thanh lap cong ty co phan
883 views | +0 today
Follow
 
Rescooped by vinhphu68 from Revue de presse théâtre
onto thanh lap cong ty co phan
Scoop.it!

Cérémonie des Molières 2016: deux nouvelles catégories

Cérémonie des Molières 2016: deux nouvelles catégories | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it

Molières La cérémonie 2016 des Molières se déroulera en mai, un lundi soir, et sera présentée cette année par Pierre Palmade, mais on ne sait pas encore dans quelle salle, puisque les Folies Bergères ne sont plus disponibles cette année. Il y a deux nouvelle catégories: le Jeune Public et le One Man/Woman Show. Et cette année, l’ensemble de l’Académie établira les nominations, puis le palmarès.


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Làm trà sữa trân châu và Thái Lan tại nhà

Làm trà sữa trân châu và Thái Lan tại nhà | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
Làm trà sữa trân châu và Thái Lan tại nhà với những nguyên liệu bạn có thể mua được ở tại địa phương ngon và an toàn thực phẩm
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Học cách làm bánh trung thu mới nhất

Học cách làm bánh trung thu mới nhất | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
Học cách làm bánh trung thu mới nhất làm được nhiều món ăn hấp dẫn nhiều hương vị mà bạn không ngờ mình được nếm do chính tay mình
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Retour sur la carrière théâtrale de Jeanne Moreau

Retour sur la carrière théâtrale de Jeanne Moreau | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
Immense actrice, Jeanne Moreau, décédée lundi à l'âge de 89 ans, avait débuté sa carrière au théâtre.
Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Eric Ruf, patron de la Comédie-Française : “En Bretagne, je redeviens paysan”

Eric Ruf, patron de la Comédie-Française : “En Bretagne, je redeviens paysan” | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it

Par Fabienne Pascaud dans Télérama :


Eric Ruf, 48 ans, aime partir bricoler en famille dans sa maison du Finistère, une école qu’il a refaite de ses mains. Là, les gens se moquent de savoir qui il est, ce qu’il fait…


Dernier épisode de notre série « L’été, on change tout », en Bretagne, avec le patron de la Comédie-Française, Eric Ruf.  


 « J’adorais les étés de mon enfance où mon père, cardiologue à Belfort, invitait nos grands-parents maternels et paternels de Norvège et de Suisse dans une maison de Bretagne, où nous nous donnions – avec mes trois frère et sœurs – l’illusion d’être une grande famille heureuse et sans tensions. J’ai voulu reproduire la même chose avec mes trois enfants et ma formidable mère de 85 ans, si calme, si facile, qui nous accompagne tout l’été. Moi qui suis si solitaire, j’ai le fantasme d’une grande maison accueillante, j’aime inviter beaucoup de monde. Mais dès qu’ils arrivent, je pars me réfugier dans mon atelier… A la naissance d’Aliocha, mon fils aîné, il y a seize ans, j’ai acheté pour rien cette école en ruine, à 7 kilomètres à vol de goéland de notre maison d’autrefois. Au début du Finistère Sud, et dans le bourg où s’est retiré le grand sociétaire de la Comédie-Française Roland Bertin. Il n’y a pas de hasard. 



 “Je n’ai pas envie de parler de la Comédie-Française en vacances ni de lire aucune pièce.” 


 J’aime bricoler, casser des cloisons, les reconstruire, faire de la peinture, du gros œuvre, travailler le bois pour des ­escaliers, des mezzanines. Avec quatre copains, des étés durant, on s’est réparti les travaux, et on a tout réaménagé. Mon père bricolait. Il m’a souvent forcé à le faire. Cette fatigue-là me vide la tête. Je n’ai pas envie de parler de la Comédie-Française en vacances ni de lire aucune pièce. 


