Toulouse networks
46.2K views | +4 today
Follow
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse networks
Scoop.it!

Le CSA autorise la mention de Facebook et Twitter à la télévision

Le CSA autorise la mention de Facebook et Twitter à la télévision | Toulouse networks | Scoop.it
Ce vendredi 4 janvier les Sages du CSA ont décidé d'autoriser la mention des noms des réseaux sociaux Facebook et Twitter à la télévision et à la radio, sans trop d'excès.

 

En tenant compte de l'évolution des pratiques sociales et de la place qu'ont prit les réseaux sociaux dans la vie des gens, le CSA, conseil supérieur de l'audiovisuel, est revenu sur son interdiction de citer à la télévision les noms Facebook et Twitter.
Les émissions de télévisions n'ayant pas le droit de citer de marque à l'antenne et Facebook et Twitter étant des marques, leurs prononciations étaient jusque là interdites. Cette interdiction donnant souvent lieue à des détournements hypocrites comme l'utilisation des mots "boobook" et "tetter" dans Touche pas à mon poste et l'apparition des hashtag à l'écran dans toutes les autres émissions.


Désormais le CSA autorise le citation de ces réseaux sociaux, sans trop d'excès "Le Conseil admet la référence nominative à un réseau social lorsqu’elle indique la source d’une information ou d’un témoignage, ainsi que le renvoi du public vers un réseau social s’il est ponctuel et discret, ne revêt pas de caractère promotionnel et est exempt d’incitation appuyée à se connecter."

En revanche pas question pour le Conseil qui veille à faire respecter les règles à la télévision, que les logos des réseaux sociaux apparaissent à l'écran ni même que leur noms soient intégrés à un titre. "L’insertion du nom d’un réseau social dans le titre d’un programme, et la visualisation des marques déposées par un réseau social ou celle des facteurs d’images et des signes distinctifs qui lui sont habituellement associés, sont contraires à l’interdiction de la publicité clandestine. En effet, les réseaux sociaux sont des marques exploitées par des sociétés commerciales et ne peuvent donc déroger à cette interdiction en l’état actuel des textes."

more...
No comment yet.
Toulouse networks
Networking in Toulouse - Réseautage de la Ville Rose
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une journée à ne pas se perdre

Une journée à ne pas se perdre | Toulouse networks | Scoop.it

Consultez le programme de l'événement dédié à la GéoData, ses usages, les données et l'OpenData.

 

Et inscrivez-vous :

https://melee-geodata.com/sign_up

 

Suivez l'évènement sur Twitter avec le mot-clic :

#MeleeGeoData

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

L'usage de Facebook en forte baisse - Blog du Modérateur

L'usage de Facebook en forte baisse - Blog du Modérateur | Toulouse networks | Scoop.it

Verto Analytics publie une étude dont l’objectif est d’évaluer le temps que nous passons sur les applications mobiles, en particulier sur les réseaux sociaux. Principal enseignement : nous passons 43% de temps en moins sur Facebook, comparé aux données de l’an dernier. Mais le réseau social reste N°1, largement.

-43% de temps passé sur Facebook en 2017

En octobre 2017, nous avons passé 18 heures et 24 minutes en moyenne sur Facebook, en 173 sessions de 6 minutes et 23 secondes.

En septembre 2016, nous avions passé 32 heures et 43 minutes en moyenne sur Facebook, en 311 sessions de 6 minutes et 18 secondes.

Nous remarquons que le temps de chaque session reste stable, tandis que le nombre de sessions est en chute libre. Alors que nous consultions Facebook plus de 10 fois par jour en 2016, nous ne le faisons « plus que » 5-6 fois par jour en 2017.

Temps passé sur les réseaux sociaux : 2017 vs. 2016

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’afficher en grand format ou lire les chiffres clés sur la liste ci-dessous.

  • Facebook : 18h24 par mois, 173 sessions, 6min23 par session
  • Snapchat : 4h00 par mois, 144 sessions, 1m40 par session
  • Twitter : 3h02 par mois, 32 sessions, 5m44 par session
  • Instagram : 2h00 par mois, 47 sessions, 2m33 par session
  • Reddit : 2h00 par mois, 23 sessions, 9m27 par session
  • Facebook Messenger : 1h34 par mois, 67 sessions, 1m25 par session
  • Pinterest : 1h07 par mois, 15 sessions, 4m27 par session

Voici les chiffres obtenus en septembre 2016 par Verto Analytics :

  • Facebook : 32h43 par mois, 311 sessions, 6m18 par session
  • Snapchat : 3h03 par mois, 119 sessions, 1m32 par session
  • Twitter : 2h37 par mois, 37 sessions, 4m12 par session
  • Instagram : 1h54 par mois, 50 sessions, 2m16 par session
  • Pinterest : 1h16 par mois, 19 sessions, 4m02 par session
  • Facebook Messenger : 0h54 par mois, 64 sessions, 0m51 par session
  • Reddit : 0h20 par mois, 4 sessions, 4m46 par session

Malgré cette tendance, Facebook reste N°1 (largement)

Tandis que le temps passé sur Facebook est en forte baisse, d’autres plateformes sont en progression. C’est notamment le cas de Snapchat (+60 minutes), Twitter (+25 minutes) et Instagram (+6 minutes). Messenger (+40 minutes) semble avoir grignoté, logiquement, une partie du temps passé sur Facebook ; mais ce transfert de l’application mère vers l’application de messagerie n’explique que marginalement la baisse de l’usage de Facebook depuis un an.

En revanche, bien que l’usage de Facebook semble baisser fortement cette année, le réseau social distance toujours – et largement – ses concurrents. Ainsi, les utilisateurs des réseaux sociaux passent davantage de temps sur Facebook que sur Instagram, Twitter, Messenger, Pinterest, Reddit et Snapchat réunis.

Cette étude réalisée par Verto Analytics est intéressante car elle permet de nuancer les chiffres trimestriels des réseaux sociaux. Twitter et d’autres communiquent sur le nombre d’utilisateurs actifs par mois. Il suffit que vous vous soyez rendus 1 fois sur twitter.com dans le mois pour être considéré comme un utilisateur actif mensuel. Facebook, Instagram et Snapchat privilégient le nombre d’utilisateurs actifs par jour, une donnée mieux représentative de l’usage. Mais le temps passé et le nombre de sessions par mois permet de remarquer d’autres tendances, difficiles à observer via les chiffres officiels publiés par les réseaux sociaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Gilbert Gagnaire (EasyMile), manager de l’année Biznext 2017

Gilbert Gagnaire (EasyMile), manager de l’année Biznext 2017 | Toulouse networks | Scoop.it

Lauréats, parrains et membres du jury Biznext 2017

 

A l’occasion de la 3e édition de Biznext, organisée par La Tribune Toulouse, le fondateur et CEO d’EasyMile, a été désigné manager de l’année 2017 lors d’une soirée à Météo France lundi 13 novembre. A ses côtés, trois entreprises et un innovateur représentatifs de la transformation numérique en région toulousaine ont été mis à l’honneur. Revue de détail du palmarès.

 

Innovateur de l'année : Pierre Osswald, fondateur et président de Citizen Farm

Siège social : Miolles (Tarn)

Activité : Mini-ferme urbaine en aquaponie

Pierre Osswald a été désigné Innovateur de l'année par le jury de Biznext 2017. Citizen Farm, la startup créée par le jeune homme en 2014 alors qu'il était encore étudiant à TBS, propose des solutions pour l'alimentation de la population urbaine de demain. Pour cela, la startup a choisi de développer des solutions de production adaptées à l'environnement urbain, mais visant aussi à faire de la pédagogie. Pierre Osswald (30 ans) a tout d'abord passé un bac d'électro-technique à Albi, avant de travailler dans la restauration ou la charpente métallique... En 2011, il rejoint le programme Bachelor de TBS.

Citizen Farm a développé trois gammes de produits : Oz, un aquarium-potager pour faire pousser des plantes aromatiques en aquaponie, destiné aux particuliers, enfants et écoles. OïkoFarm, une mini-ferme urbaine mobile conçue à partir d'un container maritime recyclé qui permet de faire pousser des légumes sous serres sur deux étages sur 15m² au sol. Et enfin, des fermes urbaines sur-mesure (OïkoFarm²).

"L'aquaponie est un système qui est jusqu'à dix fois plus productif que la culture traditionnelle", explique Pierre Osswald, "tout en étant économe en eau et en n'utilisant aucun produit chimique". L'expérimentation grandeur nature menée à Toulouse dans le cadre de la Smart City de juin 2016 à septembre 2017 a permis de produire 400 kgs de légumes selon le fondateur de Citizen Farm. Une levée de fonds (800 K€) est envisagée pour 2018 afin d'accélérer le développement de Citizen Farm en Europe.

Autres nominés : Jean-Jacques Bois (Nanolike) et Matthieu Claybrough (Donecle).

 

Start up de l'année : Uwinloc

Siège social : Colomiers (Haute-Garonne)

Activité : Conception et commercialisation de solutions de traçabilité pour l'industrie du futur

Uwinloc a mis au point la première étiquette connectée fonctionnant sans batterie permettant de localiser de grandes quantités d'objets dans des espaces fermés de grand volume, de type entrepôts ou sites industriels. Son étiquette permet de localiser un produit avec une précision de 30 cm dans l'espace grâce aux capteurs installés dans l'entrepôt. L'étiquette "se nourrit" de l'énergie environnante pour restituer un signal aux balises. Cela permet aussi de tracer les déplacements des produits (par exemple pour des outils sur un site industriel afin d'analyser les flux de production).

