Toulouse networks
46.7K views | +11 today
Follow
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Sigfox signe un contrat de 300 millions d'euros avec la Chine

Sigfox signe un contrat de 300 millions d'euros avec la Chine | Toulouse networks | Scoop.it

Ludovic Le Moan fait partie de la délégation de chefs d'entreprises à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Chine.

 

À l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Chine, le Toulousain Sigfox a signé ce mardi 9 janvier un accord avec la Ville de Chengdu pour déployer une solution de téléassistance en Chine.

 

C'est un nouveau gros coup pour Sigfox. Après avoir levé 150 millions d'euros fin 2016, la société basée à Labège qui développe un réseau bas débit des objets connectés annonce ce mardi 9 janvier la signature d'un contrat d'un montant de 300 millions d'euros en Chine.

Sa solution déployée à terme dans 20 villes en Chine

Grâce à son système de transfert de données à bas coût, Sigfox a mis au point avec Senioradom une solution de téléassistance composée de capteurs de mouvements, d'ouverture de porte et d'un pendentif d'alerte ainsi que de géolocalisation. Cette solution est conçue pour détecter automatiquement des anomalies de comportement susceptibles d'être la conséquence d'une chute, d'un malaise ou d'un début de fragilité mentale (Alzheimer).

"Après un test d'une année sur un échantillon de 1 500 personnes qui débutera en 2018 dans la ville de Chengdu, 'The Chengdu High-Tech Industrial Development Zone' s'engage à investir près de 300 millions d'euros pour déployer cette solution dans les vingt plus grandes villes chinoises", annonce la société.

La Chine compte plus de 200 millions de seniors et aucune solution de téléassistance n'a été déployée à ce jour.

 "C'est une étape majeure pour le développement de Sigfox en Chine, où l'Internet des objets a un potentiel incroyable, commente Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox par voie de communiqué de presse. Il ne s'agit que d'une première étape dans notre développement dans la région, mais l'importance de cet accord montre que Sigfox peut apporter des solutions innovantes et changer radicalement le marché de l'Internet des objets en Chine."

OMG, I've never seen @kernelKing with a tie !!! Congrats @sigfox for the 300MEUR contract signed in Beijing in front of @EmmanuelMacron and XiJinping ! pic.twitter.com/gkQ364hWuB

 
Henri Bong (@hbong99) 9 janvier 2018
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Mounir Mahjoubi à la rencontre des startups toulousaines

Mounir Mahjoubi à la rencontre des startups toulousaines | Toulouse networks | Scoop.it

A cette occasion, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique a rencontré le Président de l’association La Mêlée, Edouard Forzy

Le Secrétaire d’Etat en charge du Numérique Mounir Mahjoubi, était présent à Toulouse ce jeudi 21 et ce vendredi 22 décembre 2017, afin de rencontrer des startups du territoire, notamment au sein de l’incubateur de Météo France.

 

Des annonces concernant un rapprochement entre la GreenTech verte et la French Tech ont été effectuées à Toulouse le 22 décembre 2017, après une matinée de rencontres avec les entrepreneurs installés dans l’incubateur GreenTech verte de Toulouse. 

Concrètement, il s’agit, d’une part, d’un rapprochement entre la GreenTech verte et la French Tech visant à renforcer et développer les liens entre les porteurs de projets innovants au service de la transition écologique et solidaire ; d’autre part, d’un paquet numérique économie circulaire : une démarche d’intelligence collective à l’occasion de la parution de la feuille de route sur l’économie circulaire en mars qui aura pour objectif de faciliter la mise à disposition des données, notamment des secteurs des déchets, et de favoriser le développement d’un nouveau modèle économique.

Implanté depuis mars 2017 dans les locaux de Météo France, le site accueille les lauréats « GreenTech verte » du ministère de la Transition écologique et solidaire basés en région Occitanie. Il est également ouvert aux agents de Météo-France et aux élèves de l’Ecole nationale de météorologie. Le déplacement à Toulouse venaient clore la consultation en ligne initiée par les pouvoirs publics en septembre 2017. Le « Tour des startups », démarche visant à échanger avec les porteurs de projets pour identifier tous les freins que les startups rencontrent encore dans leur secteur d’activité, se clôtura mi-février avec de nouvelles étapes en perspective. A cette occasion, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique a rencontré le Président de l’association La Mêlée, Edouard Forzy (en photo ci-dessus).

 

MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

EQUISURE - the first connected alert system designed for horse riders

EquiSure™ has been made to: • detect a fall and qualify the strength of the impact • detect the rider’s immobility • launch an alert in real time as soon as it detects a fall • locate the accident with or without GPS signal • verify the reality of the alert • track the horse and send its position regularly • reassures the relatives

 

Jacques Le Bris's insight:

Pourquoi se limiter aux cavaliers ?

VTT, Motocyclistes, Véliplanchistes, Surfeurs, etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le fondateur de Twitter annonce la prochaine mise en place de nouvelles règles, plus strictes

Le fondateur de Twitter annonce la prochaine mise en place de nouvelles règles, plus strictes | Toulouse networks | Scoop.it

Jack Dorsey, fondateur de Twitter, a annoncé de nouvelles règles sur le réseau social, le 14 octobre 2017.

 

Est-ce l'affaire Harvey Weinstein qui a poussé Twitter à faire évoluer ses règles ? Samedi 14 octobre, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, a annoncé que le réseau social allait bientôt adopter "une posture plus agressive dans [son] règlement".

6/ We decided to take a more aggressive stance in our rules and how we enforce them.

— jack (@jack) 14 octobre 2017

 

Ces derniers jours, Twitter était très critiqué pour avoir suspendu temporairement le compte de l'actrice Rose McGowan. Cette dernière, l'une des premières à avoir dénoncé les violences sexuelles du producteur Harvey Weinstein, avait diffusé un numéro de téléphone, "ce qui est interdit dans les règles de l'entreprise", explique Le Monde.

Cette justification n'a pas satisfait les utilisateurs. "Twitter, faites-nous savoir quelles règles Rose McGowan a enfreintes", a ainsi publié l'actrice Jessica Chastain. Certains internautes ont dénoncé cette suspension, alors que des messages violents restaient en ligne. "Les menaces nucléaires : ok. Les numéros de téléphone : pas ok. J'ai compris", a par exemple écrit un utilisateur.

Hey @Twitter let us know which of these rules @rosemcgowan broke. Asking for multiple victims of sexual violence. https://t.co/eiZjQeMAVg

— Jessica Chastain (@jes_chastain) 12 octobre 2017

 

nuclear threats: ok
phone numbers: not ok

got it. https://t.co/UuV09KkzX0

— Daniel Bentley (@DJBentley) 12 octobre 2017

 

C'est après cet épisode que Jack Dorsey a annoncé de "nouvelles règles". "Ces changements seront mis en place dans les prochaines semaines", a indiqué le fondateur de Twitter, ajoutant que les modifications concerneraient tout particulièrement "les avances sexuelles non-désirées, la nudité non-consensuelle, les symboles de haine, les groupes violents et les tweets qui mettent en valeur la violence".

7/ New rules around: unwanted sexual advances, non-consensual nudity, hate symbols, violent groups, and tweets that glorifies violence.

— jack (@jack) 14 octobre 2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse, capitale occitane du coworking : jusqu'à quand ?

Toulouse, capitale occitane du coworking : jusqu'à quand ? | Toulouse networks | Scoop.it

Le Lab’Oïkos incite les entreprises et les particuliers hébergés à optimiser leurs pratiques sociales, environnementales et sociétales.

 

Espace de coworking, tiers-lieu de travail, third place… Venus de Californie, ils donnent un réel dynamisme à la notion de bureau flexible. À Toulouse, de plus en plus d’acteurs sont désormais contraints à se livrer bataille pour conserver leur part de marché.

 

Encore confidentiel il y a dix ans, le bureau de travail partagé ou coworking déferle désormais en France. L’Occitanie n’échappe pas à ce phénomène. « Début 2015, nous avons comptabilisé soixante tiers-lieux, comprendre des espaces de coworking (bureaux pour indépendants et start-ups) et de télétravail (pour les salariés d’une entreprise). En 2017, il y en a 115 », constate Annie Fachetti, coanimatrice de la commission télétravail et espaces collaboratifs de La Mêlée.

La Haute-Garonne recense 46 lieux, l’Hérault en compte 16, le Gers en concentre 13, tandis que le département des Hautes-Pyrénées est le grand retardataire régional avec trois lieux.


Toulouse rassemble à elle seule 35 espaces de ce genre. Un chiffre loin d’être définitif puisqu’un autre espace nouvelle génération est annoncé à la Cartoucherie, et que l’américain Wework est attendu.

Dans la grande couronne, Coworking Ganguise vient d’ouvrir près du lac éponyme ; Et Le 100e singe est annoncé en septembre, à Berlberaud.

« L’offre est très diversifiée et repose sur des modèles économiques eux aussi divers », tempère Annie Fachetti. En clair, avec une foule d’acteurs, la bataille des tiers-lieux a commencé, certains restant même sur le carreau. Le jeune entrepreneur Florian Zordan en a d’ailleurs fait les frais. En 2015, après quelques semaines d’activité, il a été contraint à fermer son espace.