Et sans doute ma femme non plus [la sociétaire Florence Viala]. Les comédiens de la maison sont contents de cette période de carence, eux qui jouent beaucoup, qui ont besoin de se préparer chaque jour à la représentation du soir, de penser à ce qu’ils mangent, boivent... D’ailleurs, dès que j’ai quitté mon bureau de la Comédie-Française et me ­retrouve trois semaines en Bretagne en tongs, tee-shirt et short, j’ai même l’impression de décrocher totalement, de ne plus savoir être administrateur… 


Mon rythme de vie change. Je bâille à 21h30, me réveille à 6h30. Je me recentre, je passe enfin du temps avec mes enfants. Et je redeviens paysan. Je me repose en créant une autre fatigue, je me vide en faisant une autre activité. Si je m’arrête, ma pensée part dans tous les sens ; elle ne se renouvelle que si mon corps répète une activité simple et facile : désherber, peindre des fenêtres, nager, faire du vélo, courir. Je me soulage en faisant des choses qui ne servent à rien. L’herbe ne repousse-t-elle pas toujours ? Je libère mon esprit en créant de la jachère. Et c’est ainsi que les idées viennent, que j’imagine des scénographies. 


 “A Paris me restent toujours des timidités de provincial de Belfort.” 


 A Paris, on cultive trop tout le temps. Avec l’obsession du regard de l’autre. En Bretagne, les gens se moquent de qui je suis et de ce que je fais, et ça me fait du bien de parler de tout avec eux. De renouer avec la province. Je n’arrive pas à oublier d’où je viens. A Paris me restent toujours des timidités de provincial de Belfort. Là-bas, j’aimais tant ces ciels gigantesques qu’on apercevait partout tant les maisons étaient basses. Je les retrouve en Bretagne, si superbement changeants à cause du temps. Rien ne dure jamais ici, le soleil, la pluie ; le climat breton me convient. Et la mer froide me calme. J’ai horreur de la chaleur et du bruit des grillons du Sud. »


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

EVEREST JUDE

Aleta Lynn Annistyn Marguerite Aristotle Tiberius Avonlea Rome Baylor Alexander Bennett West Boone Jacob Brecken Aaron Brielle Linda Brody Fox Caden Blaze Caisley Kae Cash Blakely Colby Hudson Dallas Clay Decker Todd Dylan Bradford Eliana Ronni Ernest Stanley Everest Jude Faith Corina Finn Patrick Gordon Anthony Gracie Marlene Hazel Effy Hendrick Len Ian Ernest James…

Via Clare
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Mẹo giặt rèm cửa giá rẻ hiệu quả đúng cách tại quận Tân Phú

more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Festival d’Avignon : Et les émigrés, les réfugiés dans tout ça ?

Festival d’Avignon :  Et les émigrés, les réfugiés dans tout ça ? | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it


Par Jean-Pierre Thibaudat dans son blog Balagan


Les émigrés et réfugiés traversent cette année nombre de spectacles du Festival. C’est le cas de celui de Katie Mitchell avec Jean Genet, de celui de Guy Cassiers et Maud Le Pladec avec Elfriede Jelinek. Deux spectacles venus des Toneelhuis, les maisons de théâtre de nos voisins des Flandres et des Pays-Bas. L’un rate sa cible, l’autre l’atteint.


scène de "Grensgeval(borderline)" © Christophe Raynaud de Lage
De toutes les pièces de Jean Genet, Les Bonnes est très certainement celle qui compte le plus de mises en scène de par le monde. Ses trois rôles – les deux bonnes Solange et Claire, et celui de Madame – limitent les frais de production d’autant que le décor décrit par l’auteur n’est nullement imposant et nullement obligatoire, comme il l’explique dans « Comment jouer Les Bonnes ». Enfin le théâtre y est roi, avec le jeu de rôles qui traverse la pièce, il déploie ses ruses et ses miroirs. Dans les années 60, à l’heure du Tiers-Monde et de la décolonisation, Jean-Marie Serreau avait monté la pièce avec deux actrices noires dans les rôles des bonnes. Dans les années 90, le metteur en scène Alain Ollivier commençait son spectacle en effectuant lui-même une lecture intégrale du texte « Comment jouer Les Bonnes ». Deux versions marquantes parmi d’autres.