En deux ans, la startup a conquis 25 clients dans cinq pays (Europe et Etats-Unis). Un premier contrat a été signé fin 2016 avec Satair, filiale d'Airbus, l'un des leaders mondiaux des pièces détachées d'avion, pour son entrepôt de Hambourg. L'accord prévoit l'équipement de l'entrepôt d'Hambourg, puis de l'ensemble des sites mondiaux de cette filiale d'Airbus qui gère 1,3 milliard d'euros de pièces détachées. Après la fabrication de pré-séries, Uwinloc vient de lancer l'industrialisation de ses étiquettes, confiée à Lacroix électronique et d'autres prestataires.

Uwinloc clôture fin 2017 une levée de fonds de 900 K€ auprès d'acteurs français et japonais. L'entrée de deux nouveaux fonds d'investissement est prévue pour mars 2018 pour un montant compris entre 2 et 3 M€. Ces deux levées de fonds successives doivent servir à accélérer l'internationalisation de l'entreprise et renforcer sa R&D.

Début 2018, la startup quitte le Biz Lab d'Airbus (dont elle fait partie depuis sa création) pour s'installer à Blagnac.

Autres nominés : Gamamabs Pharma (Toulouse) et Ze Watt (Toulouse).

 

Croissance internationale : Delair

Siège social : Labège (Haute-Garonne)

Activité : Drones et systèmes d'acquisition et de traitement de données pour la surveillance de sites industriels ou naturels

Créée en 2011 à Toulouse par quatre polytechniciens, Delair (ex Delair-Tech) conçoit, produit et exploite des mini-drones de longue endurance pour la surveillance de sites industriels ou naturels.

Delair est devenu en quelques années l'un des leaders mondiaux du drone professionnel et des applications industrielles.

Les drones Delair sont distribués dans 80 pays (couvrant tous les grands marchés) par 250 distributeurs. En 2016, grâce à une croissance organique rapide et des rachats d'entreprises stratégiques (filiale belge de Trimble), Delair a renforcé sa position comme l'un des acteurs incontournables de l'industrie du drone professionnel. Grâce à sa stratégie d'expansion mondiale, la société compte désormais dans son portefeuille clients un grand nombre de groupes industriels du monde entier. En 2016, 51 % du CA a été réalisé hors Europe dont 24 % en Asie et 22 % en Amérique (dont 13 % Amérique du Nord). Parmi ses prochains objectifs, la startup prévoit de déployer son offre sur les cinq continents, de se rapprocher des grands comptes à l'étranger et de créer une nouvelle filiale en Chine.

"Nous sommes sur toute la chaîne de valeur du drone : le hardware (l'engin volant), le software (les logiciels) et les services (analyses et recommandations)", résume Michaël de Lagarde, CEO de Delair. C'est là, selon lui, que réside la véritable valeur du marché des drones professionnels.

Delair vient de signer un partenariat avec Intel pour développer une plateforme d'analyse de données aériennes. En 2018, l'entreprise va s'attaquer au marché du géospatial avec l'arrivée du nouveau drone, l'UX11, destiné aux professionnels de la topographie et du BTP.

Le chiffre d'affaires de Delair a triplé en 2016 pour atteindre 7,1 millions de dollars. Il devrait atteindre 25 M$ fin 2017.

Autres nominés : Genoskin (Toulouse) et Naïo Technologies (Ramonville).

 

 

Manager de l'année : Gilbert Gagnaire, fondateur et président d'EasyMile

Siège social : Toulouse

Activité : Conception de véhicules autonomes pour le transport collectif et la logistique

Gilbert Gagnaire, 55 ans, est le fondateur et CEO d'EasyMile, spécialiste du transport de personnes ou de marchandises à partir de véhicules électriques et 100 % autonomes. La navette autonome EZ10, est conçue pour circuler en centre-ville à vitesse réduite (25-40 km/h) sur sites propres ou sur zone à trafic partagé (voitures, bus, vélos). Plus d'une centaine de tests en situation réelle ont été réalisés dans une vingtaine de pays sur tous les continents. Certaines expérimentations ont abouti à des premières exploitations commerciales. C'est le cas à Singapour, sur le site du jardin botanique Garden by the bay, mais aussi à Arlington, au Texas, pour assurer une liaison entre les parkings et le stade de baseball.
Gilbert Gagnaire est, sans conteste, un "serial entrepreneur". En 1996, il cofonde Fermat, entreprise qui conçoit des logiciels de gestion du risque bancaire (racheté par Moody en 2008). En 2012, il se lance dans la construction d'un complexe hôtelier à Bali puis, en 2014, il crée EasyMile à Toulouse avec le soutien du constructeur Ligier.

Début 2017, EasyMile a réalisé une levée de fonds de 14 M€ auprès d'Alstom et une autre auprès de Continental (montant non communiqué). L'objectif est d'accélérer le développement des technologies embarquées par les navettes autonomes et d'accompagner leur déploiement commercial à grande échelle. Outre ses bureaux à Singapour, en Australie (ouvert début 2017) et à Berlin (octobre 2017), EasyMile poursuit son internationalisation avec l'ouverture d'une représentation à Denver (prévue pour décembre 2017).

Début octobre, EasyMile a dévoilé un partenariat avec TLD, fabricant d'équipements de transport pour aéroports, afin de développer le premier tracteur de bagages 100 % autonome. Celui-ci, baptisé TractEasy, sera testé sur la base de Francazal dans la périphérie toulousaine d'ici à la mi-2018.

Autre nominés : Corinne d'Agrain, présidente du directoire d'Irdi Soridec Gestion (Toulouse) ; Anton Bielakoff, DG de Lyra Network (Labège)

 

Prix spécial du jury : Gamamabs Pharma

Siège social : Toulouse

Activité : Traitements innovants contre le cancer

Gamamabs Pharma était nominé dans la catégorie startup de l'année. L'entreprise créée en juin 2013 à Toulouse par Stéphane Degove et le docteur Jean-François Prost développe de nouvelles thérapies anticancéreuses. Elle travaille notamment sur un nouvel anticorps ciblant les cancers gynécologiques, dont le cancer de l'ovaire, qui a démarré en 2016 sa phase de tests cliniques. Gamamabs Pharma vient de signer avec MedImmune, filiale du groupe AstraZeneca, un accord de licence pour développer un traitement dit immunoconjugué contre le cancer. "Cet accord va renforcer notre pipeline innovant dans le domaine de l'oncologie et améliorer les options thérapeutiques pour les patients souffrant de cancer", indique Stéphane Degove, CEO de GamaMabs Pharma. "Nous poursuivons notre engagement soutenu pour élargir notre portefeuille en oncologie. Des partenariats stratégiques comme celui-ci nous permettent de continuer à élargir notre offre thérapeutique pour un grand nombre de patients".

Le produit le plus avancé de Gamamabs a démarré en 2016 sa phase de tests cliniques avant une éventuelle autorisation de mise sur le marché (phase qui dure en moyenne 8 ans pour les médicaments destinés aux humains). Les premiers revenus ne sont pas attendus avant 2019 à 2021.

 

more...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Biznext : L’intelligence artificielle au service des entreprises

Biznext : L’intelligence artificielle au service des entreprises | Toulouse networks | Scoop.it
Le 13 novembre, La Tribune Toulouse vous attend pour Biznext, son rendez-vous annuel sur l’économie à l’heure du numérique, dédié cette année à l’intelligence artificielle.A l’occasion de cette soirée, David Sadek, vice-président Recherche et Innovation de Thales, fera un état des lieux de la recherche et des applications pour les entreprises. De son côté, Jean-Michel Cambot, fondateur de TellMePlus, start up de l’année des Trophées de l’aéronautique, animera une masterclass sur le thème "L'intelligence artificielle au service de l'industrie : quels enjeux pour quelles mutations ?".

Pour sa troisième édition, Biznext, l'événement organisé par La Tribune Toulouse pour « décoder l'économie du futur », s'intéresse à l'intelligence artificielle.

La soirée, organisée au Centre international de conférences de Météo France, débutera par une keynote de David Sadek, directeur de la Recherche et de l'innovation de Thales. Ce spécialiste français de l'intelligence artificielle et des technologies cognitives, fera un état des lieux de la recherche en matière d'IA et abordera les perspectives offertes par les nouvelles applications issues de la recherche. Docteur en informatique, David Sadek vient de rejoindre le groupe Thales ; il était précédemment directeur de la Recherche de l'Institut Mines-Télécom. Il a créé et dirigé pendant plus de quinze ans les activités de R&D sur les agents intelligents et le dialogue naturel humain-machine.

Biznext se poursuivra par une masterclass animée par Jean-Michel Cambot, fondateur et « chief strategist » de la start up TellMePlus sur le thème "L'intelligence artificielle au service de l'industrie : quels enjeux pour quelles mutations ?". Jean-Michel Cambot - qui a été à l'origine dans les années 90 de la solution d'informatique décisionnelle Business Object - échangera avec le public sur son approche des Predictive Objects. En embarquant de l'intelligence artificielle dans les réseaux d'objets industriels, TellMePlus développe des logiciels prédictifs capables de détecter les futures défaillances de machines industrielles. Predictive Objets, la technologie brevetée par la société, met à profit le machine learning et le big data pour automatiser la création de modèles prédictifs, renforçant ainsi les compétences des experts humains pour des prévisions plus rapides et plus précises.

Troisième temps fort de la soirée :  la remise des prix  Biznext aux lauréats sélectionnés par le jury pour leur contribution à la transformation numérique de l'économie. Pour l'édition 2017 de Biznext, les nominés sont les suivants.

Dans la catégorie Innovateur de l'année : Jean-Jacques Bois, fondateur et président de Nanolike (capteurs dédiés à l'internet des objets) ; Matthieu Claybrough, cofondateur et Chief technology officer de Donecle (drones d'inspection automatique des avions) ; Pierre Osswald, fondateur et CEO de Citizen Farm (mini-ferme urbaine en aquaponie).