 

Un réseau, une communauté

Les tarifs des locations de bureaux, qu’ils soient à l’heure, à la demi-journée, à la journée, ou au mois, ne sont plus des arguments de différenciation pour les acteurs, qui pratiquent des prix assez identiques. Pour se distinguer, la dimension du réseau, voire de la communauté, source de synergies et de motivation, est l’une des principales valeurs ajoutées de ces temples du travail partagé.
Le pionnier du genre, La Cantine, fédère depuis 2010 une communauté autour du numérique. Subventionnée par Toulouse Métropole, à hauteur de 60.000 euros par an, elle a souhaité se diversifier en incubant des start-ups (une trentaine en tout depuis 2012, Ndrl). « Nous étions les premiers à proposer du coworking », explique Édouard Forzy, président fondateur de La Mêlée, qui porte la Cantine. « Mais cela ne suffisait pas pour faire vivre un lieu de 1000 m². Sur ce marché concurrentiel, nous avons créé une communauté en s’adressant à un public plus large. Ainsi, notre modèle économique repose sur d’autres types de services, tels que l’organisation d’évènements pour les entreprises et des start-ups (600 par an) et la mise en place d’un incubateur. »

 

De son côté, HarryCow, qui souffle sa première bougie en mai, offre aux indépendants et aux jeunes entreprises la possibilité d’être immédiatement opérationnelles au contact d’autres entrepreneurs. « Nous avons inscrit le numérique dans un monument du patrimoine, un ancien couvent du XIIIe siècle », se félicite Nathalie Bard, à la tête de cet espace installé rue Sainte-Ursule, à Toulouse. « On souhaite créer un écosystème des freelances de toutes les professions, mais aussi des start-ups et des associations. Ainsi, on met en avant leurs compétences, et chacun est amené à se présenter autour d’un apéritif ou d’un déjeuner. Leur biographie, avec photo professionnelle à moindre coût, peut être utilisée sur Facebook. Nous les accompagnons aussi en faisant intervenir des experts, notamment administratifs et juridiques. On veut favoriser les passerelles avec les entreprises », assure Benoit Lafourcade, coassocié.

 

 

 

 

 

Le Lab’Oïkos a choisi un autre domaine : l’économie positive. Et incite les entreprises et les particuliers hébergés à optimiser leurs pratiques sociales, environnementales et sociétales pour minimiser l’impact de leurs activités sur les ressources naturelles et humaines. « Notre positionnement est notre valeur ajoutée », affirme Rémi Demersseman-Pradel, président-fondateur de l’Oïkosystème. « Et le coworking est un point d’entrée, il est une brique qui donne du sens à notre offre. Mais il n’est pas le seul. »

 

Au premier semestre, un centre d’expertise en Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ouvrira également ses portes. « Ce centre, chargé d’améliorer les performances et la qualité au travail des PME, proposera des formations collectives et individuelles, dont le programme n’est pas encore défini », souligne Raphaël Levy, « le connecteur » de cet espace place Saint-Aubin. « Ainsi notre offre sera globale et cohérente. »

 

Des services soignés

Attirer les coworkers c’est bien, les conserver c’est mieux. Aussi, les hôtes de ces lieux 2.0 développent-ils une multitude de services censés optimiser le confort des « sans bureaux fixes ». Le Lab’Oïkos a par exemple inventé un nouveau métier : le facilitateur. Et c’est Raphael Levy qui s’y colle ! Il est la personne référente qui, sur place, améliore le quotidien des indépendants et des start-uppers. Multi-compétent, comme il se définit lui-même, il gère les problèmes de connexion internet, porte une attention au bruit. Ou encore établit des devis commerciaux, si le coworker souhaite créer un évènement.

HarryCow élargit pour sa part les heures d’ouverture en journée, et propose de domicilier les entreprises. Enfin, l’espace envisage de mettre aussi en place un vidéoprojecteur et d’aménager une terrasse.

 

Kooloc a volontairement évité le centre-ville de Toulouse, déjà occupé. Imaginée par quatre associés, dont les professions embrassent plusieurs secteurs (un avocat spécialisé en droit des affaires, une formatrice, un porteur salarial et une community manager), l’idée consiste à proposer une vingtaine de postes de travail et huit bureaux privés dans le quartier Purpan. Un positionnement géographique différent, sans négliger toutefois la mise en place d’une kyrielle de petits « plus » : une conciergerie d’entreprise, des évènements autour du bien-être une fois par mois, des incentives (actions visant à motiver des collaborateurs ou entrepreneurs ndlr) … explique l’une des fondatrices, Lucrécia Grimaud. Ouvert en mars, Kooloc mise la proximité de l’aéroport pour prendre une part de ce marché.


Audrey Sommazi

Jacques Le Bris's insight:

Télétravail, le changement de culture attendu

Ils sont dans les starting-blocks, prêts à dégainer leurs nouvelles offres pour séduire les télétravailleurs, et surtout leurs employeurs. « 2017-2018 est une année charnière pour nous car l’enjeu est le télétravail », affirme Sébastien Hordeaux, le fondateur d’Étincelle Coworking. Le jeune chef d’entreprise s’apprête ainsi à accueillir les salariés nomades. Il mise alors sur le développement progressif de sa structure avec pour objectif d’être présent à Toulouse et sur l’ex-région Midi-Pyrénées. L’espace Wilson – l’un des trois lieux Étincelle situés en centre-ville – pousse les murs pour s’agrandir, et de nouveaux lieux ont ouvert leurs portes à Montauban et à Albi (en février dernier). Montpellier serait dans les tuyaux. « Ce marché est en pleine croissance, et il est à prendre, même s’il est compliqué à mettre en place », tempère Raphaël Levy. « Les contrats doivent en effet être signés avec les entreprises, les salariés et nous. Et on se heurte au management, qui craint une perte de contrôle et de confiance des salariés. » Malgré une certaine frilosité des entreprises, le Lab’Oïkos se prépare lui aussi à prendre sa part du gâteau, en aménageant des bureaux privatifs d’ici à la fin de l’année.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Biocenys et Beeguard s'associent pour connecter les ruches

Biocenys et Beeguard s'associent pour connecter les ruches | Toulouse networks | Scoop.it

Biocenys pourra bientôt enrichir ses ruches d'outils connectés pour mieux suivre l'écosystème de ces petites bêtes.

 

Le spécialiste toulousain de l'implantation de ruches en entreprise, Biocenys, va s'associer à BeeGuard, qui développe une solution de suivi des ruches à distances grâce à l'internet des objets.

 

Déjà connue des Toulousains, Biocenys, la société spécialiste de l'implantation de ruches en entreprises (les sociétés Veolia, Icade, Habitat Toulouse, TBS et 3X Consultants ont notamment fait appel à elle à Toulouse) passe un nouveau cap en s'associant à Beeguard. Cette société toulousaine permet un suivi à distance des ruches. En s'associant les deux entreprises souhaitent récolter des données en temps réel tels que le poids, la localisation, la température et l'hygrométrie (quantité d'humidité contenue dans l'atmosphère) des ruches mais aussi connaître les interventions réalisées sur les ruches par les apiculteurs.

Biocenys pourra ainsi suivre les ruches à distance et offrir un service supplémentaire à ses clients. En effet, grâce aux ruches connectées, la société sera en mesure de repérer les éventuels problèmes (une chute de poids progressive peut, par exemple, signifier la perte de la colonie) et de façon générale mieux gérer les colonies.

Lire aussi : Biocenys, la Scop qui met des ruches dans les entreprises

"La solution que nous avons développée est déjà commercialisée pour les professionnels qui l'utilisent notamment pour optimiser le moment de la récolte en suivant les courbes des miellées, explique Christian Lubat cofondateur de BeeGuard. C'est en revanche une nouveauté que d'imaginer une interface grand public qui permette de rendre les informations plus pédagogiques."

Biocenys, qui doit gérer un cheptel de plus de 150 ruches réparties dans différentes entreprises en Occitanie commencera par équiper ses propres ruches. Ensuite, progressivement, les ruches d'entreprises seront équipées. "Nous pourrions même imaginer qu'un plus grand nombre de ruches soient connectées à l'échelle d'un territoire, pour fournir un indicateur environnemental encore jamais mis en place", imagine Emmanuelle Parache, fondatrice de Biocenys.

 

Par Maxime Birken

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Internet des objets : la startup Telegrafik lève un million d'euros

Internet des objets : la startup Telegrafik lève un million d'euros | Toulouse networks | Scoop.it

Carole Zisa-Garat, fondatrice de Telegrafik

 

La startup fondée à Toulouse par Carole Zisa-Garat vient de lever un million d'euros pour accélérer sa commercialisation. Telegrafik propose une solution de téléassistance pour les personnes âgées vivant seule à leur domicile et se base sur les technologies du big data et des objets connectés.

 

La startup toulousaine Telegrafik, lancée en 2013, annonce une levée de fonds d'un million d'euros pour permettre à l'entreprise d'accélérer la commercialisation de sa solution de téléassistance : un service dédié aux personnes âgées vivant seules à leur domicile (Otono-Me). La société, qui se positionne à la frontière de l'internet des objets et de la silver économie, est l'une des porte-drapeaux de la French Tech toulousaine.

 

Lire aussi : Startups : qui a levé le plus de fonds en 2016 à Toulouse ?

 

Pour ce tour de table Telegrafik est accompagnée par des fonds d'investissement reconnus pour être attentifs à l'impact sociétal des entreprises :

  • Citizen Capital,
  • Aviva Impact Investing France (géré par le Comptoir de l'Innovation),
  • La coopérative de financement Initiatives pour une Économie Solidaire,
  • Le réseau des Business Angels des Grandes Écoles,
  • Le family office Financière de Blacailloux,
  • BPI France Financement.

Telegrafik, qui compte actuellement 7 salariés, devrait doubler ses effectifs d'ici 2 ans, mais ne souhaite pas communiquer son chiffre d'affaires. Pour rappel, la présidente de la société Carole Zisa-Garat est membre du conseil national du numérique.

 

SOPHIE ARUTUNIAN

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook lance un système anti-fraude 

Facebook lance un système anti-fraude  | Toulouse networks | Scoop.it

Après avoir été accusé de la victoire de Donald Trump aux Etats Unis, Facebook semble vouloir éviter ce genre d’accusations en Allemagne. En effet, le réseau de Mark Zuckerberg annonce qu’il sortira dans les semaines à venir un dispositif de lutte contre les articles trompeurs en Allemagne. Ce sera la première incursion en Europe.