Deux bonnes polonaises

L’artiste britannique Katie Mitchell a joué la pièce quand elle était étudiante (elle ne sait plus si c’était Solange ou Claire). Elle y revient pour la quatrième fois, dans une production du Toneelgroep d’Amsterdam, ville où le spectacle a été créé en décembre 2016. Katie Mitchell dit avoir voulu explorer « la relation entre patrons et employés de maison immigrés sous-payés » dans l’Europe d’aujourd’hui qui exploite plus ses immigrés qu’elle ne les respecte.

Dans sa version, les deux excellentes actrices néerlandaises Marieke Heebink (Claire) et Chris Nietvelt (Solange) sont censées être des immigrées polonaises. Cela n’apparaît pas très clairement. Le polonais, langue natale des ces personnages émigrés, n’intervenant que très peu dans leur long tête-à-tête, les actrices sont plus à leur aise dans le néerlandais, leur langue natale. Il n’est pas inutile de citer ces propos célèbres de Genet extraits de « Comment jouer Les Bonnes » : « Une chose doit être écrite : il ne s’agit pas d’un plaidoyer sur le sort des domestiques. Je suppose qu’il existe un syndicat des gens de maison. Cela ne nous regarde pas. »

Avec raison, compte tenu de ses intentions, Katie Mitchell transpose la pièce dans le monde d’aujourd’hui, à Amsterdam. Avant d’investir la chambre de Madame, d’utiliser son maquillage, ses sous-vêtements, ses belles robes et ses perruques, Solange (ou Claire?) photographie tout cela avec son smartphone pour tout remettre en place une fois la « cérémonie » achevée (le meurtre de Madame avec un long couteau en complément d’un étranglement).

Katie Mitchell dit également vouloir aussi examiner à travers cette pièce « le point de vue masculin et la question du genre ». C’est une question qui lui importe et on la comprend. C’est pourquoi Madame est jouée par un homme, l’acteur Tomas Cammaert, qui s’habille en femme. Pourquoi pas.

« Le bourreau me berce »

La traduction en néerlandais de Marcel Otten est fidèle, hormis quelques détails : le tilleul de la tisane devient de la camomille et les dix cachets de somnifères qu’y versent les deux bonnes escomptant faire avaler le breuvage à Madame n’est plus du Gardénal mais de l’Amytal. Broutilles. En revanche, Katie Mitchell procède à une longue coupe et à un ajout.


Scène de "Les bonnes" © Christophe Raynaud de Lage
La coupe est celle du long monologue de Solange vers la fin de la pièce où elle voit Madame morte, « étendue sur le linoléum, étranglée par les gants de vaisselle » où elle devient « Mademoiselle Solange Lemercier », « l’égale de Madame » et « marche la tête haute », puis « l’étrangleuse », celle qui a étranglé sa sœur, et la voici maintenant qui s’adresse à « Monsieur l’inspecteur » et pour finir se voit aux portes de la guillotine : « le bourreau me berce. On m’acclame. Je suis pâle et je vais mourir ». Extraordinaire monologue. Katie Mitchell ne s’explique pas sur cette coupe, mais on peut penser qu’elle a souhaité un équilibre entre les deux sœurs.
Ce monologue, elle le remplace en quelque sorte par une tirade finale qui n’est pas de Genet. Signée Katie Mitchell ? Rien n’est dit. Claire vient d’avaler la tisane, empoisonnée, elle meurt dans les bras de sa sœur. Solange décrit le défilé de tous les damnés de la terre venus à l’enterrement de Madame / Claire, portant fleurs et couronnes « plâtriers poudrés de blanc », « dame-pipi », etc. A la fin du cortège viennent « les clandestins, les naufragés, les marginaux, les mères et les enfants, les corps échoués ». Solange et Claire clament : « Nous sommes belles, sauvages, libres et joyeuses ». On voit mal Genet écrire de telles phrases. Pour le moins, il eût été préférable de préciser : Les Bonnes « d’après Jean Genet », et non « de Genet ». Ce qui n’aurait rien enlevé à la qualité des trois actrices et à la touch de Katie Mitchell.

