Système de santé
15 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by AlexandraPellicelli
Scoop.it!

«Est-ce qu'un médecin pourrait me prendre?»

«Est-ce qu'un médecin pourrait me prendre?» | Système de santé | Scoop.it
Les dernières actualités des quatre coins du Québec, Montréal, Estrie, Québec, Laval, Montérégie, Mauricie, Gaspésie, Bas-Saint-Laurent, Saguenay, Lac-Saint-Jean, Outaouais, Lanaudière, Laurentides, Cantons-de-l'Est, Centre-du-Québec, Charlevoix,...
AlexandraPellicelli's insight:

Voici malheureusement encore une situation désolante :(  Ce monsieur vit beaucoup d'incapacités depuis son opération en février 2013 et souffre beaucoup. Malheureusement, comme il le souligne dans la fin de son article, ce n'est pas le personnel hospitalier qui est en faute mais bien notre système de santé surchargé! Je me questionne à savoir pourquoi ils ne le réfèrent pas dans un autre hôpital voir un autre urologue  Le réseau local de service ne s'applique-t-il pas dans d'autres régions? C'est dommage de voir ça...sa situation est vraiment difficile à vivre...il devient vraiment très difficile pour lui de faire ses AVD et ses AVQ. Il a même de la difficulté à se déplacer et à aller à la salle de bain. C'est très souffrant pour lui. J'ai de la difficulté à comprendre pourquoi son cas n'est pas prioritaire...plusieurs de nos clients seront confronté à notre système de santé et devront se buter à des listes d'attente interminables! En plus de la liste d'attente où les délais sont vraiment long....le patient n'a qu'une seule solution pour enlever la douleur : les médicaments. Il en prend une dose incroyable et malgré ça, la douleur qu'il vit demeure insupportable. Je trouve cette situation vraiment désolante. On ne devrait pas avoir à souffrir comme ça aussi longtemps à cause du système de santé qui est engorgé!

more...
profODS2013A's comment, December 4, 2013 11:50 AM
commentaire 9 corrigé
Scooped by AlexandraPellicelli
Scoop.it!

http://www.journaldequebec.com/2013/10/05/une-femme-de-92-ans-se-retrouve-placee-contre-sa-volonte-dans-un-chsld

AlexandraPellicelli's insight:

Un homme dont la mère de 92 ans a été placée contre son gré dans un CHSLD par le Curateur public devra aller en cour d’appel pour tenter de la ramener à la maison.

«C’est un film d’horreur, lance Pierre Chénier. C’est inhumain ce qu’ils nous font vivre.»

Voilà plus de deux ans que cet homme se bat pour ramener sa mère de 92 ans (le curateur refuse qu’on la nomme) à la maison familiale de Sorel-Tracy, où ils vivaient ensemble depuis toujours.

Le cauchemar a commencé en février 2011, après qu’un employé du CSSS Pierre-de-Saurel eut fait un rapport indiquant que M. Chénier aurait, entre autres, «serré le poignet» de sa mère et lui aurait lancé une assiette.

À l’époque, les policiers avaient emmené la dame à l’hôpital, où elle a vécu pendant des mois en attendant d’être placée dans un Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD).

«Les policiers ont débarqué, mais je n’avais rien fait! jure M. Chénier. Je n’ai jamais fait mal à ma mère. À l’hôpital, elle n’était pas bien du tout.»

En juillet 2011, le CSSS a reçu une ordonnance du tribunal pour héberger la dame pour deux ans, «même contre son gré», indique le jugement. Ainsi, elle a été placée au Centre Élisabeth-Lafrance.

Puis, en novembre 2012, le Curateur public a obtenu d’un juge une «curatelle à la personne» de la dame et est devenu responsable de son hébergement.

« DANS UNE PRISON »

Depuis deux ans, M. Chénier a suivi divers cours (premiers soins, aidants naturels, etc.) pour prouver son dévouement envers sa mère. Il a aussi ­dépensé des milliers de dollars pour adapter la maison (rampe d’accès extérieure, salle de bains, climatiseur).

D’ailleurs, M. Chénier se rend auprès de sa mère deux fois par jour pour l’aider à manger. Lorsqu’il n’est pas là, il dit que sa mère l’appelle une vingtaine de fois par jour et veut rentrer à la maison.

Lors du passage du Journal, la dame disait être «dans une prison» et souhaitait quitter la résidence. Le 6 septembre, elle a déménagé au centre d’hébergement de Tracy, un endroit ­inapproprié, selon M. Chénier.

