[traduction] Fukushima, Japon - Des dizaines de milliers d'habitants de la préfecture de Fukushima sont laissés dans le sillage de la crise nucléaire car ils craignaient les effets sanitaires des rayonnements, d'parès des responsables locaux.

 

La plupart d'entre eux voulaient éviter que leurs enfants soient exposés aux dangers des radiations pendant que des problèmes plus graves ont émergé de la crise à la station de Fukushima Daiichi.

 

L'usine a fui les matières radioactives, après avoir été frappé par le séisme et le tsunami du 11 mars. L'opérateur Tokyo Electric Power Co a eu du mal à la mettre sous contrôle.

 

Au 11 août, au moins 51 576 personnes avaient quitté Fukushima, dont la population est d'environ 2 millions de personnes, d'après les responsables préfectoraux.

 

Les groupes de citoyens sont préoccupés par certains symptômes qui apparaissent plus fréquemment chez les enfants.

 

«Certains enfants ont eu la diarrhée ou des saignements de nez à plusieurs reprises et d'autres ont développé un mal de gorge, dit Chieko Shiina, qui travaille au sein du réseau de Fukushima pour sauver les enfants de la radioprotection. «Certains enfants disent aussi qu'ils se sentent apathique et fatigué.

 

Elle craignait que plus d'enfants pouvaient développer de tels symptômes dans les prochains mois.

(...)

--

NB : un article traduit de Deutsche Presse-Agentur