Toulouse La Ville Rose
81.8K views | +2 today
Follow
 
Scooped by Jacques Le Bris
onto Toulouse La Ville Rose
Scoop.it!

[Infographie] Où sont les jeunes ? A Toulouse !

[Infographie] Où sont les jeunes ? A Toulouse ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
La France est le pays où l'on fait le plus d'enfant en Europe, 2ème pays le plus jeune de l'Union européenne. Où vivent tous ces jeunes, comment vivent-ils aujourd'hui ? Réponses en infographie, avec beaucoup de surprises.

 

La population se concentre dans les métropoles, en France comme dans l’ensemble des pays industrialisés. Quand on regarde de plus près, on s’aperçoit que les villes les plus productives, celles que l’économiste Laurent Davezies considère comme les fers de lance du sursaut de la croissance et de l’emploi en France, sont aussi les plus jeunes : Toulouse en tête, mais aussi Lille, Bordeaux, Rennes, Montpellier, Grenoble…

 

A noter : la capitale, qui réunit 1/6ème de la population française, ne figure même pas parmi les 14 villes les plus jeunes. A l’inverse, Clermont-Ferrand, située sur la fameuse diagonale du vide, reste très fraîche. Effet Michelin ?

more...
Jacques Le Bris's comment, January 30, 2013 12:18 PM
Toulouse entraîne dans son sillage Lille, Bordeaux, Rennes, Montpellier ; c'est l'effet de proximité ;-)
Toulouse La Ville Rose
From pastel to aerospace
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Je suis nouvel arrivant - Toulouse.fr

Je suis nouvel arrivant - Toulouse.fr | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

JE SUIS NOUVEL ARRIVANT

 

Chaque année, près de 7 000 personnes viennent s'installer à Toulouse pour y trouver la douceur de vivre. Retrouvez toutes les informations utiles pour vous installer à Toulouse.

 

EN 1 CLIC

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Fréquentation record des musées et sites touristiques toulousains en 2017

Fréquentation record des musées et sites touristiques toulousains en 2017 | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le musée des Augustins à Toulouse enregistre près de 167 000 visiteurs en 2017.

 

Avec près de 2,2 millions de visiteurs en 2017 les musées et sites touristiques toulousains enregistrent une année record. En 2016 déjà, la fréquentation avait connu une hausse exceptionnelle avec un total de 1 919 325 visiteurs.

 

2 182 974 visiteurs ont été accueillis dans les musées et les sites touristiques toulousains en 2017. C'est 13,7% de plus qu'en 2016 qui était déjà une année exceptionnelle.

" Tous les records sont battus ! (...) la vitalité culturelle et touristique de Toulouse connaît une croissance sans précédent," s'est félicité Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole pour qui ces chiffres prouvent que "Toulouse et sa Métropole séduisent de plus en plus en France et à l'étranger ".

L'attractivité des musées toulousains est en effet sans précédent. À eux seuls, Les Augustins, Saint-Raymond, Paul Beaupuy, Georges Labit, le Muséum d'histoire naturelle, MATOU et les Abattoirs totalisent 740 707 visiteurs soit 7% de plus qu'en 2016.

Carton plein pour la Cité de l'espace

L'église des Jacobins enregistre pour sa part 369 158 visiteurs soit près de 58 000 visiteurs de plus que l'année précédente. Mais c'est la Cité de l'espace qui est en tête des sites touristiques les plus visités de la ville rose. Le 28 décembre, elle a franchi le seuil des 400 000 visiteurs annuels, soit une progression de 20% par rapport à 2016. Un beau cadeau pour ce site qui a fêté ses 20 ans le 15 octobre 2017 en présence de Thomas Pesquet.

Lire aussi : La Cité de l'espace, vitrine économique et touristique de Toulouse, fête ses 20 ans

 

Dans ce lieu entièrement dédié au spatial la fréquentation des individuels et des familles représentaient 2/3 des visiteurs en 2017 . 40% sont des visiteurs de proximité et 45% un public national. A noter que le nombre de touristes étrangers ayant visé la Cité de l'espace a été multiplié par deux en cinq ans et représentait 15% des visites sur site à la fin de l'année 2017 . Le public scolaire, avec 55 000 visiteurs ne cesse lui aussi d'augmenter.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Meilleurs Voeux 2018 du Collectif "Non au Gratte-Ciel de Toulouse"

Meilleurs Voeux 2018 du Collectif "Non au Gratte-Ciel de Toulouse" | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

NOS MEILLEURS VOEUX 2018 !

 


Nous souhaitons pour nous toutes et tous :
- Une année de retour à la sagesse démocratique dans le dossier de la Tour Occitanie !
- Que le déni de démocratie locale de 2016 et 2017 soit réparé! Puisque les riverains et les toulousains ont appris par la presse cette décision "sortie du chapeau" des promoteurs immobiliers de construire cette Tour Occitanie de 150 m en plein centre ville
- Que les toulousains puissent décider aux prochaines élections municipales 2020 s

'ils veulent de ce gratte-ciel !

 

Nous souhaitons à Jean-Luc Moudenc, maire et président de Toulouse Métropole une bonne année 2018 de santé de bonheur et.... de retour à une authentique pratique de démocratie locale !

 

Twitter :

@citoyens31


facebook journal
https://www.facebook.com/profile.php?id=100018216451780

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A Toulouse un Maire se déchaîne

J'ai décidé d'être 1 maire libre ! Il est tjs bon de mettre "les points sur les i" concernant notre méthode. Je refuse d'être un courtisan du Gouvernement, tout comme je refuse d'être ds la critique systématique. C’est ce que j’ai rappelé à l’opposition municipale #CMToulouse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

On a testé pour vous... le Marché de Noël de la place du Capitole, à Toulouse

On a testé pour vous... le Marché de Noël de la place du Capitole, à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Du vin chaud, de l’aligot, des burgers… Vendredi 1er décembre, 13h, les Toulousains commencent à affluer aux stands où ça sent bon le « graillon ». Les mange-debouts sont complets, et les jeunes s’agglutinent devant les churros. À des tarifs pas forcément inflationnistes pour la période et l’événement : 6,50 euros en moyenne le burger ou le sandwich (bon, 10 euros le sandwich au foie gras et la grande barquette d’aligot…), et 3 euros le vin chaud.

La gastronomie et la restauration, c’est un tiers des stands

Faut-il réduire le Marché de Noël de Toulouse à ses victuailles ? Non, évidemment, même si sur les 117 stands qui ont ouvert depuis le vendredi 24 novembre, 41 sont répertoriés dans la gastronomie et la restauration. Soit un tiers de l’offre.

Un constat de bonne guerre, les Toulousains étant réputés pour être gourmands et les commerçants s’y retrouvant sur le chiffre d’affaires. L’odeur des bonnes choses (quoique celle du vin chaud ne soit pas toujours agréable) et « la bonne bouffe », ce n’est pas ce qui rebute Stéphane, au stand de la marque « Macarel » (vêtements, mugs, produits à la violette…).

« Il y a une bonne entente entre commerçants voisins, j’aime bien l’ambiance de mon allée. Après, j’ai l’impression que c’est toujours pareil tous les ans ».

Il pointe également du doigt le rallongement d’une semaine du marché, de trois semaines à un mois, qui n’engendre, selon lui, pas de hausse du chiffre d’affaires.

« Manque d’animations et absence de musique »

Deux allées plus loin, le « vétéran » Claude Bonotto partage cet avis. Le roi des jeux de cartes made in Toulouse (110 jeux créés depuis 1981, dont ses deux réussites, le « Jeu 2 Con » et « Montre ton Q ». C’est sa 10e année au marché toulousain et on sent comme une lassitude…

« Le marché évolue mal, 80% des produits sont d’importation. Les créateurs de la région ne peuvent pas venir car les chalets sont trop chers. Moi par exemple, mon chalet de trois mètres me coûte 6000 euros de location sur le mois du marché ».

Il déplore le manque d’animations et l’absence de musique sur l’événement, et « ce sens de la fête que l’on a peu perdus, je trouve ».