Dans la catégorie Start up de l'année : Gamamabs Pharma (traitements innovants contre le cancer), Uwinloc (solutions de géolocalisation dans des espaces clos à destination) et Ze Watt (services de recharge pour véhicules électriques en entreprise).

Dans la catégorie Croissance internationale : Genoskin (alternative aux tests sur animaux à partir de peau humaine issue de chirurgies esthétiques), Naïo Technologies (robots agricoles autonomes) et Delair (drones et services de surveillance d'installations industrielles).

Dans la catégorie Manager de l'année :  Corinne d'Agrain, présidente du directoire d'Irdi Soridec Gestion (capital-financement régional), Anton Bielakoff, directeur général de Lyra Nework (solutions de sécurisation de paiements dématérialisés) et Gilbert Gagnaire, fondateur et CEO d'EasyMile (véhicules électriques autonomes pour le transport urbain).

Pour cette édition 2017, le jury de Biznext était composé de François Bonvalet, directeur de Toulouse Business School, Laurent Cambus, délégué innovation à la direction régionale BPI France, Guillaume Cerquant, lean startup advisor au Grand Builder Ekito, Thierry Cotelle, conseiller régional en charge de l'innovation, Christine Desbonnets, directrice du groupe de Toulouse de la Banque Courtois, Dominique Faure, vice-présidente de Toulouse Métropole en charge de l'économie , Priscille Lacombe, rédactrice en chef de La Tribune Toulouse, Cédric Mallet, directeur de Numa Toulouse et vice-président de La Mélée et Christophe Vassal, président du directoire de CLS et lauréat  Biznext 2016 dans la catégorie Décideur de l'année. 

http://bit.ly/2y3Dm2v

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Une start-up propose aux automobilistes de gagner de l'argent… en circulant dans Toulouse

Une start-up propose aux automobilistes de gagner de l'argent… en circulant dans Toulouse | Toulouse networks | Scoop.it

En échange, le conducteur s’engage à coller lui-même des stickers sur les portières avant.

 

Une start-up recherche une cinquantaine d'automobilistes à Toulouse, qui accepteront de coller des stickers publicitaires à leurs portières. En échange d'une gratification…

 

« Gagne de l’argent avec ta voiture », tel est le slogan de la start-up It’s my car. Après Paris, Lyon et Bordeaux, l’entreprise débarque à Toulouse. Elle propose aux automobilistes de gagner de l’argent en collant des stickers publicitaires sur leurs portières pendant trois semaines.

L’entreprise recherche actuellement une cinquantaine d’automobilistes dans la Ville rose pour porter du lundi 6 au lundi 27 novembre 2017 les couleurs de l’entreprise Zenpark – qui compte 14 parkings partagés à Toulouse – en échange d’une gratification : 30 € de bons carburant (station Total) et 20 € de crédit Zenpark.

 

Comment participer ?

Pour participer, rien de plus simple. L’automobiliste s’inscrit sur le site itsmycar.fr, rempli son profil et candidate à la campagne. Il reçoit ensuite les stickers directement chez lui et les colle lui-même sur les portières avant. « Il roule comme à son habitude, en partageant photos et expériences sur les réseaux sociaux, et reçoit la gratification à la fin de la campagne », précise l’entreprise à l’origine du concept. 

 

Contactée par Actu Toulouse, la start-up précise être actuellement en train de finaliser des accords avec d’autres entreprises à Toulouse pour des campagnes début 2018. À suivre…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le fondateur de Twitter annonce la prochaine mise en place de nouvelles règles, plus strictes

Le fondateur de Twitter annonce la prochaine mise en place de nouvelles règles, plus strictes | Toulouse networks | Scoop.it

Jack Dorsey, fondateur de Twitter, a annoncé de nouvelles règles sur le réseau social, le 14 octobre 2017.

 

Est-ce l'affaire Harvey Weinstein qui a poussé Twitter à faire évoluer ses règles ? Samedi 14 octobre, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, a annoncé que le réseau social allait bientôt adopter "une posture plus agressive dans [son] règlement".

6/ We decided to take a more aggressive stance in our rules and how we enforce them.

— jack (@jack) 14 octobre 2017

 

Ces derniers jours, Twitter était très critiqué pour avoir suspendu temporairement le compte de l'actrice Rose McGowan. Cette dernière, l'une des premières à avoir dénoncé les violences sexuelles du producteur Harvey Weinstein, avait diffusé un numéro de téléphone, "ce qui est interdit dans les règles de l'entreprise", explique Le Monde.

Cette justification n'a pas satisfait les utilisateurs. "Twitter, faites-nous savoir quelles règles Rose McGowan a enfreintes", a ainsi publié l'actrice Jessica Chastain. Certains internautes ont dénoncé cette suspension, alors que des messages violents restaient en ligne. "Les menaces nucléaires : ok. Les numéros de téléphone : pas ok. J'ai compris", a par exemple écrit un utilisateur.

Hey @Twitter let us know which of these rules @rosemcgowan broke. Asking for multiple victims of sexual violence. https://t.co/eiZjQeMAVg

— Jessica Chastain (@jes_chastain) 12 octobre 2017

 

nuclear threats: ok
phone numbers: not ok

got it. https://t.co/UuV09KkzX0

— Daniel Bentley (@DJBentley) 12 octobre 2017

 

C'est après cet épisode que Jack Dorsey a annoncé de "nouvelles règles". "Ces changements seront mis en place dans les prochaines semaines", a indiqué le fondateur de Twitter, ajoutant que les modifications concerneraient tout particulièrement "les avances sexuelles non-désirées, la nudité non-consensuelle, les symboles de haine, les groupes violents et les tweets qui mettent en valeur la violence".

7/ New rules around: unwanted sexual advances, non-consensual nudity, hate symbols, violent groups, and tweets that glorifies violence.

— jack (@jack) 14 octobre 2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Occitanie. Deux applications numériques montent au front de la lutte contre le gaspillage alimentaire

Occitanie. Deux applications numériques montent au front de la lutte contre le gaspillage alimentaire | Toulouse networks | Scoop.it

A l’occasion de la journée contre le gaspillage alimentaire, lundi 16 octobre, Touleco Green présente deux applications numériques pour limiter le gaspillage à la maison et dans les commerces de bouche.

 

En France, dix millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année. A l’échelle individuelle c’est 29 kilogrammes par an. Si une partie résulte des invendus des commerces et restaurants, l’autre provient d’une mauvaise gestion des quantités et des stocks chez les particuliers et la restauration hors domicile. C’est pour lutter contre ces phénomènes qu’ont été lancées récemment en Occitanie deux applications mobiles. La première, Too Good To Go, permet de sauver des repas en mettant en relation des commerçants et des particuliers. La seconde, So Appli, lancée le 20 septembre dernier à Toulouse, est destinée à aider les consommateurs à mieux gérer leurs stocks de provisions à la maison et à faire leurs courses plus intelligemment. Objectif : moins jeter.

 

Too Good To Go, la market place des invendus

« Le gaspillage alimentaire fait partie du processus de fabrication : pour les industries, il faut produire plus, être plus rentable et peu importe si l’on jette en cours de production. Avec Too Good To Go, on donne à tous l’opportunité de lutter contre ce gâchis, à son échelle. Ce sont de petits gestes qui sont importants pour la planète » lance Lucie Basch, la fondatrice de l’application Too Good To Go. Lancée il y a un an à Paris et Lille, la solution s’est généralisée auprès des commerçants de 33 villes françaises dont Toulouse, Montpellier et Montauban. Son principe est simple : mettre en relation des consommateurs avec des commerçants pour lutter contre le gaspillage en permettant la vente, à prix réduits, des invendus. La transaction se fait en ligne et l’heure de collecte est précisée.

A Toulouse, 8500 repas ont été sauvés grâce à un réseau de 76 commerçants partenaires dont Sandyan Pâtisserie, La Poissonnerie du Bonheur, le Café Den… A Montpellier, 2500 repas ont échappé aux poubelles grâce à 40 commerçants partenaires (Des Rêves et Du Pain, Mary Cherry, Maki Roll…) et à Montauban déjà 450 repas ont trouvé refuge auprès des gourmands. Soit 11450 repas sauvés en Occitanie.

 

So Appli pour mieux gérer son frigo

Autre innovation : So Appli, le premier né de la toute jeune startup BS Partners. So Appli a été lancé en septembre par la toulousaine Valérie Aubert, pour aider les consommateurs à mieux gérer leurs stocks de provisions et faire leurs courses plus intelligemment. "Cette application mobile permet de scanner des produits achetés lorsque leur code barre est référencé sur la base en open source Openfoodfacts ou de créer des produits (avec photo, nom, date ou estimation de péremption) concernant le frais. Vous accédez ensuite en un clic à l’ensemble des réserves - réfrigérateur, congélateur, garde-manger - avec la possibilité de créer des alertes quand un produit vient à manquer, ou encore d’établir des listes de courses que l’on peut partager", explique Valérie Aubert.

Hébergée en pépinière par Toulouse Métropole, BS Partners fait partie de la trentaine de startups du bassin économique toulousain titulaires du label « Expérimentation Smart City », au service de la ville du futur. So appli compte déjà 6400 téléchargements avec un taux d’utilisateurs à 70%. "Notre objectif est de faire de l’acquisition de clients grâce à une interface la plus facile possible. Ensuite nous enrichirons les fonctionnalités, avec par exemple des fiches recettes à réaliser avec les produits du stock."


Aurélie de Varax

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Comment tweeter avec 280 caractères dès maintenant sur Twitter

Comment tweeter avec 280 caractères dès maintenant sur Twitter | Toulouse networks | Scoop.it

Twitter a lâché une petite bombe hier. Comme vous le savez certainement, Twitter a doublé la limite de caractères des tweets à 280 caractères dans une annonce quelque peu surprenante.

