Think outside the Box
29.9K views | +7 today
Follow
Think outside the Box
The sooner we change our paradigm and our lives will be better
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres?

Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres? | Think outside the Box | Scoop.it

Manifestation organisée par une entreprise de luxe à la Havane en mai 2016

 

Les inégalités de revenu et de patrimoine n'ont jamais été aussi élevées depuis 20 ans. Moindre en France du fait d'une redistribution plus forte, ce phénomène remet en cause la théorie du ruissellement "Trickle down Economic", qui veut que favoriser les riches est bon pour les pauvres.

En anglais on appelle cela Trickle Down Economic, et effectivement c'est l'idée que la richesse telle une source se divise en multiples petites rigoles et ruisselle jusqu'en bas, permettant à TOUS de profiter de la richesse créée en haut, y compris les plus pauvres. C'est une théorie libérale, elle suppute en gros que plus les riches sont riches, moins les pauvres sont pauvres.

Cette théorie a du plomb dans l'aile quand on observe les faits, mais elle continue à avoir ses partisans, comme l'illustre cet éditorial publié par le Temps, tout récemment: Les riches boucs émissaires du populisme.

La politique de réduction d’impôt pour les plus riches que veut mener Donald Trump aux Etats Unis en découle... de même que les programmes de nombreux candidats à la présidentielle française, quand ils disent avoir pour objectif de réduire le chômage, les inégalités et in fine la pauvreté en favorisant la création de richesse, réduisant les taxes et les impots sur les entreprises et les plus aisés.

Présentée comme cela, vous comprenez que la théorie du ruissellement est une sous partie de la théorie de l'offre et qu'elle va donc implicitement marquer les débats de ces prochains mois en France.

 

Une théorie qui ne se vérifie pas...

Difficile de trouver des études qui valident la théorie du ruissellement. La période Reagan est une belle période pour étudier ce phénomène, mais comme, en plus des baisses d’impôts sur les plus riches, il y a eu une augmentation massive de la dépense publique, et la baisse vertigineuse des taux directeurs de la Fed, difficile d'isoler le seul facteur de baisse d’impôts des plus riches.

Des chercheurs de Harvard ont étudié en 2009 la corrélation entre la baisse d’impôt pour les plus riches et la croissance dans 12 pays, dont la France entre 1905 et 2000... Avant 1960, il n'y a aucun lien selon eux, et après, ils trouvent un lien, mais il faut attendre 13 ans, avant que les 90% du dessous profitent du surplus de croissance liée à la baisse des taxes. Le ruissellement prendrait donc 13 ans, MAIS si dans les 13 ans, il y a une crise ou une dépression, là c'est perdu nous explique cette étude.

Autre analyse qui dément la théorie du ruissellement, celle que l'OCDE a publié cet automne sur les 35 pays les plus développés de la planète. L'étude montre que les inégalités de revenu sont à des niveaux historiques, depuis 30 ans que les données existent, et plus intéressant encore, que la légère reprise de croissance de ces 3 dernières années profite plus aux ménages les plus aisés...

Les 10% les plus riches ont vu leurs revenus augmenter de 2.3% et les moins aisés de 1,1%. C'est moins vrai en France, note l'OCDE car les impots des plus riches ont été augmentés, et les prestations sociales revalorisées, mais la tendance est la même. Les inégalités augmentent, et la croissance accroît ces inégalités.

Si on regarde sur une plus longue période, en 30 ans les 1% les plus riches ont captés 50% de la création de richesse aux USA, 20% en Grande Bretagne, et 10% en France, selon des chiffres communiqués par l'OCDE.

 

... y compris selon l'OCDE et le FMI

Le FMI partage le constat de l'OCDE. Comme l'OCDE, on ne peut pas soupçonner le FMI d'avoir un agenda marxiste caché. Dans un rapport en 2015, le FMI l'écrit noir sur blanc: quand les riches sont plus riches, les bénéfices ne ruissellent pas et la croissance est moindre que si on favorise les pauvres et les classes moyennes.

We find that increasing the income share of the poor and the middle class actually increases growth while a rising income share of the top 20 percent results in lower growth—that is, when the rich get richer, benefits do not trickle down.

Pourquoi la croissance ruisselle moins

De fait, les riches ont une propension plus forte à épargner, et certains ont tendance à placer cette épargne dans des paradis fiscaux pour la soustraire au fisc, à la redistribution... et donc au ruissellement.