Cependant, en matière d’émigrés, sans tourner au tour du pot, mieux vaut aller voir le spectacle Guy Cassiers et Maud Le Pladec, Grensgeval (borderline), d’après Les Suppliants d’Elfriede Jelinek. Katie Mitchell donne son spectacle à Vedène, au nord de la ville, non loin du Pontet, ville à majorité Front national ; Guy Cassiers et Maud Le Pladec présentent le leur au sud de la ville, non loin de l’aéroport.

« Ça n’existe pas »

« Vivants. Vivants. C’est le principal, nous sommes vivants, et ce n’est pas beaucoup plus qu’être en vie, après avoir quitté la sainte patrie. Pas un regard clément, ne daigne se tourner vers notre procession, mais nous dédaigner, ça ils le font. » C’est ainsi que s’ouvre le texte des Suppliants d’Elfriede Jelinek. Et il s’achève ainsi : « Que nous soit rendue une juste sentence, c’est pour quoi nous prions, que soit exaucée ma prière d’une escorte libre, d’un destin vainqueur, d’un meilleur destin, mais ça n’arrivera pas. Ça n’arrivera pas. Ça n’existe pas. Nous ne sommes même pas là. Nous sommes venus, mais nous ne sommes pas là. »

Jelinek ne parle pas au nom des réfugiés, elle les accompagne par la parole de son écriture, par le chant de ses mots. Ecrit en 2013, Les Suppliants a été publié en traduction française à L’Arche dans la collection « Scène ouverte » en septembre 2016. Le spectacle de Cassiers a été créé en mai 2017 au Toneelhuis d’Anvers qu’il dirige depuis dix ans.

En exergue, l’édition française rappelle opportunément ce que disait Heiner Müller à propos de Jelinek : « Ce qui m’intéresse dans les textes d’Elfriede Jelinek, c’est la résistance qu’ils opposent au théâtre tel qu’il est. » Et c’est aussi ce qui intéresse Guy Cassiers. Ce fut probablement déterminant dans son envie d’embarquer la chorégraphe Maud Le Pladec dans l’aventure.

Le texte : une parole diffuse, indistincte, celle d’un chœur d’anonymes. Un nous à la fois collectif et individuel. Aucune parole doloriste mais des emportements de colère, de rage, de macabre ironie où une voix personnelle semble prendre la parole : « Vous voulez nous voir disparaître. Allez, tout de suite ! Du balai. Oh dieu, qui prend pitié de nos peines ? Qui prend pitié de nous, errants et misérables, moitié animaux, moitié hommes, pas hommes du tout, rien du tout, qui prend pitié de nous ? Alors, ne voulez-vous pas tirer un lot vous aussi et avoir un peu de pitié ? Vous ne voulez pas ? Nous le comprenons très bien. »


scène de "Grensgeval(borderline)" © Christophe Raynaud de Lage
Elfriede a téléphoné à Eschyle pour qu’il vienne la coacher. Le vieux Grec, malgré sa petite retraite que Bruxelles et le FMI trouvent trop élevée, s’est attelé à la tache, content de voir en l’Autrichienne une héritière digne. Le texte brasse bien des paroles d’exilés, lesquelles peuplent le théâtre occidental et l’histoire des peuples depuis toujours. Pas de guerre de Troie ni d’ailleurs sans son lots d’exils, de chassés. Ici et là, Jelinek s’attarde en Autriche (firmes, déclaration du gouvernement autrichien). Cassiers biffe cette dimension locale.
La difficulté était de restituer ce « nous » qui en est un sans l’être tout à fait, qui oscille dans le texte de Jelinek entre le chœur et l’individu, entre elle et eux, entre les étrangers que nous sommes aux yeux des réfugiés et inversement. Cassiers apporte comme toujours une réponse dramaturgique bestiale. Un : il demande aux quatre acteurs d’apprendre tout le texte (la répartition se fera au fil des répétitions). Deux : il demande à Maud Le Pladec de travailler en bloc avec un chœur d’une quinzaine de danseurs. Trois : il dégage trois lignes de front dans la houle tumultueuse du texte dont il fait trois mouvements : le bateau (avec usage de la vidéo, technique Cassiers maîtrise formidablement l’usage), la marche à travers l’Europe, le refuge piégé dans une église. Le résultat a la beauté d’un oratorio et la force d’un bulldozer, d’une pelleteuse aux dents diaboliques dont il est souvent question dans Les Suppliants à l’heure de raser un camp de fortune, d’emporter tout sur son passage, de vouloir effacer pour mieux oublier, pour faire comme ci, pour ne pas voir.