Facebook vient de dévoiler son Journalism Project, un large dispositif censé rapprocher le réseau social des médias, en leur fournissant plus de moyens d’entrer en contact au travers d’outils. Le but est de reconquérir un public, qui s’est montré très déçu de Facebook suite à la multiplication des articles « bidon » sur le réseau social. Ces articles aurait joué un rôle important dans l’élection de Donald Trump.

La plateforme à succès a rapidement décidé de redorer son image en mettant en avant sa lutte contre les articles trompeurs. Comme expliqué dans un article publié le 15 janvier, Facebook annonce le déploiement en Allemagne et aux Etats Unis de ses outils pour combattre les informations éronées.

Les utilisateurs du premier réseau social au monde pourront signaler des contenus qui leur semblent suspects, qui seront ensuite vérifiés par des journalistes issus « de médias indépendants », se conformant aux règles de l’institut Poynter. Une fois un article déclaré douteux, des alertes apparaitront au moment de le partager et des sanctions pourront être appliquées.

 

MARGAUX PONTHIEUX

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

So long, Yahoo: Company to be renamed after Verizon sale is complete

So long, Yahoo: Company to be renamed after Verizon sale is complete | Toulouse networks | Scoop.it

Pour one out for Yahoo - it's the end of the former internet giant as we know it. 

An SEC regulatory filing revealed today that once the sale of Yahoo Inc.'s core business to Verizon is complete, the company will be renamed Altaba Inc. 

Altaba will operate as an investment company - an empty shell, essentially - holding shares in Chinese e-retail powerhouse Alibaba and Yahoo Japan, according to Investors Business Daily. Yahoo's investments in Alibaba are largely what kept it afloat long after the writing of its demise was on the wall. 

But the name change isn't the only news to come out of today's filing: it was also revealed Yahoo CEO Marissa Mayer will resign from the company's board once the sale is sealed. Yahoo co-founder David Filo will also step down. 

Yahoo CEO Marissa Mayer

Mayer has overseen Yahoo as its status crumbled over the last several years, failing to resurrect the once powerful web firm. Whether Mayer has a roll in any part of Yahoo or Altaba going forward remains to be seen.  

According to the filing, the resignation of current members isn't due to any disagreement with the company or over how it's being run. Once formed, the Altaba board will consist of five members.

Of course, the sale to Verizon is anything but a done deal - recent revelations of two massive data breaches have called the entire proposal into question. Verizon general counsel Craig Silliman said in October the US carrier had "reasonable basis" to believe the first-reported 500 million user breach could alter a deal, including Verizon walking away. 

Today's filing cites the "security incidents disclosed on September 22, 2016 and December 14, 2016" as factors that could lead Verizon to terminate or renegotiate an agreement. 

With today's filing, it seems the sale's completion is in the cards - pending any more surprises.  

 

Michelle Fitzsimmons

Michelle is TechRadar's Senior News Editor and is based in the Bay Area. Covering all things tech, Michelle is obsessed with good handsets, smart machines and self-driving cars. With an eye on every corner of the industry, Michelle aims to bring you the most useful and entertaining bits about the tech you love. Got a tip? Drop her a line!

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Hub Booster Nova : décollage ce 15 décembre 2016

Hub Booster Nova : décollage ce 15 décembre 2016 | Toulouse networks | Scoop.it

Booster Nova fête son premier anniversaire et annonce la création d’un « Hub » dédié à l’utilisation des données spatiales, ce 15 décembre 2016 à Toulouse, en partenariat avec La Mêlée.

 

Booster Nova est une initiative destinée à promouvoir l’utilisation des données spatiales, principalement recueillies par les satellites. Ces données (le plus souvent ouvertes au public) peuvent être utilisées par des startups pour des solutions spécialisées dans tel ou tel secteur (l’agriculture, le maritime & la pêche, la pollution, etc.).

Il existe aujourd’hui quatre « Boosters » en France : Bretagne, Ile-de-France, Sud-Est et Sud-Ouest. Alors qu’il fête son premier anniversaire, Booster Nova lance à Toulouse une action inédite : le Hub Booster Nova, à la Cantine de la rue d’Aubuisson (la Cantine Toulouse est quant à elle installée au 1er étage du Quai des Savoirs, allées Jules Guesde).
« Le secteur du spatial produit énormément de données et il est important que ces données soient mises à disposition à des entreprises numériques pour être ensuite utilisées dans toutes les filières », explique David Convers, Chef de Projet Booster Nova au sein d’Aerospace Valley (en photo, au centre).

 

Vers de nouveaux usages

Dans l’esprit de l’open data, Booster Nova est à la recherche de nouveaux usages pour les données produites par l’industrie aérospatiale. « Un programme tel que Copernicus permet aujourd’hui d’obtenir un panorama complet de la planète Terre tous les cinq jours », ajoute David Convers. « Il serait dommage qu’une telle masse de données soit peu exploitée ! ».

Durant sa première année d’existence, en 2016, Booster Nova a accompagné six projets autour des écosystèmes de Bordeaux, Montpellier et Toulouse (le « Grand Sud-Ouest »), avec des aides financières qui allaient de 200.000 euros à 2 millions d’euros. En 2017, ce sont entre dix et quinze projets qui seront ainsi accompagnés et « les réunions, conférences et événements toulousains du Booster Nova seront co-localisés à la Cantine de la rue d’Aubuisson à Toulouse », conclut David Convers.


Pascal Boiron, MID e-news

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fichage de millions de Français : des Toulousains lancent une action collective contre le décret TES

Fichage de millions de Français : des Toulousains lancent une action collective contre le décret TES | Toulouse networks | Scoop.it

Une action collective est organisée, depuis mercredi 30 novembre 2016, à Toulouse, contre le décret Titres Électroniques sécurisés.

 

Afin d'annuler le décret Titres électroniques sécurisés, une action collective est organisée à Toulouse, à partir du 30 novembre 2016. Comprendre le débat et comment participer.

 

Le décret concerne 60 millions de Français. Mercredi 30 novembre 2016, dans l’après-midi, une action collective a été lancée à Toulouse, contre le décret Titres électroniques sécurisés (TES). Ce dernier, publié le 30 octobre 2016 au Journal officiel (JO), autorise la création d’un méga-fichier national, regroupant les données personnelles de plusieurs millions de Français.

 

Action contre le « fichier Halloween »

Renommé le « fichier Halloween », le décret a suscité bien des réactions négatives. My Smart Cab, une plateforme gérée par une équipe d’avocats, a décidé d’ouvrir une action collective ouverte à tous les citoyens, afin d’éviter « toute récupération politicienne ».

Les deux premiers requérants sont Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), et Didier Bonin, un « simple citoyen qui entend ne pas être considéré comme un suspect permanent ».

L’objectif final est d’obtenir l’annulation du décrété, car il est contraire aux textes européens en matière des fichiers de données sensibles et contrevient au principe de « spécialité » de tels fichiers, qui ne peuvent pas servir tout à la fois à l’authentification des données et d’identification du porteur, précise un communiqué de My Smart Cab.

Tous les citoyens qui n’acceptent pas ce décret sont donc invités à se joindre à l’action collective, lancée par le cabinet toulousain.

 

Pour y participer, il suffit de se connecter sur le site de My Smart Cab. Cliquez sur « actions en cours » et inscrivez-vous. Le module doit se mettre en ligne, mercredi dans l’après-midi.

 

Chaque participation coûte 60 euros TTC, afin de couvrir les frais des avocats. Le recours doit être déposé fin décembre 2016.

 

Qu’est-ce que le TES ?

C’est un fichier qui regroupera différentes informations : notre identité, la couleur de nos yeux, l’adresse de notre domicile, la filiation de nos parents, notre photo, nos empreintes digitales, notre signature numérisée, notre adresse mail et notre numéro de téléphone. Face aux protestations, Bernard Cazeneuve et Axelle Lemaire, la secrétaire d’État au numérique et du Conseil national du numérique, avaient annoncé que les Français pourraient s’opposer au transfèrement de leurs empreintes digitales dans la nouvelle base de données.

L’ensemble de ces données devraient être conservées quinze ans (s’il s’agit d’un passeport) ou vingt ans (si elles proviennent d’une carte d’identité). Si le titulaire des documents est mineur, les données seront gardées quinze et dix ans. Seuls les mineurs de moins de douze ans seront « épargnés ».

Avec le TES, le gouvernement veut lutter contre l’usurpation d’identité. Mais les opposants au projet craignent qu’on puisse identifier une personne à partir de ses données, à des fins judiciaires notamment. Si l’éventualité est écartée, elle demeure techniquement possible. Reste maintenant le risque de piratage de la base de données. Le ministre de l’Intérieur a donc précisé que « des outils cryptographiques de très haut niveau sont mis en œuvre », pour protéger lesdites données.

 

> LIRE AUSSI : Zone Téléchargement : suspecté, l’un des administrateurs toujours en garde à vue à Toulouse

 

My Smart Cab
76 allées Jean-Jaurés, 7e étage, à Toulouse.
Tél. 05 62 30 91 52
Fax. 05 61 22 43 80
Site Internet

 

Alice Patalacci

Journaliste à Côté Toulouse.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. Sigfox lève 150 millions d'euros et reçoit le chef de l'État

Toulouse. Sigfox lève 150 millions d'euros et reçoit le chef de l'État | Toulouse networks | Scoop.it

Anne Lauvergeon, présidente du conseil d’administration de Sigfox, François Hollande, Ludovic Le Moan, président de Sigfox.

 

Le timing était bon : après avoir annoncé une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros, la société toulousaine Sigfox recevait, samedi 19 novembre, le Président de république François Hollande pour une visite des locaux de l’entreprise et des start-ups de l’IoT Valley.