Autrement dit, cela signifie que les tweets vont doubler de longueur. Mais, si certains utilisateurs apprécient ce changement, d’autres en revanche s’inquiètent, et voient ceci comme la fin de la brièveté forcée, qui contribue à rendre le service attractif. Cependant, à ce jour tout le monde ne peut pas en profiter.

Twitter a déclaré qu’elle testait le système avec un petit groupe de personnes, pour voir l’impact que ce changement a. Selon le succès de ce test, la firme pourrait l’étendre à davantage d’utilisateurs.

 

Mais, l’utilisateur Twitter Prof9 a découvert une solution de contournement pour poster des tweets plus longs avant que la firme vous l’autorise. Voici comment tweeter avec 280 caractères au lieu de 140 caractères sur Twitter :

  • Téléchargez Tampermonkey pour votre navigateur de choix (lien Chrome Webstore)
  • Allez sur ce dépôt Github, cliquez sur le bouton « Raw », puis dans Tampermonkey cliquez sur « Installer » (ou copiez et collez le code dans un nouveau script dans Tampermonkey)
  • Maintenant, allez sur twitter.com, assurez-vous que le script est exécuté, puis tweeter !

Looks like the party’s over, folks. Twitter is rolling out a fix for the web client hack. You’ll have to find a different method to post tho pic.twitter.com/WB0ZDaqNFP

— Prof. 9 (@Prof9) 27 septembre 2017

 

Une solution assez simple

C’est une solution de contournement assez simple, qui fonctionnera automatiquement sur Twitter.com chaque fois que vous utilisez le client Web pour tweeter. Tampermonkey est très utilisé, et le JavaScript utilisé dans cette méthode est une solution de contournement inoffensive qui contourne simplement la limite du bouton tweet.

Twitter teste lentement ses limites de tweet de 280 caractères avec une variété de comptes, donc, si vous ne souhaitez pas installer Tampermonkey, vous pourriez être sélectionnés au hasard pour le test dans les semaines ou les mois à venir. Bien sûr, Twitter va pouvoir combler cette faille, alors profitez-en.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Téléphonie mobile : l'autorité des télécoms publie la vraie carte de la couverture des réseaux, précise à 50 mètres près

Téléphonie mobile : l'autorité des télécoms publie la vraie carte de la couverture des réseaux, précise à 50 mètres près | Toulouse networks | Scoop.it

Le gendarme des télécoms, l'Arcep, met en ligne pour la première fois, lundi, une carte permettant de comparer la couverture des réseaux mobiles mesurés par leurs soins, révèle France Inter.

 

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), révèle au public, lundi 18 septembre, la véritable qualité des réseaux de téléphonie mobile selon les opérateurs. L'autorité des télécoms met en ligne une carte interactive de couverture des réseaux, révèle France Inter.

 

Mise en cause des données fournies par les opérateurs

En publiant ces informations sensibles, l'Arcep montre que les cartes mises en ligne par les opérateurs ne donnent, en réalité, aucune précision sur la qualité et le niveau de réception constatés par les utilisateurs. Alors que les opérateurs communiquent sur "une couverture exemplaire", parfois à près de 99%.

Cette nouvelle carte interactive permet, désormais, de zoomer à 50 mètres près sur l'ensemble du territoire. Ainsi, les utilisateurs peuvent comparer, à chaque adresse, les différents niveaux de prestations offerts par chaque opérateur. À une adresse donnée, correspond un signal visible sur la carte, mais pas forcément suffisant pour téléphoner ou envoyer un simple SMS à l'intérieur d'un bâtiment. Avec cette carte, l'Arcep souhaite créer un choc de transparence chez les opérateurs pour les obliger à augmenter leurs investissements dans la qualité du réseau.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Des hackers transforment des robots grand public en armes

Des hackers transforment des robots grand public en armes | Toulouse networks | Scoop.it

Annoncée comme imminente, l'irruption des robots dans nos foyers pourrait poser de sérieux problèmes de sécurité. Des chercheurs en sécurité informatique lancent l'alerte, après être parvenus à prendre à distance le contrôle de plusieurs modèles de robots grand public et à les transformer en véritable danger pour leurs propriétaires.

Dans cette liste figurent les célèbres NAO et Pepper du japonais Softbank Robotics.

 

Filmé et écouté à votre insu par votre robot


En pleine polémique sur les robots tueurs, voilà une démonstration qui fait froid dans le dos et qui apporte de l'eau au moulin des Cassandre de la « Robolution » à venir. Un groupe de hackeurs éthiques de la société américaine de cybersécurité IOActive ont décelé des vulnérabilités dans les logiciels de plusieurs robots destinés au grand public de trois poids-lourds du secteur : le japonais Softbank, UBTech et Universal.

En quelques manipulations dont ils montrent les résultats dans des vidéos postées sur Youtube, les chercheurs d'IOActive parviennent d'abord à transformer les célèbres robots Pepper et NAO de Softbank en espions au coeur de votre domicile. Ces derniers sont convertis en dispositifs de surveillance transmettant sons et images captés autour d'eux à un destinataire pas forcément bien intentionné.



 

 

Robot tueur : aucun correctif de sécurité


Plus inquiétant, la transformation du mignon robot Alpha 2 du Chinois UBtech en petit monstre hargneux. La vidéo ci-dessus montre la machine, pourtant destinée aux enfants, pris d'un rire malsain en train de frapper avec une certaine force une tomate à l'aide d'un tournevis ! Chucky, sors de ce corps...

Par le passé, IOActive s'était illustrée en parvenant à pirater un Segway rendu contrôlable depuis un simple smartphone, mais aussi une voiture. Dès le mois de janvier 2017, IOActive avait signalé aux fabricants de ces différents modèles de robots pas moins d'une cinquantaine de failles de sécurité dans le software de leurs produits. Huit mois plus tard, IOActive déplore que, dans la plupart des cas, aucun correctif n'a été apporté. La démonstration tendrait selon IOActive à prouver que les robots militaires ne constitueront pas dans l'avenir la seule menace potentielle : celle-ci peut tout aussi bien venir de machine apparemment inoffensive au premier abord, dans nos maisons ou nos usines.

 

Par Dimitri PAVLENKO

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Nouvelle extension Internet .TOULOUSE

Nouvelle extension Internet .TOULOUSE | Toulouse networks | Scoop.it

.TOULOUSE new gTLD

 

La ville de Toulouse aura prochainement la possibilité de créer sa propre extension Internet afin de devenir l’unique autorité compétente pour autoriser la création de noms de domaine se terminant en “.toulouse” (au lieu de “.com” ou “.fr” par exemple). Ces nouveaux noms de domaines sont créés par un Registre qui autorise les bureaux d’enregistrement accrédités, les “Registrars”, à vendre des noms de domaine.

 

Seules 44 villes dans le monde ont déjà franchi le pas. Une ville Française, Paris, s’est ainsi lancée dans l’aventure et totalise aujourd’hui plus de 20,500 enregistrements de noms de domaine se terminant en “.paris”. Bien qu’il existe aussi des noms de domaine qui se terminent en “.tours”, ceux-ci ne sont pas créés par la ville de Tours car “tours” a une toute autre signification en anglais. D’autres cas de figure existent.

Ces nouvelles extensions de noms de domaine ont plusieurs noms: on les appelle “nouveaux gTLDs” ou plus communément: “new gTLDs”. Le sigle signifie: new generic Top-Level domains. Les extensions destinées aux marques sont qualifiées de “dotBrands”, “.brands” ou “corpTLDs”. Une nouvelle extension Internet telle que le “.toulouse” serait qualifiée de “géographique”. Il existe aussi des extensions “génériques” et “communautaires”.

 

Créer un Registre “.toulouse” est un projet qui se prépare et impose de déposer une candidature à l’ICANN, l’organisme de gouvernance des noms de domaine. Il faut pour cela être en mesure de démontrer une capacité technique, financière, et être à même de piloter le Registre dans la continuité, de façon à ce que tout Toulousain puisse enregistrer un nom de domaine chez son bureau d’enregistrement accrédité et renouveler celui-ci régulièrement.

 

Si la soumission d’une candidature “.toulouse” à l’ICANN est une démarche qui devrait se révéler relativement simple lors d’un prochain cycle d’appel à candidatures, une analyse SWOT (Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) est une opportunité de déterminer si cela vaut la peine de candidater et quelle est l’utilisation qui peut être faite d’une extension pour la ville de Toulouse.

 

Pour suivre l’information sur Twitter, les hashtags utilisés sont #newgtlds ou #dotbrands. Sur LinkedIn, il existe un groupe d’échange composé de plus de 2600 membres. Enfin, l’ICANN communique aussi régulièrement. Il existe par ailleurs une lettre d’information quotidienne, en anglais, sur les nouveaux gTLDs.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le gouvernement veut accélérer le déploiement du très haut débit

Le gouvernement veut accélérer le déploiement du très haut débit | Toulouse networks | Scoop.it

Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, va réunir les opérateurs télécoms vendredi.Il veut des engagements clairs sur le développement de la fibre.

« Ne laisser aucun territoire à la traîne dans la transition numérique. »C'était l'une des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Il faut désormais la mettre en oeuvre et, manifestement, le gouvernement a décidé, selon nos informations, de prendre les choses en main en réunissant vendredi soir les opérateurs télécoms pour évoquer le déploiement du très haut débit en France.

Ce vaste chantier, à 20 milliards d'euros, de déploiement de la fibre optique en France, initié par ­François Hollande, promet de ­couvrir l'Hexagone en très haut débit d'ici à 2022. « L'initiative de la réunion interministérielle vient de Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, qui présidera, et des trois secrétaires d'Etat Mounir Mahjoubi (Numérique), Julien Denormandie (Cohésion des territoires) et Benjamin Griveaux (Economie) », indique-t-on de sources concordantes.