MUR BUREAUCRATIQUE

Grâce à ses démarches, l’homme avait bon ­espoir de ramener sa mère à la maison. Or, il dit se buter à un mur bureaucratique auprès du ­Curateur public.

«Ils se renvoient la balle en attendant des rapports, déplore-t-il. Mais ils n’ont aucune raison de refuser à ma mère de revenir à la maison.»

De son côté, le Curateur public dit prendre les décisions dans l’intérêt de la personne.

«On doit s’assurer que la personne vit dans un habitat qui correspond à son état de santé et faire les bons choix pour elle», indique François ­Loiselle, directeur des communications.

«On cherche toujours à travailler de concert avec la famille», ajoute-t-il.

Ainsi, M. Chénier ira en cour d’appel le 22 octobre pour ravoir la curatelle de sa mère et la ramener à la maison.

«Je fais tout pour ma mère, je ne peux pas croire ce qui m’arrive. C’est épouvantable.»

Pierre Chénier déplore que sa mère se nourrisse presque exclusivement de rôties depuis plusieurs mois, puisqu’elle refuse de manger autre chose.

«La nourriture n’est pas mangeable. Voudriez-vous manger ça, vous?» a demandé Pierre Chénier en montrant l’assiet­te de bœuf et de ­carottes que sa mère venait de ­recevoir.

ELLE MANGE CE QU’ELLE VEUT

Déménagée au Centre d’hébergement de Tracy depuis peu, la dame de 92 ans a dit au Journal ne pas ­aimer les repas qu’on lui sert.

«Ils lui donnent des rôties, elle ne veut rien manger d’autre. Mais ce n’est pas bon du tout», ajoute M. Chénier. Elle dépérit à vue d’œil, il faut qu’elle voie un médecin.»

Le 15 août, le Curateur public a ­répondu par écrit que la dame a «le droit de manger ce qu’elle désire» et que le personnel «ne peut la faire manger de force».

Pour compenser, on lui donne des suppléments alimentaires.

RIDEAUX DÉCHIRÉS

M. Chénier déplore par ailleurs le piètre état de la chambre où sa mère est logée. Il dit même avoir dû acheter une commode pour ranger les vêtements de sa mère, puisque celle qui est en place est trop petite.

«Ce n’est pas des farces, ça me coûte presque 1500 $ par mois pour ça! rage-t-il. Les rideaux sont déchirés, le fauteuil roulant ne passe pas tellement c’est serré. Elle serait tellement mieux à la maison. Je ne comprends pas.»

 

Mon commentaire :

Je suis sidérée par cet article. Je ne comprends pas comment on peut, malgré le dévouement que cet homme manifeste envers sa mère, garder cette femme de force dans un CHSLD où elle n'est visiblement pas bien. Les services offerts à cette dame dans cet établissement ne semblent pas adéquats puisqu'elle ne mange d'abord pas une nourriture appropriée et en plus, son fils doit se présenter chaque jour pour la faire manger. Elle ne semble pas du tout adaptée à son milieu de vie. Elle dit s'y sentir en prison. De plus, l'homme doit payer pour la résidence malgré qu'il ne soit pas d'accord que sa mère habite là. Cette dame aurait intérêt à retourner vivre à son domicile qui est maintenant très bien adapté à ses besoins. De plus, son fils a pris les mesures nécessaires afin d'être bien formé pour s'occuper d'elle. Elle aurait probablement plus de services en restant à domicile avec son fils et en recevant certains soins de la part d'intervenants du CLSC. De plus, ils devraient mettre en application le Réseau Local de Service afin de laisser la personne à domicile le plus longtemps possible. En utilisant le Réseau Local de Service, elle pourrait recevoir les soins à domicile et tous ses autres besoins pourraient être comblés par son fils qui semble dévoué à sa mère. Son fils pourrait aussi s'occuper d'elle lors des rendez-vous médicaux.  

 

 

 

more...
profODS2013A's comment, October 18, 2013 10:42 PM
commentaire 5 corrigé
Scooped by AlexandraPellicelli
Scoop.it!