Ce spectacle m’a fait songer à deux spectacles de Didier-Georges Gabily vus également au Festival d’Avignon mais, me semble-t-il, à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon. Enfonçures. Cinq rêves de théâtre en temps de guerre suivis de trois chansons à deux voix, où l’auteur évoquait la guerre du Golfe en passant par Hölderlin. Et Les Cercueils de zinc, d’après le livre éponyme de Svetlana Alexievitch, faisant référence aux cercueils des soldats soviétiques tués en Afghanistan. Forte filiation.

Vive les Toneelhuis

Entre Amsterdam et Anvers, le Festival a cette année mis a l’honneur la notion de Toneelhuis, littéralement : « maison de théâtre » en Flandres et aux Pays-Bas. A l’heure où la décentralisation théâtrale en France fête poussivement ses 70 ans, où les Centres dramatiques nationaux vivent sur des bases vieilles d’un demi-siècle, si vieilles qu’elles finissent par sentir le renfermé, à l’heure où le gouvernement Macron veut lorgner de plus en plus vers le privé et où les directives des ministères de la Culture successifs se soucient plus d’animation culturelle que de création, l’exemple d’organisation et du fonctionnement des Toneelhuis vaut le détour.

Un seul exemple. Dans un livre d’entretien qui vient de paraître, Guy Cassiers explique comment Jan Fabre, Jan Lauwers, Alain Platel, Ivo van Hove et lui ont pris sous leur aile quatre jeunes artistes pendant quatre ans, « le temps nécessaire pour expérimenter et suivre les processus de création bien différents que nous avons les uns et les autres ». Pas un enseignement mais un « compagnonnage ». « L’idée, poursuit Cassiers, c’est de créer un dialogue entre cette jeune génération et la nôtre. » C’est ce qui nous manque en France mais, il est vrai, nous manquons aussi d’artistes de la taille d’un Cassiers. Nous en sommes restés au stade infantile de la nomination comme si cela répondait à toutes les questions (en cela, le théâtre ne fait que refléter la Ve République avec sa focalisation sur l’élection présidentielle). En corollaire, parodie de dialogue et de compagnonnage, nous avons institué ces notions souvent attrape-couillons d’artiste en résidence ou d’artiste associé.

Sous ces alibis de parrainage, beaucoup de jeunes artistes sont livrés à eux-mêmes. Certains savent naviguer entre les écueils et faire leur pelote année après année, d’autres, pêché d’orgueil ou de jeunesse, se montent le bourrichon. On voit ainsi de jeunes artistes aux bases fragiles propulsés à trop grande vitesse sur le devant de la scène par l’ogre du marché et les chiens médiatiques, s’écraser sur le tarmac impitoyable d’un festival de théâtre. On a beaucoup à apprendre des maisons de théâtre de nos voisins, des Toneelhuis.

De Meiden (Les Bonnes) de Jean Genet par Katie Mitchell, 20 et 21 juillet, 15h à l’Autre scène de Vedène.

Au premier étage de la Maison Jean Vilar, Katie Mitchell présente également Five Truths (Cinq vérités), une installation vidéo où elle prend une tirade d’Ophélie dans Hamlet et la met en scène (montage vidéo) en étant à la place de Constantin Stanislavski, Antonin Artaud, Bertolt Brecht, Jerzy Grotowski et Peter Brook. Le tout est projeté simultanément. Durée : 15 minutes. De 11h à 19h30, jusqu’au 26 juillet.

Grensgeval (Borderline) de Guy Cassiers et Maud Le Pladec, d’après Les Suppliants d’Elfriede Jelinek, Parc des expositions, 18h, jusqu’au 24 juillet (sf le 21).

Guy Cassiers, entretiens avec Edwige Perrot, Actes Sud-Papiers, 88 p., 13,50€.