 

La visite présidentielle a été l’occasion pour Ludovic Le Moan, le président de Sigfox, qui revendique plus de dix millions d’objets sur son réseau dans vingt six pays, de faire passer un message sur la réussite de ce secteur, auquel peu de gens croyait il y a encore quelques années.

« Cela met en lumière la dynamique française de l’Internet des objets et la réussite de cette Silicon Valley toulousaine. Au-delà du label French Tech, c’est important de montrer qu’il y a du business dans ce secteur économique et que la France en est le leader, devant les États-Unis », affirme Ludovic Le Moan. « Cette levée de fonds, la cinquième depuis notre création en 2010, va nous permettre d’atteindre l’équilibre et de ne plus avoir besoin de se financer. Être soutenu par de grands groupes industriels comme Total nous permettra de connecter des milliards d’objets et de discuter avec d’autres grands groupes dans d’autres pays où ils sont implantés »,

 

« Une des meilleures réussites françaises de ces dernières années »

Vendredi 18 novembre, la société Sigfox a donc annoncé la clôture d’une levée de fonds qui lui a permis de récolter 150 millions d’euros. L’entreprise vise désormais une introduction en Bourse en 2018. Parmi les nouveaux investisseurs, on compte le fondateur de Parrot, Henri Seydoux, et le géant pétrolier Total, Salesforce Ventures ou encore Tamer Group. L’entreprise toulousaine comptait déjà des investisseurs comme Bpifrance, Intel Capital ou Air Liquide. Lors de sa visite en Haute-Garonne, ce samedi 19 novembre, François Hollande a salué cette exceptionnelle levée de fonds qui « va permettre de soutenir d’autres entreprises » et la réussite fulgurante de la société toulousaine, « une des meilleures réussites françaises de ces dernières années ».

Le chef de l’État s’est également intéressé aux start-up de l’IoT Valley, ce regroupement de quarante entreprises innovantes, en rencontrant les responsables de Connit, d’EyeLights et de CityMéo. « Cet environnement de l’IoT Valley est favorable pour l’avenir économique de ces start-ups afin d’assurer leur développement car la France a des talents mais il est difficile d’assurer leur croissance », souligne François Hollande. « Une fois une certaine taille atteinte, le risque est qu’elles soient rachetées, captées. D’où l’enjeu de cette levée de fonds de Sigfox, qui va aussi porter la confiance des grands groupes dans des investissements à long terme dans ces start-up », a souligné François Hollande.

Fondée en 2011 par six entrepreneurs, l’association IoT Valley compte aujourd’hui quarante entreprises membres et plus de 500 collaborateurs. Les perspectives de croissance tablent sur une augmentation des effectifs de 60% d’ici la fin 2016. Après une séance de selfies avec les salariés de l’entreprise, François Hollande s’est rendu à l’école primaire d’Ayguesvives, lauréate du prix national "les clés de l’éducation au développement durable".

 

Julie Rimbert

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Choozme : le réseau social toulousain qui veut séduire en sept secondes

Choozme : le réseau social toulousain qui veut séduire en sept secondes | Toulouse networks | Scoop.it

Thierry Farrugia, Amandine Bourgeois, Patrice Merlen et Thibaut Charon les fondateurs de Choozme

 

 

Lancé il y a deux mois, Choozme le nouveau réseau social toulousain fait la part belle à la vidéo. A l’initiative de cette plate-forme, Thierry Farrugia et Patrice Merlen, qui ont été rejoints par la chanteuse Amandine Bourgeois.

 

 

« Une photo ne dit pas tout, alors que davantage d’informations passent dans une vidéo ». C'est en partant de ce postulat que Thierry Farrugia et Patrice Merlen, le premier est un célèbre saxophoniste et le second un ancien cadre chez Saint-Gobain, décident de lancer l’application « Choozme » en 2014 via la société Twoenzo.

Depuis son bureau installé à Labège, Patrice Merlen justifie le choix de sa nouvelle vocation. « Dans une vidéo, une voix, une chanson ou un sourire sont plus réels ». Pour ajouter à l’instantanéité de la rencontre, le format de la vidéo est limité à sept secondes. « L’idée est de faire se rencontrer par un message vidéo deux personnes qui ne se connaissent pas ». Les centres d’intérêt sont multiples : la chanson, la musique, la mode, les rencontres, etc.

Lancée en septembre 2016, l’application a déjà séduit plusieurs milliers d’internautes. Les deux cofondateurs ont été rejoints par une dizaine de personnes (marketing, technique, etc.) ainsi que par une ambassadrice connue de la scène musicale française : la chanteuse Amandine Bourgeois, amie du saxophoniste Thierry Farrugia. « Elle a été séduite par le projet et s’y est associée. Elle amène la touche féminine et sa notoriété », reconnaît Patrice Merlen.

Même si les dirigeants de Twoenzo cantonnent aujourd’hui le lancement de l’application à Toulouse et Paris, ils affichent de grandes ambitions pour le développement de leur application mobile disponible sur les plates-formes Apple Store et Android. Objectif : fidéliser 100.000 fans en 2016 et arriver à 1 million en 2017.

Une ambition qui passe par une levée de fonds de « plusieurs millions d’euros », lance Patrice Merlen sans préciser la somme exacte ni le nom des investisseurs potentiels, ainsi qu’une rentabilité dès 2017 « dans un secteur très concurrentiel », admet-il. « Quand cet aspect du business plan sera finalisé, nous pourrons alors nous implanter dans d’autres villes en France et à l’étranger. »


Philippe Font

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Success story du toulousain Brico Privé, le leader français des ventes en ligne de bricolage

Success story du toulousain Brico Privé, le leader français des ventes en ligne de bricolage | Toulouse networks | Scoop.it

En 5 ans, la start-up toulousaine Brico Privé est devenue le premier site web français spécialisé dans les ventes privées dédiées au bricolage, jardinage et aménagement de la maison. Reportage sur cette success story.

 

Créé en 2012, Brico Privé est aujourd’hui le premier site français spécialisé dans les ventes privées dédiées au bricolage, jardinage et aménagement de la maison. Toute l’année, le site web propose des grandes marques et des promos jusqu’à – 80%.

 

Les fondateurs, Marc Leverger et Julien Boué affichent aujourd’hui 100 millions d’euros de chiffre d’affaire, 5 millions de clients, 150 collaborateurs et une croissance annuel de 40%. Plus de 8000 colis sortent en moyenne de leur entrepôt de l’Union, près de Toulouse. 

 

Le potentiel de progression de l’entreprise est considérable. Le marché du bricolage en France pèse 25 milliards d’euros et seulement 3% sur internet. Si bien que Brico Privé prévoit de recruter 60 personnes cette année et s’agrandir dans de nouveaux locaux.

Une de nos équipes (Denis Tanchereau et Olvier Denoun) a pu pousser les portes de cette success story toulousaine :

 

 

https://embedftv-a.akamaihd.net/b76f4f8dbed6246d394153de5c2f99ff

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Troisième ligne de métro : les entreprises réclament une desserte directe de l'aéroport

Troisième ligne de métro : les entreprises réclament une desserte directe de l'aéroport | Toulouse networks | Scoop.it
La troisième ligne de métro ne prévoit pas de station à l'aéroport de Toulouse. (Crédits : Rémi Benoit)Les décideurs économiques ont une nouvelle fois demandé qu'une station de métro à l'aéroport de Toulouse soit intégrée dans l'itinéraire de la troisième ligne de métro, dont le tracé définitif a été présenté l'été dernier.

Nouveau coup de pression des entreprises sur le dossier de la troisième ligne de métro de Toulouse. Ce mardi 12 décembre, la CCI, les organisations patronales (Medef, CPME) et l'union professionnelle artisanale ont demandé une desserte directe vers l'aéroport.

Pour Philippe Robardey, le président de la CCI de Toulouse, l'attractivité économique de la Ville rose en dépend : "De grandes villes européennes comme Lyon, Madrid ou Amsterdam disposent d'une liaison directe entre le centre-ville et l'aéroport. Nous ne pouvons pas louper ce rendez-vous sinon nous risquons de prendre du retard avec les autres villes". Philippe Robardey souligne par ailleurs que "l'avenir du futur quartier d'affaires autour de la gare Matabiau est en jeu. Pour attirer de grands comptes, la question de la mobilité est cruciale".

 

Une desserte directe abandonnée par Tisséo faute de fréquentation

Le tracé définitif de la troisième ligne de métro a été présenté en juillet dernier. Le projet relie la gare de Colomiers et celle de Labège-la Cadène en passant par les sites d'Airbus à Colomiers et Saint-Martin, la gare SNCF de Matabiau, François Verdier, le quartier résidentiel de la Côte Pavée, Montaudran, Airbus Defence & Space... En revanche, l'option d'une desserte directe vers l'aéroport n'a pas été retenue. Les usagers de la troisième ligne de métro devront descendre à la station Jean Maga et prendre le tram vers l'aéroport.

Tisséo a justifié ce choix au regard de la faible fréquentation des solutions de transports en commun vers l'aéroport. Ainsi seuls 3 900 déplacements par jour sur le T2 concernent des passagers allant vers l'aéroport. La navette aéroport compte de son côté 1 500 déplacements par jour. "C'est très faible", commentait en juillet dernier Francis Grass, président de Tisséo ingénierie.

Philippe Robardey estime que "ces chiffres sont sous-évalués. Beaucoup de salariés travaillent à proximité directe de l'aéroport."

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Gilbert Gagnaire (EasyMile), manager de l’année Biznext 2017

Gilbert Gagnaire (EasyMile), manager de l’année Biznext 2017 | Toulouse networks | Scoop.it

Lauréats, parrains et membres du jury Biznext 2017

 

A l’occasion de la 3e édition de Biznext, organisée par La Tribune Toulouse, le fondateur et CEO d’EasyMile, a été désigné manager de l’année 2017 lors d’une soirée à Météo France lundi 13 novembre. A ses côtés, trois entreprises et un innovateur représentatifs de la transformation numérique en région toulousaine ont été mis à l’honneur. Revue de détail du palmarès.

