Toulouse networks
47.8K views | +3 today
Follow
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nouvelle extension Internet .TOULOUSE

Nouvelle extension Internet .TOULOUSE | Toulouse networks | Scoop.it

.TOULOUSE new gTLD

 

La ville de Toulouse aura prochainement la possibilité de créer sa propre extension Internet afin de devenir l’unique autorité compétente pour autoriser la création de noms de domaine se terminant en “.toulouse” (au lieu de “.com” ou “.fr” par exemple). Ces nouveaux noms de domaines sont créés par un Registre qui autorise les bureaux d’enregistrement accrédités, les “Registrars”, à vendre des noms de domaine.

 

Seules 44 villes dans le monde ont déjà franchi le pas. Une ville Française, Paris, s’est ainsi lancée dans l’aventure et totalise aujourd’hui plus de 20,500 enregistrements de noms de domaine se terminant en “.paris”. Bien qu’il existe aussi des noms de domaine qui se terminent en “.tours”, ceux-ci ne sont pas créés par la ville de Tours car “tours” a une toute autre signification en anglais. D’autres cas de figure existent.

Ces nouvelles extensions de noms de domaine ont plusieurs noms: on les appelle “nouveaux gTLDs” ou plus communément: “new gTLDs”. Le sigle signifie: new generic Top-Level domains. Les extensions destinées aux marques sont qualifiées de “dotBrands”, “.brands” ou “corpTLDs”. Une nouvelle extension Internet telle que le “.toulouse” serait qualifiée de “géographique”. Il existe aussi des extensions “génériques” et “communautaires”.

 

Créer un Registre “.toulouse” est un projet qui se prépare et impose de déposer une candidature à l’ICANN, l’organisme de gouvernance des noms de domaine. Il faut pour cela être en mesure de démontrer une capacité technique, financière, et être à même de piloter le Registre dans la continuité, de façon à ce que tout Toulousain puisse enregistrer un nom de domaine chez son bureau d’enregistrement accrédité et renouveler celui-ci régulièrement.

 

Si la soumission d’une candidature “.toulouse” à l’ICANN est une démarche qui devrait se révéler relativement simple lors d’un prochain cycle d’appel à candidatures, une analyse SWOT (Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) est une opportunité de déterminer si cela vaut la peine de candidater et quelle est l’utilisation qui peut être faite d’une extension pour la ville de Toulouse.

 

Pour suivre l’information sur Twitter, les hashtags utilisés sont #newgtlds ou #dotbrands. Sur LinkedIn, il existe un groupe d’échange composé de plus de 2600 membres. Enfin, l’ICANN communique aussi régulièrement. Il existe par ailleurs une lettre d’information quotidienne, en anglais, sur les nouveaux gTLDs.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'Icann se fait poser des extensions

L'Icann se fait poser des extensions | Toulouse networks | Scoop.it
Réunion de l’ICANN à Singapour :

Ecrans :

Bientôt, des entreprises ou des villes pourront proposer de nouvelles extensions génériques pour les adresses web.

Hier, l’organisme international chargé de régler les attributions de noms de domaines, l’ICANN, a fait un pas qu’il qualifie d’ « historique ». Après près de six ans de négociations, il aura fallu une réunion à Singapour et un vote quasi-unanime pour ouvrir la création de nouvelles extensions génériques gTLD aux entreprises et institutions.

Aujourd’hui, seules certaines extensions liées aux pays ou aux régions ( .fr, .ca, .it, etc) ou plus génériques (.com, .org, .net, ou encore .xxx) sont autorisées par l’ICANN. Elles seront bientôt accompagnées d’extensions proposées par des entreprises ou des villes, telles que .facebook, .google ou .paris. Pour cela, les candidats devront déposer un dossier répondant longuement aux questions de l’organisme, entre les 12 janvier et 12 avril 2012, qui seront revues par des experts.

Cette procédure, très coûteuse –on parle de 130 000 euros pour l’évaluation puis 17500 euros par an et par extension-, n’est pas ouverte aux particuliers ni aux petites entreprises. Elle s’avère être davantage une source de revenu pour l’ICANN et les professionnels des noms de domaines, tout en permettant aux grandes sociétés de changer leur façon de gérer leur présence sur internet, notamment lorsque celles-ci disposent de filiales.

Vingt-six ans après le lancement du .com, on peut déjà prédire des extensions en .tokyo, .londres, . apple ou encore .microsoft, qui ne seront lancées que fin 2013.

more...
No comment yet.