Les Suppliants d’Elfriede Jelinek, traduit de l’allemand par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, L’Arche, 120 p., 14€.


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Tại sao nên sử dụng dịch vụ giặt thảm trải sàn giá rẻ quận 6 tp hcm

more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

The many forms of Sarah

Though Sarah tends not to have as wide of a variation across languages as, say, Elizabeth or Katherine, there are still a number of interesting variations. There are also a number of alternative spellings in English, which I don't mind as much as I normally do. I strongly prefer the two most common spellings, but I'm…

Via Clare
more...
Clare's curator insight, July 16, 2017 5:08 PM

From Surkki to Tzeitel.

Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

Birth announcement: Fisher Gray!

Birth announcement: Fisher Gray! | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
In May I posted a consultation for Christina (who has an Etsy shop called The Rushnyk Room), as she and her husband were expecting her third baby boy. I'm excited to share that her little guy has arrived and been given the awesome and meaningful name ... Fisher Gray! Christina writes, "We actually put the scripture from Matthew…

Via Clare
more...
Clare's curator insight, July 13, 2017 4:07 AM

Welcome, Fisher!

Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

Baby Named for Judge Who Granted Divorce

Baby Named for Judge Who Granted Divorce | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
In 1928, the Aberdeen Journal mentioned a London woman who had been granted a separation from her husband by London Magistrate Basil B. Watson. She was apparently very pleased about the decision, b…

Via Clare
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Vệ sinh ghế sofa đúng cách để đảm bảo mỹ quan cho ngôi nhà tại Quận 8

more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Hướng dẫn làm bánh xèo miền trung ngon mà rẻ

Hướng dẫn làm bánh xèo miền trung ngon mà rẻ | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
Hướng dẫn làm bánh xèo miền trung ngon mà rẻ với các vật liệu dễ kiếm như bột và các loại gia vị bạn có thể mua ngay tai cửa hàng
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from thanh lap cong ty co phan
Scoop.it!

Eric Ruf, patron de la Comédie-Française : “En Bretagne, je redeviens paysan”

Eric Ruf, patron de la Comédie-Française : “En Bretagne, je redeviens paysan” | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it

Par Fabienne Pascaud dans Télérama :


Eric Ruf, 48 ans, aime partir bricoler en famille dans sa maison du Finistère, une école qu’il a refaite de ses mains. Là, les gens se moquent de savoir qui il est, ce qu’il fait…


Dernier épisode de notre série « L’été, on change tout », en Bretagne, avec le patron de la Comédie-Française, Eric Ruf.  


 « J’adorais les étés de mon enfance où mon père, cardiologue à Belfort, invitait nos grands-parents maternels et paternels de Norvège et de Suisse dans une maison de Bretagne, où nous nous donnions – avec mes trois frère et sœurs – l’illusion d’être une grande famille heureuse et sans tensions. J’ai voulu reproduire la même chose avec mes trois enfants et ma formidable mère de 85 ans, si calme, si facile, qui nous accompagne tout l’été. Moi qui suis si solitaire, j’ai le fantasme d’une grande maison accueillante, j’aime inviter beaucoup de monde. Mais dès qu’ils arrivent, je pars me réfugier dans mon atelier… A la naissance d’Aliocha, mon fils aîné, il y a seize ans, j’ai acheté pour rien cette école en ruine, à 7 kilomètres à vol de goéland de notre maison d’autrefois. Au début du Finistère Sud, et dans le bourg où s’est retiré le grand sociétaire de la Comédie-Française Roland Bertin. Il n’y a pas de hasard. 



 “Je n’ai pas envie de parler de la Comédie-Française en vacances ni de lire aucune pièce.” 


 J’aime bricoler, casser des cloisons, les reconstruire, faire de la peinture, du gros œuvre, travailler le bois pour des ­escaliers, des mezzanines. Avec quatre copains, des étés durant, on s’est réparti les travaux, et on a tout réaménagé. Mon père bricolait. Il m’a souvent forcé à le faire. Cette fatigue-là me vide la tête. Je n’ai pas envie de parler de la Comédie-Française en vacances ni de lire aucune pièce. 