« Les gens sont sympas, on se sent bien ici ! »

Au Marché de Noël 2017, on rencontre des Toulousain(e)s, bien sûr, des commerçants d’Aix-en-Provence et d’ailleurs. Nos pas s’arrêtent sur le chalet de deux Québécoises, qui sont présentes pour la deuxième année consécutive place du Capitole. Elles aussi aimeraient davantage de musique et une animation plus boute-en-train, mais elle ne peuvent que dire du bien, avec leur si bel accent, du rendez-vous de décembre, qui leur permet de convertir de nombreux Toulousains au sirop d’érable !

« Les gens sont sympas et en profitent pour revenir nous voir, explique France, l’une des deux gérantes du chalet. Les chalets sont bien entretenus, avec de belles décorations. Il y a une belle synergie ici, on se sent bien ! ».

Malgré l’affluence de la pause de midi, on peut observer une légère diminution de fréquentation. Un ressenti que confirme Stéphane, chez « Macarel ». « J’ai l’impression qu’il y a un peu moins de monde que l’an dernier après une semaine de marché. C’est peut-être le côté fin du mois ou le Black Friday… ».

La solidarité, la force du marché toulousain

Si la renommée du Marché de Strasbourg fait de ce dernier un cas à part, le Marché de Noël de Toulouse est, en comparaison, plus petit que celui de Lyon (138 exposants) et Bordeaux (154 exposants) cette année, mais plus important qu’à Lille (90 chalets), qui dure plus longtemps (17 novembre-27 décembre). La présentation de la manifestation est explicite sur le site de la mairie, avec l’agenda détaillé des actions du chalet des associations. La solidarité, l’ADN de la Ville rose, est bien présente et marque la volonté de ne pas faire que du business.

Enfin, malgré l’omniprésence de la gastronomie, les chalets proposent des idées à tous les prix, dans toutes les catégories, et pour tous les styles. Il y aura toujours une part de la magie de Noël à prendre place du Capitole pour encore plus de trois semaines.

Infos pratiques.
Marché de Noël de Toulouse, jusqu’au mardi 26 décembre 2017. Place du Capitole.
Plus d’infos sur les stands et la carte interactive du marché sur le site de la mairie de Toulouse.

 

Le Marché de Noël 2017 comprend 117 stands.
(© Actu Toulouse/Anthony Assémat)
 
 
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Horreur et captation !

Horreur et captation ! | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Toulousain.e.s

Que les choses soient claires !

Le Maire de Portet/Garonne, malgré une sévère défaite électorale lors des Législatives de 2017, persiste et s'apprête en catimini à nuire gravement à votre santé par la voie des eaux.

 

Voici un rapport succinct à lire avec attention.

 

Un dossier de presse sur le sujet nommé STEP.

 

Un site pour tout savoir.

 

Une pétition à signer pour bien montrer que votre santé vous importe plus que les sombres intérêts du Maire de Portet.

 

Jacques Le Bris's insight:

NON à la station d'épuration pour 25000 personnes de Portet sur Garonne 31120 France (STEP)

NON au massacre de ce site préservé par nos anciens, aux carnages écologiques et aux odeurs au coeur de notre dernier couloir vert du Sud Toulousain.

NON à l'enlaidissement irréversible de notre village, de nos châteaux et de notre unique rue du centre traversée par camions chargés de puanteur.

Nous avons le devoir de transmettre à nos enfants un paysage dont vous n'aurez pas honte.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tour d'Occitanie : le constructeur tente de rassurer les riverains

Tour d'Occitanie : le constructeur tente de rassurer les riverains | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le constructeur de la Tour d'Occitanie a rencontré des riverains inquiets, mardi en réunion de quartier. Il a donné des arguments pour les rassurer. Le début des travaux est prévu pour début 2019.

 

Le face-à-face a été intense, mardi soir au Capitole lors d'une classique commission de quartier, entre les représentants de la mairie et de la Compagnie de Phalsbourg, constructeur et propriétaire de la Tour d'Occitanie, futur gratte-ciel de 150 m du quartier Matabiau d'un côté, et les riverains de l'autre. Inquiétudes et réponses.

 

«Une tour pas écologique» Un riverain dénonce une construction coûteuse en énergie, avec les ascenseurs, la climatisation, la surveillance incendie de ses quelque 200 logements et chambres d'hôtel, et 11 000 m2 de bureaux.

«Le vrai défi écologique, c'est l'étalement urbain», a répondu la Compagnie de Phalsbourg. La ville fait le pari de densifier le centre-ville, et nous proposons une tour exigeante écologiquement, avec quatre certifications : HQE (française), Breeam (anglaise), Well (américaine) et Biodiversity». «Nous travaillons notamment avec une écologue de la Ligue pour la protection des oiseaux. Cette tour sera un grand perchoir. Les espèces d'arbres seront locales et adaptées au climat».

 

«Des centaines de voitures supplémentaires». Le sujet des bouchons et de l'engorgement du quartier effraie les riverains. Aucun parking n'est prévu en sous-sol de la Tour d'Occitanie.

«Le but est que les habitants de la Tour et ceux qui viendront y travailler empruntent les transports en commun et le vélo. Pour se garer, 2 800 places de parking sont disponibles à moins de 15 minutes à pied (parkings Jean-Jaurès, gare, Marengo et Saint-Georges)», fait valoir le constructeur.

 

«Un centre commercial ?». «Vous voulez y implanter un centre commercial, alors que Compans et Saint-Georges sont en difficulté ?» a interrogé un riverain.

«La surface commerciale prévue est de 1500 à 2000 m2, en rez-de-chaussée, pour y accueillir certainement une surface alimentaire, pas 25 000 m2 comme Compans. Cela reste raisonnable».

 

«Comment garantir que les arbres de la tour ne deviendront pas des arbustes ?» Les riverains sont sceptiques sur la possibilité de faire pousser de grands arbres sur un gratte-ciel, en prenant en compte le vent d'autan ; et sur la possibilité de les entretenir dans le temps.

La Compagnie de Phalsbourg confirme qu'elle compte planter 150 arbres de 6 à 8 m de hauteur et 1 500 arbustes sur la «tranchée verte» de sa tour. Les arbres seront maintenus par des haubans pour éviter qu'ils ne tombent en cas de vent fort, et leurs racines lestées. Ils feront l'objet d'un entretien «quasi quotidien» pour élaguer les branches mortes. «L'architecte paysagiste n'arrive pas après, il co-conçoit le projet de A à Z, ajoute le constructeur. Nous ne sommes pas des promoteurs qui vont construire puis s'en aller. Nous resterons propriétaires de la tour. Nous n'avons aucun intérêt à laisser les jardins en mauvais état», affirme le représentant de la Compagnie.

 

«Avec une telle tour, les impôts locaux vont exploser !»

La Compagnie de Phalsbourg répond que c'est un projet 100 % privé.

«Les contribuables ne paieront pas 1 €».

 

«Avec la façade classée de la gare Matabiau et le canal du Midi classé à l'Unesco, comment avez-vous eu le droit de réaliser un tel projet ?»

«Nous allons soumettre notre permis de construire à l'architecte de Bâtiments de France, ainsi qu'au ministère de l'Écologie et à la Direction régionale des affaires culturelles (Drac)», a répondu le constructeur.

 

Des riverains en faveur de la Tour. Deux riverains se sont prononcés en faveur de la Tour lors de la réunion, mettant en avant «un atout considérable pour le quartier», et qui va dans le sens de la densification, vecteur d'écologie, face à l'étalement urbain que continue à connaître la métropole. La Compagnie de Phalsbourg et la Ville indiquent que le projet est encore ouvert aux remarques et propositions des riverains.