 

Innovateur de l'année : Pierre Osswald, fondateur et président de Citizen Farm

Siège social : Miolles (Tarn)

Activité : Mini-ferme urbaine en aquaponie

Pierre Osswald a été désigné Innovateur de l'année par le jury de Biznext 2017. Citizen Farm, la startup créée par le jeune homme en 2014 alors qu'il était encore étudiant à TBS, propose des solutions pour l'alimentation de la population urbaine de demain. Pour cela, la startup a choisi de développer des solutions de production adaptées à l'environnement urbain, mais visant aussi à faire de la pédagogie. Pierre Osswald (30 ans) a tout d'abord passé un bac d'électro-technique à Albi, avant de travailler dans la restauration ou la charpente métallique... En 2011, il rejoint le programme Bachelor de TBS.

Citizen Farm a développé trois gammes de produits : Oz, un aquarium-potager pour faire pousser des plantes aromatiques en aquaponie, destiné aux particuliers, enfants et écoles. OïkoFarm, une mini-ferme urbaine mobile conçue à partir d'un container maritime recyclé qui permet de faire pousser des légumes sous serres sur deux étages sur 15m² au sol. Et enfin, des fermes urbaines sur-mesure (OïkoFarm²).

"L'aquaponie est un système qui est jusqu'à dix fois plus productif que la culture traditionnelle", explique Pierre Osswald, "tout en étant économe en eau et en n'utilisant aucun produit chimique". L'expérimentation grandeur nature menée à Toulouse dans le cadre de la Smart City de juin 2016 à septembre 2017 a permis de produire 400 kgs de légumes selon le fondateur de Citizen Farm. Une levée de fonds (800 K€) est envisagée pour 2018 afin d'accélérer le développement de Citizen Farm en Europe.

Autres nominés : Jean-Jacques Bois (Nanolike) et Matthieu Claybrough (Donecle).

 

Start up de l'année : Uwinloc

Siège social : Colomiers (Haute-Garonne)

Activité : Conception et commercialisation de solutions de traçabilité pour l'industrie du futur

Uwinloc a mis au point la première étiquette connectée fonctionnant sans batterie permettant de localiser de grandes quantités d'objets dans des espaces fermés de grand volume, de type entrepôts ou sites industriels. Son étiquette permet de localiser un produit avec une précision de 30 cm dans l'espace grâce aux capteurs installés dans l'entrepôt. L'étiquette "se nourrit" de l'énergie environnante pour restituer un signal aux balises. Cela permet aussi de tracer les déplacements des produits (par exemple pour des outils sur un site industriel afin d'analyser les flux de production).

En deux ans, la startup a conquis 25 clients dans cinq pays (Europe et Etats-Unis). Un premier contrat a été signé fin 2016 avec Satair, filiale d'Airbus, l'un des leaders mondiaux des pièces détachées d'avion, pour son entrepôt de Hambourg. L'accord prévoit l'équipement de l'entrepôt d'Hambourg, puis de l'ensemble des sites mondiaux de cette filiale d'Airbus qui gère 1,3 milliard d'euros de pièces détachées. Après la fabrication de pré-séries, Uwinloc vient de lancer l'industrialisation de ses étiquettes, confiée à Lacroix électronique et d'autres prestataires.

Uwinloc clôture fin 2017 une levée de fonds de 900 K€ auprès d'acteurs français et japonais. L'entrée de deux nouveaux fonds d'investissement est prévue pour mars 2018 pour un montant compris entre 2 et 3 M€. Ces deux levées de fonds successives doivent servir à accélérer l'internationalisation de l'entreprise et renforcer sa R&D.

Début 2018, la startup quitte le Biz Lab d'Airbus (dont elle fait partie depuis sa création) pour s'installer à Blagnac.

Autres nominés : Gamamabs Pharma (Toulouse) et Ze Watt (Toulouse).

 

Croissance internationale : Delair

Siège social : Labège (Haute-Garonne)

Activité : Drones et systèmes d'acquisition et de traitement de données pour la surveillance de sites industriels ou naturels

Créée en 2011 à Toulouse par quatre polytechniciens, Delair (ex Delair-Tech) conçoit, produit et exploite des mini-drones de longue endurance pour la surveillance de sites industriels ou naturels.

Delair est devenu en quelques années l'un des leaders mondiaux du drone professionnel et des applications industrielles.

Les drones Delair sont distribués dans 80 pays (couvrant tous les grands marchés) par 250 distributeurs. En 2016, grâce à une croissance organique rapide et des rachats d'entreprises stratégiques (filiale belge de Trimble), Delair a renforcé sa position comme l'un des acteurs incontournables de l'industrie du drone professionnel. Grâce à sa stratégie d'expansion mondiale, la société compte désormais dans son portefeuille clients un grand nombre de groupes industriels du monde entier. En 2016, 51 % du CA a été réalisé hors Europe dont 24 % en Asie et 22 % en Amérique (dont 13 % Amérique du Nord). Parmi ses prochains objectifs, la startup prévoit de déployer son offre sur les cinq continents, de se rapprocher des grands comptes à l'étranger et de créer une nouvelle filiale en Chine.

"Nous sommes sur toute la chaîne de valeur du drone : le hardware (l'engin volant), le software (les logiciels) et les services (analyses et recommandations)", résume Michaël de Lagarde, CEO de Delair. C'est là, selon lui, que réside la véritable valeur du marché des drones professionnels.

Delair vient de signer un partenariat avec Intel pour développer une plateforme d'analyse de données aériennes. En 2018, l'entreprise va s'attaquer au marché du géospatial avec l'arrivée du nouveau drone, l'UX11, destiné aux professionnels de la topographie et du BTP.

Le chiffre d'affaires de Delair a triplé en 2016 pour atteindre 7,1 millions de dollars. Il devrait atteindre 25 M$ fin 2017.

Autres nominés : Genoskin (Toulouse) et Naïo Technologies (Ramonville).

 

 

Manager de l'année : Gilbert Gagnaire, fondateur et président d'EasyMile

Siège social : Toulouse

Activité : Conception de véhicules autonomes pour le transport collectif et la logistique

Gilbert Gagnaire, 55 ans, est le fondateur et CEO d'EasyMile, spécialiste du transport de personnes ou de marchandises à partir de véhicules électriques et 100 % autonomes. La navette autonome EZ10, est conçue pour circuler en centre-ville à vitesse réduite (25-40 km/h) sur sites propres ou sur zone à trafic partagé (voitures, bus, vélos). Plus d'une centaine de tests en situation réelle ont été réalisés dans une vingtaine de pays sur tous les continents. Certaines expérimentations ont abouti à des premières exploitations commerciales. C'est le cas à Singapour, sur le site du jardin botanique Garden by the bay, mais aussi à Arlington, au Texas, pour assurer une liaison entre les parkings et le stade de baseball.
Gilbert Gagnaire est, sans conteste, un "serial entrepreneur". En 1996, il cofonde Fermat, entreprise qui conçoit des logiciels de gestion du risque bancaire (racheté par Moody en 2008). En 2012, il se lance dans la construction d'un complexe hôtelier à Bali puis, en 2014, il crée EasyMile à Toulouse avec le soutien du constructeur Ligier.

Début 2017, EasyMile a réalisé une levée de fonds de 14 M€ auprès d'Alstom et une autre auprès de Continental (montant non communiqué). L'objectif est d'accélérer le développement des technologies embarquées par les navettes autonomes et d'accompagner leur déploiement commercial à grande échelle. Outre ses bureaux à Singapour, en Australie (ouvert début 2017) et à Berlin (octobre 2017), EasyMile poursuit son internationalisation avec l'ouverture d'une représentation à Denver (prévue pour décembre 2017).

Début octobre, EasyMile a dévoilé un partenariat avec TLD, fabricant d'équipements de transport pour aéroports, afin de développer le premier tracteur de bagages 100 % autonome. Celui-ci, baptisé TractEasy, sera testé sur la base de Francazal dans la périphérie toulousaine d'ici à la mi-2018.

Autre nominés : Corinne d'Agrain, présidente du directoire d'Irdi Soridec Gestion (Toulouse) ; Anton Bielakoff, DG de Lyra Network (Labège)

 

Prix spécial du jury : Gamamabs Pharma

Siège social : Toulouse

Activité : Traitements innovants contre le cancer

Gamamabs Pharma était nominé dans la catégorie startup de l'année. L'entreprise créée en juin 2013 à Toulouse par Stéphane Degove et le docteur Jean-François Prost développe de nouvelles thérapies anticancéreuses. Elle travaille notamment sur un nouvel anticorps ciblant les cancers gynécologiques, dont le cancer de l'ovaire, qui a démarré en 2016 sa phase de tests cliniques. Gamamabs Pharma vient de signer avec MedImmune, filiale du groupe AstraZeneca, un accord de licence pour développer un traitement dit immunoconjugué contre le cancer. "Cet accord va renforcer notre pipeline innovant dans le domaine de l'oncologie et améliorer les options thérapeutiques pour les patients souffrant de cancer", indique Stéphane Degove, CEO de GamaMabs Pharma. "Nous poursuivons notre engagement soutenu pour élargir notre portefeuille en oncologie. Des partenariats stratégiques comme celui-ci nous permettent de continuer à élargir notre offre thérapeutique pour un grand nombre de patients".

Le produit le plus avancé de Gamamabs a démarré en 2016 sa phase de tests cliniques avant une éventuelle autorisation de mise sur le marché (phase qui dure en moyenne 8 ans pour les médicaments destinés aux humains). Les premiers revenus ne sont pas attendus avant 2019 à 2021.