 

Une répartition contestée

Deux points sont à l'ordre du jour. « Il s'agit tout d'abord de savoir comment on assure la réussite du plan très haut débit dans les zones moyennement denses », indique une source proche du dossier. Cela fait des mois qu'Orange et SFR se disputent la répartition de ces agglomérations de taille moyenne. A l'origine, tous deux avaient conclu un accord de partage de ces zones, sous l'égide de l'Etat. Le premier en a récupéré 80 % et le second 20 %. Mais comme SFR a tardé à investir, finalement, la répartition s'est faite à 90 %-10 %.

Or, aujourd'hui, SFR voudrait une redéfinition plus équitable entre lui et Orange car, entre-temps, il a changé d'actionnaires. L'homme d'affaires Patrick Drahi, qui l'a racheté en 2014, veut 50 % de ces zones. Tous deux sont pour l'heure incapables de se mettre d'accord (SFR a même attaqué Orange en justice). Mieux, Free et Bouygues Telecom, qui ont tardé à investir dans la fibre, réclament désormais eux aussi leur part du gâteau ! Les concurrents d'Orange demandent aussi à ce qu'Orange soit régulé dans la fibre (« Les Echos » du 3 juillet), estimant sa position trop forte dans ce domaine.

 

Un sujet très sensible politiquement

Aujourd'hui, le gouvernement redoute que le déploiement du très haut débit prenne du retard, en raison de ces différends. Or le sujet est très sensible politiquement : on ne compte plus les élus locaux qui pestent contre la fracture numérique. Hélas pour lui, « l'Etat n'a pas les outils juridiques pour trancher le différend entre Orange et SFR, il ne peut que s'assurer que l'intérêt général est bien respecté », selon un expert.

L'autre sujet qui préoccupe le gouvernement est l'acheminement du très haut débit dans les campagnes. On sait déjà qu'il n'est pas possible d'avoir, à court terme, de la fibre jusqu'à l'abonné dans ­certaines zones reculées. Il faut donc trouver une alternative fiable et économique, sous peine de voir des zones entières non couvertes. D'après une étude de l'Idate publiée mardi matin, 5,1 millions de locaux n'auront pas le très haut débit en 2022, date à laquelle le plan très haut débit devait norma­lement être achevé.

Un choix politique

La Firip, qui fédère les industriels des réseaux d'initiative publique, cofinancés par les collectivités territoriales et les opérateurs privés, pour déployer la fibre dans les zones les moins denses du territoire, prône la 4G fixe pour couvrir les campagnes où la fibre peut difficilement être amenée. Début juin, Emmanuel Macron a apporté son soutien en faveur de cette solution.

Pour Fabienne Dulac, patronne d'Orange, la 4G fixe reste cependant « une solution palliative, pas une solution substitutive. Trop de connexions en 4G fixe peut faire exploser un réseau. » Selon Antoine Darodes, directeur de l'Agence du numérique, « la question, c'est quels usages on souhaite apporter via le très haut débit demain. Schématiquement, si on veut que tout le monde fasse de la télé-santé depuis son domicile, il faudra amener la fibre partout. Si c'est juste pour surfer sur Internet, la 4G fixe peut suffire. C'est un choix avant tout politique ».

 

Fabienne Schmitt
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse. L'Enac se sent pousser des ailes à l'étranger

Toulouse. L'Enac se sent pousser des ailes à l'étranger | Toulouse networks | Scoop.it

L’école d’ingénieurs de Toulouse qui forme pilotes et ingénieurs travaillant dans les compagnies aériennes ou les aéroports est présente au salon du Bourget. Avec comme objectif de viser le marché international.

 

Il n’y a pas qu’Airbus et Boeing qui signent des contrats lors du salon Le Bourget. Des petites entreprises régionales mais aussi des écoles profitent de ce temps d’exposition pour recruter de nouveaux clients. C’est le cas de l’Enac, l’Ecole nationale de l’aviation civile, basée à Toulouse sur le campus de Rangueil. « Le Bourget ? C’est un rendez-vous incontournable, c’est l’occasion pour nous de voir lors du plus grand show aérien du monde l’ensemble de nos clients », explique Marc Houalla le directeur de l’établissement qui forme 3000 élèves par an et qui affiche un budget de 30 millions d’euros.

Lors de cette semaine, Marc Houalla assisté de plusieurs cadres de l’Enac vont enchainer des dizaines de rendez-vous quotidiens. L’université Mc Gill à Montréal (Canada), mais aussi des clients du Moyen-Orient ou d’Asie, des zones dans lesquelles l’Enac souhaite s’implanter dans les années à venir en nouant des partenariats avec des acteurs locaux, figurent parmi les clients potentiels. « L’augmentation du trafic aérien (+10%) dans ces zones explique ces besoins que l’on retrouve aussi au Brésil et au Maroc… Le marché du pilotage a évolué et de nombreuses compagnies nous sollicitent », explique encore Marc Houalla, conscient que l’Enac joue le rôle de soft power qui consiste à faire du lobbying pour favoriser ensuite les entreprises françaises.

 

Une association Enac, Sup’Aéro et Onera

Mais il n’y a pas qu’à l’étranger que l’Enac souhaite faire briller son savoir-faire : à Toulouse, l’école d’ingénieurs s’inscrit dans un projet de l’Idex et souhaite s’associer avec l’Onera et Sup’Aéro afin de fédérer les 700 chercheurs spécialisés en aéronautique. « En mutualisant les moyens humains, pédagogiques et techniques, on obtiendrait la structure la plus grande au monde afin d’attirer le plus grand nombre d’étudiants étrangers. L’objectif est d’apparaître dans le classement de Shanghai afin d’obtenir davantage de visibilité ».

Le projet qui devrait démarrer à la rentrée 2017 a, selon Marc Houalla, une vraie logique géographique, « car les trois sites se situent dans la continuité ». Il a aussi pour objectif d’être plus performant dans la formation des ingénieurs qui travailleront au sein des compagnies aériennes, des aéroports ou dans le transport aérien. Alors qu’en 2019, le projet qui bénéficie d’un budget de 2 millions d’euros par an devrait être évalué par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. La prochaine étape est le lancement à la rentrée prochaine d’un Master en « drones ». A cette occasion, l’Enac devrait inaugurer sa volière à drone de 2000 mètres cubes.


Philippe Font

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

[Appel à candidatures] 10 000 startups pour changer le monde

[Appel à candidatures] 10 000 startups pour changer le monde | Toulouse networks | Scoop.it

Sous le haut patronage de
Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la République
 

 

10 000 STARTUPS POUR CHANGER LE MONDE 

 

La Tribune, avec les 13 régions métropolitaines et les DOM-TOM, veut relever le défi, le Prix La Tribune BNP Paribas Jeune Entrepreneur devient « 10 000 startups pour changer le monde ».

 

Pendant 8 mois, La Tribune réunit par catégories des entrepreneurs d’avenir au sein d’un concours local, les lauréats étant mis en compétition dans une grande finale nationale avec une remise de trophées à Paris. Cette ambition nouvelle de faire de la France une Startup nation aux territoires riches sera enrichie par la création d’un Prix Afrique dans le palmarès.


La France regorge de jeunes talents qui animent un dynamisme entrepreneurial exceptionnel sur tout le territoire. Leur moteur de réussite ? La passion avant tout. C’est elle qui les pousse à innover, à mettre au point de nouvelles technologies et des services nouveaux. Tous rêvent de changer le monde! C’est sous cet angle que La Tribune, premier média économique des métropoles, les encourage avec le Prix Jeune Entrepreneur.

 

Déposez votre candidature ici :

https://evenement.latribune.fr/10-000-startups-pour-changer-le-monde/

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

EQUISURE - the first connected alert system designed for horse riders

EquiSure™ has been made to: • detect a fall and qualify the strength of the impact • detect the rider’s immobility • launch an alert in real time as soon as it detects a fall • locate the accident with or without GPS signal • verify the reality of the alert • track the horse and send its position regularly • reassures the relatives

 

Jacques Le Bris's insight:

Pourquoi se limiter aux cavaliers ?

VTT, Motocyclistes, Véliplanchistes, Surfeurs, etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le nouveau Firefox. Toujours plus rapide.

Le nouveau Firefox. Toujours plus rapide. | Toulouse networks | Scoop.it

Nous sommes ravis de vous présenter aujourd’hui notre tout nouveau navigateur : Firefox Quantum.

Ce qui vous sautera aux yeux en premier, c’est l’extrême rapidité du nouveau Firefox. Vous apprécierez le fait que le navigateur est deux fois plus rapide qu’il y a un an. Il est aussi plus puissant que jamais. Nous avons complètement reconstruit Firefox pour concentrer nos efforts sur la façon dont vous utilisez le Web aujourd’hui pour regarder, écouter, créer des contenus et jouer sans limites. Nous sommes très heureux de proposer un navigateur complètement différent : moderne, rapide et efficace. Nous pensons que vous serez d’accord avec nous : c’est un saut quantique dans votre expérience sur le Web.

En utilisant Firefox, vous contribuez également à un mouvement visant à s’assurer qu’Internet reste une ressource publique mondiale, ouverte et accessible à tous. En tant qu’organisme indépendant à but non lucratif, nous nous sommes engagés depuis 2003 à concevoir des produits permettant à chacun de contrôler sa vie privée en ligne et de faire progresser la technologie ouverte ainsi que les réglementations qui promeuvent un Internet plus sain. Vous, les internautes, êtes au cœur de chacune de nos initiatives.

Au nom de notre communauté mondiale, à Mozilla, nous sommes fiers de vous présenter le nouveau Firefox, toujours plus rapide.