«Pas consultés»

C'est le «péché originel» de la Tour d'Occitanie, selon l'expression employée par Richard Mebaoudj, du collectif «Non aux gratte-ciel à Toulouse» lors de la commission de quartier, mardi soir. Et le point de friction le plus fort de la discussion. La Tour n'a jamais été évoquée dans la concertation du projet Toulouse Euro Sud-Ouest (Teso), en 2015-2016. «Dans le Plan local d'urbanisme (PLU) de 2013, la hauteur était de 17 m. À l'été 2016, il semblait acté qu'on était à 50 m». L'annonce d'une tour de 150 m a surpris les riverains et comités de quartier, en mars 2017. «En fait, lors d'une enquête publique en mai-juin 2016 sur la modification du PLU, plusieurs personnes avaient fait remarquer l'intérêt de porter la hauteur à 150 m (au lieu de 100 m), note le Conseil de développement de Toulouse Métropole (Codev), organisme indépendant qui a organisé des rencontres sur le sujet en septembre dernier. Les commissaires ont repris cette proposition comme une possibilité dans leur conclusion. La Métropole a jugé que cette ouverture de la commission d'enquête était suffisante pour porter la hauteur à 150 m sans refaire une nouvelle enquête publique, ce qui n'a pas manqué de surprendre». «On n'a pas apprécié cette façon un peu cavalière de nous imposer un projet sur lequel on n'avait jamais discuté auparavant», a déclaré Michel Hoepffner, président de «Bien vivre à Saint-Aubin». La maire de quartier, Jacqueline Winnepenninckx-Kieser, a répondu : «Je rappelle que tous les projets ne se concertent pas de façon totale, même pour Teso, qui est un exemple de coconstruction. La tour est une réalisation emblématique, qui répond à l'ambition de la 4e ville de France, d'une capitale européenne.»

 

Cyril Doumergue
@cyrildoumergue
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse : une nouvelle guinguette va voir le jour sur la pointe nord de l'île du Ramier

Toulouse : une nouvelle guinguette va voir le jour sur la pointe nord de l'île du Ramier | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Voici le projet d’aménagement prévu autour de la maison éclusière de Saint-Michel

 

L'écluse Saint-Michel sur l'île du Ramier va accueillir un projet de nouvelle guinguette. L'objectif de la mairie de Toulouse est que ce lieu ouvre dès l'été 2018. Explications.

 

Toulouse aime les guinguettes et les guinguettes le lui rendent bien. Ces dernières années, ces établissements estivaux ont essaimé le long de la Garonne : à Saint-Cyprien, au quai de Tounis, sur l’île du Ramier avec La Centrale et à Lacroix-Falgarde. Et ce n’est pas fini.

Un nouveau projet de guinguette va en effet voir le jour sur la pointe nord de l’île du Ramier, sur le site de l’écluse Saint-Michel.

 

 

 

La mairie, qui souhaite faire aboutir ce projet rapidement, va lancer un appel d’offres dans les semaines à venir. « L’objectif est que cet établissement puisse ouvrir lors de la saison estivale 2018 », annonce Marie-Hélène Mayeux-Bouchard, adjointe en charge du fleuve et des canaux à la mairie de Toulouse.

 

Vers un lieu de calme et de détente

Les caractéristiques du projet restent à affiner, mais la mairie souhaite un lieu destiné aux familles qui rechercheront le calme et une restauration simple. Bref un lieu de détente.

Ce bar-restaurant sera situé juste à côté de l’espace vert qui va être réalisé sur le terrain de l’ancienne discothèque le Studio One, boîte dont les derniers vestiges ont été rasés avant l’été 2017.

Voici à quel endroit de l’île du Ramier va ouvrir la future guinguette

La nouvelle guinguette va ouvrir ses portes dans la maison éclusière de Saint-Michel située sur la pointe nord de l’île du Ramier (©Google Maps)

 

L’aménagement du parc est lancé

La mairie de Toulouse précise :

Les abords de l’écluse seront aménagés pour faciliter l’accès et inviter à la promenade : création d’un emmarchement depuis la station de tramway du pont Saint-Michel, plantation de nouveaux arbres, mise en place de garde-corps, installation d’un belvédère et d’une petite passerelle en aval de l’écluse facilitant les déplacements des personnes à mobilité réduite. Les travaux démarreront en octobre 2017 et s’achèveront à l’été 2018

L’ensemble constituera la porte d’entrée du futur Central Park à la toulousaine qui va être réalisé sur le très long terme.

Propriétaire de Voies navigable de France (VNF), mais louée par la mairie de Toulouse depuis des années, la maison éclusière de Saint-Michel a déjà failli accueillir d’autres projets. Sous l’ancienne municipalité, il fut notamment question d’y installer le projet de la Maison Nougaro, portée par Cécile Nougaro.

 

Le bâtiment situé en zone inondable — en témoigne les deux marques sur les murs qui rappellent que la maison a été submergée lors de la crue de 1875 et que les parties basses de des murs ont baigné dans l’eau lors de la crue de 2000 — peut aujourd’hui accueillir un tel établissement suite à la modification du Plan local d’urbanisme d’il y a deux ans.

 

David Saint-Sernin

 

Jacques Le Bris's insight:

LIRE AUSSI : Toulouse. Ce sont les premières orientations proposées pour le futur Central Park de l’île du Ramier

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse, un patrimoine d'exception !

Pour tous les amoureux du patrimoine, des lieux et des images de Toulouse à découvrir ou à redécouvrir !
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Silence ! On inaugure.

Silence ! On inaugure. | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Rue de Bayard
 
La rue de Bayard qui relie les boulevards et la gare présente un nouveau visage. Elle sera inaugurée samedi 30 septembre.
 

Le contexte

En septembre 2017, la rue de Bayard qui relie les boulevards et la gare présente un nouveau visage. Dix-neuf mois de travaux ont été nécessaires (janvier 2016 - août 2017) pour reconfigurer la rue et l’embellir. Son aménagement s'inscrit dans le cadre du projet Toulouse Centre et accompagne la réalisation de Toulouse Euro Sud Ouest : la mutation du quartier Matabiau/Marengo.

Les axes forts

Aménagements
Les trottoirs agrandis ont été réalisés en bordures et pavés de dalles en granit de teinte grise.
La rue sera végétalisée à l’aide de 80 arbres  :  essences Corylus Colurna (Noisetier) et Pyrus Calleryana « Chanticleer » (Poirier de Chine).
Nouveau mobilier urbain : 70 colonnes d’éclairage public, 15 corbeilles à grande contenance et six conteneurs enterrés pour le verre et le carton.

Circulation. Cet axe très fréquenté comporte une voie de circulation dans le sens boulevard de Strasbourg-gare Matabiau et une voie de bus dans le sens inverse.
Stationnement : 14 places de stationnement, 11 espaces moto, 2 stations vélo Toulouse et 30 supports vélos. 3 places PMR ainsi que des 5 zones de livraisons sont prévues

Budget : 8, 577 M€

L'avis des riverains sur la nouvelle rue de Bayard

Commerçants, riverains et usagers nous donnent leur sentiment avant l'inauguration officielle.

https://youtu.be/ZoedUY9_ZkA

 

Inauguration samedi 30 septembre

Programme
L'inauguration aura lieu samedi 30 septembre à 11 heures après une déambulation musicale animée par Samba Résille qui partira du Square Charles de Gaulle.
Visite des nouveaux aménagements de la rue, guidée par Joan Busquets, architecte-urbaniste
Des animations (démonstrations de danses urbaines ou encore concerts Tango & Jazz etc.) seront proposées toute la journée en partenariat avec l’association Amitié Bayard. Découvrez le programme 

Exposition
Du 30 septembre jusqu’à la fin de l’année, une exposition, réalisée avec le concours des Archives Municipales et la direction de l’Action Territoriale, apportera une vision historique, patrimoniale, contemporaine et ludique de la rue de Bayard. Elle sera visible en entrée de rue, et fera découvrir l’évolution de la rue de Bayard, depuis la création du Canal du Midi, jusqu’aux derniers aménagements réalisés par Toulouse Métropole.


La Maison de la Citoyenneté Toulouse Centre proposera également de découvrir d’autres images marquantes de la vie d'autrefois de la rue, où les grands hôtels et La Dépêche du Midi avaient notamment pris place. 

 

Vide-greniers dimanche 1er octobre
Organisé par l'association Amitié Bayard de 9h à 18h, du numéro 3 au numéro 61, il fait 350 m de long !

 

Calendrier

Les travaux de la rue Bayard ont débuté en janvier 2016 :
Jusqu'en juillet 2016 :
modernisation des réseaux enterrés : eau potable, eaux usées, eaux pluviales, éclairage public, électricité gaz, fibre...
Août 2016 - 2017 : aménagements de la rue
Plantation d'arbres, élargissement des espaces piétons, implantation de nouveaux mobiliers, amélioration de l'accessibilité.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Stationnement : en janvier, le PV passera de 17 à près de 30 €

Stationnement : en janvier,  le PV passera de 17 à près de 30 € | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le 1er janvier 2018, il n'y aura plus de PV à 17 € pour le non-paiement de l'horodateur. Le montant de la nouvelle amende relève des mairies. Et le Capitole envisage de passer à près de 30 €.