Et sans doute ma femme non plus [la sociétaire Florence Viala]. Les comédiens de la maison sont contents de cette période de carence, eux qui jouent beaucoup, qui ont besoin de se préparer chaque jour à la représentation du soir, de penser à ce qu’ils mangent, boivent... D’ailleurs, dès que j’ai quitté mon bureau de la Comédie-Française et me ­retrouve trois semaines en Bretagne en tongs, tee-shirt et short, j’ai même l’impression de décrocher totalement, de ne plus savoir être administrateur… 


Mon rythme de vie change. Je bâille à 21h30, me réveille à 6h30. Je me recentre, je passe enfin du temps avec mes enfants. Et je redeviens paysan. Je me repose en créant une autre fatigue, je me vide en faisant une autre activité. Si je m’arrête, ma pensée part dans tous les sens ; elle ne se renouvelle que si mon corps répète une activité simple et facile : désherber, peindre des fenêtres, nager, faire du vélo, courir. Je me soulage en faisant des choses qui ne servent à rien. L’herbe ne repousse-t-elle pas toujours ? Je libère mon esprit en créant de la jachère. Et c’est ainsi que les idées viennent, que j’imagine des scénographies. 


 “A Paris me restent toujours des timidités de provincial de Belfort.” 


 A Paris, on cultive trop tout le temps. Avec l’obsession du regard de l’autre. En Bretagne, les gens se moquent de qui je suis et de ce que je fais, et ça me fait du bien de parler de tout avec eux. De renouer avec la province. Je n’arrive pas à oublier d’où je viens. A Paris me restent toujours des timidités de provincial de Belfort. Là-bas, j’aimais tant ces ciels gigantesques qu’on apercevait partout tant les maisons étaient basses. Je les retrouve en Bretagne, si superbement changeants à cause du temps. Rien ne dure jamais ici, le soleil, la pluie ; le climat breton me convient. Et la mer froide me calme. J’ai horreur de la chaleur et du bruit des grillons du Sud. »


Via Le spectateur de Belleville, vinhphu68
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Bánh Pizza Định Quán

Một cách đơn giản làm bánh Flan ngon tại nhà mà ai cũng có thể làm được .Nhiều lúc muốn ăn mà ngại đi
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Bánh Pizza Định Quán

Hướng dẫn cách làm tàu hũ đơn giản mà rất ngon mà bạn thường gặp hàng ngày .Cách này rất nhanh và có nhiều gia vị không ảnh hưởng đến sức khoẻ
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

A Beautiful Day! U2's Adam Clayton and Wife Mariana Welcome Daughter Alba

"Adam and Mariana Clayton are delighted to announce the birth of their beautiful baby girl Alba," read a personal advert in Tuesday's Irish Times

Via Clare
more...
Clare's curator insight, July 26, 2017 6:01 PM

Welcome, Alba!

Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Tác hại của việc không giặt thảm thường xuyên tại quận tân bình tp hcm

more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Revue de presse théâtre
Scoop.it!

Fanny de Chaillé : «Les Grands» en pleine prise de croissance

Fanny de Chaillé : «Les Grands» en pleine prise de croissance | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it

Par Anne Diatkine dans Libération / Next



Dans une pièce dense mais drôle, Fanny de Chaillé et Pierre Alféri confrontent trois générations et autant de visions du monde.


Devenir adulte, est-ce tuer tous les enfants et adolescents qu’on a pu être ? Ou au contraire ne jamais cesser de vivre avec, au point qu’ils nous étouffent ? Ce qui est bien, c’est que le théâtre permet de répondre concrètement à ce genre d’interrogation.

Mettons donc une petite fille sur scène, elle a environ 6 ans, elle s’exerce à ne jamais dépasser l’ombre que propage la marche d’escalier. C’est une vraie enfant et on entend sa voix intérieure, un peu agaçante, tandis que sur le plateau elle se tait, alors même qu’elle gigote partout. On apprend ainsi qu’elle est à la fois la plus grande, car elle est en CE1 et qu’elle a sauté une classe, et à la fois la plus petite, pour les mêmes raisons. Ceux qui ont des vagues souvenirs d’Aristote penseront à lui.