 

more...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Station F : ce qu'il faut savoir du campus de start-up géant de Xavier Niel

Station F : ce qu'il faut savoir du campus de start-up géant de Xavier Niel | Toulouse networks | Scoop.it

C'est un projet majeur pour l'écosystème start-up en France. Station F, le plus gros campus de start-up au monde ouvrira ses portes le 1er juillet prochain, après 3 ans de travaux. A l'origine du projet, Xavier Niel y aura investi 250 millions d'euros, sur ses deniers personnels. 

Tour d'horizon de ce qu'il faut savoir sur ce projet, inauguré ce soir en présence du Président Emmanuel Macron et de la Maire de Paris, Anne Hidalgo. 

Un espace pensé pour faciliter l'échange et les rencontres

Avec des coûts de fonctionnement estimés entre 7 et 8 millions d'euros par an, l'ambition finale de Station F n'est pas la rentabilité à tout prix. L'objectif du projet est donc avant tout de soutenir l'écosystème start-up français, et de lui permettre de s'ouvrir à l'international. 

Au total, plus de 3 000 postes de travail seront mis à disposition des start-up, de même qu'une soixantaine de salles de réunion, un auditorium, un fablab, un pop-up store, etc. Avec 8 espaces dédiés à l'événementiel, les résidents de Station F se trouveront au coeur de l'écosystème innovant. Le bâtiment est divisé en trois grands espaces: la zone Share, pour travailler, la zone Create, pour échanger, et enfin la zone Chill, pour se détendre et se restaurer. Cette dernière sera ouverte au public. 

A noter, Station F est la première brique d'un projet de plus grande ampleur, qui comptera également un co-living space dédié aux entrepreneurs. Ces derniers pourront être hébergés à une dizaine de minutes de Station F. Une centaine d'appartements partagés seront mis à leur disposition, de même qu'une salle de fitness et des espaces détente. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F

Lire aussi : 10 chiffres à connaître sur Station F, le plus gros campus de start-up au monde

Plus de 20 programmes d'accélération sur site

Au coeur de Station F se trouve le Founders Program, programme d'accélération mis au point par Roxanne Varza et son équipe. Pour 195 euros par mois et par espace de travail, les entrepreneurs du monde entier souhaitant travailler à Paris auront accès à des ressources pour se développer. Ils auront notamment accès à l'expertise d'un réseau d'entrepreneurs sélectionnés, à des événements exclusifs, ainsi qu'à des avantages sur certains logiciels et services reconnus par leurs pairs. A noter, la philosophie du programme est basée sur l'indépendance des entrepreneurs: «Pas de mentors ou de meetings obligatoires, uniquement une sélection unique de ressources et d'experts disponibles (…), à la carte», peut-on lire sur son site.

Au-delà du Founders Program, un certain nombre d'entreprises ont décidé d'implanter un programme d'accélération de projets sur place. Au total, 21 programmes s'y côtoieront au quotidien. On retiendra notamment le Start-up Garage de Facebook, qui accompagnera 12 start-up à la rentrée, Impulse, l'incubateur de Vente-privee, ou encore le programme dédié à l'intelligence artificielle développé par Microsoft, en partenariat avec l'INRIA. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F

Lire aussi : Quels programmes d’accélération seront hébergés à Station F ?

1 000 start-up hébergées 

Au total, 1 000 start-up devraient être hébergées dans cet espace de 34 000 mètres carrés. Si toutes les start-up présentes à la rentrée ne sont pas encore connues, un certain nombre d'accélérateurs ont déjà annoncé les noms des heureux élus qui inaugureront leur programme. 

Facebook a ainsi présenté les 12 start-up qui feront partie de son Start-up Garage à partir de septembre.  JamAlan, Mapstr, Chekk, The Fabulous, Onecub, Karos, Bruno, The School Project, Welcome To The Jungle, Glose et Riminder composeront ainsi la première promotion de ce programme. 

De même, Vente-privee a dévoilé en mars les noms des 5 start-up qui feront partie de la première session d'Impulse. On y retrouve Fitle, Shipup, ShorTouch, Wishibam et EasySize. D'autres start-up seront également présentes, à l'image de RMOpportunities, de SoBus et de BonjourIngrid. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F
Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus

 

https://stationf.co/fr/campus/

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

«QuiDitMiam !» reçoit le trophée innovation à Restau'co 2017, Paris

«QuiDitMiam !» reçoit le trophée innovation à Restau'co 2017, Paris | Toulouse networks | Scoop.it

Aurélien Clauzel montrant son trophée lors de la cérémonie de remise des 4 prix à Restau'co 2017.

 

«QuiDitMiam !», start-up de Lacroix-Falgarde, vient de franchir une étape supplémentaire dans son développement. À l'occasion du salon Restau'co (160 exposants, 202 stands et 3 465 visiteurs) qui se déroulait le 29 mars à Paris, «QuiDitMiam !» lançait officiellement son application mobile nationale à destination de la restauration collective. Ce spécialiste de «l'Open Data», a développé un logiciel capable d'extraire les données pertinentes du «Big Data» que l'administration met au service du public.

 

Aurélien Clauzel, son cofondateur, indique : «Cette application gratuite pour le convive, permet de consulter en un clin d'œil les menus servis à la cantine. Elle intègre gratuitement et automatiquement tous les restaurants qui publient leurs menus dans l'OpenData (Rennes, Saint-Malo, Nantes, Orvault) et bien d'autres à venir en France. L'application comporte trois axes majeurs : le «bien manger», «l'anti-gaspi» et «l'open democracy» afin de permettre aux convives et aux acteurs de la restauration collective de créer du lien».

«QuiDitMiam !» a remporté le trophée Restau'Co Exposants dans la catégorie Produits & Solutions.

La cuisine centrale de Toulouse (33 000 repas/jour) propose depuis un an à ses convives l'application mobile «QuiDitMiam ! Toulouse» qui fonctionne sur smartphone et tablette ; elle a été téléchargée plus de 6000 fois. Plébiscitée par les parents et les enfants pour sa simplicité et son ergonomie, elle gère également l'affichage des allergènes, des ingrédients et des fiches techniques des denrées alimentaires.

 

Couplée à une interface d'administration personnalisée et sécurisée pour la cuisine, l'application se révèle être un formidable outil de communication. Le gestionnaire peut informer en direct parents et enfants sur des modifications de menus, les grèves, etc.

Tout est également facilité pour mettre en valeur les plats bio, locaux ou labellisés.

Le partenariat passé avec Interfel (fruits et légumes frais) donnera prochainement à l'application un caractère plus éducatif.

 

La Dépêche du Midi
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

En levant 1,25 million d'euros, Ubleam se positionne sur l'industrie du futur

En levant 1,25 million d'euros, Ubleam se positionne sur l'industrie du futur | Toulouse networks | Scoop.it

Samuel Boury, président de Ubleam

 

Spécialiste de la réalité augmentée, la société toulousaine Ubleam a choisi de s'adosser à Air Liquide pour accélérer sa croissance et son développement à l'international. En participant au tour de table de 1,25 million via son fonds d'investissement, l'industriel permet à Ubleam de structurer son offre pour se positionner sur le marché de l'industrie du futur.

 

C'est un processus lancé depuis un an qui vient d'aboutir pour Ubleam. La société toulousaine, spécialisée dans l'utilisation de la réalité augmentée, travaille à un rapprochement avec Air Liquide depuis début 2016. Des discussions qui se sont concrétisées à la rentrée 2016 et qui ont permis à Ubleam d'annoncer une levée de fonds de 1,25 million d'euros auprès d'Aliad (le fonds d'investissement d'Air Liquide), d'Alto Invest et de leur partenaire historique Sigma Innovation.

"Nous avions la volonté de nous adosser à un industriel pour développer la technologie dans l'industrie, à la fois en usine ou chez le client. Cela correspond à notre modèle, à la fois B2B et B2C. Air Liquide est un partenaire prestigieux avec une vraie ambition sur le digital, prêt à accompagner une startup à l'international", explique Samuel Boury, cofondateur de Ubleam avec Olivier Mezzaroba en 2011.

La startup va par ailleurs déployer sa solution IoT dédiée au suivi en clientèle des bouteilles de gaz d'Air Liquide. Le bleam (logo intelligent inventé par Ubleam), posé sur les bouteilles, donne accès à un manomètre en réalité augmentée pour connaître la pression du gaz. Les premières bouteilles devraient être équipées au printemps et plus de 20 millions de bouteilles sont concernées.

Le président de la société, hébergée à l'IoT Valley, se félicite par ailleurs de l'entrée au capital du fonds Alto Invest, "qui investit plus généralement dans les entreprises cotées en bourse. Cela envoie un message au marché."

Structuration de l'offre via une plateforme de services

Cette levée de fonds offre la possibilité à Ubleam de structurer son offre afin de répondre aux différents besoins de ses partenaires ou clients dans l'industrie. "Nous allons lancer une plateforme pour permettre à n'importe quelle société de créer elle-même ses bleams adaptés à ses besoins." La société toulousaine se rémunèrera à l'abonnement tout en garantissant l'unicité du code bleam.

"C'est un modèle beaucoup plus vertueux que l'actuel, car cela va permettre d'abaisser les coûts pour les clients finaux tout en intégrant les prestataires de services qui vont distribuer nos produits. Cela va nous permettre de nous concentrer sur notre métier de développeur de logiciels", précise Samuel Boury.

La startup toulousaine, qui revendique déjà plus de 200 clients, mise en effet sur la montée en puissance du numérique dans l'industrie. Les investissements forts dans l'industrie du futur sont l'occasion pour Ubleam d'affirmer sa position sur ce marché.

La carte de visite en réalité augmentée développée par la société devient une partie intégrante de la plateforme de service "puisqu'elle servira de badge pour identifier les collaborateurs d'une entreprise qui auront accès à la plateforme". Les sociétés qui utilisent déjà la technologie Ubleam, comme Continental, Michelin ou Spie, vont également se greffer à la plateforme.