 

Coup dur pour le porte-monnaie des automobilistes toulousains, tout au moins pour ceux qui ne payent pas l'horodateur ou dépassent la limite horaire. Et ils sont nombreux puisque dans la Ville rose, à l'image de bien d'autres agglomérations, 17% des automobilistes seulement - un sur cinq- glisseraient les pièces nécessaires dans le parcmètre. Ne pas payer, on le sait, est un sport national...

La révolution attendue en matière de stationnement approche. Au 1er janvier 2018, la loi dépénalise le non-paiement de l'horodateur. Ce qui était une infraction pénale, sanctionnée par l'État, d'une même somme partout en France, soit 17 €, devient un «forfait post-stationnement» dont chaque ville décide le montant. Plus d'amende proprement dite mais, pour l'automobiliste, cela revient au même. Quand il dépassera la durée maximale de stationnement, c'est-à-dire deux heures d'affilée dans le centre de Toulouse, il se verra appliquer ce forfait.

 

La mairie y planche depuis «deux ans déjà en raison de la complexité de la loi», souligne Jean-Michel Lattes, premier adjoint au maire en charge du stationnement (notre édition du 21 août). L'élu attend encore des études de ses services pour déterminer le montant exact de la douloureuse ainsi qu'un arbitrage politique à l'occasion d'un prochain conseil municipal.

Mais l'estimation est connue : «de l'ordre de 30 €, voire un peu moins», avance Jean-Michel Lattes.

 

50 € à Paris

L'adjoint au maire tient surtout à expliquer son approche pour tenter de faire passer la pilule sur un sujet sensible. Pas question, en résumé, affirme-t-il, de remplir les caisses du Capitole. La mise en place du dispositif, avec le paramétrage des horodateurs, a un coût. Et c'est cette charge que le Capitole veut équilibrer avec ce que rapportera le forfait. L'objectif déclaré est donc «de rester dans la moyenne nationale» des hausses. Ne pas augmenter serait synonyme, selon Jean-Michel Lattes, de coût supplémentaire pour la collectivité.

Bordeaux veut passer à 35 € dans l'hyper-centre et 30 € ailleurs. Et Paris à 50 € (35 € avec un paiement dans les trois jours). C'est de ce dernier cas, et d'une politique jugée anti-voiture, dont veut se distinguer Jean-Michel Lattes. «Nous devons gérer l'occupation de l'espace public», c'est-à-dire la «rareté» des places mais sans bannir la voiture. D'où la volonté d'imposer ici «la rotation» des véhicules.

 

Repères

En 2018, une verbalisation automatisée

Il n'y a pas que le montant du PV qui augmentera en 2018. La façon de vérifier si les automobilistes ont bien payé leur stationnement à l'horodateur sera aussi révolutionnée par la technologie. La lecture automatisée des plaques d'immatriculation, déjà utilisée par la police et la gendarmerie, devrait voir le jour à Toulouse. Et cela courant 2018. L'adjoint au maire en charge de la sécurité, Olivier Arsac, l'a déjà annoncé. À l'étranger, un tel dispositif, géré par des sociétés privées, existe. A Madrid, les scooters de la société Indigo contrôlent jusqu'à 1 500 voitures par heure. Du coup, dans la capitale espagnole, 80 % des automobilistes payent. Paris va ainsi déléguer le contrôle du stationnement.

 

Le chiffre : 4, 6

millions d'€> Ce que rapportent les horodateurs. Dans le budget prévisionnel 2017, 4,65M€ sont attendus au titre des droits de stationnement. Selon le rapport de la chambre régional des comptes de 2016, les PV auraient rapporté 2,1M€ en 2013.

 

Jean-Noël Gros
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Apéro huîtres, course des gourmets, dîner dans le noir : voici le programme complet de Toulouse à Table

Apéro huîtres, course des gourmets, dîner dans le noir : voici le programme complet de Toulouse à Table | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Du lundi 11 au dimanche 24 septembre 2017, l’opération Toulouse à Table ! revient dans les rues, les places, les commerces et les jardins de la Ville rose. Voici le programme.

 

C’est désormais le traditionnel rendez-vous de la gastronomie, à Toulouse, depuis 2014. Toulouse à Table revient pour une quatrième édition dans la Ville rose. L’événement propose pendant presque quinze jours, du lundi 11 au dimanche 24 septembre 2017, une multitude d’événements prônant la convivialité.

 

Le programme de l’événement

  • Lundi 11 septembre : soirée de lancement au Marché d’Intérêt National d’Occitanie. Il faut s’acquitter de 39 euros pour participer.
  • Du mercredi 13 au samedi 16 septembre : village gourmand au square de Gaulle.
  • Jeudi 14 septembre : apéro huîtres, saucisses et vins blancs, de 18h à 22h au square de Gaulle.
  • Samedi 16 septembre  : banquet intergénérationnel des 3 000 Toulousains à partir de midi, pétanque gourmande au Cours Dillon et course des gourmets revisitée à la prairie des Filtres, course durant laquelle il faudra parcourir 1,5 km parsemé d’obstacles et déguisé… en serveur.
  • Dimanche 17 septembre : vide-cuisines au square de Gaulle où seront proposés ustensiles, robots, linge, assiettes, couverts. L’entrée sera libre. Lundi 18 septembre  : après-midi handigolf gourmand, soit une compétition de golf ludique en équipe, gourmande et gratuite composée d’une personne valide et d’une personne non valide autour d’un 9 trous, suivie d’un dîner caritatif au restaurant du golf grâce aux chefs.
  • Mardi 19 septembre : un dîner sera servi dans le noir à la Brasserie du Stade Toulousain. Les convives seront mis en situation de malvoyance le temps d’un repas convivial dont les fonds (40 euros par personne) seront reversés pour financer la recherche sur les maladies de la rétine.
  • Jeudi 21 septembre : une dizaine de Food Trucks seront présents port Viguerie pour le rassemblement toulousain des Food Trucks Gastronomiques (entrée libre).
  • Samedi 23 septembre : jeu de piste gourmand : il vous faudra résoudre les énigmes qui vous guideront dans l’hypercentre de Toulouse avec quelques surprises gustatives à la clef… Equipement obligatoire : un smartphone/équipe.
  • Samedi 23 et dimanche 24 septembre : dans quatre grands marchés de la ville (marché Victor-Hugo – Jeanne d’Arc et marché des Carmes le samedi, marché Saint-Aubin et marché Saint Cyprien le dimanche), des dégustations gratuites pour tous, venez goûter gratuitement des recettes de soupes et smoothies à base de fruits et légumes de saison. 

Infos pratiques.
Festival Toulouse à table
Du 11 au 24 septembre 2016
Plus d’informations sur le site officiel de Toulouse à Table

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Réforme du stationnement payant (FPS = 30€ à Toulouse)

Réforme du stationnement payant (FPS = 30€ à Toulouse) | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Au 1er janvier 2018, à Toulouse, comme dans les 800 communes de France dotés d'une réglementation du stationnement payant, l’amende pénale de 17€ pour non-paiement du stationnement sur voirie ou dépassement de la durée payée sera remplacée par un "forfait de post-stationnement". À Toulouse, le montant de ce forfait de 30 euros a été voté par le conseil municipal jeudi 12 octobre 2017.  Décryptage.
 

Réforme du stationnement payant : ce que dit la loi

C'est la loi du 27 janvier 2014 de Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'affirmation des métropoles (MAPTAM) qui transfère toutes les compétences en matière de stationnement payant de l'État vers les collectivités. L’objectif de la réforme est de permettre aux collectivités :

  • d’agir pour un meilleur partage de l’espace public via une plus grande rotation sur les places de stationnement ;
  • de réduire la fraude qui s'élève à près de 80 % à Toulouse ;
  • et de percevoir la totalité des recettes pour financer ses actions de mobilité durable. 

Les objectifs de la politique de stationnement à Toulouse

La Ville de Toulouse doit adapter son dispositif à cette réforme tout en assurant une continuité de son Plan Local de Stationnement (PLS) mené depuis 2005 et qui consiste à : 

Toulouse entend profiter de cette réforme pour faire évoluer le comportement des automobilistes et améliorer le partage de l'espace public

Forfait de post stationnement : c'est quoi ?