«Compte Facebook»
Elle est la meilleure élève de sa classe, mais elle vient de se faire virer pendant une semaine de l’école, pour avoir blessé une amie avec un livre et la maîtresse exige de voir ses parents immédiatement. Bref, les adultes ne se laissent pas saisir aisément. C’est très compliqué de se faire une idée juste de soi à travers leur regard, alors qu’on dépend d’eux pour grandir. Et heureusement qu’on finit par devenir ce qu’ils sont, sinon on n’aurait jamais aucune chance de les comprendre. Heureusement ?

Les adolescents (vive Soline Baudet mais tous les acteurs sont formidables) ne sont certainement pas d’accord avec cette assertion, eux qui s’identifient à «leur compte Facebook» et autres «raisons sociales», et on les voit sur scène, prêts à hurler contre les adultes qu’ils sont devenus. Deux escaliers blancs se font face sur le plateau tandis que plusieurs âges de la même femme, du même homme, se confrontent. Fanny de Chaillé sépare leur voix de leur corps, ce qui crée un certain trouble.

Le spectacle, adapté d’un texte du même titre de Pierre Alféri, progresse en densité et drôlerie. Le plus étonnant est la précision avec laquelle Fanny de Chaillé a forgé les ressemblances. L’illusion est parfaite : ils sont neuf, une infinité, ou seulement trois, si on les range à la manière des poupées russes.

Anne Diatkine


Les Grands de Pierre Alféri mis en scène Fanny de Chaillé. Jusqu’au 26 juillet, relâche samedi. Théâtre Benoît-XII.


Illustration :  Sur le plateau, trois âges se font face. Photo Christophe Raynaud de Lage


Via Le spectateur de Belleville
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from thanh lap cong ty co phan
Scoop.it!

Bánh Pizza Định Quán

Cách làm kem chuối ngon mà dễ làm tại nhà khi chúng ta có rất nhiều nguyên liệu có sẵ và rẻ.Chúng cung cấp rất nhiều khoáng chất cho cơ thể
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

Five-Name Friday: Boy Name Like Seth, Not Like John

Five-Name Friday: Boy Name Like Seth, Not Like John | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
"Our last name is Jones and we'd like a simple, traditional boy name for our son, but not something that's ever been very common, like John. Names that we like are Seth, Isaac, Thomas, and Leo."

Via Clare
more...
No comment yet.
Scooped by vinhphu68
Scoop.it!

Bánh Pizza Định Quán

Cách làm kem chuối ngon mà dễ làm tại nhà khi chúng ta có rất nhiều nguyên liệu có sẵ và rẻ.Chúng cung cấp rất nhiều khoáng chất cho cơ thể
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

Name Help: A Sister for Mabel, Leonard and Hester

Name Help: A Sister for Mabel, Leonard and Hester | thanh lap cong ty co phan | Scoop.it
Lois is expecting her fourth child—a girl!—a sister for Mabel, Leonard and Hester. Lois writes: "We like unusual-ish but proper names and we seem to have a two syllable theme (although that's not completely fixed!). Names we considered in the past but didn't use have included Agnes, Muriel, Celia

Via Clare
more...
No comment yet.
Rescooped by vinhphu68 from Name News
Scoop.it!

That Name Sure Sounds Funny

Whenever the Internet needs to summon up a quick wife, colleague, secretary or mom, it turns to Karen, Linda and Susan.

Via Clare
more...
Clare's curator insight, July 13, 2017 7:37 PM

I haven't noticed Karen being used in jokes on this side of the pond - but I'll listen out to see if I'm missing anything.

 

However, maybe we make up for it by having generic comedy men's names. I'm thinking Barry, Dave, Colin, maybe Bob. As in:

 

Two whales are in a bar.

Whale 1: "Aaaaoooooo! Hraaaaaaaaooooo! Eeeeeeyyyyooooo!" [ie whale noises]

Whale 2: "Shut up, Barry, you're drunk."

 

I'm sure I read somewhere about the names other languages use for a generic joke person...just have to remember where it was.