 

Chris Beard
PDG de Mozilla

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Twitter déploie les tweets en 280 signes pour tout le monde

Twitter déploie les tweets en 280 signes pour tout le monde | Toulouse networks | Scoop.it

Ça y est, Twitter a sauté le pas et déployé la nouvelle limitation à 280 signes à travers le monde. Un changement qui, le réseau social l’espère, devrait lui permettre de renouer avec la croissance.

 

Plus d’un mois après les tests auprès d’un petit panel d’utilisateurs, Twitter a doublé la longueur des tweets, passant de messages en 140 signes à des tweets de 280 caractères. Dix ans après sa création, le réseau social fait face à bon nombres de difficultés financières. En effet, alors que son nombre d’utilisateurs actifs gravite toujours autour de 330 millions, Twitter affiche une perte de 20 millions de dollars au troisième trimestre 2017.

140+140!

— jack (@jack) 7 novembre 2017

 

Pour tenter de sortir de ce marasme financier et séduire plus d’internautes, le réseau social multiplie donc les changements. Le passage aux messages en 280 signes résulte ainsi d’une volonté de faciliter l’expression des utilisateurs à travers le monde. Dans une déclaration publiée sur son blog officiel, Twitter a fait savoir que 9% des tweets écrits en anglais atteignaient la limite de 140 caractères. En adoptant la nouvelle limitation, le réseau social assure que ce chiffre n’est plus que de 1%.

 

Crédit : Twitter

Des paroles, des paroles, des paroles

Les tweets en 280 signes ne concernent que les langues à caractères latins. Aliza Rosen explique ainsi que le japonais, le chinois et le coréen resteront limités à 140 signes car « ils ne dépassent jamais la limitation. » Et d’ajouter : « En fait, ces langues ont toujours été capables d’en dire plus via les tweets en raison de la densité de leurs systèmes d’écritures. »

Si cette mutation a entrainé une levée de boucliers chez les puristes des 140 signes, qu’ils se rassurent. Twitter avance en effet que seuls 5% des tweets dans le monde dépassent les 140 signes, et 2% des messages passent le cap des 190 caractères. Les timelines ne devraient donc pas trop évoluer.

In the criminal justice system, sexually based offenses are considered especially heinous. In New York City, the dedicated detectives who investigate these vicious felonies are members of an elite squad known as the Special Victims Unit. These are their stories. *DUN DUN*

— Law and Order: SVU (@nbcsvu) 7 novembre 2017

 

En revanche, le compteur de signe a disparu au profit d’un cercle qui se remplit au fur et à mesure que l’on tape son message. Un changement loin d’être satisfaisant. Bien que plusieurs utilisateurs s’adonnent déjà au plaisir des longs messages, d’autres rappellent que le vrai changement sera l’arrivée du tant reclamé bouton « Edit ».

Alors qu’on voulait simplement un PUTAIN de bouton « edit » !

— Mister_Two (@Mister_Bonclay) 8 novembre 2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

WiFi : 41% de smartphones Android peuvent être hackés à cause d'une faille WPA2

WiFi : 41% de smartphones Android peuvent être hackés à cause d'une faille WPA2 | Toulouse networks | Scoop.it

Le système de sécurité qui protège tous les routeurs WiFi a été cracké. À cause d’une faille du protocole de chiffrement WPA2, tous les routeurs et autres appareils connectés peuvent désormais être hackés. Une démonstration d’attaque nommée KRACK sera diffusée ce lundi 16 octobre 2017 à 16h pour souligner la gravité de la situation. 

 

Le protocole de chiffrement WPA2 (Wi-Fi Protected Access II) est apparu il y a environ 13 ans, pour succéder au WEP. Aujourd’hui, il s’agit du système d’authentification sécurisé utilisé par quasiment tous les réseaux WiFi personnels et professionnels dans le monde entier. Aujourd’hui, la United States Computer Emergency Readiness Team (US-CERT) annonce qu’une faille de sécurité a été découverte dans ce protocole par des chercheurs de l’université belge KU Leuven.

À cause de cette faille, n’importe quel hacker suffisamment proche pour détecter votre réseau WiFi pourrait cracker votre mot de passe, surveiller votre activité sur internet et intercepter les flux de données non sécurisés ou non chiffrés. Par exemple, un mot de passe entré sur un site non-HTTPS ou les vidéos enregistrées par une caméra de sécurité connectée pourront être interceptés. En effet, ce danger ne concerne pas seulement les routeurs et autres box WiFi, mais également tous les objets connectés aux réseaux WiFi, y compris les smartphones. En effet, 41% de smartphones Android seraient menacés selon Matty Vanhoef.

WiFi : le protocole de chiffrement WPA2 a été cracké

Concrètement, suite à la découverte de cette faille, votre réseau WiFi est vulnérable jusqu’à ce que le constructeur de votre routeur déploie une mise à jour de sécurité. En attendant, assurez-vous de ne visiter que des sites HTTPS. Vous pouvez également utiliser un VPN pour masquer votre activité. Surveillez également les mises à jour de vos appareils connectés domotiques. Ces derniers peuvent également être hackés afin de dérober des données, et les hackers peuvent également en profiter pour changer les mots de passe de vos serrures ou systèmes d’alarme connectés.

L’attaque de démonstration KRACK (Key Reinstallation Attacks) sera présentée ce lundi 16 octobre à 16h00. Davantage d’informations seront communiquées sur le site krackattacks.com. Tous les détails sur cette faille seront également dévoilés dans le cadre d’une conférence dédiée, organisée le 1er novembre 2017 à la conférence ACM Conference on Computer and Communications Security de Dallas.

 

Par Bastien Lepine, 16/10/2017

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

CPU en live sur les ordis soviétiques et la reconnaissance faciale

CPU en live sur les ordis soviétiques et la reconnaissance faciale | Toulouse networks | Scoop.it
Voici un chouette programme ! Au Tetalab, Jeudi 19 Octobre de 19h à 22h.

Petite annonce pour vous signaler une session d'enregistrements en public de notre programme CPU, Jeudi 19 Octobre entre 19h et 22h. Nous sommes aimablement accueillis au sein du Double Dragon / Tetalab chez Mixart Myrys

Sujets enregistrés :

Reconnaissance faciale : Apple veut en faire un standard de biométrie, après Samsung et Windows 10 qui ont montré les limites.
Avec Guillaume Lemoine, senior software architect, Chief Product Officer chez FittingBox

Derrière le Mur de Berlin : Alors que nous fêtons le centenaire de la Révolution d'Octobre, parlons des ordinateurs familiaux construits dans le Bloc de l'Est.
Avec René Spéranza, fondateur président de l'association Silicium et auteurs d'essais sur le retrogaming/retrocomputing.

Il serait dit qu'il y aurait des démonstrations sur place !

Nos enregistrements sont en accès libre dans les limites possibles de sécurité du lieu. N'hésitez pas à amener à boire et/ou à grignoter !

@dascritch

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Facebook tries fighting fake news with publisher info button on links

Facebook tries fighting fake news with publisher info button on links | Toulouse networks | Scoop.it

Facebook thinks showing Wikipedia entries about publishers and additional Related Articles will give users more context about the links they see. So today it’s beginning a test of a new “i” button on News Feed links that opens up an informational panel. “People have told us that they want more information about what they’re reading” Facebook product manager Sara Su tells TechCrunch. “They want better tools to help them understand if an article is from a publisher they trust and evaluate if the story itself is credible.”


This box will display the start of a Wikipedia entry about the publisher and a link to the full profile, which could help people know if it’s a reputable, long-standing source of news…or a newly set up partisan or satire site. It will also display info from their Facebook Page even if that’s not who posted the link, data on how the link is being shared on Facebook, and a button to follow the news outlet’s Page. If no Wikipedia page is available, that info will be missing, which could also provide a clue to readers that the publisher may not be legitimate.

Meanwhile, the button will also unveil Related Articles on all links where Facebook can generate them, rather than only if the article is popular or suspected of being fake news as Facebook had previously tested. Trending information could also appear if the article is part of a Trending topic. Together, this could show people alternate takes on the same news bite, which might dispute the original article or provide more perspective. Previously Facebook only showed Related Articles occasionally and immediately revealed them on links without an extra click.

More Context, More Complex

The changes are part of Facebook big, ongoing initiative to improve content integrity
Of course, whenever Facebook shows more information, it creates more potential vectors for misinformation. “This work reflects feedback from our community, including publishers who collaborated on the feature development as part of the Facebook Journalism Project” says Su.

When asked about the risk of the Wikipedia entries that are pulled in having been doctored with false information, a Facebook spokesperson told me “Vandalism on Wikipedia is a rare and unfortunate event that is usually resolved quickly. We count on Wikipedia to quickly resolve such situations and refer you to them for information about their policies and programs that address vandalism.”

And to avoid distributing fake news, Facebook says Related Articles will “be about the same topic — and will be from a wide variety of publishers that regularly publish news content on Facebook that get high engagement with our community.”

 

“As we continue the test, we’ll continue listening to people’s feedback to understand what types of information are most useful and explore ways to extend the feature” Su tells TechCrunch. “We will apply what we learn from the test to improve the experience people have on Facebook, advance news literacy, and support an informed community.” Facebook doesn’t expect the changes to significantly impact the reach of Pages, though publishers that knowingly distribute fake news could see fewer clicks if the Info button repels readers by debunking the articles.

Getting this right is especially important after the fiasco this week when Facebook’s Safety Check for the tragic Las Vegas mass-shooting pointed people to fake news. If Facebook can’t improve trust in what’s shown in the News Feed, people might click all its links less. That could hurt innocent news publishers, as well as reducing clicks to Facebook’s ads.