La nouvelle réglementation qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018 instaure un forfait de post-stationnement qui vient remplacer  l'amende de 17 euros versée par les automobilistes en cas de défaut de paiement du stationnement. En savoir plus.

Cette réforme ne change rien pour tous ceux qui respectaient déjà la réglementation.

Quel sera le montant du forfait de post stationnement à Toulouse ?

Au 1er janvier 2018, les usagers qui ne paieront pas leur stationnement sur voirie ou dépasseront la durée limitée n'auront plus d'amende mais paieront un forfait post-stationnement (FPS). Ce dernier est défini par la loi comme la somme due pour la durée maximale de stationnement autorisée. Le montant du FPS veut avoir un effet plus dissuasif que l'amende actuelle : son montant de 30 euros a été voté par le conseil municipal jeudi 12 octobre 2017. 

 

La nécessaire adaptation des barèmes tarifaires
La Loi (article 63 de la Loi MAPTAM du 27 janvier 2014) impose la modification des barèmes tarifaires. En effet, le forfait de post-stationnement est défini par la Loi comme la somme due pour la durée maximale de stationnement autorisée. Aussi la tarification de la dernière demi-heure en zone heure centre-ville et de la derrière heure en zones faubourg, faubourg et ceinture centre-ville est fortement valorisée afin de favoriser la rotation.

Les tarifs de stationnement resteront inchangés soit 3 euros pour 2 heures en centre-ville et 2 € pour 2 heures en zone faubourg.  

Le stationnement en zone bleue n’est pas concerné par la réforme.

Qui fera le contrôle ?

À Toulouse, le contrôle du paiement continuera d'être assuré par la Police Municipale et les agents de surveillance de la voie publique (ASVP). Les usagers disposeront d'un mois, après notification, pour contester la redevance de post-stationnement auprès de la Ville de Toulouse via un recours administratif préalable obligatoire (RAPO). Seules des circonstances de fait permettront d'y répondre favorablement.

Nouveau moyen de paiement

Parallèlement à cette réforme la mairie de Toulouse a souhaité développer de nouveaux services pour les usagers notamment en matière de moyens de paiement : 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Transports. La navette autonome EasyMile enfin testée à Toulouse

Transports. La navette autonome EasyMile enfin testée à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

En exploitation au Texas ou à Singapour depuis plus d’un an, la navette électrique sans chauffeur, développée par la société de logiciel de navigation autonome EasyMile avec le groupe Ligier, entre pour la première fois en test à Toulouse, sur les allées Jules-Guesde.

 

Depuis sa présentation en 2014 au Salon de l’auto, la navette électrique autonome EZ10 voit défiler les kilomètres à son compteur. Ce minibus électrique, développé par la société toulousaine EasyMile avec le constructeur automobile Ligier, a fait l’objet d’une centaine de campagnes de tests dans plus de vingt-et-un pays et totalisé quelque 120.000 kilomètres de déplacements cumulés. Il est déjà entré en exploitation dans le jardin botanique de la ville de Singapour ou encore à Arlington, au Texas pour relier le stade de base-ball aux parkings.

A Paris, la RATP a lancé mi-novembre une expérimentation pour six mois minimum dans le Bois de Vincennes. Deux navettes EasyMile assurent du vendredi au dimanche, de 10h à 20h, la liaison entre la station de métro Château de Vincennes et le parc floral. Ce parcours d’environ 500 mètres pourrait être prolongé jusqu’à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) et au théâtre de la Cartoucherie pour une vraie mission « de service public » souligne Benoît Perrin. « Les navettes viennent en complément de moyens de transport existants. Elles apportent une mobilité là où il n’y en a pas, une exploitation à la fois souple et moins coûteuse », souligne le directeur de l’exploitation d’EasyMile.

 

Le dernier kilomètre

A Toulouse, c’est aussi pour une desserte urbaine du « dernier kilomètre » entre les stations de métro et de tramway Palais de justice et le Quai des savoirs, qu’un minibus pouvant transporter jusqu’à douze personnes, a commencé à sillonner les allées Jules-Guesde. Cette phase d’expérimentation est prévue pour six mois. Déjà implantée à Melbourne et Singapour, EasyMile qui a levé en janvier 14 millions d’euros auprès d’Alstom et opéré six mois plus tard un second tour de table auprès de Continental, devenu lui-aussi actionnaire minoritaire, termine l’année 2017 avec deux nouvelles implantations à Denver et Berlin.

Née en 2014 à Toulouse, cette coentreprise entre Ligier Group et Robosoft, spécialisé en robotique de services, continue en parallèle de concevoir ses logiciels de navigation autonome pour le compte de tiers. La société a notamment signé en septembre un accord de partenariat avec le groupe français TLD, leader mondial des véhicules aéroportuaires roulants, pour développer un tracteur à bagages autonome. EasyMile qui emploie déjà une centaine de salariés, dont plus de quatre-vingt à Toulouse entre son siège social du centre-ville et sa base test de Francazal, devrait puiser dans le vivier local des ingénieurs en robotique pour recruter cinquante personnes supplémentaires en 2018.


Johanna Decorse

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Toulouse devient la cinquième agglomération de France

Toulouse devient la cinquième agglomération de France | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Selon le dernier recensement de l’Insee, la commune de Toulouse, le département de la Haute-Garonne et la région Occitanie ont vu leur population augmenter entre le 1er janvier 2010 et le 1er janvier 2015. L’agglomération toulousaine devient même la cinquième agglomération de France avec ses 948 433 habitants, devançant désormais celle de Nice.

 

L'Insee a dévoilé mercredi 27 décembre le premier recensement pour la région Occitanie depuis la fusion entre les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Dans la nouvelle grande région, l'institut dénombre 5 774 185 habitants au 1er janvier 2015, contre 5 518 106 habitants en 2010. Ainsi, la région a connu un taux d'accroissement de sa population de + 0,9 % en moyenne par an entre 2010 et 2015. Un taux presque deux fois supérieur à celui de la France métropolitaine (+ 0,5 %).

Ces statistiques en font la deuxième région la plus dynamique de France derrière la Corse, avec une hausse de sa population de 51 200 nouveaux habitants chaque année. Selon l'étude, 42 000 seraient issus d'un solde migratoire positif et 9 200 proviendraient d'un solde démographique positif (les naissances sont supérieures aux décès, NDLR). Avec près de 5,8 millions d'habitants, la Région Occitanie est la 5ème région de France en nombre d'habitants.

 

Le département haut-garonnais sur le podium français

Dans la région, il est le département qui accueille le plus d'habitants. Avec ses 1 335 103 âmes au début de l'année 2015, la Haute-Garonne conserve son "leadership" grâce à ses 212 habitants au kilomètre carré.

En 2010, l'Insee comptait 1 243 641 Haut-Garonnais. En moyenne, la population a donc augmenté de 18 290 habitants chaque année de 2010 à 2015. Cette statistique en fait le troisième département français en termes de croissance de sa population derrière la Gironde et le Rhône. Pour ce qui est de son rythme de croissance (+ 1,4 % par an en moyenne), la Haute-Garonne arrive ex-aequo avec le département de l'Hérault.

 

L'agglomération toulousaine dépasse celle de Nice

Ce dynamisme, le département de la Haute-Garonne le doit en grande partie à l'attractivité de l'agglomération toulousaine. Cette dernière, qui abritait 879 683 habitants en 2010, en compte désormais 948 433.

Grâce à une croissance moyenne de + 1, 5 % de sa population, Toulouse et son agglomération dépassent désormais l'agglomération niçoise et ses 943 354 habitants. L'agglomération toulousaine devient ainsi la 5ème de France. Celle de Bordeaux est 7ème avec 904 359 âmes et Montpellier est 15ème avec ses 428 909 habitants.

 

Toulouse reste la 4ème ville de France

À noter que la seule ville de Toulouse conserve son statut de quatrième ville de France avec ses 471 941 habitants au 1er janvier 2015. Elle est derrière Paris, Marseille et Lyon, mais devant Montpellier (7e avec 277 639) et Bordeaux (9e avec 249 712).