L'autre explication, c'est que la reprise créée des emplois de mauvaise qualité, et s'accompagne d'une modération salariale généralisée. ll y a d'ailleurs un lien entre montée des inégalités et syndicalisme.

 

 

Depuis quelques années, le FMI, le Bureau International du Travail et l'OCDE cherchent à pousser le concept d'INCLUSIVE GROWTH, croissance inclusive qui prône la création d'emploi de bonne qualité et bien payés, met l'accent sur la formation, l'éducation, et les politiques de redistribution des revenus.

Le sujet a été abordé pour la première fois par le G20, les pays les plus puissants de la planète cet été. C'était directement lié au Brexit. Il n'y a pas encore d'étude pour dire combien de temps cette idée mettra à ruisseler à contre-courant de l'apesanteur jusqu'en haut pour se traduire dans les politiques économiques et devenir une réalité.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Money on the Mind

Money on the Mind | Think outside the Box | Scoop.it

Publiée le 21 juin 2013

In a series of startling studies, psychologists at the University of California at Berkeley have found that "upper-class individuals behave more unethically than lower-class individuals." Ongoing research is trying to find out what it is about wealth — or lack of it — that makes people behave they way they do. Paul Solman reports as part of his Making Sen$e series, more of which you can check out here: http://www.pbs.org/newshour/economy/m... and http://www.pbs.org/newshour/businessd...

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Rich List 2015: Super rich's wealth soars as new money floods in from abroad

Rich List 2015: Super rich's wealth soars as new money floods in from abroad | Think outside the Box | Scoop.it

Leonard Blavatnik, left, is a Ukrainian-born American businessman


A fortune of £100 million is now required to make it into the top 1,000

 

The combined wealth of the 1,000 richest men and women in Britain has more than doubled in the last ten years, according to the Sunday Times Rich List.

The wealthiest 1,000 individuals and families now have a combined fortune of £547.126 billion, up from £249.615 billion in 2005, despite the world economy being gripped by a punishing recession over much of the last decade.

Plain old millionaires increasingly struggle to count themselves among the mega-rich, with a fortune of £100 million now required to make it into the top 1,000.

That is £15 million higher than last year's minimum, while in 1997 it took a personal wealth of 'just' £15 million to make the grade.

The list includes 117 billionaires, up from 104 last year. They account for a total wealth of £325.131 billion and 80 of them are based in London. It means the capital has more sterling billionaires than any other city in the world.

 

London-based Ukrainian businessman Len Blavatnik, whose empire includes the Warner Music Group, is named the wealthiest man, with an estimated fortune of £13.17 billion.

He jumped from fourth last year after seeing his wealth rise by more than £3 billion, according to the list.

(...)

Jacques Le Bris's insight:

Here is a list of Britain's wealthiest 25 people, according to The Sunday Times Rich List:

  1. Len Blavatnik £13.17 billion
  2. Sri and Gopi Hinduja £13 billion
  3. Galen and George Weston and family £11 billion
  4. Alisher Usmanov £9.8 billion
  5. David and Simon Reuben £9.7 billion
  6. Ernesto and Kirsty Bertarelli £9.45 billion
  7. Lakshmi Mittal and family £9.2 billion
  8. Kirsten and Jorn Rausing £8.7 billion
  9. The Duke of Westminster £8.56 billion
  10. Roman Abramovich £7.29 billion
  11. John Fredriksen and family £7.24 billion
  12. Charlene de Carvalho-Heineken and Michel de Carvalho £7.145 billion
  13. Sir David and Sir Frederick Barclay £6.5 billion
  14. Hans Rausing and family £6.4 billion
  15. Mohamed Bin Issa Al Jaber and family £5.935 billion
  16. Carrie and Francois Perrodo and family £5.8 billion
  17. Nathan Kirsh £5.06 billion
  18. Earl Cadogan and family £4.8 billion
  19. Nicky Oppenheimer and family £4.55 billion
  20. Sir Richard Branson and family £4.1 billion
  21. Bruno Schroder and family £3.76 billion
  22. Mike Ashley £3.5 billion, Sir James Dyson and family £3.5 billion, Sir Philip and Lady Green £3.5 billion


  23. Sir Henry Keswick and family £3.275 billion
more...
No comment yet.