 

Image: Bryce Durbin/TechCrunch

Facebook initially downplayed the issue of fake news after the U.S. presidential election where it was criticized for allowing pro-Trump hoaxes to proliferate. But since then, the company and Mark Zuckerberg have changed their tunes.

The company has attacked fake news from all angles, using AI to seek out and downrank it in the News Feed, working with third-party fact checkers to flag suspicious articles, helping users more easily report hoaxes, detecting news sites filled with low-quality ads, and deleting accounts suspected of spamming the feed with crap.

Facebook’s rapid iteration in its fight against fake news shows its ability to react well when its problems are thrust into the spotlight. But these changes have only come after the damage was done during our election, and now Facebook faces congressional scrutiny, widespread backlash, and is trying to self-regulate before the government steps in.

The company needs to more proactively anticipate sources of disinformation if its going to keep up in this cat-and-mouse game against trolls, election interferers, and clickbait publishers.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

TwinswHeel, un nouveau drone terrestre au service de la logistique à la demande

TwinswHeel, un nouveau drone terrestre au service de la logistique à la demande | Toulouse networks | Scoop.it

TwinswHeel est un drone terrestre automatisé. Capable de livrer de la nourriture ou des colis jusqu'à 40 kg, ce petit véhicule électrique entend bien faire sa place dans les secteurs industriel et logistique avant de se lancer à la conquête de la livraison en extérieur.

« Cela fait trois ans que nous travaillons dessus. Notre solution répond surtout au transport à l’intérieur de sites fermés pour effectuer de la livraison de colis de façon collaborative : le robot va suivre une personne et sera ensuite capable de se déplacer tout seul en créant une map complète du lieu, de façon autonome. Il pourra ainsi aider les opérateurs pour la maintenance des machines, le port de charges de pièces de rechanges ou bien encore pour de la logistique à la demande », explique Vincent Talon, fondateur de TwinswHeel. Ainsi grâce à l’apprentissage de la cartographie de l’ensemble du site, le robot parvient à approvisionner seul la ligne de production ou de conditionnement.

 

Une solution innovante repérée par le Club Déméter 

Sélectionné par le Club Déméter en juin dernier lors d'un « Appel à Projets Innovants », qui recense trois solutions dans le domaine de la logistique en fonction de critères d'innovation, de développement durable ou encore d'impact sociétal, le drone de TwinswHeel sera testé très prochainement au sein des entreprises membres du Club. « Avec ces dernières, nous allons décrire des use cases et adapter nos robots à leurs besoins. Il s’agit d’un projet de six mois », précise explique Vincent Talon.

 

Vers la vie urbaine

Pensée dans un premier temps pour les sites fermés tels que les usines de production ou les centres logistiques, l’utilisation du drone pourrait être prochainement élargie dans les grandes villes, en extérieur : « Dans les trois prochaines années, nous espérons faire en sorte que nos robots soient urbains et capables de se déplacer dans la rue comme de petits véhicules autonomes pour effectuer de la livraison de colis entre un magasin de proximité et le particulier. À l’approche du lieu d’habitation du particulier, il enverrait alors un sms contenant un code, permettant son ouverture pour récupérer le colis », détaille Vincent Talon, fondateur de TwinswHeel.

 

par Laurène MATZEU DE VIALAR

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Aida, le robot à quatre pattes toulousain veut révolutionner la livraison en ville

Aida, le robot à quatre pattes toulousain veut révolutionner la livraison en ville | Toulouse networks | Scoop.it

 

 

Le robot autonome Aida développé par deux jeunes diplômés de l’Isae-Supaéro au sein de la startup Unsupervised.ai, devrait bientôt permettre de livrer en ville des colis au pas de la porte du destinataire.

"Livrer n'importe quoi, n'importe où, n'importe quand". C'est l'ambition d'Alexis Theallier et Clément Jambou, deux anciens membres du club de robotique de l'Isae-Supaero de Toulouse et fondateurs de la startup Unsupervised.ai. Avec leur robot quadrupède Aida, ils souhaitent révolutionner la livraison en milieu urbain en apportant des colis jusqu'à 15 kg 24h/24 et 7j/7, au pas de la porte de leur destinataire ou à n'importe quelle position géolocalisée.

"L'Américain Boston Dynamics a déjà conçu de tels robots, mais pour l'armée ou la recherche à des coûts très élevés - entre 300 000 et 400 000 euros - et en peu d'exemplaires, explique Alexis Theallier. À l'inverse, la fabrication d'Aida n'est pas plus onéreuse que celle d'un scooter électrique, ce qui nous permettra d'avoir une flotte beaucoup importante et de déployer notre service de livraison à l'échelle des grandes villes".

Actuellement, la livraison représente 60% du prix de la commande du client. La jeune pousse Unsupervised.ai espère avec son service de livraison faire chuter à long-terme les tarifs du marché et ramener à un euro seulement le coût de livraison.

Un robot capable de gravir les marches du perron

Sur le territoire américain, la société Starship Technologies teste déjà un service de livraison robotisé apte à transporter des charges jusqu'à 18 kg dans un rayon de 5 km. Mais son robot sur roues connaît quelques déconvenues. Il parvient difficilement à éviter les obstacles urbains comme un arbre ou une poubelle, et ne peut gravir les trottoirs ou se relever en cas de chute.

C'est pourquoi Unsupervised.ai a choisi de développer un robot autonome sur quatre pattes. Aida est spécialisé dans le "last 50 meters delivery", c'est-à-dire dans la livraison des colis jusqu'au pas de la porte. En effet, l'engin sera capable d'interagir avec l'environnement : gravir un trottoir, les marches d'un perron, se hisser sur ses deux pattes arrières pour appuyer sur une sonnette... Ainsi, l'objectif final est de transporter plusieurs Aida par camion - véhicule autonome dans le futur - et de les lâcher dans un périmètre de livraison dans lequel chaque robot apporte son colis à la bonne adresse.

Aida peut gravir un trottoir, les marches d'un perron ou se hisser sur ses deux pattes arrières pour appuyer sur une sonnette (Crédits : Unsupervised.ai).

Pour octroyer toutes ces fonctionnalités à Aida, Alexis Theallier et Clément Jambou utilisent la simulation et les dernières techniques de machine-learning appliqués à la robotique : le robot apprend des scénarios ou se forme par lui-même avec ses expériences sur le terrain.

D'abord viser une clientèle d'établissements privés

"Notre robot terrestre est également moins dangereux qu'un drone qui risquerait de tomber et dont la réglementation interdit d'ailleurs la circulation en ville, précise Alexis Theallier. Bien sûr, la loi européenne est aussi très stricte et les robots autonomes terrestres ne sont pas encore autorisés dans l'espace public. Nous allons donc d'abord lancer notre produit aux États-Unis, et en Europe à destination d'établissements privés".

Ainsi, dans sa stratégie à court terme, Unsupervised.ai vise une clientèle dans l'industrie 4.0 (usines, campus industriels), les chantiers ou les campus universitaires. Avec Aida, l'ouvrier n'aura plus besoin de traverser son site industriel pour se procurer une pièce ou un outil, l'étudiant ne parcourera plus des kilomètres pour se procurer un snack. Plusieurs grands groupes français et étrangers sont déjà intéressés par le concept. En outre, d'ici trois ans, la startup compte établir un réseau Aida dans une ou plusieurs villes américaines, et investir l'espace public européen une fois la réglementation assouplie.

Pour développer les fonctionnalités du robot quadrupède, Unsupervised.ai simule ses mouvements sur ordinateur (Crédits : Unsupervised.ai).

 

Un business angel de l'Isae-Supaéro

Fondée en décembre 2016, Unsupervised.ai a d'abord passé quatre mois au sein de l'incubateur et accélérateur HAX à Shenzhen (Chine), ville appelée la "Silicon Valley du hardware" où sont fabriqués Iphones, casques Bose et autres produits électroniques. La jeune pousse a pu y construire son premier prototype grâce à une aide de 100 000$ octroyée par l'incubateur.

Puis, en juin 2017, la startup a reçu la bourse French Tech emergence à la hauteur de 45 000 euros. À ce jour, la société poursuit son développement entre Shenzhen, Paris et San Francisco avec les fonds investis par son business angel, un ancien élève de l'Isae-Supaero.

Lire aussi : L'Isae-Supaero crée un laboratoire dédié aux "concepts spatiaux avancés"

Unsupervised.ai conserve d'ailleurs d'étroits liens avec l'école d'ingénieurs toulousaine puisqu'elle emploie actuellement un de ses élèves en stage pour la conception mécanique, et va proposer une série de projets autour d'Aida à sa filière "Systèmes autonomes" pour l'année 2017/2018. De plus, la startup prévoit de concrétiser sa première levée de fonds d'un million d'euros au mois de septembre.

"Clément va préparer la mise sur le marché d'Aida aux États-Unis depuis San Francisco, et pour ma part, je retourne à Shenzhen six mois pour pallier les défauts de conception de notre prototype et améliorer son design, planifie Alexis Theallier. L'objectif est de revenir en France début 2018 avec cinq robots prêts à débuter les tests en environnement".

Unsupervised.ai se lance aujourd'hui sur un marché de la livraison en pleine croissance, qui devrait représenter 80 milliards de dollars en 2020.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Viadeo repart sur de nouvelles bases

Viadeo repart sur de nouvelles bases | Toulouse networks | Scoop.it

Le réseau social professionnel français a été racheté par Le Figaro.

 

 

Viadeo veut regagner la confiance de ses membres et des recruteurs. En difficulté l'an passé, racheté il y a six mois par Figaro Classifieds, le seul réseau professionnel français, qui revendique 7,5 millions de membres dans l'Hexagone, a donné jeudi le coup d'envoi de sa nouvelle stratégie. Elle s'inscrit désormais dans les pas des marques «carrière» de Figaro Classifieds (filiale du groupe Figaro), à savoir Cadremploi, Keljob ou CVaden. Un écosystème vertueux au service de l'emploi dans lequel Viadeo est appelé à faire le lien entre l'orientation, l'emploi et l'employabilité.