À titre de comparaison, la Ville rose rassemblait 441 802 Toulousains en 2010. La ville a donc vu sa population croître en moyenne de 6 030 habitants chaque année (soit + 1,3 % par an).

 

Tous les détails de l'étude à retrouver ici.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Voici cinq monuments surprenants que vous ne pourrez plus jamais voir en circulant dans Toulouse

Voici cinq monuments surprenants que vous ne pourrez plus jamais voir en circulant dans Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La porte de la Commutation qui se trouvait sur le site du square de Gaulle

 

Ils étaient incontournables au centre-ville de Toulouse mais ils ont aujourd’hui disparus. Dimanche 24 décembre 2017, on vous présente cinq monuments que vous ne pourrez jamais voir à Toulouse.

1 La Porte de la Commutation au Capitole

La porte de la Commutation qui se trouvait sur le site du square de Gaulle (©Ministère de la Culture)

Vous avez du mal à reconnaître cet endroit de Toulouse sur cette photo d’archives ? Il s’agit pourtant du square de Gaulle, derrière le Capitole, et de l’actuelle rue Lafayette. Prise dans les années 1880, ce cliché a figé sur négatif la porte de la Commutation, qui faisait partie de l’ancien édifice du Capitole et trônait là où se dresse aujourd’hui le square, comme sur cette photo. En 1886, cette porte a été déplacée et remontée au Jardin des Plantes de Toulouse. Réalisée par Jean Aleman, cette porte de la Commutation date de 1575-1576 et a été protégée au titre des Monuments Historiques le 18 mai 1925. Sa réalisation a longtemps été attribuée à tort à Nicolas Bachelier. La porte de l’Arsenal a, quant à elle, été réalisée par le maître maçon Pierre Monge entre 1620 et 1622

 

2 L’Ecole Vétérinaire à Marengo

L’ancienne école vétérinaire a été détruite en 1965 (©Archives Municipales)

Ouverte depuis 2004, la médiathèque Cabanis fait désormais partie des meubles pourrait-on dire. Les nouveaux toulousains ne connaissent que cette image de l’alignement entre les allées Jean-Jaurès, la médiathèque et la montée en ligne droite vers Jolimont. Pourtant, il y a bien eu autre chose avant la médiathèque. Seuls les anciens habitants de la ville rose, ceux qui avaient 20 ans dans les années 1960, peuvent se souvenir que l’École vétérinaire de Toulouse était située à l’emplacement même de la médiathèque, juste après les lignes de chemin de fer, au pied de Jolimont. Ouverte en 1834, l’école était à cette époque à l’extérieur des murs de la ville, en bas de la butte de Jolimont alors vierge d’habitation. Il n’y avait pas, alors, de ligne de chemin de fer (la gare Matabiau a été inaugurée en 1857) et seul un pont avait dû être construit pour franchir le canal du Midi. Progressivement, elle a été absorbée par la ville, si bien qu’elle est devenue gênante à la bonne liaison vers les nouveaux quartiers bâtis au début du XXe siècle. Elle a été détruite en 1965 pour laisser la place à une avenue.

LIRE AUSSI : Toulouse. Le quartier Marengo comme vous ne l’avez (peut-être) jamais vu.

3 Le clocher de la Dalbade

Le clocher de la Dalbade s’est effondré il y a bientôt 92 ans (©Archives Municipales)

L’église de la Dalbade, dans le quartier des Carmes, n’est plus forcément l’édifice le plus connu de Toulouse. Depuis les différents ponts sur la Garonne, le bâtiment tout en briques participe tout de même aux belles couleurs ocres de Toulouse les soirs d’été. Il interpelle également car s’il est toujours aussi imposant, on pressent tout de même qu’il lui manque quelque chose. Ce quelque chose, c’est un clocher. Il y a bientôt 92 ans, dans la nuit du 10 au 11 avril 1926, c’est ce clocher haut de plus de 83 mètres, le plus haut de Toulouse à l’épqoue, qui s’écroulait sur lui-même…

LIRE AUSSI : [L’image] Il y a 91 ans, le clocher le plus haut de Toulouse s’effondrait.

# 4 Les Arènes du Soleil d’Or

Les Arènes du Soleil d’Or ont été détruites à la fin des années 80 pour être remplacée par un lycée (©Tisséo)

Construites en 1953, les Arènes de Toulouse, dites du Soleil d’Or ont perduré jusqu’à la fin des années 80. Elle n’accueillaient tout de même plus de corridas depuis le 3 octobre 1976. Le cliché montre ici le chantier de la ligne A du métro en 1988. Peu avant la destruction des Arènes et son remplacement par un lycée.

LIRE AUSSI : Toulouse. Le quartier des Arènes comme vous ne l’avez (peut-être) jamais vu.

# 5 Le bâtiment au bout du Pont Neuf

Au bout du pont Neuf, un drôle de bâtiment qu’on ne peut plus voir à l’heure actuelle (©Archives Municipales de Toulouse)

Le Pont-Neuf est l’un des ponts les plus anciens de Toulouse. Et les photos de l’ouvrage tel qu’il était il y a presque 200 ans ne sont pas nombreuses. Les archives de Toulouse possèdent néanmoins un cliché qui date de 1855. On y découvre le Pont-Neuf sous sa forme actuelle, avec ses arches voûtées et ses trous permettant de laisser passer les eaux de crues si nécessaire. Plus surprenant, on y repère aussi à son entrée rive gauche (Saint-Cyprien), un curieux bâtiment dont on ne peut imaginer la présence en contemplant aujourd’hui l’ouvrage. Ce bâtiment, c’est la porte d’accès au pont qui sera détruite avant la fin du XIXe siècle. Entre les deux tours de la porte, l’on peut apercevoir une sculpture du roi Louis XIII, à cheval. C’est en effet sous le règne de Louis XIII, en 1632 que le pont a été terminé. Un long chantier qui avait débuté en 1542, soit presque un siècle auparavant…

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Alsace-Lorraine, Wilson, Carmes... Voici les plus belles illuminations de Noël à Toulouse

Alsace-Lorraine, Wilson, Carmes... Voici les plus belles illuminations de Noël à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Le plafond lumineux de la rue d’Alsace-Lorraine, à Toulouse.

 

Passé le coup d’envoi des illuminations, Toulouse revêt officiellement ses plus beaux habits de Noël. La Ville rose a allumé (enfin) ses lumières. C’était samedi 9 décembre 2017.

 

 

 

Nouveauté cette année, le marché des Carmes a bénéficié d’une « mise en lumière ». Le marché se pare d’une pluie de météores. Par ailleurs, le sapin de lumière au milieu de la place Saint-Georges et le « Jardin Enchanté » de la place Wilson continuent d’illuminer Toulouse pendant les fêtes.

 

 

LIRE AUSSI : Toulouse : voici le programme des festivités à ne pas manquer pour Noël

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Cette station d'épuration dont les Coteaux ne veulent pas

Cette station d'épuration dont les Coteaux ne veulent pas | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Alors que les premiers travaux ont commencé sur site, les opposants à la future station d'épuration de Portet-sur-Garonne ne désarment pas. Ils viennent d'écrire au président de la République.

 

Si l'on se doutait que le projet de station d'épuration sur la rive droite de Portet-sur-Garonne ne ferait pas l'unanimité, on ne s'attendait pas forcément à une opposition aussi farouche depuis plus d'un an que le projet est lancé. Ce dernier, qui figure une capacité de 20 000 équivalents habitants, est mené depuis son origine par le Sivom Saudrune-Ariège-Garonne (SAGe), en partenariat avec la communauté d'agglomération du sud-est toulousain, dite du «Sicoval», et la ville de Portet-sur-Garonne. Le projet, justifié par l'obsolescence de trois anciennes stations locales, n'a jamais cessé d'être contesté par les représentants et sympathisants de l'Association de défense des rives du confluent Garonne-Ariège (ADER), essentiellement des habitants de Portet, de Lacroix-Falgarde (la station jouxte la commune), mais aussi des villages situés sur les coteaux toulousains.

