malgré la crise, le secteur du e-tourisme se porte bien avec une progression des ventes de 7% en 2012. Le e-tourisme de plus en plus mobile en 2013 devrait logiquement suivre cette croissance. Petit tour des résultats du e-tourisme en 2012 et les tendances pour 2013.

La croissance de l’ e-tourisme en 2012

Avec 56% des internautes achetant des produits et des services liés au voyage touristique, le e-tourisme est au premier rang des achats en ligne en France pour 2012.  Le tourisme en ligne, malgré la crise, a connu une progression de 7% sur ses ventes de l’année dernière. D’après l’institut PhoCusWright le chiffre d’affaire du e-tourisme en France en 2012 s’élevait à 17,7 Milliards d’euros.

Même si seulement 56% des français sont partis en vacances en 2012 la grande majorité d’entre eux (84%) est passée par internet pour préparer ou réserver son voyage. Internet est devenu la principale source d’information et de préparation de voyages. Selon les agences de voyages physiques, 92% de leurs clients se renseignent d’abord sur internet avant de venir les consulter. La recherche d’information touristique sur internet est aussi très bénéfique aux sites de réservation en ligne car 73% des internautes ayant préparé leur voyage sur internet effectuent par la suite leurs réservations en ligne. Aujourd’hui en France ce sont plus de 12 Millions d’internautes qui utilisent internet pour réserver en ligne.

Les internautes en 2012 ont principalement utilisé internet dans le milieu du tourisme pour comparer les prix et rechercher les meilleurs rapports qualité/prix. La seconde utilisation en toute logique est la réservation sur internet car après s’être renseigné les internautes ont directement acheté leurs séjours et services touristiques en ligne.

Les tendances pour 2013

Les prévisions pour le e-tourisme en 2013 voient toujours une croissance des ventes avec plus d’internautes achetant leurs séjours touristiques sur internet. Selon statistica.com le e-tourisme au niveau mondial devrait croître de 9% en 2013. Pour la France, si la Fevad prévoit une augmentation de 18% du chiffre d’affaire du e-commerce à 53 Milliards d’euros en 2013, il est fort à parier que le e-tourisme son acteur principal devrait en profiter.

Avec 64% des français qui déclarent prévoir de partir en 2013 pour les grandes vacances d’été voici 5 tendances qui devraient toucher le e-tourisme cette année:

1.    Une bonne progression des réservations par smartphone et tablettes.

 C’est la tendance de 2013 et elle ne devrait pas épargner le e-tourisme. En 2012 en France 10% des internautes mobile ont acheté des biens et des services touristiques depuis leur smartphone. Ils sont également 35% des internautes a avoir préparé leurs vacances depuis leurs mobiles et ce nouveau mode de préparation semble avoir été apprécié par la grande majorité d’entre eux. Avec un nombre grandissant de possesseurs de tablettes et des smartphones aucun doute que ces chiffres devraient augmenter cette année.

La recherche d’information touristique devient donc de plus en plus répartie entre ordinateur, tablettes et smartphones. Il deviendra donc indispensable d’adapter son site e-tourisme et son système de payement en ligne sécurisé à ces nouveaux appareils mobiles afin de capter le marché naissant et croissant du m-commerce (mobile-commerce). Lire notre article sur les avantages d’un site responsive pour 2013.

Internet aujourd’hui sert à préparer son séjour, de même pendant le voyage pour effecteur des recherches, puis après le voyage pour partager ses photos et ses avis. Selon NetBooster 53% des gens partent en vacances avec leur smartphone et la principale utilisation qu’ils en font sur leur lieu de villégiature est d’ordre pratique comme rechercher une adresse, une attraction ou un restaurant ou encore réserver un hôtel. Il devient donc primordial aujourd’hui d’avoir un site internet bien référencé sur les moteurs de recherche et de posséder un site mobile pour capter des clients directement sur leur lieu de vacances. Cette utilisation concerne principalement l’hôtellerie avec une augmentation des réservations de dernière minute ou le jour même depuis des smartphones et tablettes.

Ce basculement vers le mobile devient une opportunité marketing avec de plus en plus de sites e-tourisme proposant des tarifs spécifiques ou des réductions pour les visiteurs mobiles.