Recruter des talents

Pour poursuivre son développement, la société de 12 personnes recrute des profils techniques. 5 postes d'ingénieurs en développement de logiciels sont d'ores et déjà ouverts alors que Ubleam souhaite doubler ses effectifs en 2017. "L'objectif est d'atteindre 80 personnes en 2020 avec un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros", explique Samuel Boury. En 2016, Ubleam a enregistré un peu plus de 500 000 euros de chiffre d'affaires et vise plus de 1 M€ en 2017.

 

@paul_perie

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Voici à quoi pourrait ressembler le monde connecté par Hyperloop.

Voici à quoi pourrait ressembler le monde connecté par Hyperloop. | Toulouse networks | Scoop.it

Cette carte imaginée en 2003 pourrait devenir une référence présentant un réseau de transport Hyperloop reliant les villes du monde.

 

La technologie de transport Hyperloop imaginée par Elon Musk semble conquérir le monde plus vite qu’il n’y paraît. Des projets naissent un peu partout sur Terre et un avenir où Hyperloop devient notre moyen de transport préféré se dessine.

C’est à cette idée qu’un plan de métro international imaginé en 2003 par Mark Ovenden pourrait très bien s’appliquer à un réseau mondial Hyperloop. À l’époque de sa réalisation, chaque ville présentée possédait déjà un métro, ou avait un projet pour 2008. Ainsi on peut imaginer sur la même ligne faire un Barcelone – Paris pour aller travailler chaque matin.

 

Avec une vitesse sensée atteindre plus de 1000 km/h, la technologie de transport permettrait de faire San Francisco – Los Angeles en 35 minutes. Une nouvelle norme de transport terrestre est en train de naitre, avec des projets déjà actés en Europe. Le plus abouti serait une ligne Prague Brno Bratislava dont le chantier serait dirigé par Hyperloop Transportation Technologies. Le même constructeur, concurrent de Hyperloop-One, projette aussi de lancer un centre de recherche à Toulouse.

Cette carte est bien entendu hypothétique. On envisage difficilement une ligne sous-marine traversant l’atlantique, ou faire Shanghai – Montpellier pour aller passer le weekend. Mais qui sait … on peut toujours rêver un peu.

 

 

Source.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

How a startup entrepreneur thinks — greetings from Paris!

How a startup entrepreneur thinks — greetings from Paris! | Toulouse networks | Scoop.it

I’m having a blast. A very important year ahead for me. We’re about to open the Leade.rs platform to a few curators. I know, I’m too slow.

After ten years in San Francisco, I’m in Paris until January 20 to meet as many potential partners ​for my new conference on April 11–12, reconnect with many friends here and show a preview of the Leade.rs platform.

Our small event in Paris next week is sold out. You can follow it live on my page on Jan 18th at 18h Paris time / 9h San Francisco. Firing on all cylinders.

I love the feeling that neither me nor my team can’t do more.

Just before Christmas I got an email from Stephanie Lynch-Habib at Colt. Stephanie has been reading this newsletter, watched a few Facebook lives and learned about my platform for speaking. Stephanie invited me to give a keynote in Madrid ​to their entire executive team about “how a startup thinks”.

This is exactly why I am building Leade.rs. Last minute needs for a speaker will be matched easily. There are thousands of great speakers who could have given a talk on that topic.

I have published the deck (slides design by my son Arthur Le Meur!):

http://www.slideshare.net/loiclemeur/how-to-think-like-a-startup

 

 
my presentation on how entrepreneurs think

I ​have also started writing more than once a week, too. Here are two posts I have written since my previous newsletter.
-Can we have some Tokyo taxi drivers in Paris?
-2017 Prediction: Most Sunglasses Brands Will Copy Spectacles

Like this post? Push that recommend button and subscribe to my newsletter

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Médias sociaux : 'LinkedIn est LA plateforme à mettre en oeuvre pour le BtoB' 

Médias sociaux : 'LinkedIn est LA plateforme à mettre en oeuvre pour le BtoB'  | Toulouse networks | Scoop.it

Le BtoB a investi les médias sociaux pour générer des leads, mais pas seulement. Le point avec Hervé Kabla, directeur général de Be Angels et auteur de 'Médias sociaux et B2B : un mariage d'amour ?'.

 

  • Emarketing.fr : Existe-t-il encore des différences entre le BtoB et le BtoC quant à l'utilisation des médias sociaux ?

Hervé Kabla, directeur général de Be Angels : Les techniques d'animation de la communauté tendent à devenir similaires, mais deux aspects diffèrent : les outils utilisés - LinkedIn pour le BtoB Vs. Facebook pour le BtoC -, ainsi que le public à qui s'adressent les marques, extrêmement ciblé. De plus, les entreprises du BtoB poursuivent un objectif distinct de leurs homologues BtoC : la génération de leads. Le but de l'utilisation des réseaux sociaux est donc de susciter de l'intérêt afin de générer du trafic et, ainsi, réussir, via de l'IP tracking, à identifier les entreprises visiteurs. Ce trafic qualifié pourra ensuite être utilisé par les forces de vente.

 

  • Outre la génération de leads, quels sont les enjeux d'une présence sur les médias sociaux ?

L'un des objectifs est d'alimenter ses contacts en contenus, et, ainsi, de faire remonter des insights à différents services de l'entreprise ou de co-créer des offres. Autre intention : faire du leadership, à l'instar du blog de Jonathan Schwartz, l'ancien dirigeant de Sun Microsystems. Quant à la notoriété, celle-ci ne se crée pas avec les réseaux sociaux, mais ils l'améliorent, en offrant une fenêtre d'expression autrefois plus difficile d'accès.

 

  • Comment bien utiliser les réseaux sociaux ?

Il n'existe pas de recette miracle, mais des astuces que les salariés d'entreprises du B to B peuvent assimiler. Il faut savoir que la bonne utilisation des médias sociaux est une question de temps : plus on les utilise, plus on progresse. Pour une équipe marketing, le travail doit porter sur la production de contenus ; quand les ventes seront davantage axées sur la capacité à diffuser les messages et à toucher leur cible. Autre bonne pratique : bien se présenter sur son profil, via le résumé, notamment Enfin, il ne faut pas oublier de connecter les réseaux utilisés avec le CRM, au risque de voir, sans cela, celui-ci s'appauvrir.

 
  • Quels médias sociaux faut-il privilégier en BtoB ?

LinkedIn est LA plateforme à mettre en oeuvre : il est nécessaire d'y travailler son profil, de développer son réseau et d'apprendre à utiliser le moteur de recherche, sans oublier Slideshare. C'est un outil d'aide à la vente pour les commerciaux. Viadeo est encore une carte à jouer sur certains marchés, notamment pour du recrutement en province. Facebook est à envisager en retargeting, via la régie publicitaire et Twitter dans un objectif de corporate branding, afin de travailler sa visibilité - mais pas ses ventes. Le blog est intéressant en production de contenus. Enfin, il ne faut pas négliger les achats médias pour augmenter son nombre d'abonnés.

 

Hervé Kabla, directeur général de Be Angels et auteur de Médias sociaux et B2B : un mariage d'amour ? (Editions Kawa). Il signe dans emarketing.fr des chroniques régulières sur les enjeux du métier de marketer.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Depuis Toulouse, Santédiscount entame sa cure de croissance

Depuis Toulouse, Santédiscount entame sa cure de croissance | Toulouse networks | Scoop.it

Sur le visuel, de gauche à droite, Raoul Chiche, Jean-Gabriel Carrier et Loïc Lagarde, les trois dirigeants de Santédiscount, croqué pour la communication du site.

 

 

Avec le rachat de Comptoir Santé au groupe Casino, Santédiscount accélère son développement en France tout en continuant d’exporter son modèle à l’étranger sous la marque Sanareva. Le site toulousain vise 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019.

 

Le site toulousain de parapharmacie Santédiscount vient d’annoncer le rachat de Comptoir Santé détenu jusqu’à présent par le groupe Casino. Par cette opération, le leader français de la parapharmacie en ligne qui propose sur sa plate-forme plus de 25.000 références et affiche un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros, en voie d’être doublé cette année, conforte sa position. Il absorbe à la fois la marque de son concurrent et sa clientèle qui a généré 7,5 millions d’euros de volume d’activité en 2015.

Créé en 2008 par deux pharmaciens toulousains, Raoul Chiche et Jean-Gabriel Carrier, rejoints quelques années plus tard par Loïc Lagarde, ancien consultant chez Google, Santédiscount est basé à L’Union où il emploie 90 salariés sur quelque 10.000 m2.

 

600 laboratoires partenaires

De la préparation des commandes au service client, en passant par l’ingénierie informatique et l’animation du site, assuré par une dizaine de pharmaciens, esthéticiennes et cosméticiennes diplômés qui prodiguent leurs conseils par téléphone ou par courrier électronique, tout est internalisé. « La pertinence de professionnels mise au service du web », c’est la clé du concept de Santédiscount. « Internet répond parfaitement à toutes les problématiques des consommateurs avec une disponibilité des produits, des prix avantageux et la possibilité d’y faire des achats récurrents », explique Loïc Lagarde, directeur général.

Pour financer sa croissance et cette première « opportunité » de se développer en France, Santédiscount a levé 2,5 millions d’euros en 2015 par prêt bancaire. En parallèle, le site toulousain décline son concept et son modèle économique à l’international sous la marque Sanareva. Déployée en Espagne, en Italie et en Grande-Bretagne, cette enseigne en ligne cherche à s’implanter dans chaque pays de l’Union et devrait ouvrir en Russie d’ici la fin de l’année.

Cette stratégie tout azimut devrait permettre à Santédiscount d’atteindre son objectif de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019. Une ambition « réaliste » selon ses dirigeants compte tenu des perspectives qu’offre ce secteur en pleine croissance. Sur un marché français de la parapharmacie d’environ 4 milliards d’euros par an, la part du web ne représente encore que 3 à 4%. Elle ne demande qu’à grandir selon les fondateurs du site.