Viadeo a redémarré sa réflexion en commençant par interroger ses membres afin d'identifier leurs attentes. Ils souhaiteraient notamment disposer de plus de fonctionnalités gratuites et d'offres d'emploi qui correspondent à leur profil. Davantage personnalisable, le nouveau Viadeo va ainsi permettre à ses membres d'avoir accès à plus de fonctionnalités gratuites si leurs profils sont complets et à jour.

 

Redonner le réflexe

Parallèlement, la refonte des algorithmes de Viadeo devrait améliorer la suggestion de contacts plus qualifiés et la recommandation d'opportunités professionnelles plus nombreuses et personnalisées. La complémentarité recherchée entre Viadeo et les sites emploi de Figaro Classifieds devrait en même temps permettre de multiplier les sollicitations des recruteurs.

«Nous souhaitons redonner aux Français le réflexe Viadeo, explique Thibaut Gemignani, directeur général de Figaro Classifieds. Sur la base d'une communauté de membres plus saine et engagée, notre ambition est de faire de Viadeo un réseau social professionnel de proximité qui aide à gérer sa vie active et à développer ses relations grâce à des contenus pertinents et enrichis.» Pour gagner la confiance de ses membres et en recruter de nouveaux, Viadeo va rapatrier les données, qui se trouvent actuellement aux États-Unis, et renforcer leur protection dans le respect du droit européen.

À la rentrée, Viadeo lancera une campagne de communication à la télévision et en ligne pour détailler tous ces changements. À la différence de LinkedIn, premier réseau professionnel mondial racheté par Microsoft (500 millions de membres), Viadeo sera une «maison ouverte» aux partenariats, qu'ils émanent d'acteurs publics de l'emploi en France ou de start-up RH de la French Tech.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Mozilla se lance dans le partage de fichiers

Mozilla se lance dans le partage de fichiers | Toulouse networks | Scoop.it

La fondation Mozilla vient d’ajouter trois nouvelles expérimentations à son programme Test Pilot pour Firefox: le partage de fichiers chiffrés, la recherche vocale et la prise de notes intégrée.  

Le nombre d’utilisateurs de Firefox a beau décliner, ses équipes n’en restent pas moins ultra mobilisées pour lui donner un second souffle.  Lancé il y a un an, le programme Test Pilot vient de s’enrichir d’un blog qui relate tous les projets que les équipes de conception, de produits et d’ingénierie de Firefox lancent en permanence. Un nouvel ensemble de trois fonctionnalités vient justement d’être déployé : Send, Notes et Voice Fill. Les internautes sont invités à les essayer en installant Test Pilot.

Firefox - Le programme Test Pilot.

Send

On commence par le plus intéressant, à savoir Send, un outil bien pratique pour envoyer des fichiers volumineux jusqu’à 1 Go. Vous sélectionnez votre fichier et Send crée automatiquement un lien que vous pouvez partager d’un simple copier-coller. Attention, le lien expire dès qu’il est téléchargé et au plus tard 24 heures après son envoi. Ce qui signifie que vos fichiers sont alors supprimés des serveurs de Mozilla.

01net.com -Send présente le très grand avantage de chiffrer vos contenus et d’être utilisable avec n’importe quel navigateur. Une alternative légère et bienvenue à Dropbox ou We transfer, par exemple.
 

Notes

C’est un simple bloc note qui s’affiche sur la barre latérale gauche de votre navigateur avec des options basiques d’édition (italique, gras, polices de caractère). Même si Vivaldi ou Edge intègrent déjà un outil de prise de notes, ce n’est pas le cas des autres navigateurs qui nécessitent la plupart du temps d’installer une extension pour cela. Notes évite donc de jongler avec différentes fenêtres ouvertes.

01net.com -Le gros hic, c’est que Firefox ne propose pas encore de synchroniser vos notes ! Du coup, la fonctionnalité perd une grande partie de son intérêt. A moins de copier-coller ailleurs tout ce que l’on écrit régulièrement pour ne pas le perdre.
 

Voice Fill

La commande vocale Voice Fill est la seule fonctionnalité à ne pas être disponible en Français. Pas question de la tester dans notre langue donc. Elle utilise classiquement de l'intelligence artificielle pour interpréter les requêtes des internautes. Et donc tous ceux qui la testeront contribueront à son amélioration. Elle est compatible avec les moteurs de recherche de DuckDuckGo, Yahoo et Google. Il suffit de cliquer sur l'icône micro en bas à gauche de l'écran, d’autoriser à utiliser le micro et de parler. Le moteur de recherche propose alors plusieurs possibilités et vous n’avez plus qu’à choisir la bonne d’un seul clic.
 

Mais on a du mal à s’enthousiasmer pour un outil passablement en retard par rapport à la concurrence. Google a intégré la recherche vocale dans Chrome depuis de nombreuses années et le niveau de précision atteint par Google Now paraît  aujourd’hui hors de portée.

Cette nouvelle série de fonctionnalités va désormais être éprouvée par la communauté de Firefox et rien n'assure qu'elle sera intégrée dans une prochaine version du navigateur.

 

Utiliser Firefox Send

 

Télécharger Test Pilot pour Firefox

 

Amélie Charnay
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Station F : ce qu'il faut savoir du campus de start-up géant de Xavier Niel

Station F : ce qu'il faut savoir du campus de start-up géant de Xavier Niel | Toulouse networks | Scoop.it

C'est un projet majeur pour l'écosystème start-up en France. Station F, le plus gros campus de start-up au monde ouvrira ses portes le 1er juillet prochain, après 3 ans de travaux. A l'origine du projet, Xavier Niel y aura investi 250 millions d'euros, sur ses deniers personnels. 

Tour d'horizon de ce qu'il faut savoir sur ce projet, inauguré ce soir en présence du Président Emmanuel Macron et de la Maire de Paris, Anne Hidalgo. 

Un espace pensé pour faciliter l'échange et les rencontres

Avec des coûts de fonctionnement estimés entre 7 et 8 millions d'euros par an, l'ambition finale de Station F n'est pas la rentabilité à tout prix. L'objectif du projet est donc avant tout de soutenir l'écosystème start-up français, et de lui permettre de s'ouvrir à l'international. 

Au total, plus de 3 000 postes de travail seront mis à disposition des start-up, de même qu'une soixantaine de salles de réunion, un auditorium, un fablab, un pop-up store, etc. Avec 8 espaces dédiés à l'événementiel, les résidents de Station F se trouveront au coeur de l'écosystème innovant. Le bâtiment est divisé en trois grands espaces: la zone Share, pour travailler, la zone Create, pour échanger, et enfin la zone Chill, pour se détendre et se restaurer. Cette dernière sera ouverte au public. 

A noter, Station F est la première brique d'un projet de plus grande ampleur, qui comptera également un co-living space dédié aux entrepreneurs. Ces derniers pourront être hébergés à une dizaine de minutes de Station F. Une centaine d'appartements partagés seront mis à leur disposition, de même qu'une salle de fitness et des espaces détente. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F

Lire aussi : 10 chiffres à connaître sur Station F, le plus gros campus de start-up au monde

Plus de 20 programmes d'accélération sur site

Au coeur de Station F se trouve le Founders Program, programme d'accélération mis au point par Roxanne Varza et son équipe. Pour 195 euros par mois et par espace de travail, les entrepreneurs du monde entier souhaitant travailler à Paris auront accès à des ressources pour se développer. Ils auront notamment accès à l'expertise d'un réseau d'entrepreneurs sélectionnés, à des événements exclusifs, ainsi qu'à des avantages sur certains logiciels et services reconnus par leurs pairs. A noter, la philosophie du programme est basée sur l'indépendance des entrepreneurs: «Pas de mentors ou de meetings obligatoires, uniquement une sélection unique de ressources et d'experts disponibles (…), à la carte», peut-on lire sur son site.

Au-delà du Founders Program, un certain nombre d'entreprises ont décidé d'implanter un programme d'accélération de projets sur place. Au total, 21 programmes s'y côtoieront au quotidien. On retiendra notamment le Start-up Garage de Facebook, qui accompagnera 12 start-up à la rentrée, Impulse, l'incubateur de Vente-privee, ou encore le programme dédié à l'intelligence artificielle développé par Microsoft, en partenariat avec l'INRIA. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F

Lire aussi : Quels programmes d’accélération seront hébergés à Station F ?

1 000 start-up hébergées 

Au total, 1 000 start-up devraient être hébergées dans cet espace de 34 000 mètres carrés. Si toutes les start-up présentes à la rentrée ne sont pas encore connues, un certain nombre d'accélérateurs ont déjà annoncé les noms des heureux élus qui inaugureront leur programme. 

Facebook a ainsi présenté les 12 start-up qui feront partie de son Start-up Garage à partir de septembre.  JamAlan, Mapstr, Chekk, The Fabulous, Onecub, Karos, Bruno, The School Project, Welcome To The Jungle, Glose et Riminder composeront ainsi la première promotion de ce programme. 

De même, Vente-privee a dévoilé en mars les noms des 5 start-up qui feront partie de la première session d'Impulse. On y retrouve Fitle, Shipup, ShorTouch, Wishibam et EasySize. D'autres start-up seront également présentes, à l'image de RMOpportunities, de SoBus et de BonjourIngrid. 

 

Crédit photo : Patrick Tourneboeuf pour Station F
Jacques Le Bris's insight:

En savoir plus

 

https://stationf.co/fr/campus/

 

 

more...
No comment yet.