2.    La personnalisation

Si les acheteurs de biens touristiques sont sensibles aux prix celui-ci n’est pas forcement le facteur déclenchant du processus d’achat. Le plus important est l’adéquation entre le projet de l’internaute et les propositions qui lui sont faites. D’après une étude réalisée par eyefortravel.com 41% des américains seraient prêt à réserver sur un site qui leur propose des publicités personnalisées et qui les inspirent. Avec des clients qui cherchent plus d’ expériences uniques et enrichissantes, l’ offre personnalisée peut favoriser ou déclencher un processus d’achat !

3.    Analyser les données utilisateurs

Avec la progression des internautes qui préparent et réservent leurs voyages sur internet, les sites d’ e-tourisme génèrent de plus en plus de données concernant les utilisateurs. Ainsi une bonne analyse des données permet un meilleur ajustement des offres, cela afin de répondre au bon moment aux besoins des clients.

4.    Les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont très présents sur les sites d’ e-tourisme et interviennent dans le processus de préparation de voyage. Seulement 20% des internautes en 2012 ont utilisé les réseaux sociaux pour préparer leurs vacances ils sont 96% à se dire influencés par les avis de leurs amis. Avec la nouvelle fonctionnalité de Facebook, Graph Search, qui devrait être lancée cette année il sera plus facile pour les utilisateurs de connaître les préférences touristiques de leurs amis et devrait augmenter l’influence de ceux-ci dans la préparation de leurs voyages.

5.    La désintermédiation

C’est une tendance qui devrait se poursuivre en 2013. Respectivement aux troisième et quatrième places des utilisations d’internet pour le tourisme sont la réduction d’intermédiaire et la réduction d’achats sur place. Les internautes utilisent désormais internet pour court-circuiter les tours opérateurs qui ont vu leur chiffre d’affaire baisser ! Ainsi les internautes ont un accès plus directe et rapide aux offres touristiques. Google devrait tenter de profiter de cette utilisation d’internet avec son service Hotel Finder. (Voir vidéo)


Conclusion:

Le e-tourisme 2013 n’est pas mort et les sites qui sauront s’adapter aux utilisations mobiles d’internet et qui offriront un contenu personnalisé devraient tirer leur épingle du jeu cette année.

Comment s’est passée l’année 2012 pour votre site e-commerce? Voyez-vous d’autres tendances se profiler pour le e-commerce en 2013? N’hésitez pas à laisser vos commentaire ci dessous !

 

more...
DRAOUI AYOUB's curator insight, April 23, 2013 7:56 AM

La croissance du e-tourisme en 2012-2013.

Scooped by WYM Conseils & Services
Scoop.it!

Deloitte : "la guerre des commissions dans l'hôtellerie est ouverte"

Deloitte : "la guerre des commissions dans l'hôtellerie est ouverte" | Yield Management et l'e-distribution | Scoop.it
Les commissions des agences de voyages de ligne ont progressé de 28% en 5 ans et de 70% en province.
WYM Conseils & Services's insight:

"Nous passons de la guerre des prix à la guerre des commissions dans l'hôtellerie" a lancé ce matin Philippe Gauguier, associé du cabinet de conseil Deloitte - In Extenso, lors de la présentation du 15ème Baromètre annuel sur l'hôtellerie française.

La part des commissions dans le chiffre d'affaires des hôteliers français est en effet passé de 3,8% à 4,7% entre 2008 et 2012 et, plus grave encore, leur montant a augmenté de 28% sur cette même période. Une progression sans rapport avec celle de l'activité des hôteliers, calculée à moins de 4% dans le même temps.

Mais ce sont les hôtels de province qui ont été le plus touché par l'augmentation de la part des agences de voyages en ligne dans la distribution puisque le montant des commissions a augmenté de 70%. "Les OTA restent utiles pour optimier le chiffre d'affaires et le taux d'occupation des hôteliers mais il faut savoir utiliser ce canal et avoir une stratégie pour ne pas être asphyxié" a commenté Olivier Petit, associé du cabinet de conseil Deloitte - In Extenso.

Le baromètre annuel révèle dans l'ensemble "une situation constrastée pour le secteur hôtelier en 2012" avec une solide performance des segments haut de gamme et grand luxe (+3% et +6% de chiffre d'affaires) tandis que "l’hôtellerie super-économique à milieu de gamme stagne, voire recule".

Bruno Gomes

more...
No comment yet.