Johanna Decorse

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Ce que Facebook va faire pour limiter la désinformation

Ce que Facebook va faire pour limiter la désinformation | Toulouse networks | Scoop.it

L’élection présidentielle aux Etats-Unis est certes terminée, mais la polémique concernant la désinformation qui a circulé sur les réseaux sociaux (notamment Facebook, et qui aurait un peu aidé Donald Trump) ne fait que commencer.

Le PDG du réseau social insiste toujours sur le fait que la désinformation ne représente qu’une maigre part du contenu qui est partagé sur Facebook (99 % des infos ne seraient pas fausses), mais face à toutes les réactions qui ont suivi l’élection de Donald Trump, Mark Zuckerberg a décidé d’annoncer quelques mesures que Facebook compte appliquer pour « prendre ses responsabilités ».

Mark Zuckerberg rappelle que son réseau social a toujours combattu les fake news. Et comme il l’explique, « tout le monde peut signaler un lien comme faux ». Ces signaux permettent à Facebook de repérer la désinformation, en plus des sites spécialisés dans le fact-checking comme Snopes, aux Etats-Unis.

En fin de comte, ce que l’entreprise laisse entendre, c’est que les nouvelles mesures annoncées ne sont que des évolutions de celles qui ont déjà été prises précédemment. Le PDG explique d’ailleurs que généralement, ce genre de mise à jour du fil d’actualité ne devrait pas faire l’objet d’une annonce aussi prématurément. Mais pour répondre aux différents articles qui ont accusé Facebook d’être l’une des causes de la victoire de Donald Trump, il a fait une exception.

Facebook promet ainsi d’améliorer ses outils de détection de canulars, sur le plan technique, et de faciliter le signalement de ceux-ci par les utilisateurs du réseau social. D’autre part, s’il n’entend visiblement pas interdire la publication de ces articles de désinformation, il envisage de mettre en place un système d’avertissement sur les articles qui ont été signalés comme mensongers. Sinon, Facebook entend également faire le ménage dans sa fonctionnalité « articles similaires », qui suggère d’autres articles à l’utilisateur en-dessous des liens sur le fil d’actualité.

Et comme nous l’évoquions plus tôt, Facebook, ainsi que Google, ont déjà pris l’initiative de priver les sites mensongers de revenus publicitaires, en les excluant de leurs réseaux d’annonceurs.

 

Facebook refuse de jouer un rôle d’éditeur

Voilà, en substance, ce que Facebook entend prochainement faire pour limiter la portée des sites de fausses informations. Mark Zuckerberg se montre optimiste, mais avertit tout de même que certaines de ces mesures pourraient être inefficaces.

En tout cas, ce qui est clair, c’est que le numéro un des réseaux sociaux ne souhaite pas devenir « l’arbitre » et préfère se baser sur les signalements de sa communauté ainsi que sur les sites spécialisés dans la vérification des faits pour identifier ce qui est mensonger sur le fil d’actualité.

Lors d’une récente conférence économique à Lima, au Pérou, Mark Zuckerberg a d’ailleurs aussi évoqué le problème des fausses informations. « Je suis optimiste. Mais en tant qu’ingénieur, je sais à quel point ce sera difficile », a-t-il déclaré.

 

(Source)

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Objets connectés : la révolution c'est maintenant

Objets connectés : la révolution c'est maintenant | Toulouse networks | Scoop.it
Lionel Janin, France Stratégie
 
Le monde en comptera 80 milliards en 2020. Les objets connectés font désormais partie de notre quotidien et comptent bien le révolutionner ! À quoi s’attendre et comment s’y préparer ?
 

Dans un livre blanc publié le 8 novembre, l’Arcep – l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes – invite la puissance publique à « préparer la révolution de l'internet des objets ». Produit d'une démarche partenariale associant notamment France Stratégie, ce livre blanc marque un point d’étape dans une réflexion ouverte sur les enjeux de développement et de régulation attachés à la diffusion des objets connectés. Décryptage avec Lionel Janin, directeur adjoint du département développement durable et numérique de France Stratégie.

 

Entre ceux que l’on fantasme et ceux qui, à l’inverse, se sont fondus dans notre quotidien, est-on bien au clair sur ce que sont vraiment les objets connectés ?

Je ne sais pas si tout le monde est au clair, mais il existe en tout cas une définition simple : ce sont des objets capables de recevoir et de transmettre des donnée via internet. Après, on peut aussi en faire des typologies. Si on réfléchit par exemple en termes de degré de sophistication, je dirais que l’objet connecté commence au niveau le plus simple avec un objet comme Linky*, le capteur intelligent d’EDF, qui se contente entre guillemets de renvoyer des données de consommation à un serveur. Le niveau au-dessus serait par exemple, en santé, le tensiomètre connecté qui va non seulement prendre la tension d’un patient mais également permettre de faire de la prévention des risques parce qu’il est couplé à un système de suivi médical. Et puis au sommet, il y a l’archétype de l’objet connecté que, pour le coup, tout le monde connaît, le smartphone ! C’est l’objet connecté par excellence. Celui qui contient le plus d’intelligence locale. Sorte de hub [ndlr : point d’entrée] vers des services numériques de plus en plus nombreux.

 

L’Arcep parle de « l’internet des objets » et non des objets connectés. Pourquoi ? C’est une subtilité de langage ?

Non, c’est plus que ça ! L’internet des objets, ce sont les objets connectés certes, mais c’est aussi le Big Data, c'est-à-dire l’énorme volume de données captées par les objets connectés et hébergées dans le cloud [ndlr : les différents serveurs connectés au réseau], plus tout ce qui relève des capacités de traitement de ces données avec le déploiement de l’intelligence artificielle. C’est du reste là que se situent les vrais enjeux économiques, au niveau des services que l’on peut créer à partir de l’objet connecté. Par exemple, les smart grids [ndlr : réseaux électriques intelligents], c’est la création de services d’optimisation de la production et de la consommation d’énergie à partir de capteurs. Waze [ndlr : application GPS], c’est un service d’information et de régulation du trafic créé à partir des données recueillies par les smartphones des utilisateurs. Et ce n’est qu’un début, si l’on en croit nos experts [ndlr : chercheurs et spécialistes du domaine invités du cycle de débats « Mutations technologiques, mutations sociales » organisé par France Stratégie avec l’EHESS et Inria].

 

En quoi toutes ces innovations constituent « une révolution » ?

Ce n’est pas tant l’innovation en tant que telle qui est « révolutionnaire », mais son déploiement. Et ce, d’autant plus qu’il était très attendu. Un chiffre pour le dire autrement : il y aura quatre-vingts milliards d’objets connectés en 2020. Autant dire qu’ils seront partout ! Du reste, ils le sont déjà si on réfléchit en termes d’espaces conquis. Dans le monde professionnel, ils accompagnent le développement du e-commerce avec la gestion logistique et celle de la traçabilité par exemple. Dans l’industrie, c’est « l’usine du futur » – les Allemands disent « l’industrie 4.0 » – équipée de capteurs pour optimiser la production. C’est aussi la robotisation et l’automatisation des tâches. Nos villes aussi sont connectées. On parle de smart cities [ndlr : villes intelligentes] parce qu’elles utilisent l’internet des objets pour gérer la sécurité, le trafic routier, la distribution d’énergie, etc. Et puis dans l’espace privé, on trouve les smartphones bien sûr mais aussi de l’assistance aux tâches domestiques… Encore une fois, la révolution, ce n’est pas tant l’objet connecté en lui-même que l’écosystème qui se développe autour, c’est-à-dire les complémentarités qu’il suscite. L’innovation Vélib’ sans l’innovation smartphone [ndlr : sans l’application qui permet de géolocaliser un vélo disponible ou une place libre], ça ne marche pas !

 

Et pourquoi faut-il se préparer à cette révolution ? Qu’est-ce qu’il faut réguler ?

Parce que c’est un tropisme français ! Typiquement, les Anglo-Saxons se demanderaient plutôt comment développer l’activité. Plus sérieusement, la régulation et le développement ne sont pas antinomiques. D’où la préconisation de l’Arcep qui propose d’inventer une « régulation pro-innovation ». Et cette régulation a deux finalités : protéger et favoriser le développement. La protection, c’est d’abord celle des données personnelles, celles qui seront recueillies presque à notre insu par ces innombrables objets dissimulés dans notre environnement. Elle est centrale parce que si l’usager n’a pas confiance, il n’utilisera pas le service. Les outils de contrôle dans cette optique sont donc des outils favorables au développement ; ils le garantissent ou, pour le moins, le conditionnent. La protection c’est aussi la question de la cybersécurité. Le 21 octobre, des milliers d’objets connectés piratés ont été utilisés pour attaquer simultanément l’un des serveurs racine de l’internet, DynDNS, ce qui a paralysé des grands sites de l’internet comme Amazon ou Twitter, principalement aux États-Unis. Les objets connectés doivent être sécurisés. Sur le volet développement permis par la régulation, il s’agit de fournir un cadre approprié. À commencer par les réseaux de communication. Pour la téléphonie mobile, c’est plus facile car il y a peu d’acteurs qui doivent obtenir des autorisations. Pour les réseaux libres de type Wifi, mais à plus grande portée, qui se développent, il y a des règles à inventer. Là, l’Arcep est vraiment dans son rôle. Ensuite il y a un enjeu de standardisation et de normalisation. Pour que les complémentarités entre services jouent à plein, il faut de l’interopérabilité, donc de la norme. Là, l’État peut accompagner en veillant notamment aux conditions de la concurrence pour ne pas être dépendant d’un seul acteur, mais il ne peut pas imposer parce que la norme sera un « standard de fait » correspondant aux usages qui se développeront.

 

Propos recueillis par Céline Mareuge

more...
No comment yet.