Récemment encore, alors qu'une nouvelle réunion de concertation se tenait en mairie de Portet, l'ADER évoquait «mépris et déni de démocratie», prédisant rapidement «des incidents, tout en n'espérant pas l'irréparable tant la situation est devenue explosive». Joël Hartmann et ses amis affirment disposer d'une pétition de 10 000 noms, dont celui de Fabien Barthez, l'ancien gardien de but de l'équipe de France de football possédant une propriété située à quelques mètres seulement du lieu litigieux. Une station où les premiers travaux ont même récemment débuté, des forages descendant jusqu'à 8 mètres de profondeur, destinés à tester la résistance des sols.

«Des études pré-opérationnelles sont en cours et permettront de finaliser la phase de conception», indique Alain Bertrand, président du SAGe, qui a lancé cet été un appel à candidatures devant permettre de sélectionner 4 candidats, «dont les offres techniques seront examinées au cours du second semestre 2018».

 

Face à cette accélération, l'ADER, qui avait reçu sur place au printemps dernier l'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage, a décidé de répliquer en alertant directement le président Emmanuel Macron, avec copies de leur courrier adressé à Nicolas Hulot et Françoise Nyssen, respectivement ministres de l'Environnement et de la Culture. Les opposants, en plus de rappeler la mise en péril du «poumon vert» du sud toulousain, ainsi que la valeur patrimoniale de la proximité de 3 châteaux classés, brandissent l'avis défavorable de l'Architecte des Bâtiments de France. Ils en appellent à des solutions alternatives moins polluantes et moins onéreuses, «en procédant au choix d'un autre site ou au raccordement avec la station de la commune de Cugnaux».

Le chiffre : 20 000

équivalents > habitants. C'est la capacité officielle retenue pour la future station d'épuration de Portet-sur-Garonne (rive droite)

 

Xavier Hurtevent
Jacques Le Bris's insight:

Toulousain.e.s

Que les choses soient claires !

Le Maire de Portet/Garonne, malgré une sévère défaite électorale lors des Législatives de 2017, persiste et s'apprête en catimini à nuire gravement à votre santé par la voie des eaux.

 

Voici un rapport succinct à lire avec attention.

 

Un dossier de presse sur le sujet nommé STEP.

 

Un site pour tout savoir.

 

Une pétition à signer pour bien montrer que votre santé vous importe plus que les sombres intérêts du Maire de Portet.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

La 4G est dans le métro

La 4G est dans le métro | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Le 10 novembre, il sera possible de consulter ses mails, d’envoyer un sms, de faire un tweet, d'envoyer une vidéo... assis dans le métro toulousain. Le réseau de métro devient 100% connecté en très haut débit mobile sur les lignes A et B et dans toutes les stations. Une véritable innovation pour des millions de voyageurs !

Le métro toulousain est désormais connecté  ! Il est même couvert en très haut débit mobile (en 2G, 3G et 4G), et ce par tous les opérateurs et pour toutes les technologies, sur ses 2 lignes, ses 38 stations et 30 kilomètres de tunnels. Cette véritable innovation fait du métro toulousain le premier métro français intégralement couvert par une couverture haut débit.
En juin 2016, les élus de Toulouse Métropole ont donné le GO de cette installation qui est l'une des actions emblématiques réalisée dans le cadre de la démarche Smart City. Les travaux ont démarré au printemps 2017.

Un partenariat avec les 4 opérateurs

Cette innovation, née de la co-construction public-privé est le fruit d'un partenariat avec plusieurs acteurs dont les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Orange, Free, SFR, Bouygues) qui ont signé une convention.

Elle a permis de définir les interventions de chacun : Tisséo Collectivités pilote le projet ; Tisséo Voyageurs se charge de la coopération opérationnelle ; Toulouse Métropole a libéré des flux sur son réseau numérique Zefil.

Orange a été désigné comme opérateur pilote et interlocuteur unique. L'opérateur a réalisé et déployé les infrastructures d'antennes et techniques réparties le long des deux lignes (dans les tunnels, sur les quais, dans les stations et dans les salles des billets). Les équipements sont aisni mutualisés par les différentes opérateurs pour  permettre aux usagers de bénéficier d'un service de qualité.

Le coût de l'opération représente 10 millions d'euros financés par les opérateurs avec le soutien de Toulouse Métropole.

 
Toulouse, ville connectée

 

Les ports USB dans les bus
Les bus aussi se modernisent et se connectent. 27 bus Tisséo sont équipés, depuis juillet, de ports USB sur les Linéo 6 et 7.

 

Wifi
Enfin, la Mairie de Toulouse a étendu son offre de wifi gratuit : plus de 35 bornes sont disponibles et le réseau a battu un record avec 40 000 connexions au mois d'août 2017. Tous les points d'accès sur toulouse.fr

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Merci !

Point d'étape 2014/2017 : découvrez ou redécouvrez en vidéo le chemin parcouru après 3 ans de réalisations, grâce à vous !
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Tolosa

Ajoutée le 8 août 2017
 
 
 
Ce film résume l'état actuel (août 2017) des connaissances sur Toulouse, de la fin de l'âge du Bronze à la période romaine. Il permet d'évoquer le contexte dans lequel les objets présentés au 2e étage du Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, ont circulé. Ces images évolueront en fonction des futures hypothèses et des résultats de fouilles.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

A la découverte de la biodiversité

A la découverte de la biodiversité | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it
Mercredi 4 octobre 2017, Nature Midi-Pyrénées, le Conservatoire d’Espaces Naturels de Midi-Pyrénées et la mairie de Toulouse vous invitent à une balade au «coucher de soleil au son des petites bêtes»sur les côteaux de Pech David.
 

Dans le cadre d’animations sur la biodiversité, des naturalistes accompagneront les participants sur les côteaux de Pech David avec un parcours qui surplombe les paysages de la Réserve Naturelle Confluence Garonne-Ariège. 

Cette balade gratuite qui permet d'écouter le monde musical des insectes est coanimée par Nature Midi-Pyrénées, le Conservatoire d’Espaces Naturels de Midi-Pyrénées, en partenariat avec le service des jardins et espaces verts de la mairie de Toulouse. 

En pratique

Mercredi 4 octobre 2017, de 17h30 à 19h30
Informations et inscription par mail

Aller plus loin sur le site de Nature Midi-Pyrénées

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Le Collectif Non au gratte-ciel de Toulouse réclame un débat public

Le Collectif Non au gratte-ciel de Toulouse réclame un débat public | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La gare Matabiau et la future tour d'Occitanie.
 

 

«Ce projet de gratte-ciel n'a pas fait l'objet de consultations sérieuses ! Ni des riverains ! Ni de la population toulousaine !» réagit le Collectif Non au Gratte-Ciel de Toulouse, dans un communiqué envoyé à notre rédaction après la publication d'une image exclusive du projet dans notre journal (La Dépêche du Midi de lundi 25 septembre).

 

Un tel projet ne peut être imposé

«Jean-Luc Moudenc a décidé de la construction de ce gratte-ciel en plein centre-ville avec des professionnels de l'immobilier et un nombre restreint de personnes», poursuit le collectif, «nous en appelons au bon sens ! Nous en appelons à ce que ce projet de gratte-ciel qui pose beaucoup de problèmes (esthétique, engorgement du secteur, sécurité, pollution, mode de développement) soit débattu publiquement jusqu'aux prochaines élections municipales et ne soit pas imposé par le démarrage des travaux en 2019».

 

Prévu pour 2020-2021

La Tour d'Occitanie devrait être achevée en 2021-2022. Le promoteur, la Compagnie de Phalsbourg, et Europolia, la société publique en charge de l'aménagement du quartier, ont confié la conception de la Tour d'Occitanie à l'architecte «star» Daniel Libeskind (One World Trade Center) et aux Toulousains de Kardham. Elle comprendra un hôtel 4 étoiles (Hilton), environ 11 000 m2 de bureaux, 10 000 m2 de logements (100 à 120 logements haut de gamme à 7 000 €/ m2), 2 000 m2 de commerces et 1 500 m2 de locaux SNCF.

La demande de permis de construire de la Tour d'Occitanie devrait être déposée début 2018, et l'instruction du dossier devrait durer environ un an, 32 mois de travaux seront nécessaires.

 
Ph. E.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Les frontons à la conquête de la Ville rose

Les frontons à la conquête de la Ville rose | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

Lors de la présentation du livret, lundi, à la Cendrée.

 

Cités dans des revues américaines, stars des tables anglaises, chinoises ou canadiennes… les vins de Fronton parcourent de plus en plus le monde avec succès.