Une victime du système de santé du Québec se vide le coeur

Notre système de santé est vraiment mauvais. Ce n'est pas dans des situations comme celle-ci que je me dis fier d'être Québécois...
AlexandraPellicelli's insight:

Voici un vidéo très intéressant d'un jeune homme qui raconte son périple avec notre système de santé québécois. En résumé (car le vidéo dure 10:06, quoiqu'il vaut vraiment la peine d'être écouté) ce jeune homme a subit des blessures graves suite à un accident de travail. Ici, en 2 ans, il a vu 19 spécialistes différents, mais dans la liste, aucun chirurgien, alors qu'il aurait dû être opéré pour son dos. Un jour, il a été référé dans un hôpital de Cuba pour aller subir son opération. En 2 semaines, ils lui ont fait tous les tests adéquats, dans non pas un mais 2 hôpitaux et en plus il a reçu son opération. Durant toutes ces procédures, il a dû consommer un nomre impressionnant de médicaments et a dû coûter très cher à notre système de santé. Le jeune homme nous amène à réfléchir sur le montant qu'il a dû débourser pour son opération, qui, selon lui, est vraiment très bas versus tous les frais qu'il a déboursé ici et que les assurances et le système de santé ont eu à débourser.

 

Pour ma part, j'ai deux critiques à faire.

Premièrement, je ne comprends pas pourquoi, dès le départ, suite à son accident tout de même très grave, il n'a pas été référé directement à un chirurgien.La panoplie de spécialistes que ce jeune homme a dû rencontrer et le nombre de médicaments qu'il a dû ingurgiter me semble inconcevable. Il n'avait pas une maladie rare, il a eu un accient de travail. Pourquoi le médicamenter autant et essayer de guérir tout autour alors qu'ils auraient dû, dès le départ, traiter le problème de base : sa blessure au dos. Tout ce périple a été tellement difficile pour le jeune homme qu'il en est même venu à consulter un psychologue...Les délais interminables auxquels il a dû faire face ne sont pas normales dans des cas de blessure aussi grave qui a entravé toute sa vie, dont sa vie professionnelle et sa vie familiale. La situation d'inadaptation qu'il a vécu s'est étiré et a causé des séquelles psychologiques auxquelles il n'aurait peut-être pas eu à faire face si son cas avait été traité plus rapidement. Malheureusement, ce cas n'est pas un cas isolé. Les délais dans le système médical sont très longs et plusieurs personnes vivent des situations d'inadaptation beaucoup plus longues qu'elles auraient dû l'être en théorie.

 

Pour ce qui est de la rapidité des services, il est vrai que cela s'est passé beaucoup plus rapidement à Cuba. Par contre, leur système médical est très différent du nôtre et surtout, il est moins engorgé que le nôtre. De plus, on doit payer pour recevoir des soins là-bas alors qu'ici nous avons l'assurance maladie. Bien entendu, on peut parfois questionner ou va vraiment l'argent mais je crois tout de même que c'est là que se situe vraiment la différence entre leur système médical et le nôtre. De plus, le manque de médecins au Québec n'aide probablement pas à accélérer les choses.

 

Somme toute, cette histoire m'a beaucoup touchée et je trouve très intéressant son témoignage. On médicamente beaucoup mais est-ce toujours la meilleure solution? C'est un peu comme mettre un paravent devant un feu qui se passe dans le coin d'une pièce....le feu reste là! Cela ne reste que mon avis...mais il faut vivre avec cette réalité et nos futurs clients auront aussi à faire face à des situations semblables!

more...
profODS2013A's comment, November 11, 2013 8:03 AM
commentaire 8 corrigé
Scooped by AlexandraPellicelli
Scoop.it!

Erreur de dignostic à l'hôpital Chauveau

Erreur de dignostic à l'hôpital Chauveau | Système de santé | Scoop.it
À Québec, la qualité des diagnostics à l'hôpital Chauveau est remise en question par un patient de 26 ans.Le
AlexandraPellicelli's insight:

Voilà encore une autre triste nouvelle sur l'hôpital Chauveau...je ne comprends pas comment des erreurs aussi importantes peuvent être commises! Si le médecin avait utilisé le Réseau de Local de Service qui est en place depuis 2005, le monsieur aurait dû être directement transféré à l'urgence de l'hôpital St-Sacrement en attente de son taco du lendemain. L'homme n'aurait jamais dû être retourné chez lui sans une analyse globale de ses problématiques et il aurait dû rester sous surveillance. Il semblerait que les médecins n'aient évalué que ses symptômes apparents. C'est vrm triste pour l'hôpital Chauveau qui devra encore répondre de ses erreurs!

 

more...
profODS2013A's comment, October 18, 2013 10:43 PM
commentiare 3 corrigé