 

Chez eux, en revanche, la partie n'est pas toujours gagnée, notamment à Toulouse. La Ville rose, si elle ne boude pas vraiment son vignoble, ne le porte pas forcément aux nues. C'est donc une véritable conquête, à une trentaine de kilomètres du terroir où ils naissent, que les frontons ont entrepris ces cinq dernières années. A coups de manifestations intra muros, et via une campagne de publicité régulière, ils dévoilent leur nouveau visage, à la fois plus adapté à la demande, tout en valorisant leur typicité fondée sur la célèbre négrette. Lundi, une nouvelle tentative de séduction des Toulousains a été lancée, au restaurant la Cendrée, à travers deux opérations. La première est un affichage en ville d'une série de photos de vignerons grimés selon leur cuvée phare ou leur passion. Le château La Coutelière, se retrouve par exemple star de la rue… des Couteliers. La cuvée Astrolab, de la cave Vinovalie, est l'invitée du musée Paul Dupuy, le Secret des étoiles, de Joliet, s'affiche à l'observatoire de Jolimont… Au total une vingtaine de vignerons se sont prêtés à ce jeu visant à les sortir de l'ombre en attirant le regard sur des vins issus de leurs personnalités parfois fortes.

Mais la nouveauté est aussi et surtout la sortie du deuxième opus du livret «Un chef un vigneron». Le premier exemplaire, l'an dernier, s'est écoulé à 20 000 exemplaires. Le second a été édité à 30 000, toujours réalisé en partenariat avec le label national Tables et Auberges de France. Son président, Jean Lanau, a salué ce livret parlant de «réussite due aux alchimistes de la négrette et aux chefs investis». Une vingtaine d'entre eux propose donc une recette associée à un fronton que l'on retrouve sur leurs tables. Des grands noms de la restauration, les étoilés Franck Renimel, Jérémy Morin ou Yannick Delpech côtoient de talentueux chefs toulousains et Tarn-et Garonnais.

Deux départements main dans la main

Frédéric Ribes, président du syndicat des vignerons, en a profité pour mettre l'accent sur l'«importance des circuits courts que révèle ce livre» tout en saluant «la collaboration entre les deux départements Haute-Garonne et Tarn et Garonne». Le livret, au titre d'une synergie grandissante sur l'œnotourisme, est en effet soutenu par le Comité départemental du tourisme 31 (CDT) et l'agence départementale touristique de Tarn-et-Garonne. Didier Cujives, président du CDT, a ainsi salué «la mobilisation et l'énergie mise en œuvre par les vignerons et les chefs toulousains qui mettent en avant la grande qualité des frontons indispensable à l'obtention du label Vignoble et découverte que nous attendons tous !». «Il était normal de travailler ensemble. Un grand pas a été fait mais il reste encore beaucoup à faire» a renchéri son homologue tarn- et -garonnaise, Francine Debiais.

Aujourd'hui, les vins de frontons, c'est environ 8 millions de bouteilles annuelles, dont 52 % sont vendues en grande distribution, 20 % en vente directe, 13 % chez les cavistes et restaurateurs, et 15 % à l'export.

Le livret est disponible le chez les restaurateurs, les vignerons et à la maison des vins de Fronton.

 

Quels restos ?

Les restaurants haut-garonnais et de tarn-et-Garonne participant : Bistrot Constant L'Etang d'O ; La Cendrée ; La Croisée des Saveurs ; Au fil de l'eau ; En Marge ; La Pente Douce ; La Table du Belvédère ; Le D'Cadéi ; le Bistro des Capucins ; Les Petits Fayots ; Solides ; Xavier Fromager Affineur, L'Affine Bouche ; Emile ; l'Amphitryon ; L'Aparté ; L'Estanquet ; La Pergola ; Le M. 1474 ; Les Jardins de Fanette.

 

Emmanuel Haillot
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Journées du patrimoine : nos coups de coeur à Toulouse

Journées du patrimoine : nos coups de coeur à Toulouse | Toulouse La Ville Rose | Scoop.it

La 34e édition des Journées du patrimoine se déroule les 16 et 17 septembre 2017. Une édition tournée vers le jeune public mais les adultes devraient aussi trouver leur compte.

 

Une édition tournée vers la jeunesse et le jeune public : c’est la ligne directrice de ces 34e Journées européennes du patrimoine, qui se déroulent dans toute la France samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017. À Toulouse, le jeune public – mais aussi le moins jeune ! – pourra ainsi découvrir de nombreux lieux qui valent le détour. Notre sélection.

Chasse au trésor aux archives du Département

Les enfants seront ainsi accueillis à bras ouverts… aux Galeries Lafayettes (4-8 rue Lapeyrouse). Le grand magasin situé au cœur de Toulouse comprend en son sein un bâtiment classé monument historique : l’hôtel Caulet-Resseguier, dont la cour sera ouverte au public, de 10h à 19h, samedi 16 septembre. Des activités pour enfants seront proposées tout au long de la journée, encadrées par des animateurs : ateliers de dessin, cartes postales ou encore création d’anciens camions estampillés Galeries Lafayettes.

Les archives départementales organisent carrément une chasse au trésor à la recherche d’un sceau perdu par un seigneur. Pour les enfants de 7 à 10 ans, à 14 h 15 et 16 h 15, samedi et dimanche (11, boulevard Griffoul-Dorval).

Au musée Aeroscopia de Blagnac (1, allée André Turcat), des expositions et ateliers sont prévus tout au long du week-end, dont des ateliers pliages d’avions qui devraient ravir les plus jeunes. À ne pas manquer aussi, le dimanche à 15 h 30, une comédie musicale, La ligne.

 

A la cinémathèque

À la cinémathèque de Toulouse (69, rue du Taur), les enfants adeptes du numérique et les adultes nostalgiques de la bonne vieille pellicule pourront visiter la cabine de projection et découvrir les secrets de la conservation des films. Rendez-vous à 16h, le dimanche 17 septembre, pour passer une heure avec un technicien du Centre de conservation et recherche de la Cinémathèque.

Au cinéma Véo de Muret (49, avenue d’Europe, Haute-Garonne), le dimanche, vous aurez la possibilité de visiter les cabines de projection (14h15-15h45) et une braderie d’affiches de films se tiendra toute la journée.

 

Dans la crypte du palais de justice et chez ma tante

L’office de tourisme organise des visites de la crypte du palais de justice pour observer les nombreux vestiges mis au jour lors des travaux de rénovation des tribunaux toulousains. À partir de 5 ans, samedi 16 septembre de 13 h 30 à 17h.

Le mont-De-Piété, le clou, chez ma tante… Quel que soit le nom qu’on lui donne, le crédit municipal ouvre ses portes au public les 16 et 17 septembre. Au programme : visite des coffres et magasins et présentation de bijoux. Petit plus : un appréciateur sera présent sur place pour expertiser vos biens. Et une vente aux enchères est organisée le samedi. C’est au 29, rue des Lois.

Au Muséum d’histoire naturelle (35, allées Jules-Guesde), de nombreuses visites sont organisées tout au long du week-end. L’une d’entre elles permet de rencontrer les professionnels en charge de la taxidermie et des moulages : l’occasion de découvrir un métier original et passionnant.

 

Le dôme de La Grave ouvert exceptionnellement au public
Le dôme de la Grave ouvre exceptionnellement ses portes pour les Journées du patrimoine. En travaux depuis fin 2016, l’ancienne chapelle de l’hôpital du même nom est fermée depuis de nombreuses années et doit devenir un lieu culturel et d’expositions. Une première série de tableaux et d’œuvres d’art devrait d’ailleurs y être accrochée lors de cette ouverture exceptionnelle.
Passé ce week-end, le dôme fermera ses portes et devrait rouvrir courant 2018.
D’autres visites sont programmées dans le secteur pour ceux qui n’auront pas la chance d’admirer le dôme de l’intérieur. L’association des Amis de l’Hôtel-Dieu organise ainsi des visites historiques de l’ancien hôpital de La Grave, de 10h à 18h, tout le week-end.
À proximité, la conciergerie de l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques accueille une exposition sur la chirurgie pendant la Première Guerre mondiale : elle sera ouverte en avant-première.

more...